Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201501 – AinSaint-Vulbas – Parc industriel de...

2015
01 – Ain

Saint-Vulbas – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA » (lot 9)

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Anne-Claude Remy

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique du « PIPA Lot 9 » s’insère dans une série d’études de terrain réalisées dans le cadre du projet Grands Travaux PIPA, d’une superficie de 258 ha.

2De grands ensembles monumentaux funéraires, datant très vraisemblablement d’une phase ancienne du Néolithique moyen, ont été découverts au nord-est du projet, sur la bordure est de la terrasse fluvio-glaciaire à 300 m de la rive droite du Rhône.

3Les vestiges d’occupation protohistorique mis au jour dans la zone sondée peuvent être regroupés en une série de locus bien différenciés, qui relèvent de l’habitat, du funéraire et, éventuellement, du domaine cultuel.

4Au nord-est, plusieurs concentrations de vestiges attestent l’existence d’un vaste habitat groupé ou de plusieurs implantations diachroniques pré et/ou protohistoriques, avec des vestiges architecturaux a priori bien conservés (nombreux trous de poteau). Mais, pour l’instant, ces vestiges peuvent difficilement être datés : seuls existent un indice typologique ténu, pouvant éventuellement orienter la datation de l’une des fosses de l’ensemble de structures au début du Bronze final et un enclos circulaire attribuable au Bronze final ou au premier âge du Fer.

5Au nord-est de la partie centrale, un ensemble de trous de poteau, semblant prolonger une tranchée étroite et peu profonde (structures non datées) évoque un segment d’enclos palissadé, type d’aménagement bien connu aux âges des métaux, et qui pourrait ici limiter un espace funéraire ou une zone d’habitat. Un locus funéraire, associant au minimum trois enclos circulaires avec tombe centrale (au moins pour l’un d’entre eux), pour lesquels une datation des étapes ancienne ou moyenne du Bronze final peut être proposée, marque probablement l’emplacement d’un second pôle funéraire protohistorique, un enclos carré à édicule central protégeant un dépôt de crémation du second âge du Fer et différentes structures fossoyées évoquant la présence de tombes périphériques dépourvues de monument.

6Au nord, une concentration de vestiges divers (fosses, trous de poteau, structures de combustion), atteste la présence d’un établissement isolé, au moins en partie attribuable au début du premier âge du Fer.

7Un ensemble de cinq structures de combustion à pierres chauffées en fosse, très espacées entre elles, mais organisées le long d’un segment de cercle de 300 m de longueur environ, orienté nord-sud, a été repéré, ce qui rend très probable leur intégration à un vaste ensemble comprenant plusieurs groupes de foyers organisés en batteries.

8Pour la période gallo-romaine, de nombreux réseaux fossoyés ont été mis au jour, différemment représentés au nord et au sud. Certains ne sont observés que sur quelques tronçons, alors que d’autres, par paires, sont de longue portée et se poursuivent au-delà du périmètre. L’emprise importante du diagnostic permet de distinguer des tracés rectilignes, aux orientations récurrentes de 109° est et de 118° est. Un unique fossé qui suit un axe nord-sud est lié vraisemblablement aux ensembles funéraires qu’il fédère. De larges fossés appartiennent au faisceau viaire principal reconnu du sud vers le nord sur une longueur de 830 m. Au sud, l’axe principal est nord-nord-ouest – sud-sud-est, et il se modifie vers le nord selon l’orientation nord-nord-ouest – sud-sud-ouest. De larges fossés bordent une bande de roulement repérée sur la première moitié, absente et/ou partiellement conservée sur la seconde moitié. Plusieurs états de circulation sont observés. De profonds creusements (chemin creux ?) observés en plusieurs points à l’est de la bande de roulement sont en lien étroit avec les fossés bordiers est. L’aire funéraire mise au jour lors du diagnostic du lot 0 (Coquidé 2015) et fouillée (Sylvino, en cours) se poursuit au nord dans l’emprise du lot 9. La nécropole principale, composée de sépultures à inhumations et de dépôts de résidus de crémation, se développe à l’est d’un paléo-vallon, selon la même orientation sud-ouest/nord-est. Le mobilier céramique de ce vaste ensemble de 3 700 m2 atteste d’une première occupation à la période augustéenne et de structures funéraires postérieures datées du ier s. apr. J.‑C. Les vases complets issus des sépultures augustéennes sont exceptionnels par leur conservation et leur rareté. Outre le mobilier funéraire céramique, des accessoires vestimentaires ou de parures ont été mis au jour dans les structures testées. Un second ensemble funéraire se déplace aux iie-iiis., de part et d’autre d’un fossé majeur orienté nord-sud. D’autres sépultures appartenant à la même phase chronologique s’installent sur la chaussée à l’est du fossé bordier ouest. Des structures funéraires, isolées (dépôt de résidus de crémation et/ou dépôt de crémation en ossuaire) ou en petit groupe (trois sépultures à inhumation), sont localisées en bordure, sur les comblements des fossés bordiers, et de part et d’autre du fossé bordier est du faisceau viaire.

9De vastes carrières d’extraction, en bordure ouest du faisceau viaire, semblent antérieures à l’aménagement de la voie. Le lien entre les deux n’est cependant pas à exclure. Le substrat fluvio-glaciaire, constitué de galets et de graviers, est entaillé, permettant de suggérer l’utilisation des composants du sous-sol afin d’aménager la chaussée.

10Quelques structures éparses (fosses, trous de poteaux, drains et fosses à galets) mises au jour sur l’emprise du lot 9 ne sont pas datées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claude Remy, « Saint-Vulbas – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA » (lot 9) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/99099

Haut de page

Auteur

Anne-Claude Remy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Claude Remy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search