Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201501 – AinPressiat – Le Mont-Châtel

2015
01 – Ain

Pressiat – Le Mont-Châtel

Prospection thématique avec sondage (2015)
Responsable d’opération : David Billoin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Les travaux conduits lors de cette année probatoire sur le Mont-Châtel à Pressiat ont singulièrement enrichi la connaissance de cet établissement. Ils ont permis de révéler le plan complet d’une église du haut Moyen Âge. Le nombre important de sépultures observées et pressenties lors de cette campagne de sondages confère une vocation funéraire à cet édifice, n’excluant pas d’autres fonctions. En effet, sa position topographique sur un point culminant procède vraisemblablement d’une mise en scène, destinée à rendre cette église visible de très loin. Ce type d’implantation est de plus en plus fréquent sur les établissements de hauteur alto-médiévaux, comme en témoignent les exemples choisis parmi d’autres, de Salins-les-Bains, Pont-de-Roide, dans le Jura (Billoin, Gandel 2014), Molles en Auvergnes (Martinez 2014), Millau dans l’Aveyron (Saint-Pierre 2010) ou encore le Roc de Pampelune dans l’arrière-pays montpelliérain (Schneider 2014).

2Les différents types de tombes observés sont caractéristiques de l’aire romano-burgonde, en usage du vie à la fin du viie s. Les coffres naviformes à murets connaissent une utilisation prolongée, réservée, semble-t-il, aux édifices cultuels. La présence de sarcophages trapézoïdaux en grès traduit une population privilégiée, ouverte aux échanges, en particulier vers un possible district de fabrication dans le secteur large du Mâconnais. Le décor du panneau de tête de l’un d’eux trouve un parallèle au sein de l’église Saint-Clément de Mâcon. Les motifs chrétiens composant cette ornementation, croix encadrant un chrisme, reflètent sans doute l’appartenance religieuse de l’inhumé de ce sarcophage.

3Des dispositifs funéraires originaux sont attestés à l’intérieur de cette église, lors de sa première phase de construction. Deux sépultures occupent en effet la largeur du chœur, selon une orientation nord-sud. Ces coffres naviformes maçonnés ont été construits en même temps que le chevet. La disposition particulière et l’insertion de ces deux tombes directement dans les murs de l’édifice évoquent des formae, hypothèse qu’il resterait cependant à valider par une fouille intégrale de cet aménagement. Le monastère de Saint-Maurice d’Agaune, offre une comparaison d’un dispositif similaire, par des tombes en formae disposées par deux, en file, dans le grand couloir du viie s. qui longe l’église funéraire au sud. La présence d’une tombe en coffre et d’au moins trois sarcophages incrustés dans les murs de la nef suppose également des dispositifs funéraires particuliers, possibles arcosolia, qui réclameraient là aussi une validation. L’enfilade de trois sarcophages et d’une tombe en coffre au moins, reconnue dans l’un des sondages et délimitée par un muret en pierre sèche, illustre la variété des solutions mises en œuvre dans la gestion des tombes au sein de cette l’église.

4Ces inhumations prennent place également dans les deux annexes ajoutées de part et d’autre du chœur, dans une phase d’agrandissement. Le plan initial de l’église, à nef quadrangulaire légèrement trapézoïdale, prolongée d’un chevet plat pratiquement carré, n’appelle pas beaucoup de commentaires. Ce modèle architectural côtoie en effet des chœurs en abside ou rectangulaire, sans que ces différentes formes ne soient en relation avec une influence régionale ou une valeur chronologique. Son aspect irrégulier et un plan ramassé pourraient constituer éventuellement des arguments en faveur d’une datation haute, mais ils peuvent aussi correspondre à une adaptation liée à l’emprise réduite de la terrasse. Ses dimensions hors tout sont relativement modestes, de 16,50 m de longueur sur 11 m de largeur, correspondant à une surface de 176 m2. L’édifice ne dépareille pas dans son environnement topographique, et semble adapté à la taille de cet établissement. L’ouverture au nord au centre de la nef s’impose par sa position à l’extrémité de la terrasse, en direction de la zone d’habitats. L’agrandissement par l’adjonction de deux annexes presque carrées, de part et d’autre du chœur, d’environ 16 m2 chacune, confère à l’édifice un plan en tau assez classique. Le prolongement d’un mur au nord n’exclut pas un développement de la construction dans cette direction.

5Du point de vue de la chronologie, l’ensemble des données recueillies lors de ces premières études oriente une datation dans le vie-viie s., voire légèrement au-delà. Les arguments sont principalement apportés par les architectures funéraires et les maigres éléments mobiliers, parmi lesquels on notera la présence de luminaires en verre et d’éléments de vitraux. Les quelques monnaies antiques, encore qu’il s’agisse d’aes très usés pour la plupart de ces pièces, pourraient tirer cette chronologie vers le milieu du vie s., ou auparavant, mais l’argument reste encore très fragile. Amorcée, l’étude des matériaux en construction en terre cuite révèle une production de tuile alto-médiévale, encore rare, et pose nécessairement la question du lieu de production et du statut de ce dernier.

6La présence de quelques formes en céramiques des xe-xiie s., déjà relevées lors de la phase de prospection, interpelle toutefois. À ce stade, et à titre d’hypothèse de travail, on est tenté de les mettre en relation avec la phase de récupération des matériaux de cet édifice. Les tombes et sarcophages seraient ainsi d’autant plus aisément remaniés, et en partie détruits, qu’ils n’auraient à ce moment, plus aucune valeur mémorielle.

7La découverte de cet édifice religieux est d’importance, au regard, tout d’abord, du corpus encore très modeste d’églises rurales sur un plan régional élargi. Son état de conservation relativement satisfaisant et les dispositifs funéraires originaux qu’il renferme en renforcent tout l’intérêt. Son implantation au sein cet établissement de hauteur ouvre un faisceau de problématiques, touchant aussi bien l’environnement social et le statut de cet habitat perché, une certaine géographie du pouvoir de ce pôle de peuplement, point d’ancrage du christianisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Billoin, « Pressiat – Le Mont-Châtel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/99133

Haut de page

Auteur

David Billoin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search