Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201501 – AinVoies anciennes dans les montagne...

2015
01 – Ain

Voies anciennes dans les montagnes du département de l’Ain (territoire d’Izernore, partie nord et reprise partie sud)

Prospection thématique (2015)
Responsable d’opération : Alain Mélo

Texte intégral

1La campagne de prospection de 2009 avait laissé l’agglomération antique, médiévale et moderne d’Izernore au bout d’un système de voies de communication venues du sud et sans issue véritablement reconnues vers le nord (Mélo 2010). L’exploration de l’espace géographique couvert par les trois communes contiguës, et, du sud au nord, de Géovressiat, Izernore et Samognal, devait être reprise plus finement, afin de statuer fermement sur l’organisation des circulations dans la vallée de l’Oignin, entre plaine du lac de Nantua et vallée de l’Ain.

2L’évolution de la structuration des communications dans ce secteur du Bugey a été appréhendée par les moyens d’une analyse planimétrique (cartes actuelles et anciennes, photographies aériennes verticales dès 1938, plans cadastraux contemporains et anciens, plans particuliers du xviiie s.), de la prospection pédestre (repérage de vestiges et collecte de données matérielles, mensuration, matériaux, confirmation du linéaire viaire, marqueurs routiers éventuels…), et d’un dépouillement et d’une analyse fine de documents fonciers anciens, du xve s. au xixe s.

3Un grand axe, très évident, venu du sud traverse la plaine du gué de Béard jusqu’à Izernore. Cette voie a été repérée archéologiquement et datée sur le site même de l’agglomération antique du début du ier s. apr. J.‑C. Son orientation est totalement intégrée à l’orientation d’un parcellaire orthogonal, étendu à l’ensemble du val, plaine et versants. La voie axiale se dédouble à Izernore vers le pont de Matafelon et la vallée de l’Ain par Thoire (golet de la Bréchette ? À étudier), et vers la vallée de l’Ain, également, mais par Condamine, Samognat et Coiselet (bac) et, au-delà, vers l’agglomération antique de Condes. Ces deux axes semblent moins structurants, mais ne heurtent pas les organisations parcellaires, comme le fit vers 1765 le nouveau tracé de la route de Bourg-en-Bresse à Nantua par Thoirette (actuelle RD 18).

4À la fin de l’Antiquité ou dans les tous premiers siècles du Moyen Âge, les agglomérations se sont légèrement décalées par rapport à l’implantation antique. Izernore s’est ainsi redéployée sur le rebord oriental de la plaine, à l’est de la grande voie qui restait active, et au sud-est de l’agglomération antique, abandonnée à la ruine, y compris le temple. Autre exemple de ce déplacement, le hameau subactuel de Perrignat s’est réimplanté légèrement au nord de l’établissement antique. Il en va très probablement de même pour les autres hameaux, pour peu qu’ils fussent d’origine pré-médiévale (Intriat, par exemple). Ce type de déplacement a aussi été observé en d’autres lieux, comme à Seyssel, en rive droite (Mélo 2012 : 30).

5Ces « nouvelles » agglomérations ont engendré un système radioconcentrique de voies, à la fois pour se relier aux agglomérations voisines, et pour desservir au mieux l’intégralité de leurs finages. Le territoire apparaît alors ordonné autour de centres, les lieux habités subactuels, qui ont chacun développé, sur leur terroir, un système radiaire efficient. Les systèmes de communication furent toutefois contraints par divers points attracteurs : dans la vallée, les sites de franchissement de l’Oignin (gués ou ponts) et éventuellement de l’Anconnans ; dans les montagnes, les combes et les « golets » (dépressions plus ou moins profonde dans les lignes de crêtes). Les cheminements se sont glissés dans l’organisation orthogonale, comme le chemin d’Izernore à Intriat, ou bien ont dessiné leurs propres trajectoires, recoupant parfois l’ordonnancement parcellaire, comme le fait par exemple le chemin des Trablettes à Izernore.

6Il est possible de voir dans cette organisation spatiale du val d’Izernore la superposition de deux modes de structuration de l’espace :

  • un parcellaire d’exploitation, quadrillé, développé autour du champ quadrangulaire, et toutefois déformé localement par de nombreuses adaptations, notamment à cause des corridors hydrologiques : rivières (Oignin), ruisseaux (Anconnans), sources ou zones humides, et leurs reliefs subséquents (vallées, ravins). Les adaptations sont aussi engendrées par la gestion de la pente sur les versants (rétention des terres, drainage des eaux météoriques), ce qui a entraîné la construction de parcellaires « organiques », dont les limites d’usage suivirent les courbes de niveaux.

  • un système radiaire autour de centres pérennes et durables, les habitats fixés dès les premiers siècles du Moyen Âge, systèmes rayonnants rarement croisés (Géovressiat, à l’écart de la voie Izernore-Brion), et souvent enchaînés. Ceux d’Izernore, de Tignat, de Cessiat et de Charbillat rayonnent à partir de divers points d’un ancien chemin d’Izernore à Montréal.

7L’étude documentaire a permis de confirmer une très grande stabilité du système pendant les six derniers siècles. Il reste encore à affiner les dynamiques qui ont contribué à la mise en place de ce cadre spatial dans les premiers siècles du Moyen Âge, à partir des vie-viie s., et autour des débuts de notre ère, avec l’implantation de l’agglomération antique d’Izernore. Serait-ce encore plus tôt ? En effet, la voie, attestée pour un tronçon pendant la première moitié du ier s. apr. J.‑C., n’était-elle pas déjà fonctionnelle dans les siècles précédents ?

Haut de page

Bibliographie

Bulletin IVS 1990 : Inventaire des Voies de communication historiques de la Suisse (IVS). Méthodologie. 1990/1, Berne, OFEFP, 51 p.

Chouquer G. 1933 : Manuel des formes historiques des paysages, 1. Morphologie générale, 2. Carto-interprétation, 3. Photo-interprétation, Tours, manuscrit.

Chouquer G. 2008 : Traité d’archéogéographie. La crise des récits géohistoriques, Paris, Errance.

Le Nézet-Celestin M., Vaireaux F., Vicherd G. 1996 : Izernore et Saint-Vulbas : deux bourgades antiques de l’Ain. Bilan archéologique historiographique, Ambérieu-en-Bugey, Les Cahiers René de Lucinge, quatrième série, 31, p. 9-60.

Mélo A. 2010 : Voie antique Rhône-Izernore (Rhône-Alpes/Ain). Haut-Bugey Valromey. Prospection thématique, Lyon/Bourg-en-Bresse, 34 p. et 68 p.

Mélo A. 2012 : Flux et reflux. Cheminements d’hommes entre fleuve et montagne dans le haut Rhône, in Julliard A., Haut Rhône. L’empreinte ancestrale d’un fleuve. Traverser, commercer, travailler d’une berge à l’autre, Bourg-en-Bresse, Musnier & Gilbert.

Robert S. (dir.) 2011 : Sources et techniques de l’archéogéographie. Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté (coll. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, no 895 ; série Environnement, sociétés et archéologie, no 15).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mélo, « Voies anciennes dans les montagnes du département de l’Ain (territoire d’Izernore, partie nord et reprise partie sud) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/99145

Haut de page

Auteur

Alain Mélo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Mélo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search