Navigation – Plan du site
1990

Béthune – Rue Ludovic Bouteleux

Responsable(s) des opérations : Hervé Barbé
Notice rédigée par : Hervé Barbé

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

1L’opération a été réalisée préalablement à la construction d’un hôtel de police. Le contrôle des sondages géologiques montrait une épaisseur de remblai de l’ordre de 2 m à 2,50 m entre le niveau actuel et le sol naturel.

2La présence sur place d’une ferme du XVIIIe s. encore en élévation (ferme Brige) suggérait dans ces dépôts des traces d’occupation antérieure. Par rapport à la topographie urbaine ancienne, le site était à proximité des remparts pour la période moderne et sans doute intra-muros dès le Bas Moyen Âge. On signalera également la présence d’une ancienne rivière canalisée (la Blanche). Les sondages archéologiques pratiqués ont permis de déterminer deux zones de fouille des structures les plus anciennes.

3Dans le premier secteur, sur environ 40 m2, trois phases antérieures à la construction de l’établissement du XVIIIe s. ont pu être observées. Une cuve de tanneur construite en bois constitue la structure la plus ancienne de cette zone. Le cuvelage, en planches de chêne de2 cm d’épaisseur pour 15,5 cm de large était conservé sur 1,10 m d’élévation pour un diamètre de 2 m. Le plancher était réalisé en frêne et les quarante premiers centimètres du fond de la cuve étaient remplis d’un sédiment organique auquel étaient associés des blocs de grès et des fragments de cuir. L’analyse de ce sédiment a montré que l’on était en présence d’écorce de chêne moulu, donc de tan. La datation de cette cuve oscille entre la seconde moitié du XIVe s. et le début du XVe s.

4La deuxième phase d’occupation est ici caractérisée par un bâtiment orienté nord-sud. Les fondations sont en grès et quelques carreaux de pavement de terre cuite de 15 cm x 15 cm caractérisent le sol d’utilisation du bâtiment qui peut être daté du XVe s. Enfin, on constate la présence d’une canalisation dont le canal d’écoulement est fait de briques à l’exception de la couverture réalisée à l’aide de planches de chêne de 20 cm de large et 3 cm d’épaisseur. Cette structure appartient au XVIIe s.

5Dans la deuxième zone, plus restreinte (12 m2), on constate également une succession de phases quasi identiques. La structure la plus ancienne est une grande fosse qui a livré de nombreux fragments de céramique du XIVe s. et surtout d’ossements. Le bois de cerf scié évoque la présence d’un petit artisanat.

6Les restes très ténus d’un bâtiment orienté nord-sud, que l’on date entre le XIVe s. et le début du XVIe s., semblent correspondre à une deuxième phase d’occupation. Viennent ensuite les fondations de la maison des arbalétriers qui figure sur un plan terrier de 1513. Les trois échantillons prélevés en vue d’une analyse palynologique montrent des spectres polliniques assez comparables. Le taux de pollens arboréens est toujours inférieur à 10 % sauf pour le comblement de la cuve de tanneur où il atteint 17 %, fortement marqué par la prédominance du pin (10 %).

7L’abondance des composées, des graminées et des plantes prairiales indique l’importance des prairies. Les cultures étaient proches comme en témoignent non seulement le pourcentage des céréales (5 %) mais aussi la présence du bleuet. Les fougères suggèrent l’existence de petites zones moins influencées par les pratiques agro-pastorales. À l’exception de quelques ossements utilisés pour la tannerie (corne), la majorité des restes semblent correspondre à des pratiques alimentaires. On note une certaine diversité (bœuf, volailles, poisson...), avec une moindre proportion du porc au vu des pratiques alimentaires médiévales. Enfin, le faible nombre d’os identifiables suggère un abattage hors du site.

8En conclusion, les structures les plus anciennes étant attribuables au XIVe s., il est vraisemblable que se situent à cette même période les prémices de l’urbanisation sur cette parcelle. Une vocation essentiellement artisanale caractérise cette première phase. Par ailleurs, on note un changement d’orientation entre les structures des XIVe s. et XVe s., avec celles des XVIe s. et XVIIe s. dont les axes seront conservés au XVIIIe s.

9Les analyses du paléo-environnement montrent l’image de paysages fortement anthropisés, mais dont le caractère rural est assez accusé à des périodes pendant lesquelles le site se trouve à l’intérieur de l’espace clos du rempart.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Hervé Barbé, « Béthune – Rue Ludovic Bouteleux », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/9995

Haut de page

Responsable d'opération

Hervé Barbé

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals