Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France198959 – NordOxelaëre – Bree Veld

1989
59 – Nord

Oxelaëre – Bree Veld

Sauvetage urgent (1989)
Responsable d’opération : Yves Desfossés

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SU)
Inventeur(s) : Desfossés Yves

1Le gisement d’Oxelaëre se trouve dans la plaine de la Flandre continentale [ (Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées), site J]. Cette dernière atteint à cet endroit une altitude de 35 à 40 m (altitude moyenne pour toute cette partie des Flandres), enclavée entre les bassins de l’Aa, de la Lys et de l’Yser. L’ensemble de cette zone est dominé au nord par une série de collines (Monts-des-Flandres).

2La réalisation d’une tranchée de sondage au niveau de la ferme de Chemin Vert, au cours de la phase prospection, avait permis l’observation de nombreux fossés contenant une abondante céramique moderne.

3Des structures analogues avaient été observées sur un site fossoyé à 800 m de là, le long de l’ancienne voie romaine menant à Cassel. La parcelle étant alors en pâture, aucun sondage mécanique n’avait pu être effectué.

4L’occupation définitive des terrains par la SNCF, en juillet 1989, suite à l’implantation d’une base de stockage à Bree Veld, a permis d’effectuer un diagnostic beaucoup plus approfondi sur près de 45 ha (phase d'évaluation). La reprise des sondages sur les occupations contemporaines repérées en phase de prospection n’apporta aucun élément supplémentaire.

5La réalisation de tranchées de sondage systématiques sur l’ensemble de la base de stockage (3 km linéaires), en dehors de la localisation d’une mare du Haut Moyen Âge, a favorisé le décapage d’un fossé contenant un important mobilier céramique de La Tène finale, au sud-ouest de la base. En dépit de l’extension du décapage mécanique dans cette zone, aucune autre structure archéologique ne fut découverte.

6La structure de La Tène tardive d’Oxelaëre se présente sous la forme d’un fossé de 5,40 m de long pour une largeur de 0,40 m à 0,60 m. Ses deux extrémités sont bien arrondies. On peut s’étonner de l’existence d’une telle structure totalement isolée et, ce, malgré nos recherches alentours. Un décapage exhaustif de la périphérie du fossé a été effectué sur près de 40 m, soit une surface de 1 600 m2.

7En tenant compte de l’importante couverture de terre végétale (0,60 m) rencontrée à Oxelaëre, seules les structures les plus profondes sont décelables. La majeure partie de l’occupation protohistorique a donc disparu dans les labours et le colluvionnement.

8La céramique contenue dans le fossé est de facture grossière (Fig. n°2 : Matériel céramique laténien). Dans la grande majorité des cas, la pâte de couleur brun foncé ou brun orangé a de la chamotte pour dégraissant. La cuisson est assez peu poussée, ce qui a considérablement fragilisé les vases et explique leur mauvais état de conservation. Dans l’ensemble, seule la partie supérieure des formes est conservée (seize cas) ; les fonds sont plus rarement présents (six cas). Seuls les micro-vases (deux cas) présentent des formes complètes.

9On peut diviser le matériel céramique en quatre ensembles :

10• les marmites de réalisation fruste et à pâte épaisse (1 cm à 1,5 cm) forment la catégorie la plus importante (treize cas). Elles sont le plus souvent agrémentées d’un décor digité au niveau de l’épaulement et la panse présente de nombreuses « stries » ;

11• les marmites de facture plus soignée, à panse cannelée (quatre cas). Leur surface est lissée et l’épaisseur de la pâte ne dépasse pas un centimètre ;

12• les micro-vases non tournés ;

13• les pots tournés à pâte sableuse d’origine très certainement exogène.

14Totalement isolé dans un environnement sans repères chronologiques, le fossé de la zone de stockage d’Oxelaëre peut paraître difficilement interprétable. Le caractère très simple de la structure et le manque d’observations analogues sur d’autres sites ne donnent pas la possibilité d’affiner plus avant les conclusions. Le corpus céramique permet de situer chronologiquement la série recueillie et d’élargir le champ des comparaisons. La céramique d’Oxelaëre, avec ses marmites prédominantes, s’apparente bien aux formes caractéristiques de La Tène finale ou tardive du Nord de la France. En effet, la céramique du Ier s. avant J-C. voit les formes à panse arrondie et au col souligné d’impressions digitées ou de cannelures se généraliser, comme on peut le constater sur le site de Villeneuve d’Ascq. Un tel phénomène est bien mis en évidence à Oxelaëre.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

GI, 1997 - CNRS editions, 1998 (1997)

Fig. n°2 : Matériel céramique laténien

Fig. n°2 : Matériel céramique laténien

Auteur(s) : Preux, T. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées
Crédits GI, 1997 - CNRS editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/9999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. n°2 : Matériel céramique laténien
Crédits Auteur(s) : Preux, T. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/9999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Desfossés, « Oxelaëre – Bree Veld » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/9999

Haut de page

Auteur

Yves Desfossés

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Desfossés

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search