Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir la distinction de Roger Duchêne entre « épistolier et « auteur épistolaire » : « Pour clarifie (...)
  • 2 Voir Sybille Grosse, Les Manuels épistolographiques français entre tradition et normes, Paris, Hono (...)
  • 3 Voir Geneviève Haroche-Bouzinac, « La transformation du manuel de Richelet : une évolution du goût (...)
  • 4 Voir note 9.
  • 5 Emmanuelle Chapron et Jean Boutier, « Utiliser, archiver, éditer. Usages savants de la correspondan (...)
  • 6 Sur l’évolution de la lettre familière aux xvie et xviie siècles, contentons-nous de rappeler ici l (...)

1Il n’est pas facile de savoir pourquoi et comment étaient lus les recueils épistolaires publiés aux xvie et xviie siècle, étant donné la complexité d’un genre textuel qui met en échec nos réflexes de lecture et nos catégories critiques habituelles au moins sur trois plans. D’une part, rassemblés par des mains multiples qui ne rendent pas toujours possible l’identification des épistoliers et épistolières publiés, ces recueils offrent à l’analyse des textes au statut souvent incertain, de la lettre authentique à la lettre fictionnelle, en passant par la lettre recopiée, remaniée ou encore pseudo-authentique1. D’autre part, ils circulent sur des supports divers (imprimés et manuscrits), et sous des formes variées (vers, prose, mélanges). Enfin, les recueils épistolaires s’avèrent d’une foisonnante diversité, puisqu’ils peuvent s’apparenter tantôt à des manuels d’art épistolaire à visée strictement utilitaire2, tantôt à des anthologies dont le but est essentiellement récréatif3, tantôt à ce que l’on a pu appeler des proto-romans épistolaires4, tantôt enfin à l’archive d’échanges savants ou de querelles de spécialistes (philologues, médecins, juristes)5. Dans ce contexte, les correspondances familières qui fleurissent à partir de l’époque humaniste mélangent pièces d’érudition et de civilité. Le large spectre rhétorique de la lettre familière la rend en effet apte à associer aux compliments typiques de la sociabilité épistolaire n’importe quel sujet, de l’épître galante à la relation sur tel ou tel événement politique ou historique, au récit de voyage ou encore à la lettre philosophique ou scientifique6.

  • 7 Que l’on pense, par exemple, au succès du Secretaire à la mode de Puget de La Serre durant deux siè (...)
  • 8 L’expression utilisée par Nancy Huston à propos de ses publications épistolaires : Nancy Huston, Le (...)

2L’immense succès de cette veine éditoriale, dont témoignent, aux xvie et xviie siècles, les fréquentes rééditions des ouvrages de forme épistolaire7, laisse cependant penser qu’ils répondaient à des demandes spécifiques de la part du lectorat de l’Ancien Régime, demandes qui ne se confondent pas avec les usages que nous faisons aujourd’hui des recueils de lettres. Actuellement, ces derniers sont reçus le plus souvent soit comme des romans par lettres, soit, lorsque les correspondances publiées sont authentiques, comme des livres qui permettent d’entrer dans l’intimité d’une vie, d’une époque historique, ou bien, lorsque ce sont les lettres d’un écrivain ou d’un artiste qui sont publiées, d’un courant et d’une sociabilité artistiques. Le cas de « l’essai épistolaire »8, plus rare, ne semble pas s’être constitué en genre littéraire à part entière.

  • 9 Nous renvoyons à l’hypothèse pionnière de Bernard Bray (« Les Lettres amoureuses d’Étienne Pasquier (...)
  • 10 Voir Suzanne Duval, « Un siècle épistolaire par le menu. La table des matières dans les recueils de (...)

3D’une manière différente, les recueils de l’Ancien Régime n’ont pas toujours été présentés comme une suite narrative cohérente, y compris dans le cas où il s’agissait de lettres ostensiblement fictionnelles9, et lorsqu’ils rassemblaient des lettres authentiques ou prétendues telles, celles-ci n’étaient pas systématiquement authentifiées et historicisées par la citation du nom de leurs auteurs ou autrices, de leurs destinataires, ou par leur datation10. Ils affichaient en revanche bien souvent une intention didactique, embrassant parfois tous les domaines du savoir existant à leur époque, de celui qui touchait de plus près à leur forme littéraire, l’épistolographie, jusqu’à ceux qui en étaient en apparence le plus éloignés : philosophie, mathématiques, astronomie… C’est ainsi qu’à la fin du xviie siècle, le mondain Pierre Ortigue de Vaumorière publie un recueil de lettres diverses où il vante la malléabilité du format épistolaire pour transmettre des connaissances étendues et variées :

  • 11 Pierre Ortigue de Vaumorière, Lettres sur toutes sortes de sujets, avec des avis sur la manière de (...)

Les Lettres que j’y rapporte, sont simplement divisées en cinq espèces, et il n’y a aucune de ces espèces qui soit suivie de préceptes. Cependant je ne laisserai pas de donner quelques maximes en faveur de ceux qui les aiment, et je leur dirai auparavant en quoi consistent les cinq espèces dont je viens de parler. On voit dans la première des Lettres de Science et de Curiosité. La seconde comprend des Lettres galantes et enjouées ; on voit ensuite des nouvelles, et des récits, puis des Lettres tendres et passionnées, et celles qui regardent les affaires sont dans la cinquième espèce.11

4Ce passage, situé dans la préface du livre, insiste sur une polyvalence du recueil typique de l’Ancien Régime : en même temps que ces volumes épistolaires affichent des modèles de style et de rhétorique propices à former l’éloquence du lecteur, y compris lorsqu’ils ne sont pas à proprement parler des manuels d’épistolographie, ils se font valoir par leurs riches matières, lesquelles sont parfois tout à fait extérieures au domaine de la rhétorique. À ce titre, ces recueils se prêtent particulièrement bien à une analyse épistémocritique, abordant leur écriture non seulement comme un phénomène littéraire, mais aussi comme le vecteur de savoirs qui ne sont pas spécifiquement « littéraires » (au sens moderne), sans que ces deux modalités doivent être conçues dans un rapport d’opposition, la production lettrée d’alors ne connaissant pas comme aux siècles ultérieurs de séparation forte entre les sciences d’une part et les lettres de l’autre.

  • 12 Si les recueils d’essais, de poésies ou de nouvelles ont fait l’objet de telles approches, le cas d (...)
  • 13 Umberto Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes (...)
  • 14 La nécessité d’une approche formelle des pratiques de lecture a été mise en évidence par les travau (...)

5Nous souhaitons examiner cette hypothèse d’une vocation des recueils épistolaires à transmettre les savoirs de leur temps du point de vue des parcours de lecture qui sont favorisés par la forme fragmentée des recueils et la disposition variée des lettres qu’ils contiennent12 : il s’agira de mettre au jour les savoirs et les représentations que le lecteur d’un recueil de lettres mobilise dans l’optique de trouver un ordre, voire une unité et un sens à l’ouvrage qu’il a entre les mains. Comprendre dans quelle épistémè s’ancre l’opération qui consiste à établir des liaisons entre les différentes lettres et leurs parties variées permet par ailleurs de mieux cerner les raisons de l’engouement dont bénéficie alors le genre. L’identification de ces modes de lecture orientés par ce qu’Umberto Eco pouvait appeler « l’encyclopédie »13 du lecteur coopératif sera rendue possible par une approche historicisée, matérielle et formelle des textes étudiés, avec une attention particulière portée aux usages éditoriaux qui ordonnent les textes rassemblés en y faisant prévaloir des domaines spécifiques du savoir. Notre approche sera également attentive aux formes stylistiques et aux taxinomies rhétoriques qui, en livrant au lecteur de l’Ancien Régime acculturé à ces pratiques d’écriture des unités textuelles immédiatement reconnaissables, renforcent sa compétence de lecture et d’écriture, facilitent son activité interprétative et rendent ainsi plus efficace l’appareil didactique du discours épistolaire14.

  • 15 Voir notamment Hans Bots et Françoise Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, 1997, et Pau (...)
  • 16 « Est enim (quod scite scriptum est a Turpilio comico) epistola absentium amicorum quasi mutuus ser (...)
  • 17 Si des idéaux et des règles de civilité régissaient la correspondance savante, et en particulier la (...)

6Érudition humaniste, épistolographie et histoire sont les trois domaines du savoir dont les contributrices et contributeurs de ce numéro ont examiné l’empreinte dans des recueils épistolaires datés du xvie et du xviie siècles. La mise en recueil des lettres humanistes, phénomène éditorial massif de la Renaissance, offre un premier exemple des relations ténues que ce genre textuel entretient avec la ferveur philologique qui caractérise le lectorat lettré de cette époque. On sait que les correspondances humanistes présentent alors l’un des médiums les plus importants du savoir, assurant la constitution d’une République des Lettres à l’échelle européenne durant toute l’époque de l’Ancien Régime15. Leur forme adressée et traditionnellement familière ‒ Érasme définissait, rappelons-le, l’échange épistolaire comme « une conversation silencieuse entre amis éloignés »16 ‒ font d’elles le vecteur privilégié d’une relation de maître à disciple telle que pouvaient la rêver (à défaut de toujours la pratiquer17) les savants de la Renaissance : foncièrement amicale et habitée par la quête partagée d’un savoir universel et polyglotte. Rassembler ce type de textes dans un recueil manuscrit ou dans un livre renforce encore leur mission pédagogique, en élargissant le nombre potentiel de leurs destinataires, mais aussi en associant à la forme communicationnelle du discours épistolaire une composition éditoriale fragmentée, particulièrement propice à mobiliser les capacités cognitives et interprétatives du lecteur.

7Jérémie Bichüe et Pauline Dorio examinent les deux témoins d’un recueil manuscrit d’inspiration évangélique écrit par Charles Fontaine dans le deuxième quart du xvie siècle, et montrent comment chacun de ces ouvrages, partant du même texte épistolaire écrit en langue vulgaire, favorise un parcours de lecture spécifique, plus ou moins savant. Tandis que le premier n’a été préparé pour aucun destinataire en particulier, et sollicite le bon vouloir et les compétences rhétoriques d’un lecteur anonyme, le second vise plus particulièrement l’érudition du cardinal Odet de Châtillon, ouvrant son « appétit philologique » pour l’inviter à se saisir des sources bibliques de son œuvre. Mêlé à des genres voisins comme la méditation, l’oraison et l’exhortation, le genre de l’épître fournit un cadre malléable au poète et, au lecteur, une forme accueillante pour y bâtir son propre cheminement spirituel.

8Parfois, cependant, c’est le disciple qui, fort de ses lectures épistolaires, s’adresse au maître, et cherche, sinon à le dépasser, du moins à l’étonner par l’étendue de son savoir et le brillant de son style : sa lettre devient alors le témoignage d’une culture humaniste au sein de laquelle la lecture des recueils épistolaires contemporains s’avère particulièrement formatrice. Romain Menini se penche sur la lettre que Rabelais adresse au précepteur européen de la philologie renaissante, Guillaume Budé, lettre qui, à défaut d’être publiée, reçut une réponse qui parut en 1522 dans le deuxième volume de la correspondance de Budé, et permit au futur auteur de la chronique pantagruéline une première entrée en littérature. Le jeu allusif qui préside à l’écriture de cette lettre, qualifié de « défi philologique » par Romain Menini, mélange les références antiques de Platon, Lucien, Varron et Horace à des réécritures d’ouvrages savants de Budé et d’échanges tirés de sa correspondance avec Érasme. Cette lettre, qui montre combien Rabelais fréquentait assidûment la littérature épistolaire néo-latine de son temps, atteste donc le rôle patrimonial et mémoriel que pouvaient avoir ces recueils humanistes, construisant des figures de savants dont la sociabilité et le cheminement scientifiques devenaient accessibles aux doctes plus obscurs, et offrant à l’apprenti écrivain de nouvelles sources de savoirs auxquelles puiser pour se frayer un passage dans la République des Lettres.

  • 18 Sur l’influence déterminante qu’exerce la conceptualisation rhétorique des traités épistolographiqu (...)

9Du xvie au xviie siècle, on assiste, par ailleurs, à une révolution épistolographique, c’est-à-dire à un profond renouvellement des codes de la rhétorique épistolaire et, partant, de la manière de l’enseigner, impulsée par la redécouverte, en Italie, des lettres familières de Cicéron, et par la diffusion européenne du De conscribendis epistolis (La manière d’écrire des lettres) d’Érasme. Cette nouvelle tendance stylistique, qui tend vers un allègement des protocoles rhétoriques sans aboutir pour autant, loin s’en faut, à leur disparition pure et simple, entraîne l’essor éditorial de manuels épistolographiques où s’enseignent les nouvelles manières d’écrire à la mode18. Mais cet enseignement ne se diffuse pas seulement par le biais de la littérature explicitement didactique ; il tend à investir l’ensemble de la production épistolaire, comme si le lecteur était invité et disposé à lire dans toute lettre publiée un modèle d’écriture, phénomène qui se traduit notamment par l’application aux recueils de lettres proprement littéraires des classements, titres et autres dispositifs éditoriaux de nature épistolographique.

10Ellen Delvallée renouvelle ainsi la lecture d’un texte classique de la littérature des grands rhétoriqueurs, les épîtres poétiques de Guillaume Crétin, qu’elle examine non plus à la lumière de l’histoire littéraire et de la poétique, mais à celle des codifications de la rhétorique épistolaire contemporaines du poète. Elle se penche en particulier sur le recueil de ces épîtres qu’édite Charbonnier, ami de Crétin, deux ans après la mort du poète, sous le titre des Chantz royaulx, oraisons et aultres petitz traictez (1527). Elle montre ainsi comment la forme de ces épîtres témoigne de la coprésence de modèles d’écriture médiévaux et humanistes, ces derniers apparaissant notamment dans le traitement ludique de certaines codifications du discours épistolaire. La disposition de ces épîtres par Charbonnier dans le recueil de 1527, dans un ordre non chronologique qui met en exergue les destinataires ainsi que le type de discours (requête, réponse…) qui leur est adressé, inhibe une lecture biographique du recueil poétique et rapproche considérablement le recueil poétique de la forme d’un manuel épistolographique où l’accent est mis sur le fonctionnement argumentatif, la visée communicationnelle et les différents actes de langage opérés par l’épître.

11C’est aussi par la réécriture de prestigieux modèles italiens, pionniers du renouvellement épistolaire humaniste, que passe cette diffusion européenne d’un nouvel art d’écrire. Maria Cristina Panzera montre que les Lettres missives et familières d’Étienne du Tronchet (1569), longtemps considérées comme des lettres personnelles à valeur d’autobiographie, sont en réalité un centon, confinant parfois au plagiat, de traductions et réécritures d’épistoliers italiens, en particulier Bernardo Tasso et l’Arétin. La structure du recueil emprunte elle aussi à l’art des secrétaires de l’époque, au moyen de paratextes utilisant la même taxinomie des genres épistolaires.

  • 19 Selon la formule d’Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985, p. 25 et sq.
  • 20 Karine Abiven, L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. De Tallemant Des Réaux à Voltaire (165 (...)

12Enfin, l’évolution de la présentation éditoriale et des formes du recueil épistolaire font apparaître une vocation historiographique du genre au xviie siècle, répondant à une curiosité du public de l’époque non seulement pour les œuvres, mais aussi pour la vie, la sociabilité et les affaires des auteurs à la mode, et parfois des savants. L’importance de l’épistolaire dans le champ des Belles-lettres et la célébration de plusieurs épistoliers en modèles de ces « nouveaux doctes »19 qui convertissent l’érudition humaniste aux agréments de la civilité mondaine, entraînent l’édition de recueils de lettres collectifs ou monographiques ayant pour but de rassembler dans un opus la ou les manières épistolaires du siècle, en même temps que des observations sur la vie mondaine et politique du temps présent ou récent. Cette historiographie par lettres, qui n’a rien d’une méthode historique positive, se situe donc à la croisée d’une proto-histoire littéraire, de la chronique des affaires du temps mais aussi de l’histoire plus secrète et fantasmée qui se raconte également, à la même époque, dans le genre éditorial à succès des recueils d’anecdotes20 : celle des ruelles et de la vie quotidienne des honnêtes gens, des petites causes historiques, des traits d’esprit et des amours galantes.

13C’est ainsi qu’en 1651 est publié pour la première fois un recueil contenant les trois lettres que François Rabelais adresse à Geoffroy d’Estissac depuis Rome en 1535-1536, ouvrage réédité ensuite en 1710. Claude La Charité étudie le travail de messieurs de Sainte-Marthe, éditeurs de ce texte, en montrant combien le livre qu’ils publient relève d’une « fabrication éditoriale », dont le principal enjeu consiste à faire de ces lettres le portrait d’un Rabelais qui ne serait pas l’auteur des sulfureuses fictions pantagruélines (auteur que les puristes lecteurs du xviie siècle ont tendance à confondre avec les personnages paillards de son œuvre), mais plutôt un docte épistolier, conçu sur le modèle d’Érasme et de Budé. Une telle opération, partant de seulement trois lettres, relève de la gageure : les éditeurs la relèvent en fragmentant leur matière épistolaire en seize missives, enrichies d’un paratexte néo-latin, de manchettes soulignant les notabilia, et d’observations historiques répertoriées dans une ample table des matières. Or Claude La Charité met en évidence quelques biais notables de cette savante édition : oblitérant entièrement les liens qui auraient pu être soulignés entre les remarques de Rabelais dans ses écrits épistolaires et son imaginaire fictionnel, le recueil tend à relier l’actualité diplomatique de l’auteur à celle des lecteurs des années 1650, en mentionnant notamment la prestigieuse descendance de tel ou tel personnage historique, notamment celle de « l’Illustre Famille de La Rochefoucauld ». Le lecteur est ainsi invité à construire une nouvelle figure d’auteur, celle d’un Rabelais en savant épistolier pleinement intégré dans une histoire des Grands qui crée une confusion entre les époques du xvie et du xviie siècles.

14D’autres médecins furent publiés dans les recueils épistolaires du xviie siècle, notamment Guy Patin, dont Suzanne Duval examine les Lettres choisies, ouvrage posthume édité pour la première fois en 1683 par Charles Patin et Jacob Spon. Elle montre que cet ouvrage est composé de manière à susciter et entretenir la curiosité du lecteur, en dressant le portrait d’un savant et d’un railleur, que sa liberté de style et de pensée distingue de l’écriture puriste des épistoliers et épistolières publiés à son époque. L’ordonnancement chronologique de ses lettres, leur remaniement éditorial qui est motivé par la volonté de complaire au goût du public en même temps que de protéger le livre d’une éventuelle censure, font de ce recueil une encyclopédie curieuse du grand siècle, où se mélangent savoirs médicaux, érudition, considérations morales et observations historiques.

15Plus mondaine que savante, mais sans doute motivée par l’ambition de marquer l’histoire littéraire, c’est à une « Chronique » des samedis du salon de Madeleine de Scudéry qu’invite le recueil manuscrit dans lequel Paul Pellisson fit recopier des lettres et des poésies échangées par les membres du cercle, entre septembre 1653 et février 1654, en les assortissant de notes en marge pour aider le lecteur à recontextualiser ces pièces diverses. Delphine Denis étudie le travail d’archiviste qui préside à la composition de cet ouvrage, par lequel Pellisson entend délivrer à un lectorat privé mais un peu plus large que celui qui fréquente le salon, une histoire de l’activité littéraire de ce groupe, et, notamment, une genèse de la fameuse Carte de Tendre, pièce maîtresse de la Clélie de Madeleine de Scudéry dont on trouve une gravure dans le recueil. Tantôt fragmenté en « paquets » de billets et poésies, ou bien prenant la forme d’une narration en prose encadrant la citation des pièces épistolaires, le texte présente au lecteur une initiation à la poétique du mélange caractéristique de la littérature galante dont Madeleine de Scudéry et ses amis inventent les formes nouvelles au mitan du siècle. Les pseudonymes romanesques des acteurs de ces échanges et joutes poétiques, l’absence de suscription permettant de dater précisément les billets insérés montrent cependant la distance amusée que le « chroniqueur » Pellisson entretient avec l’exactitude historique, soucieux de préserver « l’intimité des cœurs » et faisant de cet ouvrage le mémorial légendaire du « Parnasse galant ».

16Ce rôle de mémorial est aussi assumé par les deux volumes du recueil collectif de La Nouvelle Pandore ou les femmes illustres du siècle de Louis le Grand, édité par l’historiographe du roi Claude Guyonnet de Vertron en 1698. L’ouvrage s’inscrit dans la mode des recueils de pièces mêlées qui fleurit depuis les années 1650, mais fait la part belle à l’épistolaire, phénomène qui accuse l’influence du Mercure galant, périodique qui prend la forme d’une lettre. Le recueil de Vertron a pour but de célébrer les femmes de l’actualité récente qui se sont rendues célèbres par leurs ouvrages littéraires, comme le montrent les catalogues qui clôturent chaque volume, dans lesquels on trouve des listes d’autrices et de lauréates de prix académiques. Or la lecture des lettres de recueil, où bien souvent il est question de la manière dont a été composée une pièce de circonstance, ou encore d’une critique du style d’une lettre, font aussi de ce livre une compilation d’exemples à vocation didactique, dans lequel se transmet un savoir poétique, épistolographique mais aussi social pour qui voudrait maîtriser les codes de la création littéraire ainsi que les moyens de parvenir dans le monde des Belles-Lettres. L’archivage de ces pièces et la contextualisation de rituels littéraires tels que les concours académiques ou poétiques donnent dans le même temps à lire une histoire de la vie littéraire où prédominent les autrices, comme si Vertron avait voulu donner un pendant féminin à L’Histoire de l’Académie française, rédigée par Paul Pellisson en 1688.

  • 21 Pour une réflexion d’ensemble sur la question de l’invention du Grand Siècle, voir Stéphane Zékian, (...)

17L’ensemble de ces études montre donc comment la vocation didactique et encyclopédique du recueil épistolaire s’est maintenue durant deux siècles dont l’histoire littéraire a d’habitude tendance à opposer les attitudes face aux savoirs et à leur diffusion : érudition philologique des temps humanistes, honnêteté plus dilettante des galantes et galants du xviie siècle… On ne peut qu’observer, il est vrai, la part croissante ménagée aux rituels du savoir-vivre mondain dans ces recueils, mais ces derniers étaient également représentés dans les recueils humanistes, qui publiaient, en même temps qu’une culture, une civilité savante placée sous le signe de l’amitié et des connaissances partagées. Tout autant que des contenus de savoir, en effet, les recueils d’Ancien Régime offraient à leur public des exemples de vie, de pratiques d’écriture et de pensée, offerts à l’imitation des lecteurs et lectrices. Exemplarité qui semble progressivement céder la place à une visée pseudo-historique construisant, non plus des modèles à suivre, mais une mythologie du Grand Siècle21.

Haut de page

Notes

1 Voir la distinction de Roger Duchêne entre « épistolier et « auteur épistolaire » : « Pour clarifier les idées, nous appellerons épistolier celui qui ne tient pas compte de l’existence du public et auteur épistolaire celui qui, au contraire, se soucie plus d’un public éventuel que de celui à qui il est censé écrire. Les lettres du second appartiennent, par définition, à la littérature épistolaire […]. Les lettres de l’épistolier au contraire ne s’inscrivent pas spontanément dans le genre épistolaire, dont il peut ignorer ou mépriser les lois […] » (« Réalité vécue et réussite littéraire : le statut particulier de la lettre », repris dans Roger Duchêne, Écrire au temps de Mme de Sévigné : Lettres et texte littéraire, Paris, Vrin, 1982, p. 11-12). Pour une mise en perspective socio-historique de cette distinction, voir Janet Gurkin Altman, « Espace public, espace privé : la politique de la publication de lettres sous l’ancien régime », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, LXX, 3, 1992, p. 620.)

2 Voir Sybille Grosse, Les Manuels épistolographiques français entre tradition et normes, Paris, Honoré Champion, 2017, et Maria Cristina Panzera, De l’orator au secrétaire : modèles épistolaires dans l’Europe de la Renaissance, Genève, Droz, 2018.

3 Voir Geneviève Haroche-Bouzinac, « La transformation du manuel de Richelet : une évolution du goût épistolaire, 1698-1747 », dans Georges Bérubé et Marie-France Silver (dir.), La Lettre au xviiie siècle et ses avatars, Toronto, éd. du Gref, 1996, p. 35-50.

4 Voir note 9.

5 Emmanuelle Chapron et Jean Boutier, « Utiliser, archiver, éditer. Usages savants de la correspondance en Europe. xviie-xviiie siècles », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 171, 2013, p. 7-49.

6 Sur l’évolution de la lettre familière aux xvie et xviie siècles, contentons-nous de rappeler ici les travaux de Bernard Beugnot (« Style ou styles épistolaires ? » [1978], repris dans La Mémoire du texte. Essais de poétique classique, Paris, Champion, 1994, p. 187-204) ; d’Alain Viala (« La genèse des formes épistolaires en français et leurs sources latines et européennes. Essai de chronologie distinctive (xvi-xviie siècles) », Revue de littérature comparée, n° 55, 1981, p. 168-183) ; de Marc Fumaroli (« Genèse de l’épistolographie classique : rhétorique humaniste de la lettre, de Pétrarque à Juste-Lipse », R.H.L.F., novembre-décembre 1978, p. 886-900, et « Aux origines d’un art français : la correspondance familière » [1991], repris dans La Diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Hermann, 1994, p. 163-181) ; de Luc Vaillancourt, La Lettre familière au xvie siècle. Rhétorique humaniste de l’épistolaire, Paris, Champion, 2003. Pour une vue d’ensemble sur les idéaux épistolaires en vigueur à l’époque de Mme de Sévigné, on se reportera surtout à l’ouvrage de Fritz Nies (Les Lettres de Mme de Sévigné. Conventions du genre et sociologie des publics, traduit de l’allemand par Michèle Creff, Préface de Bernard Bray, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 23-158) et à la notice que Delphine Denis consacre à la conversation de Mlle de Scudéry intitulée « De la manière d’écrire des lettres » (« De l’Air galant » et autres conversations (1653-1684). Pour une étude de l’archive galante, éd. Delphine Denis, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 141-146).

7 Que l’on pense, par exemple, au succès du Secretaire à la mode de Puget de La Serre durant deux siècles. Voir l’édition critique qu’en a donnée Cécile Lignereux dans Exercices rhétoriques, n° 6, 2016, https://journals.openedition.org/rhetorique/439.

8 L’expression utilisée par Nancy Huston à propos de ses publications épistolaires : Nancy Huston, Leïla Sebbar, Lettres parisiennes : autopsie de l’exil, Paris, Barrault, 1985.

9 Nous renvoyons à l’hypothèse pionnière de Bernard Bray (« Les Lettres amoureuses d’Étienne Pasquier, premier roman épistolaire français ? », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, n°29, 1977, p. 133-145) ; à Ernstpeter Ruhe, « Comment dater la naissance du roman par lettres en France? », dans Ouverture et dialogue. Mélanges offerts à Wolfang Leiner, Tübingen, Narr, 1988, p. 379-393 ; à Yves Giraud (« La dimension romanesque dans quelques ensembles épistolaires du xvisiècle », dans Michèle Clément et Pascale Mounier (dir.), Le roman français au xvisiècle ou le renouveau d’un genre dans le contexte européen, Presses universitaires de Strasbourg, 2005, p. 81-92) ; à Magda Campanini, In forma di lettere. La finzione epistolare in Francia dal Rinascimento al classicismo, Venezia Lido, Supernova, 2011 ; à la toute récente thèse de doctorat de Caroline Biron, « L’émergence du roman épistolaire en France », sous la dir. de Nathalie Grande, soutenue le 19 novembre 2021 à l'Université de Nantes.

10 Voir Suzanne Duval, « Un siècle épistolaire par le menu. La table des matières dans les recueils de lettres imprimés du xviie siècle », dans Lise Charles, Aude Leblond et Matthias Sieffert (dir.), « S’asseoir à la table ». La table des matières, du Moyen Âge à nos jours, Fabula / Les colloques, 2021, http://www.fabula.org/colloques/document7266.php.

11 Pierre Ortigue de Vaumorière, Lettres sur toutes sortes de sujets, avec des avis sur la manière de les écrire. Tome second, Paris, J. Guignard, 1690, p. 5. L’extrait est tiré du préambule de ce second tome. Nous modernisons l’orthographe.

12 Si les recueils d’essais, de poésies ou de nouvelles ont fait l’objet de telles approches, le cas des recueils épistolaires n’a à ce jour pas été envisagé dans une perspective épistémocritique : voir la mise en perspective que propose Irène Langlet dans « Parcours du recueil », Le Recueil littéraire. Pratiques et théorie d’une forme, Rennes, PUR, 2003, p. 11-18, https://books.openedition.org/pur/32013. Sur l’étude des phénomènes de dispositio et de leur incidence sur les modes de lecture dans les recueils, voir Jean-Philippe Beaulieu, « Postures épistolaires et effets de dispositio dans la correspondance entre Marguerite d’Angoulême et Guillaume Briçonnet », dans Jean-Philippe Beaulieu (dir), « Le simple, le multiple : la disposition du recueil à la Renaissance », Études françaises, volume XXXVIII, n° 3, 2002, p. 43-54, https://doi.org/10.7202/008382ar, et à celle de Claude La Charité, « Les Epistres morales et familieres (1545) de Jean Bouchet : de la hiérarchie médiévale au dialogue humaniste », dans Ibid., p. 25-42, https://doi.org/10.7202/008381ar. Voir également Christine Noille, « Le recueil est-il un texte , comme un autre ? De la disposition des Fables et ses enjeux », dans C. Noille (dir.), Lectures de La Fontaine : le recueil de 1668, Rennes, PUR, 2011, p. 71-89.

13 Umberto Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, première édition 1979, trad. Myriem Bouzaher, Paris, Grasset & Fasquelle, 1985.

14 La nécessité d’une approche formelle des pratiques de lecture a été mise en évidence par les travaux théoriques de Michel Charles, en particulier dans Rhétorique de la lecture, Paris, Éditions du Seuil, 1977, et plus récemment dans Composition, Paris, Éditions du Seuil, 2018. Les études rhétoriques ont depuis montré combien les formes de l’éloquence et en particulier de l’épistolographie ne devaient pas seulement être analysées comme des codes d’écriture mais bien comme des structures de la réception : voir notamment Cécile Lignereux, « L’art épistolaire comme champ d’application du savoir rhétorique », Exercices rhétoriques, n° 6, 2016, https://journals.openedition.org/rhetorique/441, ainsi que Christine Noille, « Brève notice d’histoire littéraire : la question de la rhétoricité sévignéenne », ibid., https://journals.openedition.org/rhetorique/442.

15 Voir notamment Hans Bots et Françoise Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, 1997, et Paul Dibon, Regards sur la Hollande du siècle d’or, Napoli, Vivarium, 1990, et plus récemment Emmanuelle Chapron et Jean Boutier, « Utiliser, archiver, éditer. Usages savants de la correspondance en Europe. xviie-xviiie siècles », article cité.

16 « Est enim (quod scite scriptum est a Turpilio comico) epistola absentium amicorum quasi mutuus sermo. » (Érasme, De conscribendis epistolis, Bâle, J. Froben, 1522, p. 21).

17 Si des idéaux et des règles de civilité régissaient la correspondance savante, et en particulier la controverse (voir Isabelle Pantin, « La querelle savante dans l’Europe de la Renaissance. Éthique et étiquette », Enquête, n° 5, 1997, p. 71-82, https://doi.org/10.4000/enquete.1093), les échanges épistolaires des humanistes n’en sont pas pour autant exempts de tensions et de conflits personnels pas toujours bien maîtrisés. En témoignent les âpretés de la correspondance d’Érasme lui-même : « On peut penser qu’Érasme, tout agressif et blessant qu’il lui arrive d’être dans les discussions, est essentiellement fidèle, – faute peut-être de savoir ressentir ce que peuvent ressentir ses amis. », Marie-Madeleine de La Garanderie dans Guillaume Budé, philosophe de la culture, éd. posthume par Luigi-Alberto Sanchi, Paris, Classiques Garnier, 2010, p. 103, ou encore à la violence épistolaire de la polémique autour des Lettres de Jean-Louis Guez de Balzac : Mathilde Bombart, Guez de Balzac et la querelle des « Lettres » : écriture, polémique et critique dans la France du premier xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2007.

18 Sur l’influence déterminante qu’exerce la conceptualisation rhétorique des traités épistolographiques en latin du xvie siècle sur les secrétaires en vernaculaire du xviie siècle, voir Cécile Lignereux, « De la production épistolographique savante du xvie siècle à sa vulgarisation au xviie siècle », dans Mathilde Bombart, Sylvain Cornic, Edwige Keller-Rahbé et Michèle Rosellini (dir.), « À qui lira ». Littérature, livre et librairie en France au xviie siècle, Tübingen, Narr, « Biblio 17 », 2020, p. 501-509.

19 Selon la formule d’Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985, p. 25 et sq.

20 Karine Abiven, L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. De Tallemant Des Réaux à Voltaire (1650-1750), Paris, Garnier, 2015.

21 Pour une réflexion d’ensemble sur la question de l’invention du Grand Siècle, voir Stéphane Zékian, L’Invention des classiques. Le « siècle de Louis XIV existe-t-il ? Paris, CNRS Éditions, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Duval et Cécile Lignereux, « Introduction »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4413

Haut de page

Auteurs

Suzanne Duval

Laboratoire LISAA, Université Gustave Eiffel

Articles du même auteur

Cécile Lignereux

RARE, Université Grenoble-Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search