Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Le manuscrit de la Renaissance et...

Le manuscrit de la Renaissance et ses lecteurs : itinéraires d’un recueil spirituel de Charles Fontaine

The Renaissance manuscript and its readers: itineraries of a spiritual collection by Charles Fontaine
Jérémie Bichüe et Pauline Dorio

Résumés

Le présent article se donne pour but d’examiner les deux témoins d’un recueil manuscrit d’inspiration évangélique écrit par Charles Fontaine, afin de déterminer en quoi ils dessinent des parcours de lecture diversifiés en fonction de leur lecteur. Tandis que le ms. Auxerre BM 89, qui n’a été préparé pour aucun destinataire en particulier, sollicite le bon vouloir et les compétences rhétoriques d’un lecteur anonyme, le ms. Vatican Reg.lat.1630 mobilise l’érudition du cardinal Odet de Châtillon. Mêlé à des formes voisines comme la méditation, l’oraison et l’exhortation, le genre de l’épître fournit un cadre malléable au poète et, au lecteur, une interface accueillante pour y bâtir son propre cheminement spirituel.

Haut de page

Texte intégral

1Le recueil de Charles Fontaine intitulé Epistres, Chantz Royaulx, Ballades, Rondeaulx, et Dixains, faictz à l’honneur de Dieu, dont on peut situer la composition dans le deuxième quart du xvie siècle, rassemble des poèmes religieux d’inspiration évangélique destinés à l’édification du lecteur. Son titre de forme énumérative nous renseigne sur la diversité des genres qu’il rassemble. On y remarque toutefois une progression globale, depuis l’épître, forme ouverte de dimension longue à moyenne, aux formes brèves du rondeau et du dizain, en passant par les formes strophiques plus étendues du chant royal et de la ballade. La première partie du recueil ne comportant ni titres courants ni notations de début ou de fin de section, la séparation entre les différents moments qui la composent demeure assez imprécise. Sans constituer de section à proprement parler, les épîtres semblent toutefois mises en vedette en début de recueil, d’autant que, sous la dénomination englobante du titre, se cache en fait un entrelacement de formes proches, à savoir des exhortations, des méditations et des oraisons, lesquelles alternent avec des poèmes explicitement rattachés au genre épistolaire.

  • 1 Nous nous permettons ici de renvoyer à l’ouvrage de Pauline Dorio, « La plume en labsence ». Le de (...)

2Si Fontaine se distingue quelque peu des pratiques éditoriales de son époque, qui tendent à isoler l’épître au sein de séries homogènes, il ne laisse pas son lecteur sans repères, puisqu’il mobilise les traits énonciatifs, rhétoriques et stylistiques du genre épistolaire tel qu’il se pratique alors dans la poésie française. Depuis la fin des années 1520 en effet, et en particulier après la publication de L’Adolescence clementine par Clément Marot en 1532, l’épître connaît une spécialisation familière qui s’appuie notamment sur la mise en relief de la figure auctoriale, sur une reconfiguration poétique des normes rhétoriques de la lettre en prose et sur la capacité du genre à accueillir le style relâché du sermo ainsi qu’une matière biographique souvent considérée comme insignifiante1. Explorant les possibilités permises par l’épître personnelle, sans se priver cependant de la dimension spirituelle du modèle épistolaire paulinien, Fontaine fait dialoguer le discours épistolaire avec des genres voisins, de façon à produire une expérience de lecture plus souple et plus en phase avec les dispositions particulières de tel ou tel lecteur. L’un des enjeux de cet article sera ainsi de comprendre la place de l’épître dans cet ensemble à la fois disparate et construit, ainsi que le rôle qui lui est attribué dans les différentes stratégies d’édification déployées par le poète.

3À cette dispositio subtile et à cette mise en œuvre singulière du genre épistolaire s’ajoutent les effets propres à chaque témoin manuscrit, lesquels orientent un peu plus la réception du recueil. En effet, les deux exemplaires dont nous disposons, à savoir celui conservé par la bibliothèque de la Vaticane et celui récemment découvert à la bibliothèque d’Auxerre2 comportent, en fonction du public qu’ils visent, des différences matérielles significatives. Le témoin le plus connu est destiné à Odet de Châtillon, jeune cardinal qui, comme Charles Fontaine, est proche des cercles évangéliques de son temps. À l’inverse, l’exemplaire d’Auxerre ne désigne pas de destinataire précis, ce qui rend son orientation religieuse moins explicite. Cette situation nous invite à interroger les réceptions multiples du recueil dans son contexte de production, au regard des compétences propres à chaque lecteur et du degré de connivence qu’il entretient avec l’auteur.

4L’ensemble de ces remarques rend nécessaire une approche mêlant les analyses rhétorique, poétique et codicologique, seule à même de rendre compte de la variété des attitudes lectoriales engendrées par le recueil. Fort d’une compétence simultanément rhétorique, théologique et philologique, le lecteur de ces deux exemplaires est ainsi amené à construire son propre itinéraire spirituel en actualisant telle ou telle piste contenue explicitement ou en germe dans le programme dessiné par les pièces liminaires, la disposition des poèmes ou l’aménagement des différentes formes poétiques.

5Dès lors, après avoir mis en lumière la spécificité matérielle du manuscrit d’Auxerre par rapport au manuscrit de la Vaticane, nous nous proposons d’analyser les parcours de lecture activés par les Epistres, Chantz Royaulx, Ballades, Rondeaulx, et Dixains, faictz à l’honneur de Dieu en distinguant trois itinéraires : celui d’un lecteur ouvert, prêt à se laisser guider par le poète sans lui faire grief de ses imperfections ; celui d’un lecteur actif, que ses compétences rhétoriques et poétiques rendent sensible aux effets produits par l’épître ; et enfin, celui d’un lecteur expert, à même d’apprécier l’effort de traduction et de transmission entrepris par Fontaine.

Du manuscrit Vatican Reg.lat.1630 au manuscrit Auxerre BM 89 : enjeux d’un témoin méconnu

  • 3 Ce manuscrit avait seulement fait l’objet d’une notice pour l’IRHT, établie par Camille Foucault.
  • 4 Les hypothèses qui suivent doivent beaucoup aux échanges avec Sarah Delale et Sébastien Barret. Nou (...)

6Le recueil de poésie religieuse de Charles Fontaine ne nous était jusqu’à présent connu que par l’intermédiaire d’un manuscrit conservé à la Bibliothèque du Vatican. Nos recherches nous ont permis d’identifier un autre témoin conservé à la Bibliothèque municipale d’Auxerre3. Afin de mieux saisir les effets produits par la disposition des épîtres religieuses sur le mode de lecture, il est nécessaire de présenter ces deux manuscrits, de rappeler l’ensemble des indices permettant leur datation et de mettre au jour leurs points communs et leurs différences4.

  • 5 Raffaele Scalamandrè, Un Poeta della preriforma : Charles Fontaine. Epistres, chantz royaulx, balla (...)
  • 6 Scalamandrè identifie seulement « un vaso di stagno con un’ansa » (ibid., p. 16).
  • 7 Marine Molins, Charles Fontaine traducteur : le poète et ses mécènes à la Renaissance, Genève, Droz (...)
  • 8 Mis à part la main responsable de la copie, que Marine Molins date de « l’extrême fin des années 15 (...)

7Depuis la redécouverte en 1925 par Grace Frank du manuscrit Vatican Reg.lat.1630, les articles qui lui ont été consacrés nous ont fourni des informations relativement précises sur son destin bibliographique et sur ses caractéristiques matérielles. Lorsqu’il édite en 1970 la majeure partie du recueil, Raffaele Scalamandrè récapitule l’itinéraire complet du codex depuis la bibliothèque personnelle du conseiller au Parlement Paul Petau jusqu’au fonds Reginenses de la Vaticane, en passant par la collection de la reine Christine de Suède5. Mis à part le cas des filigranes, Scalamandrè n’aborde que très peu les questions codicologiques et paléographiques6. On doit à Marine Molins d’avoir formulé en 2011 les hypothèses les plus précises à ce sujet7. De l’avis général, les pièces furent composées entre 1531 et 1536. Quoiqu’un doute subsiste sur la date de sa copie, il est probable que le recueil de la Vaticane ait été réalisé peu après, entre la fin des années 1530 et le tout début des années 15408.

  • 9 Par exemple, au f. 8r° du ms. de la Vaticane, le mot « vie », écrit en double, est barré. Dans le m (...)
  • 10 Au f. 17r° du ms. Vatican Reg.lat.1630, quatre vers sont ajoutés. Ils ont manifestement pour but de (...)

8La découverte d’un second témoin apporte un nouvel éclairage sur l’histoire complexe de ce recueil et sur la singularité de la poésie religieuse de Fontaine en dehors du support imprimé. Les deux manuscrits possèdent la plupart de leurs pièces en commun et les présentent dans le même ordre. La main responsable de la copie d’Auxerre est très proche de celle qui assure la copie de la plupart des pièces du manuscrit Reg.lat.1630. La composition et la décoration sont fort semblables : rubriques et réglures à l’encre rouge, textes copiés à l’encre brune, rehaussements peints à l’encre jaune. Des variantes apparaissent çà et là. La plupart d’entre elles sont mineures9, mais d’autres plus significatives10. Nous y voyons la marque d’un poète consciencieux, n’hésitant pas à remettre son ouvrage sur le métier pour livrer à son destinataire les meilleurs vers possibles, même s’il est difficile de dire, en l’état actuel de nos recherches, lequel des deux manuscrits est antérieur à l’autre.

9On note cependant une différence majeure : Auxerre BM 89 ne comporte ni l’épître liminaire à Odet de Coligny, ni les traductions finales des épîtres de saint Paul. À la lumière de ce constat, la structure du manuscrit de la Vaticane se présente donc de la façon suivante :

Auxerre BM 89

Ms.Vat.Reg.lat.1630

Épigrammes liminaires (Fontaine et Perard)

oui

oui

feuillets

Mains/outils

f. 1r°-v°

A

« À Monseigneur Reverendissime Monseigneur le Cardinal de Chastillon »

non

oui

f. 2r°-3v°

B

« Epistres, Chantz Royaulx, Ballades, Rondeaux, et Dixains, faictz à l’honneur de Dieu » ; « Deploration dessus le trespas » (de François de France)

oui

oui

f. 4r°-f.173v°

A

Traductions des épîtres de saint Paul

non

oui

f. 174r°-206v°

B

  • 11 Pour autant que nous pouvons en juger, la main A utilise une plume plus épaisse que la main B, elle (...)
  • 12 Le papier des épîtres pauliniennes et de l’épître à Odet est plus brun et les piqûres réalisées en (...)

10Des deux exemplaires, celui conservé à Auxerre se présente comme le plus neutre. S’il a pu être offert ou avoir circulé à la cour, il n’a pas été préparé pour un destinataire particulier comme Odet de Châtillon. De fait, la présence (ou l’absence) conjointe des derniers cahiers des épîtres pauliniennes et du bifeuillet contenant l’épître à Odet ne doit rien au hasard. Dans le manuscrit de la Vaticane, ces deux ensembles ont a priori été copiés par la même main ou par la même plume, laquelle se distingue de celle utilisée dans la section principale et dans le feuillet liminaire11. D’autres indices, certes plus discrets, confirment cette rupture : une couleur de papier différente et deux manières spécifiques de régler les feuillets12. Tout porte donc à croire que les cahiers contenant les épîtres de saint Paul et le bifeuillet de l’épître à Odet ont été ajoutés au même moment, de part et d’autre de la section centrale. Les traductions ont pourtant été préalablement adressées à la famille royale, comme l’attestent les deux épîtres dédicatoires qui précèdent : l’une à Marguerite de Navarre avant l’épître aux Colossiens et l’autre à Charles de Valois avant les épîtres aux Philippiens et à Philémon. On aurait pourtant tort de réduire le recueil de la Vaticane à un simple recyclage. Comme nous allons tenter de le montrer, ce nouvel état du recueil appelle un nouveau parcours de lecture prévu pour Odet de Châtillon et qui s’ajoute à l’itinéraire principal proposé à tout lecteur moins spécifique.

Un lecteur ouvert à l’édification

  • 13 Darius Krawczyk, « Les préceptes de la lecture évangélique dans la poésie religieuse de Charles Fon (...)
  • 14 Ibid., p. 83.
  • 15 Ibid., p. 77.
  • 16 Ibid., p. 76.

11Si l’on s’en tient à leur intention générale, les Epistres, Chantz royaulx, Ballades, Rondeaulx et Dizains, faictz à l’honneur de Dieu constituent un ensemble voué à l’édification religieuse du lecteur. La démarche spirituelle sur laquelle repose le projet éditorial de Fontaine est mise en relief, dès le début des deux manuscrits d’Auxerre et de la Vaticane, par le biais de pièces liminaires qui annoncent le message évangélique du recueil et précisent les conditions de sa transmission. Comme l’a montré Darius Krawczyk13, celle-ci repose d’abord sur la médiation du poète qui obéit à un impérieux besoin de parler de Dieu en exhortant son lecteur à la foi14. Elle nécessite également l’engagement du lecteur : en effet, c’est en ouvrant son cœur à Dieu que ce dernier transforme l’enseignement qu’il reçoit en « lectre vifve », susceptible de s’imprimer durablement dans son âme15. Enfin, quoique la parole poétique soit un lieu privilégié des « retrouvailles de l’âme avec son Créateur »16, elle demeure imparfaite dans son style, ce qui conduit Fontaine à réclamer de la part son lecteur un accueil « charitable » : l’acte même de la lecture devient ainsi une épreuve permettant de progresser spirituellement.

  • 17 Cette tradition reprise au xvie siècle par les poètes néo-latins et français consiste à mettre en l (...)
  • 18 Sur le discours de recusatio qui, depuis l’Antiquité, sert au poète feignant l’humilité à renoncer (...)
  • 19 Ms. Auxerre BM 89, f. 1r° : « L’autheur a traduit ses vers latins precedens, en Rime françoise admo (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Dans l’Opus de conscribendis epistolis, Érasme définit l’epistola monitoria comme une admonestation (...)

12À cette réflexion évangélique dessinant le modèle idéal d’un lecteur ouvert se superpose, toujours dans le péritexte, l’instauration d’une dynamique pédagogique qui place le lecteur en position de disciple et facilite par conséquent la transmission des leçons proférées tout au long du recueil. Dans les deux pièces initiales – un quatrain de l’auteur au lecteur en latin et sa traduction en français –, on remarque ainsi que le type de discours employé par Fontaine signale une relation socialement codifiée. Certes, en soulignant que son recueil est le fruit d’un « passetemps » de jeunesse, Fontaine cherche à la fois à susciter la bienveillance du lecteur et à convoquer le modèle éditorial des juvenilia, en vogue depuis la publication de LAdolescence clementine17 : cependant, ce motif topique de recusatio18 est inséré à l’intérieur d’un discours d’avertissement qui, de fait, place le poète dans une position de verticalité par rapport au lecteur. Comme le signalent à la fois son titre en français19 et le recours à la modalité déontique, mise en vedette dès le premier vers (« Debvoir feras, Lecteur »20), ce quatrain constitue en effet une admonestation qui invite le lecteur à se montrer attentif au recueil qu’il s’apprête à lire. On reconnaît ici les indices inhérents au type épistolaire de la monitoria, lequel est particulièrement prisé par les éducateurs puisqu’il est employé dans le but de corriger avec bienveillance21. Paradoxalement, l’humilité du poète se conjugue donc d’emblée à une posture de pédagogue.

  • 22 Ms. Auxerre BM 89, f. 1v°.
  • 23 Antoine Perard reprend ici un procédé onomastique courant depuis la génération des « Rhétoriqueurs  (...)

13De même, bien qu’à première vue le sizain élogieux de Perard22 puisse être interprété comme un discours publicitaire parfaitement conforme à ce que l’on attend en début de recueil, il semble aussi fournir au lecteur un modèle de comportement à suivre, en ce qu’il établit un rapport social fondé sur l’admiration d’un disciple envers son maître. Jouant sur le patronyme de son interlocuteur, véritable « fontaine » de savoir23, Perard insiste en effet sur les trésors de « sapience » qu’il retire de la fréquentation de son ami. En français, l’emploi du pronom « on » (« O plaise à Dieu que par boire en ce fleuve,/ Incontinent sapience on y trouve », v. 5-6) permet d’élargir le discours poétique et d’y inclure le lecteur, invité à s’identifier à Perard et à considérer Fontaine comme un éducateur transmettant à autrui les dons reçus de Dieu (« Celluy lequel par ung amour tressouef/ Te l’a donnee, et aux aultres la donne », v. 8-9).

  • 24 Dans le manuscrit d’Auxerre, le statut programmatique de cette épître est plus évident que dans le (...)

14La seule autre pièce liminaire du manuscrit d’Auxerre est désignée par le poète comme un « préambule » et semble fournir au lecteur un mode d’emploi du recueil qu’il s’apprête à lire24 :

  • 25 Ms. Auxerre BM 89, f. 3r°.

Si en lisant tu as quelque scrupule,
J’ay bien voulu par cestuy preambule
T’admonnester que tu doibs de ta part
Faisant debvoir, tout prendre en bonne part.25

  • 26 Pour rappel, les cinq parties de la lettre, adaptées par les auteurs d’artes dictaminis à partir du (...)
  • 27 Ms. Auxerre BM 89, f. 2r°-v°.

15Dans le schéma rhétorique de la lettre, ce passage correspond à la petitio, qui permet à l’épistolier de déclarer l’objet visé par le discours épistolaire26. Or, l’intention formulée par Fontaine en complément à sa déclaration « J’ay bien voulu » est « d’admonester » le lecteur en l’avertissant de sa « part », c’est-à-dire du rôle qu’il doit jouer dans la réception du recueil. Outre que Fontaine rattache ici clairement son épître à la catégorie monitoria, plaçant de nouveau le lecteur en position d’apprentissage, il joue avec la dispositio de la lettre en expliquant directement au lecteur ce que la narratio formulait déjà par le biais de diverses analogies, en particulier celle du chasseur n’attrapant aucune proie et celle de l’homme dont les yeux fermés sont hermétiques aux rayons du soleil27 : c’est à la condition expresse de « tout prendre en bonne part », c’est-à-dire d’être ouvert aux changements que le recueil ne manquera pas de susciter en lui, que le lecteur pourra progresser dans la foi.

16Dans le péritexte du manuscrit Auxerre BM 89, sont ainsi contenus en germe les principes pédagogiques au fondement du projet poétique de Fontaine. Le poète s’ingénie par ailleurs à multiplier les moyens d’apprentissage, pour être certain d’atteindre sa cible d’une manière ou d’une autre : à l’interlocution directe mise en scène dans les avertissements au lecteur, il ajoute ainsi la médiation qu’offre la figure d’un lecteur modèle. Dans l’« Epistre au Lecteur », Fontaine force en outre son destinataire à mettre en relation le discours analogique déployé dans la narratio avec les indices rhétoriques contenus dans la petitio. Pour saisir la complexité du message porté par le recueil et pour en retirer tout l’intérêt pédagogique, le lecteur doit ainsi se montrer prompt à mobiliser ses compétences rhétoriques, énonciatives et herméneutiques. À la figure du lecteur ouvert se superpose dès lors, sans la remplacer, la figure d’un lecteur actif, attentif à la mobilité du discours poétique.

17C’est dans le cadre de ce deuxième parcours de lecture que nous nous proposons d’envisager le rôle de l’épître : comment participe-t-elle au projet pédagogique de Fontaine ? Quelle compétence spécifique sollicite-t-elle chez le lecteur et de quelle façon particulière parvient-elle à le toucher ?

Un lecteur actif et compétent

18Comme nous l’avons souligné dans l’introduction de cet article, l’épître se voit associée dans la première partie du recueil à des formes qui lui sont proches sur les plans combinés de la structure, de la versification mais aussi de l’oralité qu’elles mettent en scène, chacune de ces formes constituant en effet la version écrite d’une situation discursive particulière : sermon pour l’exhortation, prière pour l’oraison, dialogue intérieur pour la méditation et dialogue avec autrui pour l’épître. Que nous indique ce regroupement ? Il semble que, pour être saisie dans sa vocation pédagogique, la variété de la première partie du recueil réclame un lecteur capable de repérer les modèles oratoires mis en œuvre par le poète. Une fois cette compétence de lecture activée, la singularité de l’épître semble plus aperte : trouvant sa voie propre dans un recueil aux régimes de voix multiples, l’épître proposerait, en complément d’une prédication verticale, d’une expérience solitaire ou d’une mise en relation privilégiée du croyant avec le monde spirituel, un modèle horizontal d’émulation et de partage d’expérience, un ancrage concret de la foi dans le monde quotidien ainsi qu’une façon plus directe, plus simple et plus familière de toucher le lecteur. C’est cette hypothèse que nous nous proposons à présent de mettre à l’épreuve des textes.

  • 28 C’est ce que l’on observe par exemple dans les vers 1 à 14 de l’« Epistre, que l’autheur envoya à u (...)
  • 29 Ibid., f. 20v°-21v°.
  • 30 Dans l’« Epistre à ung homme de bonne vie », Fontaine compare ainsi son interlocuteur à plusieurs p (...)
  • 31 On peut songer ici par exemple au début de l’« Epistre, à une abbesse » : dans ce cas, bien sûr, la (...)
  • 32 C’est ce qui se produit dans l’« Epistre à ung homme de bonne vie », où le prétexte motivant l’écri (...)
  • 33 Avant de conclure l’« Epistre, que l’autheur envoya à ung sien parent », le poète récapitule ainsi (...)

19Tout d’abord, parmi les quinze poèmes du recueil portant le titre d’« epistre » ou de « responce », on en compte un tiers environ adressé à des destinataires auxquels le poète semble porter de l’admiration. Ce sentiment se fonde sur les vertus de l’interlocuteur, dont Fontaine loue l’humilité, la charité et, de façon générale, l’élévation spirituelle. Le poète exploite le schéma de la lettre pour développer ce discours épidictique, soit qu’il le place en exorde – l’exemplarité de son destinataire lui servant alors de cause pour justifier l’écriture de la lettre28 –, soit qu’il en fasse la matière première de la narratio : dans l’épître au « frere Mathurin Morin », Fontaine imagine ainsi son interlocuteur sur une île idyllique, loin de la mer agitée dans laquelle se noient les hommes pécheurs29. De tels développements nous indiquent l’une des fonctions de l’épître à l’intérieur du recueil : fournir au lecteur des modèles humains auxquels il aspirera à ressembler. La stratégie de Fontaine s’appuie ici sur deux ressorts principaux. D’une part, l’adresse directe au « tu » et l’intimité existant entre les deux correspondants permettent de rendre ces figures édifiantes plus familières et moins intimidantes pour le lecteur que les personnages de la Bible ou les Saints auxquels Fontaine peut les comparer30. D’autre part, l’action médiatrice du poète se révèle essentielle pour stimuler le lecteur : tout en reconnaissant l’écart qui le sépare de ses interlocuteurs vertueux, écart qu’il souligne grâce à de topiques protestations d’humilité31, le poète exprime en effet un sentiment d’émulation qui fait l’objet de sa petitio. Tandis que son admiration motive la rédaction de la lettre32, sa quête d’élévation spirituelle en constitue donc le but, qu’il espère atteindre avec le soutien de son interlocuteur33. S’appuyant sur la mobilité énonciative que lui permet le discours épistolaire, Fontaine renverse la dynamique mise en place dans l’appareil liminaire du recueil pour se placer en position d’apprenant, modélisant ainsi le comportement du lecteur idéal.

  • 34 « Helas amy, j’ay bien ung souvenir/ Du temps auquel soulions aller, venir,/ Tousjours querans deli (...)
  • 35 On songe notamment ici aux vers bien connus de François Villon, lesquels se concluent toutefois sur (...)

20En plus de lier les correspondants autour d’un dialogue constructif et stimulant par le biais de l’épître, Fontaine s’appuie sur les sujets du quotidien traditionnellement réservés au sermo – et donc à l’épître familière – pour fournir au lecteur des exemples concrets d’exercice de la foi ou pour susciter son attention avant de basculer dans un discours plus théorique. Le récit d’événements autobiographiques (ou pseudo-autobiographiques) constitue l’une des spécialités du genre épistolaire, en particulier dans le contexte poétique des années 1530. Or, Fontaine l’exploite de façon originale, puisqu’il déplace ce segment narratif depuis la partie de la lettre consacrée à la narratio vers l’exorde, selon une technique d’accroche personnelle que ne renieraient pas les tenants modernes du storytelling. Dans l’« Epistre, que l’autheur feit à la Requeste de quelque personnage, qui l’envoya à ung sien amy », Fontaine emprunte ainsi le topos de la jeunesse folle, fréquemment développé dans le cadre de l’épître familière, et lui fait servir un discours religieux sur la faiblesse du corps, que l’âme du croyant doit sans cesse combattre34. Le souvenir des frasques auxquelles le « je » et son destinataire se sont livrés sert de déclencheur à une assez longue paraphrase du chapitre 7 de l’épître de saint Paul aux Romains, elle-même mêlée de références à d’autres passages de l’Évangile : avant de se lancer dans un discours d’exhortation, Fontaine amadoue donc son lecteur par un récit où il dévoile les faiblesses du « je » tout en faisant allusion à un intertexte poétique plaisant35. Ce phénomène se reproduit à l’échelle du recueil, dans la mesure où les épîtres familières sont très présentes dans les premiers feuillets et laissent ensuite davantage place à des formes plus difficiles d’approche ou de style plus élevé comme la méditation ou l’exhortation : la disparité apparente des pièces n’entre donc pas en contradiction avec une progression accompagnant le lecteur dans sa quête d’élévation spirituelle.

21La « Responce à une dame » qui suit cette épître va plus loin encore dans la révélation des obstacles rencontrés par le « je » pour agir en bon chrétien. Comme l’indique son titre, cette épître constitue une réplique du poète à la proposition (orale ou écrite) qu’une dame lui a faite d’entretenir avec lui des rapports charnels. L’épistolier refuse de donner son corps et s’attache à convaincre son interlocutrice que celui-ci appartient à Jésus, et qu’il n’est donc pas en mesure d’en disposer librement. Le caractère personnel de cette réponse est mis en scène par une entrée en matière abrupte traduisant l’émotion du poète :

  • 36 Ms. Auxerre BM 89, f. 57r°.

Je n’oseroy, Je n’oseroy, madame :
Et m’en croyez que ce n’est de paour d’ame
Sinon de Dieu, à qui nous sommes tous :
Voire à luy seul, non à aultre, ou à nous.36

22Dès le troisième vers, Fontaine élargit toutefois son discours à un « nous » englobant l’humanité tout entière : sa lettre bascule dès lors dans le discours de dissuasion, lequel a pour vocation d’instruire la destinatrice en la détournant d’un mauvais choix. Le poète semble ainsi fournir un modèle de réponse pour un lecteur qui ne saurait comment réagir à une proposition malhonnête et voudrait se convaincre – ou bien convaincre son ou sa partenaire – de ne pas se livrer à la débauche. L’enchaînement des épîtres est ici particulièrement révélateur : Fontaine dispose en effet l’une à la suite de l’autre deux épîtres portant sur le même thème, d’abord traité sur un plan théorique, puis d’un point de vue pratique. La malléabilité du discours épistolaire lui permet en outre de passer d’une paraphrase de l’épître de saint Paul à un refus amoureux adressé à une dame : c’est en multipliant les portes d’entrée vers le message de l’Évangile que le poète semble donc vouloir édifier son lecteur.

23Enfin, le genre de l’épître apparaît comme un cadre modeste, propice à ressaisir des discours théologiquement complexes ou de style élevé, que Fontaine allège et simplifie pour le bénéfice immédiat de son lecteur. Dans l’épître au « frere Mathurin Morin », cette stratégie est utilisée pour condenser le prêche du destinataire que le poète a entendu lors du dernier Carême, et en extraire la substantifique moelle. Fontaine a principalement recours au discours narrativisé, qui lui permet de médiatiser les propos de frère Mathurin, non seulement pour en offrir un résumé, mais aussi pour commenter leur efficacité persuasive en relayant les réactions de l’auditoire et en insistant sur ses propres sentiments :

  • 37 Ibid., f. 19v°.

Il sermonnoit avec si beaulx moyens,
Qu’il vous Rendoit grands, petitz, et moyens
De coeur contrict, de si bonne manière
Qu’homme n’y eut ne femme si asniere,
Qui n’entendist qu’il touchoit jusqu’au but :
De ce me taiz, quel soulas mon coeur beut,
Quand Il semoit des ames la pasture.37

24Fontaine poursuit en relevant un passage en particulier, qu’il cite au style direct afin de mieux le mettre en relief :

  • 38 Ibid., f. 20r°.

D’ung bon passage à present me souvient,
Que Reciter assez bien me convient :
C’est qu’il disoit ung advocat propice
Avons vers Dieu, qui a prins cest office
D’estre pour tous Reconciliateur :
Je te demande, O prevaricateur,
Que pourrait on dire plus prouffitable,
Pour te monstrer l’amour tant charitable
De ton saulveur, et ton Dieu, Jesuschrist :
[...] Quel mot as tu plus souef, plus delicat,
Que quand on dit, qu’as Christ pour advocat ?38

  • 39 La distinction entre le sermo et la contentio orationis – qui désigne à l’origine le style du débat (...)
  • 40 Rappelons que la « douce persuasion » est associée depuis les rhétoriques antiques à la preuve par (...)

25Ainsi extraite du prêche dont elle constitue le point principal, cette leçon a plus de chances d’être retenue par le lecteur, d’autant que le poète la reprend et l’explicite immédiatement par le biais d’interrogations rhétoriques. En outre, quoique Fontaine nous donne l’illusion de transcrire les mots exacts de frère Mathurin Morin, il n’a pas pu faire autrement que de transformer le discours qu’il cite, ne serait-ce que pour le faire entrer dans les bornes du décasyllabe. Le poète a ainsi digéré pour son lecteur le style oratoire du sermon, qu’il a transposé et répété dans le style relâché de la conversation quotidienne, auquel le discours épistolaire se rattache traditionnellement39. L’épître se fait ainsi le support d’un processus de familiarisation destiné à édifier le lecteur en douceur40.

  • 41 Ms. Auxerre BM 89, f. 20v° : « Tant d’aultres lieux par luy mis en avant,/ Quand Il preschoit en ka (...)

26Prenant appui sur l’exigence de brièveté qui contraint le discours épistolaire, Fontaine finit par abréger la narratio de son épître, et donc son résumé du prêche de Frère Mathurin Morin41 : ce faisant, il rappelle que l’écrit n’a pas pour vocation de remplacer la parole et signale que l’épître qu’il soumet au lecteur constitue une simple introduction, un aperçu qui le prépare à entendre de véritables sermons. C’est donc dans le cadre d’une stratégie d’édification à grande échelle que l’épître trouve sa voie, comme lieu de recueil d’une sagesse reformulée, que le lecteur devient persuadé d’approfondir par lui-même.

27Qu’il fasse alterner les types rhétoriques et aménage le schéma de la lettre pour renforcer son effet persuasif, qu’il exploite la réversibilité possible des postures d’interlocution, qu’il joue sur les effets de dialogisme permis par la situation d’énonciation épistolaire ou mette à profit la matière personnelle spécifique au genre, Fontaine réserve à l’épître un rôle taillé sur mesure au sein de son entreprise d’édification. Participant pleinement à l’expérience polyphonique que permet l’association des formes de l’oraison, de la méditation et de l’exhortation, l’épître y matérialise l’importance du dialogue avec autrui, la possibilité d’une relation simple et directe à la spiritualité et la nécessité d’exercer sa foi en toute situation. Souligné par l’entrelacement des genres ainsi que par la reconfiguration constante du discours épistolaire, le régime de voix multiples mis en œuvre dans la première partie des Epistres, Chantz Royaulx, Ballades, Rondeaulx, et Dizains, faictz à l’honneur de Dieu est accentué, dans le manuscrit Vatican Reg.lat.1630, par un développement beaucoup plus abondant des notes marginales venant expliciter les références du texte poétique, lequel reformule et paraphrase le message biblique. Cet effet de dialogisme supplémentaire dessine un troisième parcours de lecture, réservé cette fois non plus seulement à un lecteur ouvert, ni à un lecteur actif, mais à l’œil expert d’un lecteur privilégié : Odet de Châtillon.

Un lecteur expert, le cardinal de Châtillon

28Le développement des notes marginales contribue à rehausser la valeur générale du recueil de la Vaticane, mais joue surtout son rôle dans le programme de lecture spécialement prévu pour Odet. Celui-ci prend en compte la sensibilité évangélique et les compétences philologiques du cardinal. Il est clairement exposé par Fontaine dans l’épître dédicatoire :

  • 42 Ms. Vatican Reg.lat.1630, f. 2r°.

Si ce present traictant de Jesuschrist
Estoit en Grec, ou en Latin escript
Plus hardiment, O Reverendissime,
Vous l’offrirois : Car Je croy et estime
Qu’à vostre esprit seroit plus convenable
Par consequent aussi plus agreable.
Mais quoy ? aussi au contraire, pensois
Avant l’offrir, qu’au langaige françois
Quelque degré de dignité est deu :
Qui m’enhardit. Encores attendu
Que le subject, le fonds, et la Racine
Vient de la Grecque, ou la langue Latine
Ce qui appert par la collection
Des lieux qui sont mis en cottation.42

  • 43 Voir Louis Delaruelle, « Notes biographiques sur Nicole Bérault suivies d’une bibliographie de ses (...)

29Les hommages de Rabelais et de Ronsard dans les années 1550 témoignent de l’érudition d’Odet de Châtillon, qui eut pour précepteur Nicolas Berauld, promoteur des études grecques sous le règne de François Ier. Celui-ci demeure au service d’Odet jusqu’en 1538, date avant laquelle il a pu le mettre en relation avec Fontaine43. Ainsi, même s’il n’est âgé que de vingt ans, Odet possède sans nul doute l’érudition suffisante pour repérer « la Racine » gréco-latine des mots français et apprécier la pertinence des paraphrases et des traductions qui lui sont présentées. En bon pédagogue, Fontaine espère qu’Odet saura tirer un double profit de la consultation des citations bibliques : méditer les paroles du Christ, mais aussi parfaire son apprentissage et accroître son érudition. Loin de la monitoria affichée dans l’« Epistre au Lecteur », les vers de l’épître dédicatoire prennent ici une inflexion plus personnelle qui installe au cœur de la relation poète-mécène une complicité humaniste entre deux jeunes hommes lettrés.

  • 44 Charles Fontaine traducteur : le poète et ses mécènes à la Renaissance, op. cit., p. 56. Marine Mol (...)
  • 45 Dans la marge du f. 44r°, on peut lire : « Majorem charitatem nemo habet, quam ut animam suam ponat (...)
  • 46 Annie Noblesse-Rocher, « Considérations sur la traduction en langue vernaculaire », Gilbert Dahan e (...)
  • 47 La Saincte Bible en françoys translatee selon la pure et entiere traduction de Sainct Hierome […], (...)

30Mais jusqu’où s’étend cette connivence et que veut dire Fontaine lorsqu’il affirme (nous soulignons) que « […] le subject, le fonds, et la Racine/ Vient de la Grecque, ou la langue Latine » ? Il est raisonnable de penser que le complément du nom implicite des substantifs « subject », « fonds » et « Racine » est bien le recueil lui-même, qualifié plus haut de « present traictant de Jesuschrist » (v. 1). Cela étant dit, le terme « Racine » soulève des questions philologiques liées au texte saint. Discrètement, Fontaine semble convier Odet à une lecture éclairée par la connaissance des langues de la Bible (grec et latin, mais pas l’hébreu) et par la conscience de sa tradition textuelle. Ce projet évoque le souvenir d’entreprises éditoriales célèbres, celle d’Érasme et de son Novum Instrumentum omne qui propose une traduction critique du Nouveau Testament fondée sur la collation de divers manuscrits grecs, ou celles de Jacques Lefèvre d’Étaples : son édition latine des Psaumes, du Nouveau Testament et sa traduction de la Bible en français. L’ambition de Charles Fontaine n’est ni celle d’Érasme ni celle de Lefèvre d’Étaples, mais l’on peut rappeler après Marine Molins la variété des choix de Fontaine en matière de traduction. Par endroits, sa traduction des épîtres de saint Paul suit les propositions de Lefèvre d’Étaples qui prennent en compte l’apport des textes grecs44. Au contraire, lorsqu’il traduit certaines phrases des Évangiles, Fontaine s’écarte de la version française donnée par Lefèvre d’Étaples45. C’est ce jeu de reflets dont le cardinal sera le témoin privilégié, non pour en tirer une quelconque conclusion exégétique, mais pour éprouver l’importance d’une étude attentive du texte saint. Ainsi, sur l’épître liminaire de Fontaine plane l’idéal des lettrés évangéliques de cette époque, pour lesquels la connaissance des langues « revêt une dimension spirituelle » et conduit « à une piété informée aux meilleures sources »46. Imaginant une lecture essentiellement tournée vers « l’intelligence des esciptures47 », Fontaine s’appuie sur l’appétit philologique de son mécène afin que celui-ci s’approprie plus intimement les sources bibliques.

  • 48 Respectivement f. 179r° et f. 186v°.
  • 49 Voir sur ce point, entre autres, l’article de Wim François, « Petrus Sutor et son plaidoyer contre (...)

31Il forme dès lors avec le poète une communauté affective de langue et de foi, puisque l’acte de traduction est lui-même présenté comme un exercice spirituel émanant du cœur du poète. Par la traduction et la paraphrase, Fontaine prétend en effet satisfaire « une amour Internelle/ Qu’on a devers sa langue maternelle » (f. 2r°). Étrange adjectif que celui d’internelle qui s’utilise en moyen français dans le domaine religieux avec le sens d’« intérieur (spirituellement) ». Fontaine lui-même l’emploie à deux reprises dans sa traduction des épîtres pauliniennes, à la fin du premier chapitre aux Colossiens d’abord lorsque saint Paul évoque son « Internelle Joye », puis au début du quatrième chapitre lorsqu’il exhorte ses coreligionnaires à persévérer en « priere Internelle »48. La connotation de l’adjectif rapproche ainsi l’amour fervent que le croyant porte à son Dieu de la dévotion qu’un bon poète porte à sa langue. Après avoir rendu hommage à l’érudition de son mécène, après avoir défendu la dignité du français en rappelant ses racines gréco-latines, Fontaine présente la traduction en langue vernaculaire non pas comme une contrefaçon, mais comme une entreprise naturelle et indissociable d’une authentique foi. Seul un lecteur aussi ouvert et savant qu’Odet pouvait, à chaque note en marge du texte, confirmer le bien-fondé de cette audacieuse conviction à l’époque où la traduction en français de la Bible demeure suspecte49.

  • 50 François Rabelais, Quart Livre, Paris, Michel Fezandat, 1552, in-8°, Paris, BnF, Rés. Y2 2164, f. A (...)
  • 51 Pour cette citation et celles qui précèdent, voir Nicolas Le Cadet, « “Beuveurs tresillustres, et v (...)
  • 52 La mère d’Odet de Châtillon Louise de Montmorency semble avoir été proche de la sœur de François Ie (...)
  • 53 Le mot est de Michael A. Screech dans son introduction à la reproduction des Epistres et evangiles (...)
  • 54 Marguerite Christol, « Odet de Coligny : Cardinal de Châtillon », Bulletin de la Société de l’Histo (...)
  • 55 Nicolas Breton, « Le “sfumato confessionnel” du cardinal de Châtillon en 1560-1561 : une relecture (...)

32Dans l’épître dédicatoire qu’il adresse au même Odet de Châtillon au seuil du Quart Livre en 1552, Rabelais fait l’éloge de Pierre du Chastel, « lecteur ordinaire du roi » dont la lecture à haute voix du texte rabelaisien en aurait favorisé la juste compréhension. Parce que son interprétation et ses explications auraient contribué à déjouer les accusations d’hérésie et que François Ier n’en aurait « trouvé passaige aulcun suspect », Rabelais qualifie Pierre du Chastel de « plus docte et fidele Anagnoste de ce royaulme »50. Pierre du Chastel incarne donc, selon les mots de Nicolas Le Cadet, un « lecteur modèle qui coopère avec l’écrivain », un lecteur qui « assume la constitution du sens de l’œuvre et répond de façon optimale aux sollicitations des structures textuelles ». Un tel portrait éclaire l’attitude que doit adopter Odet lui-même en lisant le Quart Livre et, on peut l’imaginer, notre recueil. Aux yeux de Fontaine, Odet est lui aussi cet « archi-lecteur » qui représente « la somme, et non la moyenne, de toutes les lectures possibles »51 de sa poésie religieuse. Homme d’érudition, connaissant le grec et le latin, il est le juge approprié des premières tentatives de traduction de Fontaine. Homme de cour et proche du cercle évangélique de Marguerite de Navarre52, il peut apprécier les traductions poétiques de saint Paul à leur juste valeur. Homme d’église, il doit tirer une leçon concrète de la disposition du recueil. En effet, sans constituer un sermonnaire en bonne et due forme, la première partie réunit les pièces qui dessinent un idéal de prédication fondé sur la pénétration du sens des Écritures et leur exacte transmission. À ce titre, elles concernent au premier chef un homme d’Église. Fontaine n’entend pas remédier aux lacunes de son destinataire, comme Lefèvre d’Étaples entendait « suppléer à la faiblesse intellectuelle » des prêtres de son diocèse avec ses Epistres et evangiles pour les cinquante et deux sepmaines de l’an53. À vrai dire Odet n’avait pas vocation à prêcher et les sources biographiques insistent sur le fait qu’il n’était pas prêtre54. Peut-être Fontaine espérait-il simplement que ce jeune cardinal courtisan puisse se convaincre de la nécessité d’une prédication instruite et inspirée pour mieux agir, dans son diocèse ou à la cour, en faveur de la Réforme. Sans jamais sortir du « sfumato confessionnel » qui le caractérise, Odet de Châtillon attendra le début des années 1560 pour prendre parti de manière plus claire, en invitant notamment Jean de L’Espine à prêcher dans son évêché55.

33Le recueil intitulé Epistres, Chantz Royaulx, Ballades, Rondeaulx, et Dixains, faictz à l’honneur de Dieu propose à son destinataire plusieurs itinéraires non exclusifs, d’une lecture ouverte à une lecture active, et d’une lecture active à une lecture experte, selon que l’on fasse jouer la bonne foi d’un lecteur chrétien, les compétences épistolographiques et poétiques d’un amateur de poésie ou l’érudition humaniste d’un homme d’église proche de la mouvance évangélique.

34Présente dans l’appareil liminaire ainsi que dans la première partie du recueil, l’épître participe pleinement à l’entreprise d’édification déployée par Fontaine : forme modeste et familière, elle dispose le lecteur à entrer dans le recueil et sert donc de passeur vers d’autres formes moins accueillantes ; comme discours rhétorique visant une persuasion douce, elle engendre chez le lecteur un plaisir d’identification des jeux formels auxquels se livre le poète ; issue d’une tradition intertextuelle riche de plusieurs siècles, elle abrite de multiples références que le lecteur peut relever à sa guise. Surtout, par sa souplesse, les effets d’oralité et de dialogisme qu’elle met en œuvre et l’importance qu’elle accorde aux liens interpersonnels, l’épître accueille une multiplicité de voix parmi lesquelles le lecteur est sûr de trouver celle qui lui parle le mieux.

Haut de page

Notes

1 Nous nous permettons ici de renvoyer à l’ouvrage de Pauline Dorio, « La plume en labsence ». Le devenir familier de lépître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555), Genève, Droz, 2020.

2 Ms. Vatican Reg.lat.1630. Le manuscrit est numérisé à l’adresse suivante : https://digi.vatlib.it/view/MSS_Reg.lat.1630. Ms. Auxerre BM 89 : https://bvmm.irht.cnrs.fr/resultRecherche/resultRecherche.php ?COMPOSITION_ID =21121.

3 Ce manuscrit avait seulement fait l’objet d’une notice pour l’IRHT, établie par Camille Foucault.

4 Les hypothèses qui suivent doivent beaucoup aux échanges avec Sarah Delale et Sébastien Barret. Nous les remercions tous les deux vivement. À l’heure où nous écrivons cet article, Sarah Delale et Jérémie Bichüe travaillent à l’édition du recueil dans le cadre de l’édition numérique des œuvres de Charles Fontaine, dirigée par Élise Rajchenbach.

5 Raffaele Scalamandrè, Un Poeta della preriforma : Charles Fontaine. Epistres, chantz royaulx, ballades, rondeaux et dixains faictz à l’honneur de Dieu. Cod. vat. Reg.lat.1630, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1970, p. 16-18.

6 Scalamandrè identifie seulement « un vaso di stagno con un’ansa » (ibid., p. 16).

7 Marine Molins, Charles Fontaine traducteur : le poète et ses mécènes à la Renaissance, Genève, Droz, 2011, en particulier p. 46-52. Voir aussi Agnès Passot Mannooretonil, Poètes et pédagogues de la Réforme catholique, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 514 et suivantes.

8 Mis à part la main responsable de la copie, que Marine Molins date de « l’extrême fin des années 1550 », tous les indices convergent vers une datation précoce qui nous paraît être la bonne : entre 1537 et 1545 (p. 46-47). Certes, nous avons la preuve que Fontaine est en contact avec Odet en 1557. Il lui adresse une de ses Odes parue la même année, mais insiste sur l’ancienneté d’une relation de vingt ans : « […] puis deux fois dix ans ma Muse/ Chantoit de toy dedens Paris » (Charles Fontaine, Odes, Enigmes, et Epigrammes […], Lyon, Jean Citoys, 1557, in-8°, Paris, BnF, Rés. Ye 1681 bis, p. 21). Dans la mesure où, dans le ms. de la Vaticane, Fontaine prétend écrire à Odet « oultre sa coustume » (f. 2v°), nous penchons plutôt pour la date de 1536-1537, à l’époque où Fontaine tente de se faire une place à la cour. Agnès Passot Mannooretonil envisage une date un peu plus tardive « dès son retour d’Italie », soit 1540 (Poètes et pédagogues de la Réforme catholique, op. cit., p. 522). Les recherches effectuées dans le cadre de l’édition critique du recueil devraient permettre d’affiner ces propositions.

9 Par exemple, au f. 8r° du ms. de la Vaticane, le mot « vie », écrit en double, est barré. Dans le ms. Auxerre BM 89, le vers « Apres labeur si fault Il le Repos » est corrigé en « du Repos » (f. 23r°), conformément à la leçon de la Vaticane. Sans doute les deux témoins ont-ils été copiés, relus et corrigés à partir d’un même manuscrit.

10 Au f. 17r° du ms. Vatican Reg.lat.1630, quatre vers sont ajoutés. Ils ont manifestement pour but de faciliter la transition entre deux mouvements du texte (nous soulignons les parties ajoutées) : « L’ung est borgne, l’aultre ne voit point clair :/ L’aultre est frappé de tonnoirre, ou d’esclair./ L’ung perd son bien, pour ce a douleur amere :/ Et l’aultre perd ou son pere, ou sa mere./ L’ung n’a par tout ny amy, ne parent,/ L’aultre en son cueur a dueil non apparent./ L’ung ne quiert Rien que plaisir, et liesse :/ L’aultre est soubdain assailly de vieillesse. »

11 Pour autant que nous pouvons en juger, la main A utilise une plume plus épaisse que la main B, elle forme des lettres plus grandes, apparaît plus régulière et tient mieux la ligne droite. Si rien ne permet de conclure définitivement que les mains A et B sont celles de deux individus différents, elles représentent a minima une temporalité distincte : la dédicace à Odet a été recopiée à la même période que les derniers feuillets et semble donc correspondre à un ajout effectué après la copie du reste du manuscrit.

12 Le papier des épîtres pauliniennes et de l’épître à Odet est plus brun et les piqûres réalisées en vue de la réglure renvoient à deux habitudes ou deux outils distincts. Comparer par exemple les f. 4r°, 50r°, 100r° pour la section « Epistres, Chantz Royaulx, Ballades, Rondeaux… » aux f. 2r° (épître à Odet), 174r°, 184r°, 199r° pour les épîtres pauliniennes. Nous n’avons pas eu l’occasion de nous rendre à Rome pour consulter le manuscrit et nous formulons nos hypothèses sur la base de la numérisation en ligne.

13 Darius Krawczyk, « Les préceptes de la lecture évangélique dans la poésie religieuse de Charles Fontaine », dans Guillaume De Sauza et Élise Rajchenbach (dir.), Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, Genève, Droz, 2014, p. 73-84.

14 Ibid., p. 83.

15 Ibid., p. 77.

16 Ibid., p. 76.

17 Cette tradition reprise au xvie siècle par les poètes néo-latins et français consiste à mettre en lumière des vers de jeunesse tout en soulignant leur maladresse.

18 Sur le discours de recusatio qui, depuis l’Antiquité, sert au poète feignant l’humilité à renoncer aux grands genres littéraires pour offrir au lecteur une production plus modeste, voir Perrine Galand-Hallyn, Le Reflet des fleurs : description et métalangage poétique d’Homère à la Renaissance, Genève, Droz, 1994, p. 268-271 et 344-348.

19 Ms. Auxerre BM 89, f. 1r° : « L’autheur a traduit ses vers latins precedens, en Rime françoise admonnestant le Lecteur de ce present livre ».

20 Ibid.

21 Dans l’Opus de conscribendis epistolis, Érasme définit l’epistola monitoria comme une admonestation bienveillante formulée dans le but de corriger l’interlocuteur. Il suggère au précepteur de mélanger reproches et compliments afin d’agir plus efficacement sur son élève, soulignant ainsi la visée d’enseignement de ce type épistolaire. Voir Érasme, Opus de conscribendis epistolis, Bâle, Froben, 1522, in-4°, Paris, BnF, Rés. P Z 1978, p. 307-310.

22 Ms. Auxerre BM 89, f. 1v°.

23 Antoine Perard reprend ici un procédé onomastique courant depuis la génération des « Rhétoriqueurs », procédé que Fontaine applique à sa propre personne dans presque tous ses recueils (par exemple la Fontaine d’amour, Lyon, Jean de Tournes, 1545, in-8°, Paris, BnF, Rés. P Ye 2084) et dont Du Bellay se moquera dans La Deffence, et Illustration de la Langue Françoyse (Paris, Arnoul L’Angelier, 1549, in-8°, Paris, BnF, Rés. X 1888, f. E8v° : « O combien je desire voir secher ces Printems, chatier ces Petites jeunesses, rabbattre ces Coups d’essay, tarir ces Fontaines », etc.). Sur ce sujet, voir François Rigolot, Poétique et onomastique : l’exemple de la Renaissance, Droz, Genève, 1977.

24 Dans le manuscrit d’Auxerre, le statut programmatique de cette épître est plus évident que dans le manuscrit de la Vaticane. En effet, tandis que, dans ce dernier, l’ajout du bifeuillet contenant l’épître à Odet introduit une rupture à l’intérieur de l’appareil liminaire, les huit premiers feuillets du ms. Auxerre BM 89 semblent former un cahier complet reliant l’« Epistre au Lecteur » à l’introduction du recueil.

25 Ms. Auxerre BM 89, f. 3r°.

26 Pour rappel, les cinq parties de la lettre, adaptées par les auteurs d’artes dictaminis à partir du schéma du discours cicéronien, comptent traditionnellement la salutatio, l’exordium, la narratio, la petitio et la conclusio. La salutatio et l’exordium suscitent l’attention bienveillante du destinataire ; la narratio le divertit et prouve la légitimité de la petitio ; la conclusio fournit à l’épistolier l’occasion de promettre une rémunération grâce à laquelle il achève de convaincre son interlocuteur.

27 Ms. Auxerre BM 89, f. 2r°-v°.

28 C’est ce que l’on observe par exemple dans les vers 1 à 14 de l’« Epistre, que l’autheur envoya à ung sien parent » (ms. Auxerre BM 89, f. 74r°).

29 Ibid., f. 20v°-21v°.

30 Dans l’« Epistre à ung homme de bonne vie », Fontaine compare ainsi son interlocuteur à plusieurs prophètes, au sein d’une structure accumulative produisant un effet d’amplification rhétorique (Ibid., f. 11r°). On alterne ici entre sublimation et familiarisation du modèle proposé au lecteur.

31 On peut songer ici par exemple au début de l’« Epistre, à une abbesse » : dans ce cas, bien sûr, la modestie initiale du poète s’explique aussi par le statut social supérieur de sa correspondante (Ibid., f. 69r°).

32 C’est ce qui se produit dans l’« Epistre à ung homme de bonne vie », où le prétexte motivant l’écriture est exprimé à l’aide d’une proposition causale : « J’ay entreprins, O naif exemplaire/ D’humilité, pour mieulx à mon coeur plaire/ Escrire à vous, Rompant nostre silence/ Car je congnoy qu’en vous gist l’excellence/ De bon sçavoir, et d’actes vertueux » (Ibid., f. 10r°). On notera ici l’emploi significatif de l’adjectif « exemplaire » pour qualifier le destinataire.

33 Avant de conclure l’« Epistre, que l’autheur envoya à ung sien parent », le poète récapitule ainsi son propos en utilisant l’impératif à la deuxième personne du singulier pour s’exhorter, en même temps que son sage destinataire, à « connaître » Dieu (Ibid., f. 79v°).

34 « Helas amy, j’ay bien ung souvenir/ Du temps auquel soulions aller, venir,/ Tousjours querans delices corporelles,/ Plaisirs, esbatz, et joyes temporelles :/ Dont n’avons Rien sinon ung Repentir :/ Qui jusqu’au ciel doibt bruyre et Retentir. » (Ibid., f. 53r°)

35 On songe notamment ici aux vers bien connus de François Villon, lesquels se concluent toutefois sur un regret matériel et non spirituel : « Bien sçay, se j’eusse estudié/ Ou temps de ma jeunesse folle/ Et à bonnes meurs dedié,/ J’eusse maison et couche molle. » (Le Testament dans Œuvres complètes, éd. Jacqueline Cerquiglini-Toulet et Laëtitia Tabard, Paris, Gallimard, 2014, p. 42-43).

36 Ms. Auxerre BM 89, f. 57r°.

37 Ibid., f. 19v°.

38 Ibid., f. 20r°.

39 La distinction entre le sermo et la contentio orationis – qui désigne à l’origine le style du débat public se développant dans les discours oratoires – renvoie à l’opposition entre les sphères privée et publique, mais également à ce qui sépare la prose de la poésie. C’est par transposition du style des lettres en prose que les épîtres en vers en viennent à participer d’une éloquence plus relâchée, dès l’époque d’Horace qui donne à ses épîtres et à ses satires le titre commun de sermones. Sur l’affiliation entre sermo et epistula, voir notamment Quintilien, Inst. Or., IX IV 19.

40 Rappelons que la « douce persuasion » est associée depuis les rhétoriques antiques à la preuve par l’èthos. Procédant de la bonitas qui caractérise la personne de l’épistolier, cette douceur se traduit par la lenitas et la suavitas propres au style moyen, qui sert à plaire. L’épître se rattachant à la fois au style moyen et à l’èthos, elle est toute désignée pour mettre en œuvre cette persuasion conciliante, qui ne recourt ni aux ressorts voyants du movere ni à la violence trop forte de l’indignatio. Voir Francis Goyet, Le Sublime du « lieu commun » : l’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Champion, 1996, p. 261-267 et 436-438.

41 Ms. Auxerre BM 89, f. 20v° : « Tant d’aultres lieux par luy mis en avant,/ Quand Il preschoit en karesme, en advent,/ Ay entendu, que d’escrire n’essaye/ À celle fin que trop long Je ne soye ». On remarque l’emploi du nom « lieu » pour désigner les passages intéressants du sermon de l’interlocuteur. Le poète confirme qu’il agit ici en pédagogue, sélectionnant parmi ses expériences et ses lectures des leçons spirituelles dont son recueil propose une collection.

42 Ms. Vatican Reg.lat.1630, f. 2r°.

43 Voir Louis Delaruelle, « Notes biographiques sur Nicole Bérault suivies d’une bibliographie de ses œuvres et de ses publications », Revue des bibliothèques, vol. XII, 1902, p. 430-433 ; Charles Fontaine, Odes, Enigmes, et Epigrammes […], op. cit., p. 22 : « Berault, ton homme docte et sage,/ Avecques ton Doyen Basier,/ Vers toy me dressoient le passage ».

44 Charles Fontaine traducteur : le poète et ses mécènes à la Renaissance, op. cit., p. 56. Marine Molins relève notamment la différence entre la Vulgate qui donne « ut gratulatio vestra abundet » et la traduction de Lefèvre qui donne « ut gloratio vestra abundet » (Philippiens 1 ; Epistolæ divi Pauli apostoli, cum commentariis præclarissimi viri Jacobi Fabri Stapulensis, Paris, Jean Petit, 1531, in-fol, Paris, BnF, A-1607 (1), f. 32v°). Fontaine conserve le mot « gloire » : « À celle fin que vostre gloire abonde/ En Jesuschrist […] » (ms. Vatican Reg.lat.1630, f. 193r°).

45 Dans la marge du f. 44r°, on peut lire : « Majorem charitatem nemo habet, quam ut animam suam ponat quis pro amicis suis ». Charles Fontaine traduit par : « Il n’y a point plus grande charité […] ». Chez Lefèvre d’Étaples comme chez Olivetan on trouve : « Nul n’a plus grande dilection […] » (La Saincte Bible en françoys translatee selon la pure et entiere traduction de Sainct Hierome […], Jacques Lefèvre d’Étaples (trad.), Anvers, 1534, Martin Lempereur, in-fol, La Rochelle, Médiathèque Michel Crépeau, Rés. 5 A, f. 43v° ; La Bible qui est toute la sainte Escripture […], Pierre Robert, dit Olivétan (trad.), Neuchâtel, Pierre de Vingle, 1535, in-fol, Paris, BnF, A-310, f. 34v°).

46 Annie Noblesse-Rocher, « Considérations sur la traduction en langue vernaculaire », Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher (dir.), La Bible de 1500 à 1535, , Turnhout, Brepols, « Bibliothèque des Hautes Études. Sciences religieuses », vol. CLXXXI, 2018, p. 321.

47 La Saincte Bible en françoys translatee selon la pure et entiere traduction de Sainct Hierome […], op. cit., f. [A4v°].

48 Respectivement f. 179r° et f. 186v°.

49 Voir sur ce point, entre autres, l’article de Wim François, « Petrus Sutor et son plaidoyer contre les traductions de la Bible en langue populaire (1525) », Ephemerides Theologicæ Lovanienses, vol. LXXXII, 2006; Francis M. Higman, Censorship and the Sorbonne: a bibliographical study of books in French censured by the Faculty of theology of the University of Paris, 1520-1551, Genève, Droz, 1979, p. 23-45 et Annie Noblesse-Rocher, « Considérations sur la traduction en langue vernaculaire », art. cité.

50 François Rabelais, Quart Livre, Paris, Michel Fezandat, 1552, in-8°, Paris, BnF, Rés. Y2 2164, f. A5r°-v°. Le terme anagnoste désigne dès l’Antiquité un esclave ou un affranchi faisant la lecture à haute voix. Avec une majuscule, c’est aussi le nom d’un personnage de Gargantua (chap. xxiii).

51 Pour cette citation et celles qui précèdent, voir Nicolas Le Cadet, « “Beuveurs tresillustres, et vous verolez tresprecieux” : Rabelais et les anagnostes », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. CXV, 2015/2, p. 281-282. L’auteur s’appuie sur l’analyse proposée par Umberto Eco dans Lector in Fabula.

52 La mère d’Odet de Châtillon Louise de Montmorency semble avoir été proche de la sœur de François Ier. Voir à cet égard, Nicolas Breton, « Le “sfumato confessionnel” du cardinal de Châtillon en 1560-1561 : une relecture du parcours politique, intellectuel et spirituel d’Odet de Coligny », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, vol. CLX, 2014, p. 567, mais aussi Nancy Lyman Roelker, « Family, faith and Fortuna: the Châtillon brothers in the French Reformation », Richard L. DeMolen (dir), Leaders of the reformation, Selinsgrove, Susquehanna University Press, 1984, p. 249.

53 Le mot est de Michael A. Screech dans son introduction à la reproduction des Epistres et evangiles pour les cinquante et deux sepmaines de l’an, Genève, Droz, 1964, p. 13.

54 Marguerite Christol, « Odet de Coligny : Cardinal de Châtillon », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, vol. CVII, 1961, p. 3 ; Jean Lestocquoy, « Les évêques français au milieu du xvie siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. CXLII, 1959, p. 26.

55 Nicolas Breton, « Le “sfumato confessionnel” du cardinal de Châtillon en 1560-1561 : une relecture du parcours politique, intellectuel et spirituel d’Odet de Coligny », art. cité, p. 578. Cédric Michon considère Odet de Châtillon comme un « cardinal courtisan, absent des affaires de l’État » dans les années 1530, mais lui reconnaît un rôle politique de plus en plus important (« Entre la cour et le conseil. Les cardinaux dans la France de la Renaissance », Monique Maillard-Luypaert, Alain Marchandisse, Bertrand Schnerb (dir.), Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xviesiècle) : des acteurs du pouvoir, Turnhout, Brepols, 2017, p. 39).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Bichüe et Pauline Dorio, « Le manuscrit de la Renaissance et ses lecteurs : itinéraires d’un recueil spirituel de Charles Fontaine »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4425 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4425

Haut de page

Auteurs

Jérémie Bichüe

LASLAR, Université de Caen Normandie

Pauline Dorio

FIRL, Université Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search