Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Lettre d’un homme obscur. Rabelai...

Lettre d’un homme obscur. Rabelais à la lumière de la correspondance de Guillaume Budé

Letter from an obscure man. Rabelais in the light of the correspondence of Guillaume Budé
Romain Menini

Résumés

La lettre que Rabelais adressa à Guillaume Budé en 1521 reçut une réponse qui parut en 1522 dans le deuxième volume de la correspondance de Budé, et constitua pour le futur auteur de la geste pantagruéline une première entrée en littérature. L’article analyse la connivence érudite qui caractérise l’écriture de la lettre rabelaisienne, en montrant combien la lecture des correspondances néo-latines de son temps (en particulier celles d’Érasme et de Budé) imprègne la pensée et le style de son auteur.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire littéraire prend parfois des allures de trompe-l’œil. La lettre la plus célèbre de toute la correspondance de Guillaume Budé (1468-1540), premier humaniste de France, n’est pas de lui ‒ mais d’un certain François Rabelais, moine alors inconnu. Elle n’a jamais figuré dans les recueils anciens de lettres budéennes, bien que, selon l’habitude inclusive des farragines épistolaires de la Renaissance, la « correspondance passive » y apparaisse partiellement (certes de façon économe chez Budé). Qui, avant 1532, se serait étonné de ne pas lire la prose d’un jeune et obscur helléniste, alors frère mineur au couvent du Puy-Saint-Martin (« c’est-à-dire nulle part », comme écrirait plus tard Alfred Jarry) ?

  • 1 BnF, coll. Rothschild, NAF 27237 (1), num. Gallica. Les images en sont aussi disponibles dans la mé (...)
  • 2 Outre la récente édition-traduction des livres i à iii du De Asse par Luigi-Alberto Sanchi (Genève, (...)
  • 3 Voir cependant La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, trad. Marie-Madeleine de La Garande (...)

2La missive, dont l’original autographe nous est parvenu, a désormais plus d’un demi-siècle : frater Franciscus l’écrivit le 4 mars [1521] ; numérisée sur Gallica, elle bénéficie d’un rayonnement inversement proportionnel au statut d’illustre inconnu qui était celui de son rédacteur1. Que la postérité ait substitué sa perspective signifiante à l’asymétrie d’une époque révolue ‒ lorsque le tout petit Rabelais écrivait au très grand Budé ‒ s’explique facilement : le succès des fictions pantagruélines fut bientôt promis à une réception patrimoniale, prompte à rejeter dans l’ombre les ouvrages longs et difficiles d’un savant ayant toujours cultivé, en latin et en grec, l’exigence érudite d’une prose d’art qui découragerait les générations à venir. De récents travaux2 tentent de redonner au premier humaniste du règne de François Ier la place qui lui revient, non seulement comme figure qui orienta de façon décisive la « politique culturelle » du royaume ‒ les historiens n’ont jamais vraiment oublié cet aspect de l’activité de Budé ‒, mais aussi comme auteur d’une œuvre insigne en son époque, exemplaire et plus influente que toute autre, peut-être, dans la France du premier xvie siècle. Or, dans le massif imposant que représente l’œuvre de Budé, la correspondance ‒ dont il manque encore une traduction intégrale3 ‒ n’est pas à négliger : elle a contribué à ériger l’humaniste français, comme Érasme (et concurremment à ce rival), en modèle pour toute la République des Lettres européenne.

  • 4 Sur les éditions successives de la correspondance de Budé, et le monument littéraire que représente (...)

3C’est précisément ainsi que Rabelais, jusqu’à la publication de Pantagruel (ca 1532), lut et relut les éditions successives de la correspondance de Budé. On pourrait même juger que la première carrière de Rabelais s’est écrite à l’ombre du monument que Budé érigea peu à peu, d’éditions en rééditions, de 1521 à 15314. Relire le corpus épistolaire budéen avec les yeux de Rabelais permet de comprendre, d’une part, comment la présence du futur auteur de Pantagruel dans les Epistolæ a permis l’entrée en littérature d’un homme jusqu’alors obscur, bientôt appelé lui-même à rédiger d’autres lettres de circonstance en néo-latin ; d’autre part, quelles étaient les spécificités de la première réception de ces recueils dont les lecteurs de la Renaissance étaient friands, parce que « l’art de la lettre humaniste » tenait une place décisive dans la vie littéraire de l’Europe.

Pierre Lamy en éclaireur solitaire

  • 5 Epistolæ Gulielmi Budęi, Secretarii Regii, Posteriores, Paris, Josse Bade, 1522 [ci-après Posterior (...)
  • 6 Ibid., 2e partie, f. 1r (sign. αa1r).
  • 7 Epistolæ Gulielmi Budęi Regii Secretarii, Paris, Josse Bade, 1521 [ci-après Priores], f. 46v-49v et (...)
  • 8 Gulielmi Budæi, Regii Secretarii Epistolæ, Bâle, Andreas Cratander, 1521, verso du titre ; voir les (...)
  • 9 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 121 (trad. Roland Galibois) ; Priores, 1521, f. 49v : « ἕπειτα(...)

4En 1522 paraît le deuxième recueil de la correspondance de Budé, les Epistolæ posteriores ; on découvre, dans la première section, qui comprend les lettres latines, la réponse de Budé à Rabelais5. Cette lettre assez longue, riche d’amples passages en grec, se clôt sur une salutation à Pierre Lamy (ou Amy, Amicus), le compagnon helléniste de Rabelais en Poitou : « Salue Lamy, non moins tien que mien (Amicum saluta non magis tuum quam meum) ». Le même recueil inclut par ailleurs une lettre audit Lamy, qui ouvre la seconde section, celle des lettres grecques6. Le nom de Petrus Amicus, sodalis Franciscanus avait déjà fait son apparition dans le premier recueil budéen, les Epistolæ de 1520 (habituellement dites « priores »), où l’on pouvait lire deux lettres de Budé à Lamy7. Ce recueil des Epistolæ priores avait été republié l’année suivante, à Bâle ‒ réédition qui s’ouvrait sur un « catalogue des hommes illustres auxquels sont écrites ces lettres (virorum illustrium, ad quos hæ epistolæ sunt scriptæ catalogus8) ». Et Lamy l’inconnu de s’y trouver propulsé dans la cour des grands humanistes européens, aux côtés d’érudits aussi célèbres que Richard Pace, Thomas Linacre, Thomas More, Salmon Macrin, Pietro Bembo, Christophe de Longueil ou même Érasme. Avec pour seul « titre » son statut de frère franciscain, cet helléniste que Budé félicitait pour sa persévérance dans l’étude du grec, des mathématiques et de la théologie mystique était assurément le plus méconnu des viri illustres de 1521. Dans sa lettre du 10 février [1520], Budé lui avait écrit (en grec) : « cette riche philosophie constituée des pensées augustes des Latins et des Grecs, tu es le seul, je pense, dans ce couvent, à l’embrasser et la chérir »9 ‒ preuve qu’à cette date le maître n’avait pas encore eu vent de la présence de frère Rabelais à Fontenay-le-Comte, auprès de Lamy.

  • 10 Priores, 1521, f. 46v : « literas mihi tuas ad se ostendit Franciscus Deloinus : homo ut tibi amici (...)
  • 11 « C’est à lui [Deloynes] que j’ai en quelque sorte dédié mon As, puisque vers la fin de l’ouvrage, (...)
  • 12 La double périphrase est de Marie-Madeleine de La Garanderie, dans Guillaume Budé, philosophe de la (...)

5Deux lettres de Budé suffirent donc à conférer à Pierre Lamy le statut d’« homme illustre » à l’échelle de l’Europe. Il est vrai que Lamy pouvait se recommander de l’amitié de François Deloynes10, intime de Budé, qui avait servi d’interlocuteur dans l’épilogue du De Asse11 (1515), morceau de bravoure d’un livre qui incarnait à lui seul l’effort de toute une époque pour redécouvrir les réalités du monde antique. Fort de la caution amicale de Deloynes ‒ « le Pylade, le La Boétie de Guillaume Budé »12 ‒, Lamy avait pu attirer l’attention du maître. Il n’y avait pas de raison qu’il en fût autrement pour frère Rabelais : de nouveau, l’ami d’un ami devait permettre la sociabilité épistolaire.

  • 13 Cf. Érasme, Adages, IV, iv, 51 : « Lychnobii ». Voir Mireille Huchon, Rabelais, Paris, Gallimard, 2 (...)

6Mais avant de revenir sur la « stratégie » d’un Rabelais qui sut profiter de cette amitié indirecte, il faut souligner que rien n’eût été possible sans Lamy, personnage dont l’histoire a surtout retenu qu’il avait été un jour… le camarade de Rabelais. Or, là encore, la perspective doit être inversée : c’est à Rabelais que revient de plein droit le statut de second, d’acolyte. L’auteur de la fiction pantagruéline ne l’oubliera jamais : dans le manuscrit du Ve livre figure un passage qui mentionne, en fait de Lanterne, et avec un jeu signifiant, « la mye du grand M. P. Lamy […] plus divine, plus hilique, plus docte, plus saige, plus diserte, plus humaine, plus debonnaire et plus ydoine que autre », « esleue et choisie » par les pantagruélistes pour les conduire à bon port. À l’heure où Rabelais n’était encore qu’un humble « Lychnobien »13, c’est bien la Lanterne de Lamy qui fit sortir de l’ombre le jeune moine.

  • 14 Voir Romain Menini et Olivier Pédeflous, « Les marginales de l’amitié : Pierre Lamy et Nicolas Béra (...)

7Lamy, plus âgé, avait l’expérience d’une vie parisienne antérieure. Dès 1502, la Faculté de Paris lui avait conféré le titre de bachelier en décret ; en 1505, il était licencié en droit. Ce studieux séjour parisien lui avait permis de fréquenter non seulement Deloynes, mais encore Lefèvre d’Étaples et Guillaume Farel. Dès 1508, il pouvait se procurer la première édition des œuvres grecques de Lucien de Samosate, exemplaire coûteux qui faisait partie des livres commandés par Girolamo Aleandro, professeur dont Lamy suivit peut-être les leçons14. Bref, le juriste Pierre Lamy avait été l’un des pionniers, dans la capitale, à vivre l’époque héroïque de l’hellénisme français ; en ce temps, Budé faisait paraître ses premiers ouvrages : plusieurs traductions du grec et les Annotationes in Pandectas (1508). Rabelais, lui, ne devait être qu’un enfant (puisqu’il se dit encore adulescens en 1521).

  • 15 Paris, J. Bade, 1505, avec d’autres traductions de Plutarque et Grégoire de Nazianze.
  • 16 L’expression est de Marie-Madeleine de La Garanderie (éd. du De Transitu, Paris, Les Belles Lettres (...)

8Les deux premières lettres de Budé à Lamy confirment que celui-ci fait figure d’interlocuteur privilégié pour l’auteur des Annotationes : Lamy est un studiosus qui a mis le soin de Philologie au premier rang de ses priorités ; il pratique les auteurs grecs, en particulier les philosophes ; il a embrassé la vie religieuse afin de pouvoir s’adonner pieusement à l’étude, en solitaire, loin d’un Siècle qui coûte tant de tracas à Budé. Lamy, lui, est seul ‒ dans le calme de sa confrérie (pourtant peu réputée pour sa culture), soucieux de mener à bien son « plan d’études ». Il a renoncé à une carrière que son cursus juridique lui aurait permise, contre l’avis même de son père ; Budé écrit ne pas l’ignorer. Lamy, malgré les contraintes de son ordre, a choisi cette vita contemplativa dont Budé fera toujours davantage l’horizon rêvé de son œuvre : en 1505, il avait déjà traduit l’épître De vita solitaria de saint Basile15, exemplaire de ce « pôle mystique »16 vers lequel fut aimanté très tôt son chemin spirituel. De façon significative, Budé republiera bientôt sa traduction, dans une version largement revue, au beau milieu du dernier état de sa correspondance, ce vaste ensemble que constituent les ultimes Epistolæ (1531). Soit une preuve que sa pratique épistolaire doit être pensée dans le cadre d’un questionnement singulier sur la solitude, possible ou réelle. Si Lamy, dès l’été 1520, fait bien partie du « réseau » budéen ‒ et l’on connaît l’importance de ce « networking » épistolaire, particulièrement cultivé par Érasme ‒, le moine y incarne l’érudit solitaire qui, loin de la capitale, loin de la cour, se consacre aux bonnes lettres. Cette mise en scène s’appuie certes sur la réalité de l’éloignement poitevin : on comprend par exemple, à la lecture de la deuxième lettre de Budé (mai 1520), que la première (février) n’est pas encore arrivée à destination. Mais Budé se plaît aussi à donner de Lamy le portrait d’un quasi-anachorète, miroir de sa propre vie rêvée ‒ et ce, alors même qu’on retrouvera bientôt Lamy à Saintes, chez Amaury Bouchard, en 1522, et qu’il semble avoir continué d’entretenir des liens avec plusieurs cercles lettrés, en France et à l’étranger, jusqu’à rejoindre la cosmopolite métropole bâloise à la fin de sa vie. Les deux premières lettres de Budé à Lamy bruissent ainsi d’un long soupir artistement poussé par le maître : si seulement il pouvait, lui aussi, profiter de la situation retirée du moine ! Budé regrette qu’il n’en soit rien, déplorant auprès de son correspondant (c’est-à-dire, quelques mois plus tard, au su de toute la République des Lettres européenne) qu’il soit incapable de trouver quant à lui la « tranquillité de l’âme », tout traducteur de Plutarque qu’il ait été.

  • 17 « Est enim (quod scite scriptum est a Turpilio comico) epistola absentium amicorum quasi mutuus ser (...)

9En 1522, dans son De conscribendis epistolis, Érasme résume ce qui détermine pour lui la singularité de la relation épistolaire : l’échange de lettres est comme « une conversation silencieuse entre amis éloignés (absentium amicorum quasi mutuus sermo) »17. En lisant les lettres de Budé à Lamy, on est plutôt frappé par l’insistance sur les vertus de l’étude solitaire, du retrait et de l’éloignement que par la volonté de réduire cette enviable distance : ce qui anime le propos de Budé, où résonne certes une forme d’affinité élective, c’est l’émulation in absentia davantage que l’illusion d’une présence. L’éloge de la vie solitaire, à la manière de saint Basile, supplante très vite les rares détails conjoncturels et les déclarations d’amitié, pour gagner les lieux habituels de la prose d’art budéenne et chanter les pouvoirs sacrés de la Philologie. En campant Lamy en ténébreux chevalier de l’étude, Budé peut jouer sur la corde de ce très haut style qui le caractérise. L’humble franciscain devient son double renversé, dont le vœu de pauvreté appelle – brillant paradoxe constitutif de la maniera budéenne ‒ les moyens d’une rhétorique luxueusement travaillée. L’échange en dit long sur la mythologie personnelle de Budé.

Un second « Lychnobien » dans la lumière : Rabelais

10Mais voici qu’en mars 1522, c’est à Rabelais de faire son entrée dans la République des Lettres : il devient à son tour l’un des correspondants, triés sur le volet, du grand Budé. De même que Lamy a profité de la lumière budéenne, son camarade sort de l’ombre avec la même étiquette franciscaine : « Gulielmus Budęus Francisco Rabeleso sodali Franciscano sal. ». Celui qui s’est dit dans sa lettre non seulement « obscur et inconnu (obscurus et ignotus) », mais encore « loin des Muses et dans l’ombre (ἄμουσός τε καὶ σκοτεινός) » ‒ c’est-à-dire doublement obscur, en latin puis en grec ‒ contemple enfin son nom imprimé avec les caractères de l’humanisme conquérant (les lettres romaines du célèbre Josse Bade), à côté du patronyme illustre du premier helléniste de France. Pari réussi.

11La lettre se résume à un badinage juridico-érudit qui raconte comment Rabelais s’est laissé convaincre par Lamy d’écrire au grand Budé, malgré d’explicables réticences : Budé est un grand personnage, pris dans le tumulte de la cour et occupé à traiter avec le dieu Plutus, notamment en luttant contre les menées des courtisans. L’objet de cette lettre soigné n’est autre que la lettre elle-même, son tour spirituel et la réponse qu’elle appelle.

  • 18 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 288 (trad. Roland Galibois ; nous soulignons) ; Posteriores, 1 (...)
  • 19 Preuves, s’il en fallait, de la relative distance qui reste celle de Budé à son « ami » Rabelais. H (...)
  • 20 Paul J. Smith, « Correspondance et stratégie d’auteur : les lettres de François Rabelais », dans Je (...)

12De cette stratégie de promotion culturelle (osons l’expression !), Budé n’était pas dupe ; dans sa réponse, il souligne avec malice qu’il a vu clair dans le jeu de Rabelais : « Considère que jusqu’à maintenant j’ai plaisanté et que j’ai voulu donner la réplique à ce que tu m’as écrit en matière de plaisanterie, je pense, avec le désir de m’arracher une lettre »18. La lucidité du grand homme est d’autant plus évidente que cette seule phrase est écrite en latin, au milieu d’une longue séquence imprimée en caractères grecs : le code-switching a pour effet imparable de fournir, en langage clair, la clef d’un échange à bon entendeur, même aux lecteurs qui ne seraient pas hellénistes. Budé consent à entrer dans le jeu de la connivence érudite, serait-ce avec cet obscur franciscain : il fait preuve de solidarité à l’égard d’un tel jeune homme capable ‒ la chose est si rare ! ‒ de participer au renouveau du grec en France. C’est aussi dans son propre intérêt. Le maître peut alors convier l’ensemble de l’Europe latinisante au spectacle de sa générosité sagace. En l’occurrence, Budé n’ignore rien du fait que ce Rabelesus méconnu ‒ et dont il graphie différemment le nom dans les éditions successives de sa correspondance (« Rabelesus », « Rabalęsus » [sic], « Ῥαβέλαισος », « Ῥαβάλαισος » [sic19]) ! ‒ trouve ici le meilleur moyen de se pousser sur le devant de la scène littéraire. Paul J. Smith a montré que Rabelais fit toujours usage du genre épistolaire ‒ qu’il s’agît de lettres de circonstance ou de dédicaces imprimées dans les livres ‒ « pour s’introduire dans les réseaux intellectuels de son temps »20.

  • 21 Lettre à Lamy du 2 mai [1520] : Priores, f. 103v (Lettres grecques, op. cit., p. 123).
  • 22 Budé emploie semblablement la même expression, en grec (« familiaritatis et amicitiæ σύμβολον οὐ σμ (...)
  • 23 Abel Lefranc, « Le Platon de Rabelais », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, Paris, Henri (...)
  • 24 Pour des exemples précis, voir « Rabelais helléniste », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2 (...)

13N’allons pas faire grief à Rabelais de manœuvres secrètes : ses mots sont sans équivoque, lorsqu’il écrit à Budé qu’il souhaite plus que tout au monde « s’insinuer fort avant dans [s]on amitié (in amicitiam tuam penitus aliquo insinuare) ». « Pourquoi ne l’avouerais-je point (cur enim non fatear) ? », demande-t-il, animé d’une parrhèsia qui montre aussi au maître que les codes de la sociabilité épistolaire ne lui sont pas inconnus. Lire ici de la naïveté et de la verdeur, c’est faire fausse route : derrière les périphrases et les hyperboles élogieuses, l’éthos du jeune épistolier est parfaitement étudié. Preuve en est le fait qu’il se recommande de son cher Lamy le bien nommé, à la faveur d’un jeu prévisible (nomen omen), mais dont la subtilité allusive est relevée par le passage au grec : « notre P. Lamy, homme digne qu’on l’aime, par les Grâces ! s’il en fut jamais (P. Amicus noster ἀνὴρ νὴ τὰς χάριτας ἀξιέραστος, εἴπερ τις πώποτε καὶ ἄλλος) ». La formule est un centon mûrement conçu : l’épithète ἀξιέραστος n’est pas très courante, mais se trouve plusieurs fois chez Lucien, avant de qualifier à plusieurs reprises Alcibiade sous la plume de Proclus, dans son commentaire à l’Alcibiade de Platon ; l’appel aux Grâces est celui qu’Aristophane fait prononcer à Socrate dans ses Nuées (v. 773) ; quant à la concessive, elle se trouve identiquement dans le Phédon (59a), pour caractériser le même Socrate, incomparable devant la mort, d’après le personnage éponyme. En deux lignes, toutes teintées d’amitié socratique, Rabelais annonce la couleur : il a retenu le mot de Budé, selon lequel « l’amour des lettres élégantes est comme la tessère d’amitié entre les hommes dévoués à l’étude (amorque literarum elegantium, quæ veluti Tessera est amicitiæ inter homines studiosissimos21) ». Aussi le jeune franciscain savait-il que l’image du « gage d’amitié » symbolique, cette tessera ou σύμβολον22, avait gagné ses lettres de noblesse platoniciennes grâce au mythe d’Aristophane dans le Banquet (191d). Amicus pour amicus, autant se recommander des meilleures autorités en matière de φιλία. Budé avait félicité Lamy d’avoir entrepris l’étude du « Philosophe sacrosaint et anagogique (sacrosancti et anagogici Philosophi) » : si la périphrase désigne bien Platon, comme le pensait Abel Lefranc23, alors Rabelais est plus que jamais dans le thème et digne de la connivence des deux hellénistes. Le reste de sa lettre nous convainc que c’est fréquemment aux mêmes Platon, Aristophane et Lucien de Samosate qu’il emprunte lorsqu’il passe à la langue grecque24.

  • 25 Rabelais parle d’à peu près cinq mois auparavant (« menses abhinc plus minus quinque ») ; Budé, du (...)
  • 26 Paul J. Smith, art. cit., p. 72.
  • 27 Posteriores, f. 29r.
  • 28 Sur Rabelais et les progymnasmata, voir Diane Desrosiers, « “An muri faciendi”. La pratique des pro (...)

14Rabelais nous apprend surtout que Lamy l’a convaincu d’écrire à Budé, à grand renfort d’arguments nombreux et répétés. Dans cette entreprise, la persévérance était de mise. La réponse de Budé (avril 1521) confirme ce que révélait l’autographe rabelaisien de mars 1521 : à l’automne 152025, semble-t-il, l’ambitieux moine s’était fendu d’une première lettre au grand homme, hélas restée sans réponse. Il lui avait fallu l’opiniâtreté dont Lamy lui-même, quelques mois plus tôt, avait fait preuve. Selon un jeu fréquent dans la pratique épistolaire de la Renaissance, c’est l’absence de réponse à la première missive de Rabelais qui constitue l’objet de la seconde : ne pouvant accuser Budé d’injustice à son endroit, le jeune franciscain feint de se retourner contre Lamy, leur ami commun, qu’il rend coupable de fausse promesse, dans un langage juridique qui donne à ce badinage érudit le tour d’un procès intenté pour fraude grave (de dolo malo). La faute revient en effet à Lamy, écrit Rabelais : plutôt deux fois qu’une, donc ‒ ce qui, soit dit en passant, rend l’accusation portée contre Lamy d’autant plus facétieuse ‒, ses pressions amicales ont vaincu ses réticences, malgré l’écart irréductible entre lui, l’insignifiant moinillon, et Budé, le philologue par excellence. Et la lettre rabelaisienne de creuser volontiers cet écart, non sans exagération. Paul J. Smith a montré que la surenchère laudative, servie par la figure de syncrisis (« comparaison »), était l’un des moyens privilégiés de la rhétorique rabelaisienne26. Pour faire la preuve de son exceptionnelle virtuosité dans les deux langues (cette utriusque linguæ peritia que lui reconnaîtra Budé27), Rabelais a forcé les traits du contraste, à l’occasion d’un exercice précisément recommandé par les Anciens parmi les progymnasmata, ces « travaux préparatoires » nécessaires dans la formation de l’orateur28. Plus que de raison, la critique a pointé du doigt ce qu’elle considère comme la gaucherie de cette lettre, pour en railler parfois la flagornerie maladroite dont le jeune épigone y eût fait preuve : c’est passer à côté du jeu littéraire auquel se livre le subtil ironiste.

  • 29 Ibid., f. 29v. Dans les Epistolæ de 1531 (f. 82r), le commentaire de Toussaint au verbe αἰνίττεται (...)
  • 30 Histoires vraies, A, 2 (trad. Jacques Bompaire) : « τῶν ἱστορουμένων ἕκαστον οὐκ ἀκωμῳδήτως ᾔνικται (...)
  • 31 Jacques Bompaire, Lucien écrivain : imitation et création, 1958, réimpr. Paris, Les Belles Lettres, (...)
  • 32 Voir « Rabelais helléniste », art. cit., p. 224 et Rabelais altérateur, op. cit., p. 150-151. Nous (...)
  • 33 Voir Budé, De Asse, livres I-III, éd. et trad. Luigi-Alberto Sanchi, Genève, Droz, 2018, p. 72-73.
  • 34 Érasme, Μωρίας ἐγκώμιον, §53 (en grec dans le texte). La latinisation semble revenir au commentaire (...)
  • 35 Voir Romain Menini, « Lucien batave, Lucien français », dans Blandine Perona et Tristano Vigliano ( (...)
  • 36 Voir Luigi-Alberto Sanchi, Les Commentaires de la langue grecque de Guillaume Budé, Genève, Droz, 2 (...)

15Budé, lui, ne s’y trompait pas : non seulement, répond-il, c’est « de façon badine (jocabunde) » que Rabelais lui a écrit, mais « tous les mots de sa lettre sont des allusions (omnia verba epistolę αἰνίττεται) », « à moins, tempère Budé, que je n’aie pu en saisir le sens (nisi si eorum sensum assequi non potui29) ». Bien au contraire, il y a fort à parier que Budé, tout modeste qu’il s’affichât, avait compris l’essentiel de l’énigme ourdie par Rabelais l’alluseur ; le mot grec qu’il emploie (et sur la proprietas duquel il insiste) est ainittesthai, « faire énigme » : c’est précisément le verbe qu’avait choisi Lucien de Samosate pour signifier, à l’ouverture de ses Histoires vraies, que « chaque détail du récit est une allusion, non sans intention comique, à certains poètes, historiens, philosophes d’antan »30 ‒ de quoi faire de son livre, à toutes les pages, « une énigme littéraire que le lecteur doit résoudre »31. Budé a reconnu que Rabelais lucianisait : certaines des citations littérales du Samosatois dissimulées dans la lettre rabelaisienne ne lui avaient peut-être pas échappé32. Le remploi d’une formule de signature lucianesque comme « οὐδὲ γὰρ πολλοστημόριον τοῦτο, ὧν χρῆναι αὐτὸν παθεῖν (ce n’est qu’une toute petite partie de ce qu’il doit souffrir) » ‒ « Οὐδὲ πολλοστημόριον τοῦτο ὧν σε δεῖ παθεῖν », dit Jupiter à Prométhée dans le premier des Dialogues des dieux ‒ devait sonner clair à l’oreille de Budé, qui avait consacré un passage de son De Asse aux composés grecs en -μόριον (τεταρτημόριον, τριτημόριον, etc.), lorsqu’il y étudiait les fractions de l’as33. La latinisation (cette habitude si budéenne) du mot grec κρησφύγετα, « cresphygeta » (« refuges »), s’autorisait ‒ en plus d’occurrences chez Hérodote ‒ de l’opuscule Sur ceux qui sont aux gages des grands (§11) et d’une utilisation récente par Érasme dans l’Éloge de la Folie34. Quant à la traduction d’un fragment de l’Icaroménippe de Lucien (dialogue récemment traduit par Érasme35), elle ne pouvait échapper au maître, dont la fréquentation du Samosatois est bien attestée36.

La lettre de 1521, concentré de style budéen

  • 37 D’autres modèles latins sont signalés par Richard Cooper, “Rabelais’s neo-Latin writings », dans Gr (...)
  • 38 De conscribendis epistolis, Bâle, J. Froben, 1522, p. 18. Voir aussi Claude La Charité, « Le Stile (...)
  • 39 Voir Claude La Charité, La Rhétorique épistolaire de Rabelais, Québec, Nota Bene, 2003, passim.
  • 40 Voir par exemple Romain Menini, « Salutations rabelaisiennes (et budéennes) », L’Année rabelaisienn (...)
  • 41 Sur l’humour de Budé épistolier (reconnu par Celio Curione, l’éditeur de ses Opera en 1557) et sur (...)

16Au-delà de la marqueterie intertextuelle, faite de divers emprunts aux Anciens37, la lettre de Rabelais bruit d’une multitude de références à l’œuvre de Budé lui-même. La prose en est « toute budéenne », selon le mot de Marie-Madeleine de La Garanderie. Plus que Platon ou Lucien, l’auteur que Rabelais imite le plus, c’est son correspondant ‒ au point de teinter son tour de force d’une nuance de pastiche. À l’heure où Érasme compare l’épistolier au poulpe38, capable de s’adapter à tous les sujets, le style rabelaisien s’apparente à celui du caméléon ‒ ou du « tarande » du Quart livre. Qu’il y ait du jeu dans cette exercitatio-imitatio, cela ne fait pas un pli ; mais il n’y a non plus lieu d’imaginer que le disciple ait pu concevoir sa fantaisie mimétique comme une charge mordante. Au contraire, cette imitation, certes souriante, relève pleinement de l’exigence de decorum, fondé sur l’aptum rhétorique, qui sied à l’échange épistolaire39 : elle est presque totalement ad majorem Budæi gloriam. Du reste, Rabelais conservera jusque dans les années 1530, à chaque fois qu’il prendra la plume en néo-latin, une semblable manière budéenne40 ‒ autant dire cette prose rendue difficile par l’abondance de métaphores, gonflée de tours étranges, truffée de grec non-classique, brillante de raretés lexicales autant qu’obombrée d’allusions à mots couverts que seule la connivence érudite permet de saisir, à condition de chausser les bonnes besicles, au milieu de cette joaillerie chargée. Dès 1521, Rabelais s’adaptait à l’humour singulier de l’austère Budé, finesse mêlée de sérieux et fondée sur un comique de mots raffiné, dont l’ingéniosité fut parfois mal comprise à son époque41.

  • 42 Claude La Charité, op. cit., p. 135 ; lettre à Lascaris du 10 juin [1516] (Priores, 1520, f. 112v s (...)
  • 43 Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 524-525.
  • 44 Priores, 1520, f. 115r (trad. G. Lavoie dans Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 100).
  • 45 Ibid. (cf. Lettres grecques, op. cit., p. 185), à propos de l’abbé Bartolini, bientôt nommé cardina (...)
  • 46 Ibid., f. 120v (cf. Lettres grecques, op. cit., p. 228), à propos de Lefèvre d’Étaples.
  • 47 Ibid., f. 82v-83r.
  • 48 Ibid., f. 119v.
  • 49 Ibid., f. 120r. Chez Rabelais, le sens de l’expression « καὶ τῆς σπάνης » n’est pas limpide (voir d (...)
  • 50 Marie-Madeleine de La Garanderie, « Ce que Rabelais… », art. cit., p. 526.

17En premier lieu, Rabelais montre qu’il a évidemment pris connaissance de la lettre budéenne à Lamy (la seconde), mais aussi de toute sa correspondance alors disponible (dans le recueil des Priores) : par exemple, comme l’a signalé Claude La Charité, d’une lettre à Lascaris au fil de laquelle Budé mime le langage des tribunaux42. Pour Marie-Madeleine de La Garanderie, une autre lettre des Priores, adressée à Richard Pace, avait pu servir de modèle badin au jeune franciscain, de même que les échanges du maître avec Érasme43. On pourrait multiplier les rapprochements, par exemple avec ce bref billet de Budé à l’Anglais Richard Crooke, tout en grec, où le Français dit n’avoir aucun souvenir du nom (pourtant connu alors) de l’Anglais, et où affleure l’adjectif ἀξιέραστος44 (« digne d’être aimé ou estimé »), déjà évoqué ‒ adjectif qui reparaît dans la lettre suivante des Priores, adressée à Christophe de Longueil45, et encore dans une autre lettre à Guillaume du Maine46. Plusieurs autres lexies grecques du texte rabelaisien, de frappe non-classique, ont des antécédents dans les Priores : ne citons que les substantifs καλλιλογία47 (« beau langage »), εὐφυία48 (« qualité naturelle ») ou l’étrange σπάνη (Budé écrit σπάνια49, neutre pluriel de l’adjectif σπάνιος, « rare », susceptible d’emplois adverbiaux). « L’imitation de Budé s’étend jusqu’aux détails », résumait Marie-Madeleine de La Garanderie50. À Fontenay-le-Comte, il faut imaginer Rabelais compulsant son exemplaire des Priores imprimées par Bade, mis à sa disposition, peut-être, par les savants poitevins dont il était entouré (par exemple André Tiraqueau ou Amaury Bouchard). Sa prose néo-latine témoigne de l’application du jeune studiosus à faire la preuve de sa φιλοπονία, ce « sens de l’effort » si digne du grand modèle.

  • 51 Voir Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 24-25.

18Bref, devant cette déclaration évidente de budéisme, le maître comprenait le rôle de pédagogue que sa correspondance avait pu jouer dans la formation du jeune helléniste. Avant de devenir le correspondant de Budé, Rabelais donne un exemple notable de la réception immédiate des lettres budéennes (en particulier des lettres grecques), en lesquelles les lecteurs virent très tôt des modèles de style, notamment pour écrire (ne serait-ce que partiellement) dans la langue de Platon. C’est encore ce que répèteront les éditeurs des Epistolæ græcæ, que ce soit Guillaume Plançon (Plancy) en 1540 ou Antoine Pichon en 157451 : dès 1520, Budé pouvait à bon droit revendiquer le titre de « précepteur de l’Europe » (presque autant qu’Érasme), tout au moins pour l’apprentissage du grec, et assurément dans le royaume de France.

  • 52 Voir, p. 343-360. Marie-Madeleine de La Garanderie, « Le style figuré de Guillaume Budé et ses impl (...)
  • 53 Voir Ead., Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 402 sq.
  • 54 Voir Olivier Pédeflous, « Græce non legitur ?... », art. cit., p. 23 (qui cite notamment l’occurren (...)
  • 55 Budé, De Asse, éd. L.-A. Sanchi, op. cit., p. 51-53. On retrouvera l’adverbe ἀπειροκάλως dans la de (...)

19En émule, Rabelais reproduit la plupart des caractéristiques du « style figuré » de Budé, cet asianisme tout-diamant52 et tendu vers le sublime53 : bilinguisme, lexique post-classique, latinisation de mots d’origine grecque (syntheca, cresphygeta), néologismes (adverbes grecs en -ως : ἀπειροκάλως, ἐξαρνῶς), effets sonores, paronomases et figure dérivative ostentatoire (sur la base δίκη, « justice » : « εἰς τὸ τῶν σεμνῶν δικαιοδότων δικαστήριον τήνδε δίκην διώξων »), périphrases, doublets synonymiques et autres tropes nécessaires à l’amplificatio verborum, le tout dans une syntaxe parfois contournée. En glissant l’adverbe ἀπειροκάλως (« grossièrement », « gauchement »), attesté chez Platon et Lucien54, il signale à Budé qu’il a lu, dans le De Asse, son développement visant à montrer que la langue grecque ne le cède en rien à la latine, et que, contrairement à ce qu’avance Cicéron dans son Orateur (II, 18), le mot ineptum a des équivalents en grec, parmi lesquels ἀνάρμοστον ou même ἀπειρόκαλον55. En choisissant cet adverbe, Rabelais signale qu’il partage la position budéenne sur la richesse d’une langue dont la proprietas mérite toute l’attention des humanistes.

  • 56 Voir Ead., Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 526.
  • 57 La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 66, où Marie-Madeleine de La Garander (...)
  • 58 Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 526.
  • 59 Budé, De Asse, Paris, J. Bade, 1520, f. 184r. Les manchettes ascensiennes, particulièrement longues (...)
  • 60 Sur cette combinatoire latino-grécisante chez Budé, voir Marie-Madeleine de la Garanderie, « Le sty (...)
  • 61 Rabelais, Tiers livre, xxxii, OC p. 454. Lieu commun depuis Cicéron, Tusc., V, xvii, 71, qui disait (...)

20L’hommage flattait un maître qui retrouvait chez son disciple toutes ses marottes personnelles. Qui, mieux que l’auteur des Annotationes in Pandectas, pouvait goûter ce jeu de rôles dans lequel Rabelais faisait mine de poursuivre pour dol (de dolo malo) le compagnon que les deux correspondants portaient haut dans leur cœur ? La connivence juridique était parfaitement assurée. Qui plus est, Rabelais citait nommément le De Asse, ouvrage publié par Bade en 1515 (pour l’avènement du nouveau roi), et revu en 1516 : mieux que sa connaissance globale de l’opus magnum, il pointait dans sa lettre le morceau de choix qu’y constitue l’épilogue, comme l’avait remarqué Marie-Madeleine de La Garanderie56. Or, cet épilogue était le lieu du livre auquel Budé était le plus attaché ; on y trouvait l’échantillon de son style le plus caractéristique et la mise en valeur des « thèmes principaux de sa pensée »57. Sa lettre à Érasme du 7 juillet [1516] reflète la « particulière tendresse » que l’humaniste français éprouvait pour ces ultimes pages. « Rabelais se laissait-il guider par sa seule intuition, demandait Marie-Madeleine de La Garanderie, ou bien avait-il lu la confidence de Budé à ce sujet dans sa lettre à Érasme58 ? ». Le recueil érasmien des Epistolæ sane quam elegantes (Louvain, 1517, puis Bâle, 1518) avait déjà porté l’échange des deux héros à l’attention de l’Europe. Il y a toute raison de penser que Rabelais prenait la plume en connaissance de cause. Son jeu sur la figure de Plutus, dans la lignée de la pièce d’Aristophane, est certes un hommage au De Asse, dont l’épilogue vise les « axiomes de la courtisacadémie (axiomata aulicacademiæ [sic !]) », en l’espèce de « ces plutacadémiques consacrés dans le temple de Pluton (illa plutacademica in æde Plutonis59) » ‒ moment d’invention verbale et de concrétion lexicale sans égal dans la prose budéenne60. Mais il y a fort à parier que Rabelais signale aussi sa lecture de la passe d’armes épistolaire entre Érasme et Budé, dans laquelle s’était envenimé, en particulier, un jeu d’abord véniel sur l’opposition entre Penia (la Pauvreté) et Ploutos (la Richesse), les deux humanistes s’y étant échangé le souhait que l’autre fût couvert d’or ‒ c’est-à-dire l’accusation grinçante d’être vendu à la vie matérielle (pour mieux délaisser les richesses spirituelles). Parler de Plutus à l’auteur du livre sur les monnaies, en 1521, c’était donc aussi lui témoigner son soutien dans une joute qui avait agité la vie littéraire des années passées. Il faut peser les mots de Marie-Madeleine de La Garanderie ‒ dont nous tentons ici de prolonger les intuitions ‒ au poids du sanctuaire (ou à la « balance de Critolaus », que Rabelais aimera bientôt à citer… à la manière de Budé61) :

  • 62 Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 526 

Faire allusion à Plutus, dieu des richesses, c’est prouver non seulement que l’on connaît Aristophane, mais surtout que l’on connaît Budé, l’auteur du De asse, qui est précisément un livre sur la richesse, une sorte de table de concordance des différentes unités de mesure et de monnaies de l’Antiquité : et aussi comparaison de la richesse des Anciens et de celle des modernes, satire contre la scandaleuse répartition des biens, réflexion philosophique sur la vraie richesse et sur la place du sage dans la cité. Imaginer que Plutus revenu de ses erreurs, se tourne vers la lumière, et surtout imaginer que l’on réussit ‒ que l’on réussit personnellement ‒ à persuader ce dieu pervers que c’est Budé qui fait retrouver la lumière (ego tum plaudere, tum urgere, ego Budæum inculcare nitoris ac luminis uindicem…), c’est se faire en quelque sorte le héraut et le missionnaire de Budé.62

  • 63 Voir Luc Vaillancourt, La Lettre familière au xvie siècle. Rhétorique humaniste de l’épistolaire, P (...)
  • 64 Sur l’opposition d’Érasme et de Budé dans l’usage du latin, voir les développements de Marie-Madele (...)

21Disciple de Budé, porte-parole de sa manière. En mimant le style budéen jusqu’à en outrer certains des traits saillants, Rabelais prêtait allégeance au philologue national. Rien d’une imitation sans conséquence en la matière : écrire comme Budé, c’était lui offrir son soutien dans sa rivalité avec Érasme, dont la correspondance avait exposé l’antagonisme qui existait entre les écrivains, précisément sur la question du style. Au Batave la clarté et le laconisme ; au Français l’obscurité et la maniera figurée. Quoique, comme Érasme, Budé se fût répandu en « lettres familières »63, il dérogeait totalement à la règle du genre tel que défini par Érasme : chez lui, le sermo (humilis, cotidianus) ne condamnait en rien l’oratio ; l’atticisme n’avait pas cours, mais un asianisme triomphant. Rabelais opte pour un tel phrasé artificiel et artiste, plutôt que pour l’idiome véhiculaire qu’était le latin d’Érasme, lequel parlait tous les jours cette langue de la conversation savante64. Il fait sienne la recommandation de Budé à l’ouverture de son De Asse :

  • 65 Budé, De Asse, préface, trad. Luigi-Alberto Sanchi, éd. citée, p. 8-9.

[…] lorsque je serai trop obscur pour être aisément compris de tous les lecteurs (or j’ai parfois voulu l’être, l’estimant important pour mon propos ou pour le style), je leur demande d’une part de répandre la lumière de leur propre jugement en attendant d’avoir recours à d’autres plus pénétrants qu’eux ; je leur demande d’autre part qu’ils disent plutôt des lieux figurés qu’ils ne sont pas limpides, comme s’ils n’avaient pas pris le temps ou la peine de les scruter, plutôt que de prononcer sur moi un jugement hâtif ou injuste.65

  • 66 Voir Joseph Wallace, “The Merits of Being Obscure : Erasmus and Budé Debate the Style, Shape, and A (...)
  • 67 Sur Budé comme « lumière française » (l’expression est de Joachim Du Bellay, dans sa Défense et ill (...)

22Comprenant très intimement ‒ tant les jeux de pistes et autres détours herméneutiques abonderont dans son œuvre ultérieure ‒ cette volonté assumée d’obscurité66, Rabelais s’en inspira comme nul autre. Le moine obscur tendit à la « lumière françoise »67 le miroir de sa lumineuse difficulté. C’était adresser au maître ès opacités un défi philologique à sa mesure.

Rabelais, témoin de la gigantomachie entre Érasme et Budé

23La lettre de Rabelais est un tissu d’allusions ; Budé croyait en avoir saisi la stratégie oblique, sans dissimuler que certains morceaux de l’énigme eussent pu lui échapper. En cela, il appliquait lui-même les recommandations de son De Asse à propos de la juste lecture des passages obscurs ! Dont acte. Mais peut-on en dire autant de la critique moderne ? Rien n’est moins sûr : il semble même qu’on n’ait pas fait toute la lumière sur la concaténation de renvois intertextuels qui saturent la lettre de Rabelais ‒ bref, qu’on n’y ait vu beaucoup moins clair que le principal intéressé. Nous tenterons de lever le voile sur certains des jeux référentiels qui sont restés jusqu’à maintenant lettre morte.

  • 68 Voir William H. Ingram, “The Ligatures of Early Printed Greek”, Roman and Byzantine Studies, vol. 7 (...)

24Deux distiques grecs, adressés au dieu Plutus, servent de clausule et d’épiphonème poétique à la démonstration de virtuosité rabelaisienne. Le vers 3 n’a pas été bien transmis par les éditions modernes : il faut lire « Τὸν Βουδαῖον οις ἐπ’ κενον γ’, ὦκα γὰρ [et non θ’] ἥξεις », sous peine de fausser l’hexamètre, d’une part en lui ôtant parfois la virgule syntaxique qui figure dûment sur l’autographe, d’autre part en le privant de son dactyle cinquième (la faute à la mélecture du γάρ ligaturé68). Quant à son contenu, on n’en a pas dit grand-chose jusque-là, sous prétexte qu’il relèverait du badinage sans relief.

25L’idée même de demander au dieu de la Richesse, Ploutos ou Plutus, de s’en aller rejoindre le grand Budé, pourrait avoir pris naissance à la lecture de la lettre budéenne déjà citée, dans laquelle l’auteur du De Asse écrivait à Érasme :

  • 69 Trad. Marie-Madeleine de La Garanderie dans Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., (...)

Tu te lamentes […] d’avoir Pénie [i. e. la Pauvreté] pour épouse […] ; tu opposes le dégoût et la haine qu’elle t’inspire à tous les soucis que me donnent l’administration de ma maison, mon rôle d’époux et de père, tout comme si, au lieu de ta Pénie, j’avais un gentil petit Ploutos, avec qui me divertir à volonté.69

  • 70 Voir aussi, chez Aristophane, l’écho de cette exclamation au v. 123 : «  δειλότατε πάντων δαιμόνων(...)

26Un gentil petit Ploutos (« plutum pusionem jucundum ») : Rabelais prit Budé au mot, pour ainsi dire, et lui envoya le dieu en personne, en signalant dès le premier vers son emprunt à la pièce d’Aristophane dans laquelle la divinité jouait le premier rôle : « ὦ Πλοῦτε Θεῶν μιαρώτατε (ô le plus scélérat des dieux !) » (cf. Plutus, v. 78-79 : μιαρώτατε / ἀνδρῶν ἁπάντων70). La drôlerie réside évidemment dans le fait même que cet envoyé n’a rien de charmant (jucundum), puisqu’il a conservé la laideur, la cécité et l’improbité qui étaient les siennes dans la comédie d’Aristophane. Mais, à coup sûr, il y avait là de quoi distraire (oblectare) un helléniste, selon le mot de Budé lui-même.

27Sous la plume de Rabelais, les quatre vers grecs étaient introduits par ces mots :

  • 71 Trad. F. Moreau dans Rabelais, OC p. 997, modifiée seulement quant au voussoiement, remplacé par le (...)

[…] je lui [sc. à Plutus] glisse à l’oreille quelques petits mots grecs, que je pourrais ajouter à cette lettre, mais ils ne sont pas dignes de tomber sous les yeux de Budé ; je vais les joindre quand même, afin que tu n’ailles pas imaginer qu’ils sont du genre de ceux dont le fameux imposteur se servait pour soigner sa goutte.71

  • 72 Aliquot Epistolæ sane quam elegantes, 1518, op. cit., p. 39.
  • 73 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 80.

28D’abord, la formule « glisser aux oreilles (auriculis instillare) » est une réminiscence précise d’une épître d’Horace (I, viii, v. 15), dont la lecture semble une autre clef pour comprendre le jeu rabelaisien. Car Horace concluait son épître en demandant à la Muse de passer son message à Celsus Albinovanus : « Ne manque pas de lui glisser tout doucement cet avis à l’oreille : “Comme tu te conduiras avec la fortune, ô Celsus, nous nous conduirons avec toi !” ». Relevons la question de la fortuna, à une époque où Budé vient de faire paraître sa grande explication artiste avec Fortune, le traité sur Le Mépris des choses fortuites (De contemptu rerum fortuitarum, 1520) ; dans sa lettre à Érasme, Budé écrivait déjà qu’ayant pris son parti de vouer sa vie à la Philologie, il n’en avait pas été pour autant réconcilié avec la fortuna (« cum fortuna redire in gratiam nequeo »72). Rabelais prolonge le jeu sur le double sens du mot, qu’on trouvait déjà chez son modèle. Son allusion à Horace est particulièrement bien sentie : l’épître présente le poète de Venouse plein de tracas, irrité contre les médecins et ses amis fidèles, en propriétaire terrien sommé d’être à Tivoli quand il voudrait être à Rome, et vice versa ‒ autant de soucis qui rappellent… ceux sur lesquels Budé s’étend auprès d’Érasme : pression de la famille, des amis et des médecins, gestion de deux maisons dans des domaines éloignés, etc. Cette vie de propriétaire avait d’ailleurs entraîné les sarcasmes d’Érasme : Budé, lui, avec ses villas de Lucullus, une victime de Pénie ! Le Batave n’en voulait rien croire et, dans sa réponse, félicitait le Français d’être ainsi couvert d’or73. Érasme, d’ailleurs, proposant quelque parallèle entre Budé l’homme et Budé l’écrivain, avait déjà cité (avant Rabelais) les Épîtres d’Horace :

  • 74 Ibid., p. 78. Epistolæ sane quam elegantes, 1518, op. cit., p. 50 : « Cum tua lego mi Budæe videre (...)

Lorsque je lis tes œuvres, cher Budé, je crois voir un richissime propriétaire, ‒ non pas un Lucullus, dont la maison était pleine d’objets que le maître ignorait, et qui, comme dit Horace, étaient bons pour les voleurs ‒, non, un propriétaire aussi méticuleux que riche, qui connaît bien ses ressources […].74

29L’auteur du De Asse avait beau être riche comme Lucullus (selon Érasme), il n’ignorait pas pour autant chaque détail textuel de ses livres, à la différence du richissime Romain. Et Budé de reconnaître ici sans mal, dans la lettre d’Érasme, rien de moins que le troisième emprunt successif aux deux premiers livres des Épîtres d’Horace, modèle omniprésent à l’arrière-plan de leur rivalité épistolaire. En rejouant sur la même corde horatienne, Rabelais glissait aux oreilles de Budé sinon qu’il valait bien le grand Érasme, du moins qu’il était apte à partager la connivence des deux plus grands érudits de son temps.

30Malgré tout, Budé avait protesté contre l’image lucullienne qu’Érasme avait donnée de sa vie aisée :

  • 75 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 90 ; Epistolæ sane quam elegantes, 1518, (...)

Je t’ai écrit un jour que je faisais construire deux maisons dignes de Lucullus. Tu vas même, toi, me comparer à un propriétaire riche comme Lucullus, mais qui connaîtrait son ménage […]75

  • 76 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 93 ; Epistolæ sane quam elegantes, 1518, (...)

J’en viens à l’argument que tu tires des maisons de Lucullus que j’ai fait construire pour conclure que ta Pénie n’est pas une habituée de chez moi. Eh bien, moi, je pourrais te donner la preuve du contraire, et une preuve convaincante ! car Ploutos, qui sait si bien courir, s’en est allé au diable, et la « pénie », ‒ la tienne, de toute évidence ‒ est venue aussitôt, pour mon malheur, le remplacer à mon foyer.76

31Puisque Budé se plaignait de ce que Ploutos ne consentît pas à rester auprès de lui, et que le dieu n’était guère qu’un fugitif ‒ « δραπέτου ἐκείνου πλούτου » (comme l’Ἔρως δραπέτης ou Amor fugitivus de Moschos) ‒, Rabelais résolut d’intimer à son propre Plutus comique d’ « aller rejoindre le grand Budé (Τὸν Βουδαῖον ἴοις ἐπ’ ἐκεῖνον γ’) », non sans préciser qu’il lui reviendrait vite (« ὦκα γὰρ ἥξεις »)… Boutade d’autant plus savoureuse quand on sait qu’elle émane d’un franciscain ! Au moins le Dieu pourrait-il rapporter au couvent ‒ et à défaut d’espèces sonnantes et trébuchantes ‒ un peu de la lumière du grand homme.

32On voit qu’il est à peu près impossible, tant le jeu rabelaisien semble en attester une connaissance précise, que le jeune moine ait ignoré les échanges mi-badins, mi-houleux, entre les deux géants de son temps. Rejouant le dialogue épistolaire entre Horace et Celsus, Rabelais montre qu’il lit la passe d’armes entre Érasme et Budé au miroir de la rivalité épistolaire antique. Surtout, il semble beaucoup s’en amuser.

33Mais le labyrinthe allusif ne s’arrête pas en si bon chemin. Les éditeurs de la lettre rabelaisienne n’identifient pas ce « charlatan » ou « imposteur » (impostor) auquel frère Franciscus se défend de ressembler en passant à la poésie. Ses vers, écrit Rabelais, ne sont pas « du genre de ceux dont le fameux imposteur se servait pour soigner ses pieds (suis pedibus medebatur) » ‒ sa goutte, en somme. Un jeu sur pedes, en fait de métrique, n’est pas à exclure ; mais l’essentiel n’est pas là. Avant Alcofribas, serait-ce à un « goutteux » que l’épistolier s’adresse, en véritable triacleur comique ? L’idée que Plutus soit goutteux n’a rien d’aberrant : dans la pièce d’Aristophane, Pauvreté (Penia) elle-même souligne que son rival rend tous ceux qui le suivent non seulement gras et ventrus, mais podagres (Plutus, v. 559).

34Or, l’allusion poético-podologique (si l’on peut dire) s’éclaire surtout à la lumière d’un passage de l’Économie rurale de Varron. Au début de cet ouvrage sont passés en revue quelques recettes agronomiques et autres remèdes thérapeutiques dont l’efficacité est soumise à des doutes légitimes. Vient le moment où il s’agit de « guérir les pieds » par une formule versifiée :

  • 77 Varron, De re rust., I, ii, 27 (cité et commenté par Maxime Pierre, Carmen. Étude d’une catégorie s (...)

Je vous dirai, dit Stolon en riant sous cape, la formule telle que l’auteur l’a écrite, et telle que je l’ai entendue lire par Tarquenna. Il faut d’abord que le malade, sitôt qu’il commence à sentir des douleurs aux pieds (pedes dolere), pense à celui qui doit opérer sa guérison (qui tui meminisset, ei medere posse) : « Moi, je t’ai à l’esprit, guéris mes pieds (medere meis pedibus), que la terre garde la maladie, et que la santé reste ici, dans mes pieds (in meis pedibus) ! » Il nous recommande de « réciter l’incantation (cantare) » à jeun trois fois de suite à neuf reprises, de toucher la terre, et de cracher en même temps.77

  • 78 Chaumont, Médiathèque Les Silos, FA 3-B-2 aa : Caton, Varon, Columelle, Palladius, Libri de re rust (...)
  • 79 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 57 ; Epistolæ sane quam elegantes, 1518, (...)
  • 80 Voir Budé, De Asse, Paris, J. Bade, 1520, f. 50v sq. : « Age, quid de Luculli divitiis existimare p (...)

35Rabelais badine ici ‒ à mots couverts, encore et toujours ‒ avec ce remède incantatoire qui eût donc consisté, comble de charlatanerie, à guérir par les mots, et plus précisément par des vers (carmina). Pour prouver la nécessité de ce recours à Varron, faut-il préciser que la bibliothèque de Chaumont conserve aujourd’hui une édition aldine des agronomes latins (Caton, Varron, Columelle, Palladius) qui se signale non seulement par l’ex-libris de frère Rabelais, qui l’apposa quand il était encore franciscain, mais encore par quelques notes marginales autographes78 ? Afin d’atteindre le premier humaniste français de son temps, le jeune moine fit feu de toutes les ressources textuelles qu’il avait à sa disposition. Citer Varron n’avait rien d’aberrant pour se faire sa place dans un débat où Budé posait en paterfamilias, plus soucieux (à son grand regret) de l’économie de sa « mesnagerie » que de sa chère Philosophie : « Les soucis domestiques m’occupent davantage que la philosophie »79, écrivait-il à Érasme le 1er mai 1516. La question des villas de Lucullus s’autorisait justement d’un des lieux classiques à ce sujet : le De re rustica de Varron, notamment en I, 2 (« non ut apud Lucullum » : presque les mots d’Érasme cités supra) ‒ dont le De Asse de Budé attestait une connaissance précise, dans la mesure où son auteur s’y était attardé sur la richesse mémorable de l’ancien Romain80. Rabelais, lui, avait pris chez Varron son pseudo-remède à la goutte… et une autre expression qu’il dérobait sans le dire au même chapitre, pour qualifier son Plutus,

qui, […] proche du délire et de la folie furieuse, incapable d’une administration prévoyante, se laisse néanmoins donner des tuteurs qui devraient être traduits devant un conseil de famille (furiosoque ac dementi proximum, provideque regendæ œconomicæ minus idoneum, patitur sibi tutores dari qui maxime sint ad agnatos deducendi).

Comparer le texte de Rabelais à celui de Varron :

  • 81 Trad. Nisard. Le texte latin est celui de l’éd. que lisait Rabelais : Libri de re rustica, Venise, (...)

Le cultivateur en Italie considère avant tout deux choses. D’abord, la récolte donnera-t-elle l’équivalent des avances et de la peine ? Puis, l’air du pays est-il salubre ? Quiconque néglige au préalable un de ces deux points est un fou. Qu’on lui cherche des tuteurs dans ses parents de l’une ou de l’autre branche (quorum si alterutrum decollat [sic], et nihilo minus quis vult colere, mente est captus, atque ad agnatos et gentiles est deducendus).81

  • 82 Cf. Budé, Annotationes in Pandectas, Paris, J. Bade, 1508, f. 31v (face aux manchettes « Ad agnatos (...)

36On ne saurait nier l’évidence de l’emprunt : Rabelais prélève au mot près une séquence textuelle qu’on ne trouve ainsi nulle part ailleurs chez les Anciens ‒ mais… chez Budé, qui l’avait déjà citée in extenso82 dans ses Annotationes in Pandectas (1508). Nouvelle manière de montrer ‒ à supposer que son destinataire ne l’eût pas encore compris ‒ que le disciple avait littéralement tout lu du maître.

37Le Plutus que Rabelais remet en scène est non seulement un mauvais gestionnaire d’une infinie fortune, mais, pire encore, affublés de tuteurs ‒ ces courtisans et autres arrivistes ignares dont le De Asse brosse le portrait au vitriol ‒ qui méritent d’être traduits en justice. Il ne restait donc qu’à trouver au dieu de la Richesse un tuteur digne de ce nom : Budé lui-même, évidemment.

38Guérir le Plutus d’Aristophane, dieu goutteux, par la mention combinée de l’éthos épistolaire d’Horace, d’un pseudo-remède en vers et surtout de quelque tutorat (non moins varronien) en économie rustique auprès de Budé le juriste : curieuse entreprise textuelle, il faut en convenir. Mais la stratégie était des plus humanistes, tout antidotée d’autorités apparentes et inapparentes. Un modèle de decorum intertextuel, parfaitement adapté au destinataire, puisque exhibant des lectures qui étaient justement celles de Budé (mais que n’avait-il pas lu ?). Souriant et empathique, Rabelais prenait acte du dilemme budéen, piégé dans ce rôle de possédant qui l’écartait des vraies richesses. Quelle tristesse que le premier philologue du royaume vît son temps d’étude entamé chaque jour par les soucis matériels ! Budé répétait à qui voulait l’entendre qu’un tel affairement n’était pas sans l’affecter depuis longtemps, au moral et au physique.

  • 83 Pantagruel, xvi, OC p. 272.

39Dans sa correspondance comme dans ses livres (en particulier le De contemptu rerum fortuitarum, paru en 1520), Budé a souvent mentionné une maladie qui lui valait, depuis plusieurs années, toutes sortes de misères ‒ un mal que l’éditrice Marie-Madeleine de La Garanderie écrivait ne pouvoir identifier avec précision (le De Philologia, en 1532, évoquerait plutôt des maux de tête). Mais, échangeant avec Érasme, c’était surtout par la terrible Pénie que Budé se présentait peiné : autant dire par cette « maladie qu’on appelloit en ce temps-là, faulte d’argent c’est doleur non pareille »83, dont Panurge souffrira lui aussi (et de façon plus sévère, serions-nous tenté de penser). Budé avait beau perdre un temps infini à « gérer son patrimoine » (comme on dirait aujourd’hui), il n’en devenait ‒ à le lire, du moins ! ‒ pas riche pour autant. Envoyer Plutus auprès du grand homme, à la faveur de vers aussi prétendument « performatifs » que le faux remède cité par Varron pour soigner la goutte, c’était donner à sourire au Philologue affairé, premier pas vers une guérison comique.

40Il n’est pas impossible que la mention curieuse de cette folle thérapie charrie avec elle d’autres sous-entendus érudits. Passer à la forme versifiée en évoquant la goutte ne pouvait manquer d’évoquer la Tragopodagra de Lucien, dialogue en vers où nul ne parvient à vaincre la toute-puissante Goutte. Érasme avait aussi consigné dans ses adages le mot de Caton rapporté par Cicéron : « Quand on n’a pas d’argent, on a des pieds (Pecuniæ pedibus compensantur) ». L’aphorisme, selon Érasme, signifiait que

  • 84 Érasme, Adages, IV, vi, 30 (d’après Cicéron, Pro Flacco, XXIX, 72), éd. et trad. Jean-Christophe Sa (...)

[…] si une terre est trop éloignée, elle est pour son propriétaire une charge plus lourde et un profit moindre. Cet inconvénient est cependant source d’économie pour les jambes du propriétaire pour peu qu’il répugne à se rendre sur place.84

  • 85 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 69.
  • 86 « Une sandale ne guérit pas de la goutte », nous apprend encore Érasme (Adages, IV, iv, 77 : « Non (...)
  • 87 Tiers livre, Prologue, OC p. 349.

41Or Budé avait justement écrit à Érasme que la gestion des deux maisons qu’il faisait construire, dans deux domaines « fort éloignés l’un de l’autre (longe inter se distantibus) », l’empêchait de profiter de quelque otium que ce soit. « Je dois aller et venir de l’une à l’autre, sous peine de payer ma paresse d’un gros supplément de dépense. »85 Manquant d’argent, selon ses dires, Budé avait au moins ses pieds pour compenser… Ne pouvant promettre que ses vers guériraient les pieds de Plutus ‒ ou du grand homme ? (ses ampoules, donc, plutôt que de sa goutte86 ?!) ‒, Rabelais préférait lui transmettre directement ce gentil Ploutos qu’il avait eu l’imprudence de requérir auprès d’Érasme ; il suffisait que l’auteur du De Asse « consent[ît] à la prosopopée », selon une expression dont Rabelais userait dans le Tiers livre87 ‒ et le tour était joué. Pedes pour pedes, Budé y gagnait assurément : on imagine mal l’érudit loin de ses livres, les bottes crottées dans les ornières boueuses.

42Ainsi mesure-t-on à quel point cette lettre de Budé à Érasme (7 juillet [1516]) ‒ et l’important dialogue dans lequel elle s’inscrit ‒ a servi d’horizon allusif à Rabelais, à l’affût du moindre détail publié par le Rotterdamois dans les Epistolæ sane quam elegantes. Le lecteur moderne aura peut-être tendance à s’irriter de ces jeux de l’érudition et du hasard ‒ pris de fatigue, lui aussi, non par la distance entre ses villas, mais par celle qui sépare de ses habitudes de lecture ce casse-tête sans fin, humaniste en diable, auquel la tradition gréco-latine fournit une infinie règle du jeu. Rabelais, qui pousse le dédale de l’allusion à un point de non-retour ‒ jusqu’à en perdre Budé lui-même, peut-être ? ‒, n’en fait pas moins la preuve qu’il est lui aussi capable, tout obscur qu’il soit dans sa retraite poitevine, de donner le tournis à la haute culture des deux plus grands savants de son temps. La démonstration force l’admiration.

Ploutologie : dangers de la richesse allusive

43Mais le jeune moine allait-il trop loin ? La fin de la réponse que lui adressa Budé, le 12 avril [1521], semble laisser filtrer une forme de doute, sinon d’irritation (au moins feinte), devant l’excès de finesse rabelaisienne :

  • 88 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 289 ; Epistolæ, 1531, f. 83r : « Quod vero ad id pertinet quod (...)

Quant à ce point, à savoir que tu crois que je m’occupe à faire de l’argent et m’attache au gain, si je voulais maintenant continuer d’écrire, je produirais peut-être une lettre hors mesure. Porte-toi bien.88

44Non seulement l’expression « hors » ou « outre mesure (præter modum) » évoque peut-être davantage que les seules bornes quantitatives de cette lettre, mais un indice ne trompe pas : en 1531, lorsque ladite lettre vient à être publiée dans la dernière somme anthume des Epistolæ, le passage ne bénéficie d’aucune note d’explicitation de Jacques Toussaint ‒ et ce, bien que la majeure partie de cette clausule soit écrite en grec. Or, les græca sont les lieux par excellence de l’intervention de Toussaint, dont le travail servait notamment à aider le lecteur non helléniste ; pour autant, il apparaît ailleurs dans le recueil que le commentateur a pris soin de lever la plume là où la polémique pouvait naître : c’est ce qui explique par exemple que les lettres de Budé à Érasme, témoins de leur fameuse passe d’armes, ne soient nullement glosées. Toussaint a-t-il volontairement omis de traduire ce passage qui esquissait le portrait d’un Budé âpre au gain, malgré qu’il en eût ?

45Quoi qu’il en soit, le jeu de l’allusion rabelaisienne, fondé sur une retractatio de motifs aristophanesques, avait laissé songeur son destinataire, un rien chatouilleux depuis qu’il avait été accusé par Érasme de convoiter l’or ‒ et, surtout, alors qu’il venait de faire paraître son De contemptu rerum fortuitarum. Il est tentant de croire que Rabelais avait bel et bien lu cette artiste réflexion philosophique sur la Fortune et les biens mondains, et que sa façon de débaucher le Plutus de l’ancien Comique pour l’envoyer chercher la lumière auprès de Budé pouvait constituer une surenchère de clins d’œil à ce nouvel opus. Reste que Budé dit percevoir une accusation subliminale de cupidité et d’attrait pour l’argent (« φιλαργυρία »), vice qui l’eût rendu coupable de ne travailler qu’à s’enrichir (« χρηματισμὸν ἐργάζεσθαι »). De quoi réagir « præter modum »… si la lettre ne s’était arrêtée sur une aposiopèse de rigueur ? À moins que, là encore, il n’y eût qu’irritation feinte, jeu de rôle… et prétexte pour mettre un terme à une lettre déjà longue ?

46En relisant la missive de Rabelais, on y trouve certes des expressions pouvant prêter à confusion : ainsi d’un Budé mis en scène rendant service à l’illustre Plutus en travaillant à le « polir » (« Plutoque illi expoliendo operam navare ») ‒ mais le tour navare operam, fréquent dans les lettres familières de Cicéron, implique plutôt une action désintéressée. Pour le reste, la satire des courtisans et autres ignorants attachés au cortège de Plutus est surtout à comprendre comme un écho flatteur à l’épilogue du De Asse, que Rabelais cite nommément, et dans le sillage de passages comme celui-ci :

  • 89 Trad. Jean-Claude Margolin, « De la digression au commentaire : pour une lecture humaniste du De as (...)

La situation générale de l’époque que nous vivons, principalement en France, veut généralement que des hommes dotés d’une singulière ignorance, souvent même perdus de la pire débauche, soient affectés de charges nombreuses et fort importantes. S’ils pouvaient eux-mêmes discerner d’une manière ou d’une autre par leurs yeux ou par leur esprit le bonheur authentique de cette vie ou ses véritables richesses, il est hors de doute qu’ils déploreraient leur sort comme étant indigent et misérable89.

  • 90 Voir Rabelais, Cinquiesme livre, OC p. 790-791 : « Car finesse entendue, finesse preveuë, finesse d (...)

47D’où l’intrication subtile, dans la lettre rabelaisienne, des oppositions entre pauvreté et richesse, obscurité et lumière, savoir et ignorance ‒ et le pari d’envoyer l’aveugle Plutus, démon des ignares cupides, auprès du solaire Budé, phare du Savoir dans la tempête aulique. La connivence se faisait-elle, a contrario, irrévérence ‒ conséquence imprévue d’un hommage allusif dont la subtilité risquait alors de se retourner en « lourderie »90 ?

En réalité, un certain nombre d’indices indiquaient à Budé que la lettre de son émule franciscain ne contenait guère de venin : badinage que tous ces jeux allégoriques. Confondu avec Pluton, le vilain Plutus de Rabelais était bien celui du De Asse, parce que les deux hellénistes connaissaient sur le bout des doigts la pièce d’Aristophane. Le motif de l’aveuglement du dieu, sa propension à n’accompagner que les hommes mauvais, son portrait grotesque de personnage ridicule et contrefait ‒ « il a honte […] d’être le seul à offrir le spectacle de sa laideur grotesque (pudet […] deformem unum videri atque ridiculum) » ‒ : tout cela signalait la lecture attentive du Plutus de l’ancien Comique, où se présente très tôt la cécité de la divinité (Plutus est τυφλός dès le v. 13, puis atteint d’ophtalmie au v. 115, selon Chrémyle) ; son habitude de suivre les gens immoraux, lâches et impies ; ou encore son apparence tout à fait caricaturale (v. 266 : « crasseux, voûté, piteux, ridé, chauve, édenté »). C’était tout à l’honneur de Budé que Plutus l’eût fui jusqu’à présent ! Envoyant auprès de lui le dieu ridicule, Rabelais ne le ravalait en rien à une vulgaire âpreté au gain ; il espérait, au contraire, que « le plus impur de tous les dieux » revînt auréolé de la lumière budéenne, afin que Richesse récompensât, une fois n’est pas coutume, ceux qui le méritaient. Rien d’autre que la reprise du projet de Chrémyle dans la comédie d’Aristophane : guérir Plutus de son ophtalmie, et le faire voir à nouveau ‒ grâce à la fréquentation de ce Budé qui n’avait pas attendu Rimbaud pour faire figure de grand Voyant.

  • 91 Voir Alexandre Vanautgaerden, « Les Lettres de Dirk Martens, imprimeur d’Érasme », dans Stephen Ryl (...)

48Rabelais faisait ici la preuve de sa fréquentation assidue du Plutus d’Aristophane ; la récurrence des références à cette pièce dans son œuvre ultérieure invite à faire l’hypothèse que le jeune moine faisait (ou avait fait) ses gammes d’helléniste dans les marges de cette pièce, comme nombre de ses contemporains, ainsi qu’en témoignent les nombreux exemplaires de « feuilles classiques » du Plutus annotées au xvie siècle. Il faut se représenter Rabelais plume à la main au-dessus d’une aldine (le Plutus est la première pièce de l’incunable de 1498), d’une plaquette (édition séparée parue à Haguenau ou à Louvain, en 1517-1518 ?) ou d’un manuscrit ; sa missive à Budé semble proposer une variation plaisante sur le souhait que formulait l’imprimeur Dick Martens en grec, à l’orée de son édition du Plutus (1518) : « διὰ τοῦ πλούτου ἀφθόνως πλουτοῖτε91 », qu’on pourrait gloser ainsi : « grâce à la richesse que vous trouverez en lisant le Plutus, puissiez-vous vous enrichir sans compter ! ».

49Malgré un léger doute ‒ le disciple aurait-il pris la liberté de se moquer du maître ? ‒, compréhensible si l’on mesure l’intrication complexe des allusions voilées que Rabelais a glissées dans son énigme épistolaire, Budé n’en a pas tenu rigueur au jeune moine : non seulement la lettre à Rabelæsus, sodalis franciscanus sera republiée, mais on y trouvera dans le recueil de 1531 une nouvelle lettre du grand humaniste à l’homme obscur (janvier 1524). Mieux encore, l’une des lettres décisives de Budé à Érasme a fait l’objet d’une retouche en laquelle nous aurions tendance à voir quelque conséquence, directe ou indirecte, de l’échange avec Rabelais : dans sa traduction, Marie-Madeleine de la Garanderie ne signale pas que, à la fin de la lettre budéenne de juillet 1516, la phrase suivante

  • 92 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 69 ; Budé, Epistolæ, 1531, op. cit., f.  (...)

[…] dire adieu aux lettres (ce que famille, amis, médecins me pressent de faire, me menaçant de le payer cher, si je n’obéis), je ne puis m’y résoudre : non, quand la fortune elle-même m’offrirait Ploutos en personne et le sylphium de Battos, comme dit le comique.92

  • 93 Sur Budé réécrivain de sa correspondance pour les Epistolæ de 1531, voir Gueudet, L’Art de la lettr (...)

50est absente des recueils érasmiens (en 1517 et 1518), signe qu’elle est un ajout de Budé pour ses Epistolæ de 1531, qui s’honorent de légers repeints ici et là93. « Ploutos en personne » ! N’était-ce pas en souvenir de la prosopopée rabelaisienne que Budé citait là, une énième fois, le Plutus d’Aristophane (v. 925), en grec dans le texte : « non si πλοῦτον αὐτὸν καὶ τὸ βάττου σίλφιον, ut inquit Comicus, fors ipsa mihi ostendet » ? Était-il encore le moment de pratiquer l’auto-dérision (chez Aristophane, ces mots étaient prononcés par l’odieux sycophante) ? En tout cas, il y a là de quoi penser que la ploutologie rabelaisienne n’est pas restée sans effet : cette retouche budéenne pourrait attester que l’humour du moine a fait mouche. Bien qu’il écrivît en douter, Budé comprit très bien à quel jeu d’ironiste avait voulu jouer Rabelais, à la manière d’Aristophane, Platon ou Lucien ‒ ces maîtres grecs du sourire.

  • 94 Budé, Epistolæ, 1531, 2e partie, f. 19r : « Ῥαβάλαισον [sic] τὸν Θησέα, τὸν σὸν » (lettre du 25 fév (...)
  • 95 Ibid., 2e partie, f. 19 [sic pro 20]r : «  καλοκαγαθὸς Ἀμῖκος […] πιστός σου Πειρίθους τε καὶ Πυ (...)

51Lorsque paraît, en 1531, le dernier grand recueil budéen ‒ les Epistolæ commentées par Toussaint ‒, Lamy et Rabelais s’y taillent une place honorable, parmi d’autres correspondants bien plus célèbres. Quatre lettres à Lamy et deux à Rabelais contribuent à fixer l’image d’un duo mythologique : au premier, Budé parle de Rabelais comme de son Thésée94 ; au second, de Lamy comme de son fidèle Pirithoos, de son Pylade95. Entre les grandes gloires de l’humanisme européen, deux obscurs franciscains sont élevés au rang de héros inséparables : Pirithoos et Thésée, Pylade et Oreste.

  • 96 « Rabelais, il a raté son coup », titre de l’entretien présent dans Gargantua et Pantagruel, Paris, (...)
  • 97 Voir Jean-Marie Flamand, Romain Menini et Luigi-Alberto Sanchi, « France », dans Filippomaria Ponta (...)
  • 98 La dernière lettre de Budé à Rabelais (27 janvier [1524]) mentionne l’intermédiaire du frère d’Andr (...)

52Dans cette affaire, Rabelais n’a pas « raté son coup » (comme le dirait de lui Céline, sur un tout autre sujet96) ‒ c’est le moins qu’on puisse dire. Sa démonstration de virtuosité a touché au but ; peut-être même l’initiative d’écrire une partie de sa lettre en vers grecs a-t-elle impressionné le maître. Du reste, le texte de 1521 nous apprend que c’était déjà la seconde fois que Rabelais offrait hexamètres et pentamètres à Budé : la précédente missive, aujourd’hui perdue, en contenait elle aussi, lesquels formulaient une requête ‒ « Tu connais la prière en vers grecs qui se trouvait à la fin de ma lettre (Nosti quæ in calce litterarum mearum versibus aliquot græcis precabar) » ‒ mais nous n’en savons pas plus. Rappelons qu’ils étaient rarissimes, à cette époque, les Français à pouvoir tourner ainsi des vers grecs97 ; auprès de Budé, le quatrain plaçait l’obscur Rabelais sinon en position de thaumaturge, du moins en disciple prodigieux. En 1524, pour la réédition du De legibus connubialibus de Tiraqueau, Rabelais glisse à nouveau trois distiques à l’ouverture d’un livre publié par Josse Bade98. C’est résolument comme helléniste que son appartenance à la République des Lettres est assurée.

  • 99 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 18.
  • 100 Voir Gueudet, L’Art de la lettre humaniste, op. cit., p. 117.

53Guy Gueudet a montré que les recueils de lettres budéennes étaient, de 1520 à 1531, des anthologies, des publications « aux arêtes franches », issues d’une sélection sévère dans les épîtres du grand homme. Plus encore qu’Érasme, Budé fut soucieux d’opérer un tri méticuleux dans sa correspondance réelle, afin de n’en laisser paraître à l’Europe qu’une part limitée, scrupuleusement contrôlée. Un Juan Luis Vives put même s’étonner de ne pas trouver publiés des échanges qu’il eût aimé y relire… Pour autant, Budé semble avoir conservé, à chaque réédition, toutes les lettres des deux franciscains inconnus. Il faut croire que ces deux moines permettaient aussi, à ses yeux, de diffuser l’image avantageuse ‒ et non moins fondée ‒ qu’il cherchait à répandre : celle du restaurateur des études grecques en France. On sait à quel point l’enjeu national a compté dans la politique culturelle de Budé : à ce titre, les deux franciscains du Poitou faisaient honneur à leur royaume. Leur connaissance du grec valut à Lamy et à Rabelais ‒ deux des quinze correspondants99 (et pas un de plus !) auxquels Budé écrivit dans la langue de Platon ‒ de n’être jamais oubliés par l’auteur des Commentarii linguæ græcæ. Dans ses Epistolæ de 1531, qu’il divisa en « livres » sur le modèle de l’Opus epistolarum posthume d’Érasme100, Budé était certainement fier, lui aussi, d’exhiber sa propre societas de gens doctes : les deux frères anonymes n’étaient-ils pas la meilleure preuve que son apostolat pour un hellénisme français avait porté ses fruits ? Si Budé pouvait métamorphoser en Dioscures deux petits moinillons, bien qu’ils eussent subi la chape d’ignorance que leur imposait leur ordre, comment ignorerait-on encore sa croisade pour la Philologie ? Certes, nul ne pouvait guérir Ploutos de sa cécité ‒ pas même Budé. Mais la « lumière française » resplendissait de ne laisser dans l’ombre ni Lamy ni Rabelais.

Haut de page

Notes

1 BnF, coll. Rothschild, NAF 27237 (1), num. Gallica. Les images en sont aussi disponibles dans la médiathèque Wikimedia Commons, ainsi que dans la « Bibliothèque Numérique Mondiale » < www.wdl.org/fr/item/3031/ >. Une transcription en ligne se trouve sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (Tours, CESR). L’édition de référence des Œuvres complètes de Rabelais est celle qu’ont procurée Mireille Huchon et François Moreau : Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994 (2020 pour le supplément) [ci-après OC] ; la lettre à Budé s’y trouve éditée et traduite p. 993-997. Pour une autre traduction, par Guy Lavoie, voir Guillaume Budé, Correspondance, tome I [seul paru], les lettres grecques adjectis paucis e latinis, trad. G. Lavoie, avec la collab. de Roland Galibois, Université de Sherbrooke, Centre d’Études de la Renaissance, 1977 [ci-après Lettres grecques], p. 282-284. L’attention des savants avait été pour la première fois attirée sur cette lettre par Auguste Scheler, en 1860 (« Une lettre autographe de Rabelais », Bulletin du bibliophile belge, t. XVI, p. 171-176) ; voir aussi Abel Lefranc, « Les Autographes de Rabelais », Revue des études rabelaisiennes, III, 1905, p. 339-350 (avec reproduction d’une traduction alors inédite de Jules Quicherat). Récemment, Olivier Pédeflous, a éclairé la transmission de cette lettre et l’histoire de sa première réception : voir « La provenance oubliée de la célèbre lettre de Rabelais à Budé (1521). Épistolographie humaniste et histoire des collections », L’Année rabelaisienne, n6, 2022, p. 425-430.

2 Outre la récente édition-traduction des livres i à iii du De Asse par Luigi-Alberto Sanchi (Genève, Droz, 2018), voir Les Noces de Philologie et de Guillaume Budé. Un humaniste et son œuvre à la Renaissance, ed. Ch. Bénévent, Romain Menini et Luigi-Alberto Sanchi, Paris, École des chartes, 2021 (voir l’introduction pour une mise au point bibliographique exhaustive). Christine Bénévent publiera prochainement la première édition critique de L’Institution du Prince (Paris, Classiques Garnier).

3 Voir cependant La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, trad. Marie-Madeleine de La Garanderie, Paris, J. Vrin, 1967 ; Marie-Madeleine de La Garanderie, « La correspondance de Guillaume Budé et Thomas More », Moreana, nos 19-20, nov. 1968, p. 39-69 ; Budé, Lettres grecques, op. cit. ; Luigi-Alberto Sanchi, « La correspondance de Guillaume Budé et Janus Lascaris », dans  P. Galand-Hallyn, S. Laigneau, C. Lévy et W. Verbaal (dir.), La Société des amis à Rome et dans la littérature médiévale et humaniste, Turnhout, Brepols, 2008, p. 383-396 ; La Correspondance de Guillaume Budé et Juan Luis Vives, éd. G. Tournoy, trad. M. Mund-Dopchie, Louvain, Leuven University Press, 2015 ; et Michel Magnien, « Le rôle de Guillaume Budé dans la diffusion de l’Utopie de Thomas More », dans Les Noces de Philologie…, op. cit., p. 221-244 (en annexe : éd. et trad. de la lettre de Budé à Thomas Lupset du 31 juillet [1517] ).

4 Sur les éditions successives de la correspondance de Budé, et le monument littéraire que représente, en 1531, l’édition commentée des Epistolæ, voir Guy Gueudet, L’Art de la lettre humaniste, textes réunis par Francine Wild, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 107 sq.

5 Epistolæ Gulielmi Budęi, Secretarii Regii, Posteriores, Paris, Josse Bade, 1522 [ci-après Posteriores], f. 28v-31v.

6 Ibid., 2e partie, f. 1r (sign. αa1r).

7 Epistolæ Gulielmi Budęi Regii Secretarii, Paris, Josse Bade, 1521 [ci-après Priores], f. 46v-49v et 102v-106r.

8 Gulielmi Budæi, Regii Secretarii Epistolæ, Bâle, Andreas Cratander, 1521, verso du titre ; voir les lettres de Budé à Lamy ibid., p. 69-73 et 152-159.

9 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 121 (trad. Roland Galibois) ; Priores, 1521, f. 49v : « ἕπειτα δὲ καὶ τῆσδε τῆς φιλοσοφίας τῆς τε ἐγκατασκεύου, καὶ τὰ ὑπὸ τῶν λατίνων δὴ καὶ ἑλλήνων σεμνολογούμενα, συνεσκευασμένης. ἣν γὰρ σὺ μόνος, ὡς οἶμαι, ἐν ταύτῃ τῇ ἑταιρείᾳ ἀσπάζῃ τε καὶ καταφιλεῖς. »

10 Priores, 1521, f. 46v : « literas mihi tuas ad se ostendit Franciscus Deloinus : homo ut tibi amicissimus, sic mihi conjunctus omnibus prope numeris officii et familiaritatis ». ‒ Sur Deloynes, l’ami d’enfance de Budé, voir la notice de Marie-Madeleine de La Garanderie dans Contemporaries of Erasmus, éd. P. G. Bietenholz, University of Toronto Press, 1985, vol. I, p. 385-386.

11 « C’est à lui [Deloynes] que j’ai en quelque sorte dédié mon As, puisque vers la fin de l’ouvrage, je le représente en discutant avec moi […] » écrit Budé à Érasme le 1er mai [1516] (trad. Marie-Madeleine de La Garanderie dans Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 52-53.

12 La double périphrase est de Marie-Madeleine de La Garanderie, dans Guillaume Budé, philosophe de la culture, éd. posthume par Luigi-Alberto Sanchi, Paris, Classiques Garnier, 2010, p. 325.

13 Cf. Érasme, Adages, IV, iv, 51 : « Lychnobii ». Voir Mireille Huchon, Rabelais, Paris, Gallimard, 2011, chap. iii : « Rabelais et les Lychnobiens », p. 77 sq. 

14 Voir Romain Menini et Olivier Pédeflous, « Les marginales de l’amitié : Pierre Lamy et Nicolas Bérauld lecteurs de Lucien de Samosate (BnF Rés. Z 247) », BHR, LXXIV, 2012, n1, p. 35-70.

15 Paris, J. Bade, 1505, avec d’autres traductions de Plutarque et Grégoire de Nazianze.

16 L’expression est de Marie-Madeleine de La Garanderie (éd. du De Transitu, Paris, Les Belles Lettres, 1993, p. xxxi), citée par Bruno Petey-Girard, « Guillaume Budé traducteur de saint Basile : remarques sur les deux traductions de l’épître de uita solitaria », Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 2000, n3, p. 235-246, ici p. 235.

17 « Est enim (quod scite scriptum est a Turpilio comico) epistola absentium amicorum quasi mutuus sermo. » Voir Érasme, De conscribendis epistolis, Bâle, Johann Froben, 1522, p. 21. Cf. Jérôme, Epist., VIII, 1 : « Turpilius comicus, tractans de vicissitudine litterarum : Sola, inquit, res est, quæ homines absentes præsentes facit. Nec falsam dedit, quanquam in re non vera, sententiam. Quid enim est, ut ita dicam, tam præsens inter absentes, quam per epistolas et alloqui, et audire, quos diligas ? » (Jérôme, Epist., VIII, 1). Érasme avait édité Jérôme en 1516. Le thème était un topos depuis l’Antiquité : pour les expressions « amicorum colloquia absentium » (Cicéron) ou « sermo absentium » (Alcuin), voir Thomas Deswarte, Klaus Herbers et Hélène Sirantoine (dir.), Écriture et genre épistolaires, Madrid, Casa de Velázquez, 2018, « Introduction », p. 4. Dans la Conficiendarum epistolarum formula (1519), c’était Libanios (en réalité le pseudo-Libanios) dont Érasme avait fait la source de la même sentence bientôt attribuée à Turpilius (voir Libanii opera, Leipzig, Teubner, 1903-1927, IX, p. 27). Pour le motif de l’illusion de présence dans la correspondance érasmienne, voir aussi Christine Bénévent, « Érasme en sa correspondance : conquête(s) et défaite(s) du langage », dans Toon Van Houdt, Jan Papy, Gilbert Tournoy et Constant Matheeussen (dir.), Self-Representation and Social Identification : The Rhetoric and Pragmatics of Letter Writing in Early Modern Times, Louvain, Supplementa Humanistica Lovaniensia, XVIII, 2002, p. 57-84, ici p. 66.

18 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 288 (trad. Roland Galibois ; nous soulignons) ; Posteriores, 1522, f. 31r : « Hactenus jocatum me putato, pariaque facere voluisse cum iis quæ tu (ut opinor) jocabunde scripsisti, elicere a me epistolam cupiens. »

19 Preuves, s’il en fallait, de la relative distance qui reste celle de Budé à son « ami » Rabelais. Henri Busson avait déjà souligné cette différence de nature dans les liens qu’entretinrent les deux « Dioscures de Fontenay-le-Comte » avec le grand humaniste : à Rabelais, « le Maître ne […] répondra que lorsqu’il l’aura plusieurs fois importuné […] À Pierre Amy, au contraire, il proteste de son amitié déjà ancienne, si ancienne et si sincère qu’elle devrait rendre impossibles les malentendus des trop longs silences. […] Il trouve pour lui [sc. Lamy] parler des appellations grecques tendres (je donne la traduction latine) : ô caput mihi optatum ; ô dilectum mihi caput ; vir bone. Rabelais, lui, est la forte tête : strenuum caput. » (dans Études rabelaisiennes, VI, Genève, Droz, 1965, p. 1-50, ici p. 2).

20 Paul J. Smith, « Correspondance et stratégie d’auteur : les lettres de François Rabelais », dans Jeanine De Landtsheer et Henk J. M. Nellen (dir.), Between Scylla and Charybdis. Learned Letter Writers Navigating the Reefs of Religious and Political Controversy in Early Modern Europe, Leyde, Brill, 2010, p. 69-90, ici p. 71.

21 Lettre à Lamy du 2 mai [1520] : Priores, f. 103v (Lettres grecques, op. cit., p. 123).

22 Budé emploie semblablement la même expression, en grec (« familiaritatis et amicitiæ σύμβολον οὐ σμικρόν ») dans une lettre à Érasme du 7 juillet [1516], que Lamy et Rabelais pouvaient lire dans les recueils érasmiens (chez Budé, seulement dans Epistolæ, 1531, f. 118v ; trad. Marie-Madelaine de la Garanderie dans La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 64).

23 Abel Lefranc, « Le Platon de Rabelais », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, Paris, Henri Leclerc, 1901, p. 105-114 et p. 169-181. Pour Henri Busson, art. cit., p. 9, il s’agirait plutôt de Pythagore.

24 Pour des exemples précis, voir « Rabelais helléniste », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2013, n1, p. 216-240, ici p. 224 ; et Rabelais altérateur, p. 150-151. Il a déjà été souligné que Lamy avait fréquenté de près Lucien : voir R. Menini et O. Pédeflous, art. cit., et quelques remarques supplémentaires dans Romain Menini, « Lucien de Samosate à Paris : notes complémentaires sur un exemplaire annoté (BnF Rés. Z 247) », dans Olivier Millet et Luigi-Alberto Sanchi (dir.), Paris, carrefour culturel autour de 1500, Paris, PUPS, 2016, p. 151-167.

25 Rabelais parle d’à peu près cinq mois auparavant (« menses abhinc plus minus quinque ») ; Budé, du cinquième ou même sixième mois (« quintum […] jam hunc mensem aut etiam sextum »).

26 Paul J. Smith, art. cit., p. 72.

27 Posteriores, f. 29r.

28 Sur Rabelais et les progymnasmata, voir Diane Desrosiers, « “An muri faciendi”. La pratique des progymnasmata dans l’œuvre de François Rabelais », dans Pierre Chiron et Benoît Sans (dir.), Les Progymnasmata en pratique, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2020, p. 218-226 et Ead., « Le Tiers Livre de Rabelais et la tradition des progymnasmata », dans Mireille Huchon, Nicolas Le Cadet et Romain Menini (dir.), Inextinguible Rabelais, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 305-315.

29 Ibid., f. 29v. Dans les Epistolæ de 1531 (f. 82r), le commentaire de Toussaint au verbe αἰνίττεται est laconique : « αἰνίττεται) Id est innuit. » (innuere : « faire signe, indiquer »).

30 Histoires vraies, A, 2 (trad. Jacques Bompaire) : « τῶν ἱστορουμένων ἕκαστον οὐκ ἀκωμῳδήτως ᾔνικται πρός τινας τῶν παλαιῶν ποιητῶν τε καὶ συγγραφέων καὶ φιλοσόφων ».

31 Jacques Bompaire, Lucien écrivain : imitation et création, 1958, réimpr. Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 658, qui souligne le choix du verbe (ᾔνικται).

32 Voir « Rabelais helléniste », art. cit., p. 224 et Rabelais altérateur, op. cit., p. 150-151. Nous avions par exemple signalé ce locus similis : « οὐκ ἂν ἐξαρνῶς ἕξετε (ὡς ἐγᾦμαι) ἄνδρα ὀρθῶς ἔχειν παντελῶς ἑμμένειν ταῖς δίκαις […] » (Rabelais, 1521) ; cf. Luc., Dial. mort., 14 : « Νῦν μὲν, ὧ Ἀλέξανδρε, οὐκ ἂν ἔξαρνος γένοιο μὴ οὐκἐμὸς υἱὸς εἶναι […] » (remplacement de la structure εἰμι-γίγνομαι + adjectif par ἔχω + adverbe, ce qui entraîne la formation de l’adverbe non classique ἐξαρνῶς). On lit le tour semblable οὐκ ἄν τις ἔξαρνος εἴη à deux reprises dans les Priores de Budé (1520, f. 5r et 108v ; voir aussi « οὐ γὰρ ἔξαρνος εἰμι » au f. 123r). Du reste, la construction budéenne (ἄν + optatif) semble plus fidèle à la tradition (c’est-à-dire correcte !) que la concordance rabelaisienne (ἄν + indicatif futur)…

33 Voir Budé, De Asse, livres I-III, éd. et trad. Luigi-Alberto Sanchi, Genève, Droz, 2018, p. 72-73.

34 Érasme, Μωρίας ἐγκώμιον, §53 (en grec dans le texte). La latinisation semble revenir au commentaire de Listrius (1515) : « Κρησφυγέτοις) Κρησφύγετον Græci vocant, suffugium, a Creta et fuga compista dictione, de quoi Suidas sic ait : Κρησφύγετα τὰ πρὸς τοὺς χειμῶνας στενὰ, καὶ ὀχυρώματα καὶ καταφυγή. Οἱ δὲ φασίν, ὅτε τοὺς Κρηταιεῖς οἱ νησιῶται, ἄμα Μίνῳ τῷ βασιλεῖ θαλαττοκραττοῦντας, ἔφυγον εἰς σπήλαιά τινα, ὅθεν ἐκεῖνα ὠνομάσθησαν Κρησφύγετα. Id est, Cresphygeta sunt quæ contra æris frigiditatem angusta sunt, et munitiones, et refugium. Nonnulli autem dicunt, quod Cretenses simul cum Minoe rege, maris imperium tenentes ceteri insulares fugerunt in speluncas, unde illæ vocatæ sunt Cresphygeta. » (éd. J.-Ch. Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2018, p. 98). Ce mot rare ‒ exemplaire du goût caractérisé de Rabelais pour les hapax legomena ‒ avait déjà fait l’objet d’un développement éclairant de la part d’Olivier Pédeflous, « Græce non legitur ? Pratiques du grec en France au début du xvie siècle. Les spécificités d’un moment culturel », dans Pascale Hummel (dir.), Translatio. La Transmission du grec entre tradition et modernité, Paris, Philologicum, 2009, p. 11-25, ici p. 22-23.

35 Voir Romain Menini, « Lucien batave, Lucien français », dans Blandine Perona et Tristano Vigliano (dir.), Érasme et la France, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 81-111, ici p. 87-89. Le morceau emprunté par Rabelais à l’Icaroménippe contient une expression de l’Iliade (XVIII, v. 104 : cf. Érasme, Adages, I, vii, 31 : « Telluris onus ») que Budé avait déjà citée… dans sa lettre à Érasme du 10 juin [1519] (voir La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 196). Circularité des citations humanistes…

36 Voir Luigi-Alberto Sanchi, Les Commentaires de la langue grecque de Guillaume Budé, Genève, Droz, 2006, p. 251 et « La bibliothèque de Guillaume Budé », Arts et Savoirs, n10, 2018, texte en ligne.

37 D’autres modèles latins sont signalés par Richard Cooper, “Rabelais’s neo-Latin writings », dans Grahame Castor et Terence Cave (dir.), Neo-Latin and the Vernacular in Renaissance France, Oxford, Clarendon Press, 1984, p. 49-70, notamment p. 50-51.

38 De conscribendis epistolis, Bâle, J. Froben, 1522, p. 18. Voir aussi Claude La Charité, « Le Stile et manière de composer, dicter et escrire toutes sortes d’epistres ou lettres missives (1553). De la division tripartite de Pierre Fabri au poulpe épistolaire d’Érasme », dans L’Épistolaire au xvie siècle, « Cahiers V. L. Saulnier », n18, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2001, p. 17-32.

39 Voir Claude La Charité, La Rhétorique épistolaire de Rabelais, Québec, Nota Bene, 2003, passim.

40 Voir par exemple Romain Menini, « Salutations rabelaisiennes (et budéennes) », L’Année rabelaisienne, no 2, 2018, p. 407-417 et Olivier Pédeflous, « Rabelais et les bibliothèques des juristes dans les années 1520 », L’Année rabelaisienne, n3, 2019, p. 387-404, notamment p. 402-403.

41 Sur l’humour de Budé épistolier (reconnu par Celio Curione, l’éditeur de ses Opera en 1557) et sur l’impossibilité de réduire son sourire à la théorisation érasmienne de la lettre joyeuse, voir Claude La Charité, « Lettre joyeuse et epistola jocosa : théorie et pratique du rire épistolaire à la Renaissance », dans Marianne Charrier-Vozel (dir.), Le Rire des épistoliers (xvie-xviiie siècles), Rouen, Presses universitaires de Rouen, 2021, p. 27-40.

42 Claude La Charité, op. cit., p. 135 ; lettre à Lascaris du 10 juin [1516] (Priores, 1520, f. 112v sq. ; Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 145 sq.). En revanche, la lettre de l’automne 1520 à Germain de Brie ne pouvait être alors connue de Rabelais, puisqu’elle ne fut publiée que dans les Posteriores (1522, f. 57r) : voir Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 47 et 63.

43 Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 524-525.

44 Priores, 1520, f. 115r (trad. G. Lavoie dans Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 100).

45 Ibid. (cf. Lettres grecques, op. cit., p. 185), à propos de l’abbé Bartolini, bientôt nommé cardinal.

46 Ibid., f. 120v (cf. Lettres grecques, op. cit., p. 228), à propos de Lefèvre d’Étaples.

47 Ibid., f. 82v-83r.

48 Ibid., f. 119v.

49 Ibid., f. 120r. Chez Rabelais, le sens de l’expression « καὶ τῆς σπάνης » n’est pas limpide (voir déjà l’interrogation d’Auguste Scheler, « Une lettre autographe de Rabelais », art. cit., p. 174 : « Que veut dire σπάνη en cet endroit ? »). Voir Aleandro, Lexicon græcolatinum, Paris, M. Bolsec, 1512, p. 378 : « σπάνη, ης. . paupertas, raritas. » La clef serait-elle un jeu de paronomase indirecte (σπάνη = raritas) avec authoritas dans le segment « tametsi nonnhili insit authoritatis καὶ τῆς σπάνης in eos […] » ? L’entente de l’expression n’en est pas facilitée pour autant.

50 Marie-Madeleine de La Garanderie, « Ce que Rabelais… », art. cit., p. 526.

51 Voir Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 24-25.

52 Voir, p. 343-360. Marie-Madeleine de La Garanderie, « Le style figuré de Guillaume Budé et ses implications logiques et théologiques », dans L’Humanisme français au début de la Renaissance, Paris, J. Vrin, 1973.

53 Voir Ead., Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 402 sq.

54 Voir Olivier Pédeflous, « Græce non legitur ?... », art. cit., p. 23 (qui cite notamment l’occurrence du Phèdre, 244c).

55 Budé, De Asse, éd. L.-A. Sanchi, op. cit., p. 51-53. On retrouvera l’adverbe ἀπειροκάλως dans la dernière lettre de Budé à Lamy (Epistolæ, 1531, 2e partie, f. 19r).

56 Voir Ead., Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 526.

57 La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 66, où Marie-Madeleine de La Garanderie parle encore de cet épilogue comme d’un « abrégé de son œuvre morale future ».

58 Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 526.

59 Budé, De Asse, Paris, J. Bade, 1520, f. 184r. Les manchettes ascensiennes, particulièrement longues en marge de ce passage, éclairent deux mots-valises budéens. Voir notamment, sur Plutacademica (auquel Bade supplée proloquia) : « Plutacademica proloquia. Plutos græce opulentiam significat. Idem plutacademiam appellat philosophiam cujus fines sint bonorum et malorum divitię et paupertas. A Pluto autem id est divitiis Pluto deus dictus est ut latine Dis. Alludit igitur ad Plutonis fanum ut significet illius philosophiæ dogmata ad Orcum tandem tendere. »

60 Sur cette combinatoire latino-grécisante chez Budé, voir Marie-Madeleine de la Garanderie, « Le style figuré… », art. cit., p. 351. Voir aussi Maurice Lebel, Index du vocabulaire latin, mots poétiques, termes post-classiques, néologismes du De Transitu Hellenismi ad Christianismum, Sherbrooke, Paulines, 1971.

61 Rabelais, Tiers livre, xxxii, OC p. 454. Lieu commun depuis Cicéron, Tusc., V, xvii, 71, qui disait que « si d’un côté on mettait les bonnes qualités de l’âme, et de l’autre non seulement celles du corps, mais encore les autres biens étrangers, le premier côté emporterait le second, quand même on ajouterait à ce dernier la terre et les mers » (trad. Ch. Nisard). Rabelais citait déjà en latin cette « Critolai (quod aiunt) libra » dans son épître-préface à Manardo (OC p. 980), au cours d’un passage mosaïqué à la façon d’un centon gréco-latin (sur la « rhétorique des citations » dans ce passage, voir Olivier Pédeflous, « Rabelais et les bibliothèques des juristes… », art. cit., p. 402-403). Budé aimait l’image de la balance de Critolaüs : voir ses Annotationes, Paris, J. Bade, 1508, f. 7v et son De contemptu rerum fortuitarum, Paris, J. Bade, 1520, f. 22v (1528, f. 26v).

62 Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe de la culture, op. cit., p. 526 

63 Voir Luc Vaillancourt, La Lettre familière au xvie siècle. Rhétorique humaniste de l’épistolaire, Paris, Honoré Champion, 2003.

64 Sur l’opposition d’Érasme et de Budé dans l’usage du latin, voir les développements de Marie-Madeleine de La Garanderie dans Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 38-39. Outre leurs desseins divergents d’écrivains, une ligne de partage semble décisive : « Si Budé parlait français dans la presque totalité de sa vie pratique, Érasme ne parlait allemand qu’aux gens de la rue ; même à son lit de mort ce sont des paroles latines qui lui viendront aux lèvres, à l’exception de deux mots ultimes pour lesquels il retrouvera le hollandais de son enfance. » (ibid., p. 39). Deux maniements du latin : langue de tous les jours pour l’un ; langue des livres et langue d’art pour l’autre.

65 Budé, De Asse, préface, trad. Luigi-Alberto Sanchi, éd. citée, p. 8-9.

66 Voir Joseph Wallace, “The Merits of Being Obscure : Erasmus and Budé Debate the Style, Shape, and Audience of Humanist Scholarship”, Moreana, vol. 46, n° 177-178, p. 199-229.

67 Sur Budé comme « lumière française » (l’expression est de Joachim Du Bellay, dans sa Défense et illustration de la langue française), voir Mireille Huchon, « Guillaume Budé, lumière française », dans Les Noces de Philologie et de Guillaume Budé, op. cit., p. 29-44.

68 Voir William H. Ingram, “The Ligatures of Early Printed Greek”, Roman and Byzantine Studies, vol. 7, hiver 1966, p. 371-389, ici p. 382.

69 Trad. Marie-Madeleine de La Garanderie dans Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 68. Aliquot Epistolæ sane quam elegantes Erasmi Roterodami, Bâle, J. Froben, 1518, p. 38-39 : « Nam cum sis ipse calebs, Peniam quandam nomine uxorem tibi esse conquereris […] Hujusque tedium odiumque omnibus œconomicis meis curis, conjugalibusque et paternis opponis, perinde quasi Peniæ tuæ loco, ego Plutum pusionem jucundum habeam, in quo oblectare me ex sententia animi mei possim. »

70 Voir aussi, chez Aristophane, l’écho de cette exclamation au v. 123 : «  δειλότατε πάντων δαιμόνων ».

71 Trad. F. Moreau dans Rabelais, OC p. 997, modifiée seulement quant au voussoiement, remplacé par le tutoiement, comme en latin (tutoiement qu’avait conservé Guy Lavoie dans sa trad. : voir Lettres grecques, op. cit., p. 284).

72 Aliquot Epistolæ sane quam elegantes, 1518, op. cit., p. 39.

73 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 80.

74 Ibid., p. 78. Epistolæ sane quam elegantes, 1518, op. cit., p. 50 : « Cum tua lego mi Budæe videre videor, locupletissimum quendam patremfamilias : non qualis fuit Lucullus, cui plura domi erant : quæ fallerent dominum, quemadmodum inquit Horatius et prodessent furibus : sed non minus diligentem quam locupletem, cui suæ opes et probe cognitæ sunt […] ». Cf. Horace, Epist., I, 6, v. 45-46 : « Exilis domus est, ubi non et multa supersunt / et dominum fallunt et prisunt furibus. »

75 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 90 ; Epistolæ sane quam elegantes, 1518, op. cit., p. 67 : « Scripsi aliquando tibi [jocabunde : add. Epistolæ, 1531, op. cit., f. 122v] vilas me Lucullianarum æmulas ædificare : tu me etiam cum Luculliano quodam patrefamilias componisSed qui suam supellectilem norit […] ». En 1531, l’ajout de l’adverbe jocabunde (justement celui que Budé avait choisi pour qualifier le jeu épistolaire de Rabelais) signale à quel point le passage est sensible.

76 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 93 ; Epistolæ sane quam elegantes, 1518, op. cit., p. 70 : « Venio ad illud quod villas Lucullianas ædificasse me argumentum esse dicis, non esse mihi Peniam tuam familiarem,ἀλλ’ ἔγωγε τοῦτο ἔλεγχον εἶναι, εἴποιμ’ ἂν εἰπών τε ἐξελέγξαι μ’ ἂν τοῦ δραπέτου ἐκείνου πλοῦτου ἐς κόρακας ἀποφυγόντος, τῆς πενίας δηλαδὴ τῆς σῆς εἰς τῆς ἐμῆς. »

77 Varron, De re rust., I, ii, 27 (cité et commenté par Maxime Pierre, Carmen. Étude d’une catégorie sonore, Paris, Les Belles Lettres, 2016, p. 115).

78 Chaumont, Médiathèque Les Silos, FA 3-B-2 aa : Caton, Varon, Columelle, Palladius, Libri de re rustica, Venise, A. Manuce et A. Torresano, 1514. Voir Olivier Pédeflous, « Sur la bibliothèque de Rabelais », Arts et Savoirs, n10, 2018, texte en ligne (« La bibliothèque latine », n1).

79 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 57 ; Epistolæ sane quam elegantes, 1518, op. cit., p. 25 : « Sed œconomico mihi magis esse, quam φιλοσόφῶ vacat. »

80 Voir Budé, De Asse, Paris, J. Bade, 1520, f. 50v sq. : « Age, quid de Luculli divitiis existimare possumus ! », exclamation qui ouvre tout un développement dévolu à Lucullus (voir trad. Luigi-Alberto Sanchi, éd. citée, p. 360 sq.).

81 Trad. Nisard. Le texte latin est celui de l’éd. que lisait Rabelais : Libri de re rustica, Venise, A. Manuce et A. Torresano, 1514, f. 25r.

82 Cf. Budé, Annotationes in Pandectas, Paris, J. Bade, 1508, f. 31v (face aux manchettes « Ad agnatos et gentiles deducendi » et « Decollare pro fallere ») : « Varro lib. primo rerum rusti. de vitibus loquens. Duo in primis spectasse videntur Italici homines incolendo : possentne fructus pro impensa ac labore reddere : et utrum saluber locus esset an non. Quorum si alterutrum decollat : et nihilominus vult colere : mente est captus : atque ad agnatos et gentiles est deducendus. » (voir aussi « Ad gentiles deducentur » à l’index).

83 Pantagruel, xvi, OC p. 272.

84 Érasme, Adages, IV, vi, 30 (d’après Cicéron, Pro Flacco, XXIX, 72), éd. et trad. Jean-Christophe Saladin et al., Paris, Les Belles Lettres, 2011, t. IV, p. 251.

85 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 69.

86 « Une sandale ne guérit pas de la goutte », nous apprend encore Érasme (Adages, IV, iv, 77 : « Non liberat podagra calceus ») !

87 Tiers livre, Prologue, OC p. 349.

88 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 289 ; Epistolæ, 1531, f. 83r : « Quod vero ad id pertinet quod χρηματισμὸν ἐργαζεσθαί με ἡγῇ καὶ τῇ φυλαργυρίᾳ προστεθηκέναι, si nunc persequi scribendo vellem, præter modum fortasse epistolam producerem. »

89 Trad. Jean-Claude Margolin, « De la digression au commentaire : pour une lecture humaniste du De asse de Guillaume Budé », dans Grahame Castor et Terence Cave (dir.), op. cit., ici p. 15.

90 Voir Rabelais, Cinquiesme livre, OC p. 790-791 : « Car finesse entendue, finesse preveuë, finesse descouverte perd de finesse et l’essence et le nom : nous la nommons lourderie. »

91 Voir Alexandre Vanautgaerden, « Les Lettres de Dirk Martens, imprimeur d’Érasme », dans Stephen Ryle (dir.), Erasmus and the Renaissance Republic of Letters, Turnhout, Brepols, 2014, p. 105-144, ici p. 137.

92 Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, op. cit., p. 69 ; Budé, Epistolæ, 1531, op. cit., f. 120r : « Nam ut literis salutem dicam (quod propinqui, quod amici, quod medici me hortantur, multam gravem ni paream ipsi interminantes) adduci non possum ut faciam : non si πλοῦτον αὐτὸν καὶ τὸ βάττου σίλφιον, ut inquit Comicus, fors ipsa mihi ostendet. »

93 Sur Budé réécrivain de sa correspondance pour les Epistolæ de 1531, voir Gueudet, L’Art de la lettre humaniste, op. cit., p. 168 sq.

94 Budé, Epistolæ, 1531, 2e partie, f. 19r : « Ῥαβάλαισον [sic] τὸν Θησέα, τὸν σὸν » (lettre du 25 février [1524] à Lamy : Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 130).

95 Ibid., 2e partie, f. 19 [sic pro 20]r : «  καλοκαγαθὸς Ἀμῖκος […] πιστός σου Πειρίθους τε καὶ Πυλάδης » (lettre du 27 janvier [1524] à Rabelais : Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 291).

96 « Rabelais, il a raté son coup », titre de l’entretien présent dans Gargantua et Pantagruel, Paris, Les Amis du Club du livre du mois, 1959.

97 Voir Jean-Marie Flamand, Romain Menini et Luigi-Alberto Sanchi, « France », dans Filippomaria Pontani et Stefan Weise (dir.), The Hellenizing Muse. A European Anthology of Poetry in Ancient Greek from the Renaissance to the Present, Berlin, De Gruyter, 2021, p. 357-399 (pour Rabelais, p. 360-362).

98 La dernière lettre de Budé à Rabelais (27 janvier [1524]) mentionne l’intermédiaire du frère d’André Tiraqueau : c’est par lui que Budé aurait reçu la missive ‒ non conservée, mais dont nous savons qu’elle était « en grec (gręce) » ‒ à laquelle il répond.

99 Budé, Lettres grecques, op. cit., p. 18.

100 Voir Gueudet, L’Art de la lettre humaniste, op. cit., p. 117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Menini, « Lettre d’un homme obscur. Rabelais à la lumière de la correspondance de Guillaume Budé »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4473

Haut de page

Auteur

Romain Menini

Laboratoire LISAA, Université Gustave Eiffel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search