Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Traduction et tradition épistolog...

Traduction et tradition épistolographique : les sources italiennes des Lettres missives et familières d’Etienne du Tronchet (1569)

Translation and epistolographic tradition: the Italian sources of the Lettres missives et familières d'Etienne du Tronchet (1569)
Maria Cristina Panzera

Résumés

Longtemps considéré comme un recueil de lettres personnelles, les Lettres missives et familières d’Étienne du Tronchet (1569), secrétaire de Catherine de Médicis, sont en réalité le résultat d’une opération éditoriale complexe qui se place sous le signe de l’interculturalité, grâce à la traduction et à la réécriture des lettres des épistoliers italiens, en particulier Bernardo Tasso et l’Arétin. Si la structure du recueil porte l’empreinte de l’art des secrétaires alors en plein essor, l’intérêt de ce sujet se double d’une intention pédagogique que la lecture des paratextes laisse émerger pour esquisser une taxinomie des types épistolaires et de leur hiérarchie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1
  • 2 Sister Mary Sullivan, Estienne du Tronchet, Washington, Université Catholique d’Amérique, 1931. Cla (...)
  • 3 Un premier signalement dans Maria Cristina Panzera, « Lettere italiane nel Cinquecento francese : É (...)
  • 4 LMF, fol. a iij.
  • 5 La référence est en particulier à La Deffence et illustration de la langue françoyse de Joachim Du (...)

1Dans les annales de la littérature épistolaire de la Renaissance, les Lettres missives et familières d’Étienne du Tronchet figurent comme le premier recueil de lettres personnelles publié par un auteur français1. Il s’agit cependant d’une réputation en grande partie abusive. L’étude monographique consacrée à cet auteur par sœur Mary Sullivan, qui date de 1931, continue d’être citée comme un travail de référence rigoureux et fiable, sur lequel toutes les analyses successives se sont appuyées avec confiance2. L’approche historiciste de l’épistolaire suggérait, presque exclusivement à l’époque, d’étudier la correspondance d’un auteur comme une source autobiographique directe, le miroir de l’homme et de ses sentiments. C’est donc sur ces bases que le paradigme autobiographique appliqué à l’étude de la correspondance d’un homme de lettres a longtemps empêché la recherche d’avancer, pour l’œuvre épistolaire de Du Tronchet, sur un terrain plus productif, celui de l’étude des sources, dans une approche comparative prenant en compte la production italienne du xvie siècle. En effet, la dette contractée par le Forézien auprès des épistoliers italiens de son époque apparaît considérable à une analyse attentive des textes, permettant d’apprécier les Lettres Missives et Familières comme une anthologie de traductions et de récritures de lettres pillées dans des volumes déjà publiés à Venise, en particulier celles de Bernardo Tasso et Pierre l’Arétin3. Les métaphores filées de la guerre, de l’usurpation et du pillage qui émaillent la longue et intéressante lettre « au lecteur de bonne voulonté »4 placée au début du recueil ne valent donc pas comme indication générique d’une adhésion à la mode de l’italianisme, mais comme l’aveu d’un recours massif à la pratique de l’imitation à travers la réécriture de modèles italiens auréolés de prestige, dans la conviction que la « curieuse & louable conversation » avec l’italien pût permettre à la langue française de s’enrichir et de progresser en élégance et précision, comme l’avaient déjà enseigné, vingt ans plus tôt, les jeunes maîtres de la Pléiade5. Il nous revient alors de faire progressivement la lumière sur cet engouement pour les modèles épistolaires italiens en France, en étudiant ici les stratégies mises en œuvre par Du Tronchet pour la sélection des missives et leur disposition à l’intérieur de son recueil. Si l’étude de la structure d’une œuvre est toujours importante pour l’approche herméneutique, ceci est particulièrement vrai pour cette anthologie qui représentait un produit nouveau pour le public français. À travers les paratextes que constituent les paragraphes d’introduction de chaque lettre et les manchettes, l’auteur pouvait exhiber son savoir rhétorique en matière épistolaire, tout en guidant les lecteurs dans leur approche des textes. L’analyse permettra de mettre en évidence les liens de l’initiative de Du Tronchet avec l’essor de la littérature pour secrétaires et de relever la présence d’une hiérarchie des genres épistolaires fondée sur l’héritage humaniste.

Leurre autobiographique et exercices de réécriture

  • 6 Pietro Aretino, Lettere, Venezia, Francesco Marcolini, 1538. L’édition de référence est aujourd’hui (...)
  • 7 Pour les lettres d’Hélisenne (Marguerite de Brie), Luc Vaillancourt, évoque le caractère romanesque (...)

2À la date de parution des Lettres Missives et Familières, aucun libraire n’avait encore proposé un recueil de lettres « missives et familières » en langue française comparable aux recueils d’auteurs propulsés sur le marché éditorial italien, en particulier à Venise, après l’heureuse initiative de Pierre l’Arétin de faire publier son premier livre de lettres en 15386. Si l’on excepte les Épistres familières et invectives de la mystérieuse Hélisenne de Crenne, publiées en 1539, et qui possèdent un caractère rhétorique et romanesque accentué, c’est plutôt en marge des manuels d’écriture que l’on peut observer, sur le marché des livres imprimés, la percée de quelques épistoliers s’exprimant en français, que l’on pense à Pierre Habert ou à Gabriel Symeoni (qui était florentin)7. Le recueil épistolaire de Du Tronchet, qui dans la page de titre se prévalait de son statut professionnel de « secretaire de la royne mère du roy », se présentait comme un beau volume in-4°, réédité à peine deux ans plus tard, en 1571, toujours par Breyer, au format in-8°.

  • 8 Catherine Magnien-Simonin, « Estienne Du Tronchet, des “Lettres missives et familières” (1569) aux (...)

3Le recueil des LMF, dédié au comte de Retz, Albert de Gondy, se composait d’une préface de l’auteur, de quelques pièces poétiques liminaires et de deux cent trente-six lettres alternant avec un nombre plus réduit – une quinzaine en tout – de compositions poétiques de genres et de longueurs différents (sonnets, élégies, une églogue, etc.). Une trentaine d’éditions parues jusqu’en 1623 témoignent du succès auprès des lecteurs, grâce notamment à l’activité de trois libraires du Palais, Nicolas du Chemin, Nicolas Bonfons et Abel L’Angelier, qui ont alimenté ce qui est apparu comme « un véritable phénomène de librairie »8.

  • 9 Sullivan, Estienne du Tronchet, op. cit., p. 68-69, ces lettres proviennent en particulier de l’ant (...)
  • 10 Ibid., p. 70.

4L’édition de 1579, imprimée à Paris par Abel L’Angelier, avait été augmentée de dix-sept lettres tirées de l’italien de Girolamo Parabosco, Francesco Sansovino et Pietro Bembo. Seul le nom très prestigieux de Bembo figurait, en réalité, dans la page de titre sous cette formule : « Reveües, corrigées & augmentées de plusieurs lettres amoureuses, tirées tant de l’italien du Bembe que de plusieurs autres autheurs ». Toutefois, les recherches de sœur Mary Sullivan ont permis l’identification des autres auteurs9. Malheureusement, l’acribie de cette spécialiste ne s’est pas exercée avec les mêmes résultats sur le corpus initial des Lettres Missives et Familières, celui de 1569, où l’influence italienne se résumait, selon elle, à l’adoption d’un répertoire traditionnel d’images et de figures de style, amenant à cet éloge de l’épistolier Du Tronchet : « Il y a des lettres innombrables dans les Lettres Missives et Finances et Thresor qui montrent son originalité et son pouvoir d’écrire une belle lettre »10.

  • 11 Étienne Du Tronchet, Finances et Trésor de la langue française, Paris, Nicolas du Chemin, 1572. Voi (...)
  • 12 Pseudo-Salluste, Lettres à César, Invectives, éd. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1962, II, V (...)

5Nous avons pu montrer récemment que le deuxième recueil épistolaire publié par Du Tronchet, intitulé Finances et Trésor de la langue française s’avère être entièrement une anthologie de missives traduites de l’Arétin et toutes tirées du troisième livre de sa correspondance, publiée à Venise en 154611. Dans les Lettres Missives et Familières, l’inventaire des modèles apparaît plus varié. Ce recueil est composé de lettres en prose intercalées de textes poétiques, certains de poètes contemporains. En général, seules les lettres sont assorties d’une numération progressive, jusqu’au numéro 239, mais trois numéros sont attribués de manière abusive à des pièces en vers (tous alexandrins) : le n° 4 est une longue Requeste à la Royne où Du Tronchet se plaint d’avoir perdu l’office de trésorier de Forez, le n° 18 est présenté comme un Discours du contentement d’un bon homme du village, et le n° 238 est une épître en vers qui commence par « Le Scythe Scilurus ». Remarquons encore que la lettre en prose n° 223 est, en grande partie, une adaptation en français de la deuxième lettre du Ps.-Salluste à César sur la conduite de l’état12 et que la n° 236 est annoncée de cette manière : « Ceste lettre est comme de mot à autre traduicte d’une epistre d’Horace ». En effet, il s’agit d’une traduction de la première satire d’Horace (I, 1). Il reste donc deux cent trente-quatre textes épistolaires en prose à étudier.

  • 13 Claude Longeon, Une province française, op. cit., p. 402. Sur cette base Balsamo, Dotoli, Les tradu (...)

6En poursuivant les recherches de sœur Sullivan, Claude Longeon a pu dresser le bilan suivant des lettres traduites par Du Tronchet : « Pour prouver à son lecteur qu’il connaît parfaitement les recueils italiens, qu’il domine cette langue et que le français peut soutenir la comparaison, il parsème ses Lettres missives et familières d’une vingtaine d’épîtres traduites du toscan. »13 En effet, certaines lettres du recueil sont signalées aux lecteurs dans les paragraphes introductifs comme étant traduites de l’italien, par exemple « Lettre traduicte de ce divin Pierre Aretin » fol. 12v, « […] par le divin Pierre Aretin » fol. 44, ailleurs plus simplement « En ceste missive tirée de l’italien » fol. 54v, « par ceste lettre traduicte » fol. 211, sans indication de la source.

  • 14 Jeannine Basso, Le genre épistolaire en langue italienne (1538-1622). Répertoire chronologique et a (...)
  • 15 Jeannine Basso, « Les traductions en français de la littérature épistolaire italienne aux xvie et x (...)
  • 16 Bernardo Tasso, Li due libri delle Lettere di M. Bernardo Tasso, intitolate a Monsignor d’Aras, Ven (...)
  • 17 Ortensio Lando, Lettere di molte valorose donne, Venezia, Giolito, 1548.

7En 1978, le recueil fut examiné rapidement par une spécialiste de l’épistolaire italien, Jeannine Basso, qui travaillait alors à la préparation de son vaste et important répertoire des livres de lettres italiens14. Dans un article tiré de sa communication à un colloque présidé par Roger Duchêne, elle signalait la présence de « sujets typiquement italiens » dans le recueil de Du Tronchet et avertissait que « Le nombre des traductions est plus élevé que ne le laisserait entendre la mention “traduicte” portée au titre, ou dans l’argument. »15 Elle ne s’y trompait pas. Toutefois, il est bien difficile pour le lecteur de reconnaître que les Lettres Missives et Familières ne représentent pas une correspondance privée de l’auteur, étant donné que Du Tronchet signe de son propre nom une grande partie des lettres comprises dans son recueil, qu’il les présente comme étant envoyées le plus souvent de son village natal, Montbrison (y compris la lettre d’Horace !), et qu’il les adresse à des destinataires de son entourage, les membres de sa famille, ses amis, mais également ses protecteurs à la cour, comme le noble Jacques d’Albon et son neveu Jacques d’Apchon, le comte de Retz, ou encore Claude d’Urfé, sans oublier quelques hommes de lettres de renom, par exemple, Estienne Pasquier (n° 177), Antoine du Verdier (n°79) ou Lois Papon (n° 129 et n° 201). Ce leurre autobiographique cache la réécriture de modèles italiens et le déguisement français concerne en particulier un épistolier de choix, Bernardo Tasso, l’auteur d’un recueil de Lettere qui avait déjà connu onze fois l’honneur des presses avant la parution des LMF16. Les lettres de B. Tasso que nous avons pu reconnaître sont au nombre de cent cinquante-quatre, elles représentent donc presque les trois quarts du recueil du Forézien, une présence bien plus importante que celle de l’Arétin, dont Du Tronchet a réécrit et adapté en français une quarantaine de missives. Une troisième source – de manière sûre pour sept lettres – est à identifier dans les Lettere di molte valorose donne du polygraphe milanais Ortensio Lando, dont la publication en Italie remonte à 154817. Il reste pour le moment à peine une trentaine de textes à identifier, mais les résultats de l’enquête permettent déjà de fonder sur de nouvelles bases non seulement l’interprétation de l’anthologie de Du Tronchet, mais plus généralement l’étude de cet auteur, de ses données biographiques comme du contexte culturel qui fut le sien.

8Cette nouvelle perspective critique permet d’imaginer plusieurs étapes dans la genèse de ce recueil, pour lequel l’auteur a dû procéder en amont au choix des textes à traduire, les disposant selon un ordre choisi, remplaçant selon une logique qui lui est propre le réseau des destinataires de manière à faire référence à la réalité française, enfin concevant un apparat de paratextes adapté au but recherché, celui d’encourager les écrivains français à investir un nouveau domaine d’écriture encore peu valorisé. Le double enjeu de cette stratégie de dispositio reposant sur une architecture typographique complexe (préface, manchettes, paragraphes d’introduction à chaque lettre, table finale des destinataires) relève en même temps de l’enseignement rhétorique et d’une quête d’exemplarité morale, selon une approche typiquement humaniste associant la maîtrise de la parole à celle de la vertu.

L’art des secrétaires : lettres et affaires d’État

  • 18 Jean d’Albon était mort en 1549, son fils Jacques (1505-1562) était un ami d’enfance du roi Henri I (...)

9Étienne du Tronchet incarne une figure d’intellectuel dont les qualités étaient prisées dans le monde des cours de la Renaissance. Cultivé, familier des auteurs de l’antiquité latine, parlant plusieurs langues, il fut également très engagé dans l’administration et la diplomatie. Né à Montbrison, non loin de Lyon, vers 1510, il fut employé comme secrétaire par le gouverneur de Lyon, Jean d’Albon, pour travailler ensuite au service de son fils Jacques, l’un des favoris du roi Henri II18. Ces relations lui procurèrent une position à la cour dont témoigne la charge de secrétaire de Catherine de Médicis. À un âge déjà avancé, il accompagna à Rome le baron François Rougier, ambassadeur français, et c’est dans la capitale italienne qu’il finit ses jours, vers 1584.

  • 19 [Caton], Distiques de Caton, pour les bonnes moeurs nouvellement traduicts de latin en ryme françoi (...)
  • 20 Étienne du Tronchet, Lettres amoureuses, Paris, chez Lucas Breyer, 1575. Pour le signalement des so (...)
  • 21 Chiara Lastraioli, « Florence-Paris via Venise : les “Discours académiques florentins” de Du Tronch (...)

10Connu comme traducteur du latin (des Distiques de Caton19), il l’est aussi pour ses compétences dans le domaine de la langue et de la littérature italiennes. Il est en effet l’auteur d’un recueil de Lettres amoureuses qui ne sont autre chose que l’adaptation en français d’un choix de rimes de Pétrarque, complété par des passages entiers tirés du commentaire de l’italien Andrea Gesualdo20. Une autre traduction dissimulée a été démasquée par Chiara Lastraioli dans les Discours Academiques Florentins que Du Tronchet a fait publier à Paris en 1576, cette fois en déguisant en français I Marmi d’Anton Francesco Doni21.

  • 22 Voir Paul F. Grendler, Critics of the Italian World, 1530-1560. Anton Francesco Doni, Nicolò Franco (...)
  • 23 Voir sur ce poligrafo le récent volume : Luca D’Onghia et Daniele Musto (dir.), Francesco Sansovino (...)
  • 24 Maria Cristina Panzera, De l’orator au secrétaire : modèles épistolaires dans l’Europe de la Renais (...)

11Pour un auteur que l’on imagine formé dans les milieux si dynamiques de l’italianisme lyonnais, un tel intérêt pour les nouveautés culturelles importées d’Italie ne saurait surprendre, si ce n’est qu’il apparaît curieusement ouvert sur la production d’auteurs comme Doni, mais également, nous l’avons vu, Pierre l’Arétin et l’hétérodoxe Ortensio Lando qui partageaient une même vision critique du monde des cours et de la culture traditionnelle22. Qui plus est, aussi bien l’œuvre de l’Arétin que celle de Lando avaient été frappées par la censure ecclésiastique. Il s’agit également d’auteurs connus comme étant des poligrafi, qui écrivent à profusion ou lancent des initiatives éditoriales en travaillant en contact étroit avec les libraires et les éditeurs. La collaboration entre Du Tronchet et Lucas Breyer peut rappeler le dynamisme de ces nouvelles conditions de travail assurées par le développement de l’imprimerie. Le livre de lettres d’auteurs contemporains, en particulier, ne représentait pas seulement un produit nouveau, fort de son succès vénitien et international, mais très rapidement il était apparu en lien avec l’art des secrétaires, que l’on pense au célèbre Del Secretario de Francesco Sansovino23. La première édition de ce traité remonte à 1564, suivie rapidement de nombreuses réimpressions, dont celle de 1569 est contemporaine de la parution des Lettres Missives et Familières de Du Tronchet. Si ce dernier assoit son autorité dans le domaine épistolaire sur son expérience en tant que secrétaire de la reine, Sansovino avait été, plus modestement, secrétaire du duc de Bracciano, Paolo Giordano Orsini et, dans l’édition augmentée de 1580, il soulignera l’apport que lui avaient procuré quelques secrétaires illustres pour l’élaboration du portrait du bon secrétaire24.

  • 25 Francesco Sansovino, Del secretario, Venezia, Francesco Rampazetto, 1565, fol. 1.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

12Dans sa version originale de 1564, le Del Secretario se composait d’un traité sur la dignité associée à la profession de secrétaire et sur les qualités requises pour cette fonction, suivi de deux livres plus didactiques pour l’apprentissage progressif de la rhétorique épistolaire. Le quatrième livre était un formulaire, à savoir un recueil de lettres d’auteurs anciens ou contemporains. Il comportait notamment une vingtaine de lettres signées par Sansovino et extraites de ses archives personnelles. Nous retrouvons cette structure dans la conception des Lettres Missives et Familières avec l’articulation d’un discours introductif portant sur l’importance de l’art de la lettre et sur la dignité des secrétaires et l’anthologie de lettres qui suit, présentée comme le fruit de la plume du grand secrétaire Du Tronchet. Dans la préface, en effet, les trois pages finales condensent des réflexions sur les qualités du secrétaire d’état qui semblent émaner directement d’une lecture de Sansovino. La place faite aux « secrétaires légitimes », à savoir ceux qui servent les princes et participent à la gestion des affaires d’état (fol. e ij), rappelle le début du premier livre du Del secretario, où l’auteur célèbre l’office honorable et digne (« l’ufficio honestissimo et degno »25) des conseillers du prince qui gèrent « les questions de l’État » (« le materie di Stato »). Sansovino avait comparé le statut de ces secrétaires à celui des anges les plus proches de Dieu, et Du Tronchet de se lamenter que la « divinité de la plume » se trouve de son temps en France profanée et peu valorisée. Il ajoute que « Les anciens en toutes monarchies et republiques ont faict tousiours grand estat des bons et dignes secretaires »26, de même que Sansovino avait mis à l’honneur les « secretari maggiori » (« De’ secretari maggiori alcuni servono i principi, alcuni le republiche »27) en se basant sur des exemples tirés de l’histoire, en particulier celui d’Alexandre le Grand. Dans la suite, pour la définition des compétences du bon secrétaire, Du Tronchet propose en raccourci ce que Sansovino avait abordé dans des paragraphes distincts :

  • 28 Ibid.

Le bon secretaire doit estre fondé de bonnes lettres, de beaucoup de sagesse, de beaucoup de diligence, de beaucoup d’expérience, de bon sens naturel, de peu de mouvement, de peu de langage, de bon advis et de bonne exemple.28

  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.
  • 31 Nous traduisons « il doit être fidèle et parler peu, c’est-à-dire qu’il doit garder pour lui les af (...)

13Le lecteur du Del secretario pouvait trouver plus longuement décrites ces qualités dans des paragraphes spécifiques dont le premier indique justement « Il secretario dee esser letterato » (« Le secrétaire doit être instruit », fol. 2), le deuxième insiste sur la fidélité au prince, le troisième sur l’amabilité et l’intelligence (« Il secretario deve havere ingegno piacevole e accorto », fol. 4), le suivant sur la précision et la diligence (« Il secretario dee esser diligente nell’officio suo »29, etc., avec des remarques portant également sur l’expérience (« […] nella pratica delle cose del mondo » 30) ou sur la maîtrise de la parole et la capacité à garder les secrets (« sia fedele & taciturno, cioè ritenga in sé le cose del governo », fol. 5 et « al savio non è cosa difficile por freno alla lingua » fol. 4)31.

14Dans le chapitre sur le secret, Sansovino propose une analogie entre la cour et le corps humain pour magnifier l’importance du secrétaire (fol. 3v) :

  • 32 Sansovino, Del secretario, op. cit., fol. 3v : « Il doit donc se rappeler qu’il est le cœur et le c (...)

Però egli si dee ricordare d’esser il cuore et la mente della corte, conciosiaché vedendo nascer dalla prima radice le materie appartenenti allo stato nel principe, se le vede anco riporre nel petto proprio come in una fortissima rocca.32

15On retrouve cette image du cœur dans la préface des Lettres Missives et Familieres dans un passage consacré aux secrétaires dits légitimes :

  • 33 LMF, Préface (sans n° de folios).

Et celui là se doit proprement appeler secretaire legitime qui, pour en parler franchement, n’appartient qu’aux princes, à gens de conseil privé, à gouverneurs de provinces, & à ceulx qui ont qualité, estats ou offices de grandeur, concernans administration & maniement de negoces publiques. La plume est legitime receveuse du cueur, duquel depend l’importance de l’honneur & de la vraye gloire, & le vray & legitime secretaire bien composé en doit estre le fidele & digne ministre & dispensateur.33

16La fonction exercée par le secrétaire est donc vitale pour le prince et pour l’état, son travail est le cœur de l’action politique qui procure l’honneur et la gloire, des notions également bien présentes dans les pages du Del secretario.

17Nul doute que la correspondance publiée à la suite de ces considérations sur la dignité du secrétaire se propose de confirmer par l’exemple l’étendue du champ d’action de celui-ci, en l’occurrence de Du Tronchet qui s’adresse à la reine ou à ses protecteurs, à d’autres secrétaires ou fonctionnaires de la cour, à des intellectuels et poètes, sans oublier les membres de sa famille lorsqu’il s’agit de gérer les affaires domestiques. Ce n’est qu’un leurre, nous l’avons dit, car l’essentiel de ces relations n’est qu’un calque des situations de communication présentes dans les lettres de Bernardo Tasso, de l’Arétin et d’autres épistoliers : en d’autres termes, c’est de leur expérience biographique ou de leur action politique qu’il s’agit, pas de celles de Du Tronchet. Les recueils de B. Tasso et de l’Arétin, qui sont les deux principaux modèles choisis, avaient contribué à ouvrir un nouveau champ d’expression pour les livres de lettres, un champ qui couvrait désormais la chronique et l’histoire, l’expérience du politique, l’exercice du pouvoir. Diplomate et courtisan, Tasso avait été le secrétaire du prince de Salerne Ferrante Sanseverino et son premier volume de lettres faisait la part belle aux négoces et aux guerres d’Italie. L’Arétin qui, après avoir été au service de Jean des Bandes Noires, vivait des ressources de sa plume à Venise, avait fait de la publication de sa correspondance un instrument de pouvoir, pour négocier des faveurs auprès des princes et des puissants, en exerçant librement le droit de fustiger les vices et de prêcher la vertu en matière de gouvernement et de vie publique. Ces deux modèles suffisaient à eux-seuls à dessiner un horizon littéraire nouveau caractérisé par l’urgence de dire les temps présents, et c’est précisément sur cet aspect thématique que Du Tronchet attire l’attention des lecteurs dans sa préface en faisant l’éloge des livres de lettres italiens :

  • 34 Ibid.

[…] s’il est auiourd’huy en propos de discoürir de la guerre, des factions, d’une cavallerie, d’une infanterie, d’une escuyerie, des armes, voire de l’amour, & generalement de toutes choses graves & ordinaires : les plus beaux traicts des plus disertes langues qui se veulent faire ouïr, sont en pluspart espuises dans les propres facultés de l’Italie.34

  • 35 Sur Du Tronchet et l’écriture de l’actualité Nicolas Schapira, « Expérience politique, livre et tra (...)
  • 36 Dominique Fratani, “Bernardo Tasso: rassegna bibliografica”, Line@editoriale, n° 010, 2018, Varia, (...)

18Cette amplitude thématique correspond bien aux domaines de compétence du secrétaire de prince qui, dans ses lettres, informe et conseille sur les alliances et les stratégies militaires, en faisant preuve d’intelligence politique et de clairvoyance35. Du Tronchet n’a probablement pas été le premier à s’emparer en France de ces possibilités nouvelles. Une traduction en français des lettres de Bernardo Tasso est mentionnée en effet dans la Bibliothèque de Du Verdier, qui la dit publiée à Paris en 1554, mais aucun exemplaire n’est connu aujourd’hui, ce qui nous prive malheureusement de la possibilité d’une comparaison avec les textes des Lettres Missives et Familieres36.

Textes liminaires et hommages aux puissants

  • 37 Albert de Gondi (1522-1602) était issu d’une famille italienne originaire de Florence, le père étai (...)

19La disposition des textes liminaires dans un recueil épistolaire joue un rôle important pour la construction de l’image exemplaire de l’auteur et du réseau d’influences dont il dispose. Ainsi, la lettre d’ouverture des Lettres Missives et Familieres contient un fervent hommage rendu à Albert de Gondy, comte de Rectz, diplomate et banquier très proche de la reine37. La lettre est introduite par ces quelques lignes de présentation :

  • 38 LMF, fol. 1.

Monseigneur le conte de Rectz est de longue cognoissance comme naturel patron, Mœcenat & possesseur du cueur & servitut d’Estienne du Tronchet, secretaire de la royne. Au moyen de quoy, il intitule & appuye soubs la grandeur & authorité d’iceluy ce livre de lettres missives, avec protestations sur la hardiesse qu’il a prinse de ce faire […].38

20Il est étonnant que personne n’ait encore reconnu dans cette première missive le travestissement de la lettre de dédicace du recueil de Bernardo Tasso à Antoine Perrenot de Granvelle, évêque d’Arras et ministre impérial de Charles Quint. Tasso s’était particulièrement rapproché de l’éminent prélat au cours de son séjour à la cour impériale d’Augsburg entre 1547 et 1548, décidant ensuite de placer sous son nom et sa protection la publication de son premier volume de lettres, en 1549. La reprise de la part de Du Tronchet (LMF 1) est littérale et la traduction de bonne tenue si l’on considère la syntaxe emboîtée et le langage figuré qui fleurissent le style de l’épistolier italien :

  • 39 B. Tasso, Lettere, op. cit., p. 3. Nous traduisons : « Au très révérend et illustre Monseigneur d’A (...)

Al Reverendissimo e illustre monsignor d’Aras

Sogliono, reverendissimo e illustrissimo signor mio, gli indotti statuarii a cui manca et l’arte e ’l giudicio, qual hora una picciola figura di Cupidine o di Apolline fatta lor viene, in tanto almeno giudiciosi che l’imperfettione conoscono de le opere loro, quella ne la sommità d’una colonna di marmo ergere et appoggiare, sì perché i difetti de l’artificio, che infinitissimi sono, per la distantia così agevolmente non si possano vedere, come etiandio per quella prospettiva a detta statua dare che ella da sé non ha et eglino con la mano de l’arte in vano di darle affaticati si sono. Ad imitatione de’ quali io non meno di loro in conoscere gli errori et la bassezza di queste mie lettere giudicioso, sopra l’altezza de la virtù et de l’auttorità di Vostra Signoria d’appoggiarle deliberato mi sono, per alzarle col vostro favore et col vostro merito a quel grado di reputatione et di gloria che esse da sé et senza l’aiuto vostro di non haver meritato confesseranno sempremai.39

Monseigneur, les ignares et indoctes statuaires, ausquels manquent l’art et le jugement, lors que la moindre figure d’un Apollo ou d’un Cupido leur tumbe en main, ayans pour le moins en cela cognoissance de l’imbecillité de leur œuvre, trouvent moyen d’eriger et subtilement establir sur la cyme et sommité de quelque haulte colonne de marbre, affin que les faultes de leur artifice, qui peuvent estre grandes, ne puissent estre par le moyen de la distante veuë des spectateurs facilement censurées, comme aussi pour donner la perspective necessaire à la statue qu’elle ne peut recevoir de soy mesme, cela leur est plus propre que le propre artifice de la main. À leur imitation, Monseigneur, ne me cognoissant moindre iuge en l’erreur et perplexité tant de l’eversion que de l’invention de ces lettres, j’ay advisé de les appuyer et élever sur la grandeur et auctorité de vostre seigneurie, pour les avantager avec vos faveurs et merites à ce degré d’estime et de reputation que d’elles mesmes elles confesseront tousiours sans vostre umbrage ne pouvoir meriter.

  • 40 Respectivement Aretino, Lettere, I 3, p. 51-53 (mais la date est 24 avril 1525 !) et LMF fol. 8v et (...)

21Il nous est difficile d’imaginer que les vingt années écoulées entre la parution des Lettere de Tasso et celle des Lettres Missives et Familieres aient pu faire tomber dans l’oubli un tel texte, au point de rendre complètement méconnaissable la source italienne de Du Tronchet, du moins pour le public de la cour. Qui plus est, le comte de Retz était italien, tout comme la reine, et l’évêque d’Arras était alors encore vivant, puisqu’il mourra seulement en 1586. Tasso, quant à lui, décéda en Italie en septembre 1569, quelques mois après la publication à Paris des LMF qui dans le colophon portent la date du 24 mars. Quoi qu’il en soit, on remarque un sort différent réservé à l’un des textes liminaires de l’Arétin, la célèbre lettre de consolation adressée au roi François Ier prisonnier en Espagne, qui se trouve en troisième position dans le premier volume des Lettere arétiniennes, au n° 6 dans les LMF, mais avec le signalement « Lettre traduicte de ce divin Pierre Arétin » et la date « de Romme au moys d’avril 1524 »40.

  • 41 Jacques Saint Germain d’Apchon (1555-1619) n’avait que quatorze ans à l’époque, Du Tronchet le prie (...)

22Une autre lettre que Bernardo Tasso avait placée bien en vue dans les premières pages de son recueil, à la suite de celle adressée à l’évêque d’Arras, remplissait des fonctions préfacielles importantes, en fournissant des explications sur la genèse du projet de publication de son œuvre épistolaire. Du Tronchet s’en est emparé au n° 5 des LMF, en remplaçant le nom du destinataire, le prince de Salerno, par celui de Jacques d’Apchon, jeune neveu du maréchal de France Jacques d’Albon41. Nous en tirons en particulier le passage sur les lettres en lien avec l’action politique immédiate :

  • 42 Bernardo Tasso, Lettere, I b, p. 9 et LMF fol. B ijv.

Io non iscrissi mai lettere perché sperassi che andassero in mano degli huomini, fuor che di quelli a cui o per mio bisogno o per loro servitio erano indirizzate & se la copia di alquante riserbata m’haveva, lequali per lo più fastidiose sempre parlavano di negotii, più tosto per dare ragione agli amici & ai signori a cui ho servito, de le attioni mie, che per affettar laude presi questa fatica.

Monsieur, je n’escrivis jamais lettres en esperance qu’elles fussent tracassées en la main des hommes, excepté de ceux ausquels, pour leur faire service, ou pour mon besoing, elles estoient addressées, et si je m’en estois reservé certaines copies, lesquelles pour les plus facheuses parloient tousiours de quelques negoces, je prenois ceste peine pour en tenir raisons à mes amys ou aux seigneurs que je servois, plustost que d’en affecter aucune loüange.42

  • 43 Cristina Panzera, De l’orator, op. cit., p. 234.

23Une autre lettre de Tasso qui bénéficia d’une certaine notoriété est celle qui ouvre son premier livre et qui traite de l’abus des titres honorifiques dans les correspondances43. Bernardo répondait à une missive d’Annibal Caro qui dans les Lettere de 1549 fut publiée à la fin du recueil, pour être ensuite déplacée dans les éditions successives : par exemple, dans celle de 1559 procurée par Giglio à Venise, on peut la lire avant le commencement du premier livre. Du Tronchet les dispose en série aux n° 29 et 30 des Lettres Missives et Familieres, en commençant par la réécriture du texte de Bernardo. Il s’agit d’une lettre attribuée à « Maître Hierosme de Chastillon, advocat du roy à Lyon », que nous mettons en regard de sa source italienne :

  • 44 Bernardo Tasso, Lettere I, 1, p. 17 et LMF fol. 56.

Dottissimo il mio signor Annibale, la vostra lettera così piena di modestia & di piacevolezza, come di dottrina & di giudicio, m’ha cavato d’un gran laberinto [...]

Mon cousin, voz lettres autant garnies de modestie & de contentement, comme elles sont de doctrine & de bon jugement, m’ont sorty d’un grand labyrinthe […]44

24La lettre de Caro est déguisée sous la plume d’un secrétaire non identifié (n° 30) :

  • 45 Bernardo Tasso, Lettere I, c, p. 13 et LMF fol. 59.

Gentilissimo signor Bernardo, le cose che mi domandate meritano qualche consideratione [...]

Monsieur, les choses que vous me demandés méritent beaucoup de considération […]45

25Si la question de l’abus des « seigneuries » s’était trouvée au cœur d’un débat parmi les intellectuels italiens de la moitié du xvie siècle, comme Claudio Tolomei, Girolamo Muzio et jusqu’à Sansovino, l’intérêt de Du Tronchet n’apparaît pas bien justifié, étant donné que la controverse avait porté sur un usage particulier de la langue italienne, à savoir l’emploi du vouvoiement (le « voi ») ou plutôt de la troisième personne (le « lei ») pour s’adresser à un destinataire illustre, autrement dit entre « vostra signoria » ou bien « sua signoria ».

26Plus transparent dans sa logique, un dernier exemple de sélection et de réemploi d’un texte liminaire pourra illustrer la stratégie du courtisan Du Tronchet. Au n° 23 des Lettres Missives et Familieres se trouve une lettre présentée comme « traduicte autresfois à une royne de Polonie » et qui traite des devoirs qui incombent à une reine restée veuve dans le gouvernement de son royaume. L’auteur souligne la ressemblance avec la situation de Catherine de Médicis, qui en effet avait été régente sous la minorité de son fils Charles IX. Mais la reine, ajoute-t-il, n’a point besoin de conseils (fol. 45v) :

Et se pourroit aucunement approprier à la royne mere du roy, à qui escheut l’administration d’un royaume si grand par la minorité du roy. Mais sa majesté, qui au milieu de tant de fluctuantes agitations, troubles & division a faict apparoir par les propres actes et expeditions de son incredible esperit que bien loing qu’elle ait besoing de telles lettres, quand mesmes toutes nations peuvent prendre lueur en son mirouer, et en l’abondante fontaine de ses singulieres et royalles vertus, espuiser tout fructifere exemple de providence et de bonnes meurs.

  • 46 Ortensio Lando, Lettere, op. cit., fol 3.

27La source, cette fois, est la lettre qui ouvre le recueil d’Ortensio Lando, écrite par Isabella Sforza et adressée à Bona, reine de Pologne, qui était restée veuve en 154846. En sélectionnant cette missive, Du Tronchet saisissait l’occasion de rendre hommage à Catherine de Médicis, la présentant comme une mère généreuse non seulement envers sa progéniture, mais également à l’égard de tous ses sujets, comme le montre la fin du texte où l’auteur se libère de sa servitude au modèle italien et s’autorise des amplifications pour faire mention du roi Charles IX :

  • 47 Ibid. 3v « […] que l’on observe les lois justes et les bonnes coutumes. Gouvernez vos sujets, Madam (...)

[...] osservinsi le giuste leggi et le buone usanze. Governate Signora i soggetti vostri con quello affetto come se del proprio ventre usciti vi fussero, così facendo l’altezza vostra non avrà bisogno di esterni agiuti, non dico già per questo che non facciate stima de’ vicini potentati, perché nel vero, sì come la luna move spetialmente le cose inferiori non per esser più delli altri efficace, ma sol per esser più vicina, così nell’amministrar de’ stati, l’amichevol vicinanza sempre recò altrui de molti commodi. Io non voglio più fastidire […]

[…] la jeunesse soit acheminée aux sainctes lettres & aux bonnes meurs, que l’on vive en ce royaume avec crainte de Dieu & observation de toutes loix & salutaires constitutions, gouvernant au surplus les pauvres subiects du roy & de vous (jusque à ce que Dieu luy aura donné l’aage, le sçavoir & l’experience conformes à l’heureuse promesse que chascun se faict de ses merveilleux principes), avec telle amour & dilection que s’ils estoient de vostre propre sang generés, allaictant & nourrissant leur ordinaires necessités de voz abondantes mammelles de prudence, de justice & de royale consolation. Madame, je supplie le créateur donner à vostre Majesté felicité concurrante voz Royalles & souveraines vertus.47

28Cette représentation de la reine en mère nourricière et garante « de toutes loix & salutaires constitutions » interpelle par son anachronisme, puisque le roi avait été déclaré sorti de la minorité en 1563 (à treize ans seulement), mais l’intention encomiastique est évidente.

  • 48 Pour les textes seuil, voir Patrick Marot (dir.), Les Textes liminaires, Toulouse, Presses universi (...)

29Sans pouvoir étudier plus amplement ici la distribution des lettres à l’intérieur d’un recueil si vaste, ces quelques exemples de réécriture nous permettent de souligner la connaissance précise qu’a Du Tronchet non seulement des épistoliers italiens de son temps, mais plus précisément de la construction d’un livre de lettres, qu’il sait associer à l’art de secrétaires alors en plein essor et dont il manie les textes liminaires pour des fonctions auctoriales et monumentales à la fois, puisque par ce leurre du parfait épistolier français il rend hommage au pouvoir royal et à ses représentants illustres48. La composante didactique, comme nous le verrons, est également présente, et elle se déploie aussi bien dans le domaine de la rhétorique épistolaire que plus largement dans celui de l’éducation morale assurée par le recueil de maximes et de réflexions sur la vertu.

Les paratextes et les genres épistolaires

30Du point de vue typographique, le beau volume publié par l’éditeur Lucas Breyer présentait une mise en page complexe, alternant vers et prose, caractères de plusieurs dimensions, lettrines décorées et même un médaillon avec le portrait de l’auteur encadré par l’anagramme de son nom (« En heur content se dit », fol. a ij). Deux éléments des paratextes soulignent le caractère érudit et humaniste du travail de Du Tronchet : les nombreuses manchettes qui signalent dans les marges le contenu de certains passages, souvent les sources latines et les maximes morales et, d’autre part, les paragraphes d’introduction à chaque lettre qui dans l’édition de 1571 prennent le nom - absent en 1569 - d’« Argument » (Fig. 1).

Fig. 1 : LMF 67, fol. 106

Fig. 1 : LMF 67, fol. 106
  • 49 [B. Tasso], Prima parte delle lettere di M. Bernardo Tasso alle quali nuovamente si sono aggiunti g (...)

31Ces paragraphes introductifs remplissent différentes fonctions essentielles à l’établissement d’une logique de lecture, puisqu’ils donnent le nom des destinataires des lettres, en résument le contenu et ajoutent souvent, bien que pas de manière régulière, la définition du type de lettre, avec une nomenclature très précise faisant référence à l’art épistolaire. Il s’agit d’un dispositif peu fréquent dans les livres de lettres italiens, la correspondance de l’Arétin, par exemple, en était dépourvue, de même que l’édition de 1549 des Lettere de Bernardo Tasso. Mais c’est bien d’une autre édition de ces dernières que Du Tronchet a pu s’inspirer, celle qu’avait procurée en 1562 le polygraphe Ludovico Dolce employé au service de l’éditeur Giolito et qui, pour la première fois, exhibait dans la page de titre la présence des arguments (Fig. 2)49. Dolce, qui avait suivi une formation humaniste, n’avait fait qu’appliquer à l’épistolaire de Tasso une pratique d’étude réservée habituellement aux auteurs antiques, notamment aux Epîtres familières de Cicéron.

Fig. 2 : [B. Tasso], Prima parte delle lettere di M. Bernardo Tasso alle quali nuovamente si sono aggiunti gli argomenti per ciascuna lettera, di nuovo ristampata, Venezia, Gabriel Giolito de’ Ferrari, 1562.

Fig. 2 : [B. Tasso], Prima parte delle lettere di M. Bernardo Tasso alle quali nuovamente si sono aggiunti gli argomenti per ciascuna lettera, di nuovo ristampata, Venezia, Gabriel Giolito de’ Ferrari, 1562.

32Plus élaborés que ceux de Dolce, les arguments des LMF en reprennent l’idée de fournir ponctuellement aux lecteurs un repère dans le domaine de la rhétorique épistolaire, de sorte que l’ensemble de ces paratextes nous éclaire sur l’existence non seulement d’une taxinomie, mais également d’une hiérarchie des types épistolaires.

  • 50 LMF 67, fol. 106, cette lettre est traduite de B. Tasso, Lettere, 38, p. 79.
  • 51 LMF 62, 63, 64, 67, 85, 109, 157, 158, 182, 183.
  • 52 Franciscus Niger, Opusculum scribendi epistolas Francisci Nigri, Venise, Herman Liechtenstein, 1488 (...)
  • 53 Désiré Erasme, Opus de conscribendis epistolis, dans Id., Opera omnia, éd. Jean-Claude Margolin, Am (...)

33Du Tronchet ne se réfère pas aux trois genres de discours que l’école humaniste, en particulier Érasme et à sa suite Sansovino, avait mobilisés pour classer les différents types de lettres, à savoir le délibératif, le démonstratif et le judiciaire. Il assigne cependant la première place à un type épistolaire précis, la lettre de recommandation, qui relève traditionnellement du discours délibératif. L’argument de la lettre 67 enseigne : « En lettres de recommandation, qui sont les plus communes, ou autres lettres familières, il est necessaire de changer tousiours l’air et le style pour ne les rendre comme formulaires […] »50. Une dizaine d’arguments des Lettres Missives et Familieres présentent les lettres comme étant des recommandations51. Il est possible que Du Tronchet ait déduit l’idée de cette primauté directement des arguments de Dolce, qui faisaient très souvent mention de ce type épistolaire. Toutefois, ce prestige est bien connu au sein de la tradition de l’art épistolaire humaniste, puisque c’est justement par la lettre de recommandation que s’ouvrait l’Opusculum scribendi epistolas de Franciscus Niger, l’un des manuels épistolaires les plus répandus à la Renaissance et qui servit de base à Pierre Fabri pour son propre traité, le premier publié en langue française52. Érasme, et derrière lui Sansovino, ont préféré accorder le premier rang à la lettre d’exhortation, que le Del secretario présentait comme celle dont le dispositif rhétorique était le plus complexe53. Certains arguments des Lettres Missives et Familieres font référence à cette typologie, par exemple pour la lettre 13 écrite « pour exhorter » ou la 186 contenant une « Sentencieuse exhortation ». Selon le classement par genres, il s’agit encore d’un type épistolaire appartenant au genre délibératif, et Du Tronchet le distingue de la persuasion, attestée par exemple pour la lettre 50 « il persuade de suivre la vraye gloire », et la 152 « plusieurs raisons à persuader de tenir main à l’observation d’une promesse ».

  • 54 LMF 41, 82 (« honneste et subtil moyen de remercier »), 86 (« gracieux et honneste remerciement »), (...)

34Toujours au genre persuasif nous pouvons rattacher la consolation (LMF 30 « consolée par ceste lettre », 34 « le consolant », 101 « ceste lettre de consolation ») et la pétition (116 « supplie …. de luy vouloir donner un benefice »). La lettre de remerciement est une typologie que Du Tronchet met particulièrement à l’honneur et qu’Érasme avait rangée dans le groupe des lettres extraordinaires ou familières54.

  • 55 Érasme, De conscribendis, op. cit., p. 571-572 et Christine Bénévent, Érasme épistolier, art. cit., (...)

35L’éloge appartient, selon la tradition, au genre démonstratif : les arguments des Lettres Missives et Familieres signalent quelques lettres de ce type, par exemple 135 « Louange à une damoiselle de qualité », 136 « avec louange », mais également le type complémentaire de la réponse à l’éloge : 124 « Reject de quelques loüanges », 133 « Modeste reject de quelque bonne opinion », qui évoque pour nous la « Responsio ad laudem » prévue dans le De conscribendis d’Erasme, où les formules proposées relèvent largement du topos de la modestie55.

  • 56 Érasme, De conscribendis, op. cit., p. 525-531 pour la lettre « de purgatione » que l’on écrit sur (...)
  • 57 Chez Érasme, la lettre officiosa est celle que l’on écrit aux amis pour leur manifester de la bienv (...)

36La taxinomie du Forézien comprend encore les lettres qui donnent des nouvelles (que Fabri avait défini « expositives de notice »), par exemple 32 « les advertissements », 42 « nouvelles et advertissements » ; celles qui donnent des ordres (73 « Lui mande », à confronter avec la « mandatoria epistola » chez Erasme) ou encore la « lettre de négoce » (160). Pour la politesse des échanges épistolaires, les lettres manient les topoi de l’excuse (156 « lui faict excuse », 185 « excuse », 192 « Honneste excuse »), peut-être en lien avec la purgatio chez Erasme, ou bien la simple « Présentation de service » (132), laquelle évoque pour nous la conciliatoria érasmienne56. On retrouve en outre la catégorie peu transparente de la « recognoissance » que nous dirions plutôt de la considération, par exemple 165 « Recongnoissance d’offices et de plaisirs […] avec prière pour quelques affaires » et 126 « Recongnoissance envers une dame », qui pourrait descendre de la lettre officiosa d’Erasme et s’apparenter d’une catégorie bien présente dans les manuels du xviie siècle, à savoir la lettre « de visite » ou de compliment57.

  • 58 LMF 195, fol. 258.

37Une formulation originale, nous semble-t-il, concerne le type que Fabri appelle « de la congratulation » (gratulatoria chez Niger et chez Érasme) ; l’argument de la lettre 195 énonce : « Lettre de feu de joye à Monsieur de Boessot, seigneur de Pont sur Seine pour son advenement à la court au service du duc de Guyse »58. Il s’agit d’un travestissement de la lettre 131 de Bernardo Tasso à Matteo Maccigni, que Dolce avait introduit par : « S’allegra della sua condotta alla lettura in Salerno », puisque ce personnage avait été nommé par le prince Ferrante Sanseverino à la chaire de philosophie du Studium de Salerne.

38Citons enfin le cas de l’embarras terminologique témoigné par l’argument de la lettre 65, que Du Tronchet feint adresser à Baritel, poète comique : « Ceste lettre plus fabuleuse & poetique que familière […] contient quelques excuses d’un sonnet mal interpreté » (fol. 103v) ». La source est de nouveau B. Tasso, qui avait écrit à monseigneur Francesco Valier, un ami vénitien, afin qu’il l’aide à se défendre contre des accusateurs suite à la divulgation d’un sonnet mal interprété par ses premiers lecteurs :

  • 59 Bernardo Tasso, Lettere, 36, p. 76 et LMF 65, fol. 104.

Vedete signor mio osservandissimo in che tempesta di noiosi pensieri m’habbia sospinto il vento dell’invidia o della malignità degli huomini [...]

Baritel, vous voyés en quel orage de pensemens m’a surprins le vent de l’envie & la malice des hommes […]59

  • 60 Bernardo Tasso, Lettere 1562, op. cit., p. 66 « Il s’excuse pour un sonnet intitulé “A Pan” et inte (...)

39Le sonnet en question de Tasso, publié à l’intérieur du premier livre des Amori, avait été lu comme une critique téméraire à l’encontre de Pietro Bembo, et l’argument de Dolce informe : « Scusasi d’un suo sonetto intitolato a Pan & malignamente interpretato contro monsignor Bembo »60. Le poète Martin Baritel, s’il a eu une existence bien réelle, n’a donc pas composé un sonnet à Pan et ne s’est pas retrouvé au centre d’une dispute entre les fantomatiques Fontberlant et Frontaire, qui cachent les noms de Bembo et de son rival Antonio Brocardo. Le fait que cette dispute remonte à 1531 et ait concerné un milieu littéraire, celui de Padoue, probablement mal connu par Du Tronchet, explique que cette lettre puisse lui apparaître « fabuleuse & poetique » plutôt que familière, mais cette définition vient enrichir la taxinomie d’un autre type épistolaire, celui des lettres à sujet littéraire.

  • 61 Ce sont les lettres 83, 126, 131, 209, 211, 234.

40À l’intérieur de cette riche nomenclature, qui n’a pas un caractère systématique, trouvent place également les « lettres amoureuses », les seules que daigne afficher au grand jour la table finale61. Remarquons au passage qu’elles sont ramenées à la typologie de la lettre d’amour de manière quelque peu artificielle, étant donné que, par exemple, la 234, attribuée à « Une damoiselle de bonne part », n’est autre chose que l’adaptation d’une lettre de l’Arétin à son ami Bernardino Serfino :

  • 62 Aretino, Lettere, II 303, op. cit., p. 331 (« Moi qui serai toujours pour vous un frère comme je l’ (...)

Io che tuttavia vi sarò quel fratello che sempre vi sono stato, ho ricevuto le lettre scrittemi ne le aversità presenti [...]

Comme celle qui a jamais vous sera telle que je vous ay tousiours esté, j’ay receu les lettres que vous m’avés escrites en l’adversité presente […].62

41Le cas de la lettre 211 n’est pas moins étonnant, puisqu’elle traduit, dans sa deuxième partie, une missive de l’Arétin à Vittoria Colonna (Lettere, I 217), qui n’était assurément pas une lettre d’amour, mais tout simplement d’éloge.

42La transmission de l’art épistolaire repose sur l’étude et la réécriture de modèles et caractérise sur la longue durée l’enseignement de la rhétorique, en particulier du Moyen Âge à la Renaissance. L’essor de l’épistolographie en langue vernaculaire, en France comme en Italie, ne marque pas l’abandon de ces pratiques scolaires qui, au contraire ; permettent de perpétuer un savoir traditionnel, en assurant une continuité à l’héritage humaniste, comme l’a montré l’étude de la réception des manuels de Franciscus Niger ou d’Érasme. Il s’agit d’un phénomène très vaste que le recueil de Du Tronchet vient enrichir ultérieurement, en élevant au rang de modèles des épistoliers contemporains. L’absence d’indication des sources ne distingue pas cet auteur de la pratique de tant d’autres contemporains, par exemple en Italie Antonio Minturno, Francesco Sansovino, Francesco Scaridino ou encore Giulio Antonio Ercolani, puisque réécrire un modèle épistolaire relevait de l’art du discours et exigeait toujours une part d’originalité, dans un partage entre contrainte et création que le classicisme de la Renaissance avait bien intégré dans ses principes. Les choix de Du Tronchet dans sa sélection des textes épistolaires italiens nous livre des informations importantes sur les dynamiques interculturelles de l’époque, sur le canon des auteurs perçus comme étant les plus emblématiques, mais également sur les styles, les genres et les types épistolaires dont le secrétaire se fait le passeur, dans ses Lettres Missives et Familieres, dans l’espoir d’instaurer un nouvel ordre des savoirs au bénéfice des lettres françaises.

Haut de page

Notes

1

[Etienne du Tronchet], Lettres Missives et Familières d’Estienne Du Tronchet, Secretaire de la Royne Mere du Roy. A Messire Albert de Gondy, Conte Doyen Baron de Rectz, de Sainct Seigne, de Dampierre, Marquis des Isles d’or, Chevalier de l’Ordre du Roy, premier Gentil-homme de sa chambre & Capitaine de cinquante hommes d’armes, Paris, Lucas Breyer, 1569, 4°. Nous utiliserons par la suite l’abréviation LMF, mais en nous référant pour les citations à la deuxième édition, où notamment la numération des lettres a été corrigée : Lettres missives et familières d’Estienne Du Tronchet, secretaire de la Royne mère du Roy, […] Nouvellement reveuës et corrigées, à Paris, pour Lucas Breyer, marchant libraire tenant sa boutique au second pilier de la grande salle du Palais, Paris, 1571 [exemplaire de la Bibliothèque municipale d’Augsbourg, LA 1595, digitalisé sur le site de Munich, Münchener DigitalisierungsZentrum].

2 Sister Mary Sullivan, Estienne du Tronchet, Washington, Université Catholique d’Amérique, 1931. Claude Longeon s’est entièrement fié à cette étude pour les pages qu’il a dédiées à Du Tronchet dans Id., Les écrivains foréziens du xvie siècle, répertoire bio-bibliographique, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1970, p. 93-117 ; Id., Documents sur la vie intellectuelle en Forez au xvie siècle, ivi, 1973, p. 178-191 ; Id., Une province française à la Renaissance. La vie intellectuelle en Forez au xvie siècle, ivi, 1975, passim.

3 Un premier signalement dans Maria Cristina Panzera, « Lettere italiane nel Cinquecento francese : Étienne du Tronchet lettore dell’Aretino », dans Paolo Procaccioli (dir.), L’epistolografia di antico regime, Roma, Vecchiarelli, 2019, (Archilet online : http://www.archilet.it/Pubblicazione.aspx?IdPubblicazione=10). Un projet d’édition et d’étude des sources des LMF est en cours sous notre direction à l’Université Bordeaux Montaigne.

4 LMF, fol. a iij.

5 La référence est en particulier à La Deffence et illustration de la langue françoyse de Joachim Du Bellay, publiée à Paris par Arnoul L’Angelier en 1549 (voir l’éd. moderne de J.-Ch. Monferran, Genève, Droz, 2001), mais également au prologue de l’Olive (également de 1549) qui appelle à renverser le rapport de force entre la poésie italienne de l’époque et la française, voir Joachim Du Bellay, L’Olive, éd. Ernesta Caldarini, Genève, Droz, 1974, p. 47. Pour l’encadrement de ce phénomène culturel, voir Jean Balsamo, Les rencontres des muses : italianisme et anti-italianisme dans les lettres françaises de la fin du xvie siècle, Genève, Slatkine, 1992, ainsi qu’Id., « Le pétrarquisme en France au xvie siècle », dans Dictionnaire des lettres françaises. xvie siècle, LGF, Paris, Fayard, 2001. Du point de vue de l’histoire du livre Id., Quelques remarques sur les collections d’éditions anciennes de Pétrarque conservées en France et les conditions éditoriales du pétrarquisme, Paris, H. Champion, 2001 et Id., “L'amorevolezza verso le cose italiche”: le livre italien à Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 2015.

6 Pietro Aretino, Lettere, Venezia, Francesco Marcolini, 1538. L’édition de référence est aujourd’hui Id., Lettere. Libri I-VI, éd. Paolo Procaccioli, Roma, Salerno, 6 vol., 1997-2002. Sur cette initiative de l’Arétin voir Guido Baldassarri, « L’invenzione dell’epistolario », in Pietro Aretino nel cinquecentenario della nascita. Atti del Convegno di Roma-Viterbo-Arezzo (28 settembre-1 ottobre 1992), Toronto (23-24 ottobre 1992), Los Angeles (27-29 ottobre 1992), Roma, Salerno, 1995, vol. I, p. 157-178 et Paul Larivaille, Pietro Aretino, Roma, Salerno, 1997, p. 220-263.

7 Pour les lettres d’Hélisenne (Marguerite de Brie), Luc Vaillancourt, évoque le caractère romanesque qui affaiblit « la crédibilité du cadre épistolaire » (La lettre familière au xvie siècle. Rhétorique humaniste de l’épistolaire, Paris, Champion, 2003, p. 219) et Claude La Charité les présente comme des « lettres-traités adressées à des destinataires de façade » (« L’émergence de la lettre familière érasmienne : le cas de Jean Bouchet et d’Hélisenne de Crenne », Littératures, Montréal, n° 18, 1998, p. 84). Sur les premiers pas de l’épistolaire français de la Renaissance, voir Guy Gueudet, « Archéologie d’un genre. Les premiers manuels français d’art épistolaire », Mélanges sur la littérature de la Renaissance à la mémoire de V. L. Saulnier, Genève, Droz, 1984, p. 87-98 et l’efficace synthèse de Catherine Magnien-Simonin, « Epistolaire (genre) », dans Dictionnaire des Lettres françaises. Le xvie siècle, Paris, Fayard et Librairie générale d’édition, 2001, p. 472-473.

8 Catherine Magnien-Simonin, « Estienne Du Tronchet, des “Lettres missives et familières” (1569) aux “Finances et thrésor de la plume françoise” de E.D.T. (1572) », dans Rosanna Gorris Camos (dir.), “Il segretario è come un angelo”. Trattati, raccolte epistolari, vite paradigmatiche, ovvero come essere un buon segretario nel Rinascimento, Atti del XIV Convegno Internazionale di Studio Verona, 25-27 maggio 2006, Fasano, Schena Editore, 2008, p. 199-213, à p. 210. Jean Balsamo, Vito Castiglione Minischetti, Giovanni Dotoli, Les traductions de l’italien en français au xvie siècle, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, Fasano-Paris, Schena editore- Hermann, 2009, p. 196-199 listent les éditions parues jusqu’à l’année 1600, qui sont les suivantes : Paris 1568-1569, 1571, 1572, 1574, 1575, 1577, 1579, 1580, 1582, 1583, 1584 à Paris par Abel L’Angelier et à Douai par Jean Bogard, 1585, 1587, 1588, 1589, 1591, 1593 à Louvain par Bogard et à Lyon par A. Cloquemin et P. Frellon, 1595, 1596, 1597 et 1600 à Lyon et à Paris. Comme on le voit, le rythme de publication fut constant, presque à échéance annuelle.

9 Sullivan, Estienne du Tronchet, op. cit., p. 68-69, ces lettres proviennent en particulier de l’anthologie de Francesco Sansovino, Delle lettere amorose di diversi huomini illustri, Venise, Francesco Rampazetto, 1563.

10 Ibid., p. 70.

11 Étienne Du Tronchet, Finances et Trésor de la langue française, Paris, Nicolas du Chemin, 1572. Voir Cristina Panzera, « Lettere italiane nel Cinquecento francese », art. cit., p. 135-156 pour l’identification des sources dans la correspondance de l’Arétin.

12 Pseudo-Salluste, Lettres à César, Invectives, éd. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1962, II, VIII, 3-5, p. 43.

13 Claude Longeon, Une province française, op. cit., p. 402. Sur cette base Balsamo, Dotoli, Les traductions de l’italien, op. cit., p. 199 au sujet des LMF : « Ce recueil contient une vingtaine de lettres qui sont traduites de l’italien ».

14 Jeannine Basso, Le genre épistolaire en langue italienne (1538-1622). Répertoire chronologique et analytique, Rome, Bulzoni, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1990, 2 vol.

15 Jeannine Basso, « Les traductions en français de la littérature épistolaire italienne aux xvie et xviie siècles », Revue d'histoire littéraire de la France, 78, 1978, p. 906-918.

16 Bernardo Tasso, Li due libri delle Lettere di M. Bernardo Tasso, intitolate a Monsignor d’Aras, Venezia, nella bottega d’Erasmo di Vincenzo Valgrisi, 1549. L’édition de référence aujourd’hui est la suivante : Bernardo Tasso, Lettere, primo volume, ristampa anastatica dell’edizione Giglio, 1559, éd. Donatella Rasi, Sala Bolognese, Arnaldo Forni Editore, 2002.

17 Ortensio Lando, Lettere di molte valorose donne, Venezia, Giolito, 1548.

18 Jean d’Albon était mort en 1549, son fils Jacques (1505-1562) était un ami d’enfance du roi Henri II, cf. Claude Longeon, Les écrivains foréziens, op. cit., p. 95-96.

19 [Caton], Distiques de Caton, pour les bonnes moeurs nouvellement traduicts de latin en ryme françoise, […] par Estienne Du Tronchet, secretaire de la Royne, Paris, de l’imprimerie de Leon Cavellat, au Mont Sainct Hilaire au Griffon d’argent, 1584.

20 Étienne du Tronchet, Lettres amoureuses, Paris, chez Lucas Breyer, 1575. Pour le signalement des sources cachées, voir François Lecercle, « Un pétrarquisme épistolaire. Les “Lettres amoureuses” d’Etienne du Tronchet », dans Jean Balsamo (dir.), Les poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Genève, Droz, 2004, p. 353-362.

21 Chiara Lastraioli, « Florence-Paris via Venise : les “Discours académiques florentins” de Du Tronchet e “I Marmi” de Doni », dans Marc Deramaix, Perrine Galand-Hallyn, Ginette Vagenheim, Jean Vignes (dir.), Les Académies dans l’Europe humaniste: Idéaux et pratiques, Genève, Droz, 2008, p. 457-476.

22 Voir Paul F. Grendler, Critics of the Italian World, 1530-1560. Anton Francesco Doni, Nicolò Franco & Ortensio Lando, Madison, University of Wisconsin Press, 1969 et Paolo Procaccioli et Angelo Romano (dir.), Cinquecento capriccioso e irregolare. Eresie letterarie nell’Italia del classicismo. Seminario di letteratura italiana, Viterbo, 6 février 1998, Manziana, Vecchiarelli, 1999.

23 Voir sur ce poligrafo le récent volume : Luca D’Onghia et Daniele Musto (dir.), Francesco Sansovino scrittore del mondo, Atti del convegno internazionale di studi Pisa, 5-6-7 dicembre 2018, Edizioni di Archilet, 2019, http://www.archilet.it/Pubblicazione.aspx?IdPubblicazione=13.

24 Maria Cristina Panzera, De l’orator au secrétaire : modèles épistolaires dans l’Europe de la Renaissance, Genève, Droz, 2018, p. 188.

25 Francesco Sansovino, Del secretario, Venezia, Francesco Rampazetto, 1565, fol. 1.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Nous traduisons « il doit être fidèle et parler peu, c’est-à-dire qu’il doit garder pour lui les affaires d’état », et « le sage ne trouve pas difficile retenir sa langue ».

32 Sansovino, Del secretario, op. cit., fol. 3v : « Il doit donc se rappeler qu’il est le cœur et le cerveau de la cour, puisque en voyant naître les affaires de l’état dans la pensée du prince comme une première racine, il voit qu’on les dépose dans sa poitrine comme à l’intérieur d’une robuste forteresse. »

33 LMF, Préface (sans n° de folios).

34 Ibid.

35 Sur Du Tronchet et l’écriture de l’actualité Nicolas Schapira, « Expérience politique, livre et trajectoire sociale au xvie siècle : Etienne du Tronchet et ses Lettres missives et familières », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-01, URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6628 (consulté le 25 mai 2018), à corriger désormais à la lumière du signalement des sources italiennes.

36 Dominique Fratani, “Bernardo Tasso: rassegna bibliografica”, Line@editoriale, n° 010, 2018, Varia, mis à jour le 11 mai 2019, http://revues.univ-tlse2.fr/pum/lineaeditoriale/index.php?id=1233 (consulté le 23 avril 2021). La bibliothèque d’Antoine du Verdier, Barthelemy Honorat, Lyon, 1585, fol. 121 enregistre le volume : Les lettres de M. Bernardo Tasso secrétaire du Prince de Salerne traduit d’italien par un gentilhomme normand de la maison et de la famille de saint Luc, imprimé à Paris, 8, l’an 1554. Du Verdier reproduit (fol. 121-124) le texte en traduction française de la lettre de Tasso à son épouse Portia (B. Tasso, Lettere, op. cit., n° 199, p. 352-359), mais cette lettre n’est pas comprise dans les LMF.

37 Albert de Gondi (1522-1602) était issu d’une famille italienne originaire de Florence, le père était banquier et la mère, piémontaise, devint une confidente de Catherine de Médicis. Voir Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Albert de Gondi, maréchal de Retz, Genève, Droz, 1953.

38 LMF, fol. 1.

39 B. Tasso, Lettere, op. cit., p. 3. Nous traduisons : « Au très révérend et illustre Monseigneur d’Aras. Les mauvais sculpteurs, révérend et illustre monseigneur, à qui l’art et le bon sens font défaut, lorsqu’ils réalisent une petite statue de Cupidon ou d’Apollon, ayant au moins assez de jugement pour reconnaître l’imperfection de leurs œuvres, ont l’habitude de poser et dresser cette statue au sommet d’une colonne de marbre, à la fois parce que les défauts de l’artifice, qui sont infinis, ne peuvent pas être aussi facilement perçus à distance, et aussi pour donner à cette statue la perspective qui lui manque et qu’ils ont cherché en vain de lui donner par la main de l’art. Comme eux, moi qui ne suis pas moins capable de reconnaître les erreurs et la bassesse de mes lettres, j’ai résolu de les placer en hauteur, les appuyant sur la vertu et l’autorité de Votre Seigneurie, afin de les élever avec votre faveur et votre mérite à ce degré de gloire et de renommée qu’elles confesseront toujours de n’avoir pas mérité d’elles-mêmes et sans votre aide ».

40 Respectivement Aretino, Lettere, I 3, p. 51-53 (mais la date est 24 avril 1525 !) et LMF fol. 8v et 10r.

41 Jacques Saint Germain d’Apchon (1555-1619) n’avait que quatorze ans à l’époque, Du Tronchet le prie de promouvoir ses lettres « de les cautionner & de les vouloir présenter de sa part à monseigneur le comte de Rects, soubs l’auctorité de qui elles sont intitulées », LMF 5, fol. B.

42 Bernardo Tasso, Lettere, I b, p. 9 et LMF fol. B ijv.

43 Cristina Panzera, De l’orator, op. cit., p. 234.

44 Bernardo Tasso, Lettere I, 1, p. 17 et LMF fol. 56.

45 Bernardo Tasso, Lettere I, c, p. 13 et LMF fol. 59.

46 Ortensio Lando, Lettere, op. cit., fol 3.

47 Ibid. 3v « […] que l’on observe les lois justes et les bonnes coutumes. Gouvernez vos sujets, Madame, avec affection comme s’ils étaient sortis de votre ventre, de cette manière votre Majesté n’aura pas besoin d’aides extérieures ; je ne dis pas cela pour vous inviter à ne pas avoir de la considération pour les puissances voisines, car en réalité de même que la lune met en mouvement les choses inférieures seulement parce qu’elle leur est plus proche, et pas parce qu’elle est plus efficace, de même dans l’administration des états les voisins amis ont toujours apporté beaucoup d’avantages. Je ne veux plus vous déranger […] » et LMF fol. 47.

48 Pour les textes seuil, voir Patrick Marot (dir.), Les Textes liminaires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

49 [B. Tasso], Prima parte delle lettere di M. Bernardo Tasso alle quali nuovamente si sono aggiunti gli argomenti per ciascuna lettera, di nuovo ristampata, Venezia, Gabriel Giolito de’ Ferrari, 1562.

50 LMF 67, fol. 106, cette lettre est traduite de B. Tasso, Lettere, 38, p. 79.

51 LMF 62, 63, 64, 67, 85, 109, 157, 158, 182, 183.

52 Franciscus Niger, Opusculum scribendi epistolas Francisci Nigri, Venise, Herman Liechtenstein, 1488 et Pierre Fabri, Le grand et vrai art de pleine rhétorique, éd. A. Héron, Rouen, A. Lestringant, 1890 [1521], Genève, Slatkine Reprints 1969). Sur la fortune du manuel de Niger voir Maria Cristina Panzera, De l’orator, op. cit., passim et sur Fabri en particulier p. 143-150.

53 Désiré Erasme, Opus de conscribendis epistolis, dans Id., Opera omnia, éd. Jean-Claude Margolin, Amsterdam, North Holland Publishing Company, vol. I-ii, 1971, p. 157-579, à p. 315, voir aussi Christine Bénévent, « Érasme épistolier : un modèle pluriel », dans Maria Cristina Panzera, L’exemplarité épistolaire du Moyen-Âge à la première modernité, Bordeaux, PUB, 2013, p. 175-204, à p. 201 et Maria Cristina Panzera, De l’orator, op. cit., p. 219.

54 LMF 41, 82 (« honneste et subtil moyen de remercier »), 86 (« gracieux et honneste remerciement »), et encore 123, 145, 153.

55 Érasme, De conscribendis, op. cit., p. 571-572 et Christine Bénévent, Érasme épistolier, art. cit., p. 204.

56 Érasme, De conscribendis, op. cit., p. 525-531 pour la lettre « de purgatione » que l’on écrit sur des sujets différents, par exemple pour répondre à un ami qui nous accuse de l’avoir oublié, de ne plus lui écrire, ou d’avoir mal géré un négoce. La lettre conciliatoria (ibid. p. 568-569) est écrite pour nouer un rapport d’amitié avec une nouvelle personne ; son but n’est pas d’obtenir quelque chose, mais simplement d’établir une relation : « qui conciliat, nihil petit officii, sed tantum conglutinat amicitiam ».

57 Chez Érasme, la lettre officiosa est celle que l’on écrit aux amis pour leur manifester de la bienveillance et pour offrir des services, voir De conscribendis, op. cit., p. 572-575.

58 LMF 195, fol. 258.

59 Bernardo Tasso, Lettere, 36, p. 76 et LMF 65, fol. 104.

60 Bernardo Tasso, Lettere 1562, op. cit., p. 66 « Il s’excuse pour un sonnet intitulé “A Pan” et interprété de mauvaise fois contre monseigneur Bembo ». Pour ce sonnet (le n° 126 dans Bernardo Tasso, Rime, vol. I, I tre libri degli Amori, éd. Carmine Chiodo, Torino, Edizioni RES, 1995) et le scandale suscité, voir Danilo Romei, « Paralipomeni della disputa Bembo-Brocardo  », Italique, XVI, 2013, p. 69-77.

61 Ce sont les lettres 83, 126, 131, 209, 211, 234.

62 Aretino, Lettere, II 303, op. cit., p. 331 (« Moi qui serai toujours pour vous un frère comme je l’ai été dans le passé, j’ai reçu les lettres écrites dans les adversités présentes […] ») et LMF 234, fol. 303.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : LMF 67, fol. 106
URL http://journals.openedition.org/aes/docannexe/image/4558/img-1.png
Fichier image/png, 343k
Titre Fig. 2 : [B. Tasso], Prima parte delle lettere di M. Bernardo Tasso alle quali nuovamente si sono aggiunti gli argomenti per ciascuna lettera, di nuovo ristampata, Venezia, Gabriel Giolito de’ Ferrari, 1562.
URL http://journals.openedition.org/aes/docannexe/image/4558/img-2.png
Fichier image/png, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Cristina Panzera, « Traduction et tradition épistolographique : les sources italiennes des Lettres missives et familières d’Etienne du Tronchet (1569)  »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4558

Haut de page

Auteur

Maria Cristina Panzera

UMR 5607 Ausonius, Université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search