Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Les lettres d’Italie de Rabelais ...

Les lettres d’Italie de Rabelais éditées par messieurs de Sainte-Marthe ou l’invention d’un recueil épistolaire

Rabelais's Letters from Italy edited by Messieurs de Sainte-Marthe or the invention of an epistolary collection
Claude La Charité

Résumés

En 1651, paraissent pour la première fois les lettres envoyées de Rome par Rabelais à Geoffroy d’Estissac entre décembre 1535 et février 1536. Cette étude met en évidence comment les éditeurs de ces lettres, messieurs de Sainte-Marthe, inventent le corpus épistolaire des lettres d’Italie de Rabelais, dans le double sens du mot, c’est-à-dire comment ils exhument des textes inédits et comment, par ailleurs, ils construisent un objet textuel qui, dans une large mesure, est une fabrication éditoriale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une version préliminaire de cet article a été présentée le 6 mars 2021 à l’Atelier franco-américain du xvie siècle de Sorbonne Université, à l’invitation d’Anne-Pascale Pouey-Mounou, Scott Francis et Bernd Renner. Nous tenons à remercier Mireille Huchon, Romain Menini, Olivier Pédeflous, Raphaël Cappellen, Élise Rajchenbach, Marie-Bénédicte Le Hir, Sophie Astier et Anne Bouscharain pour leurs commentaires, suggestions, relecture ou mise à disposition de documents.

Texte intégral

  • 1 Opus Epistolarum Des. Erasmi Roterodami, éd. Percy Stafford Allen, Oxford, Clarendon Press, 1906-19 (...)
  • 2 Omnia opera Gulielmi Budæi Parisiensis, Bâle, Nicolas Episcopius, 1557, t. I, p. 241-444.
  • 3 Pour l’édition critique de ces lettres d’Italie, voir Lettres écrites d’Italie par François Rabelai (...)
  • 4 François Rabelais, Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon, avec la collaboration de François Moureau (...)

1Les lettres que Rabelais adresse à Geoffroy d’Estissac depuis Rome en 1535-1536 paraissent pour la première fois en 1651, enrichies d’observations historiques. Le recueil reparaît en 1710, dans une édition revue et augmentée. Attribué à messieurs de Sainte-Marthe, ce travail éditorial est instructif à plus d’un égard. D’une part, il donne à lire pour la première fois un corpus épistolaire qui montre Rabelais œuvrant et manœuvrant à la cour pontificale de Paul III au service de son correspondant, évêque de Maillezais, et de son protecteur, Jean Du Bellay, créé cardinal peu auparavant. D’autre part, le recueil marque un jalon dans la réception de Rabelais, en proposant de l’écrivain une représentation qui rompt avec sa légende d’auteur scandaleux, épicurien, à qui l’on tendait jusqu’alors à prêter les outrances de ses personnages de fiction. Tout à rebours, le recueil des lettres d’Italie veut faire de Rabelais un humaniste, en soulignant ce qu’il a de commun avec Érasme de Rotterdam et Guillaume Budé, tout en sous-estimant, voire en omettant d’évoquer sa chronique pantagruéline. Les lettres deviennent ainsi une pièce à verser au dossier du Rabelais savant, missives qui ont d’autant plus d’intérêt qu’elles sont écrites de Rome, Caput mundi et terre bénie des humanistes. Mais il va sans dire que le portrait de Rabelais en humaniste grâce à sa correspondance – Rabelais épistolier donc – souffre de la comparaison avec l’Opus epistolarum1 d’Érasme, édité par P. S. Allen en onze volumes et 6 043 pages au début du xxe siècle. Le corpus épistolaire de Budé, quant à lui, est d’une envergure plus modeste, tenant en 203 pages in-folio du t. I des Omnia Opera2 bâlois de 1557. Or, il n’existe que trois lettres d’Italie de Rabelais, datées respectivement du 30 décembre 1535, du 28 janvier 1536 et du 15 février 15363. L’édition de messieurs de Sainte-Marthe arrive à occulter la minceur de ce corpus, en réalisant l’exploit d’en tirer un livre de plus de 300 pages. Par quel prodige ? Par une méthode d’édition qui donne à ces lettres une importance quantitative et qualitative sans commune mesure avec les dix-huit pages que leur réserve, à juste titre, l’édition critique de la « Bibliothèque de la Pléiade »4. Cet article cherchera à montrer comment ces messieurs de Sainte-Marthe inventent le corpus épistolaire des lettres d’Italie de Rabelais, dans le double sens du mot, c’est-à-dire comment ils exhument des textes inédits et comment, par ailleurs, ils construisent un objet textuel qui, dans une large mesure, est une fabrication éditoriale.

Histoire éditoriale de 1651 à 1710

  • 5 Les Lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie, Nouvellement mises en lumier (...)

2Commençons par retracer l’histoire éditoriale de ces lettres d’Italie. Le recueil paraît pour la première fois en 1651 à Paris chez Charles de Sercy sous le titre Les Epistres de Maistre François Rabelais docteur en medecine, escrites pendant son voyage d’Italie, Nouvellement mises en lumiere. Avec des Observations Historiques. Et l’Abrégé de la vie de l’Autheur. L’ouvrage de format in-8o compte 362 pages. Une nouvelle édition paraît en 1710 à Bruxelles chez François Foppens. Comme le titre l’indique, il s’agit d’une version revue et augmentée : Les Lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie, Nouvellement mises en lumiere, avec des Observations Historiques par Mrs. de Sainte-Marthe, Et un Abregé de la vie de l’Autheur. Edition nouvelle augmentée de plusieurs Remarques. Également de format in-8o, cette seconde édition compte 330 pages. L’avertissement de l’imprimeur au lecteur précise que la rareté de l’édition de 1651 a motivé cette réédition augmentée de plusieurs observations historiques et critiques, ajouts qui sont indiqués par une manicule. Du reste, l’imprimeur en appelle aux lecteurs pour enrichir le corpus épistolaire rabelaisien : « Si quelques Curieux avoient encore des lettres du même Autheur et en vouloient faire part au public, on offre d’en faire un second volume, et de leur donner des marques de la reconnoissance qu’un present de cette nature pourroit meriter. »5 Ce projet n’eut pas de suite.

Illustration 1

Illustration 1

Page de titre de l’édition parisienne de 1651 des Epistres de Maistre François Rabelais, Docteur en Medecine, escrites pendant son voyage d’Italie, Bibliothèque municipale de Bordeaux Mériadeck, photographie d’Anne Bouscharain.

Illustration 2

Illustration 2

Portrait de l’épistolier en regard de la page de titre de l’édition parisienne de 1651 des Epistres de Maistre François Rabelais, Docteur en Medecine, escrites pendant son voyage d’Italie, Bibliothèque municipale de Bordeaux Mériadeck, photographie d’Anne Bouscharain.

Un archipel de lettres dans une mer de paratextes

  • 6 À propos des portraits de Rabelais dans l’édition de ses œuvres, voir Mireille Huchon, « Rabelais a (...)

3Les éditions de 1651 et de 1710 se caractérisent par l’abondance du paratexte. En regard de la page de titre, on trouve dans les deux cas un portrait gravé de Rabelais plume à la main, qui n’est toutefois pas identique, l’épistolier apparaissant de profil, assis à son écritoire, en 1651, alors qu’il est représenté de face en 1710 avec les vers néo-latins d’Étienne Pasquier dans le cartouche au-dessous « Ille ego Gallorum Gallus Democritus »6.

Illustration 3

Illustration 3

Page de titre de l’édition bruxelloise de 1710 des Lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie, collection particulière.

Illustration 4

Illustration 4

Portrait de l’épistolier en regard de la page de titre de l’édition bruxelloise de 1710 des Lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie, collection particulière.

4À la suite du portrait et de la page de titre, on trouve en 1651 onze avant-textes placés avant les lettres d’Italie, à savoir dans l’ordre :

  1. un extrait de Proverbes 23,9 dans la Vulgate sur les insensés qui méprisent la sagesse des discours (aii, vo) ;

  2. un extrait en néo-latin du livre VIII du Policraticus (1159) de Jean de Salisbury (aiii, ro et vo) ;

  3. « La vie de François Rabelais » en français, attribué à Pierre Dupuy (aiiii, ro à eiii, ro) ;

  4. le début de la lettre en néo-latin de Guillaume Budé à Pierre Lamy du 25 février 1524 à propos de leur goût commun pour le grec, partagé par Rabelais (eiii, vo et eiiii, ro) ;

  5. un extrait en néo-latin du livre VI du De vita sua de Jacques-Auguste de Thou à propos de Rabelais (eiiii, vo à ev, vo) ;

  6. un poème néo-latin du même de Thou sous forme de prosopopée faisant parler Rabelais (evi, ro et vo) ;

  7. un distique néo-latin de Théodore de Bèze sur Rabelais « Qui sic nugatur » (evi, vo) ;

  8. un extrait en néo-latin à propos de Rabelais tiré des Virorum doctrina illustrium, qui hoc seculo in Gallia floruerunt, Elogia, publiés par Scévole de Sainte-Marthe en 1598 (evii, ro à eviii, vo) ;

  9. la traduction en français de l’extrait précédent par Guillaume Colletet, publiée en 1644 (ii, ro à iiii, ro) ;

  10. l’extrait du privilège (iiii, vo et iiiii, ro) ;

  11. les armes de Geoffroy d’Estissac avec leur blasonnement (iiiii, vo).

5Les lettres d’Italie proprement dites prennent place à la suite (p. 1-75). Après cette pièce de résistance, se trouvent insérées quatre autres parties :

  1. une table des matières des lettres (Evii, ro à Fvii, ro) ;

  2. les observations sur les lettres (Fviii, ro à Tii, ro, p. 1-191) ;

  3. une liste des auteurs et histoires cités dans les observations (Tiii, ro à Tv, vo) ;

  4. et une table des matières des observations (Tvi, ro à Xiii, ro).

6On observe le même ordonnancement en 1710, à ceci près que le privilège et le blason de Geoffroy d’Estissac sont omis, que la liste des auteurs et histoires cités (**7, vo à **8, vo) se trouve placée avant les lettres (p. 1-44) et que les deux tables des matières, des lettres et des observations, sont fondues en une seule (R6, ro à T6, ro). Enfin, les épîtres sont désormais appelées systématiquement lettres en page de titre comme dans le corps du texte. Les épîtres ne constituent donc qu’une partie parmi seize en 1651 et les lettres, une parmi treize en 1710. En nombre de pages, le corpus épistolaire représente 20% de l’ensemble en 1651 et à peine 13% en 1710.

Attribution du travail éditorial à messieurs de Sainte-Marthe

  • 7 Voir Lettres écrites d’Italie par François Rabelais (Décembre 1535-Février 1536), éd. Victor-Louis (...)
  • 8 Neil Kenny, Born to write. Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France, Oxford, O (...)
  • 9 Ibid. p. 205.
  • 10 À propos de la généalogie de la Maison Sainte-Marthe, voir Marie-Bénédicte Le Hir, « Parle mon Cueu (...)

7Dans l’édition princeps, il n’est fait aucune mention de l’identité des éditeurs des épîtres de Rabelais. Ce n’est qu’en 1710 que le sous-titre attribue les observations historiques à « Mrs. de Sainte-Marthe » sans autre précision. Or, la question de l’attribution ne va pas de soi. Victor-Louis Bourrilly et Richard Cooper7 évoquent, à de multiples reprises, l’édition des « frères de Sainte-Marthe », sans cependant les identifier. D’un point de vue chronologique, il pourrait, à première vue, s’agir des frères jumeaux historiens, Scévole II (1571-1650) et Louis de Sainte-Marthe (1571-1659). Mais comme l’a montré Neil Kenny8, les Sainte-Marthe constituent la plus grande dynastie littéraire de l’Ancien Régime, dont l’identité reposait sur la transmission de génération en génération du titre d’homme de lettres, d’où il découle une identité plus familiale qu’individuelle qui explique sans doute la relative indétermination de l’attribution éditoriale. Dans Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle (1696), Charles Perrault considérera que, les Sainte-Marthe possédant tous les mêmes grandes qualités, l’éloge du plus connu d’entre eux, Scévole de Sainte-Marthe (1536-1623), poète et auteur des Virorum doctrina illustrium, qui hoc seculo in Gallia floruerunt, Elogia, suffit à rendre compte de tous les autres, ce qui montre à quel point les représentants de la famille ont pu sembler interchangeables9. Quant à savoir qui précisément, parmi les Sainte-Marthe, ont édité les lettres d’Italie, il est possible que l’expression « Mrs de Sainte-Marthe » désigne, comme dans la généalogie manuscrite de 1657 de la Maison Sainte-Marthe (Bibliothèque de l’Institut, ms. 535), Pierre-Scévole de Sainte-Marthe (1618-1690), historiographe du roi et fils de Scévole II, et Abel de Sainte-Marthe (1626-1706), conseiller du roi et garde de la bibliothèque du roi de Fontainebleau10. Cela dit, lorsque l’on étudie de près les compléments ou rectifications apportées aux observations en 1710, on constate que le texte ne mentionne toujours qu’un seul M. de Sainte-Marthe :

– M. de Sainte-Marthe qui a fait la remarque precedente sur la naissance de Madame Renée de France […] (p. 131)

– cela excuse l’application que Mr. de Sainte-Marthe luy fait de ce qui est dit de cet Evesque dans la lettre de Rabelais […] (p. 185)

– Mr. de Ste. Marthe applique cet endroit de la lettre 15. cy-devant aux deux Cardinaux de Ste. Fleur quoi que pour lors, il n’y eut que Guy Ascagne Sforce […] (p. 238)

8Cette variation entre le pluriel de la page de titre et le singulier au fil des observations suggère une distribution des rôles particulière dans l’édition des lettres. Il se pourrait que l’auteur des observations historiques soit bien Pierre-Scévole de Sainte-Marthe, compte tenu de son goût pour l’héraldique, lui qui publia en 1673 un Traitté historique des armes de France et de Navarre et de leur origine à Paris chez Lambert Roulland. En effet, les observations historiques ont une nette dominante généalogique et héraldique qui donne à penser qu’elles pourraient être, sinon exclusivement, du moins majoritairement de sa plume. Si cette hypothèse est fondée, le pluriel s’expliquerait alors par l’inclusion de l’éloge de Rabelais, proposé par son grand-père dans son recueil de 1598 sur les hommes du siècle devenus illustres en France grâce à leur savoir. Ainsi, l’édition des lettres d’Italie serait le fait de messieurs de Sainte-Marthe, non pas les frères jumeaux, mais le grand-père et son petit-fils, selon une continuité généalogique bien dans l’esprit de la famille.

La vie de Rabelais attribuée à Pierre Dupuy dans son écrin néo-latin

  • 11 Pierre-Paul Plan, Les éditions de Rabelais de 1532 à 1711. Catalogue raisonné descriptif et figuré, (...)
  • 12 Humanisme et politique. Lettres romaines de Christophe Dupuy à ses frères (1650-1654), éd. Kathryn (...)
  • 13 Voir Pierre-Paul Plan, Les éditions de Rabelais de 1532 à 1711, op. cit., nos 128-132, p. 222-226.
  • 14 Marcel de Grève, La réception de Rabelais en Europe du xvie au xviiie siècle, études réunies par Cl (...)
  • 15 Cela dit, si la vie de Rabelais est signée par l’un des membres de la famille de Sainte-Marthe, il (...)

9Le paratexte abondant ne vise pas seulement à donner aux lettres d’Italie l’envergure d’un livre. Il cherche également à déplacer l’horizon d’attente du lecteur par rapport à l’épistolier, en sélectionnant soigneusement non seulement les extraits reproduits, mais aussi en choisissant les langues de ces éloges de Rabelais. Ainsi, ce n’est pas un hasard si sept des onze pièces qui ouvrent le recueil sont en latin ou en néo-latin, langue des doctes par excellence qui tend à faire de Rabelais un humaniste de sa génération comme les autres, appartenant de plain-pied à la République des Lettres du xvie siècle, comme l’attestent les éloges néo-latins de Guillaume Budé, de Jacques-Auguste de Thou, de Théodore de Bèze, d’Étienne Pasquier et de Scévole de Sainte-Marthe. Tous ces éloges n’ont cependant pas le même poids et il est évident que, pour les éditeurs des lettres d’Italie, Budé joue un rôle névralgique. Ce n’est pas un hasard si le début de la lettre de l’helléniste à Lamy du 25 février 1524 est reproduite juste après la vie de Rabelais attribuée à Pierre Dupuy (1582-1651). Comme pour le travail éditorial, cette attribution qui remonte à Pierre-Paul Plan11 reste hypothétique. Elle est cependant étayée par l’intérêt que les frères Jacques et Pierre Dupuy portaient à Rabelais. On conserve cependant une lettre de Christophe Dupuy, envoyée de Rome à ses frères le 24 avril 165112, dans laquelle il s’interroge sur l’authenticité des lettres d’Italie de Rabelais et sur l’identité de l’auteur des observations sur sa vie, ce qui paraît étrange si, de fait, ce biographe est son frère. Se pourrait-il que l’auteur de cette vie, qui sera ensuite reprise dans les éditions de la fin du siècle portant la marque de l’imprimeur à la sphère13, soit l’un des messieurs de Sainte-Marthe ? En tout cas, selon Guy Patin14, M. de Sainte-Marthe le père, sans doute le poète Scévole, auteur des Elogia, assurait que Rabelais était mort à Meudon, curé de cette paroisse. L’ennui est que « La vie de François Rabelais » placée en tête de l’édition des lettres d’Italie n’évoque jamais Meudon, de sorte que nous n’avons aucune certitude quant à l’identité de l’auteur de cette biographie15.

  • 16 Scaligerana, Thuana, Perroniana, Pithœana, et Colomesiana. Ou Remarques Historiques, critiques, mor (...)
  • 17 Joachimi Fortii Ringelbergii Andoverpiani Opera, quæ proxima pagina enumerantur, Lyon, Sébastien Gr (...)

10Quoi qu’il en soit, la lettre de Budé à Lamy offre un argument décisif dans la démonstration du biographe cherchant à racheter l’humeur folâtre et comique de l’écrivain par son érudition dont la plus éclatante preuve est donnée par sa maîtrise du grec ancien. Or, quel meilleur juge de cette compétence que celui qui passait en son temps pour être le « plus grand Grec de l’Europe »16 et qui n’hésitait pas à reconnaître publiquement, c’est-à-dire par lettre, que Rabelais était en cette matière son pair ? Le biographe en tire un grand parti, lui qui renvoie à cette lettre comme à une pièce à conviction deux fois, coup sur coup, dans les premiers paragraphes de la vie de Rabelais. Ainsi, Rabelais se distingue « par la connoissance des Langues qu’il avoit, principalement de la Grecque, dont au rapport du célèbre Budée [sic], il étoit liberalement pourveu » (*4, ro et vo). Et comme si la première évocation ne suffisait pas, le biographe y revient dès la phrase suivante, en insistant sur le fait que Rabelais était « fort docte, comme l’on apprend des Epîtres Grecques du même Budée qui le louë de ce qu’il possedoit en excellence cette Langue » (*4, vo). Langue sans laquelle c’est honte de se dire savant, serait-on tenté d’ajouter, ou pour reprendre la formule de Joachim Ringelberg que Rabelais glose dans Pantagruel : « Lingua græca adeo necessaria est, ut vix quemquam dixerim eruditum, qui eam ignoraverit »17. La reconnaissance de Rabelais comme excellent helléniste par Budé ne suffit pas. Dès le paragraphe suivant, le biographe, après avoir évoqué la confiscation des livres de grec de Rabelais et Lamy, propose un parallèle avec l’autre humaniste incontournable, contemporain capital : « Un pareil accident arriva au sçavant Erasme » (*4, vo).

11Dans la suite de la vie, le biographe s’ingénie à montrer Rabelais en érudit composant « ses œuvres sur Hipocrate, estimées par les plus sçavans Medecins » (*5, vo), puis en homme sociable qui s’acquiert « la cognoissance et l’amitié de plusieurs personnes doctes et de haute condition » (*5, vo), y compris des prélats et des cardinaux de la cour de Rome, au point de devenir un « homme de negociation » (*7, ro). Le plus étonnant n’est pas tant que ce que le biographe met en avant que ce qu’il cherche, sinon à passer sous silence, du moins à minimiser, à savoir l’œuvre narrative en français. Le biographe n’évoque nulle part ni Pantagruel ni Gargantua ni le Tiers livre ni le Quart livre. Tout au plus explique-t-il que Rabelais a rédigé ce qu’il appelle son « Pantagruelisme » non pas à Saint-Maur-des-Fossés, mais à la « Doüiniere [sic] » (*6, ro) et que l’auteur se serait justifié de cette œuvre, qui semble presque un hors-d’œuvre, dans une « lettre de condoleance à son amy Odet le Cardinal de Chastillon » (*6, vo), c’est-à-dire l’épître dédicatoire du Quart livre dont seul le liminaire épistolaire semble digne de mention ! L’étonnante appellation que le biographe réserve à cette dédicace est à entendre étymologiquement : une lettre dans laquelle Rabelais justifie son œuvre narrative comme une manière d’être en sympathie avec le lecteur souffrant, d’éprouver sa douleur, la fiction n’étant qu’une façon d’exercer la médecine autrement. Ce Pantagruélisme, pour reprendre l’expression du biographe, semble presque un accident de parcours, auquel il convient de ne pas accorder une trop grande importance par rapport au reste de l’œuvre :

Ce travail Satyrique dont le seul témoignage de Monsieur le President de Thou, suffit pour n’être pas une piece à mepriser, n’empécha point Rabelais de vaquer à d’autres ouvrages plus serieux et plus doctes ; comme aux Aphorismes d’Hipocrate qu’il mit fidelement et purement en latin, et à la composition de quelques Epîtres Françoises et Latines, qu’il écrivit d’un beau style, au Cardinal de Chastillon, à l’Evesque de Maillezais, à André Tiraqueau, et autres personnages de grand sçavoir. (*8, ro)

  • 18 La Bibliotheque d’Antoine Du Verdier, seigneur de Vauprivas, Lyon, Barthélemy Honorat, 1585, p. 408
  • 19 Antoine Du Verdier, La Prosopographie ou description des personnes insignes, tant chrestiennes que (...)

12Évidemment, le fait que Rabelais soit à l’Index des livres interdits par l’Église catholique peut expliquer cette façon de mettre l’œuvre narrative entre parenthèses. Cela dit, l’exception gallicane suspendait en théorie l’application de l’Index dans le royaume de France. Mais force est de constater que les œuvres complètes de Rabelais cessèrent de paraître en France à partir de 1626, et cela, jusqu’au xixe siècle. Quoi qu’il en soit, la vie de Rabelais se conclut par une longue énumération de tous les doctes qui ont laissé un témoignage à son sujet, depuis Budé, bien sûr, jusqu’à Jean Bernier, en passant par de Thou, Ronsard, Bèze, Pasquier, Marot, Dolet, Francis Bacon, Gabriel Michel de la Rochemaillet, La Croix du Maine, Du Verdier et François Ranchin. Dans le cas de Du Verdier, le biographe passe sous silence la Bibliotheque (1585), où Rabelais est dépeint très négativement comme « moqueur de Dieu et du monde »18, au profit d’une réédition posthume de sa Prosopographie (1604), où l’écrivain est présenté comme « un merveilleusement bel esprit »19. Les pièces assemblées à la suite de la vie servent soit à excuser son « travail Satyrique » comme c’est le cas pour l’extrait du De vita sua de Thou ou le distique de Bèze, soit encore – et c’est le plus important – à conforter sa réputation d’helléniste et de savant, comme c’est le cas des extraits de Budé et de Scévole de Sainte-Marthe. L’essentiel reste le fil conducteur épistolaire. Rabelais est savant, parce que Budé le célèbre comme tel dans ses lettres, et le meilleur de l’œuvre de Rabelais est de nature épistolaire, ses lettres d’Italie où il donne la pleine mesure de l’homme de négociation qu’il était, tout comme ses épîtres dédicatoires qui méritent d’être lues pour elles-mêmes et en elles-mêmes, sans égard aux œuvres qu’elles introduisent, comme le montre éloquemment l’exemple du Quart livre, dont seule l’épître dédicatoire à Odet de Châtillon apparaît digne de mention.

De la multiplication des trois lettres en seize épîtres

13L’édition des lettres d’Italie par messieurs de Sainte-Marthe ne se caractérise pas seulement par la prolifération du paratexte. La manière de subdiviser les lettres de Rabelais procède de la même logique dont l’objectif ultime est de faire masse, c’est-à-dire de créer l’illusion d’un corpus épistolaire conséquent. Rappelons que les lettres d’Italie sont au nombre de trois. Or, si l’on se reporte à l’édition qu’en donnent messieurs de Sainte-Marthe, ces trois lettres sont présentées comme seize épîtres ou lettres, aussi bien en 1651 qu’en 1710.

14Comment expliquer pareille multiplication des épîtres, digne de celle des pains dans les Évangiles ? Il apparaît peu probable que cette subdivision ait été présente dans le ou les manuscrits mis à profit par messieurs de Sainte-Marthe dans leur édition. L’hypothèse d’une segmentation due au travail éditorial semble nettement plus probable, ne serait-ce que parce que seize épîtres créent un effet de corpus, là où trois lettres donnent davantage l’impression de simples fragments d’une plus vaste correspondance. C’est du reste ce que sont bien les trois lettres d’Italie, dans la mesure où Rabelais fait mention d’autres lettres envoyées à son destinataire qui n’ont pas été conservées. Ainsi, dès l’ouverture de la première lettre, Rabelais fait mention d’une précédente missive aujourd’hui perdue : « Monseigneur, Je vous escrivis du vingt-neufiesme jour de Novembre bien amplement, et y envoyay des graines de Naples, pour vos salades, de toutes les sortes que l’on mange de pardeçà, excepté de pimpernelle, de laquelle pour lors je ne pûs recouvrir » (p. 1-2).

15À supposer que cette segmentation du texte soit bien due à l’intervention de messieurs de Sainte-Marthe, sur quoi se fonde-t-elle ? Y a-t-il un principe qui justifie cette subdivision du texte ? La réponse est oui. En fait, les éditeurs semblent avoir pris le parti de considérer qu’ils étaient en présence d’une nouvelle épître à chaque fois que Rabelais utilise la formule d’interpellation « Monseigneur » ou « Monsieur » à l’endroit de son destinataire, à une exception près, à la fin de l’épître IX (p. 24). Rien pourtant n’indique que l’emploi de cette formule, certes obligatoire au début d’une nouvelle lettre, corresponde à chaque fois à un nouvel envoi. En réalité, la fin des lettres chez Rabelais est toujours marquée par l’emploi de la formule de valédiction et la mention du lieu et de la date, comme c’est le cas à la fin des épîtres VI, IX et XVI :

– Monseigneur tant humblement que faire je puis, à vostre bonne grace me recommande, priant nostre Seigneur, vous donner en santé bonne et longue vie. A Rome, ce xxx. Jour de Decembre 1536. (p. 15)

– Monsieur, Tant comme je puis, humblement à vostre bonne grace me recommande, priant nostre Seigneur, vous donner en santé bonne vie et longue. A Rome ce xxviii. de Janvier 1536. (p. 25)

– Monsieur, tres-humblement à vostre bonne grace me recommande, priant nostre Seigneur vous donner en santé bonne vie et longue. A Rome ce quinziesme de Fevrier M. D. XXXVI. (p. 44)

16La question se pose alors : pourquoi Rabelais multiplie-t-il ces formules d’interpellation à l’endroit de son destinataire au fil d’une même lettre ? La réponse est double. D’une part, il est probable que Rabelais rédige chacune de ses lettres sur plusieurs jours et ne l’envoie que dès lors qu’il a un intermédiaire à qui la confier. L’humaniste catalan Juan Luis Vivès était coutumier de cet usage épistolaire propre aux voyageurs et recommandait, dans son De conscribendis epistolis (1534), une manière de procéder pour faciliter la lecture de ce type de lettre par le destinataire :

  • 20 De conscribendis epistolis Joannis Ludovici Vivis Valentini Libellus verè aureus [1534], Cologne, J (...)

Verum loci et temporis assignatio longue videtur mihi aptior et congruentior negociis, si statim in capite literarum denotentur : quippe si dies aliquot asservetur epistola, et res variæ contingant, maxima sequetur perturbatio, quæres, quo tempore acciderit : sin vero peregrinemur, nec unde scribamus sciri poterit. Ad effungiendam confusionem hanc negociorum Cicero quandoque media epistola signat diem : hæc scripsi ad quintum Calendas Junias.20

Il m’apparaît que l’indication de temps et de lieu est plus appropriée et convient davantage dans les affaires d’ordre public si elle est donnée au début de la lettre. Car si la lettre est conservée quelques jours avant d’être envoyée et que dans l’intervalle plusieurs événements se produisent, il y aura beaucoup de confusion quant à la chronologie. Si l’on part en voyage, il sera impossible de savoir quand la lettre a été écrite. Pour éviter cette confusion dans les événements, Cicéron précise parfois au milieu d’une lettre : « J’ai écrit ceci le 28 mai. » 

17Force est de constater que Rabelais fait fi de la suggestion de son contemporain, puisqu’il ne date ses lettres qu’à la fin et jamais dans le corps du texte au fil de la rédaction. Cela dit, il n’est pas interdit de penser que l’épistolier utilise l’interpellation du destinataire comme une manière d’indiquer soit une nouvelle campagne de rédaction soit encore un changement de sujet. Et c’est là que nous entrons dans le deuxième élément de réponse. En accusant réception de l’envoi de son destinataire dans la troisième et dernière lettre, Rabelais se propose d’y répondre « de poinct en poinct » (p. 27). Or, il est clair que la suite cherche précisément à offrir une réponse à l’évêque de Maillezais au fil de sa propre lettre, ce qu’indiquent la reprise de la formule d’interpellation ainsi que la répétition de « touchant » :

– Monseigneur, Touchant l’article auquel vous escrivois la responce de Monsieur le Cardinal du Bellay […] (p. 28)

– Monseigneur, Touchant les graines que vous ay envoyées, je vous puis bien asseurer que ce sont des meilleures de Naples […] (p. 29)

18En somme, si notre hypothèse est juste, messieurs de Sainte-Marthe auraient érigé les partes epistolæ ou parties de la lettre en épîtres autonomes, et cela, afin de conférer au corpus épistolaire une envergure qu’il n’a pas, en subdivisant les trois lettres d’Italie afin de les transformer, par prestidigitation éditoriale, en seize épîtres.

Établissement du texte, manchettes et table des matières des lettres

19La question de l’établissement du texte des lettres d’Italie est plus délicate, dans la mesure où rien n’est dit sur la source mise à profit par les éditeurs. On a parfois supposé que messieurs de Sainte-Marthe avaient eu accès à un ou des manuscrits du cabinet des frères Dupuy. Par-delà l’insertion de la vie de Rabelais parfois attribuée à Pierre Dupuy, l’hypothèse n’est pas sans fondement, ne serait-ce que parce que les observations mentionnent, à propos du château de L’Ermenaud, la Chronique Manuscripte d’un certain Pierre religieux de l’abbaye de Maillezais, « dont l’original se trouve dans l’excellente Bibliotheque des Manuscrits de Messieurs du Puy » (p. 55). Il est vrai du reste que, dans le fonds Dupuy de la Bibliothèque nationale de France (BnF), se trouve le ms. 606 qui donne une copie du début du xviie siècle des trois lettres d’Italie aux f. 64 à 80. Cela dit, les variantes de l’édition imprimée sont trop nombreuses et ne semblent pas relever d’une intervention éditoriale ope ingenii pour qu’il puisse s’agir du manuscrit employé par les éditeurs de 1651. Enfin, la lettre déjà évoquée de Christophe Dupuy à ses frères suggère que les frères Dupuy ont peut-être été étrangers à l’entreprise éditoriale de messieurs de Sainte-Marthe.

  • 21 À propos de ce manuscrit, voir Mireille Huchon, Rabelais grammairien. De l’histoire du texte aux pr (...)
  • 22 Richard Cooper, Rabelais et l’Italie, op. cit., p. 137.
  • 23 BnF, Rothschild, ms. A xvi 162, f. 45, ro et vo. L’édition et le fac-similé sont accessibles en lig (...)
  • 24 Jack E. G. Dickson et John L. Dawson, Concordance des œuvres de François Rabelais, Genève, Droz, co (...)
  • 25 BnF, fonds Dupuy, 606, f. 68, vo.
  • 26 Almanach pour l’an M. D. XXXV. calculé sus la noble cité de Lyon à l’elevation du pole par .xlv. de (...)
  • 27 Jack E. G. Dickson et John L. Dawson, Concordance des œuvres de François Rabelais, op. cit., p. 697

20Il existe par ailleurs un manuscrit du xvie siècle de la deuxième lettre du 28 janvier 1536 dans le fonds Rothschild de la BnF, ms. A xvi 162, qui est considéré par certains critiques comme autographe21. Aussi appelé « copie Morrison », ce manuscrit a été vendu, à la mort d’Alfred Morrison, par la maison Agnew qui agissait pour Henri de Rothschild, dans la collection duquel il s’est retrouvé peu après22. Par rapport à ce manuscrit qui comporte de nombreux orthographica caractéristiques de Rabelais plaidant pour son caractère autographe, on relève aussi de nombreuses variantes par rapport à l’édition imprimée qui excluent que messieurs de Sainte-Marthe aient eu recours à ce manuscrit. Il serait fastidieux de passer en revue chacune de ces variantes. On se contentera d’évoquer deux cas significatifs, l’un qui s’éloigne des graphies rabelaisiennes, l’autre qui au contraire s’en rapproche. Comme Rabelais évoque plusieurs fois le sac de Rome par les troupes impériales en 1527, le mot lansquenets est employé à répétition. Or, dans l’édition de messieurs de Sainte-Marthe, le mot est systématiquement orthographié Lanskenets (p. 4, 21 et 24) avec -k-, ce qui a l’avantage de rapprocher le mot de son étymon allemand Landesknecht, mais qui a le défaut de s’éloigner de la graphie rabelaisienne qui est systématiquement avec -qu-, que ce soit dans le manuscrit potentiellement autographe, où l’on trouve trois occurrences de lansquenetz23 comme dans le reste de son œuvre, où l’on trouve lansquenet (Gargantua, chap. xxii, p. 22), lansquenetz (Gargantua, chap. xxxiii, p. 94) et les dérivés lansquenette (Gargantua, chap. XXXV, p. 98) et lansquenettes (Pantagruel, chap. xxviii, p. 313)24. Si la graphie Lanskenets avec -k- éloigne l’édition de messieurs de Sainte-Marthe des orthographica rabelaisiens, en revanche, on trouve un exemple contraire à la fin de la première lettre, lorsque Rabelais précise les publications qu’il y joint : « Je vous envoye un livre de prognostics, duquel tout ceste ville est embesoignée, intitulé, De eversione Europæ. » (p. 14) Dans le manuscrit Dupuy, on lit la variante prognosticqs25 avec -cq-. Or, on ne trouve jamais cette graphie chez Rabelais qui écrit systématiquement prognostic, qu’il s’agisse du substantif (Quart livre, chap. I, p. 538 et chap. xxvii, p. 602 ; et l’almanach de 153526) ou de l’adjectif (Quart livre, chap. xxvii, p. 601)27. Il est donc impossible de conclure quoi que ce soit par rapport au manuscrit utilisé pour l’édition, tant les variantes qu’on y trouve nous éloignent aussi bien des manuscrits connus que de certaines graphies rabelaisiennes.

  • 28 Voir, à propos de la méthode d’annotation propre à Rabelais, Claude La Charité, « Veluti per transe (...)
  • 29 Les Epistres de Maistre François Rabelais docteur en medecine, escrites pendant son voyage d’Italie (...)

21Par ailleurs, les éditeurs ont veillé à mettre en évidence certains éléments du contenu des lettres d’Italie sous forme de manchettes imprimées en regard du texte, notabilia qui sont en principe repris dans la table des matières des lettres. Il s’agit d’un procédé qui était déjà courant au xvie siècle, et Rabelais lui-même en a fait un grand usage dans son propre travail éditorial, que ce soit pour les Lettres médicales de Giovanni Manardo en 1532, p. 128, les Opera d’Ange Politien en 1533 ou la Topographia antiquæ Romæ de Bartolomeo Marliano en 1534, parmi bien d’autres exemples28. De ce point de vue, il est intéressant que messieurs de Sainte-Marthe aient réservé aux lettres d’Italie un traitement philologique que Rabelais lui-même n’aurait pas désavoué. Par exemple, les éditeurs ont ajouté la manchette « Chasteau de l’Ermenaud » en regard du passage où Rabelais précise avoir reçu une lettre de son correspondant envoyé de ce lieu. Sans surprise, on trouve dans la table une entrée « L’Ermenaud Château Episcopal des Evesques de Maillezais » (S8, ro). Si l’on procède à l’inverse et que l’on cherche dans la table « Lanskenets » en 1710, on ne trouve qu’un seul renvoi aux lettres, là où il est question des lansquenets qui ont péri en mer après avoir tué leur pilote, ce que souligne la manchette imprimée bien qu’avec une fâcheuse coquille « Douze cens Lanskenets perissent en mer, faute d’avoir tué leur Pilote » (p. 24). L’entrée de la table de l’édition de 1651 est plus précise à cet égard : « Lanskenets perissent en mer faute de Pilote »29. Enfin, il arrive que certains reports de manchettes dans la table aient été oubliés. C’est le cas de l’envoi du De eversione Europæ, en regard duquel on trouve la manchette imprimée « Livre de prognostics » (p. 14), sans qu’on trouve d’entrée correspondante dans la table en 1651 ou en 1710.

Les observations historiques et leur table des matières

22Il reste enfin à évoquer les observations historiques elles-mêmes qui constituent la part la plus importante de l’édition des lettres d’Italie par messieurs de Sainte-Marthe. La matière en est si abondante qu’il est impossible de les aborder de manière exhaustive. Pour donner ne serait-ce qu’un aperçu, nous évoquerons trois types d’observations : les observations pertinentes, les observations manquantes et les observations étonnantes.

23Les observations pertinentes sont celles qui éclairent directement les lettres d’Italie, en restituant le contexte, en élucidant telle ou telle allusion, en confirmant ou en nuançant les nouvelles transmises par Rabelais ou en proposant une interprétation du texte. Évoquons quelques exemples. Au fil de ses lettres, le moine défroqué fait allusion à plusieurs reprises à son affaire en cour de Rome et aux démarches entreprises dans l’espoir de la faire aboutir. Or, aucun passage n’est suffisamment détaillé pour comprendre de quoi il s’agit. Fort heureusement, une observation vient expliciter le contenu de l’affaire. Comme à chaque fois, la remarque est référencée par le numéro de page en marge et par les lemmes du texte qui sont repris en petites capitales, avant l’insertion du commentaire :

[en marge : 31.] J’ay Dieu mercy expedié mon affaire, et le S. Pere me donne de son gré la composition des Bulles.] C’estoit l’Absolution que Rabelais impetra du Pape Paul III. À la faveur du Cardinal du Bellay, de l’Evesque de Mascon et de l’Ambassadeur de France, pour avoir quitté la Religion des Cordeliers de la ville de Fontenay le Comte en Poictou. Par la signature qui en fut expediée en sa faveur au Consistoire est exposé qu’il s’estoit rendu Religieux en l’Abbaye de Maillezais par la permission du Pape Clement VII. mais que depuis estant sorty du Cloistre, et ayant pris l’habit de Prestre seculier, il fut longtemps au grand scandale de l’Eglise vagabond çà et là, jusques à ce qu’il se mit à faire profession de la Medecine [en marge : Floretum philosophicum], et prit ses degrez de Docteur, ce qui donna lieu à sa vie libertine, et aux censures Ecclesiastiques lancées contre luy, dont il eut absolution de Paul III. Le 17. jour de Janvier 1536. qui lui permit de retourner à Maillezais, et sans faire tort à la profession Ecclesiastique de pouvoir par charité seulement et sans aucun gain, exercer librement la Medecine en la Cour Romaine, et par tout ailleurs qu’il luy plairoit. (p. 201-202)

24Autre exemple : à la fin de la troisième lettre, Rabelais évoque la mort récente de la reine d’Angleterre. Dans le contexte conjugal particulièrement compliqué d’Henri VIII, le lecteur est en droit de se demander de qui il s’agit précisément, de Catherine d’Aragon reine répudiée ou d’Anne Boleyn nouvelle épouse du roi. Là encore, l’observation à ce propos est aussi précise qu’efficace :

  • 30 Les petites capitales sont ici remplacées par des italiques qui manquent cependant à la fin. Le tex (...)

[En marge : 43.] On a eu adverstissement de la mort de la Reyne d’Angleterre, et que sa fille est fort malade30.] C’estoit Catherine d’Arragon, fille de Ferdinand Roy d’Arragon, et d’Isabelle Reyne de Castille, mariée en premieres nopces 1499. Avec Artus Prince de Galles, fils aisné du Roy Henry VII. Et en secondes, l’an 1509. apres la dispense du Pape Jules II. avec Henry VIII. Roy d’Angleterre, frere d’Artus, qui la repudia l’an 1533. pour espouser Anne de Boulen, fille de Thomas, Vicomte de Rochefort. Catherine fut Mere de Marie d’Angleterre, proclamée Reyne d’Angleterre et d’Irlande 1553. laquelle epousa Philippes II. Prince, puis Roy d’Espagne l’an 1558. qui se qualifia Roy d’Angleterre à cause de ce mariage, et restablit la Religion Catholique en cet Estat. Elle mourut sans enfans en Novembre 1558. Sa sœur Elizabeth, celebre Princesse luy succeda en ses Royaumes. (p. 258-259)

25De la même façon, lorsque Rabelais fait état du faste du cardinal de Trente, (« Et plus somptueux que n’est celuy du Pape », p. 42), une observation vient abonder dans le sens de l’épistolier :

[En marge : 42.] Le cardinal de Trente en Allemagne.] […] Ce Cardinal batit en sa ville de Trente un magnifique Palais, restablit en sa splendeur le Chasteau et Citadele de la mesme ville qui alloit tomber en ruine, et y fit graver par toutes les colomnes et murailles, Sa devise Unitas, avec sept dards, qu’il prenoit pour embleme : Ce qui se raporte à ce que Rabelais dit en cette Lettre que son train estoit plus somptueux que celuy du Pape, sa compagnie des gardes l’ayant prise en devise. (p. 254-255)

26Si les notes de contextualisation, d’élucidation et de confirmation sont relativement peu nombreuses, celles qui cherchent à interpréter le texte sont encore plus rares. À l’échelle de tout le recueil, nous n’en avons identifié qu’une seule, lorsque le scholiaste repère un passage où Rabelais laisserait libre cours à sa verve satirique : « Rabelais en ceste Epistre semble taxer ce Cardinal [Rodolphi] par raillerie de peu de capacité » (p. 218). En réalité, la remarque se rapporte à une pasquinade citée par l’épistolier : « SALVIATI ET RODOLPHE. Hos brevitas sensus fecit conjugere binos. » (p. 34) Cependant, il est vrai que, connaissant la tournure d’esprit de l’homme, on ne peut qu’être étonné de l’apparente équanimité dont il fait preuve à l’égard de cette faune romaine de papegaux, clergaux, esvesgaux, dont il est difficile de croire qu’il ne pensait que du bien, même si le contexte des années 1534-1535 n’est pas celui du concile de Trente.

27À côté de ces observations qui ne dépareraient pas une édition moderne des lettres d’Italie par leur capacité à éclairer le texte, il y a de nombreux autres cas où le lecteur d’aujourd’hui peut déplorer l’absence de toute remarque. Ce sont les observations manquantes. Même si les points de jonction entre les lettres d’Italie et l’œuvre narrative de Rabelais sont relativement peu nombreux, ils sont à ce point évidents qu’on peut s’étonner que les observations ne les mentionnent jamais. Ce sont les loci similes de la tradition classique, qui consistent à rapprocher entre eux des passages qui s’éclairent mutuellement. Ainsi, lorsque dans sa première lettre, Rabelais évoque les « Referendaires, Procureurs, et autres tels barboüilleurs de parchemin » (p. 4), on s’étonne que les éditeurs n’aient pas éclairé le passage à la lumière de la liste de ceux qui sont placés sous l’influence de Jupiter dans la Pantagrueline Prognostication : « Barbouilleurs de papiers, Prelinguans, Esperrucquetz, clercz de greffe, Dominotiers, Maminotiers, Patenostriers, Chaffoureus de parchemin » (chap. v, p929). De la même façon, lorsque l’épistolier évoque les problèmes chroniques d’argent de Charles Quint, « La finessse en est que l’Empereur à faute d’argent, et en cherche de tous costez, et taille tout le monde qu’il peut, et en emprunte de tous endroicts » (p. 36), on a peine à croire que le scholiaste n’ait pas à l’esprit l’impécuniosité tout aussi chronique de Panurge, dont tout le monde connaît la maladie à laquelle il est sujet et que l’on serait tenté de qualifier de mal impérieux, sinon impérial : « faulte d’argent c’est doleur non pareille » (Pantagruel, chap. xvi, p. 272). Enfin, lorsque Rabelais évoque la servilité du duc de Florence à l’endroit de l’empereur, qui « fait peindre une Aigle qui a les aisles aussi grandes, que les Moulins à vent de Mirebalais » (p. 33-34), le lecteur fervent de la chronique pantagruéline regrette que le commentaire ne rapproche pas ce passage de Gargantua, dans lequel les gouvernantes du jeune géant lui fabriquent « un beau virollet des aesles d’un moulin à vent de Myrebalays » (chap. xi, p. 35). Cette absence est d’autant plus intrigante que, du reste, le passage est pourvu d’une fort longue observation (p. 213-217) où il est question de Mirebalais comme pays de la province de Poitou et de l’histoire de ses seigneurs successifs depuis le xiiie siècle, sans toutefois que soient mentionnés les fameux moulins… Pourquoi de telles annotations sont-elles absentes? Il y a fort à parier que cette omission procède de la volonté de minimiser, voire de passer sous silence le « travail Satyrique » de Rabelais pour reprendre l’expression de son biographe, afin de mieux mettre en valeur le Rabelais savant, sociable et homme de négociation.

28Évoquons pour terminer une dernière série d’observations, de loin les plus nombreuses, celles que l’on pourrait qualifier d’étonnantes, tant elles n’ont qu’un lien ténu avec le texte des lettres qu’elles sont pourtant censées éclairer. Elles sont de nature généalogique et ponctuellement héraldique et s’expliquent en partie par la déformation professionnelle de messieurs de Sainte-Marthe, ou tout au moins de Pierre-Scévole de Sainte-Marthe. Prenons le cas de la première observation qui se rapporte au destinataire, Geoffroy d’Estissac. Si d’emblée l’observateur rappelle qu’il était évêque et seigneur de Maillezais, la notice dérive aussitôt sur son ascendance :

[En marge : Page 1.] Monseigneur de Maillezais.] Geoffroy d’Estissac, Evesque et Seigneur de Maillezais en Poictou, estoit fils de Jean Baron d’Estissac en Aunis, lequel eut bonne part aux faveurs de Charles de France, Duc de Berry, de Guyenne et de Normandie, Comte de Saintonge, Seigneur de la Rochelle, frere puisné du Roy Louis XI. et dont Philippes de Commines, Seigneur d’Argenton, fait honorable mention dans ses Memoires. (p. 45)

  • 31 Les Epistres de Maistre François Rabelais, op. cit., iiiii, vo.
  • 32 Olivier Pédeflous, « Sur la bibliothèque de Rabelais », Arts et Savoirs, n° 10, 2018, DOI : https:/ (...)

29La suite est à l’avenant et développe complaisamment, sur près de neuf pages, aussi bien l’ascendance que la descendance « de l’ancienne Maison d’Estissac au pays d’Aunis ; de laquelle a herité l’Illustre Famille de la Rochefoucaud, par le moyen de l’Alliance du Comte de la Rochefoucaud. Prince de Marcillac avec Charlotte Dame d’Estissac. » (p. 46) L’observation déploie toutes les branches de cet imposant arbre généalogique, avec une insistance particulière, non pas sur les membres de la famille que Rabelais aurait pu connaître, mais plutôt sur ceux qui en sont les descendants à l’époque de la parution de l’édition, en l’occurrence « François VI. Duc de la Rochefoucaud, Prince de Marcillac, Baron de Vertueil, etc. Gouverneur et Lieutenant general pour sa Majesté en la Province de Poitou » (p. 53) et bientôt auteur des célèbres Réflexions ou sentences et maximes morales (1665), serait-on tenté d’ajouter ! Les armes de Geoffroy d’Estissac, quant à elles, sont blasonnées non pas dans l’observation, mais juste avant le début des lettres dans l’édition de 1651, surmontées de leur représentation sous forme de gravure : « GODEFROY D’ESTISSAC Evesque de MAILLEZAIS, Portoit en ses Armes pallé d’argent et d’azur de six pieces. »31 Or, Rabelais a reçu de son protecteur un exemplaire de la Souda, imprimée à Florence en 1499, qui porte précisément ces armes32. Mis à part les deux ou trois phrases qui concernent le destinataire de Rabelais et le blasonnement de ses armes, à quoi bon le déploiement d’une telle érudition à propos de personnages illustres qui ne sont pas évoqués dans les lettres d’Italie et que l’épistolier ne pouvait pas connaître, et pour cause, puisqu’ils étaient encore à naître ?

30L’observation sur Geoffroy d’Estissac ne constitue pas un cas isolé. Ainsi, à propos du cardinal de Sienne évoqué par Rabelais, l’observation qui s’y rapporte (p. 98-99) reconstitue la succession des sept membres de la famille Piccolomini qui ont occupé le siège épiscopal de Sienne, depuis le pape Pie II jusqu’à Ascagne Piccolomini, l’actuel archevêque de Sienne en 1651. Ce n’est qu’une page plus loin que le lecteur peut enfin comprendre que le cardinal mentionné dans la lettre est Jean Piccolomini proche parent des papes Pie II et Pie III, nommé à l’archevêché de Sienne en 1503, créé cardinal en 1517 et doyen du Sacré Collège en 1535.

31D’autres entrées censément prosopographiques n’entretiennent même pas l’illusion de chercher à identifier les personnages historiques dont Rabelais fait mention. C’est le cas pour le gouverneur et les conservateurs de Rome, auxquels une brève observation est consacrée : 

[En marge : 5.] Gouverneur et Conservateurs.] Ce sont trois Gentilshommes Romains, qui demeurent au Capitole, et ont soin de la conservation de la ville. Cette Charge est à présent exercée par les Marquis de Saincte Croix et Orsino. Quant au Gouverneur principal de l’Estat Ecclesiastique, c’est le Gouverneur de Rome, par la mort du Seigneur Vitricé, le Pape Innocent X. a pourveu de ceste charge l’an 1650. le Seigneur Farnese Archevesque de Patras, Secretaire de la Congregation des Evesques, de la Maison de Paul III. frere du Duc de Lateri. (p. 98)

32Quant à savoir qui occupait ces charges en 1535, le lecteur devra consulter d’autres oracles.

33Que faut-il penser de cette annotation souvent plus pertinente pour éclairer le contexte de 1650 que l’époque de Rabelais ? Elle est probablement destinée à magnifier Rabelais comme témoin et acteur de son temps, en relation avec les plus grandes familles de France et d’Europe qui font l’histoire non seulement dans les années 1530, mais encore et toujours en 1650, par leurs descendants interposés. Il se dégage de ces observations historiques de messieurs de Sainte-Marthe une impression d’almanach royal avant la lettre, qui n’éclaire que peu, voire pas du tout les lettres d’Italie, mais qui contribue à établir la réputation de Rabelais comme homme sociable et surtout comme homme de négociation et, accessoirement, comme homme savant, même si, bien sûr, l’érudition déployée dans l’annotation et que mettent en évidence aussi bien la liste des auteurs et histoires cités que la table des matières des observations est celle de messieurs de Sainte-Marthe bien plus que celle de Rabelais.

*

  • 33 Œuvres de Maitre François Rabelais avec des remarques historiques et critiques de Mr. Le Duchat. No (...)
  • 34 Le Rabelais moderne, ou les Œuvres de Maitre François Rabelais, docteur en medecine, Mises à la por (...)
  • 35 Jaques George de Chauffepié, Nouveau Dictionnaire historique et critique pour servir de supplément (...)
  • 36 Les Œuvres de Maistre François Rabelais. Accompagnées d’une Notice sur sa vie et ses voyages, d’une (...)

34En somme, l’édition des lettres d’Italie par messieurs de Sainte-Marthe invente un recueil épistolaire dont la finalité ultime est de représenter Rabelais en épistolier, tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change. Il s’agit de faire de l’écrivain un homme de lettres au sens premier et épistolaire du terme, comparable à Érasme et Budé. Les lettres d’Italie sont le monument de cette nouvelle représentation, construite à grand renfort de paratextes, d’observations, de tables et de liste d’autorités citées. C’est évidemment une entreprise paradoxale, dans la mesure où les lettres d’Italie sont certainement la partie la moins érudite – et de loin – de l’œuvre de Rabelais. Un tel projet aurait été mieux servi par les lettres à Budé et à Érasme ou encore par les épîtres dédicatoires à André Tiraqueau, à Geoffroy d’Estissac, à Amaury Bouchard ou à Jean Du Bellay en tête des éditions savantes procurées par Rabelais. Mais quoi qu’il en soit des réserves ou de la perplexité que peut susciter cette entreprise éditoriale, il faut souligner, pour conclure, son exceptionnelle fortune tout au long de l’âge classique, l’édition des lettres d’Italie de messieurs de Sainte-Marthe étant reprise par Jacob Le Duchat33 en 1741 et par l’abbé de Marsy34 en 1752 dans leur édition respective de Rabelais. Même le Nouveau Dictionnaire historique et critique de Chauffepié, qui entend prolonger celui de Pierre Bayle, y fait écho en 1756, en retenant de ces lettres adressées à Geoffroy d’Estissac qu’elles sont « au nombre de seize »35, ce qui résume à merveille la fabrication éditoriale de ce recueil épistolaire. Ce n’est qu’en 1873 que Charles Marty-Laveaux36 restituera la véritable disposition des lettres qui, comme on le sait, ne sont pas au nombre de seize, mais de seulement trois.

Haut de page

Notes

1 Opus Epistolarum Des. Erasmi Roterodami, éd. Percy Stafford Allen, Oxford, Clarendon Press, 1906-1958, 11 vol.

2 Omnia opera Gulielmi Budæi Parisiensis, Bâle, Nicolas Episcopius, 1557, t. I, p. 241-444.

3 Pour l’édition critique de ces lettres d’Italie, voir Lettres écrites d’Italie par François Rabelais (Décembre 1535-Février 1536), éd. Victor-Louis Bourrilly, Paris, Honoré Champion, 1910 ; et Richard Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, coll. « Études rabelaisiennes », t. XXIV, 1991, p. 107-159. À propos de ce corpus épistolaire, on pourra consulter Jacques Boulenger, « Étude critique sur les lettres écrites d’Italie par François Rabelais », Revue des études rabelaisiennes, t. I, 1903, p. 97-121 ; Richard Cooper, « Rabelais et l’Italie : les lettres écrites de Rome, 1535-1536 », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, no 30, 1978, p. 23-39 ; Claude La Charité, La Rhétorique épistolaire de Rabelais, Québec, Nota bene, coll. « Littérature(s) », 2003 ; et Paul J. Smith, « Correspondance et stratégie d’auteur : Les lettres de François Rabelais », dans Jeanine de Landtsheer et Henk J. M. Nellen (dir.) Between Scylla and Charybdis. Learned Letter Writers Navigating the Reefs of Religious and Political Controversy in Early Modern Europe, Leyde, Brill, coll. « Brill’s Studies in Intellectual History », 2011, p. 69-90.

4 François Rabelais, Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon, avec la collaboration de François Moureau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, p. 1000-1017. Toutes les références ultérieures à l’œuvre de Rabelais, à l’exception des lettres d’Italie et de l’almanach de 1535, renverront à cette édition et seront précisées dans le corps du texte entre parenthèses.

5 Les Lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie, Nouvellement mises en lumiere, avec des Observations Historiques par Mrs. de Sainte-Marthe, Et un Abregé de la vie de l’Autheur. Edition nouvelle augmentée de plusieurs Remarques, Bruxelles, François Foppens, 1710, *2, vo. Sauf indication contraire, toutes les citations ultérieures renverront à cette édition et seront précisées dans le corps du texte entre parenthèses.

6 À propos des portraits de Rabelais dans l’édition de ses œuvres, voir Mireille Huchon, « Rabelais au gré de ses éditions », L’Année rabelaisienne, no 4, 2020, p. 57-71.

7 Voir Lettres écrites d’Italie par François Rabelais (Décembre 1535-Février 1536), éd. Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 23, 26, 28, 29, 30 et 34 et Richard Cooper, Rabelais et l’Italie, op. cit., p. 32, 112, passim.

8 Neil Kenny, Born to write. Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2020, en particulier le chapitre consacré aux Elogia de Scévole de Sainte-Marthe, p. 203-227.

9 Ibid. p. 205.

10 À propos de la généalogie de la Maison Sainte-Marthe, voir Marie-Bénédicte Le Hir, « Parle mon Cueur qui dans vous se remue » Charles de Sainte-Marthe (1512-1555 ?) : l’œuvre évangélique, thèse de doctorat soutenue le 7 décembre 2020 à l’Université de Tours sous la direction de Stéphan Geonget, p. 39-43.

11 Pierre-Paul Plan, Les éditions de Rabelais de 1532 à 1711. Catalogue raisonné descriptif et figuré, illustré de cent soixante-cinq facsimilés (titres, variantes, pages de texte, portraits), Paris, Bibliothèque nationale, 1904, no XVI, p. 236.

12 Humanisme et politique. Lettres romaines de Christophe Dupuy à ses frères (1650-1654), éd. Kathryn Willis Wolfe et Phillip J. Wolfe, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2005, p. 61.

13 Voir Pierre-Paul Plan, Les éditions de Rabelais de 1532 à 1711, op. cit., nos 128-132, p. 222-226.

14 Marcel de Grève, La réception de Rabelais en Europe du xvie au xviiie siècle, études réunies par Claude de Grève et Jean Céard, Paris, Honoré Champion, 2009, p. 134.

15 Cela dit, si la vie de Rabelais est signée par l’un des membres de la famille de Sainte-Marthe, il se pourrait que le passage sous silence de l’œuvre narrative s’explique aussi, outre la mise à l’Index, par la volonté de minimiser la représentation satirique que Rabelais a pu donner de l’aïeul Gaucher de Sainte-Marthe sous les traits de Picrochole dans Gargantua.

16 Scaligerana, Thuana, Perroniana, Pithœana, et Colomesiana. Ou Remarques Historiques, critiques, morales, et litteraires de Jos. Scaliger, J. Aug de Thou, le Cardinal du Perron, Fr. Pithou, et P. Colomiés. Avec les notes de plusieurs savans, Amsterdam, Covens et Mortier, 1740, t. II, p. 156.

17 Joachimi Fortii Ringelbergii Andoverpiani Opera, quæ proxima pagina enumerantur, Lyon, Sébastien Gryphe, 1531, p. 16.

18 La Bibliotheque d’Antoine Du Verdier, seigneur de Vauprivas, Lyon, Barthélemy Honorat, 1585, p. 408.

19 Antoine Du Verdier, La Prosopographie ou description des personnes insignes, tant chrestiennes que prophanes, Lyon, Paul Frelon, 1604, p. 2452.

20 De conscribendis epistolis Joannis Ludovici Vivis Valentini Libellus verè aureus [1534], Cologne, Joannes Gymnicus, 1537, p. 51. Notre traduction.

21 À propos de ce manuscrit, voir Mireille Huchon, Rabelais grammairien. De l’histoire du texte aux problèmes d’authenticité, Genève, Droz, coll. « Études rabelaisiennes », t. XVI, 1981, p. 365-370.

22 Richard Cooper, Rabelais et l’Italie, op. cit., p. 137.

23 BnF, Rothschild, ms. A xvi 162, f. 45, ro et vo. L’édition et le fac-similé sont accessibles en ligne sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes : http://xtf.bvh.univ-tours.fr.

24 Jack E. G. Dickson et John L. Dawson, Concordance des œuvres de François Rabelais, Genève, Droz, coll. « Études rabelaisiennes », t. XXVI, 1992, p. 476.

25 BnF, fonds Dupuy, 606, f. 68, vo.

26 Almanach pour l’an M. D. XXXV. calculé sus la noble cité de Lyon à l’elevation du pole par .xlv. degrez .xv. minutes en latitude, et .xxvi. en longitude, par maistre Francoys Rabelais docteur en medicine et medicin du grand hospital dudict Lyon, Lyon, François Juste, 1535, Bvii, vo.

27 Jack E. G. Dickson et John L. Dawson, Concordance des œuvres de François Rabelais, op. cit., p. 697.

28 Voir, à propos de la méthode d’annotation propre à Rabelais, Claude La Charité, « Veluti per transennam : formes de l’annotation dans les travaux de philologie médicale de Rabelais », dans Martine Furno, Christiane Louette et Valérie Méot- Bourquin (dir.), Apta compositio. Formes du texte latin au Moyen Âge et à la Renaissance, Genève, Droz, 2017, p. 195-211 ; et à propos de son rôle d’éditeur de textes de manière plus générale, Claude La Charité et Romain Menini, « L’éditeur et son double : Rabelais auctor en 1532 », dans Dominique Brancher, Gaëlle Burg et Giovanni Berjola (dir.), L’éditeur à l’œuvre. Reconsidérer l’auctorialité, Bâle, Universitätsbibliothek Basel, 2020, p. 30-40, publication en ligne : https://emono.unibas.ch/catalog/book/61 ; et Romain Menini, « Rabelais homme d’atelier(s) », dans Isabelle Garnier, Vân Dung Le Flanchec, Véronique Montagne, Anne Réach-Ngô, Marie-Claire Thomine, Trung Tran et Nora Viet (dir.), Paroles dégelées. Propos de l’Atelier xvie siècle, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 451-470.

29 Les Epistres de Maistre François Rabelais docteur en medecine, escrites pendant son voyage d’Italie, Nouvellement mises en lumiere. Avec des Observations Historiques. Et l’Abrégé de la vie de l’Autheur, Paris, Charles de Sercy, 1651, Eiii, ro.

30 Les petites capitales sont ici remplacées par des italiques qui manquent cependant à la fin. Le texte a été reproduit tel quel.

31 Les Epistres de Maistre François Rabelais, op. cit., iiiii, vo.

32 Olivier Pédeflous, « Sur la bibliothèque de Rabelais », Arts et Savoirs, n° 10, 2018, DOI : https://doi.org/10.4000/aes.1425.

33 Œuvres de Maitre François Rabelais avec des remarques historiques et critiques de Mr. Le Duchat. Nouvelle édition, Ornée de Figures de B. Picart etc. Augmentée de quantité de nouvelles Remarques de M. le Duchat, de celles de l’Edition Angloise des Œuvres de Rabelais, de ses Lettres, et plusieurs Piéces curieuses et intéressantes, Amsterdam, Jean Frederic Bernard, t. III, 1741, p. 1-151.

34 Le Rabelais moderne, ou les Œuvres de Maitre François Rabelais, docteur en medecine, Mises à la portée de la plûpart des Lecteurs, avec des Eclaircissements historiques, pour l’intelligence des allégories contenuës dans le Gargantua, et dans le Pantagruel, Amsterdam, Jean Frederic Bernard, t. II, 1752, p. 247-364.

35 Jaques George de Chauffepié, Nouveau Dictionnaire historique et critique pour servir de supplément ou de continuation au Dictionnaire historique et critique, de Mr. Pierre Bayle, Amsterdam, La Haye et Leyde, Chez Z. Chatelain et Fils, H. Uttwerf, J. Wetstein, Arkstez et Merkus, M. Uttwerf, et M. M. Rey, Chez Pierre de Hondt, Chez E. Luzac, Le Jeune, 1756, p. 28

36 Les Œuvres de Maistre François Rabelais. Accompagnées d’une Notice sur sa vie et ses voyages, d’une Étude bibliographique, de Variantes, d’un Commentaire, d’une Table des noms propres et d’un Glossaire par Ch. Marty-Laveaux, Paris, Alphonse Lemerre, t. III, 1873, p. 340-347 et 352-368.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Légende Page de titre de l’édition parisienne de 1651 des Epistres de Maistre François Rabelais, Docteur en Medecine, escrites pendant son voyage d’Italie, Bibliothèque municipale de Bordeaux Mériadeck, photographie d’Anne Bouscharain.
URL http://journals.openedition.org/aes/docannexe/image/4594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre Illustration 2
Légende Portrait de l’épistolier en regard de la page de titre de l’édition parisienne de 1651 des Epistres de Maistre François Rabelais, Docteur en Medecine, escrites pendant son voyage d’Italie, Bibliothèque municipale de Bordeaux Mériadeck, photographie d’Anne Bouscharain.
URL http://journals.openedition.org/aes/docannexe/image/4594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k
Titre Illustration 3
Légende Page de titre de l’édition bruxelloise de 1710 des Lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie, collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/aes/docannexe/image/4594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Illustration 4
Légende Portrait de l’épistolier en regard de la page de titre de l’édition bruxelloise de 1710 des Lettres de François Rabelais escrites pendant son voyage d’Italie, collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/aes/docannexe/image/4594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude La Charité, « Les lettres d’Italie de Rabelais éditées par messieurs de Sainte-Marthe ou l’invention d’un recueil épistolaire »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4594 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4594

Haut de page

Auteur

Claude La Charité

Université du Québec à Rimouski

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search