Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Un recueil pour les curieux : sav...

Un recueil pour les curieux : savoirs en morceaux dans les Lettres choisies de Guy Patin (1683)

A Collection for the Curious: Pieces of knowledge in Guy Patin’s Selected Letters (1683)
Suzanne Duval

Résumés

L’étude montre comment le recueil des Lettres choisies du médecin Guy Patin, publié en 1683 et rassemblant des lettres écrites entre les années 1645 et 1672, est disposé comme une encyclopédie curieuse du Grand Siècle, mélangeant les savoirs médicaux, historiques et littéraires avec une remarquable liberté de style et de pensée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la liste complète des éditions des lettres de Guy Patin dans l’édition numérique de Loïc Capro (...)
  • 2 Voir l’édition critique de ce texte par Loïc Capron, ibid.
  • 3 Gianluca Mori, « À la recherche du nouveau Théophraste : Guy Patin redivivus », Preprint 2.1, 27 ju (...)
  • 4 L’édition de Genève paraît chez Jean-Louis Du Four et se présente comme ayant été publiée à Francfo (...)
  • 5 Voir Yves Moreau, « Jacob Spon, un savant protestant dans la République des Lettres », Chrétiens et (...)
  • 6 Curiosité qui aura la vie longue : c’est aux lecteurs « curieux » que Loïc Capron dédie sa monument (...)

1Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’ouvrages de sciences, les lettres de Guy Patin, médecin et docteur de la faculté de Paris entre les années 1627 et 1655 puis professeur au Collège Royal de France, ne cessèrent de piquer la curiosité des savants, du xviie siècle à nos jours1. Le médecin ne semble pourtant jamais avoir émis le souhait de publier son écriture privée, lui qui en revanche, selon Loïc Capron, se réjouissait de voir imprimer son Traité de la conservation de santé en 16322, et qui fut très vraisemblablement l’auteur clandestin du « premier manuscrit philosophique ouvertement athée de l’ère chrétienne, le Theophrastus redivivus »3. La première édition de ses Lettres choisies, parue de manière posthume en 1683 à Genève et à la Haye4, fut réalisée par Charles Patin, fils de Guy, et Jacob Spon, fils de Charles Spon, l’ami de cœur de Guy Patin. Comme leurs pères, Charles et Jacob étaient des médecins érudits5. Pour autant, leur recueil n’a rien d’une édition savante et philologique : il rassemble des lettres authentiques de Guy Patin largement remaniées, offrant au public une image en partie factice de sa correspondance familière avec trois amis médecins de Lyon, Charles Spon, André Falconet, et, plus ponctuellement Henri Gras. Le livre se présente comme une collection de savoirs hétéroclites, alliant dans un style à bâtons rompus l’Histoire à la médecine et l’anecdote aux réflexions morales nourries de références à la littérature antique et néo-latine. Nous proposons d’étudier cette alliance de l’épistolaire et du badinage érudit comme une manière de disposer les lecteurs et lectrices de la fin du xviie siècle à la curiosité6. Curiosité suscitée, en premier lieu, par les choix éditoriaux de Charles Patin et Jacob Spon, qui jouent sur l’ambivalence d’un livre présenté comme mi-savant, mi-plaisant. Curiosité entretenue par la composition et la disposition du recueil, la forme de la lettre de nouvelles favorisant sa vocation historiographique. Et curiosité piquée par des équivoques et des pointes hardies qui permirent à ce recueil posthume, caractérisé par une certaine liberté de style et de pensée, de ne pas rester à l’ombre des tendances galantes alors dominantes dans le champ de la prose épistolaire publiée.

Un recueil en forme de portrait : les instructions du livre

2Un lecteur qui ouvre le recueil des Lettres choisies comme pouvait le faire, à la fin du xviie siècle, un curieux chez son libraire, est frappé par un mélange original de sérieux et de divertissement, incarné par la figure savante et railleuse du médecin Guy Patin. Le portrait de l’épistolier en docte spirituel oriente tout l’appareil éditorial du livre, de la gravure qui en orne le frontispice jusqu’à l’absence de table des matières en son sein, en passant par son titre, sa préface et l’ordonnancement chronologique (ou plus exactement pseudo-chronologique) de ses contenus.

Figure 1

Figure 1

Gravure du recueil de 1683 édité à Genève (donnée pour Frankfort dans l’édition) chez J-L. Du Four et à La Haye chez A. Moetiens.

  • 7 Voir la note de la reproduction de cette gravure publiée dans la Correspondance complète de Guy Pat (...)
  • 8 « Feu Mr. Huguetan Avocat de Lion qui le connaissait particulièrement trouvait qu’il donnait de l’a (...)

3Cette gravure frontispice nous présente le Doyen de la faculté de médecine, revêtu du bonnet carré et d’une robe sombre à manches larges et collerette d’hermine, somptueuse, mais sobre. À l’abri d’un épais rideau, Guy Patin est installé dans son cabinet d’étude, assis à son écritoire où sont disposés un sceau, du papier, une lettre en partie écrite et un sablier. Il tient dans sa main un livre intitulé « Lettres de Mr Patin », et les murs qui l’entourent sont recouverts de volumes rectilignes rangés sur de simples étagères, dont le bois n’est pas sculpté ; le lecteur est ainsi invité à découvrir une collection de savoirs livresques transmise par l’œuvre épistolaire d’un médecin bibliomane et souriant. Le visage affable de la gravure est celui que Guy Patin avait lui-même fait portraiturer en 1631, tandis que le dessin du décor a été commandé par Jacob Spon et Charles Patin à un graveur de Lyon, Mathieu Ogier7. La protubérance du nez et le regard vif sont peut-être à l’origine de la ressemblance physique parfois observée entre Patin et Cicéron, en particulier dans la préface de ce recueil8, et qui fait du premier un héritier des valeurs d’urbanité, d’éloquence, de probité et de savoir universel du second.

4La page de titre signale au lecteur que ce livre est le monument d’un médecin renommé et défunt (Guy Patin est mort en 1672), ainsi que d’une période révolue :

  • 9 Lettres choisies, page de titre.

Lettres choisies de Feu Monsieur Guy Patin, Docteur en médecine de la faculté de Paris, & Professeur au Collège Royal. Dans lesquelles sont contenues, plusieurs particularités Historiques, sur la Vie et la Mort des Savants de ce Siècle, sur leurs Écrits, et sur plusieurs autres choses curieuses depuis l’an 1645 jusqu’en 1672.9

  • 10 Le terme est notamment utilisé dans les recueils de Mazarinades, comme par exemple le Recueil de pl (...)
  • 11 Les lettres du médecin Samuel Sorbière, parues en 1660 à Paris chez François Clousier, rassemblent (...)
  • 12 Voir Nicole Jacques-Chaquin, « La curiosité, ou les espaces du savoir », Nicole Jacques-Chaquin, So (...)
  • 13 En 1623, le père jésuite François Garasse avait fait paraître une Doctrine curieuse des beaux espri (...)
  • 14 Recueil de quelques pieces curieuses, servant à l’esclaircissement de l’histoire de la vie de la re (...)
  • 15 Jean-Marc Chatelain, La Bibliothèque de l’honnête homme. Livres, lecture et collection en France à (...)
  • 16 Voir le recueil de Pierre Ortigue de Vaumorière, cité en introduction du présent numéro : Lettres s (...)

5Les matières annoncées par ce titre ne se réduisent pas à un savoir livresque, puisqu’elles contiennent, outre « les écrits » des savants, des connaissances biographiques que Guy Patin tire de son réseau amical, et les faits historiques remarquables qu’il a su observer de son vivant. La promesse de « choses curieuses » fait écho à d’autres titres de recueils du xviie siècle, dans lesquels la curiosité renvoie à un intérêt pour les événements inédits de l’actualité historique et politique10, ou pour des connaissances ou des pièces rares et diverses11, selon une pratique de la collection héritée de l’humanisme12. En ces années 1680, le parfum sulfureux du mot de curiosité ne s’est pas éventé, lui qui pouvait renvoyer, à l’époque de la première parution des Lettres de Jean-Louis Guez de Balzac, au dangereux libertinage de la jeunesse bien née13, et que l’on retrouvait en 1668 dans un Recueil de quelques pieces curieuses où Christine de Suède était représentée en débauchée et en athée14. Cependant, à l’aube du xviiie siècle, le regard fureteur du curieux, dans sa capacité à embrasser « la diversité et la singularité des choses »15, est en passe de devenir un attribut de l’honnête homme et un agrément indispensable de sa conversation. En témoignent plusieurs titres de recueils de lettres qui, à la fin du xviie siècle, allient encyclopédisme et politesse en associant les formes épistolaires mondaines à des curiosités empiriques, récoltées par l’expérience plutôt que dans les livres16.

6L’orientation historique que donnent au recueil les dates de 1645-1672 sélectionne une période riche d’événements politiques puisqu’elle englobe la tourmente de la Fronde et l’instauration du règne de Louis XIV. Ces événements, le lecteur de la fin du xviie siècle peut les avoir en mémoire, soit qu’il les a vécus, soit qu’on les lui a racontés. Le livre lui promet donc le plaisir de retrouver une époque familière, mais depuis un autre point de vue, celui d’un homme mûr (Guy Patin avait 44 ans en 1645), médecin cultivé de Paris, qui aura certainement su observer les affaires de son temps de l’œil critique du savant.

  • 17 Voir « Jacob Spon et Charles Patin, premiers éditeurs des Lettres choisies de feu M. Guy Patin », é (...)

7La préface du livre, qui fut rédigée par Charles Patin17, peut être lue comme une longue publicité qui, en faisant l’éloge de l’épistolier, vante par métonymie les mérites du livre. Elle insiste d’emblée sur la célébrité du médecin dans le monde des savants, en commençant par ces mots :

  • 18 « Avis au lecteur », Lettres choisies, F°VIII v°.

Il faudrait avoir eu peu de commerce avec la République des Lettres pour ne savoir pas le rang qu’y tenait Guy Patin Professeur Royal en Médecine à Paris : mais ceux qui ne l’auront pas connu, pourront du moins apprendre par ces Lettres plusieurs particularités de sa vie, de ses habitudes avec les Savants et du caractère de son esprit.18

  • 19 F° XIV r°.
  • 20 Voir Hans Bots, Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Belin, 1997, p. 113.
  • 21 F°VII, v°.
  • 22 Sur l’évolution de l’urbanité du xvie au xviie siècle comme qualité stylistique associant l’affabil (...)
  • 23 F°XV r°.
  • 24 Voir Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon. Janvier 1649-février 1655, Paris, Honor (...)
  • 25 F°XII r°-F°XIII r°.

8Les médecins et auteurs célèbres dont Guy Patin « a été familier »19 sont ensuite énumérés dans une abondante liste de noms propres où figurent notamment, en plus des premiers médecins du roi et de la reine, deux figures dominantes du savoir européen au xviie siècle, le philologue Claude Saumaise et le père Mersenne, homme de sciences. Guy Patin apparaît à leur côté comme un docte qui n’a rien d’un pédant, honorant ainsi la réputation de politesse qu’ont en Europe, à cette époque, les savants français20. Son honnêteté semble pourtant d’un autre âge. Réputé l’un « des plus spirituels et des plus agréables railleurs qui fût en France », chapitre sur lequel « il eût donné des leçons à Rabelais »21, Guy Patin offre une survivance, au xviie siècle, du franc rire de la Renaissance, et d’une urbanité22 qui s’exprime aussi bien en français qu’en latin : « Il avait des manières de parler latin si singulières, que quand il présidait une Thèse ou devait parler en public, tout le savant monde s’y trouvait pour l’écouter »23. La langue latine garde cependant une présence discrète dans cette préface publicitaire, et, nous allons le voir, légèrement trompeuse, comme si les éditeurs cherchaient à attirer aussi les lecteurs qui n’appartiendraient pas au monde des savants. Il est à ce titre remarquable que les deux textes latins cités pour illustrer la célèbre querelle médicale dans laquelle Guy Patin prit parti contre l’antimoine24 sont suivis d’une traduction25. Le lecteur éventuellement non-latiniste qui feuilletterait la préface est donc rassuré sur la lisibilité du livre qu’il a entre les mains… alors même que les éditeurs n’ont par ailleurs pas traduit les nombreuses formules latines que cite Patin dans ses lettres ! formules qu’ils retranchent purement et simplement, cependant, pour bon nombre d’entre elles, sans doute pour favoriser une lecture non savante du texte.

  • 26 Voir Suzanne Duval, « Un siècle épistolaire par le menu. La table des matières dans les recueils de (...)
  • 27 Voir Marie-Madeleine Fragonnard, « S’illustrer en publiant ses lettres (xvie-xviie siècles) », RHLF(...)

9L’absence de table des matières peut elle aussi être interprétée comme un compromis entre une disposition savante et non-savante de l’ouvrage, compte tenu des usages éditoriaux de l’époque. Au sein des recueils épistolaires, en effet, les tables des matières ont pour rôle de mettre le livre en valeur, en même temps que d’indexer ses contenus. Situées dans la plupart des cas au début des recueils, elles en affichent les contenus variés, riches, attrayants ou encore exhaustifs, dans le cas des manuels de rhétorique épistolaire26. La liste des noms propres des destinataires vise à mettre en scène le réseau prestigieux de l’épistolier27. Que les lettres de Patin, dont les destinataires sont rendus anonymes par l’usage de simples initiales, ne soient indexées par aucun de ces moyens trahit un parti pris éditorial où la variété de l’ouvrage et le plaisant désordre de ses contenus prévalent sur son efficacité didactique ou son prestige social. Il est d’ailleurs notable que dans son propre recueil de lettres scientifiques, quelques décennies plus tôt, le médecin Samuel Sorbière assortit sa propre table des matières d’une figure de réticence, comme pour en modérer le signal trop pédagogique, trop sérieux qu’elle pourrait donner à ses lecteurs :

  • 28 Samuel Sorbière, Lettres et discours sur diverses matières curieuses, éd. citée, « Au lecteur », Fo (...)

Je mets au commencement de ce Recueil une Table qui donnera moyen au Lecteur de choisir les Matières qui lui seront le plus agréables, et de laisser celles dont il croirait que la Lecture lui ferait perdre le temps. Mon Libraire a bien voulu hasarder le bon office que je vous rends en cela, encore que je lui aye protesté qu’il était peut-être de son intérêt, que cette Table ne fût point mise au-devant de son Livre : pour ce qu’il y avait danger que personne ne voulût entreprendre de lire quelques lettres, dont on verrait d’abord qu’on n’a pas à faire ; et qui en effet regardent des matières trop particulières, ou qui ne sont pas du goût de tout le monde. Il y a peu de gens qui se soucient de connaître la fabrique intérieure du corps, ou qui ayent le loisir de quitter leurs affaires pour courir après celles de la Nature, et chercher des raisons de toutes ses Apparences.28

10Ce « bon office » d’une table des matières n’est pas rendu dans les Lettres choisies de feu Guy Patin, parce que la disposition de l’ouvrage n’appelle pas des parcours de lecture intentionnels et sélectifs qui privilégieraient une matière sur une autre, comme peut le faire un ouvrage à proprement parler pédagogique : l’ordre chronologique qui est choisi met à l’honneur la temporalité historique du xviie siècle, et celle de la vie de l’épistolier.

  • 29 Celle-ci a été étudiée par Yves Moreau dans sa thèse de doctorat présentée le 8 juillet 2013 à l’Un (...)

11Appelée ordo naturalis par les rhétoriciens, la disposition chronologique du recueil n’a pourtant rien de naturel, puisque ce sont des lettres en partie factices que font imprimer les éditeurs Charles Patin et Jacob Spon. Comme ils s’en expliquent dans leur correspondance29, elles sont le fruit d’une recomposition alliant parfois des parties de plusieurs lettres authentiques qui en réalité n’ont pas été écrites le même jour. Charles Patin présente ce travail éditorial comme une mise en ordre, en même temps qu’une censure des textes originaux qu’il rassemble :

  • 30 Charles Patin à Jacob Spon, 2 mai 1677, éd. Loïc Capron.

Quand j’aurai reçu toutes les vôtres [de lettres], je les mettrai par ordre de leur date, car la confusion des temps leur diminue beaucoup de grâces. De plus, quand il s’en rencontre de pleines d’autres choses qui ne doivent pas être publiées, où pourtant il y a quelque bon mot, on peut le transporter à une autre, adroitement ; et en coudre, si il vient à propos, deux ou trois ensemble. La pratique fera voir que cela est plus aisé que je ne l’écris.30

  • 31 Dans le présent numéro, l’article de Delphine Denis montre que la grâce de cet « ordre des temps » (...)
  • 32 « Avis au lecteur », F°XI r°.

12« La confusion des temps leur diminue beaucoup de grâces » : l’évaluation de l’ordre chronologique en termes esthétiques ne doit pas surprendre, à une époque où le goût pour l’Histoire ne tient pas seulement à un intérêt pour les faits authentiques, mais aussi au plaisir d’une narration relatée selon l’ordre dit naturel des événements, plaisir qui explique en partie le grand succès, depuis les années 1660, du genre fictionnel de la nouvelle historique31. La suite pseudo-chronologique des lettres de Guy Patin, mise en évidence par la mention des dates à la fin de chaque lettre, permet donc au lecteur un parcours historique de l’ouvrage, en l’invitant à en feuilleter le contenu à la recherche d’une année qui l’intéresserait tout particulièrement, celle par exemple du siège de Paris en 1649, ou encore du procès de Fouquet en 1662. On verra cependant que ce mode de lecture, favorisé par la disposition du recueil, s’avère décevant : l’ordre chronologique prête surtout à l’ouvrage la temporalité d’une conversation écrite, l’actualité historique n’intervenant qu’en arrière-fond du déploiement, au premier plan, d’une vie d’amitiés épistolaires entretenues par le goût partagé des livres. Les derniers mots de la préface rendent bien compte de ce tempo conversationnel : « Et voilà ce que je voulais dire de lui. Il est temps de le laisser parler »32.

De la lettre de nouvelles à l’encyclopédie curieuse du Grand Siècle

  • 33 CLXXIX, à AFCMDR, 20 mars 1670, p. 483. Dans cette citation et les suivantes, nous donnerons systém (...)

13Dans sa correspondance, Guy Patin arbore volontiers une négligence typique de la rhétorique de la lettre familière, écrivant par exemple à son ami Falconet : « Ma dernière n’a été qu’un pot-pourri de plusieurs nouvelles mal agencées, j’espère que celle-ci sera un peu plus régulière. »33

  • 34 Sur cette typologie épistolaire, voir Cécile Lignereux, « L’art épistolaire de l’âge classique comm (...)
  • 35 Sur la nécessité rhétorique pour la lettre de nouvelles de relater des faits non connus du destinat (...)

14La forme souple, bien que codifiée, de la lettre de nouvelles offrait à Jacob Spon et Charles Patin un matériau mêlé particulièrement propice au découpage anthologique, mais fragile, du fait de son rapide vieillissement : car la nouveauté était une règle d’or des lettres « d’avis » ou de « nouvelles »34, qui avaient pour fonction d’informer leur destinataire d’un événement non connu de lui, qu’il soit domestique ou public35. Publiées de dix à trente-huit ans après leur première circulation, les lettres de Patin ne pouvaient plus prétendre à cette fraîcheur. Conserver leur sel impliquait donc de transformer ce qui ne pouvait plus avoir la saveur du nouveau en curiosités du temps passé, recomposées dans un ouvrage qui devenait ainsi l’encyclopédie d’une époque révolue, parcourant les domaines variés de l’Histoire, de la littérature savante et de la médecine.

  • 36 Paul Jacob, Le Parfait Secretaire, ou la maniesre d’escrire et de respondre à toutes sorte de lettr (...)
  • 37 Ibid., p. 162.
  • 38 Ibid., p. 165.
  • 39 Guy Patin s’était d’ailleurs lui-même livré au plaisir de rassembler des ana : voir l’édition de ce (...)
  • 40 Le Journal des sçavants, 1665, « L’imprimeur au lecteur », F°I r°.

15Selon le manuel du Parfait Secrétaire de Paul Jacob, le genre de la lettre de nouvelles « approche fort de l’Histoire »36. Elle prend la forme rhétorique de la narration, avec ses qualités stylistiques spécifiques : clarté, brièveté, vraisemblance et agrément37, mais aussi sa souplesse, la description pouvant fort bien s’y inviter pour mieux complaire au destinataire38. Guy Patin excelle dans l’art de raconter la vie privée des savants de son temps, offrant à ses éditeurs de brefs récits colorés et plaisants, aisément détachables de leur premier support. Rassemblés dans un livre, ils forment une collection de choses vues, ou lues, par un témoin privilégié du monde des doctes, disposition qui s’apparente au genre éditorial à la mode des recueils d’anecdotes39, ainsi qu’aux débuts du Journal des sçavants, périodique publié pour la première fois en 1665 et qui se donnait pour but de « faire sçavoir ce qui se passe de nouveau dans la République des lettres »40. Dans l’abondant marché des histoires secrètes du xviie siècle, tout le prix de celles de Patin tient à l’originalité de son regard de médecin sur la vie et les mœurs des célébrités de son temps. Ses anecdotes révèlent en effet les dessous, parfois scabreux, de savants qui loin de n’être que de purs esprits, ont un corps, des humeurs, une famille, et bien des manières de sombrer dans la vieillesse et la mort. C’est ainsi que Patin relate sa rencontre avec Hobbes dans le cadre d’une consultation, brossant un portrait du philosophe anglais où les détails de son intimité physiologique et psychologique ne sont pas épargnés :

  • 41 LVI, à CSDM, 15 décembre 1654, p. 183. Éd. Loïc Capron, L. 267, à Charles Spon, le 22 septembre 165 (...)

16Je vous envoyai ma dernière Lettre le 15 d’Août, et ce jour-là même on me vint prier d’aller voir un malade. C’était Mr. Hobbes qui a écrit un livre du Citoyen, que notre bon ami Mr. Sorbière a traduit en français. Je trouvai ce pauvre homme en assez mauvais état : ventre dur, tranchées, vomissements, avec de telles douleurs qu’il avait voulu se tuer. C’est un Philosophe Stoïcien, mélancolique, et outre cela anglais.41

  • 42 VI, à CSDM, 12 septembre 1645, p. 21. Éd. Loïc Capron, L. 126, à Charles Spon.

17Ne voulant passer pour un indiscret ou un gazetier, Patin ne manque pas de préciser à ses correspondants que ces nouvelles domestiques sont confidentielles : « Je viens d’apprendre une chose que je ne dirai qu’à vous et dont je suis fort fâché. C’est que la famille de Mr. De Saumaise est toute en désarroi. »42

18Déplacées dans un ouvrage publié de manière posthume, ces précautions donnent au récit valeur non plus de nouvelle secrète, mais de fragments de vie privée réchappés des oubliettes de l’Histoire. Dans la lettre en question, on découvre les problèmes conjugaux que rencontre Saumaise depuis qu’il a renoncé à s’établir à Paris :

  • 43 Ibid. p. 22.

Madame sa femme qui désirait fort de venir demeurer ici, voyant ses prétentions manquées a commencé d’être plus acariâtre et plus mauvaise que jamais, et en est venue à telle extrémité que voyant son mari résolu de ne bouger de là, elle l’a quitté ne voulant plus demeurer en ce pays-là, et s’en est venue ici avec deux de ses enfants. Je ne sais pas de quel cœur il supportera cette affliction : mais j’ai peur qu’elle ne le touche fort ; il est délicat et malsain, et je crois qu’il a maintenant autant besoin d’une femme qu’il ait jamais eu.43

19On ne peut que souligner le changement de registre qui accompagne la publication posthume de ces récits privés : ce qui, de la part de l’épistolier Patin, était une confidence nimbée d’indiscrétion, mais empreinte d’une réelle sympathie pour Saumaise, devient une anecdote du temps passé où l’un des plus grands savants du xviie siècle apparaît dans son humanité familière, voire triviale et risible.

  • 44 Le premier numéro du Journal des sçavants fait de la nécrologie l’une de ses principales rubriques  (...)
  • 45 XV, à CSMDR, 13 juillet 1649, p. 58. Éd Loïc Capron, L. 187, à André Falconet.

20La place importante que prend la nécrologie au sein du recueil, sujet caractéristique de la lettre de nouvelles aussi bien que du périodique44, accentue cette appréhension médicale de l’histoire des savants. Une entrée en matière comme « La mort est fort sur les gens de lettres cette année »45, qui précède une longue énumération d’auteurs défunts, frappe par sa manière de présenter les savants en agents impuissants d’une tendance sanitaire générale. Quant au « héros des belles lettres » qu’est Saumaise, la nouvelle de sa mort, dénuée de pathos, donne aussitôt lieu à une réflexion sur les vertus thérapeutiques des eaux minérales :

  • 46 XLV, à AFCMDR, 25 novembre 1653, p. 151. Éd. Loïc Capron, L. 332, à André Falconet.

Monsieur, je vous confirme la nouvelle de la mort de Mr. De Saumaise dans le mois de Septembre aux eaux de Spa. On me dit que la veuve est en chemin pour revenir à Paris, je la verrai alors, et vous en manderai les particularités qu’elle m’apprendra. J’ai seulement su que ce grand Héros des belles Lettres mourut en deux jours. Je sais bien le passage de Pline des eaux de Spa. Je le montrai à feu Monsieur Pietre l’an 1634, lorsqu’il fit sa thèse contre l’abus des Eaux Minérales. Les calculeux, dit Pline, doivent s’abstenir de ces Eaux Métalliques. Pline s’est trompé là aussi bien qu’ailleurs, quand il s’est mêlé du métier d’autrui.46

  • 47 L’expression est attestée plusieurs fois dans sa correspondance : voir lettres 319, 328, 367. Sur l (...)
  • 48 Dans son édition critique de la correspondance de Guy Patin et Charles Spon, Laure Jestaz souligne (...)

21Au regard de ces anecdotes piquantes et circonstanciées de la vie et mort des savants, les relations de Patin sur les événements politiques et historiques de son siècle peuvent sembler plus incolores, comme s’ils jouaient, au sein du recueil, un rôle d’arrière-plan pouvant s’expliquer par une volonté, déjà présente sous la plume de l’épistolier et accentuée par ses éditeurs, de distinguer son écriture du « galimatias de gazette »47. La distinction entre la nouvelle familière et celle du périodique est également formulée, dans les années 1650, par Madeleine de Scudéry48, la conversation de Clélie sur l’art de la lettre galante opposant le charme de la nouvelle secrète et particulière à ces

  • 49 Madeleine de Scudéry, « De la lettre galante », conversation publiée pour la première fois dans Clé (...)

nouvelles universelles dont la renommée se charge ordinairement, et qui ne veulent que des batailles gagnées ou perdues, des sièges de villes ; des embrasements, des inondations de fleuves ; des soulèvements de peuples, et autres semblables choses.49 

  • 50 Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, op. cit., en particulier p. 30-50.
  • 51 XIII, à GDM, le 18 juin 1649, p. 48. Éd. Loïc Capron L. 182, à Henri Gras. Voir l’intéressante conf (...)
  • 52 XLIX, à CSMDR, 1er mai 1654, p. 166. Éd. Loïc Capron L.  345, 10 avril 1654, à Charles Spon. Sur ce (...)
  • 53 On peut cependant distinguer l’attitude épistolaire de Guy Patin, qui se moque des interprétations (...)

22Laure Jestaz a souligné les lacunes, insuffisances et inexactitudes souvent partiales du traitement de l’actualité politique dans la correspondance de Guy Patin50. La représentation de la Fronde, extrêmement réduite au sein du recueil, est exemplaire de ce traitement elliptique et peu distancé. Patin ne prétend pas porter sur ces temps troublés le point de vue de l’Historien qui démêlerait la complexité des événements et de leurs acteurs, gardant plus modestement celui du passant. Lorsqu’il relate l’épisode du siège de Paris il insiste simplement sur la droiture du Parlement, la déloyauté, selon lui, du Prince de Condé, et surtout, sur la vie quotidienne des Parisiens : « Il n’est mort personne de faim dans Paris, pas même aucun mendiant. Pas un homme n’y a été tué. Cinq mois durant personne n’y a été pendu ni fouetté »51. Les événements marquants des autres pays d’Europe sont quant à eux tenus à une distance dubitative, attribués à un on dit sur lequel Guy Patin ne se prononce guère, renvoyant par exemple l’interprétation de l’abdication de Christine de Suède à « la curiosité de notre siècle », qui « aura bien de la peine à découvrir la vraie cause de celle-ci, et quand on la saurait, peu de gens la diront »52. Il en va de même des accidents remarquables de la météorologie, dont Guy Patin ne traite qu’en passant et qu’il décrit comme des phénomènes naturels, blâmant la curiosité superstitieuse de son siècle pour les signes du Ciel à l’occasion de la comète de 166453 :

  • 54 CXXVI, à AFCMDR, 30 décembre 1664, p. 369. Éd. Loïc Capron L. 805.

La Messe de minuit est cause que tout le monde parle de la Comète, qui a été vue de qui l’a voulu. Ils en deviendront enrhumés, pour avoir été dès les trois heures du matin sur le Pont neuf pour la voir, et puis après s’en prendront à la Comète. Pour moi je ne crains rien de tout ce qu’on en prédit, il arrive assez de malheurs sans Comètes : c’est pourquoi je passe volontiers dans l’avis d’Ericius Putaneus et d’autres savants hommes, qui sur l’autorité de l’Écriture sainte, Ne craignez point les signes du Ciel, prétendent que les Comètes, comme simples météores ne nous prédisent ni bien ni mal.54

  • 55 Voir par exemple Le Facetieux resveil matin des esprits melancoliques, Paris, Leyde, David Lopez de (...)

23Les nouvelles qui concernent plus particulièrement les faits du quotidien prosaïque de la ville de Paris offrent en revanche des passages plus hauts en couleur, Guy Patin les amplifiant de telle sorte que l’on y retrouve l’authenticité douteuse des anecdotes racontées, durant la première moitié du siècle, dans les recueils de facétie à prétention réaliste55. Ainsi de l’historiette du Duc de Beaufort, « pour qui les Parisiens et particulièrement toutes les femmes ont une dévotion très particulière », et qui aurait attiré « plus de deux mille femmes », en particulier celles de « la Halle », venues l’admirer dans un « tripot du Marais du Temple » où il s’adonnait au jeu de paume. Quelques jours plus tard, alors qu’il se promène du côté de Saint-Eustache, une « troupe de femmes » lui crie :

  • 56 XI, à CSCMDR, 14 mai 1649, p. 43-44. Éd. Loïc Capron, L. 176, à Charles Spon.

Monsieur, ne consentez pas au mariage avec la nièce du Mazarin, quelque chose que vous fasse ou que vous dise Mr. De Vendôme. S’il vous abandonne, vous ne manquerez de rien : nous vous ferons une pension de 60 mille livres, dans la Halle.56

  • 57 Goût que l’on retrouve chez Madame de Sévigné, mais les réflexions morales de l’épistolière, de son (...)
  • 58 Voir Ann Moss, Les recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, Genève, Droz, 20 (...)

24À la faible exactitude, la partialité et une tendance à l’exagération facétieuse des récits historiques disséminés dans le recueil des Lettres choisies, s’opposent la précision et l’impressionnante recherche d’exhaustivité des savoirs lettrés qui imprègnent ce livre. Il en ressort une impression d’inactualité, si l’on se place dans le contexte de l’épistolaire imprimé de la fin du xviie siècle, où la tendance n’est plus, loin s’en faut, à l’érudition humaniste. Le goût de Guy Patin pour la réflexion morale57, mis à l’honneur dans les Lettres choisies, en font un florilège de citations issues de la littérature latine ou de sentences formulées en latin par Guy Patin lui-même, rappelant la veine des recueils de lieux communs offerts à l’instruction du lecteur à la Renaissance58. Le trilinguisme du recueil est à ce titre remarquable, les éditeurs ayant conservé la présence de quelques mots grecs. La comparaison du texte du recueil avec celui des lettres authentiques montre cependant que la part de la citation latine est largement retranchée. Les deux versions de la mort de la belle-mère de Patin offrent un joli échantillon de cette délatinisation du texte original (l’extrait de la lettre authentique précède celui des Lettres choisies) :

  • 59 Lettre 237, à Charles Spon, 26 juillet 1650, éd. Loïc Capron. Dans cette citation et les suivantes, (...)

On nous fait ici de grands habits de deuil à la bourgeoise, quod invitus patior [ce que j’endure à contre-cœur] mais c’est qu’il faut hurler avec les loups et badiner avec les autres. Non minima pars est humanæ sapientiæ posse pati ineptias hominum, [La moindre part de la sagesse humaine n’est pas de souffrir les sottises des hommes] et ceux qui ne s’y peuvent accoutumer ou ranger n’ont qu’à faire comme a fait ma belle-mère, eo migrandum est unde negant redire quemquam [« il lui a fallu s’en aller là-bas d’où, dit-on, nul ne revient », Catulle, Poèmesiii, v. 11‑12]. C’était une excellente femme dans le soin du ménage et dans la peine qu’elle y a prise pour sa grande économie. Il eût mieux valu que son mari fût allé le premier, mais sic placuit Superis, quærere plura nefas [ainsi a-t-il plu aux Dieux, en demander davantage est impie]. Je ne me saurais donner la peine de la pleurer beaucoup, vu qu’elle était trop vieille et trop souvent malade.59

  • 60 XV, à CSDM, 13 juillet 1649, p. 60-61.

C’était une excellente femme dans les soins du ménage. Je ne saurais pourtant me donner la peine de la pleurer, puisqu’elle était riche, vieille, avare et trop souvent malade. On nous fait de grands habits de deuil à la Bourgeoise, ce que je ne souffre qu’à regret : mais il faut hurler avec les loups, et badiner avec les autres bêtes, ce n’est pas un des moindres efforts de la sagesse, de pouvoir souffrir toutes les sottises des hommes, et ceux qui ne s’y peuvent ranger, n’ont qu’à faire comme a fait ma belle Mère.60

25La citation latine est en revanche maintenue dans sa langue originale lorsqu’elle apparaît seule au sein du texte français, relevant alors moins d’une stylistique de la bigarrure, que de l’éclat. Ainsi, dans l’autoportrait où Guy Patin défend son désintéressement de lettré par opposition aux médecins de son temps qui rêvent d’approcher la cour, le vers de Martial appuie d’un argument concis, humoristique et gracieux ce mépris de fortune déterminé par l’amour du savoir :

Je me porte bien. Je vais toujours mon grand chemin, ce que beaucoup d’autres n’osent et ne veulent pas faire, afin de gagner davantage. Si je me plaignais de ma fortune, je dirais avec Martial,

Sed me litterulas stulti docuere parentes [« Mais à moi, mes parents ont fait étudier les lettres » (Martial, Épigrammes, livre IX, lxxiv, vers 7).]

  • 61 CXXXIII, à AFCMDR, 28 juillet 1665, p. 380. Éd. Loïc Capron, L.826, à André Falconet, 30 juin 1665.

Les bonnes gens ont fait ce qu’ils ont pu pour moi, ce que plusieurs ne font pas pour leurs enfants. La plupart des riches sont Fous, Tyrans, Présomptueux et Ignorants. Je vis sans ambition.61

  • 62 Voir Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, op. cit, p. 203-296.
  • 63 LXXXII, à CSCMDR, 19 septembre 1659, p. 268. Éd. Loïc Capron, L. 579, à Charles Spon.

26La correspondance de Guy Patin est connue pour la richesse de ses informations sur l’histoire du livre au xviie siècle62. Disposées au sein du recueil, ces nouvelles sur l’actualité des libraires du Palais et sur la circulation internationale des ouvrages savants composent un journal du livre imprimé au Grand Siècle, ainsi qu’une histoire littéraire dont le système de valeurs va souvent à contre-courant des tendances prédominantes à partir des années 1650. Les nouveautés littéraires n’attirent guère la bienveillance de Patin : « Notre siècle est fertile en méchants, en fous et en esprits remuants » 63, écrit-il à Charles Spon. Située peu après le début du recueil, la liste qu’il donne de ses auteurs favoris révèle un partisan résolu de la littérature antique, et, plus précisément, de l’Antiquité non fictionnelle, celle des historiens et des philosophes :

  • 64 VI, à CSDM, 12 septembre 1645, p. 23. Éd. Loïc Capron L. 126, À Charles Spon.

L’Histoire de Pline est un des plus beaux livres du monde : C’est pourquoi il a été nommé la Bibliothèque des pauvres. Si l’on met Aristote avec lui, c’est une Bibliothèque presque complète. Si l’on y ajoute Plutarque et Sénèque, toute la famille des bons livres y sera, père et mère, aîné et cadet.64

27Un grand événement pour la République des Lettres reste pour lui la réimpression de l’œuvre complète d’Érasme :

  • 65 LXVIII, à AFCMDR, 18 août 1657, p. 219. Éd. Loïc Capron, L. 488, à Charles Spon, 10 août 1657.

J’apprends que ceux de Rotterdam, par honneur qu’ils portent à la mémoire de celui qui a été l’honneur de leur pays, font faire à leurs dépens une nouvelle impression de toutes les œuvres d’Érasme. Voilà une nouvelle qui me réjouit fort. Il y a encore de la vertu au monde et d’honnêtes qui ont du courage. Je prie Dieu qu’il soit vrai.65

  • 66 Voir sur ce point Gianluca Mori, « Guy Patin l’anti-moderne : Hobbes, Gassendi et Descartes dans le(...)

28Cette inactualité d’un humaniste égaré au xviie siècle66 se retrouve dans les savoirs médicaux qui imprègnent le recueil, tournés eux aussi vers le passé bien qu’immergés dans la pratique quotidienne. La préface résume ainsi les fondements théoriques du médecin :

  • 67 Lettres choisies, « Au lecteur », F°VI, R°.

Admirateur des Anciens, d’Hippocrate, de Cicéron, de Pline, et de Galien, et ennemi juré des Auteurs Arabes, des Empiriques, des Chimistes, et de tous ceux qui voulaient s’ériger en Maîtres dans la Médecine, ou qui la chargeaient d’un fatras importun de remèdes.67

  • 68 CXCVI, à AFCMDR, 22 janvier 1672, p. 521. Éd. Loïc Capron, L.l015, à André Falconet.
  • 69 Voir CLXVI, à AFCMDR, 28 août 1668, p. 454. Éd. Loïc Capron L.142, à André Falconet.
  • 70 CXXXVII, à AFCMDR, 13 octobre 1665, p. 391. Éd. Loïc Capron, L. 840, à André Falconet.
  • 71 XXI, à CSCMDR, 4 février 1650, p. 82. Éd. Loïc Capron, L. 216 à Charles Spon.
  • 72 XIV, à CSDM, 18 juin 1649, p. 53-54. Éd. Loïc Capron, L. 183, à Charles Spon.

29Les avis de Guy Patin sur la médecine prennent rarement une forme abstraite et font la part belle au récit circonstancié du praticien, à sa sensibilité conservatrice et à son indignation contre le charlatanisme. Il est frappant de voir qu’une seule et même personne puisse à ce point rassembler les qualités propres de l’érudition et de l’homme de terrain, sans pour autant faire preuve de perspicacité quant aux avancées de la science de son temps, la dernière lettre du recueil énonçant une conclusion bien pessimiste pour un savant qui s’exprimait à la veille du xviiie siècle : « Descartes et les Chimistes ignorants tentent de tout gâter tant en philosophie qu’en bonne médecine »68. Pour un lecteur qui n’est pas médecin, le discours médical offre l’un des éléments les plus curieux et les plus bigarrés du recueil, Patin passant parfois du français au latin pour décrire une maladie avec plus d’aisance69. La description des remèdes d’apothicaires donne lieu à des accumulations de termes empruntés au latin, au grec ainsi qu’à l’arabe, comme le « bézoard »70, pierre prétendument anti-poison faite d’éléments non digérés que l’on trouve dans l’estomac des animaux herbivores, ou le « julep »71, sirop aux vertus calmantes. Un lecteur ignorant n’a guère besoin de connaître le sens de ces signifiants étranges pour comprendre que Guy Patin les condamne comme des formules de sorciers, leur énumération sous sa plume n’allant pas sans rappeler certains passages des comédies médicales de Molière : « nous ne voyons plus chez eux faire litière de juleps, apozèmes, poudres, opiates et tablettes cordiales, qui ne servaient la plupart qu’à faire durer les maladies, à échauffer, dégoûter et coûter beaucoup aux malades »72.

  • 73 XLVI, à CSDM, 30 décembre 1653, p. 155. Éd. Loïc Capron, L. 333, à Charles Spon, 5 décembre 1653.
  • 74 XLVIII, à CSDM, 20 mars 1654, p. 164. Éd. Loïc Capron, L.344, à Charles Spon. La préface du recueil (...)
  • 75 CLXII, à AFCMDR, 20 septembre 1669, p. 464. Éd. Loïc Capron L. 966, à André Falconet.
  • 76 CIV, à AFCMDR, 21 septembre 1661, p. 318. Éd. Loïc Capron, L. 713, à André Falconet.
  • 77 LXIII, à CSCMDR, 22 février 1656, p. 201. Éd. Loïc Capron, L. 433, à Charles Spon.
  • 78 XLV, à AFCMDR, 25 novembre 1653, p. 151. Éd. Loïc Capron, L. 332, à André Falconet.

30Les forgeries lexicales autour de l’antimoine, comme la « secte antimoniale »73 ou le « martyrologe de l’antimoine »74, sont quant à elles à mi-chemin entre le positionnement médical et la raillerie satirique. La diversité des malades évoqués par Patin présente également une collection d’adjectifs suffixés rares ou spécialisés comme les « dysentériques »75, « hydropiques »76, « hectiques »77 et autres « calculeux »78 dont les soins font l’objet de récits détaillés, offrant au lecteur les bribes d’un manuel de médecine appliquée, en même temps qu’un florilège d’anecdotes médicales flirtant parfois avec l’histoire scabreuse, extraordinaire ou à peine croyable. Dans un mélange habile dont les trois récits qui suivent donnent un bon exemple, Guy Patin débite des récits qui n’ont rien à envier à la fiction, tout en portant sur eux le point de vue raisonnable d’un médecin à qui l’on n’en conte pas :

  • 79 XXVIII, à AFCMDR, 4 octobre 1650, p. 98-99. Éd. Loïc Capron, L. 245, à André Falconet.

[…] je traitai près de son logis, une brave et digne femme nommée Madame de Lubert, laquelle mourut le 17 d’une fièvre maligne, avec assoupissement et gangrène. Elle était âgée de 53 ans, accablée de vieilles et mauvaises humeurs que lui avaient causé la grande quantité de fruits qu’elle mangeait. Elle avait de plus un de ses fils qui ne la tourmentait guère moins que sa fièvre continue. Elle vida trois grands vers en trois jours différents qu’elle avait pris un purgatif. Ils étaient chacun de la longueur du bras, bien plus gros que des plumes à écrire. C’eussent été de petits Dragons s’ils avaient eu la tête plus grosse.79

  • 80 LX, À CSDM, 21 sept 1655, p. 194. Éd. Loïc Capron, L. 415, à Charles Spon.

La sage-femme que je connais il y a longtemps, m’a raconté que dans la rue Montorgueil, elle avait accouché depuis trois jours la femme d’un Boulanger de petit pain, d’un enfant qui n’avait nulle marque de sexe, et qui était tout uni ; ce que je ne comprends pas, puisque selon Mr. Riolan, le fœtus fait son eau par le canal de la vessie. Les yeux étaient fermés et couverts d’une peau, il n’avait point de nez, mais seulement un petit trou au milieu du visage, et une corne au front, grosse et longue comme le pouce. Il ne vécut que deux heures. Si cela se communique dans Paris, voilà de quoi faire parler ceux qui se mêlent de pronostiquer sur ces prodiges.80

  • 81 CXXXIII, à AFCMDR, 28 juillet 1665, p. 378-379. Éd. Loïc Capron, L.826, à André Falconet, 30 juin 1 (...)

J’ai vu depuis peu en consulte un Gentilhomme Breton âgé de 19 ans, naturellement fort dévot, qui devint dans peu de jours mélancolique, et à cette mélancolie succéda une espèce de manie avec une fièvre continue et des convulsions effroyables. Un moine avait peur qu’il ne fût possédé. Il est vrai qu’il avait un grand scapulaire. Il fut si rudement tourmenté de ce Démon de fièvre continue, qu’il en devint frénétique et qu’il fallut le lier. À ce délire Frénétique succédèrent deux autres Symptômes, des mouvements Épileptiques et une passion Hydrophobique, comme ceux qui ont été mordus d’un Chien enragé, avec la soif et l’aversion des choses liquides. Pour tout cela il fut saigné des bras et des pieds jusqu’à 22 fois, il fut purgé de plus de 40 lavements et d’environ 30 Apozèmes purgatifs avec la Casse et le Séné, auxquels nous ajoutâmes à la fin le Sirop de roses et de fleurs de Pêcher, avec tel succès qu’enfin il est tout à fait guéri et remis en son bon sens. Il y a bien des gens qui crient au miracle de moindres événements, mais la nature seule, la connaissance des maladies et l’application des bons remèdes vont bien loin.81

  • 82 XIII, à GDM, le 18 juin 1649, p. 48. Éd. Loïc Capron L. 182, à Henri Gras.

31Les nouvelles médicales de Guy Patin se mélangent parfois à un discours satirique sur les mœurs de son temps, en particulier quand elles touchent la vie des Grands. Au sein du recueil, elles complètent une peinture du Grand Siècle située à l’ombre de son Histoire glorieuse, dans le secret médical d’illustres patients. La nouvelle de la mort de Mazarin permet de résumer les nombreux griefs d’avarice et d’hypocrisie religieuse portés tout au long du recueil contre « ce Pantalon de longue robe, ce Comédien à rouge bonnet », « cause de tous nos maux et de la ruine de la France »82 :

  • 83 XCVI, à AFCMDR, 22 février 1661, p. 303. Éd. Loïc Capron, l. 672, à André Falconet, 25 février 1661

On me vient de dire que le Cardinal est fort enflé, et qu’il ne dort point : néanmoins on dit par la ville, qu’il se porte mieux, et qu’il s’attend fort au bon temps pour s’en aller aux Eaux, où il espère de guérir. On lui enveloppe ses pieds œdémateux avec de la fiente de cheval, mais cela ne peut ôter la cause de son mal. Pour moi, je n’en ai point bonne opinion : car si son mal était léger, il ne ferait point faire tant de Consultations, qui lui coûtent de l’argent, lui qui l’aime tant.83

32La discussion proprement scientifique se trouve elle aussi envahie par le penchant de Guy Patin pour la médisance. La question médicale de savoir comment extraire une pierre vésicale (ou « section franconienne ») chez un homme et chez une femme, bien traitée, selon lui, par la thèse du médecin Nicolas Piètre, donne ainsi lieu au portrait satirique de deux contradicteurs du savant :

  • 84 XIV, à CSDM, 18 juin 1649, p. 57. Éd. Loïc Capron, L. 183, à Charles Spon.

Monsieur Piètre défendit fort bien cette Thèse, contre deux de nos Docteurs qui lui voulaient mal, savoir Merlais et Gervais ; le premier est un dangereux Normand fin et rusé, et le second un grand ivrogne, valet d’Apothicaire rousseau de vache, fait comme le Juif errant, qui se rendit plus ridicule encore en attaquant mal à propos Monsieur Piètre, qui a fait faire cette section en cette ville sur les hommes et sur les femmes, et laquelle a réussi.84

  • 85 Lettre 183, éd. citée.
  • 86 Voir « Jacob Spon et Charles Patin, premiers éditeurs des Lettres choisies de feu M. Guy Patin », é (...)

33Dans ces deux portraits, les éditeurs ont retranché les expressions latines qui, dans la lettre authentique, en aggravaient la charge satirique. La jalousie des deux docteurs pour la supériorité scientifique de Piètre y était soulignée : « quibus tantus vir erat odiosus [pour qui un si grand homme était odieux] », de même que la stupidité de Gervais, qui selon le mot de Piètre lui-même rapporté par Patin, était « ignarus nebulo et illiteratus, vir nequam [un faquin ignorant et illettré, homme de rien] »85. En estompant ainsi la bigarrure du texte, les éditeurs favorisaient sa lisibilité et son efficacité comique, tout en adoucissant les médisances du médecin, ce qui n’empêchera pas la Faculté de médecine de Paris d’en être scandalisée lors de la publication du recueil86.

  • 87 Selon la formule de Fritz Nies, qui caractérise ainsi le goût du lectorat mondain depuis les années (...)

34Énoncés par un médecin qui entretenait avec son époque un décalage pleinement assumé, les savoirs et anecdotes disposés dans le recueil des Lettres choisies présentent au lectorat de la fin du xviie siècle la peinture d’une époque et d’une culture révolues, sous un jour plaisant et adapté à son « goût pour le divertissement »87. La curiosité à laquelle ces lettres remaniées disposent leur lecteur est également liée au savant dosage de leur liberté de style et de pensée.

Une philosophie châtrée ? Libertés, euphémismes et équivoques d’un recueil impur

  • 88 Voir Françoise Waquet, « Guy et Charles Patin, père et fils, et la contrebande du livre au xviie si (...)

35La publication des lettres de son père n’alla pas sans scrupules de la part de Charles Patin, qui, lorsqu’il travaillait à cette édition, était exilé à Padoue suite à ses activités de contrebande de livres88. Dans sa correspondance avec Jacob Spon, il insiste en avril 1677 sur la nécessité de « limer » les lettres de Guy Patin :

  • 89 Charles Patin à Jacob Spon, 3 avril 1677, extrait de lettre édité dans « Jacob Spon et Charles Pati (...)

Cependant, pour votre information et mon utilité, je vous dis que le conseil de M. votre père, le vôtre et celui de M. Falconet, d’imprimer quelques lettres de mon père, est fort honnête à la mémoire de mon père, et qu’il ne saurait apporter que du bien et de la réputation à ceux qui en entreprennent la fatigue, et même à moi. Cependant, il y faut beaucoup de circonspection : c’est ce qui fait que je vous prie très humblement, et nos autres amis, de ne rien faire imprimer que de bien pesé et limé.89

  • 90 Ibid.

36Les principales interventions qu’il envisage portent d’abord simplement sur « ce qui ne convient pas aux mœurs d’aujourd’hui »90. Un mois plus tard, au fur et à mesure que son travail de relecture avance, Charles Patin paraît moins serein :

  • 91 Charles Patin à Jacob Spon, 2 mai 1677, ibid.

Si nous en ôtons, dites-vous, le mot pour rire, le reste pourra paraître fade. Je vous réponds que je suis fort revenu de la pensée où je vois bien du monde qui se mettent < sic > en danger de pleurer pour avoir voulu faire rire autrui. En quelque lieu qu’on imprimât ses lettres comme elles sont, même sans nom, sans ville, etc., on saura que c’est ou de vous ou de moi. Je dis plus : comme l’état où je me trouve ferait tomber sur moi le soupçon, je déclare que pour le prévenir, je me trouverais obligé de les désavouer en public et hautement. N’y songeons pas si vous plaît, et n’hasardons pas ce qui nous reste pour le plaisir de souffrir une injure dite gaiement ou une censure de satire, qui, quoiqu’elle fût agréée de la plupart tout bas, serait condamnée de tout le monde hautement. Ainsi, au lieu de faire honneur à la mémoire de mon père, j’en appréhenderais le déshonneur. Pour moi en particulier, cela ne ferait qu’un très mauvais effet : il y a assez de gens au monde qui trouveraient volontiers occasion de mordre sur moi, et je veux être si homme de bien qu’ils s’en mordront les doigts.91

37La distance temporelle qui sépare la publication posthume du recueil de la première circulation des lettres ne saurait les protéger de toute poursuite. Ainsi, les nombreuses médisances de Guy Patin, qui font beaucoup pour l’agrément de l’ouvrage, en sont un élément dangereux, dans la mesure où les personnes ciblées ne sont pas toujours mortes :

  • 92 Ibid.

Si le cardinal de Richelieu est mort, pensez-vous que le soient aussi tous les vindicatifs et les méchants ? Je ne lèverai pourtant que peu de chose et y laisserai bien des mots pour rire, puisque le monde en est si friand.92 

  • 93 Stratégie qui ne s’avérera pas gagnante, puisque la Faculté de médecine de Paris, scandalisée par l (...)

38Garder le « mot pour rire » sans exposer la mémoire de Guy Patin au scandale, c’est ainsi que les éditeurs, qui publient ce recueil de manière anonyme, entendent rendre un juste hommage à l’épistolier tout en se protégeant eux-mêmes de possibles attaques93. Or ce travail ne correspond pas, selon nous, à une censure des textes originaux, mais plutôt à une mise en valeur prudente et contrôlée de ce qui rendait compte de la liberté stylistique et, pourrait-on dire, spirituelle de leur auteur. Le recueil n’oblitère pas purement et simplement les hardiesses de Patin, mais les réajuste de manière à les rendre publiables : or cette prudence de Charles Patin et Jacob Spon faisait écho à celle de l’épistolier lui-même (tout en la trahissant), puisqu’en maints endroits de sa correspondance, Guy Patin laisse entendre à ses destinataires qu’il ne leur confie qu’une écriture euphémisée de ce qu’il pense en son for intérieur et ne s’aviserait jamais de publier. Nous verrons comment le recueil met en scène cette précautionneuse liberté à travers un jeu mêlé d’anti-purisme stylistique, d’euphémismes et d’équivoques.

  • 94 Quelques exemples : L. 290, à Charles Spon, 18 juin 1652. L. 367, à Charles Spon, 4 septembre 1654. (...)
  • 95 Voir le détail de la fabrication de cette lettre dans l’appareil critique de la L. 434 à André Falc (...)

39C’est avant tout par la verdeur de son langage que le livre des Lettres choisies se donne aussitôt à lire comme un ouvrage à contre-courant des tendances stylistiques de la prose épistolaire publiée de son temps, alliant à la savante bigarrure que nous avons déjà étudiée des mots que les dictionnaires de la fin du siècle qualifieront de « sales », et une syntaxe qui se rapproche de la sécheresse de Sénèque. « La cour est une belle putain », formule fétiche de Guy Patin que l’on retrouve à plusieurs reprises dans sa correspondance94, apparaît ainsi en bonne place dans une lettre du recueil entièrement fabriquée, qui rassemble les anecdotes de trois lettres différentes évoquant successivement les abcès pestilents d’une Lorraine trois fois malade de la peste, l’efficacité des pilules de Francfort pour soigner les hémorroïdes et celle du hareng contre la goutte, avant d’en venir à la santé défaillante de deux régents de la Faculté de médecine de Paris et à la consultation d’un Auvergnat soupçonné à tort d’avoir la peste. Les déboires d’Étienne Le Gagneur, autre régent de la Faculté entré au service du Prince de Conti, offrent une anecdote morale en conclusion de ce joli pot-pourri95 :

  • 96 Lettre LXIII, à CSCMDR, le 22 février 1656, p. 202-203.

Le Gagneur notre Médecin est bien fâché d’avoir suivi le Prince de Conti, auprès duquel Belleval lui rend de mauvais offices. La cour est une belle putain qui donne bien souvent à ses amoureux des cassades et de belles espérances. Pour moi j’aime bien mieux mes livres qui font ma tranquillité plus sûre, et qui feront peut-être celle de mes enfants. Il est vrai que je n’en serai pas plus riche : mais aussi, j’en aurai moins d’inquiétude. Pibrac finit ses Quatrains avec ce vers, qui finira aussi ma lettre. Ce sont les fruits de ma philosophie.96

  • 97 CXXIII, à CSCMDR, le 14 septembre 1664, p. 365-366. Éd. Loïc Capron, L. 796, à André Falconet.

40Une maladie honteuse comme la vérole ne fait l’objet d’aucune censure de la part des deux éditeurs qui publient un ample développement de Guy Patin sur ses remèdes médicaux97, ainsi qu’un long badinage érudit où le médecin, mêlant à loisir références à l’Écriture et à la littérature profane, recense tous les personnages plus ou moins illustres qui en auraient souffert :

  • 98 CXXXIV, à AFCMDR, p. 384-385, le 18 septembre 1665. Éd. Loïc Capron, L. 834, à André Falconet.

Mais pour répondre à ce que vous me mandez, je vous dirai que Bolduc Capucin a écrit aussi bien que Pineda Jésuite Espagnol, que Job avait la Vérole. Je croirais volontiers que David et Salomon, l’avaient aussi. […] Elle se trouve aussi dans Catulle, dans Juvénal et dans Apulée. On dit même qu’elle est dans Hérodote et dans Xénophon, Mr. Gassendy m’a dit que la lèpre dans la Bible était la vérole. [] Ce serpent dans la Genèse, disait un libertin, était quelque jeune Dameret qui donna la vérole à Ève, et voilà le péché originel de nos Moines, ce disait Mr. De Malherbe.98

  • 99 XV, à CSDM, 13 juillet 1649, p. 60. Éd Loïc Capron, L. 187, à André Falconet.

41La franchise dans la médisance accuse elle aussi cette liberté de plume que les éditeurs, on l’a vu, tentent parfois de modérer en supprimant la pointe latine qui contient en général les traits les plus venimeux. Or parallèlement à ce goût pour la satire immodérée, Patin manie également l’euphémisme dans les cas très particuliers, et fréquents dans ses lettres, où il laisse entendre qu’une personne est athée, comme dans ce portrait de La Mothe Le Vayer où l’allusion ne laisse aucun doute : « Il est âgé d’environ 60 ans, de médiocre taille, autant stoïque qu’homme du monde, homme qui veut être loué et ne loue jamais personne, fantasque et capricieux, et soupçonné d’un vice d’esprit, dont étaient atteints Diagoras et Protagoras. »99

  • 100 Voir René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, 2000 [1943], Slat (...)
  • 101 IX, à AFCMDR, le 27 août 1648, p. 38. Éd. Loïc Capron, L.159, à André Falconnet.
  • 102 René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, op. cit., p. 317.

42Par ce propos transparent bien que voilé par la périphrase, Patin adoucit sa médisance ou plutôt se protège de toute accusation de malveillance en adoptant un langage détourné. Or le détour périphrastique laisse aussi planer un doute sur le jugement, condamnateur ou complaisant, que Guy Patin porte sur un tel vice, selon la même méthode que lorsqu’il tient un propos qui pourrait être qualifié d’athée. En contrepoint des protestations fidéistes qui, au sein du recueil comme dans l’ensemble de sa correspondance, présentent Patin en ennemi de la superstition mais en bon Chrétien100, on ne peut qu’être surpris par des passages bien plus ambigus, soulignés par la tradition critique et qui jusqu’à aujourd’hui ont pu interroger sur l’obédience ou non de Guy Patin à une forme de libre-pensée : or il est remarquable qu’aucun de ces passages tendancieux ne soit censuré dans le recueil de 1683. Il en va ainsi de la fameuse « débauche philosophique » à laquelle Guy Patin se réjouit de se livrer dans la maison de Gentilly, chez Gabriel Naudé et en compagnie de Pierre Gassendi, où « guéris du loup-garou », du « mal des scrupules qui est le tyran des consciences », les trois convives iront « jusque fort près du Sanctuaire »101. René Pintard, reconnaissant que cette métaphore de la pénétration du sanctuaire laisse bien entendre que les amis se livreront à un débat libre et franc sur l’existence de Dieu, en conclut que « ce docteur de vie si stable et de sens si rassis, éprouve une sorte de volupté, quand le silence se fait autour de lui, à se pencher au-dessus des abîmes »102.

  • 103 « L’équivocité des signes rend possible ce procédé de diversion ou de leurre sans mensonge, et elle (...)
  • 104 Voir Henri Busson, La Pensée religieuse française de Charron à Pascal, Paris, Vrin, 1933, p. 467-46 (...)
  • 105 LXIV, à AFCMDR, le 6 octobre 1656, p. 205. Éd. Loïc Capron, lettre 445.
  • 106 Dont l’édition numérique est actuellement en cours de publication : http://patin.ehess.fr. Les thès (...)
  • 107 Gianluca Mori, « À la recherche du nouveau Théophraste : Guy Patin redivivus », article cité.

43Et de fait, Guy Patin s’en tient à une formule modalisée, jusque fort près du Sanctuaire, qui laisse le lecteur dans la perplexité de savoir si oui ou non la porte en a été franchie, selon la pratique d’ « équivocité des signes »103, dont Jean-Pierre Cavaillé a mis en lumière la rhétorique chez quelques libres penseurs du xviie siècle. La même indécidabilité caractérise les passages de la correspondance récemment mis en lumière par Gianluca Mori, où le médecin cite quelques vers des Troyennes de Sénèque Le Tragique, référence topique de l’athéisme selon Henri Busson104, en ajoutant que la « Religion » athée est non seulement celle « des Princes, des Grands, des Magistrats, des Supérieurs de Religion » mais aussi de « quelques Médecins et Philosophes »105. Sans les correspondances frappantes que Gianluca Mori a découvertes entre ces extraits, le Theophrastus redivivus, les carnets privés de Patin106 et ses thèses (références dont le lecteur des années 1680, évidemment, ne disposait pas), il ne serait pas possible de déduire de leur seule lecture que Guy Patin s’inclut bel et bien dans le groupe de ces libres penseurs qu’il circonscrit, même si son écriture rend cette déduction possible, à travers un « langage allusif mais transparent pour qui sait l’interpréter »107. Que de tels passages n’aient pas été censurés par l’édition de Charles et Jacob laisse d’ailleurs penser qu’ils les jugeaient inoffensifs, et que les sacrifier aurait beaucoup enlevé à la saveur du recueil. C’est en effet par ces traits ambigus, assaisonnés des libertés du style de Patin, que l’œuvre de l’épistolier apparaît dans toute sa piquante bizarrerie : sans énoncer une véritable philosophie qui est réservée aux écrits clandestins de l’auteur, elle évoque au lecteur de la fin du xviie siècle une époque philosophique qui n’est plus d’actualité pour lui, mais qui pour autant n’a pas perdu son goût sulfureux.

Conclusion

44Plutôt qu’un ouvrage savant, le recueil des Lettres choisies de feu Monsieur Guy Patin offre au lecteur des années 1680 le portrait épistolaire d’un savant, et comme une invitation à circuler dans son esprit, à en collecter les bons mots, à s’étonner des connaissances curieuses, rares et prolifiques qui y sont inscrites, à y retrouver les goûts et les humeurs d’une époque dépassée, dans un style libre et parfois équivoque, démarqué du purisme alors dominant. À ce titre, les éditeurs avaient conçu un livre qui relevait plutôt de la mémoire et du monument que de l’Histoire, comme le notera Voltaire avec sévérité dans Le Siècle de Louis XIV :

  • 108 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV. Œuvres historiques, éd. René Pomeau, Paris, Gallimard, 2000 [1957 (...)

Patin (Guy), né à Houdan en 1601, médecin plus fameux par ses lettres médisantes que par sa médecine. Son recueil de lettres a été lu avec avidité, parce qu’elles contiennent des nouvelles et des anecdotes que tout le monde aime, et des satires qu’on aime davantage. Il sert à faire voir combien les auteurs contemporains qui écrivent précipitamment les nouvelles du jour sont des guides infidèles pour l’histoire. Ces nouvelles se trouvent souvent fausses, ou défigurées par la malignité ; d’ailleurs cette multitude de petits faits n’est guère précieuse qu’aux petits esprits. Mort en 1672.108

45Une mémoire sans exactitude historique, donc, et teintée d’un encyclopédisme qui n’est pas celui du xviiie siècle. La liberté du style familier de Patin, la curiosité de ses nouvelles agencées dans un ouvrage varié présentent une forme souple et capable d’envelopper les connaissances les plus diverses, sans hiérarchie des savoirs livresques, empiriques, littéraires, historiques ou scientifiques… et résolument tournées vers le passé. Curieux ouvrage par conséquent que cette correspondance factice, encyclopédie d’un Grand Siècle qui n’y apparaît pas comme celui du classicisme. Loin de se réjouir de l’époque dans laquelle elles sont immergées et d’envisager l’avenir avec excitation, les Lettres choisies regardent en arrière et font du regret de l’Antiquité, non le ferment d’un nouveau classicisme, mais l’annonce assurée d’une décadence de la littérature et des sciences. N’avaient-elles donc pas tout pour amuser et divertir un lectorat en proie à l’inquiétude de la fin du siècle ? Et ne peuvent-elles pas aujourd’hui nous réjouir de nouveau, en donnant à lire et à comprendre aux curieux de littérature et de style, aux amateurs de l’histoire des sciences et de ses égarements, et, qui sait, aux hypocondriaques en quête de vieux remèdes, un autre xviie siècle ?

Haut de page

Notes

1 Voir la liste complète des éditions des lettres de Guy Patin dans l’édition numérique de Loïc Capron, Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, Paris, Bibliothèque Interuniversitaire de Santé, 2015 http://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/.

2 Voir l’édition critique de ce texte par Loïc Capron, ibid.

3 Gianluca Mori, « À la recherche du nouveau Théophraste : Guy Patin redivivus », Preprint 2.1, 27 juillet 2020.

4 L’édition de Genève paraît chez Jean-Louis Du Four et se présente comme ayant été publiée à Francfort sur sa page de titre. L’édition de La Haye paraît chez A. Moetiens.

5 Voir Yves Moreau, « Jacob Spon, un savant protestant dans la République des Lettres », Chrétiens et société, 2011/1, p. 91-120, https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.2732 et Patrick Ferté, « De Paris à Padoue, le grand tour d’un universitaire proscrit par Louis xiv : Charles Patin, médecin, numismate », Les Cahiers de Framespa e-storia, 2010/6, https://doi.org/10.4000/framespa.475.

6 Curiosité qui aura la vie longue : c’est aux lecteurs « curieux » que Loïc Capron dédie sa monumentale édition : « Pour les moins péremptoires et les plus curieux, Guy Patin est l’un des plus prolixes épistoliers français du premier xviie siècle » (Avis au bienveillant lecteur, 2015-2020, éd. citée).

7 Voir la note de la reproduction de cette gravure publiée dans la Correspondance complète de Guy Patin, éd. citée, « Annexe : Préface de la première édition des Lettres (1683) et ses auteurs ».

8 « Feu Mr. Huguetan Avocat de Lion qui le connaissait particulièrement trouvait qu’il donnait de l’air à Cicéron dont on voit la statue à Rome » : « Avis au lecteur », Lettres choisies, Genève, Jean-Louis Dufour, 1683, f°IX. Nous nous appuierons sur cette édition des Lettres choisies dans les citations suivantes, dont nous modernisons l’orthographe du lexique, tout en conservant les majuscules et la ponctuation originales, ainsi que les appellatifs « Mr. » pour « M. ».

9 Lettres choisies, page de titre.

10 Le terme est notamment utilisé dans les recueils de Mazarinades, comme par exemple le Recueil de plusieurs pieces curieuses de ce temps : servant d’histoire des mouvemens arrivés en France, depuis le depart de monsieur le Prince de Condé de la Cour, & le retour de monsieur le cardinal Mazarin, jusques à present, La Haye, 1652. Voir la Bibliographie des Mazarinades : https://mazarinades.bibliotheque-mazarine.fr/.

11 Les lettres du médecin Samuel Sorbière, parues en 1660 à Paris chez François Clousier, rassemblent des pièces diverses sur la médecine, l’éloquence et l’histoire et s’intitulent Relations, lettres et discours de M. de Sorbière, sur diverses matières curieuses. Sur le goût du public de la deuxième moitié du xviie siècle pour la diversité, notamment en matière épistolaire, voir Fritz Nies, Les Lettres de Madame de Sévigné. Conventions du genre et sociologie des publics, trad. Michèle Creff, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 101.

12 Voir Nicole Jacques-Chaquin, « La curiosité, ou les espaces du savoir », Nicole Jacques-Chaquin, Sophie Houdard, (dir.), Curiosité et libido sciendi de la Renaissance aux Lumières, Fontenay-aux-Roses, ENS éditions, 1998, t. I, p. 13-32.

13 En 1623, le père jésuite François Garasse avait fait paraître une Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps ou prétendus tels, qui entendait avertir la jeunesse de la cour des dangers de la pensée libertine, incarnée par la cible de Théophile de Viau : voir Isabelle Moreau, « Guérir du sot ». Les stratégies d’écriture des libertins à l’âge classique, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 51 et sq.

14 Recueil de quelques pieces curieuses, servant à l’esclaircissement de l’histoire de la vie de la reyne Christine ensemble plusieurs voyages qu’elle a faits, Cologne, Pierre du Marteau, 1668. Voir Jean-Pierre Cavaillé, « Masculinité et libertinage dans la figure et les écrits de Christine de Suède », Les Dossiers du Grihl, 2010/1, https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.3965.

15 Jean-Marc Chatelain, La Bibliothèque de l’honnête homme. Livres, lecture et collection en France à l’âge classique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003, p. 89. Sur la curiosité dans l’écriture privée au xviie siècle, voir Hélène Merlin, « Curiosité et espace particulier au xviie siècle », Curiosité et libido sciendi de la Renaissance aux Lumières, op. cit., t. I, p. 109-135.

16 Voir le recueil de Pierre Ortigue de Vaumorière, cité en introduction du présent numéro : Lettres sur toutes sortes de sujets, avec des avis sur la manière de les écrire, t. II, Paris, J. Guignard, 1690.

17 Voir « Jacob Spon et Charles Patin, premiers éditeurs des Lettres choisies de feu M. Guy Patin », éd. Loïc Capron.

18 « Avis au lecteur », Lettres choisies, F°VIII v°.

19 F° XIV r°.

20 Voir Hans Bots, Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Belin, 1997, p. 113.

21 F°VII, v°.

22 Sur l’évolution de l’urbanité du xvie au xviie siècle comme qualité stylistique associant l’affabilité et élégance, voir Roger Zuber, Les Belles infidèles, Paris, Albin Michel, 1995 [1968], p. 400-413.

23 F°XV r°.

24 Voir Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon. Janvier 1649-février 1655, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 151-181.

25 F°XII r°-F°XIII r°.

26 Voir Suzanne Duval, « Un siècle épistolaire par le menu. La table des matières dans les recueils de lettres imprimés du xviie siècle », dans Lise Charles, Aude Leblond et Matthias Sieffert (dir.), « S’asseoir à la table ». La table des matières, du Moyen Âge à nos jours, Fabula / Les colloques, 2021, DOI : http://www.fabula.org/colloques/document7266.php.

27 Voir Marie-Madeleine Fragonnard, « S’illustrer en publiant ses lettres (xvie-xviie siècles) », RHLF, 2012/4, vol. 112, p. 793-812.

28 Samuel Sorbière, Lettres et discours sur diverses matières curieuses, éd. citée, « Au lecteur », Fo XI vo.

29 Celle-ci a été étudiée par Yves Moreau dans sa thèse de doctorat présentée le 8 juillet 2013 à l’Université Lyon 3 : Édition critique de la correspondance de Jacob Spon (1647-1685). Loïc Capron a extrait de cette thèse les extraits de 9 lettres de Charles Patin à Jacob Spon, datées de 1677-1679, qui portent sur l’édition du recueil des Lettres choisies : « Jacob Spon et Charles Patin, premiers éditeurs des Lettres choisies de feu M. Guy Patin », éd. citée.

30 Charles Patin à Jacob Spon, 2 mai 1677, éd. Loïc Capron.

31 Dans le présent numéro, l’article de Delphine Denis montre que la grâce de cet « ordre des temps » s’applique aussi aux recueils de lettres. Sur le goût pour l’ordre chronologique dans la fiction au xviie siècle et en particulier à partir des années 1660, voir Lise Charles, Les Promesses du roman. Poétique de la prolepse sous l’Ancien Régime (1600-1750), Paris, Garnier, 2021, p. 233-257.

32 « Avis au lecteur », F°XI r°.

33 CLXXIX, à AFCMDR, 20 mars 1670, p. 483. Dans cette citation et les suivantes, nous donnerons systématiquement le passage correspondant dans la correspondance authentique de Guy Patin éditée par Loïc Capron : L. 978, à André Falconet, éd. citée.

34 Sur cette typologie épistolaire, voir Cécile Lignereux, « L’art épistolaire de l’âge classique comme champ d’application du savoir rhétorique », Exercices de rhétorique, 6, 2016, http://journals.openedition.org/rhetorique/441.

35 Sur la nécessité rhétorique pour la lettre de nouvelles de relater des faits non connus du destinataire, voir Delphine Denis (éd.), « De L’Air galant » et autres conversations (1653‑1684). Pour une étude de l’archive galante, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 141-158, et Laure Depretto, Informer et raconter dans la correspondance de madame de Sévigné, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 61.

36 Paul Jacob, Le Parfait Secretaire, ou la maniesre d’escrire et de respondre à toutes sorte de lettres, par Preceptes & par Exemples, Paris, Antoine de Sommaville, 1646, p. 160.

37 Ibid., p. 162.

38 Ibid., p. 165.

39 Guy Patin s’était d’ailleurs lui-même livré au plaisir de rassembler des ana : voir l’édition de ces écrits privés par Loïc Capron : « Ana de Guy Patin », éd. citée. Sur la mode des recueils d’anecdotes à l’époque classique, voir Karine Abiven, L’anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. De Tallemant Des Réaux à Voltaire (1650-1750), Paris, Garnier, 2015. La correspondance de Madame de Sévigné offre un autre exemple de la prégnance de la forme anecdotique dans l’écriture épistolaire du xviie siècle : voir l’ouvrage de Laure Depretto déjà cité, ainsi que Cécile Lignereux, « Vers une typologie des anecdotes galantes de Mme de Sévigné », Littératures classiques, 2012/2, n°78, p. 97-110, et de Karine Abiven, « L’exemplum : un modèle opératoire dans la lettre familière », Exercices rhétoriques, 2016, n°6, https://doi.org/10.4000/rhetorique.431.

40 Le Journal des sçavants, 1665, « L’imprimeur au lecteur », F°I r°.

41 LVI, à CSDM, 15 décembre 1654, p. 183. Éd. Loïc Capron, L. 267, à Charles Spon, le 22 septembre 1651.

42 VI, à CSDM, 12 septembre 1645, p. 21. Éd. Loïc Capron, L. 126, à Charles Spon.

43 Ibid. p. 22.

44 Le premier numéro du Journal des sçavants fait de la nécrologie l’une de ses principales rubriques : « quand il viendra à mourir quelque personne célèbre par sa doctrine et par ses ouvrages, on en fera l’Éloge, et on donnera un Catalogue de ce qu’il aura mis au jour, avec les principales circonstances de sa vie », op. cit., F°I r°.

45 XV, à CSMDR, 13 juillet 1649, p. 58. Éd Loïc Capron, L. 187, à André Falconet.

46 XLV, à AFCMDR, 25 novembre 1653, p. 151. Éd. Loïc Capron, L. 332, à André Falconet.

47 L’expression est attestée plusieurs fois dans sa correspondance : voir lettres 319, 328, 367. Sur l’hostilité de Guy Patin à Théophraste Renaudot eu égard à ses activités de gazetier, voir Claude Bellanger (dir.), Histoire générale de la presse française, t. I, Paris, PUF, 1969, p. 124 et Loïc Capron, « Un miroir du mépris : Guy Patin contre Théophraste Renaudot (1638-1648) », Folia Litteraria Romanica 15, 2020, https://doi.org/10.18778/1505-9065.15.09.

48 Dans son édition critique de la correspondance de Guy Patin et Charles Spon, Laure Jestaz souligne les nombreuses affinités qui existent entre la forme de la lettre galante telle que la théorise Madeleine de Scudéry et l’art épistolaire de Patin : Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, op. cit., p. 345.

49 Madeleine de Scudéry, « De la lettre galante », conversation publiée pour la première fois dans Clélie, histoire romaine. Seconde partie, 1655, éd. citée de Delphine Denis, « De L’Air galant » et autres conversations, p. 153.

50 Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, op. cit., en particulier p. 30-50.

51 XIII, à GDM, le 18 juin 1649, p. 48. Éd. Loïc Capron L. 182, à Henri Gras. Voir l’intéressante confrontation du point de vue de Guy Patin sur le Prince de Condé avec celui des mémoires du Cardinal de Retz dans la note 1 de la L. 175.

52 XLIX, à CSMDR, 1er mai 1654, p. 166. Éd. Loïc Capron L.  345, 10 avril 1654, à Charles Spon. Sur ce passage voir Laure Depretto, Informer et raconter dans la correspondance de madame de Sévigné, op. cit., p. 250. Il convient de préciser que dans ce passage des Lettres choisies, les éditeurs suppriment une pointe latine présente dans la lettre authentique, qui laisse peut-être entendre un lien entre l’impiété de Christine de Suède et son abdication : « latet anguis in herba » [un serpent est caché sous l’herbe], extrait d’un vers des Bucoliques de Virgile (III, v. 92). Sur ces accusations euphémisées et allusives chez Guy Patin, voir la suite du présent article.

53 On peut cependant distinguer l’attitude épistolaire de Guy Patin, qui se moque des interprétations surnaturelles des événements météorologiques mais les mentionne cependant dans ses lettres en les accompagnant parfois de commentaires, de celle de madame de Sévigné, qui ne s’y attarde quasiment pas : Laure Depretto, Informer et raconter dans la correspondance de madame de Sévigné, op. cit., p. 252.

54 CXXVI, à AFCMDR, 30 décembre 1664, p. 369. Éd. Loïc Capron L. 805.

55 Voir par exemple Le Facetieux resveil matin des esprits melancoliques, Paris, Leyde, David Lopez de Haro, 1643, recueil anonyme de récits facétieux situés pour certains dans la ville de Paris.

56 XI, à CSCMDR, 14 mai 1649, p. 43-44. Éd. Loïc Capron, L. 176, à Charles Spon.

57 Goût que l’on retrouve chez Madame de Sévigné, mais les réflexions morales de l’épistolière, de son cru dans l’immense majorité des cas, sont en langue vulgaire : voir Cécile Lignereux, « Vers une typologie des anecdotes galantes de Mme de Sévigné », article cité.

58 Voir Ann Moss, Les recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, Genève, Droz, 2002.

59 Lettre 237, à Charles Spon, 26 juillet 1650, éd. Loïc Capron. Dans cette citation et les suivantes, nous reproduisons entre crochets la traduction et les références des citations latines données en note dans cette édition.

60 XV, à CSDM, 13 juillet 1649, p. 60-61.

61 CXXXIII, à AFCMDR, 28 juillet 1665, p. 380. Éd. Loïc Capron, L.826, à André Falconet, 30 juin 1665.

62 Voir Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, op. cit, p. 203-296.

63 LXXXII, à CSCMDR, 19 septembre 1659, p. 268. Éd. Loïc Capron, L. 579, à Charles Spon.

64 VI, à CSDM, 12 septembre 1645, p. 23. Éd. Loïc Capron L. 126, À Charles Spon.

65 LXVIII, à AFCMDR, 18 août 1657, p. 219. Éd. Loïc Capron, L. 488, à Charles Spon, 10 août 1657.

66 Voir sur ce point Gianluca Mori, « Guy Patin l’anti-moderne : Hobbes, Gassendi et Descartes dans le Theophrastus redivivus », Preprint 1, 15 juin 2020.

67 Lettres choisies, « Au lecteur », F°VI, R°.

68 CXCVI, à AFCMDR, 22 janvier 1672, p. 521. Éd. Loïc Capron, L.l015, à André Falconet.

69 Voir CLXVI, à AFCMDR, 28 août 1668, p. 454. Éd. Loïc Capron L.142, à André Falconet.

70 CXXXVII, à AFCMDR, 13 octobre 1665, p. 391. Éd. Loïc Capron, L. 840, à André Falconet.

71 XXI, à CSCMDR, 4 février 1650, p. 82. Éd. Loïc Capron, L. 216 à Charles Spon.

72 XIV, à CSDM, 18 juin 1649, p. 53-54. Éd. Loïc Capron, L. 183, à Charles Spon.

73 XLVI, à CSDM, 30 décembre 1653, p. 155. Éd. Loïc Capron, L. 333, à Charles Spon, 5 décembre 1653.

74 XLVIII, à CSDM, 20 mars 1654, p. 164. Éd. Loïc Capron, L.344, à Charles Spon. La préface du recueil mentionne cette expression de Guy Patin, en précisant qu’il s’agissait de sa part d’une véritable collecte : « Il avait dressé un registre fort gros de ceux que l’Antimoine avait tués, et il l’appelait, le Martyrologe de l’Antimoine ». « Avis au lecteur », F° XVIII, v°.

75 CLXII, à AFCMDR, 20 septembre 1669, p. 464. Éd. Loïc Capron L. 966, à André Falconet.

76 CIV, à AFCMDR, 21 septembre 1661, p. 318. Éd. Loïc Capron, L. 713, à André Falconet.

77 LXIII, à CSCMDR, 22 février 1656, p. 201. Éd. Loïc Capron, L. 433, à Charles Spon.

78 XLV, à AFCMDR, 25 novembre 1653, p. 151. Éd. Loïc Capron, L. 332, à André Falconet.

79 XXVIII, à AFCMDR, 4 octobre 1650, p. 98-99. Éd. Loïc Capron, L. 245, à André Falconet.

80 LX, À CSDM, 21 sept 1655, p. 194. Éd. Loïc Capron, L. 415, à Charles Spon.

81 CXXXIII, à AFCMDR, 28 juillet 1665, p. 378-379. Éd. Loïc Capron, L.826, à André Falconet, 30 juin 1665.

82 XIII, à GDM, le 18 juin 1649, p. 48. Éd. Loïc Capron L. 182, à Henri Gras.

83 XCVI, à AFCMDR, 22 février 1661, p. 303. Éd. Loïc Capron, l. 672, à André Falconet, 25 février 1661.

84 XIV, à CSDM, 18 juin 1649, p. 57. Éd. Loïc Capron, L. 183, à Charles Spon.

85 Lettre 183, éd. citée.

86 Voir « Jacob Spon et Charles Patin, premiers éditeurs des Lettres choisies de feu M. Guy Patin », éd. Loïc Capron.

87 Selon la formule de Fritz Nies, qui caractérise ainsi le goût du lectorat mondain depuis les années 1660 : Les Lettres de Madame de Sévigné. Conventions du genre et sociologie des publics, op. cit., p. 95.

88 Voir Françoise Waquet, « Guy et Charles Patin, père et fils, et la contrebande du livre au xviie siècle à Paris », Journal des savants, 1979, p. 125-148.

89 Charles Patin à Jacob Spon, 3 avril 1677, extrait de lettre édité dans « Jacob Spon et Charles Patin, premiers éditeurs des Lettres choisies de feu M. Guy Patin », éd. Loïc Capron.

90 Ibid.

91 Charles Patin à Jacob Spon, 2 mai 1677, ibid.

92 Ibid.

93 Stratégie qui ne s’avérera pas gagnante, puisque la Faculté de médecine de Paris, scandalisée par les médisances de Guy Patin contre ses membres dans le recueil des Lettres choisies, ne réintègrera pas Charles Patin dans ses rangs bien que ce dernier nie en être l’éditeur dans une lettre au Doyen Claude Puilon datée du 1er juin 1686 (citée dans ibid.). Charles Patin « mourut à Padoue le 23 octobre 1693 sans avoir remis le pied en France » : « Déboires de Carolus », ibid.

94 Quelques exemples : L. 290, à Charles Spon, 18 juin 1652. L. 367, à Charles Spon, 4 septembre 1654. L. 434, à André Falconet, 22 février 1656.

95 Voir le détail de la fabrication de cette lettre dans l’appareil critique de la L. 434 à André Falconet, le 22 février 1656, éd. Loïc Capron.

96 Lettre LXIII, à CSCMDR, le 22 février 1656, p. 202-203.

97 CXXIII, à CSCMDR, le 14 septembre 1664, p. 365-366. Éd. Loïc Capron, L. 796, à André Falconet.

98 CXXXIV, à AFCMDR, p. 384-385, le 18 septembre 1665. Éd. Loïc Capron, L. 834, à André Falconet.

99 XV, à CSDM, 13 juillet 1649, p. 60. Éd Loïc Capron, L. 187, à André Falconet.

100 Voir René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, 2000 [1943], Slatkine, Genève, 2000, p. 327, et Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, op. cit, p. 92-120. La préface du recueil écarte de la même manière l’accusation de libertinage, en l’expliquant par le goût innocent de Patin pour Rabelais : « On dit qu’il avait commenté cet Auteur, et qu’il en savait tout le fin. C’est ce qui le fit accuser d’être un peu libertin. La vérité est qu’il ne pouvait souffrir la bigoterie, la superstition, et la forfanterie : mais il avait l’âme droite et le cœur bien placé […] », « Avis au lecteur », F°VII, v°.

101 IX, à AFCMDR, le 27 août 1648, p. 38. Éd. Loïc Capron, L.159, à André Falconnet.

102 René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, op. cit., p. 317.

103 « L’équivocité des signes rend possible ce procédé de diversion ou de leurre sans mensonge, et elle peut être travaillée systématiquement de manière à ce que l’auditeur soit maintenu dans l’ignorance, embarrassé ou abusé, alors que le locuteur reste en accord avec lui-même : il suffit que, par un biais au moins, ce qu’il signifie réponde à sa pensée. » (Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto. Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 16)

104 Voir Henri Busson, La Pensée religieuse française de Charron à Pascal, Paris, Vrin, 1933, p. 467-468.

105 LXIV, à AFCMDR, le 6 octobre 1656, p. 205. Éd. Loïc Capron, lettre 445.

106 Dont l’édition numérique est actuellement en cours de publication : http://patin.ehess.fr. Les thèses de Guy Patin sont éditées sur le site de Loïc Capron.

107 Gianluca Mori, « À la recherche du nouveau Théophraste : Guy Patin redivivus », article cité.

108 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV. Œuvres historiques, éd. René Pomeau, Paris, Gallimard, 2000 [1957], p. 1192. Texte cité dans l’éd. de Loïc Capron : « Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Gravure du recueil de 1683 édité à Genève (donnée pour Frankfort dans l’édition) chez J-L. Du Four et à La Haye chez A. Moetiens.
URL http://journals.openedition.org/aes/docannexe/image/4615/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Duval, « Un recueil pour les curieux : savoirs en morceaux dans les Lettres choisies de Guy Patin (1683) »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4615

Haut de page

Auteur

Suzanne Duval

Laboratoire LISAA, Université Gustave Eiffel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search