Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17L’« ordre des temps » dans les Ch...

L’« ordre des temps » dans les Chroniques du Samedi (1653-1654)

Delphine Denis

Résumés

Le recueil manuscrit des Chroniques du Samedi regroupe des lettres et des poésies échangées dans le cercle de Madeleine de Scudéry, entre septembre 1653 et février 1654. L’article se penche sur la manière dont s’y règle l’« ordre des temps », en surimpression des rencontres hebdomadaires du groupe dont l’ouvrage entend conserver la trace et projeter l’image.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, (...)
  • 2 Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leurs amis, Chroniques du Samedi. Suivies de pièces diverse (...)
  • 3 On y trouve aussi le long poème burlesque Dulot vaincu de Jean-François Sarasin, dont la première l (...)
  • 4 « Mademoiselle de Scudéry se trouve tous les samedis chez une de nos amies, on appelle le Samedi, l (...)
  • 5 Une soixantaine de textes de Madeleine de Scudéry, une cinquantaine de Pellisson, dix-neuf de Conra (...)

1Dans le chapitre des Historiettes qu’il consacre à Madeleine de Scudéry, Tallemant des Réaux écrit : « Pellisson fait un recueil où il met toutes les lettres et tous les vers sans rien corriger. J’en tire ce qu’il y a de meilleur. Cela s’appelle les Chroniques du Samedi »1. Paul Pellisson est en effet le maître d’œuvre de ce recueil manuscrit, constitué entre la fin de l’été 1653 et le printemps 1654, ensemble auquel il a lui-même donné ce titre2. Il réunit des lettres et des poésies fugitives3 échangées au sein du groupe des amis de Madeleine de Scudéry4. Épistoliers et poètes sont identifiés par des pseudonymes très souvent empruntés au roman d’Artamène ou Le Grand Cyrus, dont la dernière partie paraît en 1653. Leur présence dans le recueil est très inégale : ce sont les échanges entre Scudéry (Sapho) et Pellisson (Acante) qui en occupent l’essentiel5. Le samedi, les familiers de la romancière se retrouvent au domicile qu’elle partage avec son frère Georges, dans le Marais, puis dans le même quartier, chez Jeanne Aragonnais ou Angélique Bocquet.

  • 6 La pagination est postérieure, mais Pellisson comptait bien y renvoyer : l’une de ses notes comport (...)
  • 7 Sur les « Recueils Conrart », voir Danielle Muzerelle, « Le recueil Conrart à la Bibliothèque de l’ (...)

2L’ensemble se présente sous la forme d’un ouvrage relié6, comportant 276 feuillets manuscrits, aux marges réglées de manière à cadrer la copie. Celle-ci, très aisément lisible, est de la main du sieur Girard, secrétaire de Pellisson. C’est ce dernier « qui a le soin du recueil » (Chroniques du Samedi, note marginale p. 166), et à qui l’on doit l’inscription des intitulés des pièces ; la copie occupe les feuillets recto, tandis qu’au verso du feuillet précédent figurent des notes de Pellisson, portant sur la page en regard. Ponctuellement, Scudéry elle-même est intervenue dans le manuscrit, pour biffer ou remplacer toute référence à son frère récemment brouillé avec Pellisson. Enfin, ponctuellement là encore, Pellisson apporte des corrections à la copie de Girard. Matériellement, le volume forme donc une unité close, à la différence des feuilles volantes que rassemble Conrart dans le même temps7 : il n’est pas fait pour une lecture de feuilletage, butineuse, ce que confirme une remarque de Pellisson (« vous avez vu, s’il vous en souvient, en un autre endroit de ces Chroniques qu’un samedi au soir… », p. 168).

  • 8 À l’entrée « chroniqueur », Furetière précise « ce mot est vieux et ironique » : c’est bien par jeu (...)
  • 9 Une note marginale en détaille le fonctionnement : « Il est vraisemblable que dans quelques années (...)

3Le choix du titre expose à lui seul l’organisation du recueil, déterminée a minima par la chronologie. Une chronique, c’est tout simplement une « Histoire selon l’ordre des temps », indique le Dictionnaire de Furetière, remarquant qu’« on ne le dit guère que des vieilles Histoires ». Le terme, retenu par Pellisson cum grano salis8, affirme ainsi l’intention de fidélité à la succession chronologique des pièces retenues. Une macro-organisation leur préside factuellement, celle des réunions hebdomadaires du cercle Scudéry : mais le recueil veille à effacer les césures d’une rencontre à l’autre, donnant le plus souvent l’image d’échanges continués par-delà cette périodicité. À cela deux raisons factuelles : d’une part, le groupe des habitués réside dans un périmètre rapproché, ce qui permet les allées et venues des valets en attente de la réponse à la missive qu’ils viennent d’apporter ; d’autre part, depuis peu, un système de poste rapide et fréquent, régulièrement utilisé par les épistoliers, avait été mis en place dans Paris par le comte de Villayer9. Ce sont ainsi des échanges tout au long de la semaine, et parfois dans la même journée, que consigne le recueil.

  • 10 Voir Geneviève Haroche-Bouzinac, « “Billets font conversation”. de la théorie à la pratique : l’exe (...)
  • 11 Pellisson a opéré un tri notable dans cet ensemble de lettres : le Recueil Conrart (Ms. 5414, f. 51 (...)

4La forme libre du billet, dégagé des conventions épistolaires, vaut pour conversation10 ou prolongation d’une rencontre du samedi ; épigrammes et madrigaux se répondent parfois en flux tendu, formant des séquences isolables. Ainsi d’un petit ensemble constitué à l’occasion d’un présent que Conrart avait fait un samedi à son amie, d’un cachet de cristal gravé de leurs initiales (précision que Pellisson fournit en note) : Scudéry l’en remercie en vers, Conrart enchaîne par une « réponse au madrigal » reprenant quelques rimes du précédent et renchérissant sur les qualificatifs de « joli » et « poli » dont elle avait qualifié l’objet ; cette pièce en vers lui vaut une épigramme de neuf vers, suivi d’une nouvelle « réponse » – tous les titres sont de la main de Pellisson – marquant, en six vers, la fin de l’échange rimé, que prolonge enfin, sur le même thème, un long billet de Sapho à Théodamas (p. 87-89). Se forment aussi, ponctuellement, de petits cycles épistolaires : autour de Conrart souffrant (p. 85-90), de deux projets de voyage d’Isarn en Angleterre (p. 105-113 puis 149-153), d’une correspondance entre Godeau et Scudéry, de Vence à Paris (p. 219-223)11, ou d’un échange de billets acrostiches entre Pellisson et Scudéry (p. 94 et 114).

  • 12 À la différence de la correspondance entre Godeau et Scudéry conservée dans le Recueil Conrart.
  • 13 « Argument. Acante ayant reçu le billet de Sapho fit semblant d’être parti, écrivit la lettre qui s (...)
  • 14 « Cette lettre est hors de son véritable lieu, puisqu’il s’y parle de la journée des madrigaux qui (...)
  • 15 Scudéry lui envoie un ensemble de « tous les précédents billets pour les faire écrire » (p. 131). C (...)
  • 16 « C’est comme [i. e. “en quelque sorte”] l’argument de quelques vers et de quelques billets mis ens (...)
  • 17 Rien ne marque en revanche la fin de la séquence, à laquelle succède abruptement un billet de Pelli (...)
  • 18 On a vu cependant qu’il opère des sélections : telle « bagatelle » (sic) sortie de sa plume et envo (...)
  • 19 « L’histoire de ce billet est que… » (p. 78), « Théodamas étant allé au Samedi, en se retirant donn (...)

5Mais le recueil n’est pas un minutier, il s’en faut de beaucoup. On l’a dit, la désignation des auteurs se fait sous la forme médiatisée des pseudonymes qui ont cours dans le groupe : les échanges bien réels dans cette petite communauté sont présentés à distance de leur factualité. De la même manière, aucune suscription ne permet de dater les billets12. Une seule lettre des Chroniques fait exception : « Acante à Sapho, de Pontoise ce 18 ou 19ème novembre 1653 » (p. 138). Mais il s’agissait en réalité d’une innocente supercherie de Pellisson – de laquelle l’aberrante hésitation de date pouvait alerter son amie – qui n’avait jamais quitté Paris, comme s’en explique la note qu’il attache dans le recueil à la suscription13. C’est donc parce qu’elle est de pure feinte que cette indication figure dans le billet. Quant à la superposition entre succession des textes et « ordre des temps », elle est parfois déjouée, ou tout au moins déclarée indifférente : ainsi, s’arrêtant sur un billet qui est « hors de son véritable lieu », Pellisson affirme avec désinvolture, en marge, que « cela ne gâte rien »14. Le « Chroniqueur » n’est ici guère sourcilleux. Mais c’est qu’il procède la plupart du temps en rassemblant par « paquets » (sic) les vers et billets qu’il a regroupés ou qu’on lui a transmis15, selon qu’ils appartiennent à la même série d’échanges. Il arrive qu’il juge utile de s’en expliquer, comme dans un argument – rédigé cette fois par Conrart – pour débrouiller l’intrigue de quelques échanges malicieux entre Scudéry et Donneville (Méliante)16. Ce long exposé annonce alors la série des textes consignés, présentés dans l’ordre de leur composition : « toutes ces pièces se trouveront ici de suite » (p. 53)17. La démarche de Pellisson est celle d’un archiviste, faisant copier les pièces les unes à la suite des autres sans aucune suture18 et reléguant dans les marges du texte le bref récit d’accompagnement qui les éclaire19.

  • 20 « Ce n’étaient que défis, que réponses, que répliques, qu’attaques, que ripostes. La plume passait (...)
  • 21 Ms. 5154 et 5131 Rés.

6C’est un autre dispositif d’énonciation qu’il met en place dans la longue séquence de la Journée des madrigaux (p. 166-182), recueil dans le recueil d’une trentaine d’enjoués impromptus, composés pendant un samedi de décembre 1653 où soufflèrent « les inspirations d’Apollon » (167)20. Cet ensemble est doté d’un titre dont la seconde partie ne laisse pas de dérouter : « LA JOURNÉE DES MADRIGAUX. Fragment tiré des Chroniques du Samedi » (p. 166). Si le sous-titre (« fragment tiré de ») est pertinent pour toute copie ultérieure, comme dans les Recueils Conrart où l’ensemble figure sous ce titre21 ou dans celui de Tallemant, il ne manque pas de surprendre au sein des Chroniques elles-mêmes. Il attire en tout cas l’attention sur le caractère organique de cette longue séquence, qui constitue un ensemble autonome dans le volume. À la différence des autres poésies des Chroniques, en effet, les madrigaux sont encadrés par un récit qu’assure le « Chroniqueur » (auto-désigné p. 166), revenant avec humour sur la tâche qui lui incombe : « Mais afin que je puisse vous raconter plus exactement ce qui se passa en cet assaut de réputation et quel en fut le sujet, je me sens ici obligé, à la façon des historiens célèbres, de reprendre les choses d’un peu plus haut » (p. 168).

7Pellisson, tout à la fois témoin et acteur, conduit son récit sans s’y mettre en scène autrement qu’à la troisième personne, sous son nom d’Acante, mais ne s’en absente pas pour autant : la P1, qu’on y rencontre de loin en loin, est avec le présent d’actualité la trace de l’énonciation d’un narrateur fidèle aux événements, interpellant le destinataire anonyme de cette Journée des madrigaux tout à la fois comme lecteur singulier du fragment circulant de mains en mains et instance collective dans laquelle les membres du cercle Scudéry se reconnaîtront aussi comme protagonistes. Au récit-cadre borné par le mot « FIN » succède le retour au régime de l’archive, avec la succession d’un ensemble de « vers faits ensuite de la Journée des madrigaux (p. 182), regroupant une quinzaine de courtes poésies composées dans la foulée par quelques fidèles du groupe (Conrart, Donneville, Isarn) qui, absents, n’avaient pu participer à cette après-midi. Ce samedi d’hiver, « une heure vit naître tous ces vers » (p. 181), qui se succédèrent « en salve » (ibid.) et se répondaient parfois du tac au tac, formant entre eux « une espèce de dialogue » (p. 178). Se contenter de les juxtaposer n’aurait pas restitué le climat d’effervescence de cette joute poétique : le récit au contraire peut rendre compte du rythme serré où les madrigaux s’échangèrent, en les articulant sous forme de brèves séquences au moyen de connecteurs temporels (alors, ensuite, soudain, tout de suite).

  • 22 En note marginale : « Argument de ce qui suit. En une conversation du Samedi, Sapho ayant fait sur (...)

8L’ordre des temps, ici contracté au maximum et isolé par son dispositif titulaire ainsi que le bornage d’aval, et son régime énonciatif (la narration-cadre motivant l’archive), obéit enfin, dans l’ensemble des Chroniques, à une détermination propre où s’origine la constitution même du recueil : le parcours de Pellisson depuis Nouvelle-Amitié jusqu’au pays de Tendre où règne Sapho. Au moment où s’ouvre le recueil, Pellisson ne connaît Scudéry que depuis quelques semaines. Il l’a rencontrée à la fin de l’été 1653, par l’intermédiaire de Conrart, leur ami commun. La correspondance entre Sapho et Acante, qui est au cœur des Chroniques, ne s’engage qu’après quelques billets que Pellisson a pris soin de faire copier. Dans la toute première missive, Scudéry fait part à Conrart de l’estime dans laquelle elle tient les poésies de Pellisson que son ami lui a fait lire ; ce dernier lui transmet la lettre élogieuse de la romancière, ce qui lui en vaut une de Pellisson, témoignant sa reconnaissance devant « des compliments si obligeants d’une dame la plus admirable qui soit aujourd’hui » (p. 50), et lui demandant d’intercéder en sa faveur pour qu’elle accepte ses remerciements de vive voix ; Scudéry écrit à Conrart pour proposer à Pellisson de le recevoir (p. 51-52). Il faut encore attendre plusieurs billets pour lire la première missive écrite directement d’Acante à Sapho. À Pellisson qui espère gagner son amitié, Scudéry demande six mois (p. 68) pour en éprouver le « progrès […] dans [son] affection » (p. 51) : « ces six mois sont le fondement de beaucoup de choses dans les billets suivants », note le Chroniqueur en marge du billet. À mots couverts, elle l’acceptera en février 1654 (p. 240, 246 et 255) au rang des « tendres amis » qu’elle avait distingués, dans une conversation du samedi, des « particuliers amis »22.

  • 23 Voir p. 139, et p. 239-242. Les Recueils Conrart conservent de nombreuses pièces en relation avec l (...)
  • 24 La romancière multiplia les démarches en sa faveur lors de son emprisonnement de cinq ans à la Bast (...)
  • 25 Voir Myriam Maître, « Sapho, reine de Tendre : entre monarchie absolue et royauté littéraire », dan (...)

9De billets en madrigaux, le lecteur des Chroniques découvre ainsi la progression de Pellisson vers cette amitié tendre à laquelle il aspire. Or, le parcours, passés les premiers échanges de civilité, prend la forme allégorique d’un voyage par étapes le long d’un chemin dessiné – au sens littéral – par la romancière, dans la première version de la Carte de Tendre qu’elle propose un samedi à ses amis. Les Chroniques en livrent ainsi la genèse, avant sa parution dans la première partie de Clélie (1654) sous la forme d’une gravure de François Chauveau encartée dans le volume. À partir de Nouvelle-Amitié, le chemin vers Tendre suit les étapes de Jolis-Vers, Billets-galants, Petits-Soins et autres villages placés sur la Carte. À cette lumière, les Chroniques peuvent aussi se lire comme un carnet de voyage allégorique, régulièrement commenté avec enjouement par les deux intéressés23. Si l’authenticité de la relation entre Scudéry et Pellisson ne fait aucun doute24, c’est dans le cadre collectif des familiers du Samedi que prend forme le lien interpersonnel, autour de Sapho, « reine de Tendre »25. Pellisson, nouveau venu dans le cercle, le rend à ce même public en en consignant le progrès dans les Chroniques, à bonne distance de l’intimité des cœurs.

  • 26 Antoine Furetière, qui n’est pas autrement l’ami de Scudéry, l’a très vraisemblablement eu en mains (...)
  • 27 « Pour entendre ce billet, il faut savoir que… » (p. 59), « ce billet fut écrit sur ce que… » (p. 6 (...)
  • 28 Ainsi par exemple de cette note marginale : « allusion à la pièce intitulée Pompe funèbre de M. de (...)

10Le recueil manuscrit, de fait, n’est pas un album privé : il circule dans le groupe, on le montre à un public choisi, Pellisson en prévoit les futures copies, pour lesquelles il donne des consignes. De cette circulation plus ou moins maîtrisée26, ses notes sont le plus patent témoignage. Parfaitement inutiles aux fidèles du Samedi, elles éclairent pour les autres le contexte de composition des lettres et des billets (c’est le rôle des « arguments »), identifient nommément les personnes dont il est question, lèvent les allusions27. Pour « entendre » ces pièces fortement ancrées dans les conditions de leur composition, le lecteur des Chroniques doit non seulement être au fait de ces circonstances, mais encore partager le « savoir » du cercle Scudéry, fait de lectures partagées28, d’intérêts communs, d’interactions : un savoir de connivence, qui scelle le groupe.

  • 29 « Documents inédits sur la société et la littérature précieuses », Revue d’Histoire Littéraire de l (...)
  • 30 Voir Delphine Denis, Le Parnasse galant. Institution d’une catégorie littéraire au xviie siècle, Pa (...)

11Dans un article publié au tout début du xxe siècle, Louis Belmont, commentant le recueil avec condescendance, le qualifie de « mémorial » de la grande époque des Samedis29. À condition de prendre la mesure de tout le travail de figuration opéré dans les Chroniques, et donc de ne pas les lire comme simples documents, le terme est juste : Pellisson, Conrart et Scudéry entendent bien garder trace des productions émanant du cercle, à la croisée des pratiques de sociabilité mondaine et des activités littéraires qui caractérisent les rencontres du samedi. Se dessine ainsi l’image d’un groupe, ou pour mieux dire son ethos collectif, qui donne au recueil sa profonde unité. L’enjouement, l’hybridité générique, la polyphonie de ces échanges entre épistoliers-poètes sont la signature esthétique de la littérature galante, dont Madeleine de Scudéry et ses amis, illustrent – voire inventent, dans le sillage de Vincent Voiture – les formes nouvelles au tournant du siècle30.

Haut de page

Notes

1 Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1960-1961, t. II, p. 691. Tallemant fait allusion au recueil manuscrit qu’il prépare lui-même (Ms. La Rochelle 672, f. 239 sq. pour les pièces extraites des Chroniques).

2 Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leurs amis, Chroniques du Samedi. Suivies de pièces diverses (1653-1654), éd. Alain Niderst, Delphine Denis et Myriam Maître, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 166. Nous nous référons à cette édition dans la suite de l’article. Sur ce recueil, voir aussi Delphine Denis, « Les Chroniques du Samedi de Madeleine de Scudéry : du recueil à l’œuvre collective », Seventeenth-Century French Studies, vol. 24, 2002, p. 1-15.

3 On y trouve aussi le long poème burlesque Dulot vaincu de Jean-François Sarasin, dont la première lecture avait été faite dans le cercle Scudéry.

4 « Mademoiselle de Scudéry se trouve tous les samedis chez une de nos amies, on appelle le Samedi, les petites assemblées qui se font en ce lieu-là. Les Chroniques du Samedi sont un livre de billets, de vers et de quelques pièces de galanterie de cette société-là » (Recueil Conrart, Ms. 5131 Rés.). Pour une présentation de ce cercle, voir l’introduction des Chroniques, éd. citée, p. 8-14, et Jean Mesnard, « Mademoiselle de Scudéry et la société du Marais », Mélanges Georges Couton, Lyon, P.U.L., 1981, p. 169-188.

5 Une soixantaine de textes de Madeleine de Scudéry, une cinquantaine de Pellisson, dix-neuf de Conrart (Théodamas). Suivent, par ordre décroissant de fréquence, le poète Samuel Isarn (Thrasile), Jacques de Ranchin (Thircis), l’évêque de Vence Antoine Godeau (le Mage de Sidon), Jean-Georges de Garaud-Duranti de Donneville (Méliante).

6 La pagination est postérieure, mais Pellisson comptait bien y renvoyer : l’une de ses notes comporte l’indication d’une page en attente de sa numérotation (p. 162).

7 Sur les « Recueils Conrart », voir Danielle Muzerelle, « Le recueil Conrart à la Bibliothèque de l’Arsenal », dans Bernard Beugnot (dir.), Les Usages du manuscrit, xviie Siècle, n° 192 (juillet-sept. 1996), p. 477-487, et Nicolas Schapira, Un Professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003, chap. vii. Les Recueils Conrart intègrent une partie des pièces contenues dans les Chroniques, ainsi que d’autres émanant du cercle Scudéry à la même période (Ars. Ms 5414 et 5131 Rés.).

8 À l’entrée « chroniqueur », Furetière précise « ce mot est vieux et ironique » : c’est bien par jeu avec ce genre historiographique que Pellisson a baptisé le recueil de la sorte.

9 Une note marginale en détaille le fonctionnement : « Il est vraisemblable que dans quelques années on ne saura plus ce que c’était que la boîte des billets. M. de Villayer, maître des requêtes, avait imaginé un moyen pour faire porter des billets d’un quartier de Paris à l’autre, en mettant des boîtes aux coins des principales rues. Il avait obtenu un privilège ou don du roi pour pouvoir seul établir ces boîtes et avait ensuite établi un bureau au palais, où on vendait pour un sol pièce certains billets imprimés et marqués d’une marque qui lui était particulière. Ces billets ne contenaient autre chose sinon port payé le jour de l’an mille six cent cinquante-trois ou cinquante-quatre. Pour s’en servir il fallait remplir le blanc de la date du jour et du mois auquel vous écriviez, et après cela vous n’aviez qu’à entortiller ce billet autour de celui que vous écriviez à votre ami et les faire jeter ensemble dans la boîte. Il y avait des gens qui avaient ordre de l’ouvrir trois fois le jour et de porter les billets où ils s’adressaient » (p. 75-76).

10 Voir Geneviève Haroche-Bouzinac, « “Billets font conversation”. de la théorie à la pratique : l’exemple de Voltaire », dans Art de la lettre. Art de la conversation à l’époque classique en France, dir. Bernard Bray et Christoph Strosetzki, Paris, Klincksieck, 1995, p. 341-354. Les contemporains de Scudéry attribuaient l’origine de cette pratique à la marquise de Sablé et à la comtesse de Maure.

11 Pellisson a opéré un tri notable dans cet ensemble de lettres : le Recueil Conrart (Ms. 5414, f. 51-88) conserve en effet l’intégralité de la correspondance entre les deux épistoliers, tenue du 7 février au 27 novembre 1654. Elle figure dans l’édition citée (p. 338-373).

12 À la différence de la correspondance entre Godeau et Scudéry conservée dans le Recueil Conrart.

13 « Argument. Acante ayant reçu le billet de Sapho fit semblant d’être parti, écrivit la lettre qui suit comme si c’eût été de Pontoise, en termes équivoques pourtant et qui pouvaient faire connaître à qui voulait s’en défier qu’il était encore à Paris. » (p. 138)

14 « Cette lettre est hors de son véritable lieu, puisqu’il s’y parle de la journée des madrigaux qui était déjà passée quand cette lettre fut écrite, et qu’il y a quelques autres lettres suivantes écrites avant cette journée, mais cela ne gâte rien. » (p. 159)

15 Scudéry lui envoie un ensemble de « tous les précédents billets pour les faire écrire » (p. 131). Cf. aussi la note marginale de Pellisson, p. 65 : « ces vers et les suivants étaient dans le paquet dont il est parlé au billet précédent. Voilà pourquoi on les a ici tous mis ensemble, quoiqu’il y en eût qui fussent faits auparavant, et qu’ainsi ils pussent être rangés en un ordre plus exact ».

16 « C’est comme [i. e. “en quelque sorte”] l’argument de quelques vers et de quelques billets mis ensuite, qui est de la main de Théodamas. » (p. 52-53) Cet exposé, rapportant la brouille passagère entre Donneville et Scudéry, figure dans le texte même des Chroniques, et non en marge comme pour les notes de Pellisson.

17 Rien ne marque en revanche la fin de la séquence, à laquelle succède abruptement un billet de Pellisson à Scudéry, sans aucun rapport avec cet ensemble.

18 On a vu cependant qu’il opère des sélections : telle « bagatelle » (sic) sortie de sa plume et envoyée à son amie pour amendement n’est pas conservée (p. 217), telle épigramme de Scudéry, pourtant envoyée à Conrart (p. 85) ne figure pas non plus dans le recueil (Conrart l’a en revanche copiée : « l’épigramme du verjus » figure au f. 73 du Ms. 5131 Rés.)

19 « L’histoire de ce billet est que… » (p. 78), « Théodamas étant allé au Samedi, en se retirant donna à Sapho un papier… » (p. 87), « Acante avait laissé Alphise chez Théodamas et on lui fit la guerre au Samedi qu’il était venu avec répugnance. » (p. 95), etc.

20 « Ce n’étaient que défis, que réponses, que répliques, qu’attaques, que ripostes. La plume passait de main en main, et la main ne pouvait suffire à l’esprit. » (p. 168)

21 Ms. 5154 et 5131 Rés.

22 En note marginale : « Argument de ce qui suit. En une conversation du Samedi, Sapho ayant fait sur le sujet de l’amitié une distinction entre ses nouveaux amis, ses particuliers amis et ses tendres amis, Acante demanda de quel rang il était, et on lui dit que c’était des particuliers. Il s’avisa de demander s’il y avait bien loin de Particulier à Tendre, et si un homme qui marcherait toujours en diligence pourrait espérer d’y arriver depuis le mois de novembre où on était jusques au mois de février qui était celui où finissaient les six mois que Sapho avait pris pour l’éprouver. » (p. 126)

23 Voir p. 139, et p. 239-242. Les Recueils Conrart conservent de nombreuses pièces en relation avec la Carte. Nous les avons publiées en annexe dans notre édition critique (op. cit., p. 285-329). Voir Delphine Denis, « Les inventions de Tendre », Intermédialités, n° 4, automne 2004, p. 45-66.

24 La romancière multiplia les démarches en sa faveur lors de son emprisonnement de cinq ans à la Bastille (1661-1666), disgrâce que lui avaient valu ses liens étroits avec Foucquet.

25 Voir Myriam Maître, « Sapho, reine de Tendre : entre monarchie absolue et royauté littéraire », dans Delphine Denis et Anne-Élisabeth Spica (dir.), Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle, Actes du colloque international de Paris, 28-30 juin 2001, Artois Presses Université, 2002, p. 179-193.

26 Antoine Furetière, qui n’est pas autrement l’ami de Scudéry, l’a très vraisemblablement eu en mains, ce qui lui permet d’ironiser sur la fréquence des échanges entre la romancière (rebaptisée Polymathie) et Pellisson : « Elle ne fut pas plus avare que lui de prose et de vers, et ce fut lors que ce petit Dieu travesti [Cupidon] ne manqua pas d’occupation, ni de sujets d’exercer ses jambes. Il n’avait pas sitôt porté un poulet, qu’il fallait retourner porter des stances ; et pendant l’intervalle du temps qu’il employait à ce message, un madrigal se trouvait fait, qu’il fallait aussi porter tout frais éclos. Que si par malheur on faisait réponse sur-le-champ, il fallait porter la réplique avec même diligence ; et dans cet assaut de réputation, nos amants se renvoyaient si vite des impromptus, qu’ils ressemblaient à des joueurs de volant quand ils tricotent. Je ne vous dirai point la suite ni la fin de ces amours. Elles continuèrent longtemps de la même force. Les seuls qui en profitèrent furent les libraires faiseurs de recueils, qui ramassèrent les pièces et les vers que ces amants laissèrent courir par le monde, dont ils firent de beaux volumes » (« Historiette de l’Amour égaré », Le Roman bourgeois, éd. Jacques Prévot, Gallimard, coll. « Folio », 1981, p. 127-128).

27 « Pour entendre ce billet, il faut savoir que… » (p. 59), « ce billet fut écrit sur ce que… » (p. 67), « cela est dit à cause que… » (p. 68), etc.

28 Ainsi par exemple de cette note marginale : « allusion à la pièce intitulée Pompe funèbre de M. de Voiture, qui est de M. Sarasin, et à la pièce de M. de Voiture sur le mariage de Mme de Châtillon : en l’une et l’autre desquelles sont décrites diverses sortes d’amours » (p. 77).

29 « Documents inédits sur la société et la littérature précieuses », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1902, p. 646-673.

30 Voir Delphine Denis, Le Parnasse galant. Institution d’une catégorie littéraire au xviie siècle, Paris, H. Champion, 2001, et Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, PUF, 2008. Le syntagme « Parnasse galant » – dont Acante-Pellisson et Thrasile-Sarasin sont déclarés les « maîtres » (sic) – figure dans les Chroniques pour la première fois à notre connaissance (p. 196).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Denis, « L’« ordre des temps » dans les Chroniques du Samedi (1653-1654) »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4660 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4660

Haut de page

Auteur

Delphine Denis

STIH,

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search