Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Entre gazette mondaine et art poé...

Entre gazette mondaine et art poétique galant : les lettres dans La Nouvelle Pandore (1698)

Between social gazette and gallant poetic art: letters in New Pandora (1698)
Miriam Speyer

Résumés

L’article montre comment les lettres insérées dans La Nouvelle Pandore transmettent un savoir poétique, épistolographique mais aussi social pour qui voudrait maîtriser les codes de la création littéraire ainsi que les moyens de parvenir dans le monde des Belles-lettres. La réunion de ces pièces par Guyonnet de Vertron, qui complète son recueil par des contextualisations concernant des rituels littéraires tels que les concours académiques de poésie, fait également de ce livre une histoire de la vie littéraire, où prédominent les femmes de lettres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cécile Lignereux a donné une édition critique de la partie théorique de l’ouvrage, « L’instruction (...)
  • 2 Voir, sur le passage des ensembles de lettres au roman épistolaire, Magda Campanini, « Fragmentatio (...)

1Au cours du premier xviie siècle, le secrétaire, manuel pour apprendre à écrire des lettres en toute situation, constitue un genre à succès. Certains, comme le Recueil de lettres nouvelles de Faret ou Le Parfait Secrétaire de Puget de La Serre, sont de véritables best-sellers, l’ouvrage de La Serre étant, de plus, réédité de nombreuses fois, tant en France qu’à l’étranger, jusqu’à l’aube du xviiie siècle1. Sans disparaître pour autant, ce type de manuel perd toutefois de son importance après la Fronde. Les séries de lettres se constituent alors de plus en plus en (proto-)romans épistolaires2, ou sont intégrées dans des miscellanées, recueils ou périodiques, dans lesquels elles voisinent avec d’autres textes en prose, en prosimètre ou en vers.

  • 3 Mercure galant, mai 1681, p. 184.

2Dans ce paysage éditorial, le recueil La Nouvelle Pandore ou les femmes illustres du siècle de Louis le Grand, paru en deux volumes à Paris en 1698, frappe par l’importance accordée à la forme épistolaire. Le répertoire de ce Recueil de pieces Académiques, en Prose & en Vers, sur la Préférence des Séxes, orchestré par l’historiographe royal Claude Guyonnet de Vertron, se compose pour un quart de lettres, un taux notable pour un recueil collectif de pièces de circonstance de l’époque. Pour comparaison, les recueils collectifs publiés dans les dix ans qui précèdent la fondation du Mercure galant réunissent moins de 5 % de lettres. Dans l’édition du « Recueil La Suze-Pellisson » paru chez Cavelier en 1691, la part qui revient aux lettres dépasse certes les 20 %, mais celles-ci restent consignées dans des sections dédiées. Au sein de la Pandore, en revanche, les lettres alternent avec des poésies versifiées variées (madrigaux, sonnets, devises, etc.). Elles les inscrivent dans un contexte, apportent des précisions sur la chronologie des compositions ou les relations de leurs auteurs. Elles constituent, de ce fait, la suture entre les pièces du recueil ; ce sont elles qui donnent au recueil son unité. Le répertoire publié dans La Nouvelle Pandore frappe également par la place accordée aux femmes : le recueil est non seulement « dédié aux Dames », mais le compilateur, autoproclamé « protecteur du beau Sexe »3, s’attache à publier des textes composés par des plumes féminines.

3Le nombre considérable de lettres réunies dans La Nouvelle Pandore invite à les considérer de plus près. Leur intégration dans le recueil se justifie-t-elle uniquement parce qu’elles permettent de contextualiser les autres pièces ? Les lettres, dont certaines s’étendent sur plusieurs pages, abordent des sujets variés. Le lecteur découvre des explications d’ordre poétique ou épistolographique, ou encore des développements sur le fonctionnement des académies de l’époque. Les lettres de La Nouvelle Pandore se lisent dès lors comme un réservoir de savoirs mondains de la fin du xviie siècle. Dans le cadre d’une réflexion sur la place du lecteur dans les recueils épistolaires, La Nouvelle Pandore offre un terrain d’investigation intéressant. Le choix et la disposition des lettres, dont la moitié a été écrite par le compilateur lui-même, comme les contenus qui y sont abordés, sont révélateurs, nous semble-t-il, du projet éditorial de Guyonnet de Vertron : rendre illustres les « femmes du siècle de Louis le Grand », et donner les clés pour le devenir.

Apprendre en lisant : se familiariser, s’imprégner

  • 4 Dans son article « Réalité vécue et réussite littéraire : le statut particulier de la lettre », Rog (...)
  • 5 La dernière édition du recueil parue chez Gabriel Quinet, en 1684, comprend environ 22 % de lettres (...)
  • 6 En fonction de l’éditeur, le titre de la pièce varie entre « Le Songe, à Climène » et « A Mademoise (...)

4Dans des recueils collectifs de la fin des années 1650 et 1660, les lettres se répartissent de manière générale en deux catégories. D’une part, on trouve des lettres (pseudo-)authentiques, œuvres d’épistoliers et, surtout, d’épistolières4, comme la correspondance entre Cussé et La Motte ou les lettres de Brégy dans diverses éditions du Recueil de pieces galantes, dit « Recueil La Suze-Pellisson »5. De l’autre, il s’agit du cas le plus fréquent, les compilations impriment des lettres, souvent en prosimètre, dont la visée est plus littéraire, comme des relations de voyage plus ou moins fictionnalisées (on pense par exemple au Voyage de Messieurs de Bachaumont, et La Chapelle ou le Voyage de l’isle de l’amour et sa suite) ou des récits allégoriques, comme le Temple de la paresse, attribué à Pellisson, ou Le Songe, à Climène6.

  • 7 Voir par ex. l’impromptu « Vostre Chute, grand Roy… » (I, p. 327 ; Mercure galant, n° 09, 1683, p.  (...)

5Vers la fin du siècle, le nombre de lettres factuelles augmente dans les recueils, et il n’est pas impossible d’y voir l’influence du Mercure galant, revue littéraire et gazette du temps, qui se présente comme une lettre de nouvelles dans laquelle sont enchâssées les autres pièces. La Nouvelle Pandore, recueil édité par Claude Guyonnet de Vertron, historiographe du roi et familier de Donneau de Visé, illustre cette évolution de manière exemplaire. Les lettres réunies sont adressées, et signées par des gens de lettres de l’époque. Elles font référence à divers événements de la vie mondaine du temps, comme la nomination de nouveaux membres aux académies de Toulouse, d’Arles ou de Padoue, ou le décès de personnalités de l’époque, dont la poétesse Deshoulières. De surcroît, certains textes, voire séries de textes sont en fait des reprises directes du périodique7.

  • 8 N’ayant pas eu l’occasion de faire preuve de ses qualités oratoires dans les académies, Vertron ajo (...)
  • 9 I, p. 93, p. 461, ou II, p. 315, p. 513, ainsi que dans les pièces liminaires. Pour le titre « Prot (...)
  • 10 Dans une lettre à M. de La Loubère, Vertron reproduit un impromptu de sa main que « Sa Majesté […] (...)

6Mais ce recueil ne détonne pas seulement par l’importance accordée à la forme épistolaire. « Dédié aux dames », d’après la page de titre, il vise à illustrer le beau sexe. Chacun des deux volumes s’ouvre sur plusieurs « discours académiques » qui discutent l’égalité des sexes, voire la supériorité de l’un sur l’autre8. Vertron, qualifié à plusieurs reprises de « protecteur du beau sexe »9, s’y met en scène au milieu d’un réseau composé majoritairement de femmes de lettres de son époque. Il rappelle en même temps son rôle à la cour, en tant qu’historiographe apprécié par le souverain10 et par de grands aristocrates, dont le duc de Saint-Aignan. Les poésies de circonstance réunies dans les deux volumes relèvent essentiellement de deux catégories. Il s’agit d’une part de petites pièces (madrigaux et sonnets notamment) échangés entre Vertron et ses correspondantes et correspondants, de l’autre de compositions liées aux concours poétiques dans les académies du temps. Les recueils se terminent par des catalogues, la liste des femmes reçues à l’académie des Ricovrati à Padoue pour le premier volume, le « Catalogue des dames illustres mortes » et celui des « dames illustres vivantes » ainsi que les « Noms de quelques Célébres Auteurs qui ont traité de l’Excellence des sexes » pour le second volume.

  • 11 Voir Miriam Speyer, « Briller par la diversité » : les recueils collectifs de poésies au xviie sièc (...)
  • 12 « Lettre XL », Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’avril 1678, t. II, p. 278.

7Avec seulement 18 % de textes anonymes, La Nouvelle Pandore confirme l’évolution de la signature dans les publications collectives françaises : par opposition à celles parues à l’étranger, avant tout en Hollande, les compilations du dernier tiers du siècle publiées dans le royaume se distinguent par une majorité de pièces signées11. Plus notable encore : les signatures permettent de constater que les pièces proviennent de femmes et d’hommes de lettres reconnus. Contrairement au Mercure galant, qui offre à tout un chacun la possibilité de « monter sur le Parnasse »12, La Nouvelle Pandore, selon sa page de titre, souhaite proposer un répertoire des « femmes illustres » et de leurs œuvres.

8Parce que le recueil réunit des textes des contemporaines et contemporains reconnus pour leurs qualités littéraires, il se lit d’abord comme un secrétaire en acte. Les lettres qu’il rassemble sont un condensé de rhétorique épistolaire mondaine, réalisé par les plumes les plus éloquentes du moment.

  • 13 Dans l’anonyme Introduction a la poesie (Paris, Toussaint du Bray, 1620), le rédacteur invite son l (...)

9L’hypothèse d’un tel usage pédagogique se confirme à la lecture des textes. Les 122 lettres imprimées dans les deux volumes du recueil abordent fréquemment les mêmes objets, et leur composition, leur style, leur rhétorique se ressemblent. Si le lecteur d’aujourd’hui n’échappe que difficilement à l’impression d’une forte redondance, c’est celle-ci justement qui permet au lecteur ou à la lectrice de l’époque de se familiariser avec les manières d’écrire, d’autant que cette méthode d’apprentissage est reconnue au xviie siècle13. Dans cette approche didactique, ce sont alors les variations, quelque menues qu’elles soient, qui présentent le plus grand intérêt.

10Les deux volumes réunissent de nombreuses lettres d’éloge, de remerciement et de demande ou d’offre de service. À l’exemple des lettres des épistolières Dourlens et Chance, le lecteur peut découvrir deux manières de remercier Vertron, ce « protecteur des dames » :

  • 14 « Lettre de Madame Dourlens, à Monsieur de Vertron », I, p. 91.

[…] les Auteurs qui oseront écrire […] contre vous, Monsieur, s’attireront sans doute la juste & implacable colere des Dames que vous défendez & je suis sûre que toutes animées d’un esprit de justice & de reconnoissance vangeront leur digne Protecteur. Cette réflexion […] m’engage à vous faire des remercîmnens en mon particulier de ce bau zéle que vous faites paroître en faveur de mon Séxe. Nous avions besoin d’un Défenseur, comme vous, Monsieur […].14

  • 15 « Lettre de Mlle de Chance, à Monsieur de Vertron », I, p. 93-94.

Je vous l’avoüe de bonne foy, je me sens penétrée d’estime & de reconnoissance à vostre égard ; Car quoy que vous soyez le Protecteur de mon Séxe en général, je serois la plus ingrate du monde en mon particulier, si après m’avoir fait l’honneur de me donner une place dans votre nouveau Parnasse […], je ne vous remerciois publiquement : Mais c’est moins mon interest, que celuy de mon Séxe qui m’engage à vous prier de continuër vos bontez […].15

  • 16 I, p. 307.
  • 17 Idem.
  • 18 I, p. 308.
  • 19 I, p. 310-311.
  • 20 I, p. 315.
  • 21 Ibid.

11Un autre cas de variation intéressant s’observe au sujet d’un concours de sonnets composés à la gloire du duc de Saint-Aignan. Vertron écrit trois lettres respectivement à Deshoulières, à Serment et à Scudéry pour leur demander d’être « Juge[s] Souveraine[s] des Sonnets »16. En s’adressant à Antoinette Deshoulières, Vertron attire l’attention sur le lien entre les poésies de la destinataire et les sonnets du concours, écrits « à [son] imitation »17. Dans sa lettre à Louise-Anastasie Serment, l’historiographe insiste sur le gain de reconnaissance qui attendra la poétesse, dont le « jugement fera plus de bruit dans la Republique des Lettres, que n’en fit autrefois celui de Pâris »18. Pour Madeleine de Scudéry, il rappelle que les bouts-rimés sont à la mode, et dessine un parallèle avec les « beaux Sonnets du R. P. Commire » qui ont par le passé recueilli les éloges de la femme de lettres. Les réponses sont, elles aussi, diverses. Tandis que Deshoulières accepte la proposition, Serment et Scudéry la déclinent, la première pour des raisons personnelles, le deuil de sa sœur19, la seconde par modestie et par bienséance. En effet, « rien, précise-t-elle, n’est plus oppozé à mon humeur [que] de faire […] le bel Esprit » 20et elle ajoute que même quand ses amis lui présentent des ouvrages, elle « ne décide jamais rien »21, et s’abstient de tout jugement.

  • 22 Certaines lettres contiennent en effet des informations que l’on qualifierait aujourd’hui de privée (...)

12La signature ainsi que les précisions concernant les circonstances de composition, souvent indiquées dès le titre des pièces, ajoutent un intérêt à la collection. Dans La Nouvelle Pandore, on lit des textes (pseudo-)authentiques, qui se trouvaient en moindre proportion dans les manuels épistolaires et qui permettent de glaner des informations sur les correspondants et de satisfaire sa curiosité, voire un certain voyeurisme22.

13En filigrane, les lettres de La Nouvelle Pandore véhiculent un savoir épistolographique et social sur les conventions épistolaires en vigueur : elles enseignent, par l’exemple, comment écrire des lettres dans la haute société de l’époque, comment réussir des échanges qui ne relèvent pas de la lettre d’amour entre épistoliers des deux sexes. La présentation des lettres dans le recueil agrémente encore leur lecture : replacées dans leur contexte d’écriture grâce aux précisions péritextuelles du compilateur, elles se rapprochent de la gazette, et se lisent comme un raccourci de l’actualité galante des vingt dernières années.

Art poétique et manuel stylistique en acte

14Les lettres, nous le disions, contribuent à la cohérence de l’ensemble et assurent la compréhension des pièces de circonstance. Or, les épistoliers souvent ne se contentent pas de contextualiser les pièces. Ils formulent des jugements esthétiques, et apprécient aussi les textes en fonction de critères de goût propres au groupe social auquel ils appartiennent.

15La missive que Madame Royale a envoyée depuis Turin au duc de Saint-Aignan est identifiée dans la lettre qui la suit, adressée par Vertron au même duc, comme le parangon de l’art épistolaire :

  • 23 I, p. 232.

Vous ne pouviez me faire ni plus d’honneur, ni plus de plaisir, que de me confier l’Original de la Lettre que Madame Roïale vous a écrite, & vous avez raison de la vouloir rendre publique ; elle sera sans doûte admirée de toutes les personnes qui se piquent de bien écrire : Pour-moy, sans m’en piquer, je vous avouë, que je n’ay jamais rien veu de mieux tourné […].23

16Au discours « À la gloire de Monseigneur le Dauphin, sur son retour d’Allemagne » de Jeanne-Michelle de Pringy succède une lettre dans laquelle le compilateur de La Nouvelle Pandore insiste sur les qualités rédactionnelles et l’éloquence de la femme de lettres :

  • 24 I, p. 160-161.

[…] tous les Esprits justes Estimateurs de la véritable Eloquence, admirent avec moi la vostre […]. En effet, Madame, vous estes admirable dans vos pensées, dans vos expressions, dans vostre stile, & dans le tour que vous donnés à tout ce que vous dites. Nostre Langue en vostre bouche a des beautez nouvelles […].24

17Dans une longue pièce adressée à Charlotte Le Camus, Vertron s’intéresse à la hiérarchie des styles, aux formes d’écriture et à la nécessité de les accorder avec le sujet :

  • 25 II, p. 429-430.

Ce nouveau Chef-d’Œuvre qui part de vos mains me confirme dans l’opinion que j’ai toûjours eüe, que la Poësie est préférable à la Prose, quand les Ouvrages sont aussi parfaits que les vôtres […]. Je croi mêmes, Madame, que quand on prend la liberté d’écrire aux Rois, & aux autres Puissances, on doit avoir recours au langage des Dieux, qui n’a rien de commun.25

18La « Lettre au Roy, par Madame Le Camus », en vers, devient alors un exemple à imiter : pour faire l’éloge des grands, il convient de n’employer « point [le] Stile tendre, où sans contestation la Poësie doit avoir sa préférence, [mais] le Sublime & l’Heroïque » qu’illustre si bien la « Lettre au Roy ». De telles remarques stylistiques participent souvent d’une stratégie d’écriture, qui est aussi une stratégie sociale. Dans la mesure où la bienséance impose que le destinataire d’un éloge le reçoive avec modestie (en particulier les femmes), celui-ci insiste souvent, dans sa lettre de réponse, sur la perfection stylistique de la louange. Scudéry répond ainsi à Sabatier :

  • 26 II, p. 216 (nos italiques).

Les loüanges que vous me donnés, Monsieur, sont si agréables & si délicates, qu’il est difficile de les refuser ; mais elles sont d’ailleurs si grandes & si noblement exprimées, qu’il faudroit avoir beaucoup d’audace pour s’en croire digne, & pour les accepter ; de sorte, Monsieur, que le parti le plus juste que je puisse prendre, c’est de loüer la beauté de votre Ouvrage, sans m’en faire l’application.26

  • 27 II, p. 158-159.

19Le recueil se rapproche aussi de l’art poétique. Dans une série de lettres, Antoinette de Saliez développe les éléments qui permettent de juger une devise27. À la fin d’une missive consacrée à la « Lettre de Madame la Princesse Palatine en faveur de l’espérance », Vertron se livre à une réflexion métapoétique, qui se lit comme un rappel de la forme épistolaire même :

  • 28 I, p. 272. La lettre est adressée au duc de Saint-Aignan.

Je m’aperçois insensiblement, Monseigneur, que ce Discours ressemble plus à un Sermon qu’à une Lettre. Je dois donc me taire par respect devant une personne qui prêche d’exemple à la Cour, devant un Seigneur qui fait acorder l’Esprit de Réligion avec celui du Monde […]. Cete Matiere demande une Plume plus éloquente que la mienne […].28

  • 29 I, p 137-139.
  • 30 I, p. 311, 342.
  • 31 I, p. 117.

20Le compilateur profite d’une missive adressée à Dourlens et à Chance pour rappeler la définition du genre de l’ode, qu’il illustre aussitôt avec quelques vers de son cru29. Les rappels de la mode des sonnets en bouts-rimés, et particulièrement de ceux composés à la gloire du roi30, sont également l’occasion de détailler les critères de réussite de ce jeu poétique : « Les Bouts-Rimez sont […] bien remplis, [s’]ils peuvent passer pour un véritable Sonnet, car tout y est juste & naturel »31.

  • 32 II, p. 222.

21Les connaissances étayées dans les lettres de La Nouvelle Pandore ne se limitent pas à des conseils au sujet de la forme épistolaire même, mais portent sur les pièces galantes dans leur ensemble. Les lettres attirent l’attention sur des éléments poétiques ou stylistiques particulièrement réussis, transformant le recueil en art poétique, en manuel de création et d’écriture galante en prose et en vers. La publication comprend encore des connaissances esthétiques. Le lecteur du recueil reçoit la « grille de lecture » en même temps que les pièces elles-mêmes. Au fil de sa lecture, il acquiert ainsi le savoir nécessaire pour (bien) juger les pièces de circonstance contemporaines : si la plupart des lettres sont élogieuses et détaillent ce qui fait l’excellence des compositions, Madeleine de Scudéry présente sa « prose rimée », avec une certaine autodérision, comme contre-exemple de « Vers […] fort beaux »32.

  • 33 Sur les passe-temps littéraires dans les lieux de sociabilité mondaine, voir Delphine Denis, Le Par (...)
  • 34 À propos du lien entre les manuels de civilité et les recueils collectifs de pièces dans la seconde (...)

22Dans la société galante de la seconde moitié du xviie siècle, le littéraire et les codes sociaux de la civilité sont étroitement liés, les créations collectives et l’écriture à plusieurs mains se multiplient, comme aussi les jeux ou concours littéraires33. Savoir distinguer une « bonne » d’une « mauvaise » pièce galante est, dès lors, un savoir-agir éminemment social. Partant, La Nouvelle Pandore se rapproche encore du manuel de civilité : en explicitant, à l’aide d’exemples concrets, les éléments permettant de juger le degré de réussite d’une composition contemporaine, le recueil délivre au lecteur des compétences essentielles pour réussir dans la société mondaine de l’époque34.

Répertoire et panthéon

Faire connaître les femmes de lettres du siècle : inventorier et promouvoir

  • 35 Voir, par exemple, II, p 176, 223, 269, 459. À propos des imbrications politiques de la poésie de c (...)

23Les lettres assurent la lisibilité et l’intelligibilité des diverses pièces qui composent La Nouvelle Pandore, mais elles sont loin d’être toutes consacrées à la création littéraire. Les noms des scripteurs et des destinataires que rappellent les titres des lettres dans le recueil esquissent un réseau social important dont Vertron est le centre. En raison de ses bonnes relations avec la cour, en particulier avec le duc de Saint-Aignan, l’éditeur dessine aussi, au sein de La Nouvelle Pandore, une forme d’annuaire social et politique. Comme il le rappelle lui-même, le « service de la plume » est une possibilité de se faire une place à la cour35. Aussi écrit-il à Saint-Aignan pour obtenir des informations de première main sur ses campagnes militaires :

  • 36 I, p. 237-239.

Je voudrois avoir eu plus de santé, pour avoir eu l’honneur de servir sous vous LE ROY dans ses Armées, plutost que dans ses Académies […]. Il s’agit, Monseigneur, de m’instruire de ce que vous avez fait, pour ne point oublier dans le Dictionnaire Historique des Conquestes de S. M. ce qui doit faire un des plus beaux ornemens de la Lettre S. car si l’Illustre & brave Duc de Saint Aignan n’y est pas […] ? Que dira-t-on de moy, quand on verra mon Ouvrage imparfait ? […] Songez que vous estes Capitaine & Académicien, & que je suis Historien fidelle […].36

24Comme l’annonce la page de titre, La Nouvelle Pandore est « dédiée aux Dames » et consacrée aux « Femmes illustres du siècle de Louis le Grand ». Vertron adopte certes une forme différente de celle choisie par Perrault pour les Hommes illustres, mais son objectif, somme toute, ne s’en distingue guère. Dans La Nouvelle Pandore, il réunit des pièces poétiques de femmes de lettres du temps et publie sa correspondance avec elles. Il complète son recueil par plusieurs discours académiques concernant la place de la femme et l’égalité des sexes. Avec cette publication, l’historiographe du roi érige un monument au sexe féminin en général, aux femmes de lettres de son temps en particulier.

  • 37 Voir I, p. 423-438 et II, p. 470-502 (n. p.).

25L’attention prêtée à la signature des pièces y contribue : plus de 80 % sont signées et, sans surprise, les femmes y sont légion. La grande place consacrée aux femmes est encore soulignée par les listes imprimées à la fin des deux volumes. Tant « Les Muses françoises, ou les Dames illustres de France, Agregées à l’Academie des Ricovrati selon l’ordre de leur Réception » que les « Fastes d’Apollon, ou Catalogue des Dames Illustres »37 fonctionnent dans ce contexte comme des répertoires. Vertron inventorie les actrices du champ littéraire de son temps et promeut leurs œuvres : le lecteur qui souhaite s’informer des femmes de lettres et des œuvres à la mode n’a qu’à consulter le recueil de 1698.

  • 38 Voir notamment la page de titre du recueil, mais également le « Catalogue des femmes illustres » et (...)

26Or, l’entreprise de l’historiographe du roi va plus loin. En insistant sur la perfection des textes, sur le talent des épistolières et des poétesses, qualifiées fréquemment d’« illustres »38, il les consacre : la Nouvelle Pandore établit un panthéon poétique féminin.

Écrire l’histoire sociale du temps

  • 39 II, p. 368.

27Les listes, en particulier les « Fastes d’Apollon, ou Catalogue des femmes illustres » qui appartiennent tantôt à l’époque contemporaine, tantôt aux siècles passés, remplissent une fonction de plus ample portée. En effet, Vertron, « l’un des historiografes de sa Majesté »39, est chargé d’écrire la gloire, littéraire en l’occurrence, du siècle de Louis le Grand pour les contemporains et pour la postérité. L’établissement des catalogues fait intrinsèquement partie de cette charge. D’autres éléments confirment cette hypothèse.

  • 40 Voir I, p. 442. Vertron insiste surtout sur la différence dans le cérémonial : tandis que le titre (...)
  • 41 Voir II, p. 111-119.

28Dans une lettre adressée à sa sœur, Vertron développe la différence entre « académicienne » et « doctoresse »40. La « Lettre de Madame de Saliez, sur son projet pour une nouvelle Secte de Filosophes », qui va donner lieu à un échange avec Vertron, est l’occasion de définir les différences entre les hommes et les femmes d’un point de vue féminin, et de détailler les manières qui conviennent à l’un et à l’autre sexe41.

  • 42 Voir I, p. 306-315.
  • 43 Voir II, p. 362-364.
  • 44 I, p. 172.
  • 45 Idem.
  • 46 I, p. 173.
  • 47 Voir I, p. 416.

29L’échange épistolaire de Vertron avec Deshoulières, Scudéry et Serment au sujet de la composition du jury pour un concours de sonnets donne au lecteur un aperçu du déroulement de ces jeux d’éloquence de l’époque42. Une missive de Vertron à Catherine Bernard, lauréate pour la troisième fois au « Prix de Poësie » de l’Académie française, contient des précisions sur les règles de ce concours littéraire43. Une série de pièces, tant en vers qu’en prose, informe sur la nomination de Deshoulières à l’Académie royale d’Arles. Dans une lettre adressée à sa sœur, Vertron fait d’abord le portrait de la poétesse et l’éloge de ses œuvres. Il poursuit par le récit de la cérémonie de réception, et procure même des descriptions détaillées de certains objets, comme la « Boëte de Maroquin de Levant incarnat, semée de Fleurs-de-Lis d’or »44 que M. de Charpentier et M. le marquis de Chasteau-Regnard présentent à la nouvelle académicienne, ou encore sur la forme des lettres patentes, qui « écrites en beaux caracteres Italiques », se trouvent sur « une feüille de beau vélin »45. Cette relation est complétée par la reproduction des lettres patentes tant de l’académie des Ricovrati (en italien) que de l’Académie royale d’Arles. Enfin, pour honorer la mémoire de cette « Illustre Dame »46 et assurer sa gloire posthume, Vertron s’adresse en 1694 à sa fille afin de recueillir tant des informations biographiques que des pièces écrites de sa main47.

  • 48 Voir I, p. 425-438 et II, p. 470-502 (n. p.).
  • 49 Voir par ex. l’édition parisienne en trois volumes, parue chez Thomas Jolly, 1667-1668.
  • 50 Voir [Paul Pellisson], Relation contenant l’histoire de l’Academie françoise, Augmentée de Divers O (...)
  • 51 Voir I, p. 446-457.

30Aussi Vertron accomplit-il pleinement le travail d’un historiographe. À travers les pièces compilées dans les deux tomes de La Nouvelle Pandore, dont les lettres, il écrit l’histoire des coutumes, des mœurs et des faits littéraires de son temps. Le recueil dessine un paysage social et historique du dernier tiers du xviie siècle que le lecteur, tant contemporain que postérieur, peut ainsi appréhender. Les listes et catalogues placés à la fin des deux volumes48 accentuent cette visée. Quand Mézeray ouvre chacun des volumes de son Abrégé chronologique, ou Extraict de l’histoire de France49 par une liste chronologique des rois dont il va traiter, quand Pellisson clôt sa Relation contenant l’histoire de l’Academie françoise par le « Catalogue de Messieurs de l’Academie Françoise »50 dans lequel il propose des notices bio-bibliographiques des académiciens depuis la fondation de l’institution, Vertron complète naturellement la Pandore par plusieurs inventaires, répertoriant notamment les femmes de lettres de son temps, mais aussi les auteurs d’écrits philogynes. À cela s’ajoutent les « Jugements de Monsieur de Vertron en faveur des Dames Sçavantes, dont il n’y a point d’Ouvrages dans la Pandore qui regardent la Gloire du ROI »51. Dans cette série de madrigaux adressés, le compilateur chante les talents poétiques des « absentes » de son recueil, dont Marie-Catherine d’Aulnoy ou Anne Le Fèvre Dacier, qui sont, elles aussi, membres des Ricovrati de Padoue.

  • 52 La Pandore a en effet servi de source pour des historiographes (de la littérature) ultérieurs, dont (...)

31L’historiographe fait d’une pierre deux coups : en rappelant à certaines d’entre elles la nécessité d’employer leur plume au service du roi, il se présente lui-même en courtisan exemplaire ; en composant des madrigaux en l’honneur de vingt-quatre femmes de lettres, dont il rappelle parfois aussi les titres ou les œuvres, il complète l’inventaire des membres du paysage littéraire de son temps dont il convient de se souvenir52. D’autres textes, extérieurs au recueil, le confirment. Lorsqu’il annonce la parution de la Pandore dans le Mercure galant, Donneau de Visé attire l’attention de la destinataire fictive sur le fait que Vertron vise à « prouver la préference de vostre Sexe au nostre », mais aussi à

  • 53 Mercure galant, sept. 1699, p. 134.

fai[re] voir qu’il y a des Heroïnes de plus d’une maniere. Celle dont il s’est servi pour convaincre les Hommes du merite des Femmes, en est une preuve indubitable, puis qu’il fait voir leur esprit par leurs Ouvrages, remplissant, ou pour mieux dire, ornant (c’est ainsi qu’il s’en explique luy même dans sa Préface) les deux Volumes de la Nouvelle Pandore, de ce qu’elles ont fait de plus beau.53

  • 54 Mercure galant, déc. 1701, p. 152-153.

32Vertron souligne lui-même cette visée dans la lettre « À l’aimable et spirituelle Sylvie » imprimée dans le Mercure galant de décembre 1701 : puisqu’il a « mis quelques ouvrages, & fait quelques éloges dans la Nouvelle Pandore »54, les noms des femmes récemment reçues à l’Academie des Ricovrati de Padoue sont connues de sa destinataire.

33Plus qu’un recueil de pièces de circonstance de peu de conséquence, La Nouvelle Pandore se prête à des lectures et des usages multiples. Les lettres, qui forment parfois de véritables petites correspondances, réunies par le compilateur Charles Guyonnet de Vertron, véhiculent des savoirs variés. École d’éloquence, secrétaire, art poétique, manuel de civilité ou encore abrégé de l’histoire littéraire et culturelle de la France, le recueil permet au lecteur (ou plutôt à sa lectrice) de s’informer, de construire des connaissances sur des sujets divers, mais aussi d’acquérir des compétences d’écriture et de jugement.

  • 55 Molière, Les Femmes savantes (1672), II, 6.

34Il défend enfin une conviction forte. S’il ouvre les deux volumes de son recueil par des discours soutenant tantôt des thèses pro-féminines, voire proto-féministes, tantôt misogynes, la manière dont se clôt le deuxième tome du recueil ne laisse plus place au doute. Le savoir sied bien aux femmes, il ne fait pas d’elles des extravagantes qui renvoient leurs servantes pour « manquer à parler Vaugelas »55, mais les rend « illustres » et montre que leurs œuvres sont dignes d’être lues, diffusées et reconnues.

Haut de page

Notes

1 Cécile Lignereux a donné une édition critique de la partie théorique de l’ouvrage, « L’instruction à écrire des lettres », Exercices de rhétorique, n° 6, 2016. URL : https://doi.org/10.4000/rhetorique.439.

2 Voir, sur le passage des ensembles de lettres au roman épistolaire, Magda Campanini, « Fragmentation et unité du récit : autour de la genèse du roman par Lettres », dans Marc Escola, Jan Herman et al. (dir.), La Partie et le Tout, Louvain, Peeters, 2011, p. 337-347.

3 Mercure galant, mai 1681, p. 184.

4 Dans son article « Réalité vécue et réussite littéraire : le statut particulier de la lettre », Roger Duchêne distingue les lettres d’épistoliers, véritables missives écrites pour un/des destinataire(s) précis, de celles d’écrivains épistolaires qui, eux, composent des lettres d’abord en vue d’une publication (Revue d'histoire littéraire de la France, n° 71/2, 1971, p. 177-194).

5 La dernière édition du recueil parue chez Gabriel Quinet, en 1684, comprend environ 22 % de lettres. Les rééditions fournies par Guillaume Cavelier dans les années 1690 en comptent environ 17 %.

6 En fonction de l’éditeur, le titre de la pièce varie entre « Le Songe, à Climène » et « A Mademoiselle de M***, sur un songe ». L’incipit de cette pièce qui mêle vers et prose est « Dans le temps qui divise… ».

7 Voir par ex. l’impromptu « Vostre Chute, grand Roy… » (I, p. 327 ; Mercure galant, n° 09, 1683, p. 33) ou les lettres autour de la fondation d’une « nouvelle Secte de Philosophes » échangées entre Saliez et Vertron (II, p. 111, p. 120, p. 305 ; Mercure galant, n° 07, 1681, p. 22-39, n° 08, 1681, p. 188-200, n° 10, 1681, p. 33-47).

8 N’ayant pas eu l’occasion de faire preuve de ses qualités oratoires dans les académies, Vertron ajoute au total dix discours académiques au début des deux volumes de La Nouvelle Pandore. Ceux-ci développent tantôt une position philogyne (« De l’egalité des sexes », « Sur l’excellence du beau sexe »), tantôt son contraire (« Contre l’égalité des sexes », « Defense du Sexe Masculin, contre l’excélence prétenduë du Sexe Féminin »). Voir La Nouvelle Pandore ou les femmes illustres du siècle de Louis le Grand…, Paris, Vve Claude Mazuel, 1698, t. I, « Préface » et p. 1-64 ; t. II, p. 1-123). Pour les renvois suivants vers ce recueil, nous nous contenterons de rappeler le volume et la page

9 I, p. 93, p. 461, ou II, p. 315, p. 513, ainsi que dans les pièces liminaires. Pour le titre « Protecteur du beau sexe », voir aussi Mercure galant, mai 1681, p. 184 ; sept. 1699, p. 134 ; août 1700, p. 69.

10 Dans une lettre à M. de La Loubère, Vertron reproduit un impromptu de sa main que « Sa Majesté […] reçut agreablement » (II, p. 467).

11 Voir Miriam Speyer, « Briller par la diversité » : les recueils collectifs de poésies au xviie siècle (1597-1671), Paris, Classiques Garnier (Lire le xviie siècle), 2021, p. 83.

12 « Lettre XL », Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’avril 1678, t. II, p. 278.

13 Dans l’anonyme Introduction a la poesie (Paris, Toussaint du Bray, 1620), le rédacteur invite son lecteur à plusieurs reprises à suivre « l’usage », voire à s’instruire par la « lecture ordinaire des bons Poetes » (p. 12, p. 15, p. 54). Dans la préface du Recueil de poësies chrestiennes et diverses, l’existence même du recueil est justifiée par ses vertus pédagogiques (Paris, P. Le Petit, 1671, t. I, n. p.). La technique de l’imitation de modèles est aussi conseillée dans la Ratio studiorum (voir Ratio Studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus (1599), présentée par Adrien Demoustier, Dominique Julia, trad. par Léone Albrieux, Dolorès Pralon-Julia, annot. et commentée par Marie-Madeleine Compère, Paris, Belin, 1997, § 379, 383, 398, etc.).

14 « Lettre de Madame Dourlens, à Monsieur de Vertron », I, p. 91.

15 « Lettre de Mlle de Chance, à Monsieur de Vertron », I, p. 93-94.

16 I, p. 307.

17 Idem.

18 I, p. 308.

19 I, p. 310-311.

20 I, p. 315.

21 Ibid.

22 Certaines lettres contiennent en effet des informations que l’on qualifierait aujourd’hui de privées, voire de sensibles, comme l’état de santé de l’épistolière (« Lettre de Mademoiselle de Scudéry à M. de Vertron », Nouvelle Pandore II, p. 227, également p. 382), des nouvelles familiales (« Reponse de Madame Patin à Monsieur de Vertron », I, p. 408) ou des émois amoureux (« Lettre de M. de Vertron… », II, p. 305-312), même si ceux-ci sont évoqués surtout dans des termes convenus.

23 I, p. 232.

24 I, p. 160-161.

25 II, p. 429-430.

26 II, p. 216 (nos italiques).

27 II, p. 158-159.

28 I, p. 272. La lettre est adressée au duc de Saint-Aignan.

29 I, p 137-139.

30 I, p. 311, 342.

31 I, p. 117.

32 II, p. 222.

33 Sur les passe-temps littéraires dans les lieux de sociabilité mondaine, voir Delphine Denis, Le Parnasse galant, Paris, Honoré Champion, 2001.

34 À propos du lien entre les manuels de civilité et les recueils collectifs de pièces dans la seconde moitié du xviie siècle, nous nous permettons de renvoyer à notre travail « Briller par la diversité » : les recueils collectifs de poésies au xviie siècle (1597-1671), op. cit., p. 595-604.

35 Voir, par exemple, II, p 176, 223, 269, 459. À propos des imbrications politiques de la poésie de circonstance, voir aussi le projet de recherche émergeant « La micro-politique des belles-lettres : réseaux textuels et sociaux dans la poésie de circonstance sous Louis XIV », dirigé par Stephanie Bung (Universität Duisburg-Essen, Allemagne) et moi-même. URL : https://micropoexvii.hypotheses.org/.

36 I, p. 237-239.

37 Voir I, p. 423-438 et II, p. 470-502 (n. p.).

38 Voir notamment la page de titre du recueil, mais également le « Catalogue des femmes illustres » et la liste des « Noms des illustres Sçavantes Modernes dont il est parlé dans les Eloges faits par Mademoiselle Buffet » à la fin du t. II.

39 II, p. 368.

40 Voir I, p. 442. Vertron insiste surtout sur la différence dans le cérémonial : tandis que le titre d’académicien peut être délivré in absentia, celui de docteur ne peut être décerné qu’in praesentia, une fois que le candidat a prononcé une harangue publique. Le terme « doctoresse » se trouve de fait dans le recueil (voir I, p. 398).

41 Voir II, p. 111-119.

42 Voir I, p. 306-315.

43 Voir II, p. 362-364.

44 I, p. 172.

45 Idem.

46 I, p. 173.

47 Voir I, p. 416.

48 Voir I, p. 425-438 et II, p. 470-502 (n. p.).

49 Voir par ex. l’édition parisienne en trois volumes, parue chez Thomas Jolly, 1667-1668.

50 Voir [Paul Pellisson], Relation contenant l’histoire de l’Academie françoise, Augmentée de Divers Ouvrages du mesme Auteur, Paris, Thomas Jolly, 1672, p. 336-368.

51 Voir I, p. 446-457.

52 La Pandore a en effet servi de source pour des historiographes (de la littérature) ultérieurs, dont Titon du Tillet et Moréri.

53 Mercure galant, sept. 1699, p. 134.

54 Mercure galant, déc. 1701, p. 152-153.

55 Molière, Les Femmes savantes (1672), II, 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Miriam Speyer, « Entre gazette mondaine et art poétique galant : les lettres dans La Nouvelle Pandore (1698) »Arts et Savoirs [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/aes/4688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.4688

Haut de page

Auteur

Miriam Speyer

Cérilac ea 4410, Université de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Logo Université Gustave-Eiffel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search