Navigation – Plan du site

Ethnotextes : la conscience de l’espace. L’exemple d’un conte

Pierre Chabert

Entrées d’index

Mots-clés :

conte, oralité, ethnotexte
Haut de page

Notes de l’auteur

L’origine de cet article se situe dans une réflexion globale sur l’ethnotexte à l’issue de travaux qui seront prochainement publiés et dont les sources sont naturellement les ethnotextes eux-mêmes1. Rappelons que l’ethnotexte est principalement un discours sur le passé2 qui est recueilli sur des bandes magnétiques pendant un entretien, ou une enquête, dont la thématique appartient au discours culturel oral d’une communauté. Les thématiques généralement rencontrées vont des activités économiques de naguère à la vie sociale ainsi qu’aux croyances ou pratiques magico-religieuses et à la vision de l’histoire ainsi que des attitudes politiques. Il s’agira dans ce bref article d’exposer les difficultés qu’on peut rencontrer quand il s’agit d’« exhumer » un conte d’une mémoire. Ce texte qui appartient à une véritable « littérature orale » n’est plus adapté à son contexte, néanmoins il est issu d’une tradition orale dont il est la plus exemplaire des illustrations. Ce décalage dans l’espace-temps peut justifier les résistances et les réticences, on va le voir.

Il existe également au sein du concept d’ethnotexte, qu’on ne peut d’ailleurs détacher des conditions d’enquête de l’entretien, comme un mouvement de navette incessant de l’ego du locuteur qui circule dans lerécit sur le passé d’une part et dans le conte d’autre part. En effet, souvent le conte est dit sans aucune formalité, spontanément, sur le ton d’une anecdote dans laquelle le locuteur est un acteur du conte. En ce qui concerne ce dernier, il est une façon de se raconter soi-même bien sûr, mais il est simultanément iconographie et ponctuation dans le récit : il intervient directement dans l’ordre du discours, dans sa syntaxe.

Avec la quête de ce conte, on se situe hors d’une enquête spécifique puisque la personne qui le détenait n’éprouvait pas le besoin de s’exprimer devant un magnétophone pour évoquer le passé, il était donc difficile de l’inclure dans un récit global de « son passé ». Cette manière de faire lui paraissait incongrue, par contre elle m’a permis d’enregistrer ce conte, ce qui peut signifier, qu’à ses yeux il était porteur d’une certaine valeur. Encore fallait-il susciter pour ressusciter...

Conte enregistré en 1976 auprès de Madame Isabelle Paytavin, née Abbeau, 85 ans, lors de l’enregistrement du conte qui dure un peu plus de trois minutes.

Texte intégral

La tradition orale, l’exemple d’un conte

  • 3 Rappelons que V. Propp est l’auteur de Morphologie du conte, Paris, Gallimard, 1970.
  • 4 Les principales catégories du conte se trouve dans A. Arne et S. Thompson, The types of the folkt (...)

1De nombreux spécialistes s’accordent à analyser le texte oral lui-même, sa nature, sa composition comme bien sûr V. J. Propp3. D’autres s’appliquent davantage à inventorier le registre d’un conteur, mais bien souvent il semble que le processus de transmission du texte soit laissé de côté. En effet, l’avènement du conte dans le discours sur le passé participe d’une véritable phénoménologie discursive hic et nunc qu’on va tenter d’élucider et d’une génétique littéraire orale qui échappe souvent en partie pour la simple raison que l’oralité engendre de nombreuses variations et, à la différence de l’ordinateur, ne génère pas d’archives4.

2Mais sans rentrer dans des considérations ethno-méthodologiques à propos de la production orale des contes, il est clair que les contextes d’énonciation, plus ou moins ritualisés donnent de la pertinence au conte et qu’ils constituent des mécanismes cognitifs déterminants.

3De plus, le conte paraît fréquemment entrevu à partir d’une conception « classique » qui a ses justifications réelles : sa forme, son contenu et ses conditions d’énonciation spécifiques sont associés de façon récurrente au monde de la veillée. Or, celle-ci n’est pas l’unique canal de transfert, d’autres éléments peuvent favoriser, voire catalyser l’irruption du conte.

Trois situations nous viennent à l’esprit 

  • 5 Cf. E. Morin, La méthode, 3. La connaissance de la connaissance, Paris, Le Seuil, Essais, Points, (...)

4Le discours lui-même, l’entretien ou la conversation sont des espaces qui favorisent l’apparition du conte qui surgit soudain comme à des fins d’illustration d’un récit dont rien ne laissait entrevoir l’arrivée. En cela, cette dernière s’apparente au phénomène de la diglossie dans le discours, c’est-à-dire l’utilisation alternée de la langue d’oc et du français, d’ailleurs dans le conte les dialogues ou certains moments importants du texte sont donnés également en diglossie. On avancera à ce propos l’hypothèse d’une certaine esthétique dans une rhétorique qui use des proverbes, des dictons ou des métaphores et qui ont pour fonction de confirmer le lien analogique entre la leçon d’un récit banal et le bon sens commun colporté par le proverbe, le dicton ou le conte. L’analogie, par son balancement entre l’imaginaire et la réalité provoque, ainsi que le note E. Morin « la conception, c’est-à-dire la formation de nouveaux modes d’organisation de la connaissance et de la pensée. »5. Dans le conte, s’effectue souvent et sournoisement au détriment de l’enquêteur une espèce de concordance des temps, entre celui qui s’attache au réel à celui lié à l’imaginaire, qui surprend et désoriente. Cet effet est particulièrement troublant quand le conte est donné pour « véritable » avec l’utilisation du présent qui circule tant dans la narration que dans le conte lui-même ; ailleurs, le lieu habituel de réunions, le cercle, sera donné à l’imparfait alors que ce dernier existe réellement. Certes le but du conte est bien celui-là : convaincre et étonner mais son improvisation nous laisse alors sans parole, aurions-nous traversé l’espace-temps ?

5Un autre lieu de transmission de la tradition orale est le cercle. Le cercle en Provence est un lieu de réunion des hommes, il est encore assez fréquent dans les villages et dans certains quartiers de Marseille, on peut y pratiquer des jeux de cartes ou bien y faire de la politique. Cette institution se rapproche sans conteste de la veillée traditionnelle dans la mesure où les cercles refusent systématiquement la présence des médias.

  • 6 Il s’agit de l’ouvrage, Aix-en-Provence au 19° siècle, chroniques et faits divers du Mémorial d’A (...)

6Enfin, les journaux, tout au moins ceux que nous avions dépouillés6, dont notamment le Mémorial d’Aix paru de 1823 à 1945, laissent entrevoir des contes dans leurs colonnes. Reste à savoir s’il s’agissait de remplir les rubriques de faits divers ou s’il s’agissait de faits télescopant des contes. Cette situation reflète quand même une certaine vitalité du conte en général, et son apparition brusque dans les colonnes du journal se rapproche de son irruption soudaine dans la conversation.

7Aujourd’hui, mis à part le cas des néo-conteurs, ce qui freine le conte, ou le conteur, et qui peut expliquer son effacement parmi d’autres paramètres, ce sont d’abord les conditions de production de celui-ci et ensuite son contenu, sinon les deux. En effet, les conditions socio-économiques globales ont changé et même si le registre facétieux a peut-être mieux résisté, les contes merveilleux qui étaient souvent assez longs ont à peu près disparu. Apparemment le « compact-conte » facétieux correspond mieux à notre genre de vie.

  • 7 Cf. J.N. Pelen dans sa thèse Le conte et la chanson populaire de tradition orale en Cévennes rura (...)

8Il existe toutefois en Provence des contes facétieux versifiés qui possèdent des versions non-versifiées ailleurs7. Cette habitude de « tourner » les contes en vers est assez régulière et elle provient sans doute d’une influence des félibres, les poètes provençaux. La transmission d’un conte n’est pas une chose aisée et pour l’enquêteur la « chasser le conte » demande du temps et de la patience, on va donc raconter comment un conte nous a été donné et combien ce processus de communication est complexe.

9Mon expérience du conte versifié remonte à 1972 et se trouve liée à une vieille tante marseillaise, mais originaire de Peyrolles et du monde de la ruralité. Cette tante demeurait à Montolivet dans une H.L.M. Sa fille, qui travaillait à la Sécurité Sociale, savait qu’elle savait et moi-même donc, je savais qu’elle savait mais il restait à lui faire savoir que je voulais savoir ; l’évocation du conte devait-elle être le fruit d’une provocation ? N’était-elle possible qu’en des circonstances « meilleures », comme sa fille le rappelait ?

10Il fallut attendre longtemps ce moment favorable. Cela donnait à cette démarche quelque chose de « courtois ». On ne saurait bien sûr brusquer celui ou celle qui sait, sinon le savoir ne serait pas délivré, c’est-à-dire « rendu libre » par la parole et validé par le locuteur en ces termes de conclusion : « voilà à présent, tu sais... ». Le titre du conte donnait à cette demande une dimension quelque peu métaphorique puisque mes questions pressantes se faisaient à propos de « La pièce de quarante sous »... Bref, la première étape dans cette entreprise est donc de faire savoir qu’on veut savoir mais la deuxième est d’attendre le bon-vouloir du locuteur qui sait. Le don de ce véritable trésor ne s’effectue qu’en respectant les règles les plus élémentaires du commerce des hommes. Mais dans un contexte de don et de contre-don, quel don puis-je apporter, moi qui ne suis qu’un auditeur ? C’est justement l’écoute de l’autre ainsi que son attente qui est déjà une écoute et une reconnaissance qui autorisent l’éclosion du dire. Mais le détenteur du savoir ne peut s’engager sur une voie qui serait celle de la déception : il lui faut des conditions propices au processus cognitif dans lequel la mémoire pourra s’exprimer pleinement. C’est ainsi qu’un jour ma tante me contacta « pour me dire quelque chose ». Le message était reçu. Quand le conte fut déclamé ce ne fut qu’après un rituel très codifié : autour de la table de la salle à manger au milieu de laquelle avait été placée une bouteille de Marsala qu’elle avait confectionnée. Après avoir goûté l’apéritif, le magnétophone fut mis en marche à sa demande. Bien calée dans sa chaise, la tête immobile en scandant de sa main droite le chapelet des vers, elle récita le conte, d’un trait et son visage vers les derniers vers s’illumina : elle avait transmis.

11Sa fille ne le connaissait que de façon lacunaire et, ayant toujours vécu à Marseille, elle ne lui attribuait pas une grande importance. En effet, ce conte qui racontait les déboires d’un paroissien qui tentait vainement de se débarrasser d’une pièce démonétisée ne lui semblait pas d’un grand intérêt. Sans doute s’agissait-il de différence culturelle entre les générations, mais c’est surtout d’écart socio-culturel dont il est question et dans lequel la reconnaissance de la connaissance fait défaut.

12Aussi peut-on parler d’une anthropologie de la connaissance au sujet des contes et du savoir en général où la pragmatique tient une place fondamentale. La stratégie cognitive est ici basée sur la curiosité qui ne peut être satisfaite qu’à partir d’une mise en scène favorisant la restitution, mais la restitution du dire au présent est une reconstitution du dire au passé ce qui amène l’enquêtée devant ce hiatus et cette problématique : comment restituer intégralement un texte qui fut et qui doit être à nouveau ? 

13Cette « rétrodiction » fait accéder le diseur au phénomène de la mimésis et de l’identité narrative, c’est-à-dire que la mémoire permet au locuteur de simuler un autre-soi qui n’est que dans le récit sur le passé. Il semble en effet que le locuteur lors de l’énonciation soit contraint de s’appuyer sur le rituel et le gestuel pour re-mimer l’acte dont il fut le témoin. C’est par ce phénomène qu’il parvient à restituer le texte.

  • 8 Cf. E. Macron, in La lumière blanche du passé, Esprit, Août-Septembre 2000, p. 19.

14Comme le remarque E. Macron8, « L’énigme de la représentation du passé dans la mémoire vient donc du fait qu’on se souvient « sans les choses » et « avec le temps ». C’est pourquoi, comme l’écrit Aristote, l’image « est elle-même et en outre la représentation d’autre chose » : il y a toujours une part d’altérité dans l’image-souvenir, quelque chose qui s’éloigne de l’empreinte originelle laissée et se présente à moi de façon autonome. Cet autre de l’image, c’est précisément l’écart entre le référent premier et son similaire (car le souvenir est toujours la mimésis d’un original connu, appris), cette distance qui mesure l’échec de la fidélité de la mémoire. » Ainsi y a-t-il dans certains entretiens un peu de « la machine à remonter le temps » pour retrouver le temps perdu de l’émission originelle du conte c’est-à-dire le temps du passage, du don, pour retrouver aussi l’image de celui qu’elle a écouté un jour et qui revit quand elle transmet ce texte invisible comme dans un rêve éveillé.

  • 9 Cf. A Reboul et J. Moeschler, La pragmatique aujourd’hui, Paris, Le Seuil, Essais, Points, 1998, (...)
  • 10 Cf. J. Cohen, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion, 1970, p. 55.
  • 11 J. Cohen, op. cit., p. 57.

15Dans cette « stratégie de l’interprète » ou dans la « théorie de la connaissance commune » ainsi que A. Reboul et J. Moeschler9 les qualifient, le chercheur ne doit pas perdre de vue que ce processus global de « retour » vers l’original s’effectue sur le mode du versus puisque le conte est versifié. « Tout vers est versus, c’est-à-dire retour. » nous rappelle J. Cohen10 et c’est là qu’intervient naturellement tout l’outillage poétique dont le rythme et le son qui font que « la poésie est faite pour la déclamation. »11. Sans doute aussi la poésie par ses caractéristiques a-t-elle été ainsi conçue pour la mise en mémoire afin de mieux enrouler / dérouler le parchemin de la mémoire à l’instar de la fileuse ou du tisserand. Curieusement, le conte versifié qui a pour origine un texte écrit semble tout à fait compatible avec la communication orale dès qu’il est assimilé par la mémoire : sa composition, ses caractéristiques phoniques et son contenu sémantique font de l’ethnotexte oral, le souvenir d’un original connu. La remémorisation qui apparaît en tant qu’archéologie du souvenir semble s’appuyer sur des procédés cognitifs faits de repères sémantiques et phoniques entre autres. Autant de liens et d’analogies qui forment une grammaire de la mémoire, une chaîne et une trame du texte.

16S’il s’agissait avec ce conte d’une quête spécifiquement centrée sur celui-ci, l’enquête orale au sens plus large, restitue une vision plus panoramique du passé dans laquelle, on l’a déjà dit, des contes peuvent émerger. Aussi, avec les enquêtes dans le cadre de thèse sur la sociabilité, dans le Var et les Bouches-du-Rhône, on verra davantage les aspects d’un mythe que la «  littérature orale » proprement dite.

 

La peço de quarante soù
Despieio lou cinq nouvembre, en l’an 85
Vous rappeli Messieurs qu’un traita mounetaire
Frappa d’interdicien lou cours numéraire,
Lei peço dou Chili, d’Espagne, d’Autriche.
Un dévot / , fin lapin, paroissien de Gardano
Se trouve poussessour d’uno peço d’Espagne.
Cercavo de pertout à la faire passa.
Mai degun la voulié é dins uno se disié :
« -Maugrat qu’aco t’alasse, ta peço passara,
Tôt ou tard fau que passe ! »
Coumo un brave chrestian
Qu’anavo à la semano santo
Va trouva soun cura
E li dien :
« -Sieu eici venerable pastour
Per accusa mei tor
E faire moun beujou. »
« -Siés brave moun enfan, soulajo ta counscienço
E seloun tei pecat fera ta penitenço ! »
A genoux davans Dièu é lei man rassemblado
D’un trait ié digué ço qu’avié sus lou couor.
« -En aquesto tems, moun enfan, ta counscienço es cargado
En’avès ben besoun de faire la bugado !
Te poudis pas douna la santo-absolucien
E si tei pecat n’en as la remiscien
Fau que verse dins lou troun de l’égliso uno offrando,
Lou Christ crucifian, moun enfan, lou demande ! »
Lou devot, dins un se disié :
« -Vous l’avès ben di que tôt ou tard passarié ! »
Va faire glissa dins lou troun sa peço d’Espagne.
Lou curat ié digué : » -Dièu t’accoumpagne !
Toun obro ta gracia
E dimenche matin, pourras veni coumenia ! »
Lou cura pren si clau, durbe sa cho-maio,
Cridé sa doumestico :
« -Escouta-me Rosoun,
Ana chez lou bouchié
Prendés un gigotoun
Lou picarès d’aié
Lou mestrès à la brocho
E faren en testo à testo
Un brigoun de riboto ! »
La doumestico pren soun chale é soun panié
E oublidé ren é s’en va chez le bouchié.
« -Un gigotoun, quan peço ? »
« -Trente noù sou ! »
« -Tenès, pagas-vous sus la peço ! »
« -Vostro peço es demounetisado ! »
La doumestico se retouno, marcheto chez lou cura é li dien :
« -Pourren pas faire riboto ! »
« -E perqué ? »
« -Vostro peço de quaranto soù, soun demounetisa ! »
« -Ah ! es un lou gus,
Aurai pas du me fia
De sa sotto manièro
Li rendrai la mounado
De sa peço d’argent ! »
Un dimenche de Pasco,
A l’offiço divin
Lou devot s’avançé
E coumençan :
« -Faltus, Deus, Falta mea culpa !(bis)
Vous dieù que passe pas (bis)
se passe pas, s’en pren à sa sagesso
s’avié pouscu passa, lou bouchié l’auru pres ! »

Haut de page

Notes

1 La thèse de 3° cycle sur Les cercles dans le Pays d’Aix, réalités et discours sur la réalité,  Aix-Marseille I, 1982, sous la direction de J.C. Bouvier avec dans le jury M. M. Agulhon et M. P. Joutard et la thèse d’Etat sur Les cercles en Provence, essai d’ethnolinguistique. Aix-Marseille I, 1991, sous la direction de J .C. Bouvier, avec dans le jury, M. C. Bromberger, M. P. Joutard, M. X. Ravier, M. Y. Rinaudo ont été résumées et en cours d’édition. Le conte dont il est question se trouve à la page 569 de la thèse de 3° cycle et le mythe dont il est question est étudié à la page 378 de la thèse d’Etat.

2 On renvoie le lecteur au manuel de J.C. Bouvier, M. Brémondy, P. Joutard, G. Mathieu, et J.N. Pelen, Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, Ed. du C.N.R.S., Paris, 1980.

3 Rappelons que V. Propp est l’auteur de Morphologie du conte, Paris, Gallimard, 1970.

4 Les principales catégories du conte se trouve dans A. Arne et S. Thompson, The types of the folktale, réédition, Helsinski, 1964. Sur les catalogues de contes voir aussi l’article de Josiane Bru dans le Bulletin des adhérents de l’AFAS, n° 14, http://afas.mmsh.univ-aix.fr/ARTICLE_Bru.htm.

5 Cf. E. Morin, La méthode, 3. La connaissance de la connaissance, Paris, Le Seuil, Essais, Points, 1992, p. 143.

6 Il s’agit de l’ouvrage, Aix-en-Provence au 19° siècle, chroniques et faits divers du Mémorial d’Aix, Aix, Edisud, 1980.

7 Cf. J.N. Pelen dans sa thèse Le conte et la chanson populaire de tradition orale en Cévennes rurales, Aix, 1977, tome 2, p. 891, conte n° 136, « La fausse pièce adroitement rendue. »

8 Cf. E. Macron, in La lumière blanche du passé, Esprit, Août-Septembre 2000, p. 19.

9 Cf. A Reboul et J. Moeschler, La pragmatique aujourd’hui, Paris, Le Seuil, Essais, Points, 1998, p. 21.

10 Cf. J. Cohen, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion, 1970, p. 55.

11 J. Cohen, op. cit., p. 57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Chabert,"Ethnotextes : la conscience de l'espace. L'exemple d'un conte", Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS, n° 22, printemps-été 2002, p. 2-8.

Référence électronique

Pierre Chabert, « Ethnotextes : la conscience de l’espace. L’exemple d’un conte », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 22 | printemps-été 2002, mis en ligne le 12 août 2010, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/afas/1469 ; DOI : 10.4000/afas.1469

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page