Navigation – Plan du site

Attarantati… à propos des tarentelles dans les Pouilles (Italie)

Giorgio Di Lecce

Entrées d’index

Mots-clés :

tarentelle

Géographie :

Italie, Les Pouilles

Noms cités :

Di Lecce Giorgio
Haut de page

Dédicace

Le 23 juin 2003 s’est éteint Giorgio Di Lecce, musicien et chercheur, spécialiste de la tarentelle et de la pizzicata, fondateur et directeur de la compagnie Arakne Mediterranea. Il a réalisé de nombreux enregistrements de terrains et films ethnologiques dans la région des Pouilles et plus particulièrement du Salent. Sa compagnie continuera de chanter et de danser la pizzicata et la tarentelle à travers le monde, perpétuant ainsi ses recherches. Il avait donné à l’AFAS cet article pour le bulletin des adhérents, en octobre 2002… le voilà imprimé, il nous permettra de continuer à penser à lui en écoutant les merveilleuses et envoûtantes musiques d’Arakne Mediterranea qui devraient bientôt être éditées en France. http://www.tarantularubra.it/varie/giorgio_di_lecce.htm

…Ils font semblant d’avoir été piqués par certaines bêtes qui peuplent la région de Tarante (d’où ils prennent leur nom) et d’être tombés malades par cette maladie qui les rend fous. Ils vibrent, tapent leur tête, ils tremblent des genoux et, poussés par la musique, ils chantent et dansent, ils bougent les lèvres, grincent les dents et ils se comportent comme des fous. Ils ne demandent rien mais les amis qui leur font de guide crient autour qu’ils sont "attarantati" de manière de demander l’obole…

R. Frianoro, Il Vagabondo, Viterbo 1621.

Texte intégral

1Dès le Xe siècle dans le Sud de l’Italie, apparaît un type de danse « déchaînée » (chorea) attribuée à la piqûre de deux araignées : la tarentule et la Veuve noire (Latrodectus). Cette dernière était la plus dangereuse, car son poison pouvait donner la mort. Ces deux araignées sont toujours présentes en Italie et sur les côtes de la Méditerranée.

2Plusieurs cas d’empoisonnement par ces araignées ont été soignés par la musique et la danse par une pratique diffusée dans tout le Sud d’Italie. Le premier témoignage apparaît en 1362 dans le Sertum papale de venenis de Guglielmo di Marra de Padoue. Dès le XIVe siècle, cette danse fut considérée curative c’est-à-dire capable de guérir du venin hypothétique (ou réel) de la tarentule. Le malade ou Tarantato était stimulé par un certain rythme de tambour et par certains sons et couleurs. Plus tard, en 1600, ces danses et musiques originaires de la région de Tarente, ont pris le nom de « tarentelles ». A partir du XVIIe siècle, ces danses collectives se manifestèrent sous formes de fêtes populaires où musiciens et participants venaient de différents villages, les principaux protagonistes étant surtout les femmes.

3Le terme de Tarentelle se trouve pour la première fois dans un livre paru l’année 1608 : Nuova scelta di sonate per la chitarra spagnola, composte da Foriano Pico (Nouveau choix de sonates pour guitare espagnole, composées par Foriano Pico), édité à Naples par G. F. Paci. Cela ne veut pas dire que ce terme n’était pas utilisé auparavant. Dans plusieurs documents antérieurs nous trouvons indiqués les termes "Tarentule" pour l’araignée, "Attarantati" pour ceux qui ont été victimes de la piqûre et "Tarantismo" pour indiquer la maladie de la danse (Mattioli, 1549 ; Léonard de Vinci lui-même, dans son Bestiaire cite les "Tarantate di Taranto"). Déjà en 1362, dans le Sertum papale de veneris de Guglielmo di Marra da Padova nous trouvons le "Canto delle Tarante, o Morso melodioso" (Chant des Tarante ou Piqûre mélodieuse) mais pas encore le terme "Tarentelle". Celui-ci se répand au cours du XVIIe siècle, en partie à cause des études du père jésuite A. Kircher qui en transcrit 8 exemples musicaux ou "clausole armoniche". De nos jours, il est encore possible de trouver trois formes de danse des "attarantati".

La "Pizzica-taranta"

4Il s’agit une danse curative individuelle (mais aussi collective) qui à son origine dans le très ancien rite de guérison des "tarantati" et de leur pèlerinage à Galatina (aux alentours de Lecce, dans les Pouilles). Le dernier témoignage a eu lieu le 29 juin 1993, avec la dernière danse d’une vieille femme qui avait exécuté le même rite dansé pendant 26 ans (voir : G. Di Lecce, La danza della piccola taranta, Rome 1994). Cette danse, observée et décrite déjà au moyen âge, est martelée par des rythmes et des mélodies qui passent du lento au vivace. Les exemples mentionnés par la littérature populaire (du XVe au XXe siècle) décrivent de nombreuses formes de danse des "tarantati" avec différents objets ou accessoires (épées, foulards, rubans, miroirs, éventails, coquillages, etc.). Ernesto De Martino et son équipe, ainsi que le musicologue Diego Carpitella, suite à leur recherche dans le Salent dans les années 1960, insérèrent cette danse dans le contexte d’un vaste phénomène culturel dans lequel la "pizzica-tarantelle" constituait le moment décisif d’un rituel (E. De Martino, La terra del rimorso, Milan 1994). Elle a continué à être pratiquée en privé ou à l’église jusqu’à sa disparition récente. Elle reste figée dans la mémoire des gens et sa musique qui guérit est proposée aujourd’hui à l’occasion de concerts et de spectacles en accompagnant des danses.

5L’ethnomusicologue M. Schneider, dans son livre La danza de la Spada y la Tarantela (La danse de l’épée et la tarentelle) en 1948 affirme :

Pour ce qui concerne la tarentelle, il s’agirait d’une de ces danses "animalières" dans lesquelles les participants prétendent s’identifier avec certains animaux considérés comme l’incarnation des esprits des morts qui, lors qu’ils sont mécontents causent aux hommes maladies et mort. […] Ces danses agissent comme une espèce d’ « autovaccin » rythmique qui est bénéfique pour le malade. En adaptant ce rythme à la maladie, ou en s’identifiant avec l’esprit ou à l’animal qui à causé cette maladie, elle est reconnue et vaincue par le patient lui-même grâce à l’inversion de toutes les valeurs. Dès que les forces destructrices sont subjuguées par le médecin-danseur/chanteur, celle-ci sont utilisées pour combattre et détruire complètement ces mêmes forces négatives qui habitent le corps du malade […].

6L’auteur énumère les 20 « manifestations extravagantes » comprises dans le répertoire de danses curatives (les anciennes Danzimanie), décrites par des sources orales et écrites :

1 - Les « tarentulés » sautent, dorment, chantent, creusent des trous dans la terre et ils les remplissent d’eau et y se roulent dedans ; 2 - ils plongent dans l’eau leurs mains, les bras, la tête et le cou et ils se comportent comme des canards ; 3 - ils s’installent au centre d’un cercle de personnes et secouent des coquillages remplis d’eau et ornés d’herbe verte ; 4 - ils s’amusent avec les "tarentulés" sautent, dorment, chantent, creusent des trous dans la terre et ils les remplissent, ils descendent dans les trous des cimetières et ils s’allongent dans les cercueils ; 5 - ils tapent des genoux et ils se roulent par terre comme s’ils étaient épileptiques ; 6 - ils soupirent, crient, hurlent comme des chiens ou bien ils imaginent être des poissons ; 7 - ils perdent la mémoire ou la voix ; 8 - ils prennent des miroirs et ils se regardent en soupirant ; 9 - l’heure dans la quelle ils sont le plus soulagés est autour de midi ; 10 - ils se suspendent aux arbres la tête en bas ; 11 - ils sont soulagés par le cri des hirondelles ou le chant des blanchisseuses ; 12 - ils ne peuvent pas s’allonger ou se reposer sans tenir dans la main un coquillage ou un pot rempli d’eau ; 13 - ils sont soulagé par le trot d’un âne ; 14 - parfois ils croient être des rois, parfois des soldats ou des bergers, ils tiennent des discours grandiloquents et ils réclament des vêtements luxueux et des couleurs vivaces ; 15 - ils se couvrent de feuilles de vigne ; 16 - ils ont horreur des couleurs foncées mais ils aiment spécialement la couleur rose ; 17 - cette prédilection pour la couleur rose/rouge a une forte connotation érotique et en même temps une sorte de hydrophobie, une aversion pour l’eau claire ; 18 - ils demande d’être fouettés sur les pieds, sur le dos ; 19 - une musique nommée "catena" (chaîne) peut substituer la tarentelle ; 20 - ils prennent des épées avec lesquelles ils sautent, dansent, font semblant de se battre, ils murmurent des enchantements et ils prennent l’épée avec leur bouche ou ils s’allongent sur elle.  

La "Pizzica de core" (pizzica de la joie)

7Elle se danse aujourd’hui surtout à l’occasion des fêtes populaires, des mariages et des fêtes de famille. Elle est une danse « sautée » en couple mixte, avec un rythme rapide, qui peut être dansée par tout le monde, adultes, jeunes et enfants, devenant l’expression des sentiments de joie et d’amour (cour), enthousiasme et passion. Dans le passé, elle était dansée en famille. Le groupe était disposé sur deux lignes, l’une en face de l’autre, ou en quadrille. Le juge L. De Simone, en 1876 dans ses descriptions des traditions de la région des Pouilles, faisait la distinction entre la Taranta, la Pizzica-pizzica et la Tarentelle. Si la première est sans doute une danse de guérison dont on connaît différents airs (muedi), comme la Monachella, la Filanda, le bal a botta, la deuxième en est une dérivée : la Danza de quiddhu ci la Taranta pizzica (danse de qui a été piqué par la tarentule). Cette danse, avec quelques indications de chorégraphie est devenue la Pizzica-pizzica, une danse du Salent. La tarentelle, qui prend comme prétexte la tarentule, serait une autre danse, avec accompagnement en mineur et le temps en 6/8. Elle est dansée dans d’autres régions comme la Campanie. La tarentelle de Tarente est moins connue que celle de Naples (voir : L. G. De Simone La vita nella terra d’Otranto, Lecce 1996) mais récemment de jeunes musiciens, poussés par la mode des rythmes latino et caraïbes, ont repris cette danse et cette musique dans leurs fêtes et des groupes de musique traditionnelle, mais aussi de techno et de rap s’en inspirent.

8Une des descriptions les plus anciennes de la pizzica remonte à M. Ceva Grimaldi qui, en 1818 dans son livre Itinerario da Napoli a Lecce écrivait :

…Les danses sont nombreuses et très gaies dans toute la région de Otranto. Les femmes dansent avec beaucoup de grâce et les hommes sans affectation. Mais on peut affirmer que la "pizzica"est une danse du Salent. Elle est entre les plus gracieuses que Terpsichore ait jamais appris à ses fidèles. Voilà une description : une femme commence toute seule une ronde. Peu après, elle lance un foulard à celui qu’elle a choisi et elle l’invite à danser. La même fantaisie fait qu’elle le quitte pour en appeler un autre, et cela jusqu’à qu’elle soit fatiguée et s’arrête pour se reposer. C’est alors le tour de son dernier partenaire d’inviter d’autres femmes. La danse continue de telle manière, très variée et agréable. Malheur à celui que la curiosité amène à lancer le foulard fatal : son inexpertise ou l’âge ne peuvent pas le justifier. Le devoir de coutume l’oblige à ne pas refuser l’invitation reçue. La joie des présents est augmentée par ce spectacle ridicule et les danseuses malicieuses rient à cause du pouvoir magique que la beauté exerce dans le monde…

9Le juge L. De Simone, en 1876, dans son ouvrage La vita nella terra d’Otranto (La vie dans les terres de Otranto) prétend que la pizzica du Salent, avec quelques règles chorégraphiques supplémentaires, a comme origine la Tanza de quiddhu ci la Taranta pizzica (Danse de celui qui a été piqué par la tarentule). Elle a le même accompagnement rythmique du tambourin avec des variations sur la danse sautée. Dans la culture populaire, ce sont les danseurs qui modifient les mouvements des danses selon les différentes occasions et les fonctions du moment ou du contexte. Plus que de vraies règles chorégraphiques, il s’agirait de la répétition de situations donc, dans le cas de la Pizzica de core, de moment agréables (fêtes, mariages, anniversaires), qui déterminent les mouvements dansés qui expriment la joie, l’enthousiasme ou le sentiment d’amour.

10Un rare cliché photographique du début du siècle, prise par G. Palumbo dans la campagne de la « Grèce Salentine » montre des paysans qui dansent la tarentelle, accompagnés par une flûte, un harmonica et un tambourin joués par des jeunes gens. Dans l’image recomposée par le photographe durant son enquête sur la culture paysanne, nous pouvons retrouver les positions frontales des deux couples mixtes en train de danser avec un pied qui devance l’autre.

11Dans le texte « O. N. D. - Danses populaires italiennes » (1935), nous trouvons aussi une description de la pizzica :

…La « pizzica-pizzica » est une danse populaire à structure simple et schématique. Il y a peu de figures et tout son intérêt se pose sur l’endurance des danseurs à suivre le rythme qui croît. Cette danse caractéristique, très ancienne, est très répandue auprès des villageois de Bari. Elle est exécutée dans des occasions joyeuses : baptêmes, mariages, moisson, vendanges, fêtes champêtres, etc. Elle est accompagnée par quelques instruments (guitare, accordéon, tambourin, etc.) ; une voix solo chante la mélodie avec des paroles improvisées… pendant que le public marque le rythme en tapant les mains. À tour de rôle des invités se donnent le relais pour chanter cette mélodie. Le rythme de la danse s’accélère avec vivacité jusqu’au pic d’un cri choral d’exultation qui en marque la fin.

12Dans le Dictionnaire encyclopédique de la musique et des musiciens (éd. UTET, Turin 1983, p. 656), Diego Carpitella nous donne une définition plus récente de la pizzica-pizzica :

Tarentelle des Pouilles dans laquelle chaque femme danse successivement avec deux hommes (et l’inverse aussi) sur les notes d’une chanson accompagnée par des instruments (guitare battante, accordéon, "cupa-cupa", tambourin, etc.).

La Pizzica-scherma ou danse des couteaux

13Elle se danse dans la nuit entre le 15 et le 16 août, à l’occasion de la fête de Saint Roch à Torrepaduli lorsque se tient la foire au bétail dans le quartier de Ruffano, près de Lecce. Cette foire de Torrepaduli a perdu aujourd’hui en bonne partie son rôle strictement économique. Elle est devenue une fête d’été typique, avec des processions, des fanfares, des feux d’artifice... Auparavant, c’était le rendez-vous le plus attendu par les bergers, les paysans, les artisans et les éleveurs de bétail qui pouvaient échanger marchandises, animaux, terrains et qui ne réglaient pas toujours leurs comptes de façon très légale. Après minuit se formaient de grandes rondes de joueurs de tambourins (qui souvent venaient d’être achetés pour l’occasion). A l’intérieur de ces rondes, sur le rythme des pizziche du Salent, des danseurs-adversaires se donnaient le relais. Après une invitation définie en se serrant la main, ils démarraient une danse d’escrime, avec des attaques et des parades symbolisées par les mains pointées comme des couteaux. À la conclusion de chaque danse-défi il y avait élimination de l’un des deux adversaires. Martelé par la compétition d’endurance des joueurs de tambourin, les danses-défis se succédaient tout au long de la nuit, avec des provocations et des blagues. Mais derrière ce climat de fête ces danses réglaient nombre de disputes territoriales (par exemple les emplacements des bancs de vente) ou familiales, d’un groupe sur l’autre. Il y avait aussi des groupes de gitans arrivés des pays de l’Est venus s’installer dans le Sud de l’Italie. Ceux-ci se distinguaient pour le style particulier de leurs pas dansés. Des voyous ou des anciens forçats, très adroits grâce aux duels appris dans leur clan, y participaient également.

14Antonio Gramsci dans une lettre de prison (Lettere dal carcere - Lettre de la prison) datée du 11 avril 1927, qu’il écrit de sa cellule de Castellammare, en donne une description alors qu’il vient d’assister à "académie d’escrime" entre bagnards :

(…) Encore deux jours avec 60 détenus. En mon honneur ils organisent des soirées. Les romains improvisent une très belle Académie de théâtre de "Pascarella (…). Les hommes des Pouilles, de Calabre et de Sicile se produisent dans une Académie d’escrime au couteau (…) Siciliens contre pouillais, pouillais contre calabrais. Siciliens et calabrais ne s’affrontent jamais car entre eux la haine est trop forte et alors l’Académie peut devenir dangereuse… Les gens des Pouilles sont les maîtres : poignardeurs insurmontables, ils ont une technique meurtrière, pleine de coups secrets, développée pour dépasser toutes les autres techniques. Un vieil homme originaire des Pouilles de 65 ans, très respecté, (…) a ainsi vaincu tous les champions des autres régions. Après, pour clore la soirée, il a fait de l’escrime avec un jeune homme, toujours originaire des Pouilles, très beau, costaud et très agile. Tous les deux ont développé pendant une demi-heure toutes les techniques d’escrime connues. Il se dévoile à moi tout un monde souterrain, très compliqué, avec une vie à lui faite de sentiments, de points de vue, d’honneur, avec des hiérarchies de fer formidables. Les armes étaient des simples cuillères, tachées avec le plâtre des murs de façon de pouvoir faire des marques dès qu’ils touchaient les habits…

15Actuellement, pendant la nuit entre le 15 et le 16 août, à Torrepaduli, on peut voir quelquefois des duels de danse-escrime entre des vieux escrimeurs. Il y a plutôt des danses de Pizzica-core qui s’alternent avec des danses d’escrime pratiquées par les jeunes des familles d’origine gitane ou par des paysans plus anciens. Le grand nombre de curieux et de touristes a transformé cette danse en la plaçant dans le cadre d’une exhibition d’adresse destinée au public venu pour la fête. Aujourd’hui les couteaux ont été remplacés par les doigts des index et médius en guise d’armes aiguisées et l’ensemble, accompagné au tambourin, offre des mouvements dansés agiles et élégants.

Haut de page

Bibliographie

G. Di Lecce : Tretarante - Le tarantelle pizziche del Salento, éd. Congedo, Galatina 2001

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giorgio Di Lecce, « Attarantati… à propos des tarentelles dans les Pouilles (Italie) », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 25 | automne 2003, mis en ligne le 26 octobre 2010, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/afas/1473 ; DOI : 10.4000/afas.1473

Haut de page

Auteur

Giorgio Di Lecce

Contact de l’association Aracne : http://www.cnimusic.it/arakne.html

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page