Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Enquête patrimoniale et numérisat...

Enquête patrimoniale et numérisation en Bigorre

Fabrice Bernissan

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En mars 2003 notre association se lançait dans une activité nouvelle : l’ouverture d’un atelier de formation au collectage patrimonial. Il s’agissait de proposer à ceux qui le souhaitaient une mise à disposition de matériel enregistreur numérique accompagnée d’une formation théorique et pratique aux techniques d’investigation de terrain.

2Les personnes qui se sont présentées étaient, et restent aujourd’hui, animées du même souci : pérenniser la mémoire des Pyrénées centrales ; éviter que cette culture tombe dans l’oubli alors même que sa transmission n’est plus assurée aux jeunes générations du fait des bouleversements qu’a connus la société pyrénéenne en à peine quelques décennies : passage de la langue d’oc à l’emploi exclusif de la langue française, exode rural et phénomène d’infériorisation par rapport aux centres urbains, pression des médias jusqu’à l’imposition d’un standard, etc.

Numériser pour préserver et diffuser

3Nous nous rendons compte d’un engouement certains, chez les nouveaux collecteurs, pour retrouver cette mémoire, cette oralité, et, conjointement, nous constatons le désir de transmettre dont font preuve les informateurs ainsi que le soin qu’ils mettent en cela. Par ailleurs, l’ouverture de cet atelier a permis de lister un nombre appréciable d’enregistrements sonores déjà réalisés par des amateurs, anonymes relais entre les générations. Ces enregistrements hétéroclites pourront être numérisés, donc sauvés de la destruction et de l’oubli. Une convention nous lie avec le service des Archives Départementales des Hautes-Pyrénées et nous nous obligeons à donner une copie des enregistrements, dans le but à la fois de la sauvegarde et de la diffusion auprès de chercheurs.

Les droits des informateurs

4Nous proposons à chaque informateur de compléter un formulaire dans lequel il nous donne, gratuitement, les droits d’exploitation culturelle et scientifique. Environ 80 % des personnes signent ce formulaire. Nous croyons voir dans ce fort pourcentage un fort désir de transmettre, le sentiment de faire quelque chose d’utile pour la connaissance. Il se peut aussi que les personnes veuillent, tout simplement, faire plaisir à l’enquêteur. En effet nous remarquons qu’au cours de ces enquêtes une relation amicale s’établit très rapidement. Le fait de donner les droits serait alors un signe de confiance et d’encouragement.

Recueillir pour transmettre

5Les travaux d’enquêtes sur le terrain ont effectivement débuté il y a deux ans. Ils ont donné lieu à plusieurs publications. La toute première traite de l’organisation familiale et plus largement de la coutume pyrénéenne de la maison-souche. L’auteur - et enquêteur lui-même - établit une comparaison entre les descriptions du sociologue Le Play en 1856 et ce qu’il observe dans les familles bigourdanes en 2002. La deuxième est axée sur des questions d’ordre sociolinguistique puisqu’il s’agit des représentations qu’ont les occitanophones de leur langue, son emploi, ses perspectives de transmission, etc. Pour chacune de ces études l’auteur puise abondamment dans les enquêtes réalisées et donc dans les enregistrements disponibles.

Haut de page

Bibliographie

Maison soca pirenenca dens la plana de Bigòrra, édition bilingue, 2003.
Enquête sociolinguistique en Bigorre, édition bilingue, parution prévue en février 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Bernissan, « Enquête patrimoniale et numérisation en Bigorre », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 26 | hiver 2003 - printemps 2004, mis en ligne le 14 juillet 2010, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/afas/1482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.1482

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search