Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Hommage à Francine Lancelot

Texte intégral

1Francine Lancelot est décédée le 25 décembre dernier à Paris et avec elle c’est toute une mémoire de la danse populaire qui s’en est allée. Francine Lancelot était venue l’an dernier à Montpellier pour participer aux journées de formation « Filmer la danse et la musique ». Ceux qui, comme moi, ne la connaissaient que par ses écrits ont découvert une femme d’une grande qualité humaine. Née en 1929, formée à la danse classique et moderne, Francine Lancelot reçoit un véritable choc, au début des années 1960, en assistant au spectacle d’une troupe de danse traditionnelle de Sarajevo. A tel point que cette rencontre déterminera ensuite l’orientation de sa carrière vers la redécouverte des danses populaires et de la danse baroque.

2En tant que chercheur, pour le CNRS, Francine Lancelot a conduit plusieurs missions de collecte en France, notamment dans notre région. Elle participe ainsi à la RCP Aubrac et réalise avec J. D. Lajoux des films d’anthologie sur des danseurs de bourrée. Ce sont ces documents qu’elle avait commentés pour nous l’an dernier, avec un regard encore étonné sur la technique de ces danseurs. Ce même jour, son émerveillement devant une ronde chantée de l’île d’Yeu, très sobre mais très dynamique, en disait long sur sa passion pour la danse traditionnelle.

  • 1 « La danse à la fête votive du Caylar », Arts et traditions populaires, Janv.-Mars 1968, pp. 63-66.
  • 2 Les sociétés de farandole en Provence et Languedoc, Thèse de 3e cycle, EPHE, 1973.
  • 3 Sur cette dimension du travail de F. Lancelot, voir l’article paru dans Le Monde du 3 janvier derni (...)

3En 1965, Francine Lancelot réalise également une mission sur la bordure méridionale du massif central. Elle en tire la matière d’un court mais bel article consacré à la danse à la fête votive du Caylar (34), qui reste une des seules études scientifiques consacrée à ce type de sujet dans notre région.1 Quelques années plus tard, c’est sa thèse qu’elle consacrera aux sociétés de farandoles en Provence et Languedoc.2 Elle y analyse avec beaucoup de justesse le phénomène d’intégration d’une technique chorégraphique d’origine militaire à la danse populaire (par le biais des maîtres à danser) ainsi que le contexte sociologique de la pratique de ces farandoles. Cette étude, qui concerne un pan majeur de notre patrimoine chorégraphique, n’a malheureusement connu qu’une diffusion confidentielle. Dans un autre domaine, Francine Lancelot a été aussi un acteur essentiel de la redécouverte de la danse baroque, art chorégraphique de cour et de théâtre des XVIIe et XVIIIe siècles.3 En 1980, elle crée la compagnie Ris et Danseries, dont le répertoire est composé de ces danses du Grand Siècle. En 1987, elle collabore ainsi avec William Christie et les Arts florissants pour la création d’Atys de Lully, que le grand public aura le plaisir de découvrir, notamment à Montpellier.

4La contribution de Francine Lancelot à la connaissance du patrimoine chorégraphique de nôtre région est donc loin d’être mineure, même si elle reste encore aujourd’hui méconnue. Il y a deux ans, elle avait pris l’initiative déposer une grande partie de ses archives audiovisuelles à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Elle avait auparavant déposés ses archives sonores dans d’autres phonothèques régionales, en fonction de ses terrains d’étude : Dastum, en Bretagne, le Conservatoire occitan, en Midi-Pyrénées, Métive, en Poitou-Charentes. Des copies de ses enregistrements sont également déposées au Musée National des Arts et Traditions Populaires, là où elle avait soutenu sa thèse en 1973 sous la direction de Julien Greimas. Cette démarche, qui témoigne de sa conscience de la nécessaire sauvegarde d’un patrimoine collectif, avait été l’amorce d’une reprise de contact avec les acteurs culturels de région, tout comme sa participation, l’an dernier, aux journées de formation à la collecte. C’est la raison pour laquelle sa disparition nous touche autant car elle nous laisse le sentiment d’une rencontre inachevée, qui aurait pu ouvrir sur bien des projets communs.

Haut de page

Notes

1 « La danse à la fête votive du Caylar », Arts et traditions populaires, Janv.-Mars 1968, pp. 63-66.

2 Les sociétés de farandole en Provence et Languedoc, Thèse de 3e cycle, EPHE, 1973.

3 Sur cette dimension du travail de F. Lancelot, voir l’article paru dans Le Monde du 3 janvier dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Laurence, « Hommage à Francine Lancelot »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 26 | hiver 2003 - printemps 2004, mis en ligne le 26 octobre 2010, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/afas/1487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.1487

Haut de page

Auteur

Pierre Laurence

p-laurence@cg34.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search