Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31De la collecte à la valorisation ...

De la collecte à la valorisation des témoignages oraux : l’exemple des Archives départementales de Maine-et-Loire (1998-2007)

“De la collecte à la valorisation des témoignages oraux : l'exemple des Archives départementales de Maine-et-Loire (1998-2007)”, Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS n° 31, été-automne 2007, p. 33-37.

Texte intégral

1Depuis 1998, les Archives départementales de Maine-et-Loire ont étendu leurs missions en s’intéressant à la collecte et à la préservation des témoignages oraux.En concertation avec l’ensemble du service, ce nouveau pôle s’est développé autour de quatre axes qui ont à la fois structuré les actions menées, et permis de créer un réseau de collecteurs de témoignages.

2Ces lignes directrices sont : le recensement des initiatives actuelles et passées en matière de collecte de témoignages sur le département ; la collecte de témoignages pour le Service en menant des enquêtes thématiques ; l’apport de conseils méthodologiques et techniques aux collecteurs de témoignages, qu’ils soient institutionnels ou privés ; la concertation et la valorisation autour des témoignages. Le travail mené a permis la concrétisation d’un certain nombre d’actions.

31. La connaissance des partenaires locaux qui ont des projets liés à la mémoire (particuliers, associations d’histoire locale, mairies, offices de tourisme, pays, musées, ONAC, laboratoires de recherches universitaires…) pour travailler en concertation les uns avec les autres, et créer un dialogue dans climat de confiance au sein d’un réseau de collecteurs. Il devient alors plus aisé de proposer le don ou le dépôt des témoignages recueillis par ces collecteurs en vue d’assurer la pérennité des documents sonores, celle des métadonnées liées aux enquêtes de terrain, et l’accès du public à ces sources, en fonction des souhaits émis par les déposants ou les donataires.

42. Les Archives départementales ont également privilégié l’accompagnement des collecteurs de témoignages à travers des rencontres biannuelles, des réunions de travail et des formations. Depuis 2004, trois plans de formation ont été élaborés suite aux différentes demandes des collecteurs : l’un sur la méthodologie de la collecte de témoignages, le deuxième sur les techniques de captation et de traitement du son, auquel se sont adjoints la formation au montage d’une exposition et à la recherche en service d’archives, et le troisième sur les différentes formes de restitution des témoignages (l’inventaire chrono-thématique, le résumé et le découpage par séquence, la transcription intégrale et le récit ordonné). Un Annuaire des collecteurs et détenteurs de témoignages oraux & des collections sonores et des ressources a été rédigé en 2003 pour favoriser les échanges entre les collecteurs du département. De même, la parution de la Lettre aux collecteurs de mémoire,deux fois par an, leur permet de partager leur expérience, de faire le point sur l’avancée de leurs travaux, de publier le compte-rendu des rencontres … Le service met également du matériel audio à la disposition des collecteurs (dictaphone et mini-disc).

53. Les Archives départementales de Maine-et-Loire mènent aussi leurs propres enquêtes de terrain. La méthode mise en œuvre se découpe en trois phases distinctes :

  • Le travail en amont : définition des thèmes d’étude, recherches documentaire et biographique, choix du matériel audio numérique (Tascam DAP1 - DAT ; micros-cravates), mise en place d’un contrat juridique, conception des guides d’entretien, contact avec les structures relais puis le témoin ;

  • Le travail d’accompagnement de l’enquêté pendant et après l’entretien : présentation des Archives départementales, du chercheur, de l’enquête et du contrat juridique, adaptation de l’entretien au témoin, enregistrement de l’entretien, techniques d’écoute pour favoriser la parole, puis retour du témoin au présent pour ne pas laisser la personne sur des souvenirs qui peuvent être douloureux ;

  •  Le travail en aval : écoute du témoignage pour préparer le prochain entretien sur les sujets non évoqués, réalisation de l’inventaire chrono-thématique, cotation, transfert des témoignages sur des supports pérennes, communicabilité des témoignages, classement des documents collectés (iconographies, …).

6Des recherches ont ainsi été réalisées sur l’ensemble du département sur la guerre 1914-1918, en s’appuyant sur le réseau de l’Office national des anciens combattants (l’ONAC) et les maisons de retraite, et sur la boulangerie artisanale, en partenariat avec la Fédération professionnelle de la boulangerie. L’enquête en cours porte sur la vie politique angevine ; d’autres enquêtes ont été réalisées en fonction des besoins du service : le STO, les Juges de Paix, la Cité d’urgence de Pignerolle... Par ailleurs, suite à la visite du pôle sonore des Archives départementales de la Manche, animé par Domnine Plume, le service a décidé, en accord avec le Conseil général de Maine-et-Loire, de se doter d’un matériel de numérisation, en vue d’assurer en interne une partie des copies de sauvegarde et de communication : ordinateurs, carte son, logiciel de traitement du son Wavelab, table de mixage, casques, graveur CD, haut-parleurs.

74. Ce travail conjoint avec les collecteurs de témoignages du département a permis de diversifier les thèmes d’études et d’enrichir les collections sonores des Archives départementales. Différents aspects de la vie angevine ont ainsi pu être sauvegardés. Les thèmes portent sur la vie privée : "la naissance, le mariage et la mort en Anjou", enquête menée, dans les années 1980, par le GREA (Groupe de recherches ethnologiques de l’Anjou), qui dépend de l’Université catholique de l’Ouest (Angers) ; "la vie privée, la vie quotidienne et la vie sociale", dans les années 1998-2007, travail mené successivement par le pays Saumurois, le pays Loire-Layon-Lys-Aubance et le pays des Vallées d’Anjou grâce aux subventions attribuées par le Conseil général de Maine-et-Loire par l’intermédiaire des conventions culturelles, qui a permis le recrutement ponctuel d’un chargé de mission patrimoine oral ; les métiers comme la viticulture, les ardoisiers ; la vie d’un quartier, d’un village "les vieux commerces à Segré"…

8C’est ainsi que 298 documents sonores ont été donnés aux Archives départementales et 1499 autres déposés. À cela s’ajoute le travail mené par les Archives départementales, et notamment : la Première Guerre mondiale : 54 témoins, 108 entretiens, 87 cassettes, 70 heures d’enregistrement ; -La boulangerie artisanale : 70 témoins, 101 entretiens, 130 cassettes, 113 heures d’enregistrement ; la vie politique (travail en cours)… Soit environ 2019 documents sonores auxquels s’ajoutent les CD de conservation réalisés à la fois en interne, par notre informaticien, et par un prestataire extérieur. Les conditions d’accès ont été fixées par le témoin ou la structure dépositaire.

95. En effet, lieu de conservation et de diffusion du patrimoine, les Archives départementales ont aussi pour objectif de proposer au public la consultation des témoignages recueillis. Ceux-ci constituent des sources complémentaires à l’histoire de l’Anjou. Actuellement, la consultation des documents sonores se fait en salle de lecture sur rendez-vous, dans une salle réservée aux groupes. Le lecteur signe alors un document par lequel il s’engage à respecter la vie privée du témoin et à ne pas porter atteinte aux intérêts publics. À terme, la consultation se fera par ordinateur, via le serveur du Conseil général où seront stockés et protégés les témoignages. Ce projet est en cours d’étude.

10Pour faciliter la recherche, des inventaires chrono-thématiques permettent de connaître les principaux thèmes abordés dans chaque témoignage. Des instruments de recherche sont actuellement à la disposition du public, et concernent différents thèmes : la Première Guerre mondiale (1914-1918), la boulangerie artisanale (XXe siècle), le féminisme à Angers (1965-1985) et le travail des ardoisiers (XXe siècle). Un accès du jeune public à ces documents est proposé aux écoles grâce à un atelier d’écoute de témoignages oraux sur le thème de la Première Guerre mondiale. De même, l’existence de ces fonds sonores est porté à la connaissance d’un public plus large grâce aux médias (presse, télévision, radio), et lors de journées d’études : "Paroles de femmes", en 2004, "Histoire locale et témoignages oraux", en 2005.

116. Au-delà d’un réseau local de collecteurs de témoignages et du travail mené en interne à destination du public, il semble important d’élargir les frontières de la connaissance tant des structures possédant des programmes de recherches que des pratiques mises en œuvre autour des témoignages, pour favoriser le partage des expériences. Cette ouverturea permis de mettre en place des journées de rencontres nationales des collecteurs de témoignages en service d’archives, en 2005 aux Archives départementales de Maine-et-Loire, à Angers, et en 2007, aux Archives départementales de la Dordogne, à Périgueux, dont l’organisation a été assurée par Laurence Perperot, responsable de la sonothèque des Archives. Suite à la première rencontre de 2005, des groupes de travail, animés par des coordinateurs, se sont constitués autour de différents thèmes : les questions juridiques, les questions techniques, l’action de collecte, son devenir et la valorisation des témoignages, les inventaires et l’indexation.

12La restitution des travaux s’est faite aux Archives départementales de la Dordogne les 7 et 8 juin 2007, avec la participation d’intervenants spécialisés : Marie Cornu, juriste, directeur de recherches au CNRS, et spécialiste du droit du patrimoine, Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Michel Courty, technicien du son et spécialiste des témoignages oraux (qui a travaillé au Service historique de l’Armée de Terre, devenu Service historique de la Défense). L’ensemble des participants a souhaité poursuivre ce travail par atelier, et élargir leur réflexion, notamment, sur la méthodologie de la collecte des témoignages, et le témoignage filmé ; le compte-rendu de ces journées sera diffusé en septembre 2007 auprès de toute personne intéressée. Ces ateliers de réflexion sont bien entendu ouverts, et toute personne intéressée peut participer à ce travail.

13Pour conclure, les quatre missions préalablement définies autour des témoignages oraux, par le directeur des Archives départementales de Maine-et-Loire, Élisabeth Verry, tendent à s’élargir et à se modifier pour suivre les évolutions nées de ce travail de collecte des témoignages : le recensement des initiatives menées autour des témoignages tend désormais à favoriser le dépôt ou le don des documents sonores ; la question de la collecte des témoignages par le film est soulevée ; une réflexion est en cours sur la mise en réseau des documents sonores sur le serveur du Conseil général via un accès sécurisé pour faciliter la consultation des fonds sonores par le public en salle de lecture ; le développement des partenariats avec différents services ou institutions menant des projets similaires se poursuit …

14Pour toute information complémentaire, merci de prendre contact avec :
Élisabeth Verry, directeur du service
Marie-Hélène Chevalier, attachée de conservation du patrimoine
Archives départementales de Maine-et-Loire
106 rue de Frémur, B.P. 80744 - 49007 Angers cedex 01
02 41 80 80 00 - m.chevalier@cg49.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« De la collecte à la valorisation des témoignages oraux : l’exemple des Archives départementales de Maine-et-Loire (1998-2007) », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 31 | été-automne 2007, mis en ligne le 12 août 2010, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/afas/1489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.1489

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search