Navigation – Plan du site

Les enregistrements d'Alessandro Moreschi (1858-1921), dernier castrat du Pape

Bruno Sébald

Texte intégral

1La genèse des enregistrements de la voix d’Alessandro Moreschi se situe en 1902. Elle est à l’initiative des frères Gaisberg, Fred et William, les talentueux et audacieux producteurs de la branche anglaise du groupe éditorial Gramophone.

2Leur propos initial était d’enregistrer la voix du Pape Léon XIII (1810-1903) et non celle de son castrat. Ils se rendent à Rome en avril 1902 pour réaliser leur projet. Mais, une fois sur place, ils se heurtent à un refus de l’entourage de Léon XIII, en raison du grand âge du souverain pontife qui avait alors 92 ans. Les deux producteurs se tournent vers le professeur Alessandro Moreschi, dernier castrat du Pape, qui fixe en avril 1902 deux interprétations en solo, une mélodie profane, Ideale de Paolo Tosti, et le Crucifixus, extrait de la Petite messe solennelle de Rossini, publiées sur disques plats.

3En février 1903, l'éditeur phonographique américain, d’origine italienne, Gianni Bettini se rend à son tour à Rome et obtient l’autorisation d’enregistrer la voix de Léon XIII qui récite deux prières : un « Ave maria » et un « Benedictus ». Bettini dont les enregistrements sont restés mythiques, à cause du choix très judicieux de ses interprètes et de leur très grande rareté, publiait, lui, son catalogue phonographique sur cylindre.

4Léon XIII meurt cinq mois plus tard. A l’instigation de son successeur, Pie X, la Gramophone est sollicitée pour réaliser de nouveaux enregistrements des membres du Chœur de la Chapelle Sixtine. Cette seconde session qui se situe en avril 1904, sera réalisée, non plus par les frères Gaisberg, mais par l'un de leurs collaborateurs, l’ingénieur du son américain W. Sinkler Darby.

  • 1  Entre les prises réalisées en 1902 et celles datant de 1904, le nombre total d’enregistrements de (...)

5A cette occasion, Alessandro Moreschi fixe le témoignage de sa voix en solo sur cinq faces de disques plats.Il interprète notamment une seconde version du Crucifixus de Rossini, car la première avait souffert de l’émotivité de l’artiste. Il enregistre également avec les membres du Chœur de la Chapelle Sixtine1.

6Il nous faut bien détruire un mythe : celui de ces enregistrements publiés sur cylindre. Fred Gaisberg était un ancien collaborateur d’Emile Berliner. Or celui-ci mit au point la technique d’enregistrement à gravure latérale sur disque plat, lu à l’aide d’une aiguille. Il déposa son brevet en 1887 et intitula son procédé le Gramophone. Par extension cette dénomination fut étendue aux appareils de lecture de ces disques.

7Ce témoignage de la tessiture d’un castrat, au point de jonction de trois registres : soprano, voix d’homme, mais la tessiture du ténor n’est pas très loin non plus, peut décevoir ! L’enregistrement acoustique, technique alors en usage, c’est à dire devant un cornet acoustique, dessert particulièrement les sonorités aiguës. Moreschi souffre du même problème de restitution de sa voix qu’une soprano (ou un violon).

  • 2  Par la promulgation de l’édit papal Tra le sollicitudine du 22 novembre 1903 concernant la musique (...)

8En dernier lieu, on peut mentionner également le répertoire interprété par le castrat, qui date plutôt du XIXe siècle et qui est alors banni par l’Eglise. En effet, on se trouve à une période de rénovation, alors que Pie X, le successeur de Léon XIII, vient de réformer le chant liturgique2 en restaurant la primauté du chant grégorien.

Haut de page

Bibliographie

Bulletin des adhérents de l'AFAS n° 28

Haut de page

Notes

1  Entre les prises réalisées en 1902 et celles datant de 1904, le nombre total d’enregistrements de Moreschi, en solo, avec le Chœur de la Chapelle Sixtine ou en tant que chef de chœur, s’élève à 17 faces de disques.

2  Par la promulgation de l’édit papal Tra le sollicitudine du 22 novembre 1903 concernant la musique sacrée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Sébald, "Les enregistrements d'Alessandro Moreschi (1858-1921), dernier castrat du Pape", Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS n°28, hiver 2006, p. 14-16

Référence électronique

Bruno Sébald, « Les enregistrements d'Alessandro Moreschi (1858-1921), dernier castrat du Pape », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 28 | hiver 2005 - printemps 2006, mis en ligne le 07 janvier 2011, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/afas/1506 ; DOI : 10.4000/afas.1506

Haut de page

Auteur

Bruno Sébald

Bibliothèque nationale de France, Département de l'Audiovisuel
Responsable des fonds anciens dans le service des documents sonores

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page