Navigation – Plan du site

Quelques réflexions sur l’actualité de la mémoire orale

Florence Descamps

Notes de la rédaction

Ce texte est celui d’une conférence donnée par Florence Descamps (Ecole Pratique des Hautes Etudes) lors des journées d’étude qui ont eu lieu à Gap le 7 décembre 2006 sous le titre « Oralité alpine et lien social ». Ces journées ont étérelatées dans le précédent bulletin de l’AFAS, n° 30.

Texte intégral

  • 1 Voir les premiers Bulletins de l’Institut d’Histoire du Temps Présent et le numéro des Annales cons (...)

1Disons-le d’entrée de jeu, l’actualité de la mémoire orale ne se dément pas. Depuis le début des années 1980, date à laquelle le débat entre histoire orale et archives orales a fait irruption dans le champ historiographique de l’histoire contemporaine1, on ne parvient pas à observer ni un déclin ni même un ralentissement dans le recours à la source orale, mais bien plutôt une diversification et un élargissement des champs de collectage ou d’utilisation des témoignages oraux.

  • 2 Cf. la dernière session de formation des Archives de France à Angers en novembre 2006, qui montre l (...)
  • 3 Cf. la Table Ronde du 6 février à Saint-Denis consacrée aux Archives Orales de la banlieue parisien (...)

2Il existe en effet actuellement de nombreux de projets de collecte de mémoire ou de valorisation de cette mémoire, à base de témoignages oraux, recueillis sur le mode de l’entretien, dans les départements (Archives Départementales, Musées ou Médiathèques2), dans les collectivités locales, au sein des archives municipales, notamment en région parisienne3, dans les grands ministères (Equipement, Intérieur, Culture, Finances, Education Nationale, Affaires Sociales, Défense pour les plus récents ou les plus persévérants), au sein des institutions patrimoniales nationales (aux Archives Nationales, citons par exemple les archives orales de la Délégation interministérielle à la Ville), à l’INA ou à la BDIC, dans les associations ou les sociétés savantes en région…Sans parler des laboratoires de recherche ou des départements universitaires en sciences humaines et sociales où la pratique de l’entretien et la collecte des témoignages deviennent de plus en plus familières aux étudiants.

3Invitée à vous parler de l’actualité de la mémoire orale, sans m’engager dans une description détaillée des projets en cours, je vais dans un premier temps, essayer de vous présenter les différentes formes que prend actuellement le recueil de cette mémoire orale du point de vue des contenus et des problématiques. Vous pourrez ainsi mesurer dans quel ensemble votre futur centre de l’oralité alpine pourrait s’insérer. Puis dans un deuxième temps, je proposerai à votre réflexion quelques hypothèses permettant d’essayer de comprendre pourquoi le recueil de cette mémoire orale connaît une telle acuité et une telle prégnance depuis maintenant trente ans et à quelles pratiques sociales cela nous conduit. Dans un troisième temps, je vous inviterai à réfléchir sur ce que nous faisons quand nous enregistrons la parole des gens et que nous la déposons dans des centres patrimoniaux, à destination des générations futures. Enfin, je reviendrai brièvement sur le choix de l’oralité qui ne relève pas de l’évidence et qui nous pose des défis nouveaux.

La constitution d’un patrimoine mémoriel en France au XXe siècle : contenus, typologie, périodisation

Diversité des contenus des collections

  • 4 Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, De la constitution de la source or (...)

4Si l’on se penche sur la bibliographie concernant l’utilisation des sources orales en sciences humaines et sociales et sur la cartographie des organismes patrimoniaux conservant des sources orales dans leurs collections ou fonds4, on peut s’essayer à une première typologie descriptive et générale des corpus oraux.

  • 5 Cf. le travail accompli par Véronique Ginouvès à la tête de la Phonothèque de la Maison Méditerrané (...)

5Il y a en premier lieu des corpus oraux et ethnomusicologiques constitués dans la grande tradition linguistique, dialectale, musicologique et ethnographique française du premier XXe siècle, collectés par des associations ou par les Archives Départementales5, qui viennent compléter les collections sonores anciennes de l’ancien Musée des Arts et Traditions Populaires, celles de l’ancien Musée de l’Homme ou de la BnF, héritière des Archives de la Parole et de la Phonothèque Nationale créées toutes deux respectivement avant 1914 (1911) et avant 1940 (1938).

6Ensuite, nous trouvons des corpus oraux à dominante historique concernant les grands traumatismes de l’histoire de la France au XXe siècle (les deux guerres mondiales et leurs séquelles politiques et sociales, les génocides européens, les expériences totalitaires européennes, le couple colonisation/ décolonisation en Afrique du Nord et ses héritages, la crise de 1968 et plus généralement les crises politiques de l’Etat ou de la Nation). Ces corpus sont présents dans les Musées d’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, dans les Mémoriaux, au sein des Archives Départementales et des Archives Nationales, au sein des Services Historiques de la Défense, dans les laboratoires de sciences humaines.

7Plus récemment, depuis une trentaine d’années, des collections de témoignages oraux ont été créées dans les institutions patrimoniales nationales ou dans les grandes administrations centrales, dans les grandes entreprises publiques privées concernant les politiques publiques mises en œuvre depuis 1945, l’histoire des administrations et le rôle de l’Etat. Ce mouvement illustre le poids croissant de l’Etat et des grandes organisations dans notre histoire au XXe siècle, notamment en histoire économique mais aussi pour la mise en forme du social.

  • 6 Cf. par exemple les projets en cours de conception pour la création d’archives orales pour l’histoi (...)

8Le local, le territoire et l’espace, tant au sens humain, social, économique que géographique ne faiblissent pas et connaissent même un fort regain, tandis que la France rurale du premier XXe siècle s’efface irrémédiablement : la réflexion sur l’identité des territoires, rurale ou urbaine, agricole ou industrielle, l’attention portée aux métiers locaux et aux micro-communautés professionnelles (ouvrières ou paysannes), le renforcement de l’échelon municipal ou régional, l’urbanisation et maintenant la vie et l’histoire des quartiers pour les villes qui ont connu les grandes transformations du second XXe siècle, le paysage économique tel qu’il a été façonné par le développement économique ou au contraire par les crises et les mutations industrielles successives, autant de thèmes qui recueillent inlassablement l’attention, tant du côté de la société « civile » que des milieux de la recherche ou des milieux politico-administratifs. Enfin, les enjeux sociaux, politiques et symboliques actuels liés à la définition de l’identité de la France et à sa cohésion culturelle ou politique, fortement placés sous les feux de l’actualité médiatique, notamment dans ses composantes sociales, ethniques, sociales, religieuses, démographiques et générationnelles, nourrissent inlassablement la constitution de corpus oraux mémoriels6. Sur ce front pionner et forcément militant, les associations jouent un rôle pilote.

Trois problématiques différentes

9Si l’on se penche d’un peu plus près sur ces diverses entreprises de mémoire orale et sur les motivations qui ont entouré la décision de lancer de tels programmes, on peut observer trois modes principaux de constitution, trois postures en quelque sorte, de la part des initiateurs de ces projets : pour les premières, elles sont conçues sur le mode de la trace en danger de disparition, du risque de perte et de l’urgence, et elles débouchent directement et prioritairement sur la démarche patrimoniale. Les problématiques de la conservation et de la transmission sont prioritaires. Sans qu’il y a ait nécessairement un projet explicite de valorisation à court ou même à moyen terme.

10Pour les secondes, ce sera plutôt l’expérience de la méconnaissance, de la distance creusée, de « l’étrangeté », du « trou de mémoire », du désapprentissage, voire de l’incompréhension à l’égard des faits passés et, elles débouchent sur des enquêtes ou des projets de recherche déterminés (histoire des grandes institutions, histoire des politiques publiques). La dimension de la connaissance et de la compréhension prime.

11Pour les troisièmes, elles se vivent sur le mode de la restitution, de la nostalgie, de la réintégration mémorielle ou de la réparation morale et symbolique. La dimension éthique, politique, civique et sociale prime. Elles mettent souvent en avant la dimension de « devoir de mémoire », de valorisation ou de médiation culturelle et d’intégration sociale.

12Il va de soi que ces problématiques peuvent être toutes les trois présentes dans tel ou tel projet de mémoire orale, mais il est important de savoir distinguer les trois postures pour mieux en maîtriser les tenants et les aboutissants.

Une sédimentation successive

13Historiquement, et je ne ferai qu’une courte parenthèse, le « moment- mémoire » que nous connaissons n’est pas totalement original ni inédit ; il a eu des précédents et il faut bien voir qu’en France, des entreprises de mémoire et de ressaisissement du passé ont existé très précocement : ne serait-ce qu’après la grande de rupture de la Révolution française, avec le développement d’un courant mémorialiste et essayiste historique et politique très vigoureux dans la première moitié du XIXe siècle si agitée en ruptures et en soubresauts politiques (Tocqueville, Chateaubriand, Michelet etc.) et concomitant avec la naissance du traditionalisme puis du folklorisme français. Une des grandes différences néanmoins entre le premier XXe siècle et le XIXe siècle, disons le tout de suite, c’est l’utilisation des technologies du son et de l’enregistrement, ainsi que le recours à l’oralité, ce qui dans un pays de culture écrite comme le nôtre ne laisse pas de déconcerter, voire même de susciter des réticences. Et encore aujourd’hui. On y reviendra peut-être en dernière partie de notre propos.

  • 7 Pélen Jean-Noël et Ginouvès Véronique (dir.), « Les sciences humaines et le témoignage oral. De la (...)

14De façon plus précise, si l’on observe les expériences au XXe siècle de mémoire orale sonore, enregistrée et archivée, dans leur successive sédimentation, on peut remarquer que les trois dimensions dont j’ai parlé plus haut, patrimoniale, cognitive et éthique, sont présentes au cœur de chaque projet, bien qu’à des degrés divers. Le premier âge des archives parlées qui est celui de la linguistique et de la dialectologie et qui démarre avant 1914 est fortement animé par des préoccupations philologiques et scientifiques (les savants de la Sorbonne) ; mais la dimension patrimoniale se manifeste dès le début avec la création des Archives de la Parole en 1911 et avec la crainte de voir se perdre ses « grands vieillards qui se meurent », à savoir les patois. Quant à la dimension politique et sociale de cette création, elle a été soulignée par P. Cordereix qui évoque la compétition entre la France et l’Allemagne sur la définition de la culture et de ses liens avec la langue et le Peuple7. Enfin, il faut aussi penser aux débats de l’époque entre France du Nord et France du Midi, à la francisation des enfants de France dans le cadre de la politique scolaire de la IIIe République etc.…

  • 8 Voir les ouvrages de G-H. Rivière ou d’Arnold Van Gennep.

15Le deuxième âge des archives orales enregistrées, c’est l’âge ethnographique et ethnomusicologique, qui commence dès avant 1940. Il a sans aucun doute mis l’accent sur la fixation et la conservation des traces de la France des campagnes et de la civilisation agraire, rurale et pastorale, mais il n’a pas oublié de développer des programmes de recherche sur ce monde immobile8. Pourtant, la dimension politique n’en était pas absente, lorsqu’on sait que Georges-Henri Rivière lors de la création du Musée des Arts et Traditions Populaires sous le Front Populaire souhaitait également s’intéresser au monde ouvrier et industriel qui s’organisait et accédait au pouvoir sous ses yeux.

16Le troisième âge, c’est celui de l’histoire orale, celui des années 1960 et 1970 : il a été fort peu patrimonial, tourné qu’il était vers la production de connaissances historiques nouvelles sur des groupes sociaux nouveaux. Mais il a plus encore revêtu une dimension militante et politique, en voulant redonner la parole à ceux qui ne l’avaient pas, en voulant redonner aux « dominés de l’histoire » la conscience d’être des acteurs historiques et en voulant leur restituer leur place dans l’histoire de la société française. Pour l’histoire orale de ces années-là, la prise de parole comportait donc une forte dimension restitutive, politique et symbolique.

  • 9 Nora Pierre (dir), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984, réed. 1992.
  • 10 Voir les successives déclarations de l’UNESCO en faveur du Patrimoine immatériel en 1989 et surtout (...)

17Le quatrième âge, celui en définitive dans lequel nous sommes encore, qui a très vite pris le relais du précédent, c’est celui des Archives Orales à partir des années 1980, qui, comme son nom l’indique, est fortement patrimonial. Mais il a été fortement traversé, soutenu, instrumentalisé par une nouvelle demande de la communauté scientifique : dans le sillage des sciences sociales et des écoles anglo-saxonnes d’histoire orale, l’histoire contemporaine a en effet fini par se rallier à la démarche du témoignage oral, ce qui a permis à cette discipline de développer de nouveaux champs de recherche en histoire politique ou sociale (les institutions, l’Etat, les grandes organisations, les entreprises, mais aussi les migrations ou l’émergence de nouvelles technologies). Ce quatrième âge, qui est donc partiellement nourri par une demande scientifique particulière, est aussi et surtout nourri par une extraordinaire demande sociale et culturelle. Et c’est précisément ce qui nous autorise à parler d’un moment particulier de notre histoire, celui d’un moment-mémoire spécifique, moment qui de fait a été bien caractérisé par Pierre Nora ou Marcel Gauchet9. S’il fallait caractériser ce moment-mémoire, on pourrait dire qu’il est caractérisé par la dilatation qualitative, et notamment par la patrimonialisation de l’immatériel10, et par l’expansion quantitative parallèle des trois modes définis plus haut.

18Pour conclure, il y a donc toujours eu une actualité de la mémoire ; mais elle emprunte des voies particulières, datées, localisables, que nous devons tenter d’individualiser et de caractériser dans le temps, dans l’espace et dans ses contenus. Essayons donc de comprendre pourquoi cette actualité de la mémoire orale, du témoignage oral atteint actuellement une telle acuité.

Un moment-mémoire particulier ? Le dernier quart du XXe siècle

Une forte demande sociale

19En ce qui concerne le contexte historique général qui a pu faciliter l’éclosion du témoignage oral à caractère historique, je ne reviendrai pas sur le diagnostic désormais classique qui a été établi à partir des années 1980 sur l’entrée dans « l’ère de la commémoration », sur le poids ou l’omniprésence du passé, sur la crise du futur, sur la montée des incertitudes dans le cadre du ré-ébranlement de l’histoire après la chute du Mur au début des années 1990 puis des attentats du 11 septembre, sur le réveil des mémoires communautaires jugées oubliées, dévalorisées ou refoulées, sur les repentances qui sont autant de visitations du passé et de ses plaies…Je ne reviendrai pas non plus sur l’accélération du temps et du changement, qui fait qu’à la prise de conscience à la fin des années soixante de la fin de la civilisation villageoise, christianisée, rurale, agraire ou pastorale – la Fin des paysans - s’est presque aussi vite ajoutée la prise de conscience de la dislocation d’un certain modèle industriel national productiviste, de la mondialisation des modes de production et d’une mutation du rôle de l’Etat-nation et de l’Etat-Providence désormais sommés de se transformer pour mieux survivre…

20Je voudrais énumérer quelques autres phénomènes, sans leur donner un ordre de grandeur ou de priorité particulier, et les proposer sous forme d’hypothèses à votre réflexion et à la discussion.

  • 11 Ce phénomène ne touche pas seulement la discipline historique, mais aussi par exemple le domaine re (...)

21L’école est maintenant concurrencée par divers modes parallèles de transmission et d’élaboration des connaissances, notamment par la télévision. Si l’on prend le cas de l’histoire, la transmission scolaire, écrite ou livresque ne suffit plus aux élèves, elle se voit concurrencée par d’autres modes de communication ou d’apprentissage, qui précisément ont recours aux vertus pédagogiques du témoignage oral ou du récit individuel11. C’est notamment le cas du genre documentaire télévisuel ou cinématographique qui fait une très grande consommation de témoignages personnels rétrospectifs à caractère historique. A l’histoire-discipline scolaire disposant du monopole de la transmission de la connaissance autorisée sur le passé, s’ajoute ou se substitue, dans les pires des cas, la mémoire consacrée par les médias modernes…Ce modèle parallèle ou alternatif pèse sur le système scolaire qui à son tour intègre le témoignage individuel et mémoriel dans ses enseignements (notamment pour l’étude de la Shoah), en légitime l’utilisation et nourrit en retour la demande sociale en témoignages.

22Le dernier quart du XXe siècle a vu réactualiser et s’épanouir sur le devant de la scène sociale de façon générale la figure du témoin (y compris judiciaire, dans les grands procès historiques filmés), et de façon plus particulière, le témoin-victime ou le témoin-bourreau. Là encore, la naissance et le développement du genre du « documentaire historique » à la télévision comme au cinéma qui a mis en son centre la figure du témoin n’y ont pas peu contribué. Et de cette contagion, la discipline historique n’a pas été épargnée, puisqu’en inventant l’histoire du temps présent, elle a remis en selle sous une configuration nouvelle l’antique figure du témoin oculaire et auriculaire.

  • 12 Cf. la création par le professeur Philippe Lejeune de l’Association pour l’Autobiographie et le Pat (...)

23Le vieillissement de la société est également un autre facteur d’incitation à l’évocation individuelle et collective du passé. Dans une société qui vieillit, deux phénomènes se conjuguent : d’un côté la nostalgie et le plaisir que l’on trouve à évoquer soi-même ou à voir évoquer le passé surtout quand il coïncide avec son enfance ou sa jeunesse. Autrement dit, il existe désormais un marché pour ce type d’activités, de loisirs ou de pratiques sociales de type mémoriel, autobiographique ou historique (ateliers d’écriture, écriture de mémoires privées sous forme de disques, d’ouvrages autobiographiques ou de dépôt de manuscrits dans un lieu patrimonial12, généalogies familiales). D’un autre côté, la société a également découvert les troubles identitaires que provoque la maladie d’Alzheimer sur un individu et, par analogie, la société a pris conscience de ses propres phénomènes d’oubli, de ses propres « trous de mémoire », du risque d’effacement de véritables pans de sa mémoire collective et des conséquences que cela pouvait avoir sur l’identité nationale. C’est la peur de l’engloutissement qui nourrit pour partie la demande sociale sur le passé.

24En outre, dans une société de moins en moins christianisée qui a perdu l’espérance d’une vie après la mort, le passé se trouve nécessairement survalorisé et surinvesti. Si nos mérites ne sont pas promis à une reconnaissance dans l’au-delà, il convient alors de nous en charger soi-même, d’investir dans la représentation de notre passé et de nous construire un tombeau immatériel attestant de notre existence, de notre vécu et accessoirement de nos mérites.

25L’expansion des problématiques du devoir de mémoire à d’autres catégories d’événement que la Shoah et l’adoption par la société tout entière des problématiques mémorielles et psychologiques, voire psychanalytiques telles que la libération par la parole, le traumatisme, le travail de deuil, le refoulement, le déni et la dénégation etc., ont elles aussi légitimé la prise de parole individuelle sur le passé.

  • 13 Voir les travaux de Danilo Martuccelli sur l’individualisation des trajectoires et des perceptions (...)

26De façon générale, l’intérêt pour le « vécu » (né dans les années 1960-1970) se trouve aujourd’hui prolongé par l’attrait pour l’exhibition de l’intime, par l’intérêt pour le singulier et les situations-limites, par l’exaltation du « moi », et par l’obligation dans laquelle se trouve plongé l’individu moderne ou post moderne de se définir par lui-même et à partir de lui-même13.

27Plus concrètement et il faut bien le dire plus prosaïquement, il y a aussi les conséquences de la décentralisation, qui conduit à une mise en mémoire accrue du local, du proche, du territorial et de ce qui fait lien localement au dépens du niveau national. On assiste à un véritable changement d’échelles. Certes, il y a toujours eu des associations régionalistes mais la grande différence avec le passé, c’est qu’aujourd’hui c’est la dimension « micro » qui possède la légitimité politique, sociale et symbolique et surtout … qui possède les financements et les crédits.

28Enfin, il y a la disparition démographique, annoncée et programmée, des témoins directs des grands événements-ruptures ou traumatiques du XXe siècle, ce qui conduit très cyniquement à la situation selon laquelle ce qui se fait rare acquiert mécaniquement de la valeur et devient précieux. L’effet de génération est un grand déclencheur social et patrimonial en matière de constitution de mémoire orale : c’est l’effet « survivants » qui joue à plein.

29A cette demande sociale dont on a tenté de décrire la vivacité et les racines, la création de collections d’archives orales individuelles a constitué l’une des réponses les plus explicites et les plus organisées.

Variété des demandes, variété des usages sociaux en matière de mémoire orale

30En réalité, il ne faudrait pas parler de LA demande sociale, mais d’une extrême variété des demandes sociales. Les besoins en matière de mémoire et de relation au passé sont d’une extrême diversité et d’une grande hétérogénéité d’un groupe social à l’autre, d’une institution à l’autre. La création de toute collection de témoignages oraux reste marquée par la demande sociale à laquelle elle est sensée répondre, elle est étroitement dépendante du contexte social et politique dans lequel elle s’insère, elle porte la marque des acteurs qui ont conçu le projet ainsi que celle de leurs intentions ou de leurs motivations. De sorte qu’au-delà des trois modes proposés plus haut, il existe aujourd’hui un très large éventail d’expériences empiriques d’archives orales, définies par leur usage social à venir, parmi lesquelles on peut choisir.

31On peut ainsi distinguer des archives orales commémoratives ou “commémorationnelles” (il s’agit de raviver le souvenir des morts et d’entretenir le lien entre les morts et les vivants ; les Anciens Combattants sont très friands de ce type d’opérations ) ; des archives orales célébrantes (sur le mode de l’édification civique ou de la fête – « les grands hommes » ou les anniversaires d’entreprise -) ; des archives orales éthiques (à vocation préventive, prescriptive, politique ou civique ; par exemple, les témoignages de déportés ou de résistants dans les Centres d’histoire de la Résistance ou de la Déportation ; dans la même catégorie, on pourrait ranger les archives orales judiciaires des grands procès filmés) ; des archives orales patrimoniales ou monumentaires (vouées à la conservation de traces, à la constitution de bornes-témoins et à la fixation d’œuvres immortelles) ; des archives orales scientifiques (destinées à la démonstration ou à la connaissance ; par exemple, un corpus de témoignages déposé à la suite d’une thèse) ; des archives orales pédagogiques (destinées à faire comprendre et à expliquer ; ces archives orales là vont être produites ou utilisées dans le cadre scolaire, mais il faut aussi penser aux documentaires historiques et à l’outil multimédia en général) ; des archives orales transmissives (conçues pour le transfert de connaissances, de savoir-faire et de compétences entre générations, à la formation et à l’apprentissage, par exemple dans les entreprises artisanales ou artistiques à forte valeur ajoutée) ; des archives orales identitaires (centrées sur la connaissance de soi et l’affirmation de ses propres valeurs, centrées sur l’intérieur) ; des archives orales communicationnelles (vouées à l’accroissement du prestige et de la notoriété, dirigées vers l’extérieur et vers le public)...

32Dans cette énumération, on voit que les archives orales scientifiques sont en définitive extrêmement minoritaires, qu’elles ne sont qu’un type parmi d’autres et qu’elles ne répondent qu’à un objectif très limité, bien déterminé. Cette diversité des archives orales est directement liée à la multiplication et à la diversification des demandes sociales, mais aussi aux nouveaux usages sociaux du témoignage oral, eux-mêmes démultipliés par les innovations technologiques liées au son, à l’image et à l’écran. Autrefois, l’environnement du témoignage était judiciaire et dans une plus faible mesure, historique ou littéraire. Aujourd’hui, on constate une utilisation sociale décuplée et banalisée du témoignage dans la presse écrite, la presse radiophonique et la TV, le cinéma et maintenant sur internet. Enfin, le témoignage oral connaît une expansion formidable dans le champ des sciences sociales et de la pédagogie…Notre société médiatique, grande consommatrice de témoignages oraux et grande dévoreuse de vécu, exige la constitution de stocks de paroles sur soi et sur les autres.

33La question stratégique dès lors, lorsqu’on se lance dans un projet de mémoire orale, c’est de se demander ce que l’on veut faire exactement. Quels objectifs poursuit-on en réalité ? Pour quels motifs lance-t-on un tel projet ? Qui en est à l’origine ? Pour qui ? C’est-à-dire pour quels publics ? A destination de qui ? A qui va-t-on s’adresser pour mettre en œuvre un tel projet ? Quelles méthodes va-t-on et veut-on utiliser ? Pour quelles utilisations ? Pour quels types de « produits » finaux (une exposition, un cédérom, un ouvrage grand public, une anthologie, une thèse, une collection d’archives sonores, une banque de données, une mise en ligne etc.) ? Les objectifs poursuivis conditionnent les moyens et les ressources professionnelles à mobiliser, elles conditionnent aussi les partenaires institutionnels prioritaires et les méthodes à employer.

34Au-delà de ces questions qui demandent une réponse explicite et argumentée, au delà des objectifs matériels, sociaux, scientifiques ou symboliques que l’on cherche à atteindre, il me semble qu’il y a aussi une réflexion à mener sur le sens de ce que nous faisons quand nous invitons des gens à raconter leur vie, quand nous les enregistrons et que nous leur annonçons que leurs paroles vont être archivées, conservées et transmises aux générations futures.

Des archives de la Reconnaissance

Les quatre caractéristiques des archives orales du quatrième âge

35J’ai décrit plus haut le contexte historique et sociologique dans lequel prend place la constitution de collections de témoignages oraux depuis une trentaine d’années, mais je n’ai pas insisté sur certaines des caractéristiques de ces archives orales du quatrième âge. Je citerai principalement quatre spécificités.

  • 14 C’est Daniel Bertaux, à l’origine sociologue de la mobilité sociale et quantitativiste, qui a intro (...)

36D’abord, il faut parler du recours quasi systématique à la méthode des récits de vie, des récits de carrière, des récits de pratiques, recueillis par vois d’entretien14… Par le biais des archives orales, on met désormais des vies en boîte, on collectionne des histoires de personnes. Mesurons le chemin parcouru depuis l’enregistrement des corpus oraux linguistiques et des « faits de langue », depuis l’enregistrement des coutumes et des traditions populaires, depuis les premiers entretiens thématiques sociologique ou historiques pris en note et résumés : ce sont maintenant des récits de vie qu’on collectionne, qu’on archive, qu’on déclare patrimoine immatériel et qu’on muséifie dans les musées de société ou dans les Musées d’histoire de la Déportation et de la Résistance. Un patrimoine immatériel constitué d’histoires de vies.

  • 15 Cf. la pratique de l’autobiographie qui ne cesse de s’étendre dans toutes les couches de la société (...)

37Deuxièmement, ce patrimoine immatériel est en même temps un patrimoine du quotidien, un patrimoine de l’ordinaire. Il est constitué des histoires de vie de gens ordinaires et pas seulement des histoires de vies des élites, des dirigeants politiques, militaires ou économiques. De ce point de vue, le mouvement de constitution des archives orales fait le pendant sonore du succès des expositions de photographies de visages « d’anonymes », ou des expositions de portraits de gens ordinaires. Le patrimoine, de monumental et d’élitiste qu’il était dans un passé encore récent, en même temps qu’il se dématérialise, se démocratise toujours plus et s’offre aux plus modestes15.

38Troisièmement, je voudrais souligner l’importance du choix de la méthode de l’entretien, par laquelle un témoin s’adresse à quelqu’un qui lui a demandé explicitement de parler, méthode qui permet de fonder une démarche de don et de contre-don, d’établir un échange et une réciprocité entre les deux partenaires et de tisser un véritable lien social.

39Enfin, la dernière caractéristique et c’est peut-être la plus importante, c’est qu’il y a en effet un intervieweur mandaté officiellement par la société, soit par les Archives, soit par un Musée soit par une institution universitaire ou scolaire ou même par une organisation, pour recueillir la mémoire et la parole de ceux qui sont dès lors désignés comme « témoins ». Ce sont donc à la fois ce mandat institutionnel et la promesse de transmission et de postérité, attachée au pacte d’entretien, qui font des archives orales patrimoniales, au-delà du caractère totalement singulier de l’exercice, un acte social unique en son genre et riche de nombreuses significations symboliques.

  • 16 Stock, Paris, 2004.

40Afin de mieux appréhender cette richesse symbolique qui fonde en réalité notre démarche et pour conclure cette partie, je vous propose d’emprunter au dernier ouvrage de Paul Ricoeur16, Parcours de la Reconnaissance, sa notion de « parcours ».

Un quintuple parcours 

41Par le geste en apparence anodin d’enregistrer le récit de la vie de quelqu’un, le témoin et son intervieweur, officiellement mandaté pour cela, effectueraient en réalité, si l’on suit la méditation de Paul Ricœur sur les multiples sens du mot « reconnaissance », un quintuple parcours de reconnaissance.

42En recueillant le récit de vie de quelqu’un, l’intervieweur effectue un premier parcours de reconnaissance, comme on se familiarise progressivement avec une région ou que l’on repère un espace ou un territoire inconnu. Il fait l’expérience du questionnement, de la recherche, de la quête d’indices, de l’altérité que l’on cherche à rendre plus proche, accessible, familière, identifiable, connaissable. C’est la démarche du chercheur, qui cherche à appréhender ce qu’il ne connaît pas. Les archives orales ont ici une fonction d’outil de repérage, de lampe-chercheuse et d’instrument de connaissance.

43On peut parler d’un deuxième parcours de reconnaissance, cette fois-ci pour le témoin, qui refait connaissance de soi en se racontant, qui se réapproprie par le récit sa propre histoire (« je me suis reconnue dans cette histoire ») et qui redéfinit sa propre identité, en la confrontant au regard de son intervieweur. On reconnaît là la notion « d’identité narrative » chère à Ricœur. Les archives orales ont une forte fonction identitaire pour le témoin qui se risque à dire qui il est ou qui tente de dire qui il veut être.

44Le troisième parcours de reconnaissance est commun au témoin et à l’intervieweur et il suppose un pacte de confiance ou une alliance entre les deux interlocuteurs ; c’est un parcours de « renommage » et de « véridiction », qui cherche à dévoiler ou à mettre au jour ce qui a été dénié, innommé, oublié, caché, laissé de côté ou occulté. C’est le sens de reconnaître que l’on trouve dans les intrigues policières, romanesques, théâtrales ou épiques (cf. Ulyssse qui se fait « reconnaître » par Pénélope à la fin de son Odyssée ou le Christ qui se fait « reconnaître » par les pèlerins d’Emmaüs) ou à un autre degré, que l’on retrouve dans les expressions telles que « reconnaître un fait ou reconnaître ses torts ».Dans ce cas, les archives orales, au travers desquelles le témoin s’exprime, ont une fonction éthique ou civique de dévoilement et d’attestation.

45Le quatrième parcours de reconnaissance est un parcours de gratitude. En réalisant des archives orales à vocation patrimoniale, mémorielle ou historique, la société, représentée par son mandataire-intervieweur, manifeste de la reconnaissance à ceux qu’elle enregistre. Elle désigne ceux dont elle veut conserver la trace, ceux dont elle juge dignes que leur vie ou leur récit soit transmis à la postérité. Ce faisant, en leur manifestant cette reconnaissance, elle se déclare « héritière de », ou à tout le moins « descendante de », ce qui mérite d’être souligné. Constituer des archives orales, c’est donc célébrer les « anciens » et élever des monuments aux bientôt-morts ; c’est vouloir expliciter un lien intergénérationnel et instaurer un lien entre les morts et les vivants. Cette fonction de gratitude, qui n’exclut pas par ailleurs un regard critique et un droit d’inventaire, concerne autant l’intervieweur qui, au nom de la société, manifeste la reconnaissance de cette dernière, que le témoin qui, parlant de lui, parle aussi des Autres, manifeste ses propres reconnaissances et tisse ainsi les liens immatériels de ses appartenances, de ses filiations et de ses rejets.

46Enfin, le dernier parcours de reconnaissance concerne le témoin, qui peut expérimenter par les archives orales un parcours de « justification ». A un premier niveau, il se voit reconnu, reconnu comme un acteur historique à part entière, dont on prend aux sérieux les motivations et les justifications. A un second niveau, cela peut être l’occasion pour lui de « se faire rendre justice » par la postérité (« les historiens trancheront ») ou de « se faire justice soi-même » par la parole.

  • 17 L’entretien ayant accédé plus fermement et plus solidement au statut d’œuvre de l’esprit, il évolue (...)

47A la lecture de ce qui précède, on comprend mieux pourquoi l’exercice des archives orales rencontre désormais toujours plus de succès auprès des personnes à qui il est proposé. Deux autres motifs y contribuent sans doute largement : en premier lieu, l’espoir de passer à la postérité ou d’entrer dans l’éternité ; c’est inscrit dans le pacte attaché aux archives orales patrimoniales. Et ensuite, le fait que les responsables de projets d’archives orales proposent désormais au témoin une procédure contractuelle permettant à ce dernier de contrôler, s’il le souhaite, l’usage de sa parole17.

L’oralité ? une option difficile ?

48Reste le défi de l’oralité.

Un choix finalement récent

  • 18 Cf. le Comité d’histoire de la Seconde Guerre Mondiale qui a procédé à des centaines d’interviews d (...)

49Notons que le choix de l’oralité est un choix récent dans les sciences humaines et sociales. Les sociologues, les anthropologues, les ethnographes, les ethnologues, les historiens18, les linguistes eux-mêmes ont toujours transcrits leurs entretiens ou leurs corpus oraux. Pour les besoins de l’analyse, de la comparaison, de l’exploitation des données et de la citation. Mais aussi pour la valorisation : des paroles, on faisait des livres écrits. C’est le grand paradoxe. Et cela continue.

  • 19 Un exemple récent d’exploitation SONORE d’archives orales : Les voix des Finances. Des hauts-foncti (...)

50Néanmoins, depuis une dizaine d’années, les progrès combinés des technologies de l’informatique, du son et du numérique offrent des perspectives nouvelles aux archives orales : marquage des enregistrements et repérage de l’information facilité, bornes sonores dans les expositions, utilisations audiovisuelles et radiophoniques, disques audio, outils multimédias, cédéroms ou DVD19, créations de banques de données, mise en ligne sur Internet de corpus oraux etc.…

  • 20 On évalue le nombre de conteurs en France à 300 pour les professionnels et près de 4000 pour les am (...)

51D’autre part, on observe un indéniable regain d’intérêt pour l’oralité, pour la littérature orale, pour les archives et la littérature lues sur scène, pour les livres « sonores » et plus largement pour les arts de la parole, soit de la part des spécialistes, qu’ils soient universitaires, chercheurs ou responsables du patrimoine, soit de la part de nouveaux acteurs professionnels, tels que les conteurs qui connaissent une succès croissant20, soit de la part des publics qui viennent entendre et écouter.

Pourquoi ce retour de l’oralité21 ?

  • 21 Nous nous appuyons ici sur les débats tenus lors de la journée d’étude de décembre 2005 tenue à la (...)
  • 22 Dans tous les grands mythes, dans la Bible, la Vie est octroyée par la Parole.

52Pour expliquer ce retour ou ce choix délibéré de l’oralité, au point que l’on parle actuellement de néo-oralité, plusieurs facteurs explicatifs sont avancés : d’abord, la force symbolique et créatrice de la Parole qui a toujours eu quelque chose à voir avec le don de la vie, avec la conscience et avec le divin22.

  • 23 Les jurés ne disposent que de paroles pour se faire une idée du dossier, de l’histoire et de la vér (...)

53Ensuite, la dynamique sociale spécifique de la Parole qui a toujours assuré des fonctions culturelles et sociales essentielles : le théâtre au Moyen-âge, l’éloquence politique dans la cité, au Parlement et dans la démocratie, l’enseignement et l’éducation qui passent par le cours professé oralement, la plaidoirie judiciaire et la sentence de jugement au sein de la cour d’assise23 ; les annonces orales de la puissance publique, les professions orales des candidats aux plus hautes charges de la vie publique etc.…

    54Il est aussi question d’une réaction sociale et culturelle face à « l’arrogance de l’écrit » imposant ses propres protocoles et ses contraintes spécifiques, au profit d’une parole plus légère, plus volatile, plus variable et plus créative. Chez les spécialistes de la médiation culturelle, on parle aussi d’une demande particulière des publics en faveur d’une « oralité chaude », à savoir directe, humaine, interactive, proche de l’orateur, par opposition à « l’oralité froide » qui serait celle de la Radio et de la télévision, technologique et intermédiée par l’écran ou l’appareil.

  • 24 Un préfet ne parle pas comme un cheminot ni comme un instituteur, mais il ne parle pas non plus com (...)

55De façon générale, les observateurs avancent l’impact et la force individuelle de la voix, en qui se révèle non seulement la personnalité de la personne qui parle (timbre, ton, qualité, tonalité), mais aussi son identité sociale et culturelle24. Cette voix, elle est d’ailleurs protégée juridiquement ; on cite ainsi parmi les droits de la personnalité le droit à la protection de la voix de même qu’on parle de la protection de l’image.

56On pourrait aussi parler du lien qu’entretient la voix avec le réel : la voix fonctionne comme une signature qui atteste de la réalité de la personne qui parle (il y a bien derrière ces paroles enregistrées une « vraie » personne). La voix, unique et reconnaissable par les proches ou par les contemporains quand il s’agit d’une personne publique, est une signature qui authentifie le document. A cet égard, le témoignage oral s’inscrit dans un registre d’identification et d’authentification où l’on ne l’attendait pas, - compte tenu des réticences dont il a fait l’objet de la part des historiens positivistes -, notamment par rapport à la transcription dont on ne peut dire exactement ni quel en est le statut ni quel en est le véritable auteur.

  • 25 Véronique Grahoum-Grappe parle, pour « l’oralité chaude »à savoir le face-à-face de l’entretien, d’ (...)

57Dans cette supériorité de la parole par rapport à l’écrit, il faudrait voir en transparence le poids et l’impact du corps (« ce tambour de la parole ») impliqué à plein dans la relation interactive de communication et de transmission, dans l’échange des regards et des mots25.

58Tout se passe finalement comme si se mettaient en place des couples binaires d’oppositions : oralité/vérité et écriture/falsification ou encore oralité/réalité et écriture/construction. Couples auquel s’ajoute trois autres binômes souvent implicites : oralité/vie et écrit/mort ou sous une autre variante oralité/mémoire et écrit/histoire ou encore mémoire/vie et histoire/mort…D’où cette expression courante dans les années 1980, de « mémoire vivante », et d’où l’idée de faire entrer la vie dans le patrimoine en constituant non seulement des archives écrites mais aussi des archives parlée.

59Enfin, liées à la problématique de la corporéité de la voix, surgit celle de l’émotion et de l’affectivité, qui serait elle aussi à la racine du succès des archives orales et plus largement des expériences d’oralité. Or, l’émotion et l’affectivité, c’est précisément ce dont l’historien ou le chercheur, dans leur habitus disciplinaire, veulent se départir. D’où la tension qui existe entre d’une part le métier traditionnel de l’historien qui travaille « à froid » non seulement sur le papier et l’écrit, mais aussi sur le collectif, le transversal et le distancié et d’autre part, les témoignages oraux qui eux traitent « à chaud » du particulier, de l’individuel et du singulier. Le travail de l’historien s’en trouve complexifié, voire fâcheusement compliqué. Que faire en définitive du témoignage oral ?

Un choix difficile ?

60En conséquence, il ne faut pas se cacher les difficultés que l’on va rencontrer lorsqu’on fait le choix de l’oralité.

61Difficultés d’abord du repérage de l’information au sein des enregistrements, ce qui conduit à rappeler l’absolue nécessité de « documenter » les collections d’archives orales pour les rendre exploitables. Rappelons encore et toujours qu’un corpus de témoignages oraux dépourvu de son instrument de travail (catalogue, apparat critique, notices, contextualisation etc.) n’est utilisable valablement ni par les chercheurs ni par les médiateurs culturels.

  • 26 Faut-il créer des lieux de parole sociale collectifs ? Des Maisons de la Parole ? Comment faire pou (...)
  • 27 Florence Descamps, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entr (...)

62Difficultés ensuite pour conquérir et fidéliser le public : pour écouter, il faut un environnement de silence et quelques qualités de concentration chez les auditeurs ; il faut aussi de la patience et de la persévérance, car la linéarité du son suppose de savoir prendre du temps pour entendre et comprendre, sans oublier que la parole peut être extrêmement lente, notamment chez une personne âgée. Quels dispositifs de valorisation et de médiation faut-il alors mettre en œuvre en direction des publics ? Quels sont les plus pertinents ou les plus efficaces ? Il reste de nombreux efforts d’imagination et d’innovation à faire pour créer les instruments de la valorisation culturelle, pédagogique et sociale dont les archives orales ont besoin26. Difficultés dans la prise en compte scientifique des corpus oraux, qui en dépit du retour de l’oralité dont j’ai parlé plus haut, continuent d’être tenus pour des sources de second rang. L’effort reste donc à poursuivre tant dans le domaine de la formation des étudiants en sciences humaines et en sciences sociales (position des hypothèses, rigueur du raisonnement, de l’argumentation, identification et précision des citations) que dans celui de l’accès aux sources et de leur vérifiabilité, ce qui suppose le dépôt des corpus constitués par les chercheurs dans des centres patrimoniaux ouverts au public. Pouvons-nous enfin évoquer très brièvement deux derniers défis à relever ? Le premier est celui de la concurrence ou de la complémentarité de l’image : bref, faut-il ajouter l’image au son ? Un débat que l’on pourrait croire clos avant même d’avoir été ouvert, mais qui se pose néanmoins aux actuels promoteurs de projets d’archives orales27. Enfin, le second concerne tous les acteurs patrimoniaux qui conservent des documents, qu’il s’agisse de livres, de photographies, de films, d’archives ou d’enregistrement sonores, à savoir la conservation, la reproduction, la numérisation et la transmission technologique du patrimoine accumulé.

63L’oralité, à tous ces égards, reste un grand défi.

64Pour terminer cette intervention, je voudrais souligner combien les archives orales constituent un outil paradoxal et subtil. C’est d’un côté une méthode pour rendre actuel, c’est-à-dire présent, proche et vivant ce qui est passé, pour faire pénétrer le passé dans notre présent et aussi pour projeter nos interrogations du présent sur notre compréhension du passé. De ce point de vue, les AO sont bien un outil de rapprochement entre le passé et le présent.

65Mais de l’autre, elles sont aussi un outil privilégié pour mettre à distance telle ou telle mémoire trop « chaude » et pour en « refroidir » les composantes, tout en disant officiellement et explicitement qu’on lui accorde de la valeur et qu’on va lui faire une place dans la mémoire nationale. Collecter et archiver des archives orales, c’est organiser un premier travail de refroidissement de la mémoire, préalable à tout travail historique. C’est objectiver cette mémoire, la désigner comme objet d’étude, la relativiser et l’historiciser, de façon à la rendre acceptable et appropriable par tous. Les archives orales sont une magnifique entreprise de réintégration nationale, elles sont un moyen peu coûteux et pacifique de résoudre nos conflits de mémoire et d’identité ou de communautés, elles sont une antichambre possible à l’écriture d’une histoire commune à tous.

Haut de page

Notes

1 Voir les premiers Bulletins de l’Institut d’Histoire du Temps Présent et le numéro des Annales consacré aux « Archives orales. Une autre histoire ? », n° 1, janvier-février 1980.

2 Cf. la dernière session de formation des Archives de France à Angers en novembre 2006, qui montre la dynamique des archives orales en région.

3 Cf. la Table Ronde du 6 février à Saint-Denis consacrée aux Archives Orales de la banlieue parisienne, intitulée « Collecter la mémoire des habitants, démarche historique ou sociale ? », avec la participation de F. Jacquet des Archives municipales de Saint-Denis, de G. Michel des Archives municipales de Pantin, de G. Normand des Archives municipales de Saint-Ouen, de F. Vasseur des Archives municipales de Blanc-Mesnil et de S. Zaidman des Archives Départementales de Seine-Saint-Denis. Pour en savoir plus sur l’une ou l’autre de ces expériences, Aux Courtillières, histoires singulières et exemplaires, CREAPHIS, Paris, 2005 ou Douce banlieue. Une mémoire ouvrière, par Frédérique Jacquet et Gérard Mordillat. aux Editions de l’Atelier / Les Editions Ouvrières, 2005.Voir aussi ce qui s’est fait aux AD du Val de Marne pour la création des départements de la région parisienne et pour Mai 68 dans ce département.

4 Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, CHEFF, 2001, réédition 2005 et Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Editions Bréal, 2006 ; Agnès Callu et Hervé Lemoine, Guide du Patrimoine sonore et audiovisuel français, 7 volumes, Paris, Belin, 2005. Ce Guide fort précieux, recense environ 800 organismes sur l’ensemble du territoire national, mais moins de la moitié de ces organismes publics ou privés conservent ou produisent des corpus oraux à caractère rétrospectif, mémoriel, pédagogique, scientifique ou culturel. Il faut cependant mentionner que, faute d’identification ou de réponse à l’enquête, la plupart des laboratoires de SH et SS ne figurent pas dans ce Guide et qu’il manque aussi un certain nombre d’organismes privés, notamment les radios libres, certaines associations linguistiques, ethnomusicologiques ou « communautaires » et les maisons de production audiovisuelle…

5 Cf. le travail accompli par Véronique Ginouvès à la tête de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme auprès des chercheurs et des associations de collecteurs pour la région PACA. Voir plus précisément la Journée d’étude « Collectes et collecteurs de musiques et danses traditionnelles en Provence-Alpes-Côte d’Azur », rencontre régionale organisée par la Mission des musiques et danses traditionnelles et du monde et la phonothèque de la MMSH (pôle associé BNF / FAMDT), en collaboration avec l’Association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) le 21 novembre 2005 à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH Aix-en-Provence).

6 Cf. par exemple les projets en cours de conception pour la création d’archives orales pour l’histoire de l’immigration, pour l’histoire des différentes « communautés » en France ou pour celle de l’esclavage…Cf. aussi les réalisations des Mémoriaux de la déportation ou de la Shoah, existant sur l’ensemble du territoire.

7 Pélen Jean-Noël et Ginouvès Véronique (dir.), « Les sciences humaines et le témoignage oral. De la source à l’archive », Actes des Journées d’étude organisées par l’AFAS à Aix-en Provence, 22 et 23 mai 2000, Sonorités, AFAS, n° 4, 2002.

8 Voir les ouvrages de G-H. Rivière ou d’Arnold Van Gennep.

9 Nora Pierre (dir), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984, réed. 1992.

10 Voir les successives déclarations de l’UNESCO en faveur du Patrimoine immatériel en 1989 et surtout en 2001 et en 2003.

11 Ce phénomène ne touche pas seulement la discipline historique, mais aussi par exemple le domaine religieux et la transmission de la foi. Dans les milieux chrétiens, l’attestation personnelle et le témoignage de vie ou de conversion sont devenus des moyens prioritaires de l’évangélisation, à égalité voire supérieurs, aux enseignements catéchétiques ou à des prédications plus classiques.

12 Cf. la création par le professeur Philippe Lejeune de l’Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine autobiographique (APA) à Ambérieu en Bugey.

13 Voir les travaux de Danilo Martuccelli sur l’individualisation des trajectoires et des perceptions sociales, ainsi que sur la recherche de sens dans notre société post-moderne (Sociologies de la modernité, Gallimard, 1999 ; Grammaires de l’individu, Gallimard 2002 et Forgé par l’épreuve, A. Colin, 2006.

14 C’est Daniel Bertaux, à l’origine sociologue de la mobilité sociale et quantitativiste, qui a introduit la méthode qualitative du récit de vie en France et l’a le plus théorisée, défendue et appliquée. Pour en savoir plus, Daniel Bertaux, Les récits de vie, Perspective ethnosociologique, Paris, Nathan, 1997. Mais on peut lire aussi Demazière Didier et Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques, L’exemple des récits d’insertion, Paris, Nathan, 1997 ; Ferraroti Franco, Histoire et histoires de vie : la méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1983 ; Gaulejac Vincent de et André Lévy (dir.), Récits de vie et histoire sociale, Paris, Eska, 2000 ; Lejeune Philippe, « Je » est un autre. De la littérature aux médias, Paris, Seuil, 1975 ; Lejeune Philippe, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1996 ; Monteil Jean-Marc, Soi et le contexte. Constructions autobiographiques, insertions sociales, performances cognitives, Paris, Armand Colin, 1993 ; Peneff Jean, La méthode biographique, Paris, Armand Colin, 1990 ; Peneff Jean, « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », Politix, n° 27, 1994, p. 25-31 ; Poirier Jean, Suzanne Clappier-Valladon, Paul Raybaut, Les récits de vie. Théorie et pratique, Paris, PUF, 1983.

15 Cf. la pratique de l’autobiographie qui ne cesse de s’étendre dans toutes les couches de la société, qu’elle soit orale ou écrite, manuscrite ou désormais électronique.

16 Stock, Paris, 2004.

17 L’entretien ayant accédé plus fermement et plus solidement au statut d’œuvre de l’esprit, il évolue désormais dans l’environnement juridique du droit de la propriété littéraire, intellectuelle et artistique, ce qui donne accorde au témoin-auteur une bonne protection de son œuvre parlée.

18 Cf. le Comité d’histoire de la Seconde Guerre Mondiale qui a procédé à des centaines d’interviews de prisonniers, de déportés ou d’anciens combattants, mais qui les a transcrites sans les enregistrer. Faute de matériel adéquat, mais probablement sans y penser non plus. Il faut dire que l’enregistrement ne connaît pas encore le magnétophone moderne, qui date de 1948, et que les procédures sont lourdes et mal commodes (studio de son).

19 Un exemple récent d’exploitation SONORE d’archives orales : Les voix des Finances. Des hauts-fonctionnaires racontent la vie économique de la France de 1945 à 1969, Paris, CHEFF, 2006.

20 On évalue le nombre de conteurs en France à 300 pour les professionnels et près de 4000 pour les amateurs. On compte aussi une centaine de festivals du Conte et du Récit en France, dont le Festival des « Contes et Rencontres » qui a connu sa 16è édition en février 2007 en Lozère ; on évalue le nombre de spectateurs-auditeurs à plus de 2 millions dont la moitié d’enfants. Source : « L’art du récit en France : état des lieux, problématique », étude ministérielle 2000. En 2002, la Maison du Conte de Chevilly-la-Rue, le Centre de littérature orale de Vendôme et le Centre des Arts du Récit en Isère se sont regroupés pour construire un projet commun portant à la reconnaissance nationale des arts de la parole (www.mondoral.com). Le colloque organisé par la BNF le 1er décembre 2005, « Parlons oralité », avec Geneviève Calame-Griaule, ethnolinguiste, sur la parole et la société, Pascal Cordereix conservateur des Bibliothèques sur les archives sonores, Nicole Belmont sur le langage des contes, Jean Derive, linguiste, sur la littérature orale, Véronique Nahoum-Grappe anthropologue sur le rôle du corps dans l’oralité, Me Lataste sur la plaidoirie orale et Jean-Louis Legrand, sociologue, sur les histoires de vie, montre le renouveau du questionnement et des pratiques sur l’oralité.

21 Nous nous appuyons ici sur les débats tenus lors de la journée d’étude de décembre 2005 tenue à la BNF sur l’oralité. On peut aussi se reporter au n° 159 du magazine Sciences Humaines, d’avril 2005, qui comporte un dossier « Pourquoi parle-t-on ? L’oralité redécouverte ».

22 Dans tous les grands mythes, dans la Bible, la Vie est octroyée par la Parole.

23 Les jurés ne disposent que de paroles pour se faire une idée du dossier, de l’histoire et de la vérité ; et ils ne disposent que de paroles pour signifier leur jugement.

24 Un préfet ne parle pas comme un cheminot ni comme un instituteur, mais il ne parle pas non plus comme un inspecteur des Finances…

25 Véronique Grahoum-Grappe parle, pour « l’oralité chaude »à savoir le face-à-face de l’entretien, d’un « pacte où chacun accepte que l’autre existe » et d’une « communication des présences ».

26 Faut-il créer des lieux de parole sociale collectifs ? Des Maisons de la Parole ? Comment faire pour que les morts parlent aux vivants ?

27 Florence Descamps, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », Gazette des Archives, n° 196, mars 2005, p. 95-122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Descamps “Quelques réflexions sur l’actualité de la mémoire orale”, Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS n° 31, été-automne 2007, p. 16-31.

Référence électronique

Florence Descamps, « Quelques réflexions sur l’actualité de la mémoire orale », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 31 | été-automne 2007, mis en ligne le 01 juin 2007, consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/afas/1647 ; DOI : 10.4000/afas.1647

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

F. Descamps a publié récemment : Les sources orales. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Bréal, 2006.
Elle est Maître de conférences en histoire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page