Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33ActualitésCompte rendu du colloque “100 ans...

Actualités

Compte rendu du colloque “100 ans après, les urnes de l’Opéra ont parlé” - Paris, 8-9 décembre 2008

George Brock-Nannestad
Traduction de Elizabeth Giuliani
p. 17

Le son enregistré nous importe, aussi avons-nous besoin d’archives sonores. Ce compte rendu présente un événement qui, plus qu’aucun autre, situe l’idée d’archives sonores au cœur des préoccupations du grand public et non seulement au cœur des préoccupations des chercheurs et des institutions. Aujourd’hui nous tenons les archives sonores pour protégées, mais, dans les faits, le mouvement même pour l’archivage du son n’aurait obtenu aucune attention si cet événement particulier ne s’était pas produit : en décembre 1907, le dépôt scellé de disques complété d’instructions pour le fonctionnement d’un phonographe, dans les caves de l’Opéra Garnier. On comptait qu’ils ne fussent pas touchés pendant cent ans et, pour l’essentiel, ils ont survécu jusqu’à aujourd’hui.

Indépendamment de la publicité faite pour la Compagnie du Gramophone, cet événement public était la meilleure des publicités possibles faite à l’idée d’archive sonore et il a été commenté bien au-delà des cercles scientifiques. Des archives sonores à caractère scientifique avaient été créées à Vienne et Berlin, mais le grand public ne s’en était pas soucié. Cet acte de déposer des supports originaux dans des urnes de plomb et de fer qui ne devaient pas être ouvertes avant cent ans parlait à l’imagination du public. Il constituait également la première « capsule temporelle » offerte délibérément à des disques du commerce. Il incita tout autour du monde des entreprises à financer de semblables opérations. Si vous passiez par là, vous avez pu assister vraiment à l’événement.

La Bibliothèque nationale de France (BnF) en collaboration avec l’AFAS, avait invité des orateurs (le public pouvant entrer librement) à participer à un colloque commémorant le dépôt, fait en 1907, d’urnes de plomb contenant des disques du commerce. L’opération avait été répétée en 1912 avec une nouvelle sélection de disques et un appareil de lecture complet.

Deux des "urnes" avaient été pillées à une date inconnue quand elles reposaient encore dans les caves de l’Opéra et deux autres ont été ouvertes à l’occasion du centenaire. Une urne, datant de 1907 a été laissée close pour la postérité. Le contenu de toutes les urnes est toutefois bien connu, recensé dans un document officiel de l’époque. Georg Brock-Nannestad avait déjà célébré l’événement en mai 2007 à Vienne, par la présentation d’un exposé lors d’une réunion de l’AES (Audio Engineering Society), qui mentionnait la présence d’amiante dans les urnes rendant, pour des questions de sécurité, le processus de leur ouverture beaucoup plus délicat. La BnF a eu accès à des sources d’EMI.

Le colloque était structuré en deux parties. Le premier jour était consacré aux péripéties du dépôt, de l’ouverture et de l’extraction des disques puis au contexte historique et à la dimension technique en elle-même de l’enregistrement. Le second jour s’intéressait au contenu analysant l’impact de l’enregistrement sonore sur les pratiques des interprètes et des compositeurs. Cette seconde journée se déroulait dans un salon de l’Opéra Garnier. Les débats ont été enregistrés et feront également l’objet d’une publication.

La première session, le lundi matin, était “modérée” par l’historien Ludovic Tournès et proposa une discussion entre les personnes qui avaient déménagé les urnes en 1989 du Palais Garnier à la BN, suivie d’une présentation des cérémonies de 1907 et 1912 à travers, d’une part, les archives de la Bibliothèque-musée de l’Opéra par Pierre Vidal, d’autre part, par Elizabeth Giuliani, un panorama de la presse de l’époque. On y rappela les volontés exprimées par Alfred Clark dans un document écrit et qui servaient de lignes de force pour le colloque. De la cérémonie de 1912, témoigne le discours officiel préenregistré par Firmin Gémier dont le disque fut à son tour enfermé dans l’une des urnes.

La deuxième session était consacrée au contenu matériel et à la manipulation des urnes. George Brock-Nannestad, documents originaux diffusés à l’appui, exposa les éléments d’un état de l’art en matière d’enregistrement et de reproduction des sons en 1907.

Un axe d’explication réside dans le fait qu’Alfred Clark, la vraie cause de notre présence ici aujourd’hui, n’était pas satisfait de la direction générale de la Gramophone (Birnbaum et Trevor Williams, mais Birnbaum en particulier), et avait quitté la Compagnie française du Gramophone en janvier 1908, juste après son succès ! Il n’y reviendra que plus tard, quand la direction générale aura changé sur l’avis d’Eldridge R. Johnson qui était un de ses amis. On diffusa un extrait de l’enregistrement de sa voix réalisé 20 ans après l’enfouissement des urnes. Un deuxième axe concerne la concurrence de Gramophone avec Pathé autour de différentes technologies. Une troisième approche envisageait la façon dont ce produit culturel était promu, à l’aide de toutes les techniques publicitaires, pour démontrer combien prestigieux était l’enregistrement Gramophone. Il faut placer le dépôt des urnes dans cet arsenal. Une quatrième approche concernait la réalité de la fabrication des enregistrements, et traçait l’ébauche des industries impliquées. La cinquième voie enfin, montrait que quoique les artistes aient été très satisfaits et étonnés de leurs propres prestations (ce que montrent les lettres qu’ils lui adressent). Clark, lui, n’était pas content de la qualité de ces enregistrements. Il s’en plaint très souvent à la direction générale et rédige plusieurs rapports avant 1907 sur les moyens d’en améliorer la qualité.

  • 1 Xavier Sené, responsable de la conservation dans le département de l’Audiovisuel de la BnF, le rest (...)

Thi-phuong Nguyen, chimiste responsable du Laboratoire du département de la Conservation (BnF, Bussy Saint-Georges), nous conduisait à travers la composition des urnes et celle des enregistrements qu’elles contenaient telle que permet de l’envisager l’application des techniques spectrographiques les plus avancées à des échantillons seulement de matière. L’équipe des personnes1 qui ont effectivement travaillé pendant plusieurs mois pour ouvrir les urnes et « démailloter » leur contenu, détaillèrent la procédure et montrèrent un résumé filmé de l’opération avec les multiples précautions requises pour éviter tout contact avec l’amiante et, une fois le couvercle détaché, isoler le contenu des urnes avant de le sortir. Les urnes de 1907 offraient une bien meilleure protection à leur contenu que celles de 1912.

Une table ronde sur les techniques modernes disponibles pour extraire le signal sonore de ces disques centenaires terminait la matinée. Elle était animée par Daniel Zalay, responsable du Département métiers du son et acoustique musicale au Conservatoire de Paris. Ces techniques, toutes optiques, répondent à des principes différents énoncés respectivement par Jean-Hugues Chenot de l’INA, Ottar Johnsen de l’Ecole des ingénieurs et architectes de Fribourg (Suisse), Peter Alyea de la division Preservation reformating à la Bibliothèque du Congrès, et Luc Verrier de la BnF. A défaut de pouvoir entendre des sons produits par ces méthodes optiques modernes, certaines sont encore en phase de développement, l’assistance a pu écouter sur un phonographe acoustique un exemplaire jumeau de l’un de ceux déposés dans l’urne : La Procession, mélodie avec orchestre de César Franck, chantée par Berthe Auguez de Montalant.

L’après-midi commençait avec un exposé de Pekka Gronow sur le marché du disque en 1907, son organisation et ses chiffres, exposé qui s’achevait par l’avis de recherche des « enfants perdus », ces disques signalés dans les catalogues commerciaux de l’époque mais qu’aucun de nos contemporains n’a jamais vus.

Chris Clark2 de la British Library parla, lui, de premières marques d’intérêt du British Museum pour l’enregistrement sonore mais qui tournèrent vite court. Il accepta seulement de recevoir quelques matrices et s’en défit quelques années plus tard auprès de la British Library. Il y eut néanmoins plusieurs donations et, George Brock-Nannestad, s’appuyant sur les archives d’EMI, a pu affirmer que des enregistrements de Tolstoï avaient été déposés encore en 1919.

  • 3 Elle sera disponible à partir du 23 février 2009.

Rémi Jacobs, ancien responsable du répertoire et des artistes d’EMI Classics en France, annonça brièvement la prochaine sortie chez EMI d’une réédition complète des disques des urnes3.

Mathias Auclair de la Bibliothèque-musée de l'Opéra et Aurélien Poidevin de l’Université Paris VIII, donnèrent un aperçu (sonore dans certains cas) de l’activité phonographique de l’Opéra de Paris sous la direction (de 1914 à 1945) de Jacques Rouché.

L’après-midi s’acheva par la présentation faite par Thomas Ledoux et Jérôme Dupont du département des Systèmes d’information, du projet SPAR (Système de préservation et accès répartis) prochain magasin des données numériques conservées par la BnF. Il met en œuvre une conception dynamique de la conservation qui, plus que sur le maintien en l’état de supports physiques, table sur la migration permanente des données, de leurs environnements et des systèmes qui les manipulent.

La seconde journée se tenait dans le Salon Florence Gould à l’Opéra Garnier. Elle était consacrée au contenu artistique des urnes, notamment à l’époque où elles furent déposées. Alors en effet ces enregistrements semblaient tout à fait conformes aux canons de l’interprétation musicale.

Yves Gérard ancien professeur d’Histoire de la musique au Conservatoire de Paris parla des enregistrements de Camille Saint-Saëns : ceux de ses œuvres et ceux qu’il enregistra lui-même. Comme compositeur, il est très bien représenté dans les urnes. Il est vrai qu’on peut répertorier dans les catalogues phonographiques anciens plus de 40 versions de "Mon coeur s'ouvre à ta voix". Dans sa conception de l’enregistrement comme moyen de fixer une interprétation de référence, Saint-Saëns est véritablement novateur.

Frédéric Lemmers, musicologue de la Bibliothèque royale de Belgique, démontra la considérable influence des artistes lyriques belges sur les scènes de l’Opéra et de l’Opéra-Comique au début du XXe siècle, influence que reflète leur présence significative dans les urnes.

C’était inévitable (nécessaire aussi) il fallait qu’apparût "Le Fantôme de l'Opéra" de Gaston Leroux qui, dès 1910, augmenta et perpétua l’aura de cette cérémonie des voix ensevelies dans les caves du Palais Garnier. Ce fut fait par l’intermédiaire d’un texte d’Isabelle Casta, de l’Université de Picardie à Amiens, lu par Elizabeth Giuliani.

Antoine Hennion, chercheur au Centre de sociologie de l’innovation à l'École des Mines, introduisit une discussion fondamentale sur les mutations intervenues dans le contexte de l’audition musicale depuis un siècle, avec, notamment, la perte du monopole de légitimité du domaine classique. Tant les concepts que leur énoncé étaient délibérément provocateurs.

L’après-midi démarra sur l’analyse d’un choix d’interprétations contenues dans les urnes. Toutes les entendre aurait été merveilleux, mais la confrontation de six d’entre elles avec des exécutions modernes fut très éloquente. Cette extraordinaire mise en perspective fut conduite par François Le Roux, célèbre interprète (baryton) et professeur de chant. Elle s’adressait directement à un large public. Les collectionneurs présents dans la salle étaient eux déjà familiers des sonorités anciennes. Parmi les différences relevées, celle du goût et de la technique appliqués au contrôle de la transition entre les registres vocaux (de la tête à la poitrine) fut soulignée.

La journée s’acheva par un dialogue entre deux personnalités de la scène lyrique française, Pascal Dusapin et Benjamin Lazar, qui insistèrent en particulier sur la similitude de la voix parlée et de la voix chantée, en faisant référence notamment à Yvette Guilbert et son délectable ouvrage "L'Art de chanter une chanson". Certaines choses n’ont pas changé. Nous fument ainsi invités à l’interprétation vivante par Benjamin Lazar (sans microphone) d’un extrait de L’autre Monde ou Les états et empires de la lune de Cyrano de Bergerac, l’épisode des livres sonores, déclamé comme au XVIIe siècle.

Pour finir, comme nous l’avions fait en ouverture du colloque, nous réécoutâmes les mots prononcés à l’occasion du dépôt de 1912 par Firmin Gémier, auteur, acteur, et promoteur d’un théâtre populaire. Ce fut donc un colloque à la fois très symbolique et documenté et ceux qui auront atteint un âge très avancé peuvent en espérer la répétition en 2107. Très sûrement, le contenu des urnes d’origine sera sauf (à moins qu’elles ne tombent du 17ème étage où elles sont actuellement conservées). Mais on demande à voir ce qui sera arrivé aux matériaux plus récents. Un ensemble d’images et d’exemples sonores autour des Urnes de l’Opéra est disponible sur le site de la BnF à l’adresse suivante : http://expositions.bnf.fr/

Notes

1 Xavier Sené, responsable de la conservation dans le département de l’Audiovisuel de la BnF, le restaurateur David Cueco, le technicien du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) Gilles Barabant, le directeur de la Société agrée pour travailler en milieu amianté Alain Leseigneur.

2 L’exposé de Chris Clark est disponible (en anglais) à l’adresse suivante :
http://soundresources.ning.com/forum/topics/the-earliest-sound-archives cliquer sur "Gramophone and the BM.doc", 7MB.

3 Elle sera disponible à partir du 23 février 2009.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search