Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Lu et écouté pour vousBalma, Mauro ; d’Angiolini, Giuli...

Lu et écouté pour vous

Balma, Mauro ; d’Angiolini, Giuliano. Musiche tradizionali del Ponente Ligure. Le registrazioni di Giorgio Nataletti e Paul Collaer (1962, 1965, 1966)

Academia di Santa Cecilia, Squilibi, octobre 2007. 131p.

Texte intégral

1Dans les années 1962, 1965 et 1966 Giorgio Nataletti alors au Centre national d’études de musique populaire à Rome parcouru la Ligurie, avec le soutien technique de la RAI (radio-télévision italienne), dans l’objectif d’enregistrer des chants traditionnels en train de disparaître avec l’arrivée de l’industrie dans la région. Il était accompagné pour ses enregistrements de 1966, de Pierre Collaer qui lui-même travaillait alors pour le compte du Musée National des Arts et Traditions Populaires à Paris. Tour à tour, zones de côtes et zones de montagne, la Ligurie est avant tout un espace où longtemps la mer a été perçue comme un élément hostile, d’où émanait un grand danger. Le changement de perception correspond à la fin de la transmission orale des chants traditionnels collectés dans l’ouvrage, c’est-à-dire juste avant la deuxième guerre mondiale quand les montagnes commencent à se vider car leurs habitants partent à la recherche de travail. Cette aire géographique avait déjà été documentée par deux ethnomusicologues importants, Alan Lomax et Diego Carpitella qui avaient enregistré de nombreux chants dans la région d’Imperia en 19541. Au-delà de la zone d’Imperia, lieu d’enregistrement de sa première campagne de 1962, Nataletti parcourut les villes de Ventimille, Gênes, San Remo, Nataletti a également réalisé des enregistrements dans les villages de la côte Ligure et en France les zones frontalières de La Brigue, Peille, Belvédère et Menton. Pour cette publication n’ont été retenues que des chants de la région d’Imperia, laissant de côté Gênes et les localités françaises. Les enregistrements étaient jusqu’ici simplement signalés sur la base de données en ligne de l’Accademia nazionale di Santa Cecilia2, la publication de quarante chants d’entre eux sur deux disques compact nous permettent d’avoir une idée assez précise du répertoire de la zone d’Imperia (puisque les localités françaises et la ville de Gêne ont été laissées de côté). Les disques sont accompagnés d’une série de textes qui présentent à la fois le contexte de l’enquête. Mauro Balma est retourné sur le terrain pour comprendre comment s’est organisée la collecte tandis que Giuliano d’Angiolini nous propose une analyse musicologique d’une partie des œuvres. Une bibliographie et une discographie complètent l’ouvrage. Dans un dernier chapitre chaque chant est introduit avec sa durée, ses interprètes, le lieu et la date de l’enregistrement, le texte de l’œuvre et son éventuelle traduction si elle s’avère nécessaire.

2Mauro Balma est donc revenu arpenter les lieux de collecte de Nataletti et a tenté de restituer le contexte de ces enquêtes, s’attachant à retrouver les souvenirs des anciens informateurs ou pour le moins de ceux qui avaient assisté aux enregistrements. En 2007, beaucoup étaient morts ou disparus mais il a tout de même réussi à retrouver des traces des campagnes soit à travers des témoignages oraux, soit dans la presse. En fait, Nataletti restait peu de temps sur le terrain. Sur les trois années, on compte en tout seize jours. Il faisait appel à la presse, aux représentants de l’église ou aux institutions communales pour repérer les « meilleurs chanteurs ».

  • 3 Archivio della Communicazione Orale (OCO)

3Mauro Balma réussi à restituer quelques anecdotes qui donnent au lecteur l’image du déroulement de l’enquête réalisée avec la technicité apportée par la RAI, qui transportait son matériel en camion. Ainsi, le technicien du son donnait du klaxon pour signaler que l’enregistrement était prêt à partir. Une dizaine de photographies en noir et blanc viennent illustrer ces récits. Le répertoire est présenté suivant le classement des archives orales de la région de Lombardie3 : chants narratifs (ballate), chants strophiques, cantastorie, petites strophes dérivés de chansons savantes, chansons et liturgie. Giuliano d’Angiolini analyse les figures et le style des œuvres musicales avec de nombreuses transcriptions à l’appui. Dans ce répertoire polyphonique à première vue homogène, il s’est attaché principalement aux formes qui lui semblaient les plus anciennes, les plus proches de la tradition orale. Cela lui permet de mettre en valeur certaines pièces, comme celles du village de Ceriana particulièrement originales où est interprété le chant de Maria Mad(d)alena (plage 6, disque 2) considéré comme exceptionnel. Unique chant en mode mineur du répertoire profane de la collecte, sa structure est décrite comme un cas quasiment unique dans le chant traditionnel italien.

4Ce petit ouvrage est une belle réussite de valorisation d’un fonds sonore qui dormait dans les archives d’ethnomusicologie de l’Accademia di Santa Cecilia à Rome. Là peut d’ailleurs être écoutée la totalité des collectes. Il faut noter également qu’une copie de l’enquête de 1966, réalisée en collaboration avec Paul Collaer, est également en consultation à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à la Aix-en-Provence4 et au futur MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, ancien Musée national des arts et traditions populaires). L’Accademia a lancé depuis quelques années une revue5 et de publications pour mettre en valeur ses fonds et réfléchir sur les problématiques du domaine de la constitution des sources et des archives musicales.

Haut de page

Notes

1 Ces derniers n’ont d’ailleurs été publiés qu’en 2002 sur disques compacts dans la collection « Italian Tresury ».

2 http://bibliomediateca.santacecilia.it/bibliomediateca

3 Archivio della Communicazione Orale (OCO)

4 http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr/Record.htm?idlist=9&record=19108800124919260829

5 EM – Rivista degli archivi di etnomusicologia

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Balma, Mauro ; d’Angiolini, Giuliano. Musiche tradizionali del Ponente Ligure. Le registrazioni di Giorgio Nataletti e Paul Collaer (1962, 1965, 1966) », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 32 | hiver 2007 - printemps 2008, mis en ligne le 19 mars 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/1745 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.1745

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search