Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Lu et écouté pour vousLes musiques de Corse : chants, i...

Lu et écouté pour vous

Les musiques de Corse : chants, instruments et danses -Tradition vivante Antoine Massoni

Ajaccio : Edition Alain Piazzola, 2006
Édité par Edition Alain Piazzola

Texte intégral

1L’association E Voce di u Comune (EVC), publie un ouvrage posthume d’Antoine Massoni, décédé en 2003 ; la quête d’une vie, sur les chants et les musiques traditionnelles de Corse. L’ouvrage est introduit par un texte « polyphonique » écrit à six mains par ses proches et amis suivi d’un très bel entretien de Nicole Casalonga, qui se remémore les partages musicaux qu’elle vécu avec ce musicien de Calenzana, et en particulier sa passion pour le rythme et l’instrumentarium corse.

2Ancien musicien de jazz, Antoine Massoni part la poésie chantée (fixée et improvisée) pour remonter aux figures premières de la mélodie et du rythme. Son cheminement débute d’ailleurs par U pizzicu, une comptine dont l’origine se perd dans la nuit des temps et dont la scansion initie l’enfant corse à la magie des rythmes… Au fil de ce voyage il ne se contente pas de présenter les instruments de l’île – et parmi eux l’orgue qu’il connaissait si bien –, mais leur contexte, leurs usages et plus encore, en puisant dans sa magistrale culture musicale. Des encadrés développent certaines thématiques et surtout les illustrations, abondantes et documentées, viennent éclairer la pédagogie de l’auteur. Les dessins et schémas réalisés par l’association EVC sont toujours clairs et efficaces et les photographies contemporaines de Tomas Heuer sont remarquables.

3L’originalité de cet ouvrage réside sans aucun doute dans la capacité incroyable d’Antoine Massoni à traduire la musique, les gestes musicaux ou la chorégraphie par des codes. Par exemple, lorsqu’il évoque les cloches, ou campane, il décrit avec une grande clarté (p. 98-103) la technique de frappe. Ainsi, les frappes sont explicitées par des codes graphiques et on peut visuellement voir battre la ciccona, le bourdon, qui donne la tonique et assure une battue régulière, la mezana, qui joue la seconde majeure et la chjuca, tierce majeure. Une tablature du Mururiu de Pioggiola qui se jouait les jours d’enterrement est même proposée à l’amateur de sonnerie... Dès les premières lignes, nous est présenté sur un tableau récapitulatif, une proposition d’identification de l’échelle des chants corses ainsi que les codes de la mimophonie inventée par Toni Casalonga mais aussi les combinaisons rythmiques de base de la musique de l’île découpées en figures-type. Un lexique musical français-corse et une bibliographie, clôturent ce magnifique ouvrage que celui que ses amis nomment « de ce « chercheur de lumière » » n’aura pas pu voir édité. La grande qualité du travail de l’association U Voce di u Comune transmet sa quête stoppée en plein élan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Les musiques de Corse : chants, instruments et danses -Tradition vivante Antoine Massoni  »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 31 | été-automne 2007, mis en ligne le 19 mars 2020, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/afas/1752 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.1752

Haut de page

Éditeur scientifique

Edition Alain Piazzola

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search