Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18La production des cylindres chez ...

La production des cylindres chez Pathé - 6e partie

Autour des cylindres : les cylindres, oui, mais les boîtes ?
Henri Chamoux

Entrées d’index

Mots-clés :

cylindre, conservation
Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui une conservation rigoureuse des cylindres exigerait un conditionnement au moyen de matériaux neutres. C’est un problème de fond qui intéresse toutes les archives sérieuses, et les plus avancées sont d’ores et déjà pourvues. Evidemment, c’est aux Etats-Unis que l’on fabrique, pour le prix le plus raisonnable, le modèle le plus pratique et le plus inoffensif. Que faisait-on à l’époque chez Pathé ? On voit couramment les cylindres noirs dans des boîtes carton de couleur marron grainé. Cette surface est doublée à l’intérieur d’un carton blanc fort, lui-même recouvert d’une feutrine blanche, en contact avec le cylindre. Le fond, après une découpe caractéristique en “ dents de scie ” de la surface marron grainée, est le plus souvent serti de ces secteurs angulaires rabattus tout autour. Il en est de même pour le couvercle, lorsque celui-ci n’est pas en métal (boîtes des cylindres “ Inter ” tardifs) qu’il soit doté ou non d’une étiquette.

  • 1  Charles Pathé : De Pathé Frères à Pathé Cinéma, pour les amis de Charles Pathé ; imprimerie de l'é (...)

2Il semblerait que cette découpe en dents de scie, qui laisse voir une étoile d’une vingtaine de branches, et que nous appellerons le “ serti étoile ” soit une caractéristique de chez Pathé et de sous traités de Pathé. Pratiquement toutes les marques, en particulier les marques américaines : Columbia, Edison, Busy Bee, Lambert, Edison, mais aussi les petites marques françaises : Lioret, Dutreih, Le Cahit, La Fauvette, Phénix, Phrynis... ainsi que les plus anciens des Pathé, utilisent un système de serti annulaire plus discret, mais pas toujours plus solide. Ce serti annulaire semble avoir été le plus ancien parmi les emballages carton pour cylindres. Il est d’usage de dire que beaucoup des boîtes de marques anonymes, de couleur rouge bordeaux ou bleu nuit proviennent d’Angleterre. Pathé a probablement fait usage de ces boîtes à ses tous débuts, ce qui est confirmé par les nombreux voyages en Angleterre (autour de 1896) qu’il évoque dans ses souvenirs1. Puis il en est venu au serti étoile.

3Le serti étoile apparaît de fait avant les cylindres noirs, et se trouve usité chez Pathé simultanément au serti annulaire. On trouve en effet des cylindres moulés de cire marron, ainsi que d’anciens cylindres pantographiés, dans leur boîte d’origine “ serti étoile ”. Seulement à cette époque, on ne fait pas l’emploi constant du même matériau. Le carton grainé imite tantôt le lézard, la peau de porc, le pécari, le croco..., sans distinction de qualité ou de répertoire, ou parfois il s’agit de carton laqué vert ou gris-noir, sur les séries “artistiques” qui portent un portrait photo de l’artiste sur le couvercle. C’est l’impression type “ peau de porc ” qui a définitivement pris le dessus, autour de 1903 probablement, ceci étant dit après l’examen de quantités de cylindres noirs qui m’ont été donnés de voir ou d’apercevoir.

4Le serti étoile semble lié à un nom qui apparaît dans les registres Pathé et qui rappellerait presque le palmier carnauba : la machine Palmié, au sujet de laquelle nous vous livrons l’information brute et complète, tirée des recueils des conseils d’administration Pathé.

 

“Ivatts entretient le conseil des différentes améliorations qu’il propose d’apporter pour arriver à réduire le prix de revient afin d’être en mesure de lutter avec les prix très inférieurs à ceux de la Cie qui sont faits par les concurrents. Il les informe que suivant l’autorisation qui lui a été donnée individuellement par le président ainsi que par les autres administrateurs il a traité avec la maison Palmié pour l’installation de leur outillage pour la fabrication des boîtes à cylindres à l’usine de Chatou. Cette autorisation lui est confirmée par le conseil.” 28/07/1901

“...Il met au courant le conseil du commencement de l’installation des machines Palmié pour la fabrication de boîtes à cylindres.” 03/10/1901

“...L’’installation du système Palmié est terminée et donne entièrement satisfaction. Nous sommes en pourparlers avec différents fabricants de carton pour acheter les cartons nécessaires à la fabr. de nos boîtes.” 24/10/1901

“...Ivatts tient le conseil au courant de la marche de la nouvelle installation à Chatou pour augmenter la production des cylindres moulés. Cette installation établie pour fabriquer de 10000 à 12000 cylindres journellement, sera prête dans environ quinze jours . Pour pouvoir faire face à cette production, il a dû prendre les mesures nécessaires pour assurer une production de boîtes à l’atelier de cartonnage, et à cet effet, il a commandé à la maison Palmié, le supplément de machines nécessaires. Le nouveau moteur Otto est en marche et donne entière satisfaction, évitant les arrêts qui se produisaient continuellement dans l’usine par manque de force.” 03/10/1902

“...Ivatts explique au conseil que la cartonnerie de Chatou, quoique déjà augmentée comme moyen de production de boîtes, est absolument insuffisante pour répondre au nombre de cylindres fabriqués actuellement, sans compter l’avenir. Il a donc été obligé de passer une commande de 500000 boîtes à des cartonneries ; de ce fait, pour cette commande, la Cie paiera 5000 f. de plus que si la Cie avait pu fabriquer elle-même. Il n’a donc pas hésité de commander à la maison Palmié les machines nécessaires pour éviter ces commandes coûteuses. Le coût sera d’environ 9000 f., somme qui sera largement économisée au bout de 2 mois, en fabriquant les boîtes nous-mêmes. Le conseil approuve la commande faite par M. Ivatts. 21/11/1902

”...La fabrication de boîtes a laissé à désirer ; nous avons des difficultés quant à la solidité, suffisante pour les petits cylindres, mais insuffisante pour les cylindres inter. Nous faisons le nécessaire..." 02/06/1904

5Les prochaines fois nous parlerons des industriels qui ont sous-traité chez Pathé, parmi lesquels Bettini et Dutreih.

Haut de page

Notes

1  Charles Pathé : De Pathé Frères à Pathé Cinéma, pour les amis de Charles Pathé ; imprimerie de l'éclaireur de Nice, Nice, 219p., 1940 ; p. 26 : "Dans les premiers temps j'allais à Londres presque deux fois par mois pour me ravitailler en phonographes, cylindres vierges et enregistrés, ainsi qu'en accessoires.".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Chamoux “La production des cylindres chez Pathé – 6e partie”, Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS n° 18, hiver 2000, p. 6-7.

Référence électronique

Henri Chamoux, « La production des cylindres chez Pathé - 6e partie », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 18 | hiver 2000, mis en ligne le 01 décembre 2000, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/1996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.1996

Haut de page

Auteur

Henri Chamoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search