Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18La collection des musiques du mon...

La collection des musiques du monde (International Music Collection) à la British Library National Sound Archive, Grande-Bretagne

Marie-Laure Manigand

Texte intégral

Marie-Laure Manigand "La collection des musiques du monde (International Music Collection) à la British Library National Sound Archive, Grande-Bretagne", Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS n° 18, hiver 2000, p. 8-10.

  • 1 E.g. d’abord en Autriche en 1899, puis dans la trentaine d’années suivante en Allemagne, en France, (...)

1Tandis que la technologie de l’enregistrement du son faisait ses premiers pas il y a de cela plus d’un siècle et que dans ses traces naissaient des archives sonores dans la plupart des pays occidentaux1, ce n’est seulement qu’en 1955 qu’une collection nationale fit son apparition en Grande-Bretagne avec la création du British Institute of Recorded Sound à Londres. Subsistant d’abord grâce à des dons privés, puis par un apport financier de l’état, le BIRS fut intégré administrativement à la bibliothèque nationale britannique (‘British Library’) en 1983 - adoptant par-là même son nom actuel de ‘National Sound Archive’ - et ses locaux finalement transférés en 1996 dans le nouveau bâtiment situé au nord de la capitale.

2La collection spécialisée des musiques du monde (‘International Music Collection’) ne fut quant à elle créée qu’en 1976 avec la nomination d’une ethnomusicologue à sa tête, bien que dès ses débuts, la collecte des enregistrements de musiques traditionnelles représenta l’une des activités centrales de l’institut. Il faut rappeler en effet que c’est sous l’impulsion des chercheurs en ethnomusicologie (ou plutôt ‘comparative musicologie’, comme cette discipline fut d’abord connue) et en linguistique, qui initièrent la collecte ‘in-situ’ et aspirèrent à faire un usage scientifique des enregistrements, que bien des archives se sont constituées. Ce département des archives sonores coexiste maintenant avec neuf autres collections, organisées selon les catégories suivantes : musique classique, musique jazz, musique pop, sons du monde animal, sons industriels et mécaniques, théâtre, littérature et actualité parlée, histoire orale, langues et dialectes.

  • 2 La collection comprends environ 3000 enregistrements ethnographiques faits sur cylindres, les premi (...)
  • 3 Le National Sound Archive est le point d’accès public pour les enregistrements radiophoniques de la (...)

3L’International Music Collection (IMC) est une collection d’enregistrements de musiques variablement décrites comme traditionnelles, ethniques, folkloriques ou plus récemment musiques du monde (ou encore ‘world music’), selon l’époque et le contexte où l’on se place. Elle inclut la plupart des traditions musicales du monde entier et les musiques plus récentes dérivées de ces traditions. Tous genres musicaux y sont représentés : du rituel au récréatif, de l’instrumental au vocal, ainsi que les styles populaires urbains qui sont apparus depuis les années quarante (e.g. la highlife du Ghana et Nigeria, le bhangra indien, la soukous congolaise, le zouk des caraïbes, la salsa du monde latino, pour ne citer qu’une poignée des plus connus). Cependant, pour des raisons historiques explicables, l’IMC a tendance à être plus riche dans certaines musiques, par exemple celles provenant des pays du Commonwealth, en particulier de l’Afrique et du continent indien. La collection couvre également toutes les époques du développement de la technologie de l’enregistrement sonore, dont elle préserve autant que possible les supports originaux : du cylindre de cire2 jusqu’aux supports numériques les plus récents (mini disc, DVD, etc.). Les enregistrements peuvent être tout aussi bien privés, faits dans le contexte d’une recherche personnelle ou académique, que publics3 et commerciaux. Les produits de maisons de disques britanniques et étrangères y sont régulièrement déposés. Enfin, s’ajoutent à la collection sonore une sélection de livres et magazines, et quelques vidéos.

4L’objectif de l’International Music Collection est de recueillir, préserver et rendre accessible au grand public un échantillon le plus représentatif et complet possible des musiques du monde. Sa richesse en termes de diversité, quantité et rareté en font une ressource unique pour la recherche et l’une des collections publiques les plus larges d’Europe. Elle est consultée en particulier par les étudiants et les chercheurs en ethnomusicologie et anthropologie, les professionnels des médias (réalisateurs pour la radio et la télévision, metteurs en scène de films et de théâtre, journalistes, etc.) et les compositeurs/interprètes.

  • 4 Par exemple, l’enregistrement de festivals et de concerts fait par le personnel du National Sound A (...)

5La collecte s’organise autour de quatre activités principales : l’achat de publications étrangères, le dépôt volontaire des produits des maisons de disques britanniques, la collecte d’enregistrements engendrés par le National Sound Archive lui-même4 et enfin le dépôt des collections privées, fait par dons ou par prêts, par des particuliers ou des institutions. Cette dernière est une activité-clé de l’IMC, comptant jusqu’à ce jour, plus de 300 collections déposées. Afin d’encourager ce type de dépôt avec les chercheurs et les étudiants, l’IMC a mis au point un système de prêt de matériel pour l’enregistrement de terrain.

  • 5 Voir l’adresse internet en fin d’article.

6Le traitement et la gestion des documents reçus sont une deuxième grande activité de l’IMC. Depuis 1994, le National Sound Archive opère un système de catalogage automatisé et basé sur les normes internationales ‘MARC’, CADENSA, consultable depuis peu sur internet.5 Le catalogue étant encore en voie de construction, il est pour l’instant incomplet et parfois incorrect, mais représente néanmoins une mine d’information accessible partout dans le monde. Du fait de la spécialisation de la collection, une grande partie du catalogage est faite par la conservatrice et l’assistante conservatrice avec l’aide bienvenue de bénévoles et contractuels à court terme se spécialisant dans l’étude des musiques du monde. Les tâches de gestion consistent également à identifier les collections pour lesquelles des travaux de conservation deviennent souhaitables ou nécessaires. Ainsi, depuis plusieurs mois, nous travaillons sur la tâche énorme de numériser notre collection de cylindres de cire, jusque-là seulement partiellement copiée sur supports analogues. Un autre grand projet actuel de conservation consiste à transférer également sur support numérique (CDR) les disques et bandes dont le nitrate, matériau maintenant devenu instable, fut un composant de leur fabrication.

  • 6 Jusqu’à présent, deux disques compacts sont parus, l’un sur la musique du Balochistan, l’autre sur (...)
  • 7 Le bulletin peut être consulté sur notre site internet (voir l’adresse en fin d’article) ou reçu in (...)

7L’accès public et la publicité de la collection représentent également une activité majeure. Le premier point d’accès aux documents eux-mêmes se fait par consultation sur place, par l’intermédiaire d’un service d’écoute et d’une bibliothèque spécifique aux archives sonores. Tous deux sont accessibles gratuitement, après l’obtention d’une carte de lecteur de la bibliothèque. Des copies d’enregistrements peuvent être procurées à nos utilisateurs, sous réserve de l’approbation des personnes détenant les droits d’auteurs (dans la majorité des cas, soit la maison de disques pour un produit commercial, soit le générateur du document pour un enregistrement privé), et le paiement des frais de transfert selon l’utilisation que l’on propose d’en faire. Mais les enregistrements sont également rendus accessibles au grand public d’une manière indirecte : par leur utilisation dans des expositions, des productions diverses pour le théâtre, la radio, la télévision et le cinéma, enfin par leur publication. Cette année, l’IMC a entrepris, en partenariat avec la maison de disques anglaise Topic Records, une série de publications de nos collections privées, faites en grande partie par des ethnomusicologues sur le terrain6. Dans les cinq années à venir, nous projetons la parution d’environ quatre à six disques compacts par an. Enfin, la publicité de nos collections se fait par l’intermédiaire de programmes radiophoniques, par notre participation à des colloques nationaux et internationaux, par des travaux de publication pour des recueils d’articles, encyclopédies et journaux de toutes sortes, et la production de notre propre bulletin ‘International Music Connection’.7

8Depuis ces deux dernières décennies, le monde des archives sonores avance à pas de géants, avec l’entrée en scène des méthodes d’enregistrement et de conservation numérique, l’explosion des nouvelles technologies de documentation et de communication, et dans le cas de collections comme l’IMC, le regain d’intérêt énorme pour les musiques de terroir, que ce soit le nôtre ou celui de nos voisins plus ou moins éloignés. C’est avec enthousiasme que l’IMC contribue à ces nouveaux développements et à l’avancement de la profession archivistique en général qui rendent la vision des archives comme lieux poussiéreux et vétustes une chose du passé.

9Davantage d’information sur nos collections et nos activités peut être obtenue à l’adresse suivante : International Music Collection - British Library National Sound Archive - 96 Euston Road - London NW1 2DB
Tel : +44 20 7412 7427

10Fax : +44 20 7412 7441
Site Internet :
http://www.bl.uk/nsa
http://cadensa.bl.uk (accès direct au catalogue)

Haut de page

Notes

1 E.g. d’abord en Autriche en 1899, puis dans la trentaine d’années suivante en Allemagne, en France, en Italie et aux Etats-Unis.

2 La collection comprends environ 3000 enregistrements ethnographiques faits sur cylindres, les premiers enregistrements identifiés datant d’une expédition anthropologique en Australie en 1898.

3 Le National Sound Archive est le point d’accès public pour les enregistrements radiophoniques de la British Broadcasting Corporation (BBC).

4 Par exemple, l’enregistrement de festivals et de concerts fait par le personnel du National Sound Archive.

5 Voir l’adresse internet en fin d’article.

6 Jusqu’à présent, deux disques compacts sont parus, l’un sur la musique du Balochistan, l’autre sur la musique du Zanzibar.

7 Le bulletin peut être consulté sur notre site internet (voir l’adresse en fin d’article) ou reçu individuellement sur demande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Manigand, « La collection des musiques du monde (International Music Collection) à la British Library National Sound Archive, Grande-Bretagne », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 18 | hiver 2000, mis en ligne le 01 décembre 2000, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/1999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.1999

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Manigand

Assistante Conservatrice,
International Music Collectionmarie-laure.manigand@bl.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search