Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Les archives sonores du Musée des...

Les archives sonores du Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM), ancien Musée national des Arts et des Traditions populaires (MNATP)

Marie-Barbara Le Gonidec

Texte intégral

1Le MuCEM existe officiellement depuis juillet 2005. Son arrêté de création a entraîné, de fait, la disparition du MNATP qui a fermé ses portes au public en septembre de la même année. Il aura ensuite fallu attendre quatre ans avant que la première pierre ne soit posée par le Ministre de la Culture, à Marseille, où deux bâtiments sont prévus. Le musée proprement dit, situé devant le fort Saint Jean, devrait ouvrir dans le courant du premier trimestre 2013. Il sera essentiellement un lieu d'exposition et d'animation. Toutes les collections et l'ensemble de leur documentation, la totalité des archives écrites, sonores, audiovisuelles et la bibliothèque seront installés dans l'autre bâtiment, véritable "Centre des Collections et des Ressources", situé vers la gare Saint Charles. Son ouverture est prévue en 2014, une fois terminés le déménagement (qui devrait commencer fin 2012) et le redéploiement des collections.

  • 1  Si les collections des ATP qui étaient jusqu'alors liées exclusivement à la France ont été enrichi (...)

2La création du MuCEM, dont le champ géo-culturel s'élargit désormais à l'Europe1 et à la Méditerranée, est l'occasion de faire le point sur les archives sonores dont il hérite, et dont les plus anciennes remontent à 1939. Cet article propose de dresser un état des lieux des fonds, numérisation, valorisation, politique de dépôt, etc.. Mais commençons par avec un bref retour en arrière.

Création de la phonothèque du musée des ATP

  • 2  A son ouverture, il est d'abord, au sein des Musées nationaux, un Département des Arts et Traditio (...)

3En 1937, le musée d'ethnographie du Trocadéro (MET) disparaît pour donner naissance au Musée de l'Homme d'une part, et au Musée national des Arts et Traditions populaires2 dont le directeur est Georges Henri Rivière (1897-1985). André Schaeffner (1895-1980), qui dirigeait le département d'ethnographie musicale du MET, avait ouvert une phonothèque pour laquelle il avait engagé une jeune pianiste, Claudie Marcel-Dubois (1913-1989), qui suivait les cours de M. Mauss et des cours à l'école du Louvre. Aucun fonds français n'y était encore conservé.

4En 1937, C. Marcel-Dubois décide de suivre Rivière aux ATP. Deux ans après, elle effectue sa première mission dite "de folklore musical", en Basse-Bretagne. En raison de la guerre, elle va devoir attendre 1943 pour fonder la phonothèque sur la base des disques qu'elle a enregistrés sur ce premier terrain. Mais étonnamment, ce ne sont pas ces documents de terrain qui constituent les premières collections, mais des disques du commerce qui sont inventoriés tout d'abord :

5- 43.1 (11 disques 78 tours, Chants français harmonisés, coll. le chant du monde) ;

6- 43.2 (3 disques 78 tours, Danses maraîchines, coll. Polydor) ;

7- 43.3  (16 disques 78 tours, Chants du Bocage vendéen et de Bresse, coll. Florilège) ;

8- 43.4 (1 disque 78 tours, Chants de Champagne, enregistré dans les studios français)

  • 3 La marque Pyral étant la plus connue, elle donne souvent son nom à ce qui n'est qu'un disque enregi (...)

9Les pyrals3 issus de la première enquête de 1939 arrivent seulement en cinquième position.

Les collections sonores, objet muséal et objet scientifique

  • 4 Rattachée au CNRS ;
  • 5  p. 3, Marie-Marguerite Pichonnet-Andral (dite Maguy Andral), "l'enregistrement et l'exploitation d (...)

10Cela montre que Claudie Marcel-Dubois a la volonté de constituer une véritable discothèque de recherche. L'enregistrement de musique de tradition rurale ou populaire, qu'il soit commercial ou de terrain, constitue pour elle, qui est avant tout chercheur4 et non conservateur, une archive scientifique. Cela dit, seuls les enregistrements faits par les membres du musée pourront être utilisés à des fins également muséographiques, car comme l'écrit Maguy Andral5, "à l'origine du fonds de phonogrammes correspond [aussi, ajouterai-je] une politique de constitution d'objets sonores, comparable à celle menée par ailleurs, envers les objets de culture matérielle. [...] La technique de consignation du son a été, à tord, identifiée à celle de l'image, tant dans ses moyens que dans sa finalité : l'une comme l'autre étant censée aboutir à la reproduction d'un modèle original, visuel ou sonore. Or il y a entre les deux procédés une profonde différence de nature. Le document photographique reproduit un objet matériel tangible dont il n'est qu'un reflet, une image réduite, couché sur un support papier ou une pellicule photographique tandis que l'enregistrement sonore, en reproduisant un document oral, va devenir lui-même cet original dont il est, en fait, la seule réalité matérielle".

11L'enregistrement restitue non seulement le contenu musical ou littéraire d'un chant, mais aussi le style, le timbre, l'émission vocale, les modalités d'exécution, c'est pourquoi il a valeur absolue d'objet. Cela se traduit par le fait que les collectages sont inscrits avec des numéros d'inventaire dans de grands registres conformes aux normes de la direction des Musées de France. Nous pouvons parler à juste titre de "collections sonores", car ils sont autant objet scientifique et objet muséal. D'ailleurs pour Rivière, les ATP sont un musée-laboratoire. On considère qu'un document collecté ailleurs, ou édité mais difficile à trouver, constitue, autant que les inédits de la maison, un document intéressant à plus d'un titre : pour la recherche comparative et pour l'enseignement, que Claudie Marcel Dubois donnera à l'EHESS de 1961 à 1981. La phonothèque dit bien son nom. Ce ne sont pas de simples archives sonores, mais un centre de ressources documentaires et disciplinaires.

12C'est ainsi que les fonds sonores du MuCEM sont constitués d'originaux provenant de missions sur le terrain, appelés "les inédits", appartenant ou non au musée  (il peut s'agir de copies de collectages provenant d'autres phonothèques en France ou à l'étranger), mais aussi, et pour une part importante, de documents publiés qui sont principalement des disques ou des copies de disques du commerce qui avaient, à une époque où les "musiques du monde" étaient encore rares, un grand intérêt ethnomusicologique.

13Jusqu'à 1984, année du départ à la retraite de Maguy Pichonnet-Andral, assistante de Claudie Marcel-Dubois depuis 1946 et qui remplace cette dernière à la tête du département en 1980, le fonds du musée est estimé à 1.789 collections, éditées pour 44%, ou inédites, 56%, ce qui représente 84.032 items (ou, d'après une estimation, 5.000 heures d'enregistrement). Si bien que les 52 registres d'inventaires (de 1943 à 1984) comportent, mélangés, les inédits et les édités, selon leur année d'entrée dans la phonothèque.

Accroissement des fonds

  • 6 fasc. 8, fév. 1971 (document destinés à des stagiaires, éd. propre au MNATP, conservé dans les arch (...)

14A partir de l'après-guerre, les fonds seront régulièrement augmentés grâce à des enquêtes ethnomusicologiques ou pluridisciplinaires regroupant différents chercheurs du musée,  grâce aussi à des dons d'institutions françaises ou étrangères (archives publiques du Canada, Library of Congress, Unesco, Académie royale néerlandaise, etc.) ou encore par des dons de chercheurs individuels ou d'usagers du musée. Le MNATP fait figure de "tête-de-pont" en matière d'ethnomusicologie de la France6.

15C'est surtout avec la bande magnétique que la phonothèque va connaître un développement extraordinaire. De 1939 à 1952, les enregistrements inédits, autant que les copies d'autres fonds inédits ou de disques rares d'un grand intérêt disciplinaire, se font sur des disques à gravure directe 78 t/m. A partir de 1952, la bande magnétique remplace ce support, et le nombre d'items, qui peuvent d’ailleurs désormais être liés à la parole et non plus seulement à la musique, augmente considérablement car la bande libère des contraintes de durée de la face d'un disque (3 minutes en moyenne). A partir des années 60, les anciens disques inédits seront systématiquement recopiés sur bande. Ce sont elles qui seront été numérisées dans les années 2000.

16Aujourd'hui, sauf exception, la phonothèque s'enrichit surtout à la manière d'une bibliothèque c'est-à-dire qu'elle reçoit essentiellement des documents édités. Il s'agit par exemple de CD offerts par des musiciens de passage venus pour l'étude d'instruments de musique ou l'écoute des fonds sonores. Pour rester fidèle au système qui prévaut depuis 1943, je donne à ces documents un numéro d'inventaire.

Le catalogage et l'indexation des fonds: l'époque des fiches "manuelles"

17A l'époque de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Pichonnet-Andral, les nombreuses enquêtes de terrain sont définies dans le cadre d'une véritable politique de la recherche, commune au musée, mais aussi dans ce dans celui d’une politique d'enrichissement des fonds comme on l'a vu plus haut. Des procédures sont mises en place pour la constitution et la documentation des enregistrements. Des fiches-types sont remises aux enquêteurs. Elles permettent de documenter les collections tout en constituant une aide sur le terrain. De retour de mission, les documents sonores sont déposés officiellement et un contrat est établi avec leur auteur pour préciser les droits liés à ses enregistrements. Les renseignements documentaires associés à un item permettent d'établir un fichier manuel à double entrée. La même fiche, reprenant le n° d'inventaire de l'item, son nom, son interprète, son auteur et son support original est dupliquée afin d'alimenter un fichier géographique et plusieurs fichiers thématiques. Par exemple : un chant de mariage landais exécuté par une femme se retrouvera à "Landes  > nom du village",  mais aussi à "occasions > rites de passage > mariage", et à "exécutant  > femme", ou encore, à "mode d'interprétation > vocale > a capella > femme".

18Le fichier chronologique n'existe pas, il suffit de prendre les registres d'inventaire et l'on retrouve chaque item par son ordre d'entrée (de 1943 à 1984). Une colonne renseigne la date d'enregistrement (qui peut différer de celle d'inscription sur l'inventaire, l'exemple a été donné avec la mission de 1939 inventoriée en 1943.). Ces fichiers étaient très bien tenus, pour les inédits mais aussi pour les collections éditées, ce qui est remarquable. De nos jours, ils existent toujours et à défaut d'avoir pu les numériser, ils constituent le principal outil de recherche dont on dispose.

Thématique des fonds sonores

  • 7  Les données qui suivent ont été relevées par mon prédécesseur Florence Gétreau en 1998 pour prépar (...)

19La phonothèque conserve7 essentiellement, dans les premières années, des collections liées à l'exécution vocale et instrumentale, puis, on l'a dit, des enquêtes orales sur la pratique musicale et son contexte d'exécution seront également enregistrées grâce à la bande magnétique.

20Il faut signaler aussi d'autres types de fonds, liés de près ou de loin à notre discipline. Les rituels communautaires associés à la religion, au calendrier et aux âges de la vie constituent la partie la plus développée de ces collections : pour 178 items, 43 concernent Carême et Carnaval, 29 la Saint-Jean, 34 les noces, 24 des fêtes locales. Viennent ensuite des documents ayant trait à la littérature orale (110 items, où dominent poèmes, récits, contes et prière parlée) et des enregistrement parlés (75 items, avec des annonces non déclamées, des sermons, discours, discussions et recettes) ; des informations contextuelles permettent d'évoquer des conteurs (13), ou de donner des commentaires d'intérêt linguistique (13) ; on trouve aussi des témoignages concernant le travail, qui sont nombreux (presque une centaine d'item). Ceux-ci concernent tout d'abord les activités du secteur primaire, avec 18 documents sur les techniques d'acquisition (cueillette, chasse, pêche, apiculture), 10 sur les formes d'élevage, 6 sur les cultures. Pour les activités du secondaire (bois, pierre et terre, métaux, textile), nous avons 9 témoignages seulement. 7 documents abordent ensuite le commerce. Parmi les pratiques populaires, 2 sont liés à la médecine populaire et 33 à la magie. Viennent ensuite des documents sonores liés aux loisirs (32 items), avec la prédominance de la danse (25) et quelques descriptions de jeux (7).  La dimension institutionnelle (42 items) se compose du récit d'évènements historiques, politiques ou patriotiques (16), et de rares témoignages concernant par exemple les corporations, le compagnonnage, les annonceurs publics.

Collecteurs et donateurs

21Dans les fonds musicaux, les collectes de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Pichonnet-Andral sont de loin, les plus nombreux. Voici une liste des terrains qu'elles ont effectués en France (pour MPA, à partir de 1946) :

22- Bretagne, 1939, 1943, 1949, 1951, 1953

23- Berry, 1944, 1946, 1950

24- Anjou, 1944

25- Haute-Loire, 1946

26- Pays-Basque, 1947, 1963, 1973

27- Vendée, 1950

28- Normandie, 1950

29- Basses-Pyrénées, 1953, 1963

30- Var, 1954

31- Vosges, 1957

32- Auvergne, 1955, 1964-65-66

33- Landes, 1965, 1966

34- Châtillonnais, 1967

35- Ile d’Yeu, 1967

36- Antilles, 1972, 1979, 1983, 1986

37- Réunion, Rodrigues et Mascareignes, 1979

38Quant aux fonds liés à leurs terrains étrangers, il s'agit de :

39- Ecosse, 1970

40- Antilles françaises, Suisse Romande, 1972

41- Suisse Romande, Val d'Aoste (Italie), Louisiane, 1973

42- Etats-Unis, 1974

43- Pays-Bas et Flandres, 1978

44 

  • 8  A partir des années 1960, ils sont associés au laboratoire CNRS du MNATP, le Centre d'Ethnologie F (...)

45D'autres fonds ethnomusicologiques sont le fruit des enquêtes des chercheurs associés à la maison ou de contractuels8 :

46- Félix Quilici, Corse (1948)

47- Donatien Laurent, Bretagne (1956, 1962-63, 1965, 1967-68, 1976)

48- Monique Brandily, Normandie (1950, 1962-1963, 1971-72), Bretagne  (1966)

49- Jean-Michel Guilcher, Bretagne (1966-71), Auvergne (1964, 1967) Béarn, Vendée, (1964, 1968)

50- Francine Lancelot, Provence (1966-68), Auvergne (1965), Bretagne (1974), Vendée (1972-73), Béarn, Velay (1964-65), Châtillonnais (1967-68)

51- Louisette Radioyès, Haute-Bretagne (1962, 1964-68, 1970)

52- Bernard Lortat-Jacob, Auvergne (1965, 1966), Provence (1967-68)

53- Jean-Dominique Lajoux, Auvergne (1964-66), Châtillonnais (1967), Basses-Pyrénées (1968), Aube (1968), Nièvre (1968), Morvan (1970), Nord (1972)

54- Jean Raisky, Châtillonnais (1967-68), Corse (1969)

55- André-Marie Despringres, Jura (1973), Nord (1976)

56- Jacques Cheyronneau, Limousin (1974-76), Normandie (1981-82, 1986)

57- Annie Goffre, Corse (1990)

58- Denis Laborde, Pyrénées (1987)

59Les fonds liés aux enquêtes d'ethnologie, voire de sociologie, ou concernant plus particulièrement la littérature orale, réalisés aussi par des chercheurs ou des contractuels du laboratoire CNRS au MNATP/CEF sont ceux de :

60- Marie-Louise Tenèze, Aubrac (1965-67), Châtillonnais (1967), Moselle (1968), Trégor (1969)

61- Jacques Gutwirth, Châtillonnais (1967)

62- Martine Ségalen, Alpes maritimes (1967), Nanterre (1979)

63- Marie-Christine Pouchelle, Nièvre (1980, 1982-84), Paris-Hôpitaux (1995-2000)

64- Mariel Brunhes-Delamarre, Alpes-St Véran (1963-65), Oise et Eure (1964), Marne (1965), Aubrac (1965, 1967), Châtillonnais (1967-68)

65- Blaise Calame, Turquie (1956-57)

66- Isaac Chiva, Sologne (1951)

67- Jean Cuisenier, Roumanie (1974, 1989), Normandie (1983, 1986-87), Bulgarie (1992, 1995)

68- Claude Gaignebet, Châtillonnais (1967)

69- Zeef Gourarier, Cirque, Guignol (1986)

70Enfin, il ne faut pas oublier d'importants dépôts tels que ceux de :

71- René-Yves Creston, Bretagne (1938, 1953, 1959)

72- Ariane de Felice, Berry, Brière (1946), Côte d'Armor (1965)

73- Pierre Nauton, Haute Loire (1946, 1951)

74- F. Lechanteur, Normandie (1950)

75- J. Seguy, Languedoc (1954, 1961)

76- Léon Pales, Ariège (1950, 1954, 1957)

77- Roger Pearron, Berry (1957)

78- Docteur Tricoire, Loire-Atlantique (1966)

79- Jean-Pierre et Françoise Gestin, Bretagne (1964-65, 1967, 1969-70)

80- J. Bourreau, Charente, Saintonge (1967), Deux-Sèvres (1970)

81- François Redhon, Normandie (1982)

82La France a ainsi été presque totalement couverte. Quant aux chercheurs étrangers ayant déposé des fonds, il s'agit de :

83- Québec, Marius Barbeau (1950), Sam Gesser (1953), Carmen Roy (1975, 1978)

84- Louisiane, Mr. Pouinard (1950), Marius Barbeau (1973), E. Brandon (1964, 1973), R. Mason (1970, 1972, 1974), R. Rinzler (1976, 1978)

85- Iles Anglo-normandes, PeterKennedy (1969)

86- Belgique, R. Pinon (1959)

La numérisation

  • 9  Donnés entre 1960 et 1987 (donnés par CMD et divers conférenciers invités par elle, puis donnés à (...)

87Grâce à d'importants financements accordés par la Mission de la recherche et la technologie (MRT) du ministère de la Culture, la majorité des fonds inédits et certains originaux déposés par d'autres centres d'archives ont pu être numérisés entre 2000 et 2005, soit plus que deux tiers des fonds. Il reste 125 bandes d’enquêtes de terrain qui correspondent à des dons ou à des copies de fonds déposés ailleurs (comme au Québec ou en Belgique) qui sont moins importantes car elles ne font pas partie de nos fonds propres, et 876 bandes de cours d’ethnomusicologie9. La numérisation se faisait non seulement pour la sauvegarde des collections et pour faciliter leur consultation, mais aussi dans le but du "retour au Pays" des fonds. Pour ce faire, une collaboration avec divers centres détenteurs d'archives sonores en région a été mise en place.

Une politique de dépôt

88Lancée dès 1999 par mon prédécesseur Florence Gétreau, elle s'est faite par le biais d'une convention-cadre signée en 2000 avec la Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles, afin que des conventions particulières puissent être ensuite déclinées au cas par cas avec les centres faisant partie de la FAMDT. Les centres bénéficiaires d'une copie des (ou de certains) fonds correspondant à leur aire géo-culturelle sont les suivants :

89- Dastum (35-Rennes) pour la Bretagne,

90- la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (13-Aix) pour PACA,

91- le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles (31-Toulouse) pour Midi-Pyrénées  (plus fonds Aubrac, d'Auvergne et du Languedoc-Roussillon),

92- le musée de Corte (20-Corte) pour la Corse,

93- les archives départementales de la Manche (14-Caen) pour la Haute-Normandie,

94- les archives départementales des Pyrénées (64-Pau) pour le Pays Basque,

95- l'institut occitan (64-Vilhèra-Billère) pour les fonds occitans d'Aquitaine,

96- l'UPCP-Métive (03-Parthenay) pour les fonds Poitou-Charentes et Vendée,

97- le Centre des Musiques Traditionnelles de Rhône-Alpes (69-Villeurbanne) pour cette région.

98Quatre conventions sont actuellement à l'étude avec :

99- le Centre des Musiques et Danses Traditionnelles de la Guadeloupe (97-Pointe à Pitre) pour les fonds des Antilles françaises,

100- l'association Mémoire Vive (71-Anost) pour la Bourgogne,

101- le Centre international de musique populaire de Céret (66-Pyrénées orientales), pour la Catalogne.

102- L’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (63 - Riom).

Catalogage et indexation numériques

  • 10  Bonnemason, Bénédicte, Ginouvès, Véronique, Pérennou, Véronique, Guide d'analyse documentaire du s (...)
  • 11 Quand celles-ci l'ont mis en ligne bien sûr, c'est le cas, pour l’heure de la MMSH d'Aix-en-Provenc (...)

103En échange de cette mise à disposition de nos fonds sonores, les centres régionaux ont réalisé un travail d'indexation selon un système descriptif uniforme entre leurs collections et les nôtres, et uniforme également à l'ensemble du réseau, initié par les phonothécaires de Rennes, Toulouse et Aix-en-Provence10. Le musée a été associé à ce travail de réflexion qui s'est fait aussi en lien avec le département de l'audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, dont certains centres sont Pôles associés. Si bien qu'aujourd'hui, alors que le musée, fermé, ne dispose pas encore de ressources en ligne,  nos fonds peuvent être trouvés dans le catalogue numérique de certains de ces centres11.

104Il faut préciser que le réseau des détenteurs d'archives sonores inédites associés à la FAMDT travaille sous Alexandrie. Or en 2005, lorsque les fonds basques ont fait l'objet d'une convention avec le Conseil Général, ce dernier a souhaité que le traitement soit réalisé par le service des archives départementales. Si dans un premier temps la FAMDT a servi de structure conseil pour mettre en place cette politique, il est apparu ensuite que dans certains cas les échanges pouvaient se faire individuellement avec chacune des structures demandeuses. Ce fut le cas avec les AD de Pau. Cela était d'autant plus nécessaire que les archives utilisent un autre logiciel, Arkhéia. Nous avons mis au point avec eux une grille d'analyse tenant compte de tous les champs prévu dans l'indexation faite avec Alexandrie.

Conclusion

Du nouveau à Marseille

105En 1972, quand le MNATP a été transféré du Trocadéro à son bâtiment actuel (avenue du Mahatma Gandhi), ses archives et documents ont été répartis selon leur support, pour une logique de conservation et de compétences-métier. Le service des archives écrites fut mis au 6ème étage, l'iconothèque au 5ème, la bibliothèque au 8ème, la phonothèque au 9ème, avec le département d'ethnomusicologie. Tout cela sera bien sûr regroupé au Centre des collections et des ressources. La réflexion autour d'un portail documentaire commun est en cours. L'indexation faite par nos collaborateurs en région pourra être basculée sur nos propres bases, et nous pourrons aussi renvoyer à leurs catalogues afin d'offrir au public un panel le plus large possible sur les ressources sonores liées à l'ethnomusicologie et aux musiques de traditions orales de France. Il peut être envisagé aussi de faire des liens avec les ressources du Centre de recherches en ethnomusicologie du Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative de l'Université de Paris-Ouest-Nanterre, détenteur des fonds d'archives ethnomusicologiques de l'ancien Musée de l'homme. Nous aurions ainsi accès, selon des modalités qui restent techniquement et institutionnellement à définir, aux ressources musicales de l'Europe et de la Méditerranée.

Et à Paris...

106Pour finir, signalons que nous souhaitons, quittant Paris, que les archives sonores de l'ancien MNATP restent sur place. Nous avons signé récemment une convention pour que La Bibliothèque nationales de France soit à terme un "point d'écoute" de toutes ces archives de France.

Haut de page

Notes

1  Si les collections des ATP qui étaient jusqu'alors liées exclusivement à la France ont été enrichies en 2005 de la totalité des collections physiques de l'ancien département Europe du Musée de L'homme, dont une collection de près de 900 instruments de musique, les archives sonores liées à l'Europe sont en revanche au CREM, Centre de Recherches en Ethnomusicologie, héritier du laboratoire CNRS du département d'ethnomusicologie du Musée de l'Homme. Les archives écrites sont quant à elles restées au Muséum National d'Histoire Naturelle, institution de tutelle du Musée de l'Homme.

2  A son ouverture, il est d'abord, au sein des Musées nationaux, un Département des Arts et Traditions Populaires.

3 La marque Pyral étant la plus connue, elle donne souvent son nom à ce qui n'est qu'un disque enregistrable.

4 Rattachée au CNRS ;

5  p. 3, Marie-Marguerite Pichonnet-Andral (dite Maguy Andral), "l'enregistrement et l'exploitation des documents sonores", in: Collections ethnographiques françaises, vol. 1,

6 fasc. 8, fév. 1971 (document destinés à des stagiaires, éd. propre au MNATP, conservé dans les archives du dép. de la musique).

7  Les données qui suivent ont été relevées par mon prédécesseur Florence Gétreau en 1998 pour préparer la numérisation (voir son "Rapport sur les collections", 28/11/1998, conservé au dép. de la musique).

8  A partir des années 1960, ils sont associés au laboratoire CNRS du MNATP, le Centre d'Ethnologie Français, dont CMD et MPA dépendent aussi.

9  Donnés entre 1960 et 1987 (donnés par CMD et divers conférenciers invités par elle, puis donnés à l'université de Nanterre par J. Cheyronnaud).

10  Bonnemason, Bénédicte, Ginouvès, Véronique, Pérennou, Véronique, Guide d'analyse documentaire du son inédit, Paris, Association française de détenteurs de documents audiovisuels et sonores ; Parthenay, Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles, 2001, 185 p.

11 Quand celles-ci l'ont mis en ligne bien sûr, c'est le cas, pour l’heure de la MMSH d'Aix-en-Provence, de Dastum à Rennes, du COMDT de Toulouse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Barbara Le Gonidec, « Les archives sonores du Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM), ancien Musée national des Arts et des Traditions populaires (MNATP) »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 35 | hiver 2010, mis en ligne le 04 avril 2020, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/afas/2582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.2582

Haut de page

Auteur

Marie-Barbara Le Gonidec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search