Navigation – Plan du site

Les mémoires des immigrés, entre source et médium

Claire Scopsi

Résumés

L’histoire et la mémoire sont deux concepts distingués dans l’épistémologie de l’Histoire qui oppose la fiabilité et la rigueur de l’histoire à la fragilité et la sensibilité de la mémoire. L’intérêt actuel pour les enquêtes sur le passé rend possible une perception plus complète du passé par la réconciliation des deux postures. Il s’agit de livrer des récits intégrant l’exactitude des faits, qui en font des sources pour la science, à une approche par le sensible, plus préoccupée de la médiation du passé. La mémoire des migrations se prête particulièrement à cette double exigence, qui se traduit dans les méthodes de collectes et d’archivages des associations et institutions patrimoniales. Le dossier présente des collectes d’archives, des fonds muséaux, des corpus scientifiques qui tous ménagent la double nature de la mémoire, celle d’être une source et un médium.

History and memory are two concepts distinguished in the epistemology of history that contrasts the reliability and rigor of history and the fragility and sensitivity of memory. The current interest in investigating the past makes possible a more complete perception of the past through the reconciliation of the two postures. It is a matter of delivering narratives integrating the accuracy of the facts, which make them sources for science, to a sensitive approach, more concerned with the mediation of the past. This dual requirement suits particularly to the memories of migrations, and is reflected in the methods of collecting and archiving practised by associations and institutions. The file presents collections of archives, museum collections, scientific corpora that all take into consideration the dual nature of memory, that of being a source and a medium.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, PUF, 1950. Chapitre 2 « Mémoire collective et mémoire his (...)
  • 2 Jacques Le Goff, Histoire et Mémoire, Gallimard, 1986, p. 174, 177.
  • 3 « Avec le témoignage s’ouvre un procès épistémologique qui part de la mémoire déclarée, passe par l (...)

1Même dans les travaux scientifiques, « mémoire(s) » est un terme qui reste assez peu déterminé. Il désigne l’ensemble de ce qui nous rattache au passé en incluant l’histoire, le patrimoine, les archives, les musées, les objets et les narrations du passé individuelles ou collectives. Pour autant, les grands théoriciens de la mémoire que sont, parmi d’autres, Maurice Halbwachs, Paul Ricoeur ou encore Jacques Le Goff distinguent strictement l’histoire de la mémoire. Halbwachs considère deux mémoires, l’une interne, qu’il appelle autobiographique, l’autre externe, qui est la mémoire historique1. Le regard de Le Goff, sur les débordements de la mémoire oscille entre réprobation et méfiance. S’il reconnait une fonction sociale et épistémologique à la mémoire, dans laquelle « puise l’histoire », il la redoute en tant qu’instrument de puissance et de lutte. Dès lors, c’est aux « professionnels scientifiques de la mémoire » d’encadrer la mémoire de toute leur « objectivité scientifique »2. De la mémoire déclarée (c’est-à-dire le témoignage), à laquelle il livre un « procès épistémologique » Ricoeur rejette tout à la fois l’émotion et l’oralité, car, selon lui, il n’est de source historique qu’écrite, et de posture, que distanciée à l’égard des acteurs du passé3.

  • 4 Ralph Samuel, « Déprofessionnaliser l’histoire », Dialectiques, n° 30, janvier 1980, p. 5-17. « La (...)
  • 5 Annette Viewiorka, L’Ère du témoin, Paris, Plon, 1998.
  • 6 Tzvetan Todorov, Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa, 2004.
  • 7 Michèle Gellereau, « Comprendre, interpréter et valoriser la mémoire des témoins et des collectionn (...)
  • 8 Alain, Lamboux-Durand, « Enregistrement et diffusion numérique de témoignages », Les Cahiers du num (...)
  • 9 Régine Robin, « Récit de vie, discours social et parole vraie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire(...)
  • 10 Daniel Mendelsohn, The Lost : A Search for Six of Six Million, Harper Collins Publishers 2006. Vers (...)

2Ainsi de l’histoire et la mémoire, la première, seule, apporterait les garanties de méthode et de rigueur permettant d’asseoir une connaissance fiable et durable, alors que la seconde, inconstante et émotive, interviendrait dans les relations interpersonnelles et les constructions identitaires des groupes sociaux. Cette opposition majeure de la seconde moitié du xxe siècle s’est nourrie, dans les années 1970, des provocations de la public history à l’égard du métier d’historien (Ralph Samuel n’affirmait-il pas qu’il fallait « déprofessionnaliser l’histoire4 » ?) qui conduit à l’arc-boutement des historiens sur les sources écrites et l’heuristique de la preuve. Elle est réactivée dans les années 1980 et 1990 par la question de la figure du témoin dans les grands procès des criminels nazis5 et se prolonge dans les tensions mémorielles et les procès en abus de mémoire6 consécutifs à la marche pour l’égalité de 1983. Mais le temps est sans doute venu de la dépasser. Le contexte actuel est favorable au rapprochement, parce que, sans l’émotion, l’histoire peine à toucher des populations de plus en plus mêlées, qui ne se reconnaissent plus dans un roman national unique trop éloigné de leur singularité, et que l’austérité de la rigueur scientifique rebute. L’heure est au story telling, et, comme le montrent les travaux de Michèle Gellereau7 ou d’Alain Lamboux-Durand8 consacrés à la muséographie de la mémoire des deux guerres mondiales, les musées expérimentent la médiation sensible du témoignage, direct ou enregistré, qui vient chercher le visiteur au plus près de l’intime pour le conduire aux faits et à l’histoire. Mi-essai, mi-roman, des formes fictionnelles hybrides émergent. Plus modernes que les récits de parcours de vie, populaires dans les années 1970, dont Régine Robin dénonçait « la chaine socio-grammatique figée en stéréotype9 », elles prennent aujourd’hui pour argument le déroulement même de l’enquête mémorielle qu’elles placent au centre du récit. Je pense particulièrement à Daniel Mendelsohn dont The Lost10 relate la lente reconstitution du destin de lointains cousins exterminés par balles au cours de la Shoah. C’est aussi le principe de l’œuvre de Patrick Modiano qui consacre le cœur des ouvrages, non au récit du passé, mais à la relation du processus laborieux de l’anamnèse en adoptant le point de vue subjectif de l’enquêteur.

  • 11 Benedict Anderson, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londo (...)

3Cette immersion dans le sensible, pour ressentir le passé et en tirer des pistes d’exploration, est celle qui guide nombre de collectes de terrain, menées par des archivistes, des historiens, ou des associations. Le succès actuel de ces méthodes n’est pas une mode, c’est la manifestation d’un changement d’échelle des territoires politiques. L’histoire des nations – qui sont des communautés imaginées11 - s’applique aux faits et se nourrit des écrits officiels. L’histoire des territoires de la citoyenneté – lieux de l’interconnaissance concrète – ne peut négliger les relations interpersonnelles ou intercommunautaires et la façon dont elles infléchissent les décisions collectives. C’est ce que montre Philippe Joutard lorsqu’il explique que les données électorales des villes du Midi sont incompréhensibles si on leur applique une analyse sociologique, par les hostilités héritées des conflits religieux anciens, invisibles dans les actes écrits, perceptibles à l’état de traces dans les reports de voix des votes locaux et confirmées par les témoins consultés.

  • 12 Philippe Joutard et Anne-Marie Granet-Abisset, « Histoires de vie, histoire dans la vie. Philippe J (...)

L’intérêt de l’histoire orale et plus largement des enquêtes orales c’est que cela relativise les données et les points de vue. Cela relativise ce que font les historiens […]. Ils font une histoire qui a une part de vérité mais une part de vérité simplement12.

4Ainsi les narrations mémorielles, même les moins académiques, peuvent, à leur façon, contribuer à la connaissance du passé, ne serait-ce qu’en suggérant les conflits, les alliances, les trahisons interpersonnelles qui ont influencé le déroulement des faits.

  • 13 Gérard Noiriel, Chocolat, clown nègre, Bayard, 2012.

5Cette sensibilité au passé (l’expression est encore de Philippe Joutard), est particulièrement importante pour l’histoire de l’immigration, dont l’enjeu mêle connaissance scientifique et politique identitaire. Pourrait-on considérer comme complète une connaissance des faits migratoires qui se limiterait aux chiffres des préfectures ou de l’OFPRA, et aux textes officiels – décrets, circulaires ministérielles, etc. – sans s’interroger sur leur écho dans les populations, les résistances, les désobéissances citoyennes, les agressivités mutuelles ? Pourrait-on négliger d’en tracer les conséquences sur les modes de cohabitations actuels ? Le passé des territoires de l’immigration – les quartiers, les usines, les frontières, les lieux de culture ou de loisir – doit s’appréhender par la rigueur de l’historiographie, pour établir les faits, et par la sensibilité des témoignages, pour pénétrer les mentalités. C’est ce que tente Gérard Noiriel en explorant les formes sensibles de la narration historique de l’immigration et notamment le théâtre, avec Chocolat, clown nègre13. Pour lui, l’histoire de l’immigration, comme celle de la Shoah, illustre la capacité de l’histoire à s’ouvrir à de nouveaux objets, « sous l’aiguillon de la mémoire » :

  • 14 Gérard Noiriel, « Histoire, mémoire, engagement civique », Hommes et Migrations, n° 1247, 2004, p.  (...)

L’histoire et la mémoire sont deux rapports au passé qui ont chacun leur logique propre et que l’on ne peut pas hiérarchiser. Elles peuvent être parfois en conflit, mais elles ont besoin l’une de l’autre14.

6Comme Noiriel, nous nous refusons à hiérarchiser la mémoire et l’histoire et nous proposons d’aborder les articles de ce dossier de Sonorités, consacré aux mémoires immigrées, sous l’angle de la complémentarité de la source historique et de la médiation mémorielle. Dans ce dossier, nous désignons par le terme mémoires tous les types de réminiscences menées de façon méthodique et collective, pour considérer leurs apports à la connaissance de l’immigration. Ces mémoires que l’on collecte sous forme d’objets, de documents ou de témoignages prennent conjointement la fonction de source ou de médium, deux états qui seront plus ou moins développés selon le contexte de l’anamnèse et les objectifs poursuivis par les acteurs ou les institutions qui s’y appliquent. Sources, elles sont menées par les professionnels de l’historiographie et de la preuve en vue de la connaissance – je veux parler des historiens, des anthropologues et des archivistes – dans une grande exigence de fiabilité et de contextualisation. Lorsqu’elles sont diligentées par des établissements patrimoniaux ou culturels ou encore par des associations, les collectes portent davantage l’accent sur la médiation avec un public ou la mission d’un message à délivrer pour occasionner une prise de conscience. Les articles rassemblés dans ce dossier de Sonorités illustrent la diversité des acteurs des mémoires de l’immigration et la façon dont ils se confrontent aux tensions entre objectifs scientifiques et objectifs de médiation patrimoniale.

7Qu’elles se revendiquent source ou médium, les mémoires présentées dans ce numéro sont liées à l’immigration. L’histoire des immigrés, des clandestins, des réfugiés, des migrants de travail, des nomades et, au-delà de la question du déplacement, des communautés premières, des minorités ethniques, des territoires annexés ou colonisés, s’est méthodologiquement opérée par le recueil de traces de toutes sortes mobilisées pour pallier l’absence d’archives officielles, ou, lorsqu’elles existent, leur opposer un autre point de vue. Dès les travaux de l’école de Chicago, au début du xxe siècle, l’étude des immigrés s’est appuyée sur les témoignages, les objets du quotidien, les lettres et les archives familiales. Conceptuellement, Halbwachs reconnait que les multiappartenances, les fragmentations sociales, les groupes minoritaires de toutes sortes génèrent des mémoires collectives originales et distinctes des histoires nationales.

  • 15 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, PUF, 1950, p. 51.

Chaque homme est plongé en même temps ou successivement dans plusieurs groupes. Chaque groupe, d’ailleurs, se morcelle et se resserre, dans le temps et dans l’espace. C’est à l’intérieur de ces sociétés que se développent autant de mémoires collectives originales qui entretiennent pour quelque temps le souvenir d’événements qui n’ont d’importance que pour elles, mais qui intéressent d’autant plus leurs membres qu’ils sont peu nombreux15.

8Cette facette de la théorie de la Mémoire collective s’ajuste particulièrement bien aux minorités issues de l’immigration, et préfigure le modèle des sociétés urbaines multiculturelles du xxie siècle, et leurs revendications mémorielles.

  • 16 Rosa Olmos, « Mémoire de l’immigration algérienne, Oued Souf (Algérie) – Hauts-de-Seine (France) : (...)
  • 17 Marina Chauliac et Nancy Venel, « Patrimonialiser l’immigration via les témoignages : enjeux et emb (...)
  • 18 https://www.trajectoires-memoires.com/

9Les mémoires des communautés immigrées sont particulièrement affectées par les modifications sociales, politiques et historiques. Elles rencontrent, dans les années 1970, l’histoire ouvrière, l’histoire des minorités et des classes défavorisées et côtoient, dans les années 1990, la période postcoloniale et l’histoire de l’esclavage. La mémoire des étrangers irrigue la plupart des travaux de collecte et de valorisation français, qu’ils concernent les deux conflits mondiaux, le passé industriel et laborieux des territoires ou l’histoire urbaine. Les recueils de témoignages oraux de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) sur les bidonvilles de Nanterre16, ceux menés par le Rize auprès des habitants des grands ensembles de Villeurbanne17, les enquêtes de l’association Trajectoires mémoires et cultures18 dans le quartier parisien de Belleville ou encore celle de la région Centre-Val de Loire présentée par Guillaume Étienne dans ce numéro, croisent, dans leur logique territoriale, les modes d’habiter et les traces urbaines des communautés qui s’y sont côtoyées ou succédées. De leur côté, les mémoires des associations ou collectifs d’immigrés, demeurent dans un entre-deux. Les institutions patrimoniales des pays d’origine et des pays d’accueil n’ayant, pas plus les unes que les autres, vocation ou obligation à recueillir les traces des migrants, c’est aux communautés de prendre conscience de la nécessité de se structurer et de s’organiser pour établir elles-mêmes leur narration mémorielle. Le travail de collaboration est donc essentiel : les associations d’immigrés et de descendants d’immigrés repèrent et désignent les fonds à verser, établissent les contacts avec le pays d’origine ou les autres pays d’émigration de la communauté, tandis que les associations patrimoniales et les centres d’archives leur ouvrent leurs méthodes et leurs ressources. Il faut souligner l’importance du travail des organisations privées, de l’association Génériques bien sûr, de l’Association des Marocains en France et des associations issues des immigrations italiennes (Italia in Rete), espagnoles (la Faceef) ou portugaises (Memoria Viva) pour leur travail de repérage et de sauvegarde des archives et des témoignages, tandis que les associations culturelles chinoises, vietnamiennes ou africaines subsahariennes n’ont pas encore pris cette direction. Un immense travail reste à mener pour enregistrer et archiver les témoignages, mais aussi sauver les productions électroniques qui constituent des traces majeures de l’activité. Se pose aussi la question de la contribution des habitants et des populations à ces narrations mémorielles. Nous verrons dans certains articles de ce numéro, celui de Guillaume Étienne notamment, que l’approche participative n’est pas simple à mettre en œuvre, mais elle est l’un des enjeux majeurs des collectes de mémoires actuelles, car seule capable de donner lieu à une histoire polyphonique de la France.

10Notre dossier ouvre ses pages à des articles de professionnels des archives et de la mémoire, pour des présentations de fonds ou de processus de collectes, ainsi qu’à des chercheurs confirmés ou de jeunes chercheurs, pour des réflexions sur l’usage des témoignages oraux en histoire et patrimoine. Tous ou presque sont concernés par la mémoire en tant qu’objet de médiation auprès d’un public et présentent des formes variées de valorisation. Dans leurs travaux, les traces du passé mêlent étroitement leurs caractères de sources et de média. C’est une tendance forte des projets de préservations mémorielles actuels qui associent la mise en archives à une mise en lumière dans le cadre d’expositions publiques.

11La rubrique Valorisation-Médiation aborde la question de la mise en relation des fonds avec le public. Guillaume Étienne y relate le déroulement du projet participatif qui a rassemblé, de 2013 à 2017, le musée des Beaux-Arts d’Orléans, l’association Mémoires plurielles et une équipe de chercheurs en sociologie et anthropologie autour des histoires de migrations de la région Val de Loire. La finalité du projet est d’associer la population locale au choix des objets d’une exposition. La méthode participative qui devait conduire les acteurs de terrain à co-construire l’exposition et à bousculer les canons classiques du patrimoine se révèle plus délicate que prévu et les rapports traditionnels de légitimation tendent à reprendre le dessus.

12La rubrique Corpus propose deux présentations de fonds musicaux et oraux issus de collectes thématiques, en insistant sur le processus de leur constitution et leurs usages par les scientifiques ou le grand public. L’article de Yael Epstein et Laura Jouve-Villard, détaille le collectage musical Musiques migrantes de Villeurbanne, mené conjointement par le Rize de Villeurbanne et le Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) depuis 2008. Le projet poursuit un double objectif, lié à la nature hybride des activités du Rize à la fois dédié à la recherche et à la médiation patrimoniale. En collectant et archivant les expressions musicales de toutes communautés, dans les divers lieux de leurs manifestations (scènes dédiées mais également lieux de cultes ou de fêtes), le CMTRA et le Rize ont souhaité constituer des sources pour contribuer à la connaissance de la richesse musicologique du territoire et en proposer la consultation aux chercheurs via le portail rhônalpin du patrimoine oral. Ils ont également réuni un matériau riche pour alimenter les expositions et programmations musicales destinées au grand public. Tifenn Hamonic présente la méthodologie rigoureuse qui a présidé à la collecte d’archives orales Histoire et mémoires de l’immigration : mobilisations et luttes pour l’égalité, 1968-1988. Mené par l’association Génériques de 2012 à 2015, sous l’égide d’un comité de pilotage composé d’archivistes et d’historiens de Génériques, d’universitaires et de membres d’institutions patrimoniales, ce projet cherche à pallier le manque de documents écrits concernant ces militantismes. Les entretiens collectés sont signalés dans le portail des ressources de l’histoire de l’immigration Odysséo et leur intégralité a été donnée aux Archives nationales et à la BDIC pour leur conservation et leur communication aux chercheurs. Parallèlement, des projets d’expositions sont à l’étude. L’originalité de cet article est de donner un aperçu des premiers travaux historiographiques s’appuyant sur les matériaux collectés. Ainsi mise en regard, avec son exploitation par les scientifiques, la démarche de collecte menée par les archivistes prend tout son sens.

13La question de la valorisation scientifique des témoignages nous mène aux deux études scientifiques de la rubrique Recherche. L’article de Marta Silva est le seul à concerner un projet exclusivement tourné vers la constitution d’un corpus de recherche sans objectif associé de médiation, puisque la chercheuse y livre un regard réflexif sur sa pratique des témoignages oraux dans le cadre d’un travail de thèse sur les intermédiaires de l’immigration portugaise et son questionnement sur les abus et exploitations qu’ont occasionnés leurs activités. Dans ce cadre de mémoires conflictuelles, l’article revient sur les pressions et les instrumentalisations déroutantes auxquelles s’expose un jeune chercheur face à ses témoins. Marta Silva légitime cependant le recours aux sources orales en rappelant que les archives policières ne sont que les transcriptions des interrogatoires des passeurs, au cours desquels ils cherchent à livrer une performance convaincante et à justifier leur activité. Ces sources archivistiques traditionnelles ne sont pas moins subjectives et manipulatrices que les entretiens auxquels elle se livre aujourd’hui. Fabien Van Geert clôt la rubrique Recherche en posant la question de la médiation patrimoniale dans les musées de l’immigration québécois, néerlandais, français ou brésiliens. Ces anciens musées ethnographiques ou coloniaux sont devenus, au cours des années 1990 et selon leurs contextes nationaux respectifs, des lieux de représentation des multiculturalismes et de lutte contre les xénophobies. L’étude de Van Geert montre l’évolution des procédés muséologiques associés à ces missions, qui laissent une plus large place à l’émotion et se traduisent par l’entrée dans les collections d’objets du quotidien, d’œuvres d’artistes et de sources orales. Les sources sonores, d’abord placées sur des bornes audiovisuelles dans les parcours d’exposition et invitées à dialoguer avec les objets, deviennent désormais des objets muséaux à part entière et s’exposent en tant que témoins des mentalités.

14Enfin, il nous a semblé opportun de signaler et commenter l’ouvrage de Paul Rasse, le Musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation dans le cadre de ce dossier. Même s’il ne traite pas du patrimoine des immigrés, ce livre dessine le long processus qui mène les institutions muséales de la posture de la conservation d’une culture élitiste, à celle des médiations culturelles. Il éclaire le contexte et les problématiques en jeu dans les tensions entre la mémoire source et la mémoire médium.

Haut de page

Notes

1 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, PUF, 1950. Chapitre 2 « Mémoire collective et mémoire historique », p. 32.

2 Jacques Le Goff, Histoire et Mémoire, Gallimard, 1986, p. 174, 177.

3 « Avec le témoignage s’ouvre un procès épistémologique qui part de la mémoire déclarée, passe par l’archive et les documents et s’achève sur la preuve documentaire », in Paul Ricoeur, La Mémoire, l’Histoire, l’oubli, 2003, p. 201.

4 Ralph Samuel, « Déprofessionnaliser l’histoire », Dialectiques, n° 30, janvier 1980, p. 5-17. « La production autobiographique constitue un des modes de ressaisie de ce qui, dans le temps, est historique ; la production professionnelle en constitue une autre. L’une et l’autre restent partielles et provisoires. La pratique professionnelle ne fonde ni un monopole, ni une garantie. » p. 16

5 Annette Viewiorka, L’Ère du témoin, Paris, Plon, 1998.

6 Tzvetan Todorov, Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa, 2004.

7 Michèle Gellereau, « Comprendre, interpréter et valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales : synthèse des principaux résultats de l’étude TEMUSE 14-45 », 2012, p. 16-31. http://hal.univ-lille3.fr/hal-00836401/document [accédée le 26 décembre 2016].

8 Alain, Lamboux-Durand, « Enregistrement et diffusion numérique de témoignages », Les Cahiers du numérique, 12(2016), 51-74

9 Régine Robin, « Récit de vie, discours social et parole vraie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 10 (1986), p. 103-111, https://doi.org/10.3406/xxs.1986.1547, p. 107.

10 Daniel Mendelsohn, The Lost : A Search for Six of Six Million, Harper Collins Publishers 2006. Version française, Les Disparus, Flammarion, 2007.

11 Benedict Anderson, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso, 1983.

12 Philippe Joutard et Anne-Marie Granet-Abisset, « Histoires de vie, histoire dans la vie. Philippe Joutard et l’histoire orale à la française », Sociétés & Représentations, 2013, p. 183-207.

13 Gérard Noiriel, Chocolat, clown nègre, Bayard, 2012.

14 Gérard Noiriel, « Histoire, mémoire, engagement civique », Hommes et Migrations, n° 1247, 2004, p. 20.

15 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, PUF, 1950, p. 51.

16 Rosa Olmos, « Mémoire de l’immigration algérienne, Oued Souf (Algérie) – Hauts-de-Seine (France) : Projet de collecte, conservation et traitement de sources orales », Bulletin de l’AFAS [En ligne], 38, printemps-été 2012, consulté le 13 novembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2838 ; DOI : 10.4000/afas.2838

17 Marina Chauliac et Nancy Venel, « Patrimonialiser l’immigration via les témoignages : enjeux et embûches », Communications, vol. 100, no 1, 2017, p. 105-119.

18 https://www.trajectoires-memoires.com/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Scopsi, « Les mémoires des immigrés, entre source et médium », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/afas/3144 ; DOI : 10.4000/afas.3144

Haut de page

Auteur

Claire Scopsi

Docteure en sciences de l’information et chercheure au Conservatoire national des arts et métiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page