Navigation – Plan du site
Valorisation et médiation

Histoires de migrations en région Centre-Val de Loire

Une exposition à plusieurs voix
Guillaume Étienne

Résumés

Faire entrer les mémoires des migrations dans le registre du patrimoine du Centre – Val de Loire est le défi que s’est lancé l’association Mémoires Plurielles épaulée d’une équipe de chercheurs en 2013. Après une collecte participative dans plusieurs villes de la région, le projet aboutit à l’exposition Histoires de migrations en 2017 à Orléans.
Une telle exposition constitue un véritable enjeu mêlant des facteurs patrimoniaux, mémoriels, esthétiques, à des considérations politiques, dans cette région davantage reconnue pour son patrimoine historique classique. Dans la perspective d’une démarche participative, des acteurs fort divers se sont réunis dans plusieurs villes afin de mener la collecte et de réfléchir à la réalisation de l’exposition. Cet article présente les étapes du projet, la démarche participative et ses acteurs, les questionnements, débats et hésitations qu’une telle démarche impose, et quelques-uns de ses aboutissements.

The memories of migrations in the heritage register of the Center - Loire Valley is the challenge launched by the Mémoires Plurielles association supported by a team of researchers in 2013. After a participatory collection in several cities in the region, the project culminated in the exhibition Histoires de migrations in 2017 in Orléans.
Such an exhibition constitutes a real stake combining heritage, memorial and aesthetic factors with political considerations in this region more recognized for its classical historical heritage. In the context of a participatory approach, a wide range of actors gathered in several cities to carry out the collection and reflect on the realization of the exhibition. This article presents the stages of the project, the participatory process and its actors, the questions, debates and hesitations that such an approach imposes, and some of its outcomes.

Haut de page

Texte intégral

Généalogie et objectifs du projet

1La région Centre-Val de Loire est davantage reconnue pour son patrimoine historique bâti ou naturel que pour son patrimoine des migrations et des migrants. La réalisation d’une exposition sur cette thématique dans une démarche de construction et de collecte participatives constitue le défi que s’est lancé l’association régionale Mémoires Plurielles.

  • 1 L’exposition initialement prévue au Musée des Beaux-Arts sera finalement programmée au musée d’Hist (...)

2Le projet Histoires de migrations débute en 2013 par le partenariat entre le Musée des Beaux-Arts d’Orléans1, l’association Mémoires Plurielles et une équipe de chercheurs en sociologie et anthropologie composée de Hélène Bertheleu, Julie Garnier, Guillaume Étienne (université de Tours, UMR Citeres) et Véronique Dassié (IDEMEC). La chargée de mission de Mémoires plurielles, Pôleth Wabdled, est également sociologue.

3Le projet mûri, s’affine au cours de l’année et des villes de la région sont choisies, en raison de leur intérêt historique et sociologique, pour organiser des groupes de travail et de collecte dès mai 2014 : Bourges (Cher), Orléans et Montargis (Loiret) et Tours (Indre-et-Loire).

4Les objectifs de l’exposition sont alors identifiés. Il s’agit tout d’abord de valoriser et diffuser les connaissances sur les migrations en région Centre-Val de Loire. Les travaux des chercheurs en sociologie, anthropologie et histoire, menés au préalable sur la région2 servent de support à la diffusion des connaissances mais ne doivent pas constituer une finalité : le projet est à construire ensemble, avec tous ceux qui y participeront. Deuxième objectif, sensibiliser la population locale à cette question en dépassant les perspectives misérabilistes ou, au contraire, stigmatisantes. Enfin, troisième objectif, rendre visible un patrimoine méconnu en associant regard scientifique et démarche sensible3.En effet, la région n’est pas caractéristique des migrations en France si bien que le patrimoine des migrants passe largement inaperçu ou n’est tout simplement pas perçu en terme de patrimoine au profit d’une acception plus classique de celui-ci : les châteaux de la Loire par exemple.

5L’inexpérience en matière de participation et une vision par trop enchantée de celle-ci laissent au début espérer une appropriation et une implication des acteurs de terrain qui seraient force de propositions dans l’élaboration de l’exposition. La forme de l’exposition n’est pas pensée au préalable et ce doit être aux groupes de travail de la construire. Mémoires plurielles, représentée par sa chargée de mission lors de chaque réunion, a pour rôle la coordination des réflexions en amont sans pour autant contraindre ou orienter les décisions prises. De ce fait, la collecte n’est pas délimitée par des attendus en termes d’objets ou de témoignages. Elle se fera idéalement au gré des décisions prises collectivement.

6La méthodologie prévue est celle d’entretiens qualitatifs peu directifs, d’une part en raison de la perspective sociologique et ethnologique de la démarche, d’autre part de façon à laisser aux enquêtés une liberté de parole et de choix dans les thématiques à aborder. Pour ce faire, la thématique de la migration est envisagée de façon suffisamment large : expérience de la migration, expression des sentiments d’appartenances, lieux d’ancrage, etc. ; autant de thèmes qui seront d’ailleurs abordés dans les entretiens par la suite. Mais ni la période couverte ni les origines des migrations (entendues comme migrations internationales et extranationales) ne sont délimitées si bien que l’exposition présentera, par exemple, les peuples celtes de la région jusqu’aux migrations plus récentes comme celles en provenance de Turquie ou d’Afrique subsaharienne.

7La question des origines s’est toutefois posée par la suite : fallait-il évoquer les migrations antillaises, donc françaises, les militaires américains installés dans l’Indre, les Tziganes ou encore les juifs, notamment durant la Seconde Guerre mondiale ? C’est ici le débat entre déplacement géographique, nationalité et sentiment d’appartenance qui est posé. Le choix d’une présentation non en déclinaisons selon les origines mais selon des thématiques (l’intime, l’ancrage dans la ville, etc.) a permis de résoudre un tel débat en rattachant ces populations aux grands événements historiques auxquels elles sont liées (par exemple, le domestique et ami d’Aignan-Desfriches, connu sous le nom de « Nègre Paul », originaire des Antilles, est présenté sur une planche abordant l’esclavage).

Le défi de la participation : ambiguïtés et hésitations

8Lors de chaque réunion dans les villes choisies, c’est un binôme chercheur/association Mémoires Plurielles qui anime les groupes de travail. La constitution des groupes se fait par la mobilisation de réseaux déjà tissés lors de précédentes recherches et par le contact spontané des structures culturelles et patrimoniales locales. Ils commencent à se constituer au printemps 2014 et durant un an et demi, à mesure d’une rencontre tous les deux mois environ, ils réunissent dans chaque ville une quinzaine d’acteurs divers en vue de participer à la collecte d’objets, de témoignages, de récits de vie.

9Les configurations des groupes sont quelque peu différentes selon les villes. Les fonctionnements, les profils des participants et les modalités de collecte se distinguent selon les spécificités locales, les réseaux mobilisés, la vie associative ou politique locale.

10À Bourges, peu d’associations se manifestent : seules une petite association œuvrant pour la valorisation des œuvres d’une peintre d’origine algérienne et une association d’aide et d’alphabétisation prennent part aux réunions. Les autres participants sont des représentants d’institutions patrimoniales ou de politiques de la ville : bibliothèques, archives départementales, service patrimoine de la ville. Ces institutionnels expliquent être intéressés au titre de leur profession mais ne pas être en mesure de contribuer à la réalisation et offrent plutôt leur aide sous forme de mise à disposition de documents, de réseaux, de lieux.

11À Montargis, l’appel lancé n’a pas plus de succès et seules les personnes contactées individuellement ou appartenant à des réseaux déjà constitués se manifestent. Les associations culturelles sont davantage représentées (associations turques, ukrainiennes, russes) mais d’autres associations ou institutions sont également présentes. Enfin, des artistes proposent de contribuer à l’exposition par des réalisations (structures, peintures). À Tours, les associations d’anciens migrants discutent avec des associations de réalisations de documentaires, des travailleurs sociaux et des chercheurs (géographie, sociolinguistique), tous intéressés par cette thématique à titre personnel ou professionnel. Enfin, à Orléans, le réseau déjà constitué par Mémoires Plurielles offre une configuration favorable à la participation des associations culturelles, de formations, d’institutionnels mais aussi d’enseignants du secondaire et d’artistes.

  • 4 Loïc Blondiaux, « L’idée de démocratie participative : enjeux, impensés et questions récurrentes », (...)

12Les premières rencontres révèlent des hésitations, des attentes, et la découverte mutuelle des participants. Alors que le binôme chercheur/Mémoires Plurielles présente le projet en insistant sur son caractère participatif et l’engagement de chacun dans la réalisation, les participants attendent des directives plus précises. De là résultent des situations inconfortables de part et d’autre et une période de mise en route où les objectifs du projet doivent être régulièrement rappelés. Les participants considèrent que les organisateurs des réunions sont les porteurs du projet et qu’ils ont, par conséquent, des attentes précises. Du côté des animateurs, l’objectif est plutôt celui d’une appropriation par les acteurs de terrain de ce projet dont les modalités sont à définir collectivement. À ce stade, la place de chacun n’est pas clairement identifiable. Et pour cause, l’un des principes des processus participatifs est de donner la possibilité à chacun de tenir une même place de décideur ou de contributeur. Mais ce « dilemme de l’égalité »4 ne peut se résoudre aussi simplement qu’en disant aux participants que leur parole compte également dans les discussions. Chacun apprend rapidement, par un tour de table, la place des autres à l’extérieur de ce cadre, et donc les compétences, les statuts, la légitimité de parole avec lesquels il faudra faire à l’intérieur de ce nouvel espace.

De multiples dialogues patrimoniaux

13Le comité de pilotage, constitué de chercheurs, de professionnels du patrimoine et d’associatifs, a dès le début pris le parti d’un patrimoine porté par les acteurs, non par des experts. C’est donc aux personnes rencontrées de parler de ce qui, pour elles, fait sens et revêt une valeur patrimoniale. Lors de la phase de collecte (soit auprès des participants aux réunions, soit par les participants prenant le rôle d’enquêteurs collecteurs auprès de leurs propres réseaux), les difficultés de cette approche ont toutefois émergé. Pour les particuliers : que soumettre à proposition ? Pour les professionnels du patrimoine : que choisir d’exposer et pour quelles raisons ? Pour les chercheurs : déstabilisation et remise en question des méthodes classiques de collecte. Ajoutons enfin la connaissance des canons classiques du patrimoine pouvant aboutir à une forme d’autocensure en matière de choix ou à une demande de légitimation de la part du chercheur, de l’assemblée : est-ce que cet objet correspond aux attentes ? Est-ce que c’est bien du patrimoine ? « Ah ! Je ne pensais pas à ce genre de choses… » peuvent exprimer certains participants lorsque quelques exemples de choix proposés dans d’autres villes leur sont soumis.

14Finalement, les chercheurs sont parfois contraints de revenir à des modalités plus classiques de collecte : contacter les contributeurs potentiels de façon individuelle, y compris des personnes n’ayant pas participé aux réunions et n’ayant pas connaissance du projet.

15Les allers-retours entre les groupes et le comité de pilotage font peu à peu apparaître, durant l’année 2016, le fil conducteur de l’exposition et cinq grands espaces sont identifiés : 1 – Une longue histoire (contexte, lieux, vocabulaire des migrations) ; 2– Histoires d’intimités (objets d’affection, le « chez-soi et l’intime) ; 3– Inscriptions des migrants dans la ville (vie de quartier, associations) ; 4– Apprendre, travailler, s’engager : quelle vie ! (l’apprentissage chez les enfants et les adultes, le monde du travail et l’engagement politique, associatif, syndical) ; et 5 – Portraits et trajectoires (récits de vie et témoignages à la 1re personne).

16En septembre 2016, une centaine de contributeurs prennent part au projet dans toute la région et environ 500 objets sont identifiés et prêtés : objets de l’intime ayant une valeur mémorielle et familiale, archives privées et publiques, photographies, documents concernant le travail, les luttes sociales, des témoignages. Le projet n’ayant jamais visé l’exhaustivité des populations présentes sur le territoire, l’exposition n’est pas bâtie sur la base des groupes selon leur importance numérique : conformément à la démarche participative, les entretiens et prêts d’objets se sont faits au gré des propositions des groupes de travail. Les populations migrantes les plus importantes installées dans la région sont certes représentées : le premier espace de mise en contexte pose les bases statistiques, historiques et sociologiques des populations en présence depuis 1851 jusqu’à nos jours, soit, par ordre d’importance numérique : portugaises, marocaines, d’autres pays d’Afrique, Algérie, autres pays de l’UE, Turquie, Vietnam/Laos/Cambodge, Espagne, Tunisie. Mais sont aussi présentes des populations moins visibles statistiquement comme des Argentins ou dont la nationalité s’est effacée avec le temps, c’est le cas des Ukrainiens. Par ailleurs, la nationalité a parfois été mise au second plan au profit d’éléments d’identification ethniques ; c’est le cas des Hmong ou des Chaoui. Il est de ce fait difficile de rendre compte des populations couvertes par l’exposition en termes de nationalités.

17De nouvelles questions se posent enfin au dernier stade : à qui reviennent les choix d’exposition ? Sous quelles formes et de quelle manière exposer (les objets ou des photos d’objets) ? De nouveaux acteurs, un scénographe, des graphistes, l’éditeur du catalogue, entrent en scène, apportant de nouveaux critères esthétiques, pratiques, techniques. Comment concilier les perspectives et les attentes de chacun ?

  • 5 Étienne Guillaume (dir.), Histoires de migrations, intimités et espaces publics, Tours, Presses uni (...)

18Les sélections d’objets se font alors en fonction des espaces de l’exposition qui n’étaient, au moment de la collecte, pas forcément identifiés. Certains objets collectés se trouvent de ce fait hors de tout espace thématique. Toutefois, afin de préserver la diversité de la collecte, il est décidé que le catalogue5 (envisagé comme une introduction à l’histoire des migrations locales) et l’exposition ne seraient pas identiques, ce qui permet une relative autonomie entre l’un et l’autre.

Conclusion

19L’exposition est inaugurée le 25 mars 2017 pour une durée de 5 mois. Des événements « dans » ou « hors les murs » sont organisés pendant l’exposition ou plus tard : visites commentées, pièce de théâtre, lectures théâtralisées, ateliers d’arts plastiques, projections de film, expositions locales, concerts, etc. L’exposition n’est donc pas pensée comme finalité, mais comme étape vers la connaissance de la thématique traitée, pourquoi pas reprise dans d’autres projets en région.

20À l’issue de ce travail, quelques questions demeurent en suspens. Partis d’une perspective assez enchantée de la participation, les chercheurs et Mémoires Plurielles espéraient une appropriation du projet par les contributeurs. D’une part, les intéressés ne se présentent pas forcément spontanément et il est nécessaire de recourir à des réseaux déjà constitués ou bien d’aller directement chercher les gens individuellement. D’autre part, les dialogues entre tous les participants sont complexes en raison de la multiplicité des acteurs, de leurs postures et statuts, d’une faible vision globale pour tous les contributeurs, vision qui se limite pour nombre d’entre eux au groupe de travail d’une seule ville. La question du choix à trancher revient dès lors souvent aux seuls participants ayant cette vue globale, c’est-à-dire les membres du comité de pilotage et les chercheurs. Dans ce cadre, jusqu’où va la participation ?

21Deuxièmement, comment envisager la réception de l’exposition par les visiteurs et quels effets peut-on observer localement, sur le territoire ? Les visites commentées permettent d’observer les intérêts, attentes, surprises ou déceptions des visiteurs. Des publics « captifs » comme des écoliers et collégiens encadrés de leurs professeurs, des habitants de quartiers de Tours ou Orléans venus sur proposition de centres sociaux, des jeunes gens d’Instituts médico-éducatifs, des travailleurs sociaux (de CADA notamment) sont des publics fort différents, donc aux attentes différentes. Tous relèvent cependant l’originalité de l’exposition qui mêle justement le pédagogique, l’esthétique et le sensible. Sur ce point, l’objectif est atteint. S’il est trop tôt pour dégager une analyse précise quant à la réception de l’exposition par les publics (et notamment les visites individuelles, par exemple par l’étude du livre d’or) et les institutionnels du patrimoine ou de la ville, nous pouvons toutefois relever une ambivalence entre identification et distance à la thématique : les objets du quotidien (une peluche d’enfant, des ustensiles de cuisine…) évoquent des espaces domestiques à travers lesquels chacun peut se retrouver, mais des récits de vie, des trajectoires complexes, des situations au travail, le maniement de plusieurs langues explorent des aspects moins connus de la migration, donc une identification moins évidente par tout un chacun.

Structure évoquant la diversité des parcours migratoires

Agrandir

Cour du musée Cabu

G. Étienne, mars 2017 (cc-by-nc-sa)

Haut de page

Notes

1 L’exposition initialement prévue au Musée des Beaux-Arts sera finalement programmée au musée d’Histoire et d’archéologie d’Orléans.

2 Voir par exemple Sylvie Aprile, Hélène Bertheleu, Pierre Billion, Étrangers dans le berceau de la France. L’immigration en région Centre du XIXe siècle à nos jours, Tours, PUFR, 2013. Hélène Bertheleu (dir.), Au nom de la mémoire. Le patrimoine des migrations en région Centre, Tours, PUFR, 2014.

3 Objectifs décrits sur le site du projet : https://www.memoiresplurielles2017.net Consulté en janvier 2017.

4 Loïc Blondiaux, « L’idée de démocratie participative : enjeux, impensés et questions récurrentes », in Marie-Hélène Bacqué et Henri Rey, Gestion de proximité et démocratie participative, Paris, La Découverte, 2005, p. 119-137.

5 Étienne Guillaume (dir.), Histoires de migrations, intimités et espaces publics, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Étienne, « Histoires de migrations en région Centre-Val de Loire », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/afas/3146 ; DOI : 10.4000/afas.3146

Haut de page

Auteur

Guillaume Étienne

Maître de conférences en anthropologie à l’université de Tours/UMR 7324 Citeres

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page