Navigation – Plan du site
Corpus

« Musiques migrantes de Villeurbanne »

Présentation d’une démarche de collectage, d’archivage et de valorisation patrimoniale
Yaël Epstein et Laura Jouve-Villard

Résumés

En 2008, le Rize et le CMTRA ont entrepris un projet de recherche sur les pratiques et savoirs musicaux liés aux parcours migratoires des habitants de Villeurbanne. Construit sur une recherche de terrain de plusieurs années, ainsi que sur l’enregistrement de « témoignages musicaux » et de récits de vie auprès des habitants, ce projet avait pour objectifs la connaissance et la reconnaissance de la pluralité des mémoires culturelles du territoire et la mise en dialogue de ces récits au sein de projets de valorisation accessibles au plus grand nombre. Il a donné lieu à l’exposition « Musiques ! Voyages sonores à Villeurbanne » qui proposait au public une immersion sonore au sein de la diversité des cultures musicales rencontrées sur le terrain, à l’organisation de cycles d’événements musicaux et à la constitution d’un fonds d’archives sonores. Aujourd’hui accessible en ligne, celui-ci est composé de 116 enregistrements de terrain, mêlant récits de vie, airs instrumentaux, chansons traditionnelles, berceuses ou encore chants liturgiques, mais aussi les ambiances sonores et musicales de fêtes religieuses, mariages ou répétitions d’ensembles orchestraux. Ces collectes forment une mosaïque de récits sensibles nous invitant à envisager les identités culturelles individuelles et collectives comme des cheminements permanents.

In 2008, the Rize and the CMTRA started a research project on musical practices and knowledges related to the migratory courses of the inhabitants of Villeurbanne. Built on a field research of several years, as well as on recordings of their « musical testimonies » and life stories, this project had as objectives the knowledge and the recognition of the plurality of the cultural memories of the territory and to set up these stories into dialogues in projects of valorization accessible to the greatest number. This project gave rise to the exhibition « Musiques! Voyages sonores à Villeurbanne » , which offered audiences a sound immersion within the diversity of musical cultures of the field, the organization of cycles of musical events and the constitution of a sound archive. Now available online, this archive is composed of 116 field recordings combining life stories, instrumental tunes, traditional songs, lullabies or liturgical songs, as well as the musical ambiances of religious festivals, weddings, and rehearsals of orchestral ensembles. These collections form a mosaic of sensitive narratives inviting us to consider individual and collective cultural identities as permanent paths.

Haut de page

Texte intégral

Le collectage musical comme démarche de connaissance des territoires

1En 2008, le Rize, alors tout nouveau « Centre mémoires et société » de Villeurbanne et le CMTRA ont souhaité mener ensemble un projet de recherche et d’exposition sonore sur les pratiques et savoirs musicaux liés aux parcours migratoires des habitants de la ville. Toutes deux implantées à Villeurbanne, ces deux structures partagent un engagement commun pour la connaissance et la reconnaissance de la pluralité des mémoires culturelles des habitants du territoire et pour la mise en dialogue de ces récits au sein de projets de valorisation accessibles au plus grand nombre.

2Le parti pris de départ de ce projet était d’explorer la diversité des patrimoines musicaux de la ville et leurs contextes d’expression, afin d’interroger les différents modes de pratique et de transmission de la musique, les fonctions affectives et sociales y étant associées en situation d’exil, ainsi que les procédés de sélection, de réactualisation et d’hybridation à l’œuvre dans ces répertoires en mouvement.

3D’un point de vue méthodologique, le projet Musiques migrantes de Villeurbanne, comme la plupart des projets de collectage musical menés par le CMTRA dans d’autres territoires urbains et ruraux de la région Rhône-Alpes1, s’est construit sur une recherche de terrain de plusieurs années, ainsi que sur l’enregistrement de « témoignages musicaux » et de récits de vie auprès des habitants rencontrés. Cette exploration sonore et visuelle de Villeurbanne et l’identification des « habitants-musiciens » y résidant a été conduite avec le relai de structures locales telles que les écoles, les services municipaux, les espaces socioculturels, les lieux de culte et les commerces « ethniques », les conservatoires et les écoles de musique associatives, les associations communautaires.

4La démarche de collectage musical mise en œuvre par le CMTRA depuis sa fondation articule une volonté de préservation patrimoniale, de connaissance anthropologique et de valorisation culturelle. Nécessairement subjective et partielle, elle est soumise à des choix affinitaires, à des réseaux de connaissances qui se ramifient à chaque rencontre. Les matériaux produits sur le terrain ont des vocations multiples, à la fois dédiés à une exploitation immédiate dans le cadre de projets d’action culturelle menés avec différents partenaires associatifs ou institutionnels, à un traitement archivistique en vue d’une conservation et d’une mise à disposition pour des projets futurs, mais également comme base de connaissance pour des projets d’écriture plurielle et participative de la ville.

5Les collectes réalisées entre 2008 et 2010 ont donné lieu au montage, au Rize, de l’exposition « Musiques ! Voyages sonores à Villeurbanne2 », qui proposait au public une immersion au sein de la diversité des cultures musicales rencontrées sur le terrain et des histoires personnelles et collectives racontées en musique par les habitants. Rassemblant une cinquantaine d’enregistrements autour de cinq pôles thématiques (« Partir et arriver », « Se faire une place », « Partager », « Transmettre », « Transformer »), elle s’organisait autour d’une scénographie plurimédia mêlant photographies, cartographies, dispositifs d’écoute individuelle et collective, donnant à entendre des chanteurs amateurs kurdes, iraniens, judéo-espagnols ou algériens, des guitaristes andalous, des joueurs de oud, de charango, de duduk ou de tablas, mais aussi les captations de cérémonies soufies du Sénégal, orthodoxes d’Ukraine, juives séfarades, d’un mariage marocain, d’un bal italien, d’une fête de Nouvel An turc, etc.

Musiques migrantes de Villeurbanne, un fonds d’archives sonores

  • 3 Laurent Aubert, Musiques migrantes. De l’exil à la consécration, Collection Tabou, vol. 2. Gollion  (...)

6Cent seize enregistrements de terrain ont été réalisés depuis l’année 2008, mêlant aux récits de vie des Villeurbannais nous ayant ouvert leurs portes les airs instrumentaux, chansons traditionnelles, berceuses ou encore chants liturgiques qu’ils ont choisi d’interpréter dans nos micros, mais aussi les ambiances sonores et musicales de fêtes religieuses, mariages, de répétitions d’ensembles orchestraux ou de chorales du territoire. L’ensemble de ces collectes forment ainsi une mosaïque de récits sensibles nous invitant à envisager les identités culturelles individuelles et collectives comme des cheminements permanents. L’expression de « musiques migrantes », empruntée à l’ethnomusicologue suisse Laurent Aubert3, signe d’ailleurs la volonté qui a présidé à cette démarche de collectage, mais également d’archivage et de valorisation patrimoniale : celle d’éviter l’essentialisation et la réification des identités culturelles et des mondes musicaux enregistrés, en portant une attention sensible à la circulation des répertoires, des instruments, des chansons, et à ce qu’ils racontent des trajectoires des individus et des groupes qui les pratiquent.

7Chacune de ces enquêtes a été finement décrite selon une grille d’indexation et un thesaurus adaptés aux documents sonores, puis déposée aux archives municipales abritées par le Rize, au sein du fonds Musiques migrantes de Villeurbanne, initialement consultable sur place. Au moment de la relance des activités de documentation sonore du CMTRA en 2015, ce fonds sonore de plus de cent trente heures a pu être mis en ligne in extenso (dans la limite des droits de diffusion) sur la base de données collaboratives du réseau rhônalpin, dédié aux archives sonores4, que coordonne le CMTRA.

8Au hasard d’une exploration de ce fonds sonore, l’on peut ainsi rencontrer la voix d’Éliane Benbanaste5 nous initiant à la mosaïque culturelle et linguistique des musiques judéo-espagnoles, irréductibles à tous les binarismes sacré et profane, occidentaux ou orientaux ; ou encore celle de Simon Ohayon6, le hazan de la synagogue de Villeurbanne nous offrant des prières liturgiques interprétées en arabe, issues du patrimoine judéo-marocains des Bakachots. D’autres enquêtes nous interpellent sur le rôle de la musique dans la reconstruction de nouveaux attachements culturels, linguistiques, affectifs et sociaux en situation d’exil. Ainsi en est-il de Paulette Maoni7, tahitienne et villeurbannaise depuis près de trente ans, très investie au sein d’associations de l’agglomération promouvant les danses, musiques et cultures tahitiennes ; de même que pour Hassan Abd Alrahman8, oudiste syrien pour qui la création musicale a été successivement une vocation, un refuge symbolique en Syrie puis un port d’ancrage en France.

9D’autres enregistrements nous conduisent à être attentifs à la diversité souvent peu explorée des « lieux de musique » d’une ville. Aux côtés des scènes dédiées, des événements programmés dans l’agenda culturel de la ville, la musique se pratique aussi dans l’intimité d’un salon, dans un lieu de culte, telle cette messe enregistrée à la paroisse ukrainienne de Villeurbanne9 ; elle résonne également dans les rues lors par exemple d’un mariage traditionnel marocain, ici accompagné par les musiciens de Dakka Marrakchia du groupe Coyo de Marrakech10 ; elle est au cœur des fêtes calendaires, comme en témoigne cette captation d’un Newroz11, le Nouvel An traditionnel que le monde persan et kurde fête à l’arrivée du printemps. Ils nous donnent à entendre les processus d’hybridation à l’œuvre dans les structures musicales, scénographiques ou chorégraphiques de ces « musiques migrantes », qui circulent et se transforment en même temps que les êtres humains et les groupes qui les jouent, tel le raï aroubi algéro-marocain que les deux musiciens et amis Abbes Hamou et Raban El Maghnaoui ont fait résonner dans les cafés et les mariages maghrébins de Lyon12. D’autres enfin, mettent en lumière le rôle de la transmission et de ses différentes modalités (familiale/intergénérationnelle, communautaire, scolaire/académique) dans l’appropriation d’une culture vécue « à distance » dans l’espace et dans le temps. C’est ce que nous raconte entre autres nombreux exemples le joueur de duduk Haïg Sarikouyoumdjian13, qui n’a de cesse de trouver un juste équilibre entre la quête d’une « arménité » ayant laissé peu de traces aux générations post-génocide, et le risque d’une mythification étouffante d’une prétendue musique arménienne « authentique ».

Quelques formes de valorisation patrimoniale d’un fonds documentaire sonore et musical

10Un portail d’archives sonores, aussi fourni et soigneusement documenté soit-il, ne saurait pourtant suffire à rendre audibles toutes ces hybridations musicales et culturelles, les adaptations et réinventions nécessaires à la perpétuation des traditions dont il est question dans les récits et les musiques des habitants rencontrés au fil de cette recherche au long cours. C’est pourquoi dès l’année de montage de l’exposition « Musiques ! Voyages sonores à Villeurbanne » en 2010, Le Rize et le CMTRA ont souhaité mettre en place de façon régulière des concerts et des temps de rencontre avec les habitants-musiciens de la ville ; un format de soirées qui depuis 2013 s’est de nouveau invité dans l’agenda du Rize dans le cadre des Escales Sonores14, une programmation bimensuelle mêlant représentations scéniques, tables rondes, écoute de documentaires sonores et ateliers pour petits et grands autour des mondes musicaux de Villeurbanne. Les documentaires sonores réalisés à l’occasion de chacune de ces Escales à partir des matériaux collectés depuis 2008, sont une fenêtre précieuse pour saisir la complexité et le mouvement perpétuel de ces musiques migrantes qu’un seul concert, qu’un seul entretien, ne suffisent pas toujours à laisser affleurer à nos oreilles. Le carnet de recherche15 que le CMTRA a ouvert en 2016 sur la plateforme de blogs scientifiques Hypothèses.org constitue également un lieu de mise en récit de ce fonds documentaire qui ne saurait parler de lui-même. Le site de ressources « Le Rize +16 » enfin, rassemble des dossiers documentaires sonores, vidéo et textuels dans la continuité de ces entrées thématiques allant piocher dans le fonds Musiques migrantes, qui ne risque pas de tarir puisque le travail de collectage se poursuit jusqu’à aujourd’hui, donnant l’impulsion à de nouvelles programmations, et de nouvelles formes de valorisation éditoriale de la diversité musicale de Villeurbanne.

Le Rize est un équipement municipal hybride, articulant différents services et activités : archives municipales, médiathèque, résidences de recherche, expositions, conférences, etc. Pour consulter son site internet : http://lerize.villeurbanne.fr
Le Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes est une association régionale qui œuvre depuis le début des années 1990 à la connaissance et à la reconnaissance de la pluralité musicale, notamment par le biais de projets de collectage musical et de valorisation patrimoniale. Pour consulter son site internet : http://www.cmtra.org

Haut de page

Notes

1 Voir la collection de 25 livres-disques « Atlas sonores en Rhône-Alpes » : https://www.cmtra.org/Nos_actions/36_Atlas_sonores_1.htm

2 La présentation de cette exposition est consultable sur le site du CMTRA (https://www.cmtra.org/Nos_actions/Recherche/156_Musiques_.html) et le journal de l’exposition y est téléchargeable (http://www.cmtra.org/avec/lib/elfinder-2.0-rc1/files/NOS%20ACTIONS/Recherche/Musiques%20villeurbanne/journalBD-ok.pdf). Une exposition virtuelle est également en ligne sur le site Le Rize + (http://lerizeplus.villeurbanne.fr/article.php?larub=40&titre=musiques-)

3 Laurent Aubert, Musiques migrantes. De l’exil à la consécration, Collection Tabou, vol. 2. Gollion : Infolio/Genève : Musée d’ethnographie, 2005.

4 http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=home&fonds=8

5 « Chants judéo-espagnols : rencontre avec Éliane Benbanaste » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?req=2&page=listalo&fonds=8&va_0=benbanaste

6 « Devenir hazan : chants liturgiques judéo-marocains : rencontre avec Simon Ohayon » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?req=2&page=listalo&fonds=8&va_0=devenir+hazan

7 « Pratiques culturelles de la communauté polynésienne de Villeurbanne : rencontre avec Mamie Paulette (Paulette Maoni) : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=27179&fonds=8&cid=1333.

8 « Rencontre avec Hassan Abd Alrahman, joueur de oud syrien » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=28137&fonds=8&cid=1342

9 « Messe à la paroisse ukrainienne de Villeurbanne » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=29668&fonds=8&cid=1351

10 « Ensemble instrumental de Dakka Marrakchia : rencontre avec Salah El Khaldi et Hafid du groupe Coyo de Marrakech » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=27231&fonds=8&cid=1441

11 « Célébration du Newroz (Nouvel an) kurde » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=29672&fonds=8&cid=1447

12 « Musique raï : entretien avec Abbes Hamou et Raban El Maghnaoui » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=30582&fonds=8&cid=1453

13 « Rencontre avec Haïg Sarikouyoumdjian, joueur et facteur de duduk » : http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=29518&fonds=8&cid=1460

14 Présentation des Escales sonores : https://www.cmtra.org/Nos_actions/Diffusion/211_Les_Escales_Sonores_du_Rize.html

15 https://cmtra.hypotheses.org/

16 http://lerizeplus.villeurbanne.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaël Epstein et Laura Jouve-Villard, « « Musiques migrantes de Villeurbanne » », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/afas/3157 ; DOI : 10.4000/afas.3157

Haut de page

Auteurs

Yaël Epstein

Ethnologue, directrice du Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes

Laura Jouve-Villard

Chargée de recherche et de valorisation patrimoniale au CMTRA, doctorante à l’EHESS et présidente de l’Institut de Recherches sur les musiques du monde

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page