Navigation – Plan du site

Éditorial

Bulletin de l’AFAS. Sonorités numéro 45
Florence Descamps

Texte intégral

1Le numéro 45 du Bulletin de l’AFAS. Sonorités vient clore une année 2018 qui a été particulièrement dynamique pour l’histoire orale internationale. Citons plus particulièrement le colloque de l’Association internationale d’histoire orale en Finlande, sur le thème « Memory and Narration » (18-21 juin)1 ; le colloque annuel de la Société d’histoire orale et du réseau d’histoire orale d’Irlande à Belfast (28-29 juin 2018) sur le thème « Dangerous Oral Histories : Risks, Responsibilities and Rewards2 » ; la 49e conférence de l’Association internationale des archives sonores et audiovisuelles (IASA) sur le thème « Access and Accessibility. Archival Policies and Barriers in the Age of Global Information Exchange » (1er-4 octobre)3 qui s’est déroulée en Afrique au Ghana ; enfin, le 52e colloque annuel de l’Association américaine d’histoire orale à Montréal au Quebec (10-14 octobre)4 sur le thème « Oral History. In our Challenging Times… » Sept autres colloques sont à venir en 2019 à l’international et annoncés dans ce numéro dans la rubrique « Actualités ».

2La France, traditionnellement discrète en matière d’histoire orale, n’a pas été en reste, avec plusieurs initiatives telles que le lancement en janvier 2018 d’un séminaire annuel de sound studies à la BNF, la tenue en mai 2018 du colloque « Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde » qui a fait une large place à l’histoire orale française et internationale de la contestation étudiante5 ou la publication en 2018 par Sonorités Bulletin de l’AFAS, de son premier numéro spécial, consacré à l’histoire orale de l’immigration, sous la direction de Claire Scopsi. En novembre 2018, a circulé un appel à contributions pour un colloque qui se tiendra à l’EHESS au printemps 2019 « Pratiques contemporaines de l’histoire orale. De l’entretien aux archives orales » et qui souhaite rassembler doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur les sources orales. Enfin, la grande vague des soutenances de doctorat de la fin de l’année 2018 a déposé sur la scène scientifique deux thèses qui utilisent de façon centrale des corpus d’archives orales constitués depuis le dernier quart du xxe siècle, déposés et conservés dans des institutions patrimoniales à destination des « chercheurs du futur » : Maëlle Mériaux, Histoires de plantes. Les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du xixe siècle à nos jours (Université de Bretagne-Loire, 26 novembre 2018) et Bénédicte Girault, Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation (c. 1950-c. 2010) (Université de Cergy-Pontoise, 8 décembre 2018). Après le temps de la collecte et de la sédimentation des corpus oraux, voici le temps de l’expertise documentaire, de l’exploitation et de l’examen de la valeur heuristique et cognitive des sources orales… L’histoire orale française aurait-elle décidé de sortir de son invisibilité ?

3Parmi les sujets qui mobilisent les chercheurs en histoire orale, la question juridique et éthique occupe depuis quelques années une place croissante. C’est ainsi que le colloque de Belfast a consacré ses travaux en juin dernier aux problèmes de risques et de responsabilité. En France, fruit du travail d’un groupe de recherche pluridisciplinaire et d’un appel à contributions international, l’ouvrage la Diffusion numérique des données en SHS. Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques6, placé sous la direction de Véronique Ginouvès et Isabelle Gras et publié à l’automne 2018, fait le point sur les acquis récents de la réflexion juridique appliquée aux sciences humaines et sociales et organise de façon réflexive le partage des expériences et des résultats. Doté de conclusions claires et pédagogiques, ce Guide devrait éclairer et rassurer bien des praticiens de la source orale ou de l’entretien de recherche.

4Ces dynamiques nationales et internationales actuelles trouvent un écho dans le sommaire de ce numéro de Varia, qui accueille, dans le cadre de notre tour de l’histoire orale en Europe coordonné par Agnès Arp (Université de Iéna), un article de synthèse sur l’histoire orale en Roumanie (Iona Ursu) et un compte rendu du colloque de Belfast sur les questions éthiques et juridiques attachées aux témoignages oraux (Myriam Fellous-Sigrist). Deux articles sont consacrés au traitement documentaire des corpus et à la valeur ajoutée que constituent les bases de données pour l’identification et la connaissance des « œuvres » ou des archives (Claire Grégoire-Saint Pierre et le thésaurus des contes populaires, Francesca Billiotti et Silvia Calamai et les corpus oraux de Toscane). Deux articles sur les supports sonores et leurs accessoires (Julia Navarro sur les pochettes de disques et Henri Chamoux sur les disques et les cylindres) attestent de l’intérêt que l’AFAS continue de porter aux discographies et aux techniques sonores. Enfin, les deux derniers articles proposent deux retours d’expérience, l’un sur l’usage réflexif de la caméra dans l’entretien de recherche (François Siino) et l’autre sur l’utilisation des témoignages oraux dans un cadre patrimonial et de mise en valeur touristique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Descamps, « Éditorial », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 45 | 2019, mis en ligne le 26 mars 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/afas/3282 ; DOI : 10.4000/afas.3282

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Maître de conférences HDR à l’École pratiques des hautes études PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page