Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27L'édition phonographique : 1895-1...

L'édition phonographique : 1895-1950, des débuts de la commercialisation des phonogrammes à l'apparition du microsillon

Bruno Sébald

Résumé

Note de lecture : le terme phonogramme définit ici l’ensemble des supports sonores répartis en deux grandes familles : cylindres et disques.

Haut de page

Texte intégral

Bruno Sébald, "L'édition phonographique : 1895-1950, des débuts de la commercialisation des phonogrammes à l'apparition du microsillon", Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS, n°27, printemps été 2005, p. 12-14.

1L’histoire de l’enregistrement sonore couvre dorénavant plus d’un siècle. Son invention date de 1877. Le 18 avril 1877, Charles Cros transmet à l'Académie des sciences un pli contenant la description d'un procédé d'enregistrement mais l'ingénieux inventeur et poète français ne donne aucune application à son procédé. Le 17 décembre de la même année, l’Américain Thomas Edison dépose un brevet. Il peaufine son invention par des perfectionnements successifs. Le support utilisé est le cylindre. En 1887, Emile Berliner invente le concept d’enregistrement sur disque plat. Les ingrédients sont dès lors en place pour que ce média s’épanouisse, ouvrant la voie à sa commercialisation, mais cette étape doit encore passer par la reproduction "en masse" du support original.

2En 1893, Emile Berliner dépose un brevet pour un système permettant la duplication des disques par galvanoplastie. D’autres inventions en ce sens se succèdent rapidement avant 1900, renforçant ce marché florissant. Grâce au procédé de reproduction se met en place progressivement la notion d’édition phonographique. Elle se démarque de l’édition de l’imprimé puisqu’elle se définit comme une activité de duplication d’une prise originale, qui fut longtemps la matrice. Cette définition demeurera juste tant que l’enregistrement sonore se matérialisera. L’initiative de la première séquence sur un support (qui a évolué au gré des révolutions technologiques) revient au producteur. Au départ, les notions de producteur et d'éditeur restent liées, car le plus souvent ce sont les éditeurs qui choisissent les répertoires et les interprètes figurant dans leur catalogue. Ils les enregistrent eux-mêmes (Berliner, Gaisberg). Enfin, se met en place aussi l'usage de la marque phonographique (ou label selon le terme anglais), un signe soit typographique, concrétisé par un intitulé (sous forme de nom propre ou commun, de sigle ou d’initiales) soit représenté par un logo, un dessin. Elle vise à caractériser un produit éditorial. En France, elle fait l’objet, au même titre que toute autre marque commerciale, d’un dépôt auprès du Tribunal de la Seine et d’une inscription au registre de l’INPI [Institut national de la propriété industrielle]

Premier épisode de 1877 à 1900

3Avant 1895, n’existe pratiquement pas d’industrie phonographique. Les appareils et les supports sont considérés comme des gadgets, des curiosités scientifiques. Certains sont conçus à usage de matériel de bureau, comme le dictaphone commercialisé par la firme Columbia.

4Cette recherche perfectionne sans cesse les inventions mais n’a pas de finalité culturelle. Elle vise plutôt une réalisation pratique : amélioration du système téléphonique morse chez Edison ; invention du micro destiné au téléphone chez Summer Tainter et Chichester A. Bell qui, par ailleurs, reprenant les travaux d'Edison, améliorèrent son procédé et déposèrent, en 1885, un brevet préconisant un système de gravure sur un cylindre de carton enduit de cire ou de paraffine. Tout au long de cette période des pionniers et jusqu'à 1925-1927, le procédé d’enregistrement reste acoustique, le son étant émis dans un cornet.

5Un sondage, réalisé aux Etats Unis vers 1890, auprès de professionnels, révélait que la musique ne se situait qu’en sixième position, sur les dix options proposées, touchant à l’enregistrement et à la reproduction du son. Le goût de Thomas Edison devait être discutable, selon ses contemporains. Berliner et son entourage seront les premiers à s’intéresser à l’art musical en général. Autres phénomène intéressant, l’enregistrement servit d'abord le commerce du jouet pour la sonorisation de poupées. Le Français Henri Lioret (cylindre) et Berliner (disque) en conçurent. Il en va de même pour la Columbia américaine qui produit en 1899 « a toy Graphophone and vertical-cut toy wax discs ».

6Durant cette période de petites entreprises se créent pour prendre leur essor ou s’effondrer dans la première décennie du XXe siècle.

7Des sphères éditoriales se constituent, fondées sur des partis pris techniques. Elles relèvent d’un duel entre les enregistrements à gravure verticale, procédé issu de l’invention de Thomas Edison en 1877, concrétisés par le cylindre et le procédé à gravure latérale, découlant du procédé mis au point par Emile Berliner en 1887, qui introduisit le disque plat.

La gravure verticale : le cylindre 

8Henri Lioret, horloger de formation, met au point en 1893 un cylindre conique en celluloïd (matériau moins fragile que la cire alors communément adoptée) monté sur une armature de laiton. Ses premiers cylindres dits « rond de serviette » sont réalisés exclusivement pour sonoriser des poupées. Vers la fin de la décennie il les conçoit d’une dimension accrue offrant un répertoire qui se diversifie. Malgré la qualité de ses enregistrements, sa firme disparaît rapidement du marché, vers 1904, à cause du prix élevé de sa production qu’il ne sait pas rendre plus compétitive. Lambert en est un autre exemple.

9L’éditeur Gianni Bettini (1860-1938) marque cette première génération d’une riche empreinte. Militaire de carrière, il quitte tôt l’armée pour s’installer aux Etats-Unis. En 1888, il décide de perfectionner le système reproducteur des appareils Edison qui ne le satisfait pas. En 1890, il invente ce qu’il appelle le microphonographe. En 1892, il s’installe à New York où il publie peu de temps après un catalogue contenant 200 noms d’interprètes célèbres. Il est le premier à constituer ainsi un répertoire élaboré. Sarah Bernhardt enregistre chez lui en 1898, mais également l’écrivain Mark Twain, la chanteuse et diseuse Yvette Guilbert ou les sopranos Emma Calvé et Nellie Melba. Enfin, c’est à lui que l’on doit le célèbre enregistrement de la voix du pape Léon XIII qu’il réalise à Rome en 1903. En 1902, il revendit son microphonographe à Edison et cessa définitivement sa production en 1908. De plus grosses unités se créent dès cette époque. En France, Charles et Emile Pathé fondent en 1896 la société Pathé Frères, adoptant le coq pour emblème. Très rapidement (1899), ils ouvrent une usine de pressage à Chatou, tout en conservant, 98 rue de Richelieu à Paris, un magasin pour la diffusion de leur production. Au début l’artiste doit faire preuve d’une grande puissance vocale et d’une belle résistance physique puisqu’il enregistre autant de fois que l’exige le nombre de supports commercialisés. Ce fut le cas pour les chanteurs de caf’conc, Charlus ou Mercadier. Les frères Pathé passent un contrat avec un dénommé Casarès, d’origine espagnole, pour la mise en place d’un procédé de copie grâce à un pantographe (cf. article « la copie pantographique des cylindres, ou la fortune de M . Casarès » par Henri Chamoux). Il le met au point en 1899.

10La firme américaine Columbia Graphophone company, fondée en 1889, débute une réelle édition phonographique en 1901, année où elle conçoit un système de duplication des supports par galvanoplastie. Il s’agit en fait de la reprise et de l’adaptation à son profit, par l’inventeur Joseph Jones, du brevet déposé par Emile Berliner en 1893. C’est ainsi que se profile une atmosphère de guerre des brevets et de procès qui en découlent.

La gravure latérale : le disque plat à aiguille 

11Comme nous l’avons vu, ce procédé inventé en 1887 par le germano-américain Emile Berliner, est mis au point au cours de la décennie suivante. Il atteint sa pleine exploitation dès 1895, date de la fondation à Philadelphie de la E. Berliner’s gramophone (1895-1900). Le holding est géré par Eldridge Johnson (fabrication de pièces d’appareils) et la diffusion des produits est confiée à Frank Seaman. Ce dernier trahit et plagie Berliner, pour fonder sa propre marque Zonophone. S’ensuit un premier procès, engagé en 1897, que perd Berliner. Il rentre en Allemagne et crée à Hanovre la Deutsche Grammophon, première usine de pressage au monde. De retour aux Etats Unis, un second procès avec Seaman survient en 1900, Berliner se voit obligé de fermer sa société philadelphienne. Lorsqu'Eldridge Johnson, ami et ancien associé de Berliner, parvient à gagner le procès, les pressages Zonophone sont pilonnés. Néanmoins durant cinq années, Berliner, qui avait su s'entourer d'ingénieux collaborateurs, avait développé un beau catalogue discographique sur des supports d'un diamètre de 17 cm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Sébald, « L'édition phonographique : 1895-1950, des débuts de la commercialisation des phonogrammes à l'apparition du microsillon », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 27 | printemps-été 2005, mis en ligne le 04 avril 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.359

Haut de page

Auteur

Bruno Sébald

Responsable des fonds sonores anciens
Bibliothèque nationale de France, département de l'Audiovisuel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search