Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Colloques et journées d’étude en 2019

« Gli archivi sonori al crocevia tra scienze fonetiche, informatica umanistica e patrimonio digitale »

15e Congrès annuel de l’AISV (Arezzo, 14-16 février 2019) : Audio Archives at the Crossroads of Speech Sciences, Digital Humanities and Digital Heritage ; Les archives sonores, entre phonétique, sciences humaines et sociales, sciences informatiques et patrimoine numérique

Le prochain congrès annuel de l’AISV, association italienne des sciences de la voix (the Italian Association of Speech Sciences / l’associazione italiana scienze della voce) se tiendra à Arezzo du 14 au 16 février 2019. Il est organisé par le département des sciences de la formation, sciences humaines et de la communication interculturelle. Pour ce quinzième congrès, la thématique abordée est d’actualité à quelques semaines du discours de notre ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, qui a présenté le 4 juillet son plan national pour la science ouverte. Ainsi la conférence abordera tout à la fois les questions de données de la recherche de leur réusage et de leur accès, d’humanités numériques et de transdisiciplinarité, sous le titre « Les archives sonores, entre phonétique, sciences humaines et sociales, sciences informatiques et patrimoine numérique ».

Problématique du programme : Les archives sonores sont des artefacts qui se retrouvent dans nombre de domaines des sciences humaines et sociales, qu’il s’agisse de la phonétique (phonologie, dialectologie, sociolinguistique, linguistique corporelle), des technologies de la parole (élaboration du langage naturel, reconnaissance automatique de la parole), de l’histoire orale ou encore de la sociologie, l’anthropologie, la psychologie. Ces archives contiennent des données en grand nombre. Elles sont pertinentes pour les sciences humaines et sociales, mais elles sont pourtant sous-exploitées, en particulier pour les études qui portent sur le patrimoine culturel immatériel. Les raisons sont nombreuses pour expliquer cette utilisation limitée, mais la plus critique est peut-être la fragmentation des archives, des dépôts institutionnels et des centres de traitement des données, ce qui nuit à l’accessibilité et à la réutilisation des ressources orales. La conférence vise à explorer la possibilité d’une collaboration plus étroite entre les spécialistes de la voix, les experts de l’analyse conversationnelle et de l’analyse des corpus, les ingénieurs du son et les historiens de l’oral.

« De la mémoire à l’histoire orale : approches et perspectives »

Journée d’étude (Liège, 27 février 2019)

Longtemps reléguée dans les coulisses de la recherche historique au profit de l’archive papier, la source orale fait l’objet d’un vif regain d’intérêt. Le regard que nous portons sur elle s’est métamorphosé : d’abord envisagée avec circonspection et considérée comme un simple ornement du discours historique ou au mieux comme un complément au matériau archivistique, la source orale est aujourd’hui entrée de plain-pied au cœur de nombreux corpus de recherche en histoire contemporaine et bénéficie d’un ensemble d’outils méthodologiques qui lui sont propres, débouchant sur la possibilité d’une exploitation scientifique rigoureuse.

Par ailleurs, les initiatives dites de mémoire orale sont, elles aussi, en plein essor. Très nombreux sont les particuliers, les étudiants, les chercheurs, les administrations, les associations ou encore les entreprises qui – aidés entre autres par la révolution numérique et la relative démocratisation des moyens d’enregistrement et de conservation – se lancent dans la collecte de témoignages ou dans la préservation d’archives sonores. Ce foisonnement des projets s’accompagne d’une diversité des objectifs : la mémoire orale peut tour à tour être invoquée à des fins de sauvegarde patrimoniale, de connaissance (en histoire, mais aussi en sociologie, en ethnologie, en linguistique, etc.), de devoir mémoriel ou encore d’éducation populaire.

Les démarches de récolte de la mémoire orale ne manquent pas, mais comment leur donner du sens ? Comment articuler initiatives mémorielles citoyennes et définition d’une méthodologie scientifique ? Comment transformer en objets de recherche intelligibles ces sources disparates (témoignages, interviews, récits de vie, archives sonores, captations, etc.) obtenues à l’aide de méthodes parfois très différentes et dans le cadre de programmes aux objectifs très variés ? Comment passer de la mémoire orale à l’histoire orale ? L’intention de cette journée d’étude est d’apporter des réponses à ces questions, en interrogeant celles et ceux qui travaillent depuis longtemps avec ce type de sources. Une journée d’étude organisée par l’IHOES et la plate-forme « Mémoire orale », en collaboration avec les départements d’histoire de l’ULiège et de l’UNamur, avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Pratiques contemporaines de l’histoire orale. De l’entretien aux archives orales »

Journée d’étude (Paris, 11-12 avril 2019)

Sous la direction d’Ariane Mak (EHESS) et Carine Lemouneau Bajaar (Paris I Panthéon-Sorbonne)

Programme : https://www.ehess.fr/fr/conference/pratiques-contemporaines-lhistoire-orale

« Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie »

Colloque international (Beyrouth, 29-30 mai 2019)

Les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont choisi le Proche-Orient comme terrain d’investigation scientifique depuis le xixe siècle ont constitué des fonds documentaires comprenant tous les types de sources. Chercheur·e·s libanais·es, jourdanien·ne·s , syrien·ne·s et français·es ont produit et mobilisé des corpus de notes et carnets de terrain ou de fouilles, photographies, films et enregistrements sonores, sites Web, etc. Ces ensembles constituent des collections qui sont susceptibles d’éclairer l’histoire de la région et d’aider à la compréhension du temps présent. Ces collections restent pourtant souvent difficilement accessibles, parfois mêmes inconnues du monde académique et culturel et bien plus encore des différents publics concernés.

Colloque soutenu par Aix-Marseille Université, la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, l’Institut français de Liban, l’Institut français du Proche-Orient, le programme Shakk.