Navigation – Plan du site
Dossier « Les archives de l’ethnomusicologie en France : le cas du MNATP et du MH »

Que sont les archives devenues ? Actualité des fonds de l’ethnomusicologie institutionnelle en France

Du musée des Arts et Traditions populaires aux Archives nationales, du musée de l’Homme à l’université de Nanterre
Marie-Barbara Le Gonidec
p. 8-14

Texte intégral

1« La musique, c’est toujours plus que la musique », disait Gilbert Rouget1, fondateur, à la fin des années 1960, du laboratoire d’Ethnomusicologie du CNRS basé au musée de l’Homme. Il voulait dire que l’objet de l’ethnomusicologie n’est pas seulement la musique comme résultat sonore mais tout ce qu’elle implique et induit dans la société qui la produit.

2En « clin d’œil » et hommage à celui qui nous a quittés centenaire, en 2016, et qui a passé tant d’années au musée de l’Homme, contribuant par son activité de chercheur et de directeur de l’équipe CNRS au développement de la discipline, je suis tentée de dire qu’« un déménagement, c’est toujours plus qu’un déménagement ». Oui, cher Rouget, c’est même un… bouleversement.

  • 2 Pour l’INIST (institut de l’information scientifique et technique), une « archive institutionnelle (...)

3Le déménagement des archives, selon le terme usuel, c’est-à-dire l’ensemble des documents sonores, écrits ou visuels, scientifiques ou administratifs de l’ethnomusicologie – il s’agit ici de ceux produits et/ou conservés dans un contexte disciplinaire par les deux anciens musées-laboratoires qu’étaient le musée de l’Homme et le musée national des Arts et Traditions populaires (nous ne mentionnerons pas le fonds de l’ancienne Phonothèque nationale aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, BnF) – le déménagement, donc, de ces archives institutionnelles2 n’a pas échappé à la règle, d’autant qu’il s’est opéré dans un contexte de profondes restructurations qui ont conduit à la disparition des deux musées issus tous les deux, en 1937, du musée d’Ethnographie du Trocadéro (MET) au sein duquel sont nées l’ethnologie française et sa branche musicale.

4On ne s’attendait pas à ce qu’un nouveau musée voulu par un président de la République sensible, à juste titre, aux Arts premiers, bouleverse à ce point deux fleurons du paysage « parisien » entre guillemets car, au-delà de cette localisation – il faut bien être « né quelque part » dit un chanteur…, il s’agissait de deux fleurons tout court dans le champ d’une discipline dont ils ont à jamais marqué l’histoire internationale.

5Puisque j’emploie le terme « bouleverser », il peut être utile d’en rappeler la définition telle que la donne un des dictionnaires de la langue française, le Larousse pour ne pas le nommer. Bouleverser, c’est (1) mettre en complet désordre un lieu, des choses ; (2) modifier totalement quelque chose, en faire disparaître l’organisation ; (3) troubler profondément quelqu’un, lui causer une émotion violente. La première partie de la définition n’est pas valable dans notre cas, au contraire, et on le verra en détail, mais les deux suivantes sont on ne peut plus vraies.

  • 3 Bernard Dupaigne, Le Scandale des arts premiers, Paris, Fayard, 2006.
  • 4 Martine Segalen, Vie d’un musée, 1937-2005, Paris, Stock, 2005.

6En effet, si les collections et archives de ces musées sont évidemment toujours là, patrimoine national oblige, les deux musées en question, eux, n’existent plus. Le musée de l’Homme qui a réouvert en octobre 2015 n’est pas celui d’avant, le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille, ouvert en mai 2013, n’est pas le MNATP délocalisé. Car un musée n’est pas qu’un bâtiment contenant des collections mais une synergie subtile. Ayant moi-même consacré vingt ans de ma vie aux collections ethnomusicologiques, travaillant dix ans dans chacun des deux musées, et ayant quitté le MNATP début janvier 2013, je souscris à certains propos qu’ont pu exprimer Bernard Dupaigne3, dernier directeur du Laboratoire d’ethnologie du musée de l’Homme, et Martine Segalen4, directrice de 1986 à 1996 du centre d’Ethnologie française (CEF), le laboratoire CNRS du MNATP, propos qui relèvent du troisième point de la définition. L’émotion a été vive et le sentiment d’un certain gâchis ne m’a, depuis, pas vraiment quittée, même si je me réjouis de la naissance de nouvelles institutions.

7Donc soyons positifs, un bouleversement n’a qu’un temps et, comme souvent, on finit par en voir les conséquences, ici avantageuses comme le lecteur pourra s’en rendre compte. En plus d’y gagner deux nouveaux musées parisiens – celui de l’Homme renouvelé et le MQB dont nous parlions plus haut (musée des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques de son vrai nom), et, à Marseille, le Mucem (qui est un des rares musées nationaux décentralisés) –, deux nouvelles institutions patrimoniales, et pas des moindres, sont elles aussi entrées dans la danse : les Archives nationales et la BnF, avec, toujours en piste, le CNRS à travers, désormais, un laboratoire à l’université de Nanterre (le CREM, centre de recherche en Ethnomusicologie, équipe du LESC, laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie comparative) et un autre à l’EHESS (le LAHIC, laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’institution de la culture, équipe du IIAC, institut interdisciplinaire d’Anthropologie du contemporain).

8Si bien que, à ce jour, tous ces professionnels de la conservation autant que de la recherche « chouchoutent » ce fabuleux trésor immatériel auquel les prouesses des technologies du web sans cesse grandissantes donnent accès (encore trop partiellement mais, sûrement, un jour entièrement) grâce à la numérisation et à son corollaire, l’éditorialisation, opération indispensable à la valorisation : car à quoi sert de conserver si ce n’est pas pour utiliser ? Il faut donc rendre ce « trésor » accessible sans omettre le contexte de sa production qui lui donne sens et valeur.

  • 5 Gilbert Rouget, « Le Département d’ethnomusicologie du musée de l’Homme », L’Homme, 2004, 171-172, (...)
  • 6 Marie-Barbara Le Gonidec, « La musique au Mucem à Marseille ou comment expliquer un tel silence ? » (...)

9L’accès… c’est bien cela qui compte finalement, et il ne faut pas s’attrister du fait que des instruments de musique « retenus » à Paris dans une colonne de verre pour les uns (et je pense à nouveau à Rouget qui fut, avec son ami le cinéaste Jean Rouch, parmi les plus vindicatifs contre le MQB5), ou dissimulés au grand public mais bien rangés dans des réserves marseillaises pour les autres6, soient séparés aujourd’hui des disques à gravure directe, bandes magnétiques et autres supports qui leur donnaient leur voix, sans parler de toute la documentation, cet indispensable complément qui les contextualisait.

10C’est bien l’accès, oui, qui importe, et le virtuel a cela de « magique » qu’il réunit en un lieu qui est toujours celui que l’on veut, à l’heure que l’on veut puisqu’émanant d’un appareil électronique et non des horaires d’ouverture d’une institution, réunit, disions-nous, ce qui, par le passé, fut longtemps une pièce unique (sauf copie éventuelle, mais qui n’était jamais faite systématiquement) conservée dans un lieu unique : les réserves jouxtant le département d’ethnomusicologie ou les armoires dans les couloirs y conduisant, comme ce fut le cas dans les deux musées que j’ai bien connus.

* * *

  • 7 Brice Gérard, « De l’ethnographie à l’ethnomusicologie », L’Homme, 2009, 191, p. 139-173.
  • 8 Marie-Barbara Le Gonidec, Les Archives de la Mission de folklore musical en Basse-Bretagne de 1939 (...)

11Venons-en au fait. Ce dossier s’adresse aux nombreux chercheurs, musiciens, amateurs, curieux qui, suite à la fermeture totale du MH et du MNATP survenue respectivement en 2009 et 2013, se demandent ce que sont devenues les archives liées à l’activité ethnomusicologique de ces institutions, produites depuis la naissance de la discipline que lancent, pour ce qu’il est convenu d’appeler l’ethnologie « des Lointains », la mission Dakar-Djibouti (1931-1933)7 et, pour le « Proche », la mission de folklore musical en Basse-Bretagne (1939)8. Ces enquêtes pionnières ont été pourvoyeuses, non seulement des premiers enregistrements inédits de la discipline nouvellement institutionnalisée et professionnalisée, mais aussi des premières données de terrain écrites, photographiques voire filmiques et de tous les documents scientifiques et administratifs qui leur sont attachés.

12À travers les dix articles rédigés entre juin 2018 et octobre 2019 qui composent ce dossier, notre ambition a été de répondre aux interrogations du public à leur sujet en choisissant deux angles d’approche : la conservation et la valorisation, par un biais réflexif ou plus descriptif selon les nécessités du propos des différents auteurs, tous particulièrement bons connaisseurs du sujet, qu’ils soient plutôt du côté des « conservateurs » patentés du patrimoine, ou de celui des « valorisateurs » par leur profil de spécialiste en ingénierie documentaire ou de chercheur, quand ils ne se sont pas associés pour appréhender leur sujet de manière complémentaire.

  • 9 Voir dans ce dossier les contributions d’Aude Julien Da Cruz Lima et de Joséphine Simonnot.

13Cela étant dit, et pour en revenir aux enregistrements, longtemps considérés comme fondamentaux pour la discipline comme je l’explique dans le premier article du dossier, la question de leur valorisation est probablement l’une des plus cruciales, car elle pose directement celle de leur communication à une époque où le numérique permet de disposer d’outils de diffusion particulièrement pertinents pour un domaine fondé sur le sonore ; même si la captation vidéo est aujourd’hui de rigueur sur le terrain où elle s’avère parfois indispensable, les ethnomusicologues continuent de produire prioritairement des enregistrements audio. Et s’il est possible de rendre public ce qui apparaît aujourd’hui comme un patrimoine culturel immatériel (le fameux « PCI » de l’Unesco), cela n’est pas sans poser d’épineuses questions juridiques, voire déontologiques, qui seront inévitablement abordées au fil des pages9, outre l’article de Martine Sin Blima-Barru qui s’y consacre entièrement, évoquant les phonogrammes du MNATP.

  • 10 Christine Laurière et André Mary (dir.), « Ethnologues en situations coloniales », Les Carnets de B (...)
  • 11 Nina Gorgus, Le magicien des vitrines, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2003, (...)

14Puisque la mention directe d’un des deux musées concernés par les contributions de ce numéro de Sonorités m’amène à en parler, précisons que le choix a été fait de combiner les différentes thématiques d’approche (voir le sommaire) plutôt que d’aborder séparément, en regroupant les articles qui les concernent, les deux institutions dont les aires de recherche ont été bien distinctes dès leur création en 1937. Il s’agissait, au MNATP, de se consacrer, comme on vient de le dire, à l’ethnologie du Proche, du « national » précisément, et de laisser au MH le soin de porter le regard sur les Lointains (les territoires coloniaux étant à cette époque privilégiés10) ; une séparation que le lecteur intéressé par le sujet pourra approfondir par la lecture des premiers chapitres de la thèse de Nina Gorgus consacrée à Georges Henri Rivière11. Ils expliquent les motifs de cette séparation qui perdure jusqu’à nos jours, comme on le verra, dispersant les archives françaises de l’ethnomusicologie dans des lieux de conservation où les modes de gestion sont différents les uns des autres.

  • 12 Germain Viatte et Marie-Charlotte Calafat (dir.), Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre, Ca (...)
  • 13 Brice Gérard, Histoire de l’ethnomusicologie en France, 1929-1961, Paris, L’Harmattan, 2015, 363 p.

15Rivière, qui fut le créateur et directeur du MNATP, entre en scène dès 1928 au musée d’ethnographie du Trocadéro (MET) que dirige l’anthropologue Paul Rivet. Travaillant pour un galeriste et auteur d’articles dans le domaine des arts, il est engagé pour participer à la restructuration du musée ouvert en 1878 (comme quoi l’histoire se répète…). Si j’évoque ce personnage haut en couleur auquel une des dernières expositions du Mucem a été consacrée12, c’est parce qu’il faut rappeler ici combien son action a été déterminante, non seulement dans le domaine muséographique pour lequel il est internationalement reconnu, mais aussi pour ce qui est du développement de l’ethnologie et de l’ethnomusicologie en France13 : il s’est préoccupé de recruter, dès 1929, un spécialiste de ce domaine encore balbutiant, André Schaeffner, dont Claudie Marcel-Dubois deviendra en 1934 l’assistante pour la phonothèque. Celle-ci rejoindra officiellement le MNATP en 1943 (rejoignant le CNRS cette année-là) pour se consacrer au tout nouveau « service de musicologie » voulu par le directeur. Ainsi Rivière, musicien (il était organiste de formation), aura fait « tout pour la musique » (pour citer une chanteuse cette fois…), ayant conscience, inspiré qu’il était par Marcel Mauss dont il fut le disciple et l’ami, de l’importance du fait musical comme faisant intrinsèquement partie du fait social dont il est une des formes de manifestation autant que d’expression (la musique, c’est en effet toujours plus que de la musique…).

16Revenons aux pages de ce dossier dont nous disions qu’elles cherchaient surtout à informer le lecteur de l’actualité quant à la conservation et la valorisation des archives ethnomusicologiques des deux anciens musées-laboratoires.

17Pascal Riviale, pour le MNATP, Aude Julien Da Cruz Lima, pour le musée de l’Homme, nous diront, avec moult détails, où se trouvent aujourd’hui les archives (sonores, écrites, photographiques, iconographiques, audiovisuelles… encore une fois, il s’agit sous ce terme « archives » de l’ensemble de ce qui a été produit jusqu’à aujourd’hui – on verra que ce terme questionne) et quelles en sont les modalités de conservation et de gestion.

18François Gasnault et Florence Neveux, en évoquant l’un et l’autre la plateforme intitulée Les Réveillées, montreront que les projets de valorisation dont les « collections sonores », musée oblige, avaient commencé à faire l’objet (grâce à une politique soutenue de numérisation de la part du ministère de la Culture portant, dès 2000, sur les enregistrements) ont pu se poursuivre malgré la fermeture du MNATP grâce à de nouveaux partenaires et soutiens financiers.

19Avant cela, c’est Telemeta, la plateforme portant sur les fonds sonores de l’ancien MH, qui sera évoquée par Joséphine Simonnot pour nous en rappeler la genèse et en dresser le bilan, huit ans après son lancement.

20Nous verrons ensuite, avec l’article de Marie-France Mifune et Florabelle Spielmann, que les financements accordés aux collections sonores numérisées dans le cadre de Labex (contraction de « laboratoire d’excellence ») ou d’ANR (programme mis en place par l’agence nationale de recherche) permettent à de jeunes doctorants d’explorer de nouvelles pistes de recherches au centre de recherche en Ethnomusicologie, héritier du laboratoire d’Ethnomusicologie du MH.

21Nous nous intéresserons aussi à l’édition phonographique qui a permis, dans chacun des deux musées, de constituer une « bibliothèque musicale », une phonothèque proprement dite (appelée discothèque au MNATP jusque dans les années 1950 avant l’utilisation de la bande magnétique car, de fait, on y conservait des disques, gravés sur le terrain, ou édités). L’acquisition de disques commerciaux offrant au public amateur des musiques relatives au champ d’étude de l’ethnomusicologie permettait aux chercheurs de disposer de ressources sonores dépassant le cadre géographique de leurs terrains et ainsi d’enrichir leurs connaissances. Marie-Charlotte Calafat abordera les collections désormais conservées au Mucem ; le lecteur trouvera des éléments d’information dans l’article d’Aude Julien Da Cruz Lima pour le fonds de l’ancien MH ; Thomas Henry parlera du fonds de catalogues des grandes maisons de disques de l’époque coloniale que le déménagement a exceptionnellement fait apparaître au laboratoire d’Ethnomusicologie du MH où il dormait depuis des décennies.

22Pour conclure cette introduction, disons que ce qui est intéressant, c’est que ces contributions permettent finalement d’amorcer en toile de fond une réflexion sur le processus symbolique qui entre en jeu dans ces déménagements, versements et transferts. Au-delà du tri et des recompositions, il s’agit d’un profond changement de perspective, comme je l’explique dans la toute première contribution consacrée au MNATP : ces opérations motivées par la création de nouveaux musées ont fait de ce qui était jusqu’alors perçu comme des « collections », dûment inscrites sur des registres d’inventaire, ce qui constitue aujourd’hui des « archives historiques ». Mais le plus intéressant est de constater que la situation n’est pas tout à fait la même dès lors que le même type de documents, de même nature et tout aussi anciens, sont conservés par une équipe du CNRS dont l’activité professionnelle se poursuit…

  • 14 Jean Davallon, « Comment se fabrique le patrimoine ? », Sciences Humaines, 2002, 36. https://www.sc (...)

23Ce que l’on retiendra finalement, c’est que le bouleversement ne tient pas tant dans le fait du déménagement… en glissant du présent au passé, notre héritage scientifique devient du patrimoine culturel. C’est donc bien, en toile de fond, à une réflexion sur un processus de transformation que nous invitons le lecteur, processus de « fabrication du patrimoine » ou de « patrimonialisation ». Comme l’explique Jean Davallon, la patrimonialisation est une « forme originale de production de continuité dans une société qui privilégie davantage rupture et innovation que reproduction et tradition »14. On ne pouvait trouver mieux pour décrire la situation : rupture et innovation, les mots font très justement écho dans notre cas de fermeture de vieux musées en vue de la réouverture de nouveaux !

Haut de page

Notes

1 Repris par nombre de personnes, dont Bernard Lortat-Jacob. http://www.lortajablog.fr/orientations/2-plus-que-la-musique. Gilbert Rouget se trouve sur la fig. 2 en ligne de l’article de Joséphine Simonnot.

2 Pour l’INIST (institut de l’information scientifique et technique), une « archive institutionnelle relève d’une institution (université, grande école, organisme de recherche, association professionnelle) et a pour objectif de contenir, valoriser et conserver l’ensemble de la production scientifique de celle-ci ». http://openaccess.inist.fr/?+-Archive-institutionnelle-+

3 Bernard Dupaigne, Le Scandale des arts premiers, Paris, Fayard, 2006.

4 Martine Segalen, Vie d’un musée, 1937-2005, Paris, Stock, 2005.

5 Gilbert Rouget, « Le Département d’ethnomusicologie du musée de l’Homme », L’Homme, 2004, 171-172, p. 513-523. http://journals.openedition.org/lhomme/24998

6 Marie-Barbara Le Gonidec, « La musique au Mucem à Marseille ou comment expliquer un tel silence ? », Musées et collections publiques de France, 2015, vol. 1, 273, p. 20-23.

7 Brice Gérard, « De l’ethnographie à l’ethnomusicologie », L’Homme, 2009, 191, p. 139-173.

8 Marie-Barbara Le Gonidec, Les Archives de la Mission de folklore musical en Basse-Bretagne de 1939 du Musée national des arts et traditions populaires par Claudie Marcel-Dubois, François Falc’hun, Jeannine Auboyer, Paris-Rennes, CTHS-Dastum, 2009, 438 p., DVD joint. Voir les archives en ligne : http://bassebretagne-mnatp1939.com

9 Voir dans ce dossier les contributions d’Aude Julien Da Cruz Lima et de Joséphine Simonnot.

10 Christine Laurière et André Mary (dir.), « Ethnologues en situations coloniales », Les Carnets de Bérose, 101, 2019. http://www.berose.fr/?Ethnologues-en-situations-coloniales

11 Nina Gorgus, Le magicien des vitrines, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2003, 416 p.

12 Germain Viatte et Marie-Charlotte Calafat (dir.), Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre, Catalogue de l’exposition, Mucem, 14 nov. 2018 - 4 mars 2019, Marseille-Paris, co-éd. Mucem/RmnGP, 2018, 304 p.

13 Brice Gérard, Histoire de l’ethnomusicologie en France, 1929-1961, Paris, L’Harmattan, 2015, 363 p.

14 Jean Davallon, « Comment se fabrique le patrimoine ? », Sciences Humaines, 2002, 36. https://www.scienceshumaines.com/comment-se-fabrique-le-patrimoine_fr_12550.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Barbara Le Gonidec, « Que sont les archives devenues ? Actualité des fonds de l’ethnomusicologie institutionnelle en France », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/3921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.3921

Haut de page

Auteur

Marie-Barbara Le Gonidec

Ingénieure d’études du ministère de la Culture mise à disposition du CNRS, Marie-Barbara Le Gonidec s’est formée à l’ethnomusicologie au musée de l’Homme dans les années 1990. Elle a obtenu le titre de docteur de l’université de Paris Nanterre suite à la soutenance de sa thèse consacrée à la symbolique des instruments de musique bulgares (1997). D’abord chargée de mission à la mission du Patrimoine ethnologique, elle prend, au départ de Florence Gétreau en 2004, la responsabilité du département d’ethnomusicologie et de la phonothèque du MNATP. En juillet 2013, elle est rattachée au LAHIC, laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture créé par Daniel Fabre (équipe de l’institut interdisciplinaire d’Anthropologie du contemporain, UMR 8177 du CNRS-EHESS) où elle co-dirige avec François Gasnault le programme de recherches SAHIEF (sources, archives et histoire institutionnelle de l’ethnomusicologie de la France). Elle travaille actuellement avec ce collègue et Florence Neveux au projet Les Réveillées, plateforme d’éditorialisation en ligne des enquêtes ethnomusicologiques de terrain menées par le musée des Arts et Traditions populaires.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page