Navigation – Plan du site
Dossier « Les archives de l’ethnomusicologie en France : le cas du MNATP et du MH »
Les collections phonographiques des deux anciens musées : des compléments indispensables

La collection de disques édités du Mucem, un bel héritage aujourd’hui valorisé

Marie-Charlotte Calafat
p. 132-138

Résumés

Parce que les deux départements d’ethnomusicologie du musée de l’Homme et du musée national des Arts et Traditions populaires ont toujours eu la volonté de disposer d’une documentation sonore indispensable à la recherche, leur phonothèque a engrangé de nombreux disques commerciaux qui constituent aujourd’hui des ressources importantes pour la sociologie de la musique autant que l’ethnomusicologie. Cet article traite du fonds de disques 78, 33 et 45 tours du MNATP aujourd’hui conservé au Mucem et son traitement dans le cadre du chantier des collections.

Because the two ethnomusicology departments of the Museum of Man (musée de l’Homme, Paris) and the National Museum of Popular Arts and Traditions (MNATP, Paris) have always wanted to have sound collections essential to research, their phonotheque has brought together numerous commercial records which constitute today important resources for the sociology of music as much as for ethnomusicology. This article deals with the 78, 33 and 45 rpm record collection of the MNATP now kept at Mucem (Museum of civilizations of Europe and Mediterranean, Marseilles) and its processing as part of the projected ‘overhauling’ of the collections.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), héritier du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), possède un grand nombre de disques édités (plus de 8 000 pièces en 78, 33 et 45 tours) représentatifs, essentiellement, des musiques traditionnelles et populaires françaises, longtemps conservés à la phonothèque, un des services de l’ancien musée.

2Musiques dites folkloriques, comptines, chants militaires ou de chasse, chansons contestataires et politiques, musiques de cirque, de carnaval ou de Guignol, musiques mécaniques d’orgue de foire (fig. 1 à 4) ou de Barbarie, musiques de variété, musiques électro-amplifiées, etc., provenant d’édition commerciales éditées ont été conservées dès la création du musée et sont aujourd’hui une ressource précieuse pour l’étude du patrimoine immatériel en général, de l’ethnomusicologie et de la sociologie de la musique en particulier, mais aussi tout simplement, des collections instrumentales que conserve le musée.

Fig. 1 à 4 - La pochette (recto, verso et intérieur) du disque publié en 1977 chez ARION (ARN 36410) qui a reçu le grand prix du disque de l’académie Charles Cros, acquis par le musée en 1988 (inv. MUS1980.18.399-411) consacré au grand orgue Gavioli de la foire du Trône à Paris (instrument entré dans les collections du musée en 2002 avec le petit train que l’on voit sur le recto). Voilà un exemple de la cohérence poursuivie par le musée des ATP afin d’acquérir des objets documentés. Au fil des années, le domaine de la musique mécanique a pu se diversifier et se compléter par l’acquisition d’objet (les instruments mécaniques, et en l’occurrence cet orgue monumental), celle d’enregistrement in situ (comme le représente ce disque), et celle de la documentation afférente. La notice a en effet été rédigée par Olivier Roux, spécialiste de la musique mécanique dont les héritiers ont offert les collections sonores (disques, cassettes, master d’émissions de radio) et archives (photographie, documentation écrite) au musée en 2002. Le domaine « musique mécanique » est ainsi illustré par un ensemble de collections matérielles et immatérielles et par un fonds de documents et d’archives conservées au CCR.

Agrandir

Fig. 2

Agrandir

Fig. 3

Agrandir

Fig. 4

Agrandir

Historique et présentation des collections

  • 1 Georges Henri Rivière et Marcel Maget, Historique et Compte-Rendu de l’activité des Services du Lab (...)

3La phonothèque, tout d’abord appelée discothèque, est conçue dès 1937 comme une des sections du service de Documentation folklorique qui, en 1942, prend le titre de « service de Documentation et de Recherche »1. En 1945, le MNATP s’organise autour d’un laboratoire d’Ethnographie française, avec le concours, en matériel et en personnel, du centre national de la Recherche scientifique (CNRS). Celui-ci englobe la phonothèque, la bibliothèque, la photothèque-calcothèque et les archives.

4Le développement de la phonothèque, devenue, dans les années 1960, un service à part entière doit beaucoup à deux personnalités qui ont joué un rôle majeur dans la discipline : Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) et Marguerite Pichonnet-Andral (1922-2004).

  • 2 Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Les archives de la Mission de folklore musical en Basse-Bretagne d (...)
  • 3 Voir dans ce dossier la contribution de Thomas Henry.

5C’est autour de fonds inédits issus des terrains ethnomusicologiques et notamment le plus ancien d’entre eux, conduit par Marcel-Dubois en Basse-Bretagne en 19392 que se constitue la phonothèque, fonds inventoriés en 1943 en raison de la guerre, mais aussi, à l’image de ce que se pratiquait au musée de l’Homme3, de fonds édités acquis par don autour des grands domaines de compétences et de recherche du musée. Ils sont principalement axés sur la musique populaire des régions françaises, comme en témoigne le premier lot inscrit à l’inventaire du musée, en 1943 également, sur le tout premier registre de la « discothèque ». Il s’agit d’un don de Georges Henri Rivière de onze disques 78 tours publiés par la maison d’édition Le Chant du monde.

6Dans les dernières années d’existence du musée, la collection de disques édités conservés à la phonothèque comprenait 2 400 vinyles dont 1 060 avec pochette. En effet, avant les années 1930, la pochette consistait en une simple enveloppe protectrice en papier portant souvent l’estampille de la marque – telle Pathé, Columbia, etc. – dont le centre, découpé, laissait voir l’étiquette du disque. Il faut ajouter à cela 900 vinyles acquis dans le cadre du projet de constitution d’un fonds pour un « musée de la Chanson » qui devait se créer à Paris, projet qui ne vit jamais le jour. Lancé sur Europe 1 à l’initiative de Georges Henri Rivière et de Louis Merlin en 1965, il permit finalement d’enrichir les collections du musée dans ce domaine populaire complémentaire aux musiques paysannes. Rivière et Merlin firent appel à des dons de particuliers et reçurent notamment de très nombreux 78 tours déjà désuets techniquement parlant. Lorsque les 33 tours sont à leur tour devenus désuets, remplacés de plus en plus par les disques compact, la Médiathèque des Halles de la Ville de Paris a offert au musée 263 disques relatifs aux musiques traditionnelles.

  • 4 Voir la fig. 4 de l’article de Marie-Barbara Le Gonidec.

7Mais le Mucem conserve aussi des disques aux statuts différents, car à partir des années 2000, le MNATP a porté à ses inventaires des vinyles édités collectés dans le cadre d’une démarche scientifique et sociologique, dans la continuité du musée de la Chanson. 355 vinyles représentatifs d’une discothèque familiale typique d’un milieu « instruit » sont entrés dans les collections du musée suite à un don de Martine Segalen qui a remis sa propre discothèque paternelle4. Ethnologue, professeur émérite à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, elle a fait partie de l’équipe du MNATP et est notamment l’autrice de Vie d’un musée, 1937-2005 (Paris, Stock, 2005).

  • 5 « Création d’un nouveau secteur de collections contemporaines au MNATP/Mucem : l’émergence en Franc (...)

8On peut évoquer aussi les 4 200 vinyles de musique électro-amplifiée qui ont été acquis dans le cadre d’une enquête-collecte menée sur le Golf Drouot par Marc Touché. Dans un article paru en 20155 il rend compte de l’introduction dans les collections du musée des musiques électro-amplifiées dont les modes de consommation se fondent sur l’édition et la circulation de disques, dans la continuité des pratiques précédentes. Cela permet donc au Mucem de disposer aujourd’hui d’un ensemble représentatif de la production des musiques dites « populaires », sur une longue durée.

Traitement documentaire et inventaire

9Pour faire connaître et valoriser le fonds, des chroniques étaient publiées dans Le mois d’ethnographie française qui paraît à partir de 1947, puis dans la Revue des Arts et Traditions Populaires qui le remplace en 1953, faisant régulièrement état des nouvelles acquisitions.

10L’alimentation d’un fichier documentaire aux entrées thématiques et géographiques a constitué dès le début un outil de recherche essentiel et efficace pour repérer chaque item. Les anciens meubles en bois comportant les fiches réparties dans de nombreux tiroirs ont été conservés en l’état et déménagé à Marseille. Ils se trouvent actuellement au centre de conservation et de ressources (CCR).

11À l’origine réservé aux chercheurs et conservateurs, ce fichier est mis à disposition du public dès la création du « nouveau siège ». Le MNATP a en effet été relogé à la fin des années 1960 dans un nouveau bâtiment construit spécialement, situé près du Bois de Boulogne et inauguré en 1972 avec l’ouverture de la « galerie d’études ». Auparavant, il se situait dans l’aile Iéna du Palais de Chaillot et, bien qu’existant dès mai 1937, il n’a pu organiser des expositions publiques en son sein qu’en 1951. Son redéploiement dans ce bâtiment a permis de prévoir des espaces de consultation publique au sein des services tels que la phonothèque mais aussi la photothèque, l’iconothèque, le service des collections, un centre culturel, en plus d’une bibliothèque spécialisée (cf. le dossier de presse réalisé à l’occasion de l’ouverture de la galerie culturelle le 10 juin 1975).

12Véritable catalogue des fonds sonores, ce fichier reprend, pour chaque item, les informations documentaires consignées sur registre d’entrée des collections (titre, type, interprète, origine géographique…) et ventilées selon un cadre classificatoire mis en place par le département d’Ethnomusicologie intitulé Série : cadre classificatoire, essai de classification systématique n° 6, 1973 et aujourd’hui conservé sous la cote 20130520/46 aux Archives nationales. Véritable catalogue des fonds sonores disions-nous car les fonds inédits comme édités subissent le même traitement : toutes les pièces figurant sur un disque font, comme tout item issu des enregistrements de terrain, l’objet d’une inscription sur des registres certes distincts de ceux relatifs aux objets, puisqu’il s’agit de ceux tenus par la phonothèque, mais suivant le même principe pour l’attribution du numéro d’identification : année d’entrée/numéro de lot/numéro de l’item dans la collection. Cela indique clairement que les disques commerciaux ont toujours été pris en compte, depuis l’origine du musée, comme des œuvres à part entière des collections publiques. Ces dernières décennies, les rares vinyles présentés en commission des acquisitions n’ont pas été inventoriés sur les registres de la phonothèque mais sur les inventaires des biens affectés du musée. Pour distinguer ce qui a été inventorié via la phonothèque,au moment où commence l’informatisation des collections, les numéros d’inventaire se voient attribuer le préfixe MUS. Cela permet d’avoir une base de données commune à l’ensemble des collections (voir plus loin), car la phonothèque ayant tenu son propre registre, un item sonore, par ex. 65.15.2 portant désormais le préfixe MUS ne peut être confondu avec un objet qui porterait le même numéro d’inventaire.

Chantier des collections en vue de leur transfert à Marseille

13Le chantier des collections de la phonothèque a été mis en place dans le cadre du transfert des collections du musée à Marseille. En partie externalisé, il s’est mené de septembre 2011 à janvier 2013. Les missions prévues sont la prise de vue systématique de la pochette recto verso (et le livret le cas échéant), en ce qu’elle constitue en elle-même un document iconographique qui intéresse l’histoire du disque et de sa représentation comme l’a montré Julia Navaro Coll6. À ce jour, plus de 4 900 images sont disponibles sur la base7.

  • 8 Voir dans ce dossier la contribution de Pascal Riviale.

14La saisie intégrale des registres d’inventaires a aussi été effectuée dans le cadre du chantier. Cette opération a permis l’informatisation de l’intégralité des fonds sans distinction de ce qui était à verser aux Archives nationales (enregistrements ethnographiques sur disques à gravure directe, bandes magnétiques et cassettes essentiellement8) et de ce qui, constituant des collections phonographiques (disques 78, 33 et 45 tours, disques compacts et cassettes éditées) partirait à Marseille. Ces dernières ont, depuis, été recensées dans le cadre du récolement décennal. Elles ont été code-barrées, support par support, afin d’être localisées dans leur nouveau contenant spécifique (boîtes de conservation aux normes) avec un logiciel de traçabilité qui a permis d’assurer le bon déroulement des opérations de transfert pour l’ensemble des collections du musée et qui est désormais l’outil servant à localiser toutes les collections et fonds au sein des nouvelles réserves du centre de conservation et de ressources (CCR) du musée.

Refonte du système d’information documentaire

15La politique documentaire s’est inscrite dès le début dans le projet de refonte du système d’information documentaire visant à mieux comprendre et diffuser les collections et fonds de manière globale. Cette réflexion menée parallèlement aux chantiers des collections s’est accompagnée d’un état des lieux de l’existant et d’une meilleure compréhension de l’historique de la documentation des collections. Bien que cloisonnées dans différents services, les collections de la phonothèque, comme celles de la photothèque, ont été inventoriées au même titre que les objets. Ces ensembles sont désormais accessibles dans un seul outil « collections » permettant des recherches transversales.

16À cet outil s’ajoutent un logiciel bibliothèque et un DAM (digital asset management), ainsi qu’un logiciel d’archives qui permet la gestion des fonds privés que le musée a conservés, fonds « papier » Van Gennep, Jean Charles-Brun, Marthe et Juliette Vesque, Gustave Soury… mais aussi fonds sonores : bandes, cassettes, disques de musique mécanique du fonds Olivier Roux, et bandes de la journaliste radio Clara Candiani, ainsi que les bandes de l’enquête en Ariège de Léon Pales.

17Il s’agit respectivement des logiciels Emu (société Axiell) pour ses collections, PMB (développé par PMB Services) pour sa bibliothèque, Armadillo pour la gestion des fichiers numériques et Mnesys (développé par Naoned) pour ses archives. Les formats utilisés sont ceux de l’EAD (Encoded Archival Description) et de l’Unimarc9.

18À un second niveau, la mise en place du portail documentaire sur le site internet du musée permet de regrouper les quatre outils ici mentionnés afin de permettre aux personnels du musée, comme aux visiteurs du CCR ou aux internautes d’avoir accès à l’intégralité des collections et fonds et d’effectuer les recherches transversales évoquées plus haut.

19Ainsi la refonte du système d’information documentaire permet de conserver des outils spécifiques, dans le respect des normes et des réglementations en vigueur, tout en permettant au niveau du portail documentaire d’assurer une cohérence globale, sans distinction par nature de fonds, mais en assurant leur lisibilité, leur accessibilité, leur diffusion et leur valorisation. La couverture des champs disciplinaires du Mucem peut ainsi ne plus être perçue sous le seul angle des objets mais bel et bien par la grande hétérogénéité des supports dont il assure la préservation et la conservation.

Valorisation et diffusion

20Le CCR bénéficie d’une réserve spécialement imaginée et conçue pour la visite du public. Cet « appartement témoin », tel qu’il est dénommé, accessible sur demande, a pour but de proposer à la fois un échantillonnage des collections conservées et des différents types de mobiliers de stockage. Cette réserve est par ailleurs le lieu de stockage des disques conservés par le Mucem, moyen de les valoriser et de les porter à connaissance des visiteurs.

21Le centre a accueilli 3 800 visiteurs sur l’année 2016 (soit 3 ans après son ouverture) et les collections de l’ancienne phonothèque du MNATP sont un secteur particulièrement demandé dans le cadre des consultations sur place, les enquêtes ethnomusicologiques en priorité (conservées sur compacts disques, les originaux étant conservés aux Archives nationales) car il s’agit d’inédits patrimoniaux, mais aussi de certains disques édités.

22Depuis l’année 2016, il a été mis en place un marché de numérisation annuel permettant de répondre aux besoins les plus urgents en matière de conservation des supports, de diffusion et d’exploitation des ressources auprès du public. La numérisation porte sur une partie des livres de la bibliothèque, mais aussi sur les collections et fonds historiques textuels, iconographiques, photographiques et audiovisuels, parmi lesquels des fonds sonores privés inédits évoqués ci-dessus. Les fonds édités viendront dans un second temps selon les demandes, et après vérification que le disque dont la communication est souhaitée n’est pas présent et numérisé ailleurs (à la BnF notamment) et que le Mucem peut disposer des droits d’exploitation.

23En conclusion, il apparaît que le Mucem, au-delà de ses missions muséales portant sur l’Europe et la Méditerranée, entend bien mettre à disposition du public l’héritage documentaire de l’ancien MNATP, se positionnant ainsi comme un des centres de référence et de ressources dans le domaine de l’ethnologie de la France.

Novembre 2018

Haut de page

Notes

1 Georges Henri Rivière et Marcel Maget, Historique et Compte-Rendu de l’activité des Services du Laboratoire d’Ethnographie Française (rédigé pour le Ministère de la Jeunesse, des lettres et des arts), septembre 1947 [cote Ms 47.110]. Cela étant dit, au moment où il en parle, les « rayonnages » de la phonothèque sont encore vides.

2 Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Les archives de la Mission de folklore musical en Basse-Bretagne de 1939 du Musée national des arts et traditions populaires par Claudie Marcel-Dubois, François Falc’hun, Jeannine Auboyer, Paris-Rennes, CTHS-Dastum, 2009, 438 p., DVD joint. http://bassebretagne-mnatp1939.com

3 Voir dans ce dossier la contribution de Thomas Henry.

4 Voir la fig. 4 de l’article de Marie-Barbara Le Gonidec.

5 « Création d’un nouveau secteur de collections contemporaines au MNATP/Mucem : l’émergence en France de l’univers socio-musical des musiques électro-amplifiées », Musées et collections publiques de France, 2015, 273, vol. 1, p. 14-19.

6 Julia Navarro Coll, « L’image anacrouse, 1900-1940 », Bulletin de l'AFAS, 2019, 45. http://journals.openedition.org/afas/3353

7 Voir le résultat de la recherche pour « pochette de disque » sur http://www.Mucem.org/collections/explorez-les-collections/

8 Voir dans ce dossier la contribution de Pascal Riviale.

9 http://www.bnf.fr/fr/professionnels/f_um/s.format_unimarc_notices_bibliographie.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Charlotte Calafat, « La collection de disques édités du Mucem, un bel héritage aujourd’hui valorisé », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/3966 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.3966

Haut de page

Auteur

Marie-Charlotte Calafat

Conservatrice du patrimoine, Diplômée de l’École du Louvre et titulaire d’un master métiers des Arts et de la Culture à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Marie-Charlotte Calafat travaille au musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) en tant qu’adjointe du département des collections et des ressources documentaires. Elle est responsable du pôle documentaire et du secteur Histoire du musée. Après avoir été en charge de la coordination des chantiers des collections du musée en vue de leur transfert à Marseille, elle assure des co-commissariats d’expositions (Roman-Photo, 2017, Georges Henri Rivière, 2018-2019). Elle fait partie du comité de rédaction de la revue Techniques & Culture.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page