Navigation – Plan du site
Dossier « Les archives de l’ethnomusicologie en France : le cas du MNATP et du MH »
Les collections phonographiques des deux anciens musées : des compléments indispensables

Le fonds de catalogues de marques phonographiques du CNRS-musée de l’Homme

Thomas Henry
p. 140-145

Résumés

L’auteur se penche sur un fonds d’environ 330 catalogues anciens de marques phonographiques éditant des disques 78 tours de musiques « exotiques ». Retrouvé en 2009 à l’occasion du déménagement des archives textuelles du département d’ethnomusicologie du musée de l’Homme vers l’université de Nanterre. Reçus au gré des échanges d’André Schaeffner avec les maisons de disques sur la période 1930-1960, ces « objets documentaires non-identifiés » propres aux collectionneurs de disques et qui semblent étrangers à la discipline, témoignent pourtant de la manière, méthodique, dont s’est organisée la phonothèque du musée de l’Homme dans ses premières décennies d’existence. L’article montre aussi comment ce fonds peut constituer aujourd’hui un nouvel objet d’intérêt pour l’ethnomusicologie.

The author examines a collection of around 330 old catalogues of phonographic brands/labels publishing 78-rpm records of ‘‘exotic’’ music found in 2009 when the textual archives of the ethnomusicology department of the Museum of Man (musée de l’Homme, Paris) were moved to the University of Paris Nanterre. Received according to André Schaeffner’s exchanges with record companies over the period 1930-1960, these ‘‘unidentified documentary objects’’ specific to record collectors and which seem foreign to the discipline, nevertheless bear witness to the methodical organization of the phonotheque of the musée de l’Homme in the first decades of its existence. The article also shows how this collection can today constitute a new object of interest for ethnomusicology.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’occasion du déménagement en 2009 des archives sonores du CNRS-musée de l’Homme vers l’université de Nanterre, l’attention s’est dans un premier temps portée sur les supports enregistrés (cylindres, disques 78, 33 et 45 tours, bandes magnétiques, CD, etc.), en raison de leur dimension emblématique au sein des collections mais aussi pour des problématiques logistiques liées à leur volume et leur fragilité. Une fois réglée la question de l’inventaire et du stockage de ces enregistrements sonores, suite en particulier à la signature d’une convention avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le rangement et la réorganisation des collections ont permis dans un second temps de mettre en lumière d’autres catégories de documents dont l’intérêt semblait moins évident. C’est le cas notamment de l’ensemble des archives papiers liées à la constitution progressive et aux activités de ce qui fut la phonothèque du musée d’Ethnographie du Trocadéro puis du musée de l’Homme.

Une politique d’acquisition délibérée

2Dès le début des années 1930, André Schaeffner, alors chef du service d’organologie puis, à partir de 1933, chef du département d’ethnologie musicale, s’engage dans une politique d’acquisition de disques 78 tours édités afin de constituer une collection d’enregistrements de musique traditionnelle extra-occidentale. Sa correspondance, conservée aujourd’hui à la bibliothèque du centre de recherches en Ethnomusicologie (CREM) du laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative de l’Université de Nanterre, permet de suivre les différentes démarches qu’il a engagées dans cette optique. Elle a fait l’objet d’une analyse détaillée par l’historien Brice Gérard dans sa thèse Histoire de l’ethnomusicologie en France publiée chez L’Harmattan en 2014. Ce dernier cite notamment les courriers adressés par Schaeffner à plusieurs maisons de disques étrangères afin de se faire envoyer leurs catalogues, comme en témoigne cet exemple (cité p. 82) : « Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro se constitue actuellement une grande collection de disques ethnographiques d’Europe, d’Asie, d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie. Nous aurions besoin de toute urgence de vos catalogues concernant ces disques, en particulier ceux de Musik des Orients, la liste de vos disques norvégiens, dont je viens d’entendre quelques-uns grâce à un ami norvégien, la liste de vos disques yoruba que j’ai pu entendre récemment en Nigeria anglaise. » Ces échanges montrent que le directeur du département d’ethnologie musicale a une connaissance assez précise des différents enregistrements disponibles dans le commerce à l’époque. La politique d’acquisition mise en œuvre par Schaeffner passe également par le développement d’un réseau d’échange avec d’autres institutions afin d’enrichir les collections du musée ou simplement, se faire recommander des disques. Elle sera prise en charge et poursuivie activement par Gilbert Rouget après la guerre, comme l’atteste l’abondante correspondance de celui-ci avec différents archivistes et chercheurs étrangers ainsi que des représentants de missions diplomatiques. C’est encore le cas en 1964, alors que Rouget écrit à Adolphus Peter Elkin, professeur d’anthropologie à l’Université de Sydney, et au conseiller culturel de l’ambassade de France en Australie afin d’acquérir des disques de musique.

3Ces correspondances permettent de documenter la constitution progressive de la phonothèque du musée de l’Homme par Schaeffner et Rouget. Elles expliquent également l’existence dans les archives de celui-ci d’un fonds remarquable d’environ 330 catalogues anciens de marques phonographiques, reçus au gré des échanges avec les maisons de disques sur une période qui va du début des années 1930 à la fin des années 1960. Ces catalogues étaient publiés périodiquement par les maisons de disques, à raison en général d’un catalogue annuel, complété par des suppléments mensuels. D’autres catalogues étaient également imprimés pour des répertoires plus spécifiques, c’est le cas notamment pour les enregistrements qui intéressaient André Schaeffner et Gilbert Rouget. Ces « objets documentaires non-identifiés » ne sont pas sans poser de nombreuses questions aux archivistes et aux chercheurs. Ils sont bien connus des collectionneurs de disques et leur consultation est une étape incontournable dans le travail des discographes. Ces catalogues proposent toutefois bien plus que de simples listes alphabétiques ou chronologiques de disques et d’artistes. On y trouve des précisions qui sont parfois absentes de l’étiquette des disques, à commencer par leur date et, dans certains cas, la transcription en alphabet latin du titre des morceaux ou du nom des interprètes, informations qui peuvent s’avérer très utiles pour identifier un enregistrement. Ils permettent également de découvrir une iconographie souvent très riche : illustrations, photographies ou publicités. Indépendamment de leur valeur esthétique, ces visuels fournissent des éléments précieux, et fréquemment inédits, pour une recherche sur un artiste, un label, un genre musical ou une aire géographique. Cela est d’autant plus vrai pour certaines régions dont la production discographique reste peu documentée, comme l’Afrique de l’Ouest ou l’Asie du Sud-Est. Plus largement, ces catalogues (fig. 1) fournissent aux chercheurs des indices sur les modalités de diffusion des supports enregistrés et de leur réception par le public : catégorisation et description des disques selon les styles de musique et leur origine, liste des tarifs en fonction des formats et des répertoires, présentation des machines parlantes servant à les écouter, conseils pour la lecture et le rangement des disques.

Fig. 1 - Catalogue général des disques arabes His Master’s Voice, 1930 (fonds du musée de l’Homme, conservé au CREM-LESC).

Agrandir

4La lecture des catalogues conservés à la bibliothèque du CREM montre en outre que ces objets sont de véritables outils de travail pour André Schaeffner et Gilbert Rouget : ils sont annotés, certaines références sont soulignées ou entourées, des listes de disques à écouter griffonnées sur des morceaux de papier y sont glissées, preuves que la constitution de la phonothèque du musée s’est faite de manière méthodique. Cet usage des catalogues et l’intérêt pour les disques commerciaux qu’il révèle démontrent la volonté des deux chercheurs de dépasser le clivage parfois artificiel entre enregistrements édités et enregistrements inédits. Il est d’ailleurs utile de rappeler que les premières démarches engagées par Schaeffner au début des années 1930 en vue de constituer une phonothèque sont contemporaines de la publication de Musik des Orients1 par Erich von Hornbostel, alors directeur du Phonogramm-Archiv à Berlin. Ce coffret de 12 disques 78 tours, commercialisé en 1931 par les marques allemandes du groupe Carl Lindström Odeon et Parlophon, regroupe des enregistrements d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, d’Inde, d’Asie du Sud-Est et d’Extrême-Orient et constitue la première tentative de « compilation » de musiques non-occidentales, projet réalisé par un ethnomusicologue avec le concours de maisons de disques.

Une collection de catalogues riche et diverse

5De par sa richesse et sa diversité dans le domaine des musiques traditionnelles extra-occidentales, le fonds de catalogues anciens de marques phonographiques du CNRS-musée de l’Homme constitue l’une des plus importantes collections de ce type dans le monde, aux côtés de celles de la BnF, de la British Library et de l’université de Californie à Santa-Barbara. À titre d’exemples, on y trouve une série de six feuillets édités en 1928 par la marque Columbia et consacrés aux disques enregistrés dans les colonies françaises, tout simplement intitulés Columbia en Algérie, Columbia au Maroc, Columbia en Tunisie, Columbia en Afrique Occidentale, Columbia à Madagascar et Columbia en Indochine, et entrés en 1931 dans les collections de la phonothèque du département d’ethnomusicologie dans le contexte de l’Exposition coloniale organisée la même année à Paris. Chacun de ces feuillets propose une vingtaine de références, accompagnées de photographies et d’un texte d’introduction où se mêlent commentaires musicaux et idéologie coloniale, comme par exemple, dans le disque Columbia au Maroc : « L’art musical varié et curieux du Maroc n’a pas échappé aux investigations intellectuelles de la France ; les enregistrements réalisés par Columbia nous font connaître une musique purement indigène, souvent âpre et aigre, mais possédant tout le côté nostalgique et mystérieux des mélodies orientales ».

  • 2 His Master’s Voice - Gujrati Main Catalogue, September 1932, His Master’s Voice - Punjabi supplemen (...)
  • 3 Peking 10” diameter Odeon Records, Cantonese 10” diameter Odeon Records, Chinese Records - Teo-chew(...)

6Le fonds contient également plusieurs dizaines de catalogues indiens et chinois édités par les marques His Master’s Voice, Odeon et Beka au début des années 1930. Leur intérêt réside notamment dans la grande diversité musicale et linguistique qu’ils donnent à voir. Celle-ci est illustrée par exemple par les suppléments consacrés spécifiquement aux répertoires gujarati, pendjabi, hindustani, marathi, bengali ou urdu2 d’His Master’s Voice ou par les feuillets présentant les disques pékinois, cantonais, teochews ou hainanais d’Odeon et Beka3 (fig. 2 et 3).

Fig. 2 - Supplément Punjabi des disques HMV, novembre 1932 (fonds du musée de l’Homme, conservé au CREM-LESC).

Agrandir

Fig. 3 - Catalogue des disques Odéon pékinois 25 cm (fonds du musée de l’Homme, conservé au CREM-LESC).

Agrandir

7Le traitement documentaire de ce fonds est en cours et passe par le recensement, l’identification, notamment linguistique, la datation et l’indexation des différents catalogues qui le composent, avec comme objectif envisageable un projet de numérisation à moyen terme. Mener à bien ce travail implique en outre de prendre en compte les questions de conservation, de stockage et de restauration propres à ce type d’imprimés. Les dimensions de ces catalogues ne sont pas homogènes, même si elles sont proches dans la majorité des cas du format 11x18 cm. En termes de volume, des catalogues généraux de marques phonographiques dépassant parfois les 300 pages côtoient de simples feuillets d’une page recto verso. Ces derniers sont de loin les documents les plus fragiles du fonds, et certains présentent déjà des marques d’usure : déchirures, jaunissures, bords abîmés ou pliés.

8La valorisation de cette collection soulève également des questions d’ordre juridique, liées notamment à l’absence de statut précis pour les catalogues de marques phonographiques. Ceux-ci échappent en effet au dépôt légal et les listes d’enregistrements sonores qu’ils proposent ne sont pas soumises au droit d’auteur. Les choses sont en revanche potentiellement différentes en ce qui concerne les photographies et les illustrations qu’ils comportent, les auteurs de celles-ci n’étant dans la plupart des cas pas crédités. Une directive européenne 2012/28/EU du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2012 sur certaines utilisations autorisées des œuvres orphelines autorise certaines institutions à numériser des œuvres considérées comme orphelines dans un but culturel ou éducatif, à condition d’avoir mené au préalable une « recherche diligente et raisonnable » de leurs auteurs. La tâche s’avère assez complexe dans le cas de marques phonographiques qui ont soit disparu, soit été rachetées et intégrées à des majors de l’industrie musicale. Il ne semble pas exister de véritables normes communes en la matière, et les autres institutions possédant ce type de collections ont opté pour des postures différentes. La BnF a pour le moment numérisé et mis en ligne dans Gallica une vingtaine de catalogues de la marque Pathé antérieurs à 1926. La British Library a de son côté numérisé près de cent soixante-quinze catalogues de différentes marques anglaises, principalement Gramophone/His Master’s Voice, antérieurs également à 1926. L’autre collection notable dans ce domaine est celle de la Memòria Digital de Catalunya, qui met à disposition cent quatre-vingt-seize catalogues de marques espagnoles, américaines, anglaises et françaises, antérieurs à 1959.

Conclusion

9Au-delà de ce fonds de catalogues tout à fait particulier, les archives du CNRS-musée de l’Homme conservées au CREM comportent une importante documentation sur les disques publiés par les éditions phonographiques du musée de l’Homme entre 1946 et 2001 : notes préparatoires, correspondances, documents administratifs, supports promotionnels, revue de presse, etc. On y trouve également les documents contractuels et des correspondances entre le musée de l’Homme et Africavox (fig. 4), maison de disques spécialisée dans la production et la distribution de disques 78 tours à destination du marché ouest-africain et au sujet de laquelle très peu d’informations sont disponibles. Cette documentation, si on la rapproche du fonds de catalogues de marques phonographiques et de la collection de documents sonores, forme un ensemble homogène qui permet de retracer un pan de l’histoire du musée de l’Homme. Il s’agit maintenant de donner de la cohérence à cet ensemble à travers une politique de valorisation permettant de créer des liens entre ces différentes catégories de documents.

Fig. 4 - Catalogue Africavox, 1953 (fonds du musée de l’Homme, conservé au CREM-LESC).

Agrandir

Juin 2018

Haut de page

Notes

1 http://archives.crem-cnrs.fr/archives/collections/CNRSMH_E_1932_006_008/

2 His Master’s Voice - Gujrati Main Catalogue, September 1932, His Master’s Voice - Punjabi supplement, November 1932, His Master’s Voice - Hindustani & Marathi Supplement, November 1932, His Master’s Voice - Bengali Supplement, August 1932, His Master’s Voice - Urdu Supplement, November 1932. Collection CNRS-musée de l’Homme.

3 Peking 10” diameter Odeon Records, Cantonese 10” diameter Odeon Records, Chinese Records - Teo-chew, Odeon Chinese records - Hainan songs, non datés. Collection CNRS-musée de l’Homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Henry, « Le fonds de catalogues de marques phonographiques du CNRS-musée de l’Homme », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/3996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.3996

Haut de page

Auteur

Thomas Henry

Collectionneur de disques 78 tours et chercheur indépendant, Thomas Henry est l’auteur du blog Ceints de bakélite (https://ceintsdebakelite.com). Il travaille en particulier sur l’activité des premières marques phonographiques dans les anciens empires coloniaux. Il s’intéresse également à l’histoire de la commercialisation des supports enregistrés en France, recherches qui ont notamment donné lieu à la création en 2015 de la cartographie interactive Disquaires de Paris (http://disquairesdeparis.fr). Il est depuis 2016 le vice-président du comité Discographie de l’association internationale des Archives sonores et audiovisuelles (IASA), association dont il a été nommé ambassadeur en France en 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page