Navigation – Plan du site
Dossier « Les archives de l’ethnomusicologie en France : le cas du MNATP et du MH »
Versement et traitement des fonds : les ressources deviennent-elles nécessairement des archives ?

Des Sablons à Pierrefitte, du Musée aux Archives

Versement et traitement des archives ethnomusicologiques du musée national des Arts et Traditions populaires
Pascal Riviale
p. 46-58

Résumés

Cet article décrit l’opération d’envergure qui a conduit, entre 2012 et 2013, au versement des archives du Musée national des Arts et Traditions populaires aux Archives Nationales mais aussi au Mucem à Marseille : quels ont été les critères de « partage » des fonds, la mise en place du « chantier des archives », quels volumes ont été traités, quelle a été la temporalité des opérations de versement. L’auteur entend ainsi répondre directement aux interrogations du public sur ce que sont devenus ces fonds essentiels relatifs à l’ethnomusicologie de la France et aujourd’hui comme hier considérés comme une source de renouveau des musiques traditionnelles.

This article describes the significant operation which led, between 2012 and 2013, to the deposit of the archives of the National Museum of Popular Arts and Traditions (MNATP, Paris, 1937-2013) in the National Archives but also in the Mucem (Museum of civilizations of Europe and Mediterranean) in Marseilles: what were the criteria for ‘‘sharing’’ the different elements of these archives, for setting up the “archives”, what volumes were processed, what was the duration of the operations ? The author thus intends to respond directly to questions from the public about what has become of these essential archives relating to the ethnomusicology of France and still considered as a source of the revival of traditional music.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Deux ans avant l’inauguration du musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille, un immense chantier de traitement des archives se met en place sur le site parisien marquant l’arrivée d’un nouvel acteur jusque-là absent des opérations liées au déménagement, les Archives nationales (AN). En effet, depuis la décision de mai 2000 de donner au musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) une nouvelle localisation dans la cité phocéenne, la réflexion sur les travaux s’était surtout concentrée sur la préfiguration du futur musée et sur les collections.

2Le déménagement d’une institution est toujours le moment d’évaluer les archives conservées jusque-là. Selon les termes définis par le Code du patrimoine dans le Livre II Archives (L 212-1 à L212-5), les archives qui ne servent plus directement à l’activité d’une administration, et qui sont destinées à une conservation pérenne, doivent être versées aux services publics d’archives. En 2011, la mission des archives du service interministériel des Archives de France (SIAF), placée auprès du ministère de la Culture et de la Communication, entreprend l’évaluation des archives et de la documentation, la préparation des fonds en vue de leur déménagement vers les AN ou vers le Mucem, la rédaction des instruments de recherche permettant de documenter, de contextualiser et de décrire les archives historiques, enfin leur transfert vers les différents sites des AN.

3Ces différentes opérations ont avant tout pour objectif de sauvegarder, pour en permettre l’accès, un patrimoine unique, patrimoine parmi lequel figurent les fonds sonores de l’institution et la documentation relative à leur constitution, principaux objets de cet article. La création du Mucem marque un tournant majeur dans leur histoire que nous aborderons dans un premier temps avant d’évoquer la valorisation dont ces archives font actuellement l’objet. Cela nous permettra, en revenant sur ces années 2011 à 2013, de découvrir, de l’intérieur, comment ce « chantier » s’est mis en place pour la préparation du transfert des fonds, puis comment les Archives nationales les conservent pour en permettre la communication.

Du MNATP au Mucem

4La création du Mucem marque effectivement un tournant majeur dans l’histoire de la conservation des fonds sonores institutionnels de l’ethnomusicologie de la France, principalement constitués au sein du MNATP. Ce dernier avait été fondé en 1937, d’abord implanté de façon peu confortable au sein du Palais de Chaillot, puis installé en 1972 dans un nouveau bâtiment (fig. 1) construit à l’orée du Bois de Boulogne dans l’ancienne palmeraie du Jardin d’acclimatation par lequel on y avait accès ainsi que par son entrée officielle, sise au 6 avenue du Mahatma Gandhi, accessible par la station de métro Sablons, laquelle a pu servir à désigner le nouveau siège par rapport à l’ancien situé au Trocadéro.

Fig. 1 - Le panneau, au jardin d’acclimatation, relatif au MNATP. 2012.

Agrandir

Ph. J.-P. Dalbéra.

5Dans les années 1990, une longue crise allait être fatale au musée ouvert à peine 20 ans plus tôt, marquée par le désintérêt grandissant de la part du public, la difficulté d’affirmer une vision scientifique et muséographique renouvelée de son champ d’action, le manque de moyens, l’absence de soutien de sa tutelle administrative, etc. Après une succession de rapports et d’audits, il fut acté qu’il convenait de trouver au MNATP un nouveau site, afin de « réinventer le musée » selon la formule créée à l’occasion du colloque éponyme, organisé en 1997. L’expression, promise à une longue vie, devint le mot d’ordre du programme scientifique et culturel même du futur musée, selon la ligne directrice, fixée en 2002 par Michel Colardelle, directeur du MNATP.

6En mai 2000, la nouvelle localisation du MNATP à Marseille et son ouverture aux civilisations de l’Europe et de la Méditerranée étaient confirmées par le comité interministériel d’aménagement durable du territoire, puis décidée le 14 décembre 2000 par Catherine Tasca, la ministre de la Culture et de la Communication d’alors. En février 2004, l’architecte Rudy Ricciotti (Rudy Ricciotti/RTC Associés) était lauréat du concours d’architecture pour la construction du nouveau bâtiment d’exposition sur l’ancien môle portuaire J4 tandis que Corinne Vezzoni (et Associés) se voyait confier celle du bâtiment des réserves, le centre de conservation et de ressources (CCR) situé sur la friche industrielle de la Belle de Mai. Par décret du 22 juin 2005, le MNATP devenait officiellement le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. En septembre de la même année, le bâtiment parisien fermait définitivement ses portes au public pour permettre le lancement du « chantier des collections » (fig. 2). Cette phase indispensable vise à procéder au récolement, à l’étude systématique, à l’évaluation sanitaire, voire, à la couverture photographique des collections d’un musée. En l’occurrence ce chantier se faisait dans le cadre de la préparation du déménagement des collections et de leur documentation vers Marseille. Le Mucem était inauguré en juin 2013, alors que le CCR continuait d’accueillir les derniers camions de déménagement.

Fig. 2 - Une des diapositives d’un diaporama présenté en 2008 à Bologne par Michel Colardelle et Jean-Pierre Dalbéra présentant le chantier des collections.

Agrandir

Source : J.-P. Dalbéra (ph. P. Dubois, Mucem-Paris).

7C’est donc dans un temps très court avant l’ouverture, que la préparation du déménagement des collections d’objets, des archives, de la documentation, des films, des photographies, etc. commença. La première réunion entre le MNATP et la mission des archives du Service interministériel des Archives de France placée auprès du ministère de la Culture, se tint en juin 2011. L’objectif fixé était la répartition des archives, sur tous supports, portant sur tous les domaines des activités passées du MNATP, et actuelles du Mucem, entre musée et archives.

Le « chantier des archives » du MNATP

8Par analogie avec le « chantier des collections » on peut parler d’un « chantier des archives ». Car il s’agissait bien, après audit des collections et des archives, de répartir les fonds entre le Mucem, où un archiviste avait été nommé, et les Archives nationales. La masse était impressionnante ; l’ambition était d’archiver une activité multidimensionnelle, scientifique, muséographique, culturelle, pédagogique, menée entre 1937 et 2005, représentant presque une centaine d’enquêtes de terrain, des centaines de milliers d’objets entrés dans les collections, 135 expositions montées dans et hors les murs, 25 colloques organisés par l’institution, les dossiers issus des relations nouées avec plus de 620 associations, musées et écomusées. Ces fonds s’inscrivaient dans la géographie des lieux. Le MNATP conservait 1,5 kilomètres linéaires d’archives papier, dont 95 mètres linéaires pour le seul centre d’Ethnologie française (le laboratoire du CNRS associé dès 1966 au MNATP). Au neuvième étage, où se trouvaient le département d’ethnomusicologie et la phonothèque, ce sont plus de 60 mètres linéaires qui étaient rangés dans les placards du couloir menant aux différents bureaux et dans les bureaux eux-mêmes. Dans les réserves de la phonothèque, au même étage, on estimait à 45 000 le nombre d’enregistrements inédits fixés sur près de 5 000 bandes magnétiques (fig. 3), et presque autant de disques du commerce (fig. 4). Ajoutons à cela 10 000 heures d’enregistrements vidéo du service audiovisuel. Les instruments de musique et les objets ethnographiques étaient, eux, conservés dans les sous-sols du bâtiment (fig. 5). Sans oublier également les 600 affiches, 41 000 calques, 1 700 cartes et plans, 300 estampes, 5 000 tirages et négatifs photo, 16 maquettes, 4 téraoctets de documents numériques, pour contribuer à l’effet de masse.

Fig. 3 - Vue de la réserve des bandes magnétiques située au 9ème étage du MNATP, dans le même couloir que le bureau du responsable du service qui y avait ainsi un accès facile.

Agrandir

Ph. M. Robert.

Fig. 4 - Vue de rayonnages de la réserve des disques, situé à côté de celle des bandes magnétiques. Il s’agissait aussi bien des disques du commerce que des disques à gravure directe utilisés avant que la bande magnétique ne se répande à partir de 1952. On voit ces derniers rangés dans des boîtes rondes métalliques.

Agrandir

Ph. M. Robert.

Fig. 5 - Une vielle à roue parmi le reste des objets ethnographiques conservés dans les compactus des réserves du musée au sous-sol.

Agrandir

Ph. M.-B. Le Gonidec.

9La difficulté de traiter ce chantier est à mettre en regard de la situation des locaux de l’avenue du Mahatma Gandhi (on peut renvoyer à la fig. 1, de l’article de M.-B. Le Gonidec), entre infrastructures vieillissantes, manque de matériel, espaces vétustes, exigus et encombrés, mais aussi, à côté de ces ensembles bien déterminés, des vracs de documents à traiter. Le dernier défi que le « vieux » musée devait relever s’apparentait désormais à un plan de sauvetage d’urgence, demandant l’adaptation des rares membres du musée encore présents aux demandes des archivistes de la mission qui visitaient tous les étages afin d’identifier les fonds.

10Le recensement entrepris en 2011 avait permis de distinguer les archives historiques ayant vocation à rejoindre les Archives nationales, de celles encore utiles à l’institution et destinées au Mucem à Marseille. Il en ressortait que les documents produits ou détenus par le musée, quels que soient leur support, leur date ou leur lieu de conservation avaient bien le caractère d’archives. Cela valait aussi bien pour l’ensemble des archives produites ou reçues par les services administratifs ou scientifiques, répartis dans les bureaux du site du MNATP, que celles conservées par des services comme la phonothèque. Un troisième ensemble de documents avait été formé, regroupant des papiers non seulement inutiles à la poursuite des activités du musée, mais aussi inintéressants pour les chercheurs de demain, et qui fut donc éliminé selon la réglementation en vigueur.

11Durant ce vaste chantier, la mission des archives s’est efforcée de respecter le mode de classement tel qu’il était constaté sur place. L’organisation spatiale évoquée ci-dessus en rend compte, le MNATP ayant privilégié une division des productions d’archives selon les services qui les créaient : centre d’Ethnologie française, département d’ethnomusicologie, phonothèque, services administratifs, etc.

12Cependant, cette méthode de travail avait ses limites dans la mesure où l’on ne pouvait être certain que l’état constaté dans les locaux correspondait encore au classement adopté lorsque le MNATP fonctionnait normalement. En outre, la majorité du personnel « historique » du musée avait déjà quitté l’établissement, parfois depuis longtemps et les quelques agents encore présents n’étaient pas toujours disponibles pour collaborer à l’archivage. Ainsi en 2013, au moment où le plus grand nombre de transferts a eu lieu du MNATP vers les Archives nationales et le Mucem, il ne restait plus sur le site parisien que dix agents, alors que le Mucem en comptait déjà cent trente. Les moyens humains mis à disposition par le ministère de la Culture pour soutenir la mission des archives étaient à l’image du défi que celle-ci devait relever : le chantier des archives, débuté avec une seule personne, passa rapidement à deux, puis cinq, pour atteindre dix-neuf personnes durant le mois de mai 2013 lorsque se concentrèrent les déménagements.

13Enfin, le bâtiment, de plus en plus délaissé, imposait des conditions de travail de plus en plus difficiles. De ce fait, les archivistes de la mission tentèrent de préserver le plus possible la répartition par service producteur. Le problème matériel posé par le volume des archives trouva une solution dans une sous-répartition des archives par typologie de supports permettant ainsi de lancer des traitements de préparation en masse plus efficaces.

14Les transferts physiques commencèrent en 2013, archives « papier » (de tous formats et sur tous supports, y compris de nombreuses cartes imprimées ou manuscrites sur calques, des affiches, etc.), mais aussi fonds sonores et vidéo. Soixante-neuf instruments de recherche, élaborés par la mission des archives entre 2012 et début 2015, accompagnaient cet ensemble. Ces inventaires présentent le contexte dans lequel les archives ont été produites par les différents services du musée et décrivent leur contenu, garantissant la préservation de l’unité intellectuelle de l’ensemble. La quasi-totalité de ces instruments de recherche a été importée, par la suite, dans la salle des inventaires virtuelle (SIV) sur le site Internet des Archives nationales et est donc accessible en ligne (voir la liste en annexe 1).

15Tandis que les archives « matérielles » (documents textuels, photographiques, cartographiques, estampes, objets, affiches, calques, cartes et plans) – représentant environ 400 mètres linéaires – étaient acheminées sur le site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, les archives électroniques et audiovisuelles (fonds sonores et fonds vidéo), ainsi que les maquettes, étaient orientées vers le site de Fontainebleau. Ce premier ensemble est maintenant sous la responsabilité du département Éducation, Culture, Affaires sociales des AN, tandis que le second est pris en charge par le département de l’archivage électronique et des archives audiovisuelles des AN. Ce dernier a accueilli en janvier 2015 les fichiers numériques des fonds sonores de la phonothèque représentant 1 téraoctet dont la numérisation avait été effectuée à partir des années 2000 par le MNATP lorsqu’il était encore en activité. En 2019, les supports originaux des archives sonores ont quitté Fontainebleau pour rejoindre les magasins de conservation du site de Pierrefitte-sur-Seine.

16Au Mucem, plusieurs centaines de mètres linéaires d’archives, couvrant l’activité muséographique (inventaires, dossiers d’acquisition, rapports de restauration), mais aussi les archives courantes et intermédiaires – c’est-à-dire les documents encore utilisés par le musée –, les fonds d’archives privées (« papier » et vidéo) donnés au musée, ont été transférés directement depuis le MNATP. Cette institution a en outre pris en dépôt une partie des archives historiques (notamment la plupart des enquêtes réalisées par le MNATP – hors ethnomusicologie), en vue de les numériser. Une fois ce chantier achevé, ces documents seront eux aussi versés aux Archives nationales, pour y rejoindre ceux déjà conservés à Pierrefitte-sur-Seine.

Les archives ethnomusicologiques : des fonds sonores et des fonds écrits

17Passer en revue les documents qui sont entrées aux AN par vagues successives, permet d’en saisir la richesse et la diversité. Le fonds du « service de la phonothèque » a fait l’objet, en 2013, de cinq versements portant les numéros suivants : 20130007, 20130008, 20130009, 20130043 et 20130520.

18Il faut souligner le fait que l’appellation fabriquée de « service de la phonothèque », n’existait pas au MNATP, mais elle permet de témoigner de la permanence de la fonction au sein du musée par-delà les nombreux changements d’intitulé de ce service dédié à la musique et à l’oralité, par le biais de la recherche ethnomusicologique, et à la conservation des collections sonores issues ou non de cette recherche.

19Les trois premiers versements (20130007, 20130008, 20130009) correspondent aux enregistrements sonores conservés sur divers supports (disques à gravure directe, bandes magnétiques, cassettes analogiques).

20Les archives faisant l’objet du versement 20130007, classés selon l’ordre chronologique et numérique figurant dans les registres d’entrée du musée, correspondent aux collectes issues des enquêtes de terrain ethnomusicologiques menées par les chercheurs de l’institution, permanents ou contractuels, ainsi qu’à celles remises à titre de documentation par d’autres chercheurs. Il est à noter que, soucieux de préserver des supports fragiles et soumis à l’obsolescence du matériel de lecture, le MNATP avait lancé à partir de 2000 une grande campagne de numérisation des fonds sonores inédits. On trouve également aussi des enregistrements diffusés lors des cours d’ethnomusicologie assurés à l’EHESS, des enregistrements de colloques organisés au musée qui seront bientôt numérisés.

21Le versement 20130008 correspond aux disques à gravure directe utilisés avant l’invention de la bande magnétique, l’intégralité ayant été ensuite transférée sur ces nouveaux supports en 1968, à l’occasion du déménagement du musée vers son nouveau siège au Bois de Boulogne.

22Le dernier versement (20130009) répertorie toutes les autres bandes que le service conservait : souvent des doubles des originaux, mais parfois aussi des bandes qui n’avaient pas été inscrites sur le registre d’inventaire officiel de la phonothèque pour des raisons inconnues.

23Les deux autres versements (20130043 et 20130520) correspondent aux archives écrites (dites aussi « papier » ou « textuelles ») liées à ce patrimoine sonore. Si le second comprend essentiellement l’ensemble des documents relatifs à la gestion du service, le premier est intimement lié aux enregistrements sonores. Il constitue désormais de ce qu’on appelle « les archives de l’ethnomusicologie du MNATP ».

24Au sein de ce versement, les articles 20130043/1 à 30 correspondent au « dossier d’œuvre », terme utilisé par les services de musées pour évoquer la chemise qui réunit l’ensemble des documents relatifs à l’acquisition et à la gestion d’une « œuvre » (dans le cas du MNATP, d’une collection ethnographique) : documents de type administratif, financier, ou de nature documentaire, ou encore relatifs aux prêts aux expositions, à la restauration, etc. Certaines de ces archives textuelles sont liées à des enregistrements qui n’ont pas donné lieu à une enquête approfondie. C’est par exemple le cas de la captation d’un concours de cornemuses dont le dossier « d’œuvre » ne comprend que le programme, ou encore de la collecte de chants par une personne n’appartenant pas au musée qui avait remis la transcription des textes et la fiche biographique de son informateur.

25Le reste des articles (20130043/31 à 117) constitue les archives écrites de quelque quatre-vingts enquêtes ethnomusicologiques organisées par le musée entre 1939 et 1986. La plupart furent réalisées sur le sol métropolitain ; quelques-unes dans les territoires d’outre-mer (Antilles, 1979 et 1982 ; La Réunion, 1979) ; quelques autres à l’étranger (Baléares, 1952 ; Sicile, 1955 ; Tchécoslovaquie, 1957 ; Québec, 1961 ; Mexique, 1962 ; Île de la Madeleine et Nouvelle-Écosse, 1963 ; Îles anglo-normandes, 1970 ; Canada, 1970 ; Suisse romande, 1972 ; val d’Aoste, 1973).

26Un volet ethnomusicologique fut également inclus dans les RCP, ces « recherches coopératives sur programme » lancées par le CNRS, en collaboration avec le MNATP, dans l’Aubrac (1964-1966), puis le Châtillonnais (1966-1975). En raison de leur importance pour le CNRS, de leur place dans les fonds du MNATP, les RCP illustrent le poids grandissant du CNRS au sein du musée, qui donne à ces recherches une orientation pluridisciplinaire. Elles constituent les derniers articles (118 à 133) du versement 20130043. C’est d’ailleurs à la suite de ces premières opérations conjointes, que le Centre d’ethnologie française fut créé en 1966, un des premiers laboratoires associés du CNRS en sciences humaines, avec la fusion des deux institutions MNATP-CEF.

La numérisation des archives textuelles, premier pas vers la valorisation

27Les archives des enquêtes de terrain (articles 20130043/31 à 133 évoqués plus haut) s’organisent selon une structure qui se répète de dossier en dossier : la préparation, le travail ethnographique in situ, puis l’exploitation des résultats. La partie relative au terrain est souvent très riche et diversifiée dans ses supports et ses contenus : carnets d’enquêtes (liés au répertoire et aux informateurs), journaux de route (relatifs à la conduite de l’enquête elle-même), relevés musicaux, transcriptions, tirages papier des photographies réalisées par les enquêteurs (les négatifs sont, en revanche, conservés par le Mucem), et toute la documentation collectée durant l’enquête (brochures sur l’histoire ou les activités culturelles locales ; cartes postales ; clichés anciens donnés par des informateurs).

28La poursuite de numérisation de ces archives textuelles, qui avait modestement débuté en interne au sein de la phonothèque et qui avait pu porter sur 6 000 documents scannés entre 2009 et 2012, a rapidement été envisagée après leur versement aux AN, étant donné l’intérêt historiographique de ces documents. L’opération a été conduite dans le cadre d’un partenariat avec deux chercheurs du ministère de la Culture mis à disposition du LAHIC (laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’institution de la culture), une des équipes de l’IIAC (institut interdisciplinaire de l’Anthropologie du contemporain), UMR 8177 du CNRS. Au cours de l’année 2015, une série de réunions a permis de définir le périmètre du projet, de formaliser la collaboration avec la signature d’une convention de partenariat entre le IIAC-LAHIC et les AN, et de répartir les tâches incombant à chacun.

  • 1 Voir dans ce dossier les contributions de François Gasnault et celle de Florence Neveux.

29La numérisation a porté sur les documents papier originaux, correspondance, notes, carnets d’enquêtes, etc., ainsi que quelques tirages photographiques, le plus souvent des clichés datant des premières décennies du xxe siècle, collectés au cours des enquêtes, illustrant des noces, des fêtes ou bien des orchestres. En furent écartés les doubles des tirages papier dont les négatifs étaient conservés par le Mucem et avaient fait l’objet d’une numérisation dans le cadre du chantier des collections du musée, préparatoire au déménagement, ainsi que quelques documents imprimés – souvent de la documentation collectée durant les enquêtes –, dont la numérisation était jugée moins prioritaire, puisqu’ils avaient été produits, à l’époque, en exemplaires multiples. Il résulte de cette opération 28 000 fichiers numériques (à ajouter aux 6 000 précités), bientôt accessibles depuis la salle des inventaires virtuelle, sur le site Internet des AN. Une partie d’entre eux viendra nourrir le projet de plateforme Les Réveillées1, débuté en 2017, auquel les AN participent dans le cadre d’une autre convention de partenariat.

30À la suite du transfert des archives du MNATP aux AN, leur traitement, la mise à disposition des instruments de recherche dans la salle des inventaires virtuelle et la numérisation des archives écrites, photographiques portant sur les enquêtes de terrain, concourent à valoriser et à ouvrir ce patrimoine ethnographique au public.

Valorisation patrimoniale

  • 2 Voir dans ce dossier la contribution de Martine Sin Blima-Barru.

31La valorisation des archives et leur communication, indépendamment de l’activité muséographique, faisaient déjà partie de la politique du MNATP. La continuité de ces actions aux AN est marquée par l’évolution du contexte juridique actuel lié au droit d’auteur2, par l’évolution très importante qu’a connu le droit des Archives ces dernières années et par le statut de ces archives devenues « historiques ».

  • 3 Voir dans ce dossier la contribution de Marie-Barbara Le Gonidec.

32Dans l’ancien musée, la phonothèque était le lieu d’accueil du public ; les fonds sonores y avaient alors le statut de collection du musée3. Les conditions d’écoute étaient très strictes ; les chercheurs travaillant au MNATP, qui avaient réalisé les enquêtes de terrain, s’arrogeaient le droit de laisser ou non les chercheurs les consulter. S’abritant derrière ce statut de « collection », ces personnes s’estimaient souveraines dans leur décision d’accès ou non aux fonds sonores. Le fait que de nombreuses enquêtes aient été élaborées avant même l’adoption de la loi sur les archives de 1979, est un élément supplémentaire concourant à brouiller le statut, déjà flou, de ces enregistrements qui n’étaient pas encore considérés comme des archives.

33Les mêmes principes étaient appliqués pour les dossiers textuels relatifs aux enquêtes : ils n’étaient pas communiqués au public car considérés comme étant de la documentation scientifique destinée au seul personnel du musée. Les consultations sur place étaient donc rares. En 1990, alors qu’une des fondatrices des enquêtes d’ethnomusicologie, Claudie Marcel-Dubois, était décédée, Maguy Pichonnet-Andral, dont le nom est également intimement lié aux enquêtes, se présentait comme son ayant droit autorisé à distinguer les enquêtes consultables de celles qui ne l’étaient pas. La catégorisation qu’elle effectuait était très simple, on peut la résumer de la façon suivante : toutes les enquêtes menées seule ou à deux ne comportant que des enregistrements musicaux étaient librement accessibles ; toutes les enquêtes qui comportaient également des informations parlées étaient soumises à leur contrôle.

34Il est évident que le versement de ces archives aux AN, ramène ces documents dans le périmètre du Code du patrimoine et de celui du Code de la propriété intellectuelle. De ce fait, les archives textuelles, photographiques, sonores ou vidéos, produites par tous les chercheurs du MNATP dans le cadre de leurs fonctions confiées par la direction du musée, sont soumises au cadre réglementaire commun aux archives et non à une vision personnelle.

35Les enquêtes d’ethnomusicologie font également l’objet d’une valorisation originale du fait de leur inscription dans un contexte ethnomusicologique très vivant dans le réseau associatif régional. Ainsi entre 2000 et 2012, de nombreuses associations ont signé avec le MNATP des conventions de réutilisation d’enregistrements issus des enquêtes, afin de pouvoir les intégrer à leur propre fonds, souvent lui-même enrichi du travail des associations sur leur terrain régional. Ces conventions allaient d’ailleurs plus loin que le simple objet de réutilisation, en prévoyant également un enrichissement de l’identification des enquêtes et de l’analyse scientifique des archives, dont le résultat documentaire devait ensuite être transmis au MNATP pour améliorer la connaissance générale du fonds des enquêtes de terrain et compléter les catalogues.

36Parmi ces associations, on peut citer l’association Dastum (Rennes), la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, Rèpriz le centre de musique et de danse traditionnelle et populaire de la Guadeloupe ou le musée Gruérien à Bulle (Suisse). Les conventions sont maintenant caduques, mais leur existence montre la vitalité de ce secteur, dynamisme toujours d’actualité puisque de nombreuses associations, dont certaines étaient déjà en relation avec le MNATP, continuent à solliciter les Archives nationales pour avoir accès aux enquêtes de terrain et pouvoir les utiliser sur leur site Intranet, dans des éditions musicales ou pour servir de compléments à leurs propres fonds.

37L’actualité de la valorisation des fonds du MNATP pourrait également être écrite du côté du Mucem, pour les documents et archives qui sont dans leurs réserves mais également au sujet des enquêtes ethnomusicologiques de terrain, puisque le service des archives du Mucem a également à disposition une copie numérique des archives sonores, pour faciliter leur propre recherche, mais également pour être une source immédiatement accessible dans cette zone géographique, sans oublier bien sûr, les enquêtes hors domaine de l’ethnomusicologie, en cours de numérisation.

En conclusion…

38La création du Mucem a donc eu des conséquences très importantes sur le devenir des collections, des archives, des documents et des dossiers provenant du MNATP dont le Mucem n’est pas l’héritier direct, ou le seul héritier. En effet, les AN, dépositaires d’une part importante des archives administratives et scientifiques de cet ancien « musée-laboratoire » ont aujourd’hui un rôle essentiel à jouer pour assurer la transmission de la mémoire de l’institution, ancien fer de lance de l’ethnologie de la France.

39Les déménagements ainsi que les transferts massifs qui les ont accompagnés, ont abouti à une autre structuration des savoirs. Les sources se sont trouvées réparties selon la logique muséographique et la vision archivistique. Au Mucem, comme aux Archives nationales, la mise en valeur de ces fonds, les travaux de description, la numérisation continuent encore actuellement, dans la perspective d’ouvrir toujours plus largement les fonds. D’ailleurs, l’exploitation collaborative de ces archives a d’ores et déjà donné lieu à quatre expositions aux AN et au Mucem. De plus, le maillage associatif très vivace offre également un relais de diffusion sur les archives sonores grâce aux possibilités offertes par les humanités numériques. Les programmes de recherches, comme Les Réveillées, apportent aussi une contribution déterminante dans l’accessibilité toujours plus large aux fonds.

40Qu’il s’agisse d’accès physique ou virtuel, la mise à disposition auprès de tous les publics d’un patrimoine incomparable est indispensable pour nourrir les travaux de recherches sur l’épistémologie de la discipline mais aussi, c’est essentiel, pour permettre la vitalité de la création dans le domaine des musiques traditionnelles dont ces archives représentent les sources.

Juin 2018

Haut de page

Annexe

Tableau synthétique des versements d’archives du MNATP, plus particulièrement liés à ses activités muséographiques et scientifiques, conservés aux Archives nationales

NB : cette liste n’est pas exhaustive, nous renvoyons les lecteurs à la Salle des inventaires virtuelle (SIV), sur le site Internet des Archives nationales, où se trouvent un plus grand nombre d’inventaires des versements reçus. Il convient en outre de rappeler qu’une recherche plus large effectuée dans la SIV, parmi les versements faits par d’autres producteurs (par exemple la Direction des musées de France, le CNRS, etc.), peut s’avérer très utile pour compléter une recherche.

Histoire du MNATP

201300148

Préfiguration, aménagement et fonctionnement du musée implanté
au Palais de Chaillot (1930-1987)

20140240

Administration générale et partenariats (1954-2013)

20120299

Archives du Centre d’ethnologie française

20130098

Relations avec des institutions publiques, associations et organismes
à vocation culturelle et pédagogique (1894-2009)

20130147

Archives des ressources documentaires et activités scientifiques
du musée des Arts et traditions populaires (1908-2011)

20130042

Films produits, réalisés et conservés par le musée national des Arts et Traditions populaires, le Centre d’Ethnologie française et l’actuel Musée des Civilisations Européennes et Méditerranéennes

Archives des enquêtes de terrain en ethnomusicologie

20130520

Archives textuelles de l’organisation des enquêtes de terrain
de la phonothèque

20130043

Archives textuelles produites lors des enquêtes de terrain
de la phonothèque (numérisées)

20130007

Archives sonores des enquêtes de terrain de la phonothèque (bandes magnétiques et fichiers numériques issus de la numérisation) et archives sonores des cours donnés à l’EHESS (bandes magnétiques, programmation numérisation 2018)

20130008

Archives sonores des enquêtes de terrain de la phonothèque
(pyrals et copie sur bandes magnétiques)

20130009

Archives sonores de la phonothèque (bandes magnétiques)

20130063

Archives films et vidéo provenant des enquêtes de terrain
et de manifestation organisées par le MNATP

20130065

Archives films et vidéo provenant des enquêtes de terrain
et de manifestation organisées par le MNATP

20130066

Archives films et vidéo provenant des enquêtes de terrain
et de manifestation organisées par le MNATP

20130151

Archives films et vidéo provenant des enquêtes de terrain
et de manifestation organisées par le MNATP

20130068

Rush du MNATP

Archives des enquêtes de terrain hors ethnomusicologie

20130225

Photographies produites dans le cadre des travaux du service
de l’artisanat du Ministère de la production industrielle et du travail
(1940-1944)

20130277

Enquêtes réalisées dans le cadre des chantiers intellectuels français, autres enquêtes menées par le musée ou par des institutions antérieures et journaux de prospection (1899-2006)

20130521

Enquêtes réalisées par le MNATP (1836-2011).
Versement complémentaire de 20130277

20130648

Enquêtes sur le folklore enfantin (1862-1993)

Gestion et valorisation des collections du musée

20120297

Gestion et valorisation des collections du musée : registres d’entrées des collections et dossiers des expositions au Palais de Chaillot (1881-2002)

20120397

Valorisation des collections du musée : expositions et prêts des œuvres aux expositions (1968-2005)

20130219

Valorisation des collections du musée : expositions et prêts des œuvres aux expositions (1955-2004). Versement complémentaire de 20120397

20130319

Service des collections. Acquisitions, prêts et dépôts, gestion des réserves et des collections, conservation préventive et restauration (1952-2011)

20140106

Service des collections (1877-2012). Versement complémentaire
du versement précédent n° 20130319

20130317

Service chargé de la muséographie : organisation des expositions permanentes et temporaires (1950-2009)

20130451

Gestion des archives et de la documentation, informatique documentaire, bibliothèque et documentation photographique (1937-2011)

20130632

Esquisses de scénographies pour des projets d’expositions

20130374

Expositions temporaires : panneaux et projets de scénographie

20130338

Tirages photographiques représentant des vitrines de la galerie d’étude
et de la galerie culturelle

20130201

Conception des espaces techniques et muséographiques (1933-1978)

20130318

Service archéologique (1968-2005)

Publications et manifestations

20130415

Publications auxquelles a participé le personnel scientifique
du MNATP/Mucem (1968-2008)

20130478

Documents produits dans le cadre des séminaires, colloques et des relations du MNATP avec les institutions françaises et étrangères
(1970-2007)

Fonds privés

690AP

Fonds Georges Henri Rivière (1897-1985)

20130452

Fonds Marcel Maget : dossier personnel, enquêtes et enseignement
(1902-1993)

Haut de page

Notes

1 Voir dans ce dossier les contributions de François Gasnault et celle de Florence Neveux.

2 Voir dans ce dossier la contribution de Martine Sin Blima-Barru.

3 Voir dans ce dossier la contribution de Marie-Barbara Le Gonidec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Riviale, « Des Sablons à Pierrefitte, du Musée aux Archives », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4020

Haut de page

Auteur

Pascal Riviale

Chargé d’études documentaires aux Archives nationales depuis 2008, Pascal Riviale est responsable des fonds d’archives Patrimoine au sein du département Éducation, Culture, Affaires sociales. Docteur en histoire, il travaille également sur l’histoire des voyages en Amérique latine et l’histoire des collections américanistes dans les musées français. Il est chercheur associé au centre EREA du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, UMR 7186 CNRS) de l’université Paris Nanterre et est membre associé de l’institut français d’Études andines.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page