Navigation – Plan du site
Dossier « Les archives de l’ethnomusicologie en France : le cas du MNATP et du MH »
Versement et traitement des fonds : les ressources deviennent-elles nécessairement des archives ?

Les « archives sonores » du CNRS et du musée de l’Homme

Retour sur un ensemble documentaire emblématique et enjeux actuels
Aude Julien Da Cruz Lima
p. 60-85

Résumés

Déménagé en 2009, le centre de recherche en Ethnomusicologie, rattaché au laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative basé à l’université de Nanterre, conserve les archives historiques de l’ancien département du musée de l’Homme, fondé par André Schaeffner en 1929. Dix ans après le déménagement, l’autrice dresse ici un bilan. Évoquant les modalités de la constitution d’un fonds d’une grande diversité qui, autour des enregistrements des ethnomusicologues, témoigne des activités d’une discipline pourvoyeuse d’archives qu’elles soient scientifiques ou administratives. Elle décrit la composition de cet ensemble historique qui continue de s’enrichir et de s’actualiser, évoque les questions soulevées suite à la séparation du CNRS et du musée qui reste en partie propriétaire des archives et celles liées à la conservation des documents au sein d’une université dont ce n’est pas directement la vocation. Elle nous informe de l’état d’avancement du traitement de ces fonds sonores et documentaires tant rétroactif que courant (inventaire, catalogage, numérisation, mise en ligne) opéré grâce à de nombreux partenariats.

The ‘‘Centre for Research in Ethnomusicology’’, attached to the Laboratory of Ethnology and Comparative Sociology (University of Paris Nanterre), which moved to the University of Paris Nanterre in 2009, preserves the historical archives of the former department of the Museum of Man (musée de l’Homme, Paris), founded by André Schaeffner in 1929. Ten years after the relocation, the author reviews the present state of the operations and and discusses the modalities of the constitution of this particularly rich and varied collection of documents, with its recordings reflecting the activities of a discipline based on the constitution of archives, whether scientific or administrative. The author also describes the growth of this historical collection which continues to develop, evokes the questions raised following the separation of the CNRS and the museum which remains part-owner of the archives and the questions linked to their conservation by a university which does not have the same vocation. Finaly, the paper informs us about the progress in processing these historical archives, both retroactively and at the present time (inventory, cataloguing, digitization, on-line publishing) carried out thanks to numerous partnerships.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous avons fait le choix de conserver les guillemets pour présenter les « archives sonores » comme (...)
  • 2 Il s’agit de l’UPN ou UPX, Université de Paris Nanterre. Nous dirons simplement ici Université de N (...)
  • 3 Unité mixte de recherche 7186 du CNRS et de l’université de Nanterre.
  • 4 Le MET est devenu musée de l’Homme en 1937.

1Les « archives sonores »1 constituées par le musée de l’Homme (MH), le CNRS et plus récemment l’université de Nanterre2, sont gérées par le centre de recherche en Ethnomusicologie (CREM) rattaché au laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative (LESC)3. Constituées dès 1932 au musée d’Ethnographie du Trocadéro (MET)4, ces archives regroupent des enregistrements majeurs de la discipline issus de recherches de terrain effectuées par des spécialistes ou de publications phonographiques de référence, couvrant l’ensemble du monde depuis le début du xxe siècle. Elles sont emblématiques et internationalement renommées.

  • 5 André Schaeffner (1895-1980), anthropologue et ethnomusicologue français, entré au CNRS en 1941.
  • 6 Madeleine Leclair, « Les collections d’instruments de musique au futur musée du quai Branly », Cahi (...)
  • 7 Gilbert Rouget (1916-2017) ethnomusicologue français, directeur de recherche au CNRS.
  • 8 Voir le blog de Bernard Lortat-Jacob http://www.lortajablog.fr/orientations/2-plus-que-la-musique

2À la fin de l’été 2009, le CREM quittait le Palais de Chaillot pour s’installer sur le campus universitaire de Nanterre alors que d’importants travaux de rénovation étaient entrepris au MH, jusqu’à sa réouverture au public en 2015. Les « archives sonores » quittaient donc le quartier du Trocadéro, où André Schaeffner5 avait initié, quatre-vingts ans auparavant, cette formidable entreprise : une phonothèque de musiques du monde entier. Ce déménagement, qui suivait de peu celui des instruments de musique conservés depuis au musée du quai Branly Jacques Chirac (MQB, 2003-2004)6 et au musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem, 2006), a permis de prendre la mesure de la dimension multimédia de ces « archives sonores ». En clin d’œil à la célèbre formule de l’ethnomusicologue Gilbert Rouget7 (« La musique, c’est bien plus que la musique »8), les « archives sonores » dont il va être question ici sont « bien plus que des archives sonores ».

  • 9 Pribislav Pitoëff, « Du cylindre au disque compact. Les archives sonores du musée de l’Homme (Paris (...)
  • 10 Voir le site http://naissanceethnologie.fr et Brice Gérard, Brice Gérard, Histoire de l’ethnomusico (...)
  • 11 Gilbert Rouget, « Le Département d’ethnomusicologie du musée de l’Homme », L’Homme, 2004, 171-172, (...)

3Portant essentiellement sur les musiques et productions sonores dont l’ethnomusicologie a fait son objet d’étude, et réparties sur plusieurs milliers de supports de toute nature (du cylindre de cire au fichier numérique)9, elles sont indissociables de l’ensemble documentaire constitué parallèlement au MET dès la naissance de la discipline à la fin des années 192010. Parmi elles, les archives institutionnelles, indispensables à l’administration et à l’élaboration des savoirs, mais aussi la bibliothèque qui participe des outils scientifiques de l’équipe de recherche. L’appellation « archives sonores » recouvre de fait une grande diversité de documents produits ou rassemblés par les membres du département d’ethnomusicologie et de l’équipe de recherche, en complément de la collection d’instruments de musique11 (fig. 1).

Fig. 1 - La réserve des instruments de musique en 2004 (les instruments européens en attente d’être déménagés au Mucem, les autres ont déjà intégré le MQB).

Agrandir

Ph. M.-B. Le Gonidec.

4Nous ferons ici l’état des lieux de ce fonds sonore constitué depuis neuf décennies par des spécialistes de la discipline ; nous parcourrons l’histoire de sa constitution en prenant en compte les partenaires historiques qui ont participé à sa création jusqu’aux nouvelles acquisitions de collections depuis 2009 ; enfin nous présenterons les modalités de traitement et de valorisation de ces « archives sonores ».

Une hétérogénéité source de richesse mais aussi de complexité

5Pour appréhender les contenus de ces collections sonores, la prise en compte des acteurs est essentielle : chercheurs, doctorants, ingénieurs et techniciens, ils sont nombreux ceux qui ont travaillé sous des tutelles multiples depuis les quatre-vingt-dix ans de la création du fonds, lui conférant une cohérence organique qui le structure de nos jours encore.

  • 12 Le lecteur intéressé peut consulter la frise de présentation historique et institutionnelle de l'éq (...)
  • 13 Les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données de ce fonds ne sont pas abordées (...)

6L’équipe a été créée en 1929 par André Schaeffner au département d’organologie du musée d’ethnographie du Trocadéro devenu celui d’ethnologie musicale puis d’ethnomusicologie du MH. Gilbert Rouget, assistant de Schaeffner dès le début des années 1940, a permis de consolider l’équipe. Le CNRS soutient financièrement les activités de l’équipe dès les années 1940 et va permettre dans les années 1960 la mise en place d’une équipe de recherche en ethnomusicologie (RCP 178 en 1968 puis UPR 165 en 1974) et d’un studio audiovisuel. Devenue unité mixte de recherche (UMR) en 1993, le nouveau Laboratoire d’ethnomusicologie, dont l’équipe était intrinsèquement liée au MH qui l’hébergeait et le soutenait financièrement, est placé sous la co-tutelle de l’université de Nanterre, formalisant ainsi les liens effectifs entre l’équipe de recherche et le département d’ethnologie. Cette équipe choisit en 2007 d’intégrer le LESC et prend le nom de centre de recherche en Ethnomusicologie (CREM)12. La diversité des entités administratives diversement impliquées au fil du temps, aux pratiques et aux objectifs parfois divergents, peut rendre difficile la lecture des appartenances administratives et du recouvrement des archives13. Cette difficulté se retrouve dans les manières différentes de nommer le fonds au fil du temps : phonothèque, collections, archives, patrimoine culturel (immatériel, mondial, des populations d’origine), patrimoine scientifique, données de la recherche (ou de recherche)… De même, l’appellation institutionnelle est sujette à variation chronologique : « archives sonores » du MH, du CNRS-musée de l’Homme ou du CREM. Le terme même d’« archives » peut être questionné. Les enregistrements inédits les plus anciens, s’ils sont devenus « historiques » parce qu’ils renvoient à une époque qui n’est plus la nôtre, constituent pourtant un ensemble resté vivant, qui s’enrichit sans cesse de documents anciens et contemporains.

7Pour mieux appréhender ce fonds, nous nous proposons de présenter tout d’abord l’ensemble des ressources documentaires en les répartissant en trois sous-ensembles complémentaires : (1) la bibliothèque de recherche ; (2) les enregistrements sonores et audiovisuels et leur documentation ; (3) les documents institutionnels à caractère administratif et scientifique. Puis nous reviendrons sur l’année 2009, étape clé pour la nouvelle organisation des collections sonores avant de conclure sur les perspectives que le numérique fait naître pour la diffusion de ce fonds qui a soufflé ses 87 bougies cette année.

La bibliothèque de recherche

  • 14 Voir dans ce dossier la contribution de Thomas Henry.

8Elle se compose d’un fonds général de publications (ouvrages, périodiques, tirés-à-part) et des travaux de recherche ou littérature grise. Nombre d’entre eux comprennent des documents sonores et audiovisuels dits encartés qui sont intégrés dans les « archives sonores ». Beaucoup sont associés à la vie du laboratoire ou encore découverts au cours des différents déménagements, comme les catalogues d’anciens éditeurs de disque14, d’un grand intérêt pour les collectionneurs de 78 tours.

9Suite à son installation à Nanterre, le CREM a entrepris le récolement de la bibliothèque et l’informatisation du catalogue. La bibliothèque dispose ainsi depuis 2013 d’un catalogue en ligne, couvrant à ce jour la quasi-totalité du fonds général (hors tirés-à-part, dont l’inventaire informatisé sera prochainement importé dans le catalogue en ligne) et des fonds spéciaux (hors catalogues anciens d’éditeurs de disque, en cours d’inventaire). Les 70 mètres linéaires concernés ont rejoint en mars 2019 la bibliothèque Éric de Dampierre du LESC, sise à la Maison Archéologie et Ethnologie (MAE qui deviendra la MSH Mondes en 2020). La fusion des catalogues des deux bibliothèques, celle du CREM et celle du LESC (utilisant le logiciel libre KOHA) est envisagée, ainsi que la mise en commun des référentiels d’indexation (entités nommées, termes géographiques et organologiques, sujets anthropologiques, etc.) et le catalogue continue de s’enrichir.

Les « archives sonores » : les collections et leur documentation

10Le deuxième sous-ensemble est celui des enregistrements et de leur indissociable documentation. Ces « archives sonores », comprenant des éléments sonores et audiovisuels mais aussi textuels et iconographiques, recouvrent un ensemble très hétérogène, réunissant des documents qui ne relèvent pas uniquement des archives et qui ne sont pas uniquement sonores…

Les collections

  • 15 Elaine Beaumont, Le traitement documentaires des archives sonores CNRS-musée de l’Homme (1932-2014) (...)

11Au sein de l’équipe, le terme « collections » était communément utilisé par les ethnomusicologues pour désigner les « archives sonores de la phonothèque », sur le modèle des autres collections du département, les instruments de musique et les objets sonores, placées sous la responsabilité d’un enseignant-chercheur du MNHN (muséum national d’histoire naturelle dont le MH dépend) et responsable du département. Cette dénomination « collection » a été intégrée dans le système de description des enregistrements sonores de terrain dans les années 1960 et s’est étendue aux documents édités15 ce qui explique la permanence de ce vocabulaire muséal aujourd’hui.

Les enquêtes de terrain

12Les collections les plus emblématiques sont évidemment les matériaux de terrain collectés depuis le début du xxe siècle dans le monde entier (excepté le domaine français confié au MNATP), tout d’abord sur cylindres de cire puis sur disques à gravure directe, sur bandes magnétiques et autres supports analogiques, puis numériques. Les premiers supports référencés sont décrits dans un inventaire partiellement mis en ligne publié en 1993 par Pribislav Pitoëff16, qu’il s’agisse des séries de 78 tours, exemplaires de diffusion des enregistrements sonores effectués lors de l’Exposition coloniale à Paris en 1931, entrés dans l’inventaire en 1932, ou les cylindres gravés dans le cadre de la mission Dakar-Djibouti conduite entre 1931 et 1933. Alors que le son a prédominé dans l’entre-deux-guerres, aujourd’hui, les nouvelles collectes font entrer en majorité des documents audiovisuels, captés dans le monde entier. L’axe central est celui des musiques de tradition orale ou écrite extra-occidentale et de façon moindre, la littérature orale (contes, récits, poésies, etc.), les entretiens ethnographiques et linguistiques, les ambiances sonores d’activités anthropiques en milieu rural et urbain, et naturelles (faune et éléments naturels).

  • 17 C’est notamment pour traiter ces documents, qu’en 1934 Claudie Marcel-Dubois est recrutée pour assi (...)

13À cela s’ajoutent les éditions phonographiques (dont les productions du Laboratoire) issues de maisons d’éditions (près de 6 000 références) car les disques ont représenté la grande majorité des acquisitions durant les années 1930 et 194017. La plupart de ces éditions commerciales (78 tours, 33 tours, 45 tours, cassettes, CD puis DVD) ont la particularité d’être accompagnées d’éléments imprimés.

Les publications phonographiques du musée

  • 18 Ethnomusicologue franco-suisse né en 1937, Hugo Zemp est spécialiste des îles Salomon. Il a travail (...)

14La collection phonographique du MH a été créée en 1946 par Gilbert Rouget qui l’a dirigée jusqu’en 1990 où Hugo Zemp18 a pris sa suite, jusqu’en 2001 en co-édition avec le CNRS. Elle couvre les traditions musicales du monde et se présente en trois sous-ensembles, par types de phonogrammes dont le CREM conserve les matrices et les bandes master. Les disques 78 tours se sont déployés sur 10 éditions (représentant 111 supports) entre 1946 et 1954 sous l’étiquette MH ou avec les éditions Boîte à Musique (BAM), Pathé Marconi et Africavox (voir la fig. 3 dans la contribution de Joséphine Simonnot). Les disques microsillons (33 et 45 tours) comptent une centaine de références publiées entre 1954 et 1987 avec plusieurs éditeurs : Vogue (Contrepoint) (fig. 2 et 3), BAM, Le Chant du Monde et différentes institutions culturelles et scientifiques : Peabody Museum, IFAN, etc. Les disques compacts représentent 37 références publiées entre 1988 et 2001 avec les éditions Le Chant du Monde, comprenant certaines rééditions, souvent augmentées, des disques microsillons et trois anthologies dédiées respectivement aux instruments de musique, à la voix et à la danse.

Fig. 2 - Recto du catalogue Vogue proposant les vinyles du CNRS-Musée de l’Homme.

Agrandir

Voir https://archives.crem-CNRS.fr/archives/corpus/CNRSMH_Editions_002/

Fig. 3 - Verso du catalogue Vogue proposant les vinyles du CNRS-Musée de l’Homme.

Agrandir

Voir https://archives.crem-CNRS.fr/archives/corpus/CNRSMH_Editions_002/

La documentation attachée aux différentes collections

  • 19 À propos de cette documentation voir, Julia Navarro Coll, « L’image anacrouse 1900-1940 », Sonorité (...)

15La documentation qui se rapporte aux enregistrements inédits ou édités est entendue au sens muséographique (équivalent des « dossiers d’œuvre » dans les musées, appelés « dossiers techniques », DT, au MH). Pour les supports édités orignaux, il s’agit d’éléments textuels (la rondelle centrale collée sur le disque, la pochette19, le livret glissé dans la pochette, le coffret, la boîte du disque), de textes, en différentes langues qui contextualisent les musiques enregistrées avec parfois une riche et instructive iconographie (photographies, cartes, schémas, notations, etc.).

16Pour les enregistrements inédits, la documentation est inégale. Il s’agit a minima d’informations, le plus souvent manuscrites, inscrites sur le boîtier des bandes magnétiques ou de la cassette analogique puis DAT, ou sur un ou des feuillets glissés dans le boîtier, ou alors, simplement écrites sur l’étiquette du support. Un dossier technique (DT) accompagne parfois le support ou la collection qui peut présenter différents types de documents manuscrits ou dactylographiés (modalités d’acquisition, inventaire remis par le chercheur avec les enregistrements, carnets, notes, analyses, transcriptions, photographies, dessins, correspondance, etc.). Quant à la documentation liée directement aux enquêtes de terrain, elle est relativement peu importante dans le fonds (neuf boîtes d’archives), parce qu’elle a été conservée par les chercheurs ou déposée dans d’autres institutions.

  • 20 Tiziana Beltrame, Ethnographie de la patrimonialisation : numériser, inventorier et classer la coll (...)
  • 21 Marcel Mauss (1872-1950) est considéré comme le fondateur de l'anthropologie française.

17Les inventaires et les catalogues constituent enfin une documentation précieuse qui permet de comprendre comment celles-ci se sont constituées. Tout d’abord onze registres organisent le fonds par types de supports, notamment les disques pressés (4 vol. tenus depuis 1932), les disques à gravure directe (1 vol. tenu depuis les années 1930), les bandes magnétiques (2 vol. tenus depuis les années 1950), les cylindres (1 vol. tenu rétroactivement). Un premier meuble à tiroirs en bois, dédié aux édités, permettant un classement des fiches au format « carte » a été conservé. Les premières fiches remontent aux années 1930, elles sont organisées sur le modèle de la fiche à 10 points du MET20 modèle lui-même basé sur le protocole méthodologique de Marcel Mauss21.

  • 22 Ce fichier inclut un traitement rétroactif des premières collections sur bandes déposées depuis 195 (...)
  • 23 Gilbert Rouget, « Présentation d’une RCP, Ethnomusicologie et littérature orale du monde non França (...)

18Un autre fichier, créé dans les années 196022, donne accès à 9 000 fiches de description (format A5) documentant plus de 700 collections d’enregistrements sonores inédits enregistrés pour la plupart sur bandes magnétiques (fig. 4). Les fiches sont organisées sur deux niveaux de description : collection/pièces ; elles ont été pensées au moment de la RCP n° 178 (Recherche Coopérative sur Programme) mise en place en 1968 par Gilbert Rouget sur les questions d’archivage des documents d’ethnomusicologie dont l’un des objectifs était d’encourager les chercheurs de toutes disciplines et de différents pays à déposer leurs archives dans ce « fonds commun de la recherche »23. L’ensemble des fiches de pièces (près de 8 000) ont été numérisées grâce à un financement du Labex Les passés dans le présent, dans le cadre du projet Les sources de l’ethnomusicologie et les informations présentes sur ces fiches papier font l’objet d’une reprise dans la base de données informatisée (depuis les années 1990).

Fig. 4 - Fiche descriptive tapuscrite telle qu’elles se faisaient avant la numérisation de la documentation (ici renseignée par Mireille Helffer relatif à un de ses enregistrements faits en 1983 et inventoriés en 1989, année du dépôt de ses fonds par la chercheuse).

Agrandir

Scan du document original.

Modalités d’acquisition des collections

  • 24 Institutions principales : le musée de l’Homme, du CNRS, de différentes universités dont celle de N (...)
  • 25 Op. cit. p. 70 et suivantes.

19La majorité des matériaux de terrain a été collectée lors de missions scientifiques effectuées par des chercheurs et étudiants d’institutions françaises24, mais proviennent aussi de chercheurs et d’institutions étrangères sous sa forme originale ou sous celle de copies intégrales ou partielles, résultant d’une sélection opérée généralement par le collecteur ou le déposant. En ce qui concerne les modalités d’acquisition des éditions phonographiques (achat, échange, don), elles ont été bien décrites dans la publication de Brice Gérard25 qui rend bien compte de l’activité de la phonothèque à l’époque d’André Schaeffner.

Types de supports, conservation et numérisation

20Les enregistrements sonores et audiovisuels inédits sont présents sous quasiment la totalité des supports et de formats, analogiques et numériques. Au début des années 2000, P. Pitoëff dressait un inventaire chiffré par supports : « six cents cylindres, deux cents disques en gravure directe, deux mille trois cents disques 78 tours, deux mille cent disques microsillons, quatre mille cinq cents bandes magnétiques et deux cents disques compacts »26. Aujourd’hui les formats nativement numériques ainsi que des fichiers issus de transfert et de numérisation, selon différentes versions avec une grande diversité de formats d’encodage et de résolutions spécifique au son et à la vidéo, posent de nouvelles questions de conservation ou de diffusion. Une concertation est engagée depuis 2018 entre le LESC, les archives du CNRS (SC2D-Idf27) et les Archives nationales. La gestion de ces supports ne pourrait se faire sans le parc matériel diversifié et historique du CREM. Une partie est d’ailleurs exposée dans une vitrine sur le site de Nanterre. La numérisation des supports dégradés est effectuée en interne au CREM, par Joséphine Simonnot qui est amenée à travailler en collaboration avec des experts comme Henri Chamoux membre du LARHA28 ou avec l’équipe du LAM (Lutheries-Acoustique-Musique) de l’institut Jean le Rond d’Alembert (Sorbonne université - CNRS).

  • 29 L’installation des archives sur le campus de Nanterre s’est faite de manière progressive : dans des (...)

21Il faut enfin signaler que le déménagement du fonds du CREM au sein du bâtiment Max Weber en 201629 a été l’occasion d’opérer le reconditionnement de l’ensemble des documents édités avec du matériel adéquat.

Archives institutionnelles à caractère scientifique et administratif

22Ces archives émanent directement du MH et du MNHN depuis les années 1930 (et précédemment du MET), du CNRS depuis les années 1940 et de l’université de Nanterre depuis les années 1990. Elles représentent un grand intérêt pour l’histoire et l’épistémologie de la recherche et de la discipline, au niveau national et international. Une partie de ces documents est directement liée à la gestion de la phonothèque et présente les documents classiques, relevant de la propriété des supports ou du matériel et de la gestion du personnel qui a participé à son traitement, mais aussi les différents rapports d’activités de l’équipe. S’y ajoutent des archives plus historiques comme celles de la collection phonographique du MH et du CNRS, initiée dès les années 1940. La cohérence du recouvrement des archives institutionnelles avec les « archives sonores » reste encore à étudier.

Le déménagement de 2009, une rupture

23Le départ du MH a soulevé un certain nombre de questions qui ne se posaient pas tant que les trois ensembles décrits ci-dessus se trouvaient réunis dans un lieu commun aux principaux partenaires. Une convention portant sur les archives sonores existait dès 1985 entre le CNRS et le MNHN et nécessitait une mise à jour. Le déménagement a soulevé des questions pragmatiques : « qui possède quoi ? qui prend quoi ? qui fait quoi ? » auxquelles les partenaires ont répondu par un compromis.

24Le périmètre de copropriété défini en 2009 par les partenaires (sachant qu’il est actuellement en cours de révision entre les deux parties) a été le suivant : les 78 tours édités, acquis pour la plupart avant l’existence formelle de l’équipe CNRS, sont devenus la propriété du MNHN tandis que la bibliothèque de recherche devenait celle du CNRS. S’appuyant sur la convention de 1985, la copropriété CNRS-MNHN sur les archives sonores (hors 78 tours édités que l’on vient d’évoquer) et la documentation des collections ont été reconduites et leur gestion, confiée au CREM. La conservation des documents matériels relatifs à la documentation des collections a été répartie entre le MNHN (bibliothèque centrale, site du jardin des plantes) et le CREM (Nanterre). Cette répartition des documents non sonores s’accompagnait de la décision commune de procéder à leur traitement et numérisation afin de mettre à disposition du copropriétaire les instruments de recherches sous une version numérique. Quant aux archives institutionnelles concernant le MNHN, elles n’ont pas été clairement identifiées en 2009, à l’exception des archives Schaeffner, et ont été réparties, par conséquent, entre les deux partenaires selon la délicate distinction institutionnelle/scientifique.

  • 30 Cette photographie donne une idée générale de l’organisation des salles partagées par toute l’équip (...)

25En ce qui concerne la conservation physique des supports phonographiques restés ou non en copropriété, un nouveau partenaire était indispensable. Les locaux disponibles à l’université de Nanterre n’étaient pas adaptés à la conservation des enregistrements originaux, en particuliers ceux issus de terrain anciens. Quant au MNHN, il avait toujours laissé ces biens à l’équipe du CNRS pourvue à l’époque de deux phonothécaires (Pribislav Pitoëff et Tran Quang Hai) et d’un ingénieur spécialisé dans le traitement du son (Jean Schwartz puis Joséphine Simonnot). Le MNHN n’ayant pas la possibilité, en termes de ressources ou de locaux, de les conserver, ce déménagement a donc été l’occasion de chercher une solution adaptée à la conservation des collections sonores avec leurs spécificités cela d’autant plus que le département (fig. 5)30 qui hébergeait le laboratoire était étroit, peu adapté à la conservation des documents sonores et à leur numérisation.

Fig. 5 - Vue de la « salle de travail » du département d’ethnomusicologie du musée de l’Homme en 2005, à l’arrivée du personnel du Mucem pour le transfert des instruments européens. On voit au fond à droite le meuble à tiroir qui contenait les fiches d’inventaire des collections sonores. Au premier plan et sur le mur du fond, des meubles-vitrines pour les instruments. De part et d’autre du meuble du fond, les portes pour l’accès aux deux bureaux (à gauche celui des chercheurs et la bibliothèque, et à droite, celui des phonothécaires). On voit aussi sur le mur à droite, un certain nombre de pochettes des vinyles édités par le CNRS-Musée de l’Homme. Cette salle, où chacun se croisait, personnel et visiteurs, et où se tenait le séminaire de l’équipe, se voulait accueillante (la lumière traversante y contribuait autant que les meubles vitrines qui fascinaient les visiteurs) et représentative de l’activité des chercheurs CNRS et de la chargée des collections, maîtresse de conférences au MNHN.

Agrandir

Ph. M.-B. Le Gonidec.

26Le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France a été proposé par le MNHN comme partenaire pour la conservation des supports analogiques en copropriété, hors disques édités (fig. 6). Ce partenariat s’explique non seulement par l’expertise de la BnF mais aussi par son implication déjà effective comme collaborateur scientifique, puisqu’un programme de recherche de la BnF avait été initié en 2003 sur les fonds sonores de collectes de terrain en ethnomusicologie. En plus des conditions de conservations optimales, ce nouveau partenariat apportait une offre de numérisation des supports analogiques, et disposait de l’infrastructure adéquate pour la conservation des versions numériques. Le dépôt à la BnF a également permis d’envisager le référencement des documents selon les normes archivistiques et bibliographiques dans les catalogues de l’établissement. Une convention juridique tripartite entre la BnF, le CNRS et le MNHN a formalisé en 2009 cet accord, accompagnée d’une annexe détaillant les documents en copropriété déménagés à la BnF en septembre 2009. Un récolement des supports analogiques, ainsi qu’un inventaire des dossiers techniques ont été établis par Audrey Viault, supervisée par Pascal Cordereix.

Fig. 6 - Les rayonnages contenant les bandes magnétiques du CREM-LESC à la Bibliothèque nationale de France qui les conserve désormais dans le cadre d’un partenariat entre les deux institutions.

Agrandir

Ph. A. Viault.

  • 31 Voir dans ce dossier la contribution de Joséphine Simonnot.

27Depuis le déménagement du MH en septembre 2009, les supports sonores des collections inédites (cylindres, 78 tours à gravure directe, bandes magnétiques, DAT et leurs versions numérisées sur CD audio) sont donc, dans leur grande majorité, déposés au département de l’audiovisuel de la BnF (site Tolbiac). Si la consultation des versions numérisées des collections sera envisageable dans les espaces de recherche de la bibliothèque, une fois le référencement opéré dans le catalogue de l’institution, c’est actuellement le CREM qui assure l’accès aux enregistrements numérisés, à Nanterre et via la plateforme en ligne Telemeta31. Le CREM conserve, dans ses locaux actuels, les versions numériques, sur CD et disques durs, des collections inédites. Il conserve aussi les documents sonores non inventoriés que le déménagement a mis au jour et qu’il convient d’identifier, ainsi que les acquisitions inédites effectuées depuis 2009 (plus de 1 000 supports analogiques), en attendant leur transfert à la BnF.

28Pour ce qui est des documents édités, seuls les 78 tours originaux sont conservés à la BnF où la consultation n’est pas possible. Les doublons et les disques non inventoriés dans ce format sont conservés au CREM. Ce dernier conserve aussi l’ensemble des autres documents édités : microsillons (45 et 33 tours), cassettes, CD, cassettes VHS, DVD. En lien avec son passé d’éditeur, l’équipe conserve également les matrices des disques 78 tours et microsillons édités dans la collection musée de l’Homme-CNRS. Ces supports, particulièrement lourds, sont conservées depuis 2016 dans les sous-sols de l’université de Nanterre en collaboration avec le service des archives, en prévision d’un possible transfert à la BnF. Par ailleurs, la conservation des documents matériels relatifs à la documentation des collections, initialement répartis en 2009 entre le MNHN et le CNRS, est en cours de rassemblement au CREM à Nanterre, notamment les dossiers techniques. L’annexe 1 donne la répartition de la conservation des éléments du fonds.

Enrichissement et perspectives depuis 2009

Un enrichissement constant et massif, dans un contexte de partenariats

292009 est donc une date centrale à partir de laquelle se sont ouverts de nouveaux partenariats et collaborations scientifiques. Grâce au partenariat initié avec la BnF, la numérisation des supports analogiques qui y sont conservés a été poursuivie. L’accord-cadre du ministère de la Culture a notamment permis un renforcement des moyens humains pour le traitement de l’ensemble du fonds (bibliothèque, archives sonores et archives institutionnelles) en priorité sur les activités documentaires et audiovisuelles. Le soutien financier du ministère de la Culture permet également la maintenance de l’infrastructure technique et son évolution mise en œuvre au CREM avec le CNRS pour le stockage sécurisé des données numériques et l’hébergement de la base de données. En effet, depuis mai 2011, le traitement documentaire s’appuie sur un nouvel outil pour la gestion des enregistrements sonores, permettant, pour la première fois, la diffusion en ligne de ces « archives sonores » : la plateforme web open source Telemeta. L’accès en ligne aux contenus sonores et à leur description (les métadonnées) a engendré de nouvelles sollicitations se traduisant par la participation du CREM à de nombreux projets de recherche ou de valorisation du patrimoine : Europeana Sounds, DIADEMS (voir plus bas), Labex Les passés dans le Présent, etc. Ces projets ont également impacté les priorités de traitement en privilégiant les enregistrements libres de droit (principalement les plus anciens, inédits ou édités) ou disposant d’autorisation de diffusion, ainsi que certaines collections de disques édités.

30Sur les dix dernières années, les « archives sonores » se sont enrichies de plus de 400 collections d’enregistrements inédits (sur les 1 400 actuelles) et de plus de 1 000 collections éditées (sur les 5 600 inventoriées à ce jour), sans compter les supports déposés et non encore inventoriés. La base de données s’est enrichie de près de 50 000 fiches documentaires (représentant un triplement des fiches). Le volume de données mis en ligne est passé de 1 à 4 téraoctet. La consultation des enregistrements est désormais facilitée grâce à l’ajout de deux niveaux de description hiérarchisés permettant la contextualisation des collections (conseillée par Véronique Ginouvès lors de la conception de la plateforme Telemeta). Il s’agit de deux niveaux « supérieurs », inspirés de la description archivistique, permettant de regrouper les collections en dossiers thématiques appelés « corpus », ceux-ci étant eux-mêmes regroupés en « fonds », principalement dédiés à une personnalité (un collecteur) ou autour d’une thématique selon un ensemble cohérent constitué a posteriori des dépôts (dans ce sens, cet usage est à différencier du fonds « organique » propre à l’archivistique). Les enregistrements de terrain d’un chercheur peuvent ainsi être regroupés avec les publications phonographiques. Cette nouvelle structuration compte à ce jour 130 fonds et plus de 400 corpus qui améliorent significativement l’entrée dans les archives sonores. Cette approche facilite notamment la compréhension des collections inédites présentées par « producteurs ».

Les collections inédites

31Proposer une synthèse de l’enrichissement effectué après 2009 sur les collections inédites est un exercice particulièrement difficile ; d’une part, du fait de l’accroissement des collections (près de 30 % en 10 ans) ; d’autre part, du fait du traitement massif, à la fois courant et rétroactif, que ce soit au niveau de la documentation, de la numérisation et du séquençage et de la mise en ligne (plus de 41 000 fichiers à ce jour). Au-delà de l’enrichissement lui-même, c’est la présentation de ce bilan qui est complexe, selon que l’on s’intéresse à la provenance des dépôts (identification et statut des collecteurs), à l’origine géographique et aux périodes de collectes des enregistrements, aux thématiques de recherche ou contextes de production ou de traitement (sur projets) par exemple. La présentation qui suit est donc nécessairement sélective, avec toutefois une visée représentative.

Inédits nouveaux dépôts

  • 32 Depuis 2019, une vingtaine de chercheurs a ainsi déposé ces collections datant des années 1970 à no (...)

32L’enrichissement de nouvelles collections est, nous le rappelons, principalement le fait des dépôts qu’il s’agisse des membres du CREM ou de ses membres associés32 ou des membres de l’ancien laboratoire d’ethnomusicologie qui ont poursuivi, après 2009, le dépôt de leurs enregistrements (voir ex. annexe 2.2) mais il est aussi ouvert aux dépôts privés d’enregistrements d’intérêt pour la recherche. Certaines collaborations permettent de repérer des pans de collections dispersées comme le fonds Rouget dont les collections ont été traitées en lien avec le MQB, dépositaire de la majeure partie du fonds inédit. Cette collaboration a permis de compléter et de finaliser le traitement et la mise en ligne de l’ensemble des enregistrements de terrain collectés par ce chercheur de 1946 à 1987 en Afrique.

Inédits Rétroactif

33Concernant les quelque 1 000 collections inédites déposées avant le déménagement, plus de 500 sont numérisées et consultables en lignes à ce jour. La moitié des collections en ligne à ce jour est constituée d’enregistrements effectués avant 1963, année de césure juridique dans les pays de l’Union européenne pour la diffusion publique en ligne des enregistrements sonores soumis uniquement aux droits voisins du droit d’auteur. Il s’agit de collections historiques (voir l’annexe 3.1) sur cylindres ou sur disques à gravure directe et sur fils magnétiques. Les documents analogiques constituent la majorité dans les collections inédites (plus de 5 000 supports), bandes et cassettes ayant été utilisées du début des années 1950 jusqu’au milieu des années 1990, sur le terrain ou au musée pour des copies. À ce jour, la numérisation progressive initiée depuis la fin des années 1990 couvre 90 % des supports analogiques magnétiques. La BnF a pris le relais depuis 2012 avec 1 800 supports numérisés, soit 30 %. Il reste plus de 600 supports analogiques conservés à la BnF à numériser. La majorité des bandes enregistrées avant 1980 sont numérisées. En ce qui concerne le traitement documentaire de ces collections numérisées, il reste 1 200 supports à traiter afin de permettre leur consultation en ligne. Le travail opéré ces dix dernières années sur le « rétroactif » a permis d’effectuer la mise en ligne sur la plateforme Telemeta de certaines collections déposées par des membres de l’équipe avant 2009, collections qu’ils avaient pu documenter intégralement ou partiellement avant cette année-là (voir l’annexe 3.2, et pour le traitement des collections antérieures à 2009, voir les annexes 3.3 et 3.4).

Les collections éditées

Le catalogage rétroactif des documents édités

  • 33 La collection de Charles Wolff (1904-1944), amateur de disques de musiques traditionnelles et résis (...)
  • 34 La documentation de cette collection a été enrichie par les travaux de Jessica de Largy Healy.

34L’ensemble des 78 tours est désormais catalogué dans la base de données, signalant près de 2 000 références. Si la numérisation des disques édités n’est pas prioritaire, l’existence de dépôts prenant la forme de copies sur bandes magnétiques a permis de mettre au jour des ensembles d’enregistrements édités à l’origine sur disques 78 tours, notamment un ensemble de disques de musiques d’Andalousie, ainsi qu’un ensemble provenant de la collection Wolff33. Des formats rares sont aussi numérisés en priorité comme une série sur 33 tours grands formats de musiques des populations aborigènes d’Australie et de Nouvelle Guinée (1949 et 1956)34.

35Enfin, depuis 2011, le CREM a placé en accès public l’ensemble de la collection phonographiques du MH, coéditée par la suite avec le CNRS accompagnée, lorsque cela était possible, de la documentation accompagnant les disques : rondelles, pochettes, livrets, jaquettes, riches d’éléments textuels généralement bilingues et iconographiques.

Nouvelles acquisitions

  • 35 Historien et ethnomusicologue spécialiste des musiques arabes et musulmanes, décédé en 1996, dont l (...)
  • 36 Enregistrements publiés, compilés pour le projet Corpus des mélodies du chant de Sanaa ainsi que di (...)
  • 37 Concernant les musiques de pan et de calypso, principalement sur microsillons (33 et 45 tours) et C (...)

36L’enrichissement par le biais d’achats est devenu très ponctuel et secondaire et s’effectue en complémentarité avec la médiathèque du MQB (bibliothèque associée CollEx Persée Ethnologie, anciennement Cadist). Depuis 2009, plus de 1 000 références ont été cataloguées, d’autres sont en cours d’inventaire. Des fonds particulièrement complets ou originaux sont venus toutefois enrichir les collections comme ceux de Bernard Moussali35, Jean Lambert36 ou Aurélie Helmlinger37.

37Un récolement complet a été effectué sur l’ensemble des supports encartés aux ouvrages. Certains documents, en lien direct avec les collections inédites ou de par leur rareté, ont été traités et mis en ligne (accès selon droit). Pour les monographies et les périodiques, citons les collections publiées en partenariat avec Hommes et Musiques (éditées avec le concours de la société française d’Ethnomusicologie), Les classiques africains, les éditions de la SELAF (société d’études linguistiques et anthropologiques de France) et de la société des Africanistes, certains volumes de la revue L’Homme, ainsi que l’ensemble des enregistrements accompagnant les publications des membres de l’équipe. Parmi les documents traités pour leur intérêt scientifique majeur ou leur rareté, mentionnons les enregistrements sur bandes magnétiques accompagnant la publication Folclore musical de Angola (Museu do Dundo), ainsi que les compilations sur cassette accompagnant l’ouvrage de référence Cantometrics : An Approach to the Anthropology of Music d’Alan Lomax. Le chantier sur la bibliothèque s’est accompagné du traitement et de la numérisation (toujours en cours) des sélections d’enregistrements accompagnant les thèses de doctorat et master intégrés aux collections inédites.

Perspectives : difficultés et enjeux

Propriété et répartitions depuis 2009

38Même si certaines discussions sont encore en cours, un accord a été trouvé entre les différents partenaires qui permet au CREM de travailler convenablement. L’intégration des 78 tours dans la copropriété MNHN-CNRS a été actée. La séparation des acquisitions postérieures à 2009, année de césure « symbolique », a été définie en commun accord (la tutelle officielle du MNHN s’étant interrompue avant). Les dépôts effectués à compter de 2010, quelle que soit leur période de production, ne s’intègrent pas à la copropriété avec le MNHN, fermant ainsi officiellement le fonds CNRS-MNHN à la fin de l’année 2009. Au vu de la dispersion des documents, il était devenu essentiel de réunir la documentation des collections au CREM pour faciliter le traitement des archives sonores (voir l’annexe 1). Depuis 2019, les dossiers techniques, conservés initialement à la bibliothèque centrale du MNHN, ont été transférés au CREM à Nanterre. Il reste à gérer la consultation régulière des supports conservés à la BnF : toute consultation s’accompagne d’un relevé d’information (prise de vue des boîtiers, prélèvement des éventuels documents pour enrichir la documentation des collections centralisée par le CREM) qui permet de compléter l’ensemble des informations sur site.

Le traitement documentaire

  • 38 Depuis plus de dix ans, le CREM s’est associé à la conception et au développement de la plateforme (...)

39Depuis le départ du MH, les « collections sonores » font l’objet d’un enrichissement constant, tant en terme quantitatif que qualitatif. Le traitement documentaire s’organise en lien étroit avec les opérations de numérisation et, depuis 2011, avec la mise en ligne des collections dans la plateforme Telemeta38. La gestion et l’enrichissement des collections sont, depuis fin 2017, administrés par le comité des archives, composé de quatre membres du CREM (deux ingénieurs et deux chercheurs), qui se réunit une à deux fois par mois. Le traitement systématique mis en œuvre permettra dans les prochaines années d’établir la catégorisation et la volumétrie précise des différents types de documents.

40L’un des prochains chantiers à entreprendre concerne le traitement de la documentation des collections sonores et des archives institutionnelles afin de poursuivre les inventaires, la prise en charge des nouvelles acquisitions, l’organisation de la conservation (classement et reconditionnement nécessaire). Ce chantier pourrait s’accompagner du référencement au sein d’un catalogue adapté comme CALAMES, catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur géré par l’ABES. Celui-ci est déjà utilisé par le MNHN et des équipes de recherche du consortium et du réseau Archives des ethnologues, dispositif Huma-Num, la TGIR (très grande infrastructure de recherche) des humanités numériques. Le dépôt récent au LESC des archives scientifiques et de la bibliothèque privée de Gilbert Rouget, conservées jusqu’à présent à son domicile parisien, sera l’occasion de mettre en œuvre un traitement concerté entre le CREM et la bibliothèque de Dampierre afin de recréer les liens entre les différents éléments (sonores, textuels, photographiques, inédits ou édités) et de faciliter leur consultation.

Distinguer l’inédit et l’édité et pas seulement le support…

  • 39 Voir dans ce dossier la contribution de Marie-Charlotte Calafat.

41Dans cette perspective de faciliter l’appréhension des « archives sonores », un changement majeur intervenu dans le système documentaire est à souligner : la formalisation de la distinction entre enregistrements inédits et édités. Cette distinction pertinente au musée national des Arts et Traditions populaires depuis de longues années39 n’a été utilisée pour les archives du CREM qu’à partir de 2007 et mise en place en 2011.

42Le modèle muséographique hérité du MET puis du MH jusqu’ici utilisé informait l’identifiant d’une collection par un numéro d’inventaire composé de trois séries de chiffres : année d’entrée dans les collections, ordre de la collection dans l’année, ordre de la pièce dans la collection. Cette série numérique était précédée, pour les documents sonores, d’un préfixe à deux lettres distinguant le type de support : CY pour cylindres, PY pour disques à gravure directe – en référence à Pyral, principale marque de fabrication, DI pour disque, BM pour bandes magnétiques et cassettes audio. Jusqu’en 2011, l’attribution d’un numéro d’inventaire à une collection (et à ses composants physiques) s’opérait en lien avec l’inscription dans les registres d’inventaire répartis par types de supports. À compter de 2011, le préfixe relatif au type de support a été supprimé, au profit d’une lettre renseignant le statut inédit (avec un I) ou édité (avec un E), précédé d’un préfixe institutionnel commun (CNRSMH) pour indiquer la provenance et la copropriété de l’item sonore, soit CNRS et MH. Un système de conversion automatisé a été mis en place en amont pour la migration de la base de données. À partir de là, les collections pouvaient être présentées de façons distinctes. Ce processus a été l’occasion de réfléchir sur la façon de traiter les supports hybrides. En effet, si, pour une grande majorité, les disques (DI) relevaient de l’édité et les bandes magnétiques (BM) de l’inédit, des cas particuliers ont émergé qui doivent encore être précisés : les copies de disques édités sur bande magnétique, les cassettes audio commerciales, les disques pressés hors commerce et à diffusion restreinte, les enregistrements de programmes locaux radiodiffusés intégrés aux matériaux de terrains, les montages ou sélections mixtes, etc.

La question des métadonnées

  • 40 L’ancien système informatique ne permettait qu’un nombre limité de caractères, d’où le recours cour (...)

43Toujours dans cet objectif de faciliter la consultation des « archives sonores », la question de la qualité des métadonnées et de leur homogénéisation impliquera d’opérer de nombreuses modifications dans la base de données : les abréviations utilisées dans les titres40 sont à développer ; les noms de personnes à normaliser ; les fiches à enrichir par des informations complémentaires sur les formations musicales, les instruments de musique (appellations organologique et vernaculaire), les mots-clés, les genres musicaux, les expressions vocales, les ethnonymes ou les langues. Les mentions d’accès et les droits sont à préciser et à normaliser.

44Il est aussi à noter que le traitement documentaire au CREM incorpore des pratiques collaboratives ou de re-documentation des collections, menées par les chargés de documentation avec des spécialistes. Ces pratiques invitent à réfléchir sur les enjeux de la gestion de l’information et notamment de la traçabilité de l’information : comment distinguer la documentation d’origine, qui peut être lacunaire ou même erronée, fournie par le collecteur ou le déposant, de l’information enrichie, parfois corrigée, parfois anachronique, apportée par les personnes impliquées dans la documentation collaborative ? Il sera donc nécessaire de veiller à la mise en cohérence des métadonnées (redistribution et normalisation de l’information) en lien avec les évolutions et raffinements du modèle de description utilisé au CREM. Rappelons que l’équipe a particulièrement investi cette question de l’analyse documentaire des enregistrements, comme nous l’avions évoqué lors de la présentation du système de fiches. La présence de média vidéo, de thèmes de recherche relevant de l’anthropologie de la danse ou des sound studies et surtout le contexte du numérique et du web (avec le recours aux moteurs de recherche, les pratiques d’annotations temporelles, de l’intelligence artificielle et de la fouille de données) nécessitent d’adapter les méthodes, les modèles et les vocabulaires.

De la nécessité d’un comité des archives

45La priorisation des collections à traiter entre le passif et le courant nécessite un arbitrage délicat, administré depuis fin 2017 par le comité des archives. Cet arbitrage demande une organisation et une concertation soutenues afin d’équilibrer les deux chantiers. S’il est indispensable de travailler avec les chercheurs retraités ou encore en activité pour recueillir l’information documentaire qu’eux seuls connaissent, il est tout autant nécessaire de soutenir l’enrichissement des collectes contemporaines par une démarche active auprès des jeunes chercheurs et doctorants pour le dépôt et la documentation de leurs enregistrements. La contemporanéité semble donner au document moins d’importance par rapport aux collections anciennes. Les données contemporaines déposées aujourd’hui, dans le cadre des activités menées par les chercheurs et collaborateurs scientifiques du CREM dans un contexte de production numérique native, ne sont pas moins fragiles. Cette production contemporaine est déjà constitutive d’un patrimoine du futur, d’autant que la vitesse des changements sociétaux montre que chaque témoignage constitue une richesse pour les recherches de demain dans la compréhension des pratiques musicales et sonores.

Aspects juridiques et éthiques

46Parmi les différents chantiers à poursuivre, celui de la clarification et de la formalisation des aspects juridiques et éthiques est indissociable de toute volonté de mise à disposition des enregistrements, que ce soit pour leur diffusion ou leur éventuelle réutilisation. Un travail conséquent est toujours en cours afin de comprendre l’enjeu des différents dispositifs juridiques et niveaux de droit national, européen et international. Il s’agit notamment de mettre à jour et de formaliser les documents relatifs aux conditions d’accès et d’utilisation exprimées par les déposants et/ou les collecteurs, qui sont également les relais des populations d’origine dans leurs pratiques musicales et sonores. Cela permettra, dans la base de données, d’attribuer une licence appropriée à chacun des enregistrements, en se basant notamment sur le référentiel RightsStatements41 pour les données culturelles.

47Ce chantier nécessite, là encore, de faire appel à des spécialistes, principalement des juristes des services généraux des tutelles et partenaires (INSHS du CNRS, ministère de la Culture) ainsi que des chercheurs spécialisés. Le CREM peut s’appuyer sur les bonnes pratiques et publications réalisées par le collectif éthique et droit en SHS42, en lien avec le consortium Archives des ethnologues. Un projet de recherche porté par le LESC sera dédié à ces questions en lien avec les données gérées au laboratoire (ANR Anthropen, AAP Flash sur les données de la recherche). La collaboration actuelle avec des membres de l’institut des Sciences du politique (ISP) s’intéresse notamment à l’application du dispositif des œuvres orphelines pour les enregistrements sonores sous droit. Il est aussi à noter que, dans le domaine de l’anthropologie et de l’ethnomusicologie, la question de la formalisation écrite avec les personnes enregistrées sur le terrain est souvent problématique et présente le risque de ne pas répondre aux recommandations ou règlementations portées par les comités d’éthique des différentes institutions de recherche. Les étudiants en master et doctorat et les jeunes chercheurs sont sensibles à ces nouvelles exigences, dont la mise en pratique demeure cependant complexe. L’avantage est que cela permettrait de valoriser plus de contenus récents, en lien avec les pratiques de recherche actuelles, et de donner ainsi une image plus contemporaine et variée des fonds sonores ethnomusicologiques. Ces questions relatives aux usages des « archives sonores » sont d’autant plus prégnantes depuis la mise en ligne du catalogue et des enregistrements en 2011.

Le numérique

48La question de la conservation à long terme des fichiers numériques s’ajoute désormais à celle de la conservation des supports physiques sonores et audiovisuels. Une réflexion est en cours avec les différents partenaires et acteurs du domaine : MNHN, CNRS (TGIR Huma-Num - CINES, centre informatique national de l’Enseignement supérieur), BnF et Archives nationales, en lien avec le consortium Archives des ethnologues. La production de données numériques mais aussi audiovisuelles par les chercheurs et les étudiants est un nouveau défi pour le CREM. Depuis 2016, ce dernier bénéficie du renfort d’un ingénieur spécialisé du LESC, qui a permis la mise en œuvre d’une politique concertée basée sur le service Nakala de la TGIR Huma-Num.

49La question de la documentation des fichiers déposés en numérique natif demeure. Les jeunes chercheurs, de même que les anciens, ont des difficultés à accompagner le dépôt de leurs enregistrements d’une information minimale. Si, auparavant, une boîte de bande magnétique ou la jaquette d’une cassette servaient de support, même minimal mais indispensable à l’information, aujourd’hui les métadonnées sont complètement dissociées. L’information enregistrée directement par le collecteur en début ou fin de prise pour contextualiser la captation est une source essentielle pour la documentation des enregistrements, mais elle est loin d’être systématique.

50Ce contexte du numérique et du web est porteur de formidables potentialités en termes d’accès et de valorisation. Notamment grâce au référencement structuré et standardisé et le partage de vocabulaires contrôlés au sein de différents systèmes documentaires complémentaires. Ainsi le CREM peut envisager d’exposer en ligne les différents ensembles constitutifs du fonds documentaire, de les relier entre eux ainsi qu’à des fonds complémentaires : collection d’instruments gérés au MQB, archives (textuelles et iconographiques) et publications des chercheurs. Ces ressources complémentaires sont de plus en plus accessibles via les dispositifs numériques des institutions culturelles et scientifiques au niveau national et international. Le site internet À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)43 est un exemple de réalisation récente menée dans le cadre du Labex Les passés dans le présent. C’est également ce à quoi voudrait contribuer le projet Les sources de l’ethnomusicologie, initié par la BnF, le CREM et le MQB pour faciliter l’accès aux enregistrements sonores et audiovisuels de terrain conservés par les trois institutions44. Le numérique, avec les développements de l’intelligence artificielle et du big data, a aussi ouvert de nouveaux champs d’exploration et de valorisation interdisciplinaire dans le domaine dit MIR (Music Information Retrieval) grâce à des projets au niveau national et international de fouilles de données et d’indexation automatique du signal.

Conclusion

51Les « archives sonores » d’ethnomusicologie du CNRS et du MH, et plus récemment de l’université de Nanterre, constituent, avec la bibliothèque de recherche et les archives institutionnelles un fonds documentaire hétérogène et complexe, emblématique de la discipline. Le CREM qui en a la charge, travaille en collaboration étroite avec de nombreux partenaires, en particulier le MNHN, la BnF, le ministère de la Culture, la TGIR Huma-Num, pour assurer la conservation physique et numérique des captations sonores et audiovisuelles, leur traitement documentaire courant et rétroactif et leur accessibilité en ligne, ainsi que pour soutenir l’enrichissement des collections (terrains contemporains ou anciens, nouvelles thématiques, etc.). L’équipe du CREM, qui s’est vue distinguée par la remise d’un « cristal collectif » du CNRS en 2018 pour son travail innovant sur les « archives sonores », poursuit ainsi sa vocation de constituer un fonds de ressources de référence en ethnomusicologie dépassant le cadre de son audience première, la communauté scientifique.

52Constitué sur des décennies par les chercheurs du MH et du CNRS, puis de Nanterre, dans le cadre de leurs activités de recherche sur les pratiques musicales et sonores de l’humanité, ces « archives sonores » ont toujours eu vocation à être valorisées afin de leur donner une plus large audience. Et ce depuis les séances d’audition publique instaurées par André Schaeffner dès les années 1930 puis la mise en place d’une édition phonographique par Gilbert Rouget dès les années 1940. De nos jours, les projets de valorisation multimédia s’orientent vers des formats innovants (exposition45 ou visite virtuelle46, webdocumentaire47). Ces exemples illustrent la volonté de donner accès, de partager et de mettre en valeur les musiques ou productions sonores collectées et étudiées, en les contextualisant afin de donner à voir le lien entre « musique et société » propre à la discipline.

53Comme nous l’avons vu, le déménagement en 2009 a marqué un fort tournant, s’opérant dans un contexte de grandes transformations institutionnelles et techniques. Ce qui pouvait être perçu auparavant comme des documents à destination des chercheurs est aujourd’hui reconnu comme un patrimoine commun qu’il convient de mettre à disposition des publics. Cette approche s’inscrit pleinement dans le grand mouvement mondial pour la science ouverte, porté par l’évolution des dispositifs de communication et de diffusion que permettent aujourd’hui les technologies du web et du numérique.

54Ces nouvelles technologies présentent une formidable opportunité de partager ces ressources inestimables sur les pratiques musicales et sonores du monde, malgré les problématiques techniques, juridiques et éthiques que nous avons présentées. La contextualisation des collections, la mise en lien et en cohérence des éléments documentaires liés à la partie sonore – la plus « visible » – constitue aujourd’hui un enjeu majeur pour le CREM. Le travail à poursuivre pour garantir une meilleure compréhension de ce fonds permettra aussi de nourrir une approche réflexive et de nouvelles recherches sur l’histoire de la constitution des « archives sonores » (collectes de terrain ou disques édités), l’étude des pratiques et des usages autour de ces « archives », en lien notamment avec les questions de restitution aux populations d’origine, de pratiques documentaires et du numérique, sur l’ouverture des données de la recherche et enfin, sur l’épistémologie de la discipline.

Septembre 2019

Haut de page

Bibliographie

À consulter sur Internet

Plateforme Telemeta du CREM pour la gestion et la consultation des archives sonores : https://archives.CREM-CNRS.fr/

Consultation des fonds classés par producteurs ou thématiques : https://archives.CREM-CNRS.fr/archives/fonds/

Fonds des éditions phonographiques du musée de l’Homme et du CNRS : https://archives.CREM-CNRS.fr/archives/fonds/CNRSMH_Editions/

Catalogue de la bibliothèque du CREM : http://biblio-cat.CREM-CNRS.fr

Fonds des documents sonores et audiovisuels accompagnants la bibliothèque : https://archives.CREM-CNRS.fr/archives/fonds/CNRSMH_Bibliotheque/

Haut de page

Annexe

Annexe 1 - Tableau de répartition de la conservation des éléments du fonds (septembre 2019)

Paris - BnF
(site Tolbiac), Département
de l’audiovisuel

Nanterre – Lesc Crem

Max Weber

Nanterre – Lesc (hors Crem) et autre

Bibliothèque

Lesc, Bibliothèque Éric de Dampierre, MAE :

ouvrages, périodiques, TAP, travaux de recherche

Enregistrements sonores et audiovisuels édités

78 tours inventoriés

Copies sur bandes magnétiques de 78 tours et 33 tours divers

Bandes master des éditions CNRS-MH

Disques microsillons, cassettes, CD, VHS, DVD

78 tours : exemplaires supplémentaires et disques non inventoriés

Éditions CNRS-MH : exemplaires supplémentaires

Lesc, Bibliothèque Éric de Dampierre, MAE :

CD et DVD encartés aux documents de la bibliothèque

Archives de l’UPN : matrices des disques des éditions CNRS-MH

Enregistrements sonores et audiovisuels inédits

Supports audio entrés avant 2009 et inventoriés :

cylindres, disques à gravure directe, fils magnétique, bandes magnétiques, cassettes, DAT, Copies sur CD

Fichiers audio adhoc :

fichiers audio issus de numérisation (partiel)

Supports audio non inventoriés en 2009 et supports audio entrés après 2009 :

bandes magnétiques, cassettes, DAT, copies sur CD (doublons)

Supports vidéo entrés avant et après 2009 : divers

Fichiers audio et vidéo :

fichiers nativement numériques entrés après 2009,

fichiers issus de numérisation interne et externe (audio = complet, vidéo = partiel), sauvegarde distance partielle à la TGIR Huma Num

Lesc, service audiovisuel, MAE :

Fichiers vidéo nativement numériques ou issus de numérisation, sauvegarde distance partielle à la TGIR Huma Num

Documentation des enregistrements

Registres
(sauf 3 registres
des disques édités)

Fichiers

Dossiers techniques inventoriés et non inventoriés

Fichiers images issus de numérisation (partiel)

Archives institutionnelles et de chercheurs

Archives administratives et scientifiques dont archives du fonds documentaire et des éditions CNRS-MH

Archives A. Schaeffner (sauf 1 carton au MNHN)

Lesc, Bibliothèque Éric de Dampierre, MAE :

Archives G. Rouget déposées en 2019

Annexe 2.1 - Inédit - dépôts postérieurs à 2009

Enregistrements de terrain déposés par les membres permanents ou associés du Crem (liste non exhaustive) :

Maghreb & Afrique subsaharienne

Ruth Davis

Tunisie

1978-1983

Jean Pouchelon

Maroc

2000-2011

Miriam Rovsing Olsen

Maroc

2010-2017

Anis Fariji

Maroc

2014-2017

Victor Randrianary

Madagascar

2008-2012

Giordano Marmone

Kenya

2009-2017

Amériques et Caraïbes

Jean-Michel Beaudet

Guyane

1978 à nos jours

Rosalia Martinez

Bolivie

1989-2008

Aurélie Helmlinger

Trinidad et Tobago

2000-2019

Florabelle Spielmann

Trinidad et Tobago

2003-2016

Asie

Jean During

Asie centrale

1970 à nos jours

Jean Lambert

Yemen

1981-2002

Estelle Amy de la Bretèque

Anatolie et Transcaucasie

1996-2009

Christine Guillebaud

Inde

2000 à nos jours

Nicolas Prévôt

Inde

2000-2002

Aliénor Anisensel

Vietnam

2006-2014

Stéphanie Khoury

Cambodge

2002-2008

Joséphine Simonnot

Indonésie

1993-2010

Europe

Anne-Florence Borneuf

Sicile

Croatie-Bosnie

1989-1996

2002-2013

Eckehard Pistrick

Albanie

2004-2006

Projet « Patrimoine des musiciens de Nanterre »

Nanterre et Monde

2011 à nos jours

Annexe 2.2 - Inédit - dépôts postérieurs à 2009

Enregistrements de terrain déposés par d’autres types de déposants (liste non exhaustive)

A. Anciens membres du Laboratoire (à noter, principalement) :

  • Monique Brandily (Tchad, 1963-1996, Libye, 1974-1976, Niger, 1994-1996)

  • Mireille Helffer (Népal, 1979)

  • Bernard Lortat-Jacob (Albanie, 2002-2009)

  • Gilbert Rouget de 1946 à 1987 en Afrique : Missions Ogooué-Congo48 et Afrique de l’ouest, Bénin, Mali (Dogon), Maroc (Berbères), Sénégal (Bassari et Bedik), ainsi qu’aux Açores, en lien avec le musée du quai Branly (dépositaire de la majeure partie du fonds inédit)

B. Membres du Lesc (dont les données de terrain comprennent des enregistrements musicaux, citons notamment) :

  • Aurore Monod-Becquelin (Mexique, 1977-1999) ; Sabine Trébinjac (Chine, 1988-1989)

  • Membres de la Mission Sociologique du Haut Oubanghi (1980-1995), dépôt de Margaret Buckner de la Missouri State University (chercheuse associée et membre de la mission), parmi lesquels notamment les enregistrements d’Éric de Dampierre (RCA, 1955-1985)

C. Chercheurs du CNRS (hors Crem et Lesc)

En activité :

  • Susanne Fürniss (RCA, 1989-1997, Cameroun, 1999-2009)

  • Dana Rappoport (Indonésie, 2009-2015)

Retraités :

  • Véronique Arnaud (Taiwan, 1971-2001)

  • Corneille Jest (Népal, 1961-1993)

  • Nicole Revel (Philippines, 1978-1999, Timor 1977)

D. Chercheurs d’autres institutions en France ou à l’étranger (soit directement soit par l’intermédiaire de membres du Crem ou de projets dirigés par le Lesc, pour les besoins de leurs recherches, par exemple) :

  • Éric Navet (Guyane, 1971-1985), dépôt par Florent Wattelier

  • Collections en lien avec le projet « Savoirs Autchtones des Wayana Apalai » (Sawa) dirigé par l’Erea (Enseignement et recherche en ethnologie amérindienne), parmi lesquels notamment les enregistrements de Manfred Rauschert (Brésil, 1962-1976, copie provenant de l’université de Sao Paulo)

Annexe 3.1 - Inédit - Rétroactif (dépôt antérieur à 2009)

Enregistrements historiques (liste non exhaustive)

1) sur cylindres de cire :

  • L’Exposition universelle de Paris en 1900 par Léon Azoulay

  • La mission Dakar-Djibouti, 1931-1933, par André Schaeffner

  • La mission Algérie-Aurès en 1936 par Germaine Tillion et Thérèse Rivière

2) sur disques à gravure directe :

  • La mission Ogooué Congo (Afrique centrale, 1946) par Gilbert Rouget

  • L’expédition Orénoque Amazone (1948-1950) par Pierre-Dominique Gaisseau

Annexe 3.2 - Inédit - Rétroactif (dépôts antérieurs à 2009)

Enregistrements documentés et déposés par des membres de l’équipe (liste non exhaustive)

Maghreb et Afrique subsaharienne

Mohammed Ait Youssef

Maroc

1965-1968

Miriam Rovsing Olsen

Maroc

1975-2004

André Schaeffner

Guinée

1954

Geneviève Dournon (et Simha Arom)

RCA

1964

Vincent Dehoux

République Centrafricaine

Sénégal

1977-1986

1981-1983

Pierre Bois

Cameroun

1978

Sandrine Loncke

Niger et Burkina Faso

1992-1998

Madeleine Leclair

Bénin

1996-1999

Amériques et Caraïbes

Vincent Dehoux

Brésil

1979

Jean-Pierre Estival

Brésil, Paraguay, Mexique, Cuba

1987-2008

Asie

Schéhérazade Hassan

Irak

Yémen

1971-1972 1985-1995

Jean Lambert

Yemen

1985-1987

Mireille Helffer

Himalaya

1966-1997

Geneviève Dournon

Inde

1971-1993

Dana Rappoport

Indonésie

1991-2007

Océanie

Hugo Zemp

Îles Salomon

1969

Europe

Marie-Barbara Le Gonidec

Bulgarie

1992-1993

Fonds transversal

Bernard Lortat-Jacob

Maroc, Sardaigne, Roumanie, France, Éthiopie, Albanie, Baléares, Mali, Grèce et République de Macédoine

1968-2002

Annexe 3.3 - Inédit - Rétroactif (dépôts antérieurs à 2009)

Enregistrements déposés par des chercheurs hors équipe ethnomusicologie (liste non exhaustive)

Maghreb et Afrique subsaharienne

Dominique Champault

Algérie

1950-1955

Jean Rouch

Niger

1950-1951

Geneviève Dieterlen

Mali

1953-1975

François Ellenberger

Afrique du sud

1959

Marie-Paule Ferry

Sénégal

1961-1976

Pierre Sallée

Togo

Gabon

1962

1965-1978

Bernard Koechlin

Madagascar

Seychelles, Maldives

1967

1981

Christiane Seydou

Mali et Niger

1968-1977

Amériques

Simone Gamelon

Brésil

1955

Jean-Marcel Hurault

Guyane

1957-1968

Pierre Clastres

Paraguay

1963

Aurore Monod-Becquelin

Brésil

Mexique

1966-1967 1972-1974

Anne Chapman

Terre de feu

1966-1969

Philippe Descola et Anne-Christine Taylor

Équateur

1976-1979

Asie

Corneille Jest

Himalaya

(documentées avec Mireille Helffer)

1950 à 1970

Marc Gaborieau

Alexander Macdonald

René de Milleville

Prince Pierre de Grèce

Roberte Hamayon

Mongolie

1967-1974

Teresa Battesti

Iran et Turquie

1967-1969

Marc Gaborieau

Inde

1970

Robert Dupaigne

Afghanistan

Cambodge

1966-1967 1970

Geneviève de Chambure

Vietnam

1957-1960

Georges Condominas

Vietnam

1953-1982

Jacques Dournes

Vietnam

Malaisie et Indonésie

1963-1969

1969

Pierre Ivanoff

Indonésie

1953-1954

Louis Berthe

Indonésie

1957-1968

Claudine Friedberg

Timor

1957-1973

Henri Campagnolo et Maria-Olimpia Lameiras-Campagnolo

Timor

1966-1970

Christian Pelras

Indonésie

1967-1975

Océanie

Jean Guiart

Mélanésie

1953-1954

Jean-Dominique Lajoux

Polynésie française

Kiribati

1964

1972

Annexe 3.4 - Inédit - Rétroactif (dépôts antérieurs à 2009)

Exemples d’enregistrements déposés par des collecteurs non institutionnels ayant fait l’objet d’un traitement après 2009 :

Personnalités hors du domaine musical :

  • Louise Weiss, journaliste et femme politique (Inde, Chine, Japon, Madagascar, Île Maurice, Comores, Somali, Éthiopie, Kenya, entre 1945 et 1979),

  • Révérend-Père Marius Boutary (Vietnam, 1958-1962),

  • Père René Ménard (Égypte, musique liturgique copte, 1951-1989),

  • Solange et Jean-Claude Lubtchansky, cinéastes (Afghanistan, Iran, Turquie, 1956-1959 ; population bororo du Niger, 1974),

  • Pierre-Dominique Gaisseau49, explorateur et documentariste (Congo, 1946 ; Amazonie, 1948-1950 ; Guinée, 1951-1953 ; Papouasie Nouvelle Guinée, 1959-1960).

Musicologues étrangers :

  • José Macéda (Philippines, Indonésie et Malaisie de 1955 à 1984)

  • Luiz Heitor Correa de Azevedo (Brésil et Bénin 1950).

Institutions étrangères :

  • Commission nationale de collecte musicale de Lituanie (années 1930)

  • Académies des Sciences de Hongrie (1950 et 1960) et de l’ex. URSS (1950)

  • Institut de Folklore d’Albanie (1960)

  • Institut de musicologie de Belgrade (1953-1963)

  • Société de littérature finnoise (1930 à 1960)

  • Institut de Recherche Scientifique de Madagascar (IRSM, 1959-1960)

  • Ministère de la Culture et des Arts d’Iran (ca 1950-1960)

Institutions radiophoniques :

  • Japanese Radio Institute (1947-1951)

  • Radio Istanbul (1930 à 1950)

  • Radio Kaboul (1940 à 1960)

  • Radio nationale du Pérou (1961)

Haut de page

Notes

1 Nous avons fait le choix de conserver les guillemets pour présenter les « archives sonores » comme relatives à un ensemble et non à un type de documents.

2 Il s’agit de l’UPN ou UPX, Université de Paris Nanterre. Nous dirons simplement ici Université de Nanterre, ou Nanterre.

3 Unité mixte de recherche 7186 du CNRS et de l’université de Nanterre.

4 Le MET est devenu musée de l’Homme en 1937.

5 André Schaeffner (1895-1980), anthropologue et ethnomusicologue français, entré au CNRS en 1941.

6 Madeleine Leclair, « Les collections d’instruments de musique au futur musée du quai Branly », Cahiers d’ethnomusicologie, 2003, 16, p. 179-188. http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/595

7 Gilbert Rouget (1916-2017) ethnomusicologue français, directeur de recherche au CNRS.

8 Voir le blog de Bernard Lortat-Jacob http://www.lortajablog.fr/orientations/2-plus-que-la-musique

9 Pribislav Pitoëff, « Du cylindre au disque compact. Les archives sonores du musée de l’Homme (Paris) », Annuario degli archivi di etnomusicologia dell’ Accademia Nazionale di Santa Cecilia, 1993, 1, p. 143-149.

10 Voir le site http://naissanceethnologie.fr et Brice Gérard, Brice Gérard, Histoire de l’ethnomusicologie en France, 1929-1961, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 363.

11 Gilbert Rouget, « Le Département d’ethnomusicologie du musée de l’Homme », L’Homme, 2004, 171-172, p. 513-523. http://journals.openedition.org/lhomme/24998

12 Le lecteur intéressé peut consulter la frise de présentation historique et institutionnelle de l'équipe, de 1929 à nos jours. https://frama.link/CREM-Frise

13 Les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données de ce fonds ne sont pas abordées dans cet article. Pour en savoir plus, voir le carnet « Questions éthiques et juridiques » : https://ethiquedroit.hypotheses.org, ainsi que l’ouvrage collectif coordonné par Véronique Ginouvès et Isabelle Gras, La diffusion numérique des données en SHS - Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. Digitales, 2018.

14 Voir dans ce dossier la contribution de Thomas Henry.

15 Elaine Beaumont, Le traitement documentaires des archives sonores CNRS-musée de l’Homme (1932-2014) : Ethnographie des pratiques, mémoire de master 2 Pro Ethnomusicologie et Anthropologie de la danse, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2014, 2 vol.

16 http://recherche.ircam.fr/equipes/repmus/marc/ethnomus/archives/histo.html

17 C’est notamment pour traiter ces documents, qu’en 1934 Claudie Marcel-Dubois est recrutée pour assister Schaeffner ; en 1943, elle entre au musée national des Arts et Traditions populaires.

18 Ethnomusicologue franco-suisse né en 1937, Hugo Zemp est spécialiste des îles Salomon. Il a travaillé en Afrique et en Océanie.

19 À propos de cette documentation voir, Julia Navarro Coll, « L’image anacrouse 1900-1940 », Sonorités, 2019 n°45. http://journals.openedition.org/afas/3353

20 Tiziana Beltrame, Ethnographie de la patrimonialisation : numériser, inventorier et classer la collection du musée du quai Branly, Thèse de doctorat en Ethnologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012. http://theses.fr/2012PA100188

21 Marcel Mauss (1872-1950) est considéré comme le fondateur de l'anthropologie française.

22 Ce fichier inclut un traitement rétroactif des premières collections sur bandes déposées depuis 1952.

23 Gilbert Rouget, « Présentation d’une RCP, Ethnomusicologie et littérature orale du monde non Français », L’Homme, 1968, t. 8, 1, p.118. https://doi.org/10.3406/hom.1968.366972

24 Institutions principales : le musée de l’Homme, du CNRS, de différentes universités dont celle de Nanterre, mais également de l’ORSTOM devenu IRD, de l’IFAN, du musée Guimet.

25 Op. cit. p. 70 et suivantes.

26 Voir http://recherche.ircam.fr/equipes/repmus/marc/ethnomus/archives/histo.html

27 Secteur Conservation des données et documents mutualisé d’Ile-de-France.

28 Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR5190 CNRS, universités Lumière-Lyon 2, Jean Moulin-Lyon 3, Grenoble-Alpes, ENS de Lyon.

29 L’installation des archives sur le campus de Nanterre s’est faite de manière progressive : dans des locaux provisoires de la MAE en 2009, puis au bâtiment C en 2010 et enfin, au bâtiment Max Weber en février 2016. En 2019, la bibliothèque du CREM a intégré la bibliothèque Éric-de-Dampierre du LESC.

30 Cette photographie donne une idée générale de l’organisation des salles partagées par toute l’équipe avec des vitrines fermées à clé pour les collections. Le studio audiovisuel se situait à l’extérieur, à quelques mètres de cette salle.

31 Voir dans ce dossier la contribution de Joséphine Simonnot.

32 Depuis 2019, une vingtaine de chercheurs a ainsi déposé ces collections datant des années 1970 à nos jours (voir liste en annexe 2.1).

33 La collection de Charles Wolff (1904-1944), amateur de disques de musiques traditionnelles et résistant, a été dissoute et éparpillée après sa mort durant la guerre. Voir Thomas Henry, The extraordinary fate of Charles Wolff's record collection, IASA Conference 2019 (résumé en ligne, https://sched.co/OmZC).

34 La documentation de cette collection a été enrichie par les travaux de Jessica de Largy Healy.

35 Historien et ethnomusicologue spécialiste des musiques arabes et musulmanes, décédé en 1996, dont le fonds (1 500 supports déposés en 2011 par l’intermédiaire de Jean Lambert alors responsable du CREM) est en cours d’inventaire et de catalogage.

36 Enregistrements publiés, compilés pour le projet Corpus des mélodies du chant de Sanaa ainsi que divers disques de musiques du monde arabe et musulman.

37 Concernant les musiques de pan et de calypso, principalement sur microsillons (33 et 45 tours) et CD, achetés auprès de collectionneurs (Rémi Joigneaux, Peter Mitchels) ou Aurélie Helmlinger, ethomusicologue actuellement co-directrice du CREM. Les 320 supports sont catalogués et partiellement numérisés, en lien avec les projets Pan-e-pedia et DaCaRyH (voir dans ce dossier la contribution de Marie-France Mifune et Florabelle Speilmann).

38 Depuis plus de dix ans, le CREM s’est associé à la conception et au développement de la plateforme Telemeta mais sans ressources informatiques en interne, l’équipe doit faire face aux problèmes de maintenance (corrective et évolutive) et de pérennité du système (base de données, plateforme web). Plusieurs soutiens ont permis toutefois de consolider ce développement comme ceux la TGIR Huma-Num ou les collaborations avec Nédra Mellouli Nauwynck, maîtresse de conférences en informatique à l’université Paris 8 St Denis.

39 Voir dans ce dossier la contribution de Marie-Charlotte Calafat.

40 L’ancien système informatique ne permettait qu’un nombre limité de caractères, d’où le recours courant à l’abréviation.

41 https://rightsstatements.org/en/

42 https://ethiquedroit.hypotheses.org/

43 http://www.naissanceethnologie.fr/

44 Pascal Cordereix, Aude Julien Da Cruz Lima, Claire Schneider, Audrey Viault, « Les sources de l’ethnomusicologie : les outils du web de données pour une médiation novatrice des archives sonores et audiovisuelles », Actes du Colloque (2015) interlabex : « Les patrimoines en recherche(s) d’avenir », BnF, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019.

45 https://www.europeana.eu/portal/fr/exhibitions/1946-ogooue-congo-mission

46 Projet de visite virtuelle « Chez Rouget ».

47 http://inouiwebdoc.fr/

48 Voir https://www.europeana.eu/portal/fr/exhibitions/1946-ogooue-congo-mission

49 A participé à de grandes entreprises scientifiques comme la mission « Ogooué Congo » (menée par Noël Ballig, 1946) et l’expédition « Orénoque Amazone » (dirigée par A. Gheerbrant, 1948-1950). Il est l’auteur des films Forêt Sacrée, (27’, 1953, Guinée française) et Le Ciel et la Boue, (92’, 1961, Nouvelle-Guinée), oscar du meilleur documentaire en 1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Julien Da Cruz Lima, « Les « archives sonores » du CNRS et du musée de l’Homme », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4032

Haut de page

Auteur

Aude Julien Da Cruz Lima

Ingénieure d’études CNRS, Aude Julien Da Cruz Lima a suivi une formation en ethnomusicologie à l’université de Nanterre avant de s’orienter vers les domaines d’application de la discipline (production de disques et spectacles, documentation, propriété intellectuelle) et a participé à différents projets de traitement et de valorisation d’enregistrements sonores et audiovisuels (musée du quai Branly, BnF, CREM), avant d’être recrutée au CNRS comme ingénieure d’études en 2009. Elle est chargée de la gestion et de la valorisation des ressources documentaires au CREM (centre de recherche en ethnomusicologie) du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (UMR 7186 CNRS-université Paris Nanterre). Elle participe au développement de la plateforme web collaborative Telemeta pour la consultation des archives sonores CNRS de l’ancien musée de l’Homme et du CREM et au dispositif de consortiums Huma-Num, ainsi qu’à différents projets de recherche ou de valorisation du patrimoine : ANR Diadems, Labex Les passés dans le présent, Europeana Sounds (http://lesc-CNRS.fr/fr/cb-profile/userprofile/168).

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page