Navigation – Plan du site
Dossier « Les archives de l’ethnomusicologie en France : le cas du MNATP et du MH »
Projets de valorisation : les nouvelles technologies, un « univers » de possibles

Du « corpus des musiques ethniques de la France » au projet Les Réveillées

Éditer les enquêtes ethnomusicologiques de la « maison Rivière »
François Gasnault
p. 114-120

Résumés

Cet article présente les enjeux scientifiques à l’origine de la conception du projet Les Réveillées, lequel ambitionne de rendre accessibles la plupart des données multimédias (sonores, textuelles, graphiques, photographiques et filmiques) qu’il mobilise et qui sont aujourd’hui principalement conservées aux Archives nationales. Ces données, encore largement inédites, ont été réunies entre 1939 et 1983 par Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral, deux chercheuses CNRS affectées au « musée-laboratoire » des Arts et Traditions populaires, au fil d’une démarche systématique d’enquête sur le terrain, menée en France rurale, dans les départements d’outre-mer et les territoires francophones d’Amérique du nord (Caraïbes inclues). À défaut de former un « corpus des musiques ethniques françaises » jamais publié, elles seront finalement dévoilées sur une plateforme dont la mise en ligne est prévue courant 2020.

This article presents the scientific challenges at the origin of the conception of the project Les Réveillées which aims to make accessible most of the multimedia data (sound, text, graphics, photographic and film) that it mobilizes, and which today are mainly preserved in the National Archives. This data, still largely unpublished, was collected between 1939 and 1983 by Claudie Marcel-Dubois and Maguy Pichonnet-Andral, two CNRS researchers belonging to the museum of Popular Arts and Traditions in Paris, during a structured field survey process, carried out in rural France, in the overseas departments and French-speaking territories of North America (including the Caribbean). This ‘‘corpus of French ethnic music’’ never before published, will finally be revealed on a platform whose publication is scheduled for 2020.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Didier Perre (dir.) et Marie-Barbara Le Gonidec (coll.), Chansons et contes de Haute-Loire, L’enquê (...)

1Le terme de « Réveillées » a servi à désigner, dans ce qu’il est convenu d’appeler les anciens milieux ruraux français, tout à la fois les airs que chantaient les jeunes gens pour faire leur cour aux jeunes filles (Réveillez-vous belle endormie !), les chants de quête qu’entonnaient les enfants durant les deux semaines précédant Pâques, mais aussi les formules que psalmodiaient les Réveilleurs, personnages chargés de réveiller avant le jour, une fois par semaine, les membres de la communauté villageoise en leur enjoignant de prier, de se repentir et de se préparer à la mort ; enfin, plus rarement, le terme est appliqué aux chants de la Passion accompagnant la veillée mortuaire. L’orthographe est fluctuante : Arnold Van Gennep parle de « réveillers », on trouve aussi souvent le mot occitan revelhet. On se référera ici à la graphie au féminin, « réveillée », adoptée en 1946 par Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) et Maguy Pichonnet-Andral (1922-2004) lors de l’enquête du musée national des Arts et Traditions populaires en Haute-Loire1. L’usage de ce vocable, ainsi genré et « nombré », semble en effet le plus approprié pour former l’appellation générique d’un corpus d’enquêtes ethnographiques restées longtemps peu accessibles et qu’il importe plus que jamais de ranimer.

  • 2 Il s’agit de Marie-Barbara Le Gonidec, que je remercie pour sa contribution au choix des illustrati (...)
  • 3 Nous étions alors tous membres d’une équipe du IIAC, le LAHIC [laboratoire d’Anthropologie et d’His (...)
  • 4 https://explore.univ-psl.fr/fr

2À l’été 2016, deux collègues2 et moi-même avons répondu à un appel à projets publié par la communauté d’universités et d’établissements Paris Sciences et Lettres (ComUE PSL) qu’avait alors rejointe l’EHESS, l’une des tutelles, aux côtés du CNRS et du ministère de la Culture, de notre unité de recherche, l’institut interdisciplinaire d’Anthropologie du contemporain (IIAC, UMR 8177)3. Cet appel s’inscrivait dans le cadre du soutien à la production de contenus diffusés par le portail PSL-Explore4 et la Toile des savoirs de la ComUE PSL.

  • 5 François Gasnault et Marie-Barbara Le Gonidec, « Enquêter en tandem sur les pratiques musicales de (...)

3Notre candidature, retenue par le jury, proposait de » concevoir et déployer une plate-forme de valorisation d’archives ethnographiques multimédias », issues des enquêtes ethnomusicologiques menées sur les terrains français et francophones par deux chercheuses CNRS, Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral, attachées au MNATP, le musée national des Arts et Traditions populaires5 (fig. 1). La mise en œuvre du projet, que nous avons donc intitulé Les Réveillées, a débuté en mars 2017 et se poursuivra jusqu’en 2020, voire au-delà. L’une ou l’un d’entre nous aura peut-être l’occasion d’en reparler dans un futur numéro de Sonorités. Pour l’heure, je me contenterai d’en décrire les lignes directrices, passées de l’esquisse initiale à un trait plus assuré.

Fig. 1 - Les ethnomusicologues Claudie Marcel-Dubois (à droite) et Maguy Pichonnet-Andral s’entretiennent au printemps 1963, dans son atelier-boutique de Jenzat (Allier), avec le luthier Jacques Pajot, dernier descendant d’une dynastie de facteurs de vielles à roue implantée dans cette bourgade du Bourbonnais (collection 22 des Réveillées, enquête Vallée de la Sioule, 1963).

Agrandir

Ph. Pierre Soulier (Mucem ph. 1963-166-37).

Des archives encore peu valorisées malgré leur importance

4L’importance des enquêtes ethnomusicologiques dites, par convention, du MNATP est d’abord liée à la période où elles ont été conduites et qui fait la jonction entre la séquence allant du Second Empire à la guerre de 1914, marquée par les nombreuses publications des folkloristes, et les entreprises de « collectage menées par les associations revivalistes », actives à partir des années 1970.

5Les enquêtes ont donc été réalisées au moment où achevait de se dissoudre la culture essentiellement orale du monde paysan. Elles peuvent d’autant moins être négligées qu’elles ont été systématiquement réalisées avec des appareils d’enregistrement du son, pratique où la France n’a été ni pionnière (Ferdinand Brunot et ses « Archives de la Parole » commencent en 1913, plusieurs années après Bartók) ni persévérante (il n’y a pas eu de collecte sonore notable dans l’entre-deux-guerres). C’est d’ailleurs pourquoi elles ont éveillé une très vive curiosité, notamment dans la mouvance revivaliste. De fait, la collecte est d’une ampleur et d’une diversité exceptionnelles : elle rassemble des instruments de musique et des objets qualifiés de « paramusicaux », des reportages photographiques, quelques films et plusieurs dizaines de milliers d’enregistrements contextualisés par de nombreux écrits (correspondances préparatoires, carnets et notes de terrain, transcriptions des paroles et des timbres collectés, rapports, etc.). Et pourtant la quasi-totalité du corpus est longtemps restée inaccessible.

6Sans doute la numérisation des archives sonores, menée à partir du début des années 2000 avec le concours financier du ministère de la Culture (mission de la recherche et de la technologie), a-t-elle permis la remise de copies des fichiers numériques aux principales associations œuvrant en région à la valorisation des musiques traditionnelles dans le cadre du Portail du patrimoine oral6 que coordonne la fédération des acteurs et actrices des Musiques et Danses traditionnelles (FAMDT). Mais cette première opération de valorisation, outre son caractère très fragmentaire puisqu’elle laissait de côté les autres données (textuelles et photographiques), n’a pas non plus été accompagnée de la contextualisation que requiert une édition scientifique.

  • 7 Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Les archives de la Mission de folklore musical en Basse-Bretagne d (...)
  • 8 Didier Perre (dir.) et Marie-Barbara Le Gonidec (coll.), Chansons et contes de Haute-Loire, L’enquê (...)
  • 9 Claudie Marcel-Dubois et Marie-Marguerite Pichonnet-Andral, « Musique et phénomènes paramusicaux », (...)
  • 10 Maguy Pichonnet-Andral, « Bibliographie chronologique (1935-1989) », Cahiers d’ethnomusicologie, 19 (...)

7Or, si l’on excepte les ouvrages très postérieurs consacrés à l’enquête en Basse-Bretagne de 19397 et à celle menée en Haute-Loire durant l’été 19468, édités respectivement en 2009 et 2013, ces recherches sur le terrain ont globalement donné lieu à très peu de publications : quelques articles de Claudie Marcel-Dubois, généralement parus dans la revue liée au MNATP, Arts et traditions populaires, et la monographie sur l’Aubrac en 19759 co-signée avec Maguy Andral où ont paru les résultats de cette « recherche coopérative sur programme » (RCP), menée entre 1963 et 196710.

Quels partenariats pour un projet fédérateur et collaboratif ?

  • 11 Voir dans ce dossier la contribution de Pascal Riviale.

8C’est fort de ces constats, mais aussi consécutivement à la prise en charge par les Archives nationales des archives du MNATP11, qu’est né, en 2013, le programme SAHIEF (sources, archives et histoire institutionnelle de l’Ethnomusicologie de la France), conçu par Marie-Barbara Le Gonidec et moi-même, avec le soutien de Daniel Fabre, qui dirigeait alors l’institut interdisciplinaire d’Anthropologie du contemporain.

  • 12 Brice Gérard, Histoire de l’ethnomusicologie en France (1929-1961), Paris, L’Harmattan, 2015, 363 p

9Ce programme a pour objectif épistémologique d’approfondir l’histoire de l’institution de l’ethnomusicologie du domaine français, dans la continuité des travaux pionniers de Brice Gérard parus en 201512 et en liaison avec le centre international de recherches interdisciplinaires sur l’Ethnomusicologie de la France (CIRIEF), société savante cofondée par Luc Charles-Dominique et Yves Defrance. Soutenu par le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines), les Archives nationales (AN) et le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), il est également suivi avec intérêt par l’ethnopôle CirdOc (centre international de recherche et documentation occitane) et par la FAMDT.

10Dans le cadre du projet Les Réveillées, les responsables de SAHIEF nourrissent l’ambition de rendre enfin intégralement exploitables, en les éditorialisant, les dossiers d’enquêtes du tandem Marcel-Dubois/Pichonnet-Andral, autrement dit, de valoriser un fonds d’archives multi-supports et multimédia.

11Cela suppose que l’on parvienne à fédérer des équipes de recherche pluridisciplinaires (histoire, ethnologie, musicologie, ethnomusicologie), des institutions patrimoniales (AN et Mucem) ainsi que des professionnels de l’information scientifique et technique (archivistes, documentalistes, bibliothécaires) et du développement web, pour les engager dans une démarche d’édition scientifique d’archives multimédias, qu’ils détiennent déjà une expertise dans ce domaine ou qu’ils souhaitent s’impliquer dans le développement d’outils de valorisation des fonds d’archives placés sous leur responsabilité. L’objectif est en passe d’être atteint, avec le soutien de la Direction des systèmes d’information (DSI) de l’EHESS et en partenariat avec plusieurs équipes appartenant à PSL, dont le centre Jean Mabillon (École nationale des chartes), l’institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, UMR 8132 CNRS-ENS Paris) et le laboratoire d’Anthropologie sociale (LAS, UMR 7130 CNRS-Collège de France-EHESS). Un second cercle d’associés a aussi commencé d’être tracé au sein des consortiums Musica puis Archives des ethnologues de la TGIR (très grande infrastructure de recherche) Huma-Num : il comprend le centre de recherches en Ethnomusicologie (CREM), composante du laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative (LESC, UMR 7186 CNRS-université Paris Nanterre), et le centre de recherche interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM), équipe d’accueil commune aux universités de Poitiers et de Limoges.

La proposition

  • 13 Mentionnons la publication, au cours des années 1970, dans les « papiers de l’équipe de recherche e (...)
  • 14 La fermeture de l’un de ces sites va heureusement permettre de réunir dans un seul et unique lieu d (...)

12Nous sommes partis d’un constat : les modes de classement et de conservation mais aussi l’insuffisante coordination des opérations de numérisation ont séparé les documents d’archives selon la nature de leur support, ce qui a différé encore davantage leur étude et leur valorisation. Déjà à l’époque du MNATP, les ethnomusicologues qui avaient mené les enquêtes et constitué les archives s’étaient peu souciées d’expliciter les principes qu’elles avaient retenus pour les structurer et les classer13, moins encore de les rendre accessibles, pas même à leurs pairs, sans rien dire des amateurs. Les efforts déployés par leurs successeurs ont exclusivement porté sur les archives sonores. Puis, au moment de la fermeture du bâtiment du bois de Boulogne en avril 2013, quoique transférées les unes comme les autres aux Archives nationales, les archives sonores, déjà numérisées, et les archives textuelles, qui ne l’étaient pas encore, ont été confiées à deux départements distincts de ce service à compétence nationale, localisés sur deux sites géographiquement éloignés14. Cela risquait d’altérer un peu plus l’intelligibilité et la portée des enregistrements qui n’étaient qu’un aspect du moment de vie collective capté (fête calendaire ou rite de passage, bal, veillée…). Leur contextualisation nécessite en effet la consultation des carnets de terrain, des questionnaires d’enquête, des photographies et des films, mais aussi bien de tout document produit ou reçu avant, pendant ou après l’enquête de terrain elle-même.

13Sans doute, la numérisation, qui garantit au minimum la conservation des informations contre la dégradation physique, la perte, voire la destruction d’originaux fragiles ou instables, rend-elle aussi possible le rassemblement virtuel de toutes les archives créées à l’occasion d’une enquête, mais à condition d’être systématisée et coordonnée, ce pour quoi il a fallu plaider auprès des AN comme du Mucem : à ce jour, plus de six ans après l’inauguration des bâtiments marseillais conçus par Ricciotti et Vezzoni, les opérations sont en passe d’être achevées.

14Mais il faut aller au-delà et c’est bien l’ambition des Réveillées : reconstituer virtuellement, pour les rendre accessibles en ligne – et méthodologiquement compréhensibles –, les enquêtes ethnomusicologiques de terrain qui, sur le site, constitueront des « collections » (sous-entendu, d’archives). Cela consistera d’une part à rassembler l’ensemble des documents concernant une même enquête, quels qu’en soient le support et le contenu (fig. 2 et 3) et qu’ils s’inscrivent dans un laps de temps très resserré ou qu’ils s’étalent sur plusieurs années, dès lors qu’ils restent rivés à la même aire géoculturelle.

Fig. 2 - Lettre de Georges Henri Rivière, « conservateur en chef » (directeur) du musée national des Arts et Traditions populaires, en date du 24 mars 1948, annonçant à Euphrasie Pichon, principale informatrice d’une enquête menée en Bas-Berry, en 1943 et 1946, par Ariane de Felice et Claudie Marcel-Dubois, le retour de celle-ci, accompagnée par Marie-Marguerite Pichonnet-Andral, pour une nouvelle session d’enregistrements à laquelle il espère qu’elle voudra bien se prêter (collection 03 des Réveillées, enquête Bas-Berry, 1943-1948).

Agrandir

Scan du document original conservé aux Archives nationales, cote 20130043/40.

Fig. 3 - L’ethnomusicologue Claudie Marcel-Dubois (de dos) enregistre la chanteuse et conteuse berrichonne Euphrasie Pichon devant sa maison de Montcocu (commune de Baraize, Indre) durant l’été 1943 (collection 03 des Réveillées, enquête Bas-Berry, 1943-1948).

Agrandir

Ph. A. de Felice (Mucem, ph-1943-0001).

15Cela consistera, d’autre part, à associer à chaque phonogramme des métadonnées descriptives aussi riches que possible ainsi que tout document numérisé le contextualisant, telles que :

  • les pages du carnet de terrain rassemblant les données relatives à l’informateur (fig. 4) ou celles concernant l’air enregistré ; (fig. 5)

  • la transcription de l’entretien avec l’informateur ; (fig. 6)

  • les paroles de la chanson si elles ont été notées par les enquêtrices ; (fig. 7)

  • la transcription manuscrite de l’air, si elle figure dans les feuilles et cahiers de musique, etc. (fig. 8) ;

  • ou, enfin, les prises de vues (images fixes ou plus rarement animées) faites sur le terrain (fig. 9),

16comme le montrent les illustrations pour deux enquêtes, Berry 1943-1948 (LR, coll. n° 3, fig. 2, 3, 8, phono.1) et Pyrénées 1950-1956, (LR, coll. n° 10, fig. 4, 5, 6, 7, 9, phono. 2).

Fig. 4 - Début du carnet de terrain rassemblant les données relatives à l’informateur Prosper Dussert, vallée de Lesponne (Hautes-Pyrénées), mars 1956 (collection 10 des Réveillées, enquête Pyrénées, mission Pyrénées centrales, 1956).

Agrandir

Scan du document original conservé aux Archives nationales, cote 20130043/65.

Fig. 5 - Début du carnet de terrain rassemblant les données contextualisant l’enregistrement de la chanson de Miliaris interprétée par Prosper Dussert, vallée de Lesponne (Hautes-Pyrénées), 27 mars 1956 (collection 10 des Réveillées, enquête Pyrénées, mission Pyrénées centrales, 1956). Le phonogramme correspondant porte le numéro d’inventaire ATP 56.3.2.

Agrandir

Scan du document original conservé aux Archives nationales, cote 20130043/65.

Fig. 6 - Transcription dactylographiée de l’entretien avec l’informateur Prosper Dussert au sujet de la chanson de Miliaris, vallée de Lesponne (Hautes-Pyrénées), 27 mars 1956 (collection 10 des Réveillées, enquête Pyrénées, mission Pyrénées centrales, 1956). Le phonogramme correspondant porte le numéro d’inventaire ATP 56.3.1 (cote AN 20130007/15).

Agrandir

Scan du document original conservé aux Archives nationales, cote 20130043/66.

Fig. 7 - Transcription dactylographiée des paroles d’une chanson collectée en 1951 à Paris auprès des Compagnons du Devoir. Le phonogramme correspondant porte le numéro d’inventaire ATP 1951.16.7 (cote AN 0130007/6). La chanson étant relative à Miliaris, ce document pourra être adjoint à la collection 10 des Réveillées.

Agrandir

Scan du document original conservé aux Archives nationales, cote 20130043/14.

Fig. 8 - Transcription musicale manuscrite mise au propre du phonogramme ATP 44.1.10, enregistré auprès d’Euphrasie Pichon à Montcocu (commune de Baraize, Indre) en 1943 (collection 03 des Réveillées, enquête Bas-Berry, 1943-1948).

Agrandir

Scan du document original conservé aux Archives nationales, cote 20130043/40.

Fig. 9 - Prosper Dussert en train de chanter, vallée de Lesponne (Hautes-Pyrénées), mars-avril 1956, (collection 10 des Réveillées, enquête Pyrénées, mission Pyrénées centrales, 1956).

Agrandir

Ph. M. Boulin (Mucem, ph-1956-70-29).

17La même démarche s’appliquera bien entendu aussi systématiquement, quand une série d’enregistrements constitue un reportage sur le processus de fabrication d’un instrument (galoubet, vielle à roue, cornemuse, etc.), travail dont les étapes sont également documentées par les carnets d’enquête, les photographies, les croquis et des calques. Ou encore pour un récit de vie, dont il n’est pas rare qu’il ait fait l’objet d’une transcription dactylographique.

18Ce projet s’inscrit au fond dans le prolongement ou dans l’amplification d’un prototype, à savoir l’édition sous la forme d’un site web, mis en ligne en 2011, du matériau (collectes sur le terrain et archives de l’enquête) réuni lors de la première mission de folklore musical en Basse-Bretagne 193915 et de l’instrument de recherche correspondant.

19Afin d’exploiter l’ensemble des possibilités d’éditorialisation qu’offrira le dispositif mis en œuvre, trois enquêtes, réparties sur les années 1950, 1960 et 1970, et d’envergure relativement modeste du point de vue du volume archivistique, feront l’objet d’un travail plus approfondi. Car l’édition d’une enquête ne consistera pas seulement dans la mise en relation des archives qui la documentent. Notre but est aussi d’associer aux fichiers numériques des archives qu’une enquête a produites des éléments tels que :

  • un bref article de contextualisation générale,

  • une description précise de chaque document (ou lot de documents lorsque cela semble plus pertinent),

  • ainsi qu’un riche apparat critique et des expositions virtuelles s’adressant à un plus large public.

20Au-delà de la conception et de réalisation d’une plateforme de valorisation, le principal enjeu de ce projet est de mettre à la disposition des ethnomusicologues, des anthropologues et des chercheurs en histoire culturelle, mais aussi des praticiens des musiques et danses traditionnelles et enfin de tous ceux qui s’intéressent à la sauvegarde et à la transmission du patrimoine culturel immatériel francophone, un corpus d’une ampleur et d’un intérêt considérables, jusqu’à présent malaisément exploitable du fait de son éclatement.

Conclusion

21Il est encore trop tôt pour dire si nous avons sous-estimé les difficultés de l’entreprise dans laquelle nous nous sommes lancés avec Les Réveillées. Leur réalité, sinon leur persistance, se déduit du fait que, trente-cinq ans après la dernière enquête ethnomusicologique MNATP-CEF, et près de soixante-dix ans après la première, le corpus reste encore largement inédit. Mais précisément, on ne saurait encore et toujours différer la nécessaire évaluation d’un travail ethnographique d’enquête que nul autre, durant ces décennies, n’a conduit de façon aussi systématique que le tandem Marcel-Dubois/Pichonnet-Andral, et qu’il faut, plus urgemment que jamais, donner aux « chercheurs comme aux curieux » la possibilité de juger sur pièces. Et il est certain qu’on est mieux outillé aujourd’hui, méthodologiquement et technologiquement, qu’on ne l’a jamais été : il n’y a pas, en somme, de mission impossible ! La besogne serait même plutôt stimulante…

Mars 2019

Haut de page

Documents annexes

  • Phonogramme 1 (audio/mpeg – 2,2M)

    Euphrasie Pichon interprète « Monsieur le curé » (dont la fig. 8 donne la transcription d’une variante), Montcocu (commune de Baraize, Indre), été 1943 (collection 03 des Réveillées, enquête Bas-Berry, 1943-1948 ; cote AN : FRAN_20130007/1 ; réf. numérique : FRAN_009922_2013000_0001_44_01_002). Numéro d’inventaire ATP 44.1.2.

  • Phonogramme 2 (audio/mpeg – 5,7M)

    Prosper Dussert interprète la chanson de Miliaris, vallée de Lesponne (Hautes-Pyrénées), mars-avril 1956 (collection 10 des Réveillées, enquête Pyrénées, mission Pyrénées centrales, 1956 ; cote AN : FRAN_20130007/40 ; réf. numérique : FRAN_ 009922_2013000_0015_56_03_002). Numéro d’inventaire ATP 56.3.2.

Haut de page

Notes

1 Didier Perre (dir.) et Marie-Barbara Le Gonidec (coll.), Chansons et contes de Haute-Loire, L’enquête phonographique de 1946, Paris-Riom, CTHS-AMTA, 2013, 468 p., CD joint.

2 Il s’agit de Marie-Barbara Le Gonidec, que je remercie pour sa contribution au choix des illustrations, et de Florence Neveux, dont on lira ci-après l’article complémentaire du mien.

3 Nous étions alors tous membres d’une équipe du IIAC, le LAHIC [laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’institution de la culture]. J’ai depuis rejoint le laboratoire InVisu, unité de service et de recherche 3101 (CNRS-INHA).

4 https://explore.univ-psl.fr/fr

5 François Gasnault et Marie-Barbara Le Gonidec, « Enquêter en tandem sur les pratiques musicales de la France rurale pour le Musée des arts et traditions populaires : variation ou conjuration du collectif ? », Ethnographiques.org, 2016, 32. www.ethnographiques.org/2016/Gasnault,Le-Gonidec

6 www.portaildupatrimoineoral.org

7 Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Les archives de la Mission de folklore musical en Basse-Bretagne de 1939 du Musée national des arts et traditions populaires par Claudie Marcel-Dubois, François Falc’hun, Jeannine Auboyer, Paris-Rennes, CTHS-Dastum, 2009, 438 p., DVD joint.

8 Didier Perre (dir.) et Marie-Barbara Le Gonidec (coll.), Chansons et contes de Haute-Loire, L’enquête phonographique de 1946, Paris-Riom, CTHS-AMTA, 2013, 468 p., CD joint.

9 Claudie Marcel-Dubois et Marie-Marguerite Pichonnet-Andral, « Musique et phénomènes paramusicaux », L’Aubrac : étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain. Tome V, Ethnologie contemporaine III : littérature orale, musique, danse / Centre national de la recherche scientifique, Recherche coopérative sur programme, Paris, CNRS, 1975, p. 171-290.

10 Maguy Pichonnet-Andral, « Bibliographie chronologique (1935-1989) », Cahiers d’ethnomusicologie, 1990, 3, p. 184-185 [annexe de l’article de Jacques Cheyronnaud, « Une vie consacrée à l’ethnomusicologie », idem, p. 173-183] http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2394

11 Voir dans ce dossier la contribution de Pascal Riviale.

12 Brice Gérard, Histoire de l’ethnomusicologie en France (1929-1961), Paris, L’Harmattan, 2015, 363 p.

13 Mentionnons la publication, au cours des années 1970, dans les « papiers de l’équipe de recherche ethnomusicologique » de » cadres classificatoires » visant à encadrer l’indexation-matières des documents sonores. Outre qu’il s’agissait de brochures ronéotées peu diffusées, leur contenu reste très loin d’un lexique hiérarchisé, a fortiori d’un thésaurus. 

14 La fermeture de l’un de ces sites va heureusement permettre de réunir dans un seul et unique lieu documents textuels, documents sonores et documents filmiques, la fin des opérations de déménagement étant programmée au printemps 2020.

15 http://bassebretagne-mnatp1939.com

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Gasnault, « Du « corpus des musiques ethniques de la France » au projet Les Réveillées », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4110 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4110

Haut de page

Auteur

François Gasnault

Conservateur général du patrimoine, François Gasnault a dirigé d’importants centres d’archives ministériels et territoriaux. Comme chercheur, il a étudié en historien les bals publics et la danse sociale à Paris au xixe siècle puis la sociabilité universitaire à Bologne à l’époque du Risorgimento. Dans le cadre d’une anthropologie historique des pratiques culturelles, il poursuit depuis 2010 des recherches sur les réseaux revivalistes français dans la seconde moitié du xxe et s’intéresse à l’évolution sur la longue durée de la figure du collecteur. Rattaché à l’USR InVisu (CNRS-Inha) et chercheur associé au centre d’Histoire sociale (Paris1-CNRS), il co-dirige avec Marie-Barbara Le Gonidec le programme SAHIEF (sources, archives et histoire institutionnelle de l’ethnomusicologie de la France) et le projet Les Réveillées, plate-forme d’éditorialisation en ligne des enquêtes ethnomusicologiques de terrain menées par le musée des Arts et Traditions populaires.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page