Navigation – Plan du site

Éditorial

Pourquoi consacrer un dossier thématique aux archives de l’ethnomusicologie ?
Florence Descamps
p. 4-6

Texte intégral

1Depuis la transformation respective du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) en musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) et du musée de l’Homme (MH) en musée des Arts Premiers, une curiosité s’est manifestée à l’égard des collections anciennes – quasi mythologiques – de ces deux musées créés sous le Font populaire. Des interrogations, une attente, un intérêt renouvelé ont fait jour, au sein de la communauté scientifique mais aussi de la part des publics éclairés et amateurs, au sujet du devenir de ces collections, restées longtemps inaccessibles aux non-initiés. Que ces collections sont-elles devenues ? Comment ont-elles été partagées ou réparties entre les différentes institutions muséales et patrimoniales ? Sont-elles accessibles ? Comment et sous quelles conditions peuvent-elles être réutilisées ?

  • 1 Léon Azoulay, « Liste des phonogrammes composant le Musée phonographique de la Société d’Anthropolo (...)
  • 2 Florence Descamps, Archiver la mémoire, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019.

2Ces interrogations conjoncturelles liées aux changements muséaux évoqués plus haut ont rencontré un questionnement plus structurel sur l’histoire des sciences humaines et sociales et celle de leurs méthodes, ainsi que sur les archives de la recherche en SHS. Or, l’anthropologie, l’ethnologie, le folklorisme et l’ethnomusicologie, dans le sillage de la linguistique et de la dialectologie – ont été les premières historiquement à apprivoiser les nouvelles technologies du son et plus particulièrement le procédé d’enregistrement (cylindres phonographiques, puis magnétophone et bandes magnétiques etc.). C’est aussi aux ambitions et aux intuitions scientifiques des linguistes, des folkloristes, des ethnologues et des ethnomusicologues, qu’ils soient collecteurs, chercheurs ou conservateurs, que l’on doit la constitution, la conservation et la transmission des premiers corpus d’archives sonores, et ce dès avant la Grande Guerre, grâce à la création des Archives de la Parole (1911) ou plus précocement encore, du musée phonographique de la Société d’Anthropologie1. C’est aussi en leur sein que les premiers principes méthodologiques ont été élaborés et mis en pratique, notamment au sein de ces deux musées-laboratoires qu’ont été le MNATP et le MH, depuis les premières enquêtes de terrain jusqu’à la conception et l’organisation du traitement documentaire appliquée à la langue, la parole, le chant et la musique enregistrée, alors qu’à la même époque certaines autres sciences sociales telles que l’histoire se montraient beaucoup plus frileuses à l’égard des nouvelles techniques d’enregistrement ou d’observation du réel et à leurs apports cognitifs2.

3Enfin, ces interrogations se sont trouvées prises dans le grand tournant archivistique et documentaire venu de l’histoire médiévale et moderne qui a saisi les sciences sociales à la fin du xxe siècle. L’ethnomusicologie pouvait-elle y échapper, alors même qu’elle avait pris une longueur d’avance dans l’organisation et l’archivisation de ses propres données et de ses propres travaux ? Il en résulte des questions simples mais incisives : pourquoi ces archives ont-elles été conservées et transmises de cette manière ? Comment ont-elles été organisées ? Selon quelle « doctrine » ou conception ? Par qui et en vue de quoi ? Quel est leur statut ? Ces documents peuvent-ils être qualifiés d’archives ou comment peuvent-ils le devenir, s’ils ne le sont pas déjà ?

4C’est à ces questions en définitive que le dossier thématique dirigé par Marie-Barbara Le Gonidec répond, appuyée sur un travail collectif important, à travers l’étude fine et documentée des archives de deux institutions muséales bien spécifiques que sont le MNATP et le MH. Ancienne responsable du département d’ethnomusicologie du MNATP, ethnomusicologue elle-même, ancienne présidente de l’AFAS (2011-2013), très motivée dès la transformation du Bulletin de l’AFAS en revue scientifique Sonorités en 2014 par l’idée de consacrer une livraison à l’ethnomusicologie, elle était sans conteste la personne idoine pour coordonner ce numéro. Le dossier qu’elle a rassemblé propose à la fois une généalogie de la constitution des fonds et de leurs modes de transmission, relate les circonstances de leur déplacement géographique, la façon dont ils ont été patiemment documentés et présente les premiers outils de valorisation attachés à ces archives sonores « venues du passé ».

  • 3 Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy, Le laboratoire des sciences sociales : histoires d (...)
  • 4 Véronique Ginouvès et Isabelle Gras, La diffusion numérique des données en SHS. Guide de bonnes pra (...)

5Ce faisant, ce dossier pointe les grands chantiers en cours ou à venir pour tous les fonds d’archives sonores historiques et souligne l’importance du travail collaboratif à mener par les conservateurs, les professionnels de la documentation et des bases de données et les chercheurs, ainsi que l’opiniâtreté dont il faut se munir pour mener à bien ce type de projet. Nous nous contenterons de citer cinq des grands défis à relever, dont le dossier rend bien compte, dans ses difficultés comme dans ses succès. Le premier enjeu est celui de la collecte et de la conservation pérenne des archives de la recherche en SHS, qui seule peut documenter l’histoire de ces sciences, désormais séculaire, autorisant la conduite d’enquêtes sur les enquêtes3. Le deuxième questionnement a trait au droit et au statut de ces archives sonores4, en intégrant les diverses réponses empiriques – souvent incertaines et tâtonnantes, parfois contradictoires – qui ont pu être apportées par les chercheurs-producteurs de ces archives au fil des décennies. Il a fallu en effet le temps que la réflexion mûrisse et se stabilise concernant la définition, la nature, la propriété et le statut des divers documents produits : enregistrements sonores, parlés, chantés et musicaux ; enregistrements filmés ; photographies ; notes de terrains, carnets d’enquête ; fiches documentaires ; travaux intermédiaires, rapports d’enquête et textes de synthèse ; correspondances privées ; documents administratifs ou de gestion etc.

6Le troisième questionnement a trait aux technologies informatique et numérique et à ce qu’elles font aux archives ethnomusicologiques, ainsi qu’aux usages d’internet qui assure à ces documents une diffusion planétaire, non sans poser de nouvelles questions concernant la protection des œuvres, des artistes-interprètes ou tout simplement des personnes. Le quatrième défi concerne la documentation de ces corpus, l’élaboration savante des instruments de recherche, l’énergie et la persévérance qu’il faut déployer pour accroître et rendre accessible les connaissances qui leur sont attachées ou qu’ils produisent (contextualisation des conditions de production, méthodes de fabrication des corpus, biographies des auteurs, etc.). Le cinquième thème est celui de la réutilisation et des conditions de cette réutilisation, que ce soit par la société civile ou par des chercheurs. Dans le cas des deux institutions étudiées, c’est l’usage par la société civile qui semble progresser le plus vite (restitutions/réappropriations), sans pour autant interdire des « revisites » scientifiques dont les temporalités, on le sait, obéissent à des rythmes plus étirés.

7Afin d’explorer toutes ces questions, la structure du numéro donne le plus large espace au dossier thématique, qui se déclinera sous une version papier et sous une version électronique, enrichie de précieuses illustrations permettant de saisir la matérialité de la recherche en ethnomusicologie. Une nouvelle rubrique « Portrait » permet d’accueillir Florence Gétreau musicologue et ancienne conservatrice au MNATP, qui évoque au travers d’un entretien d’histoire orale son parcours de chercheuse et de conservatrice. Enfin, le tour de l’histoire orale européenne se poursuit grâce à l’aide d’Agnès Arp, professeur à l’université d’Iéna, qui propose dans ce numéro, après les exemples de la République Tchèque5 et de la Roumanie6, un article sur l’histoire orale en Pologne par Marta Kurkowska-Budzan et Marcin Stasiak, historiens de l’université Jagellon de Cracovie, qui montre combien les modes d’appropriation de cette méthode obéissent à des contextes toujours singuliers et historiquement situés.

Haut de page

Notes

1 Léon Azoulay, « Liste des phonogrammes composant le Musée phonographique de la Société d’Anthropologie », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V° Série. Tome 3, 1902. p. 652-666 et Mathilde Rouquet, « À la découverte des cylindres phonographiques de la BnF » [en ligne] https://gallica.bnf.fr/blog/15032018/la-decouverte-des-cylindres-phonographiques-de-la-bnf

2 Florence Descamps, Archiver la mémoire, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019.

3 Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy, Le laboratoire des sciences sociales : histoires d’enquêtes et revisites, Paris, Raisons d’agir, 2018.

4 Véronique Ginouvès et Isabelle Gras, La diffusion numérique des données en SHS. Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Digitales », 2018.

5 Bulletin de l’AFAS. Sonorités, n° 43, 2017, https://journals.openedition.org/afas/3049

6 Bulletin de l’AFAS. Sonorités, n° 45, 2019, https://journals.openedition.org/afas/3318

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Descamps, « Éditorial », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4240

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Maître de conférence HDR à l’EPHE, Florence Descamps anime un séminaire consacré à l’histoire orale. Elle a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles, parmi lesquels L’historien, l’archiviste et le magnétophone [En ligne]. Elle a dernièrement publié : « La parole et le droit. De l’insouciance à la vigilance » et « Recommandations pour la collecte, le traitement et l’exploitation des témoignages oraux », avec R. Branche, F. Saffroy et M. Vaïsse, in V. Ginouvès et I. Gras (dir.), La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2018 (p. 89-101, p. 102-127) et Archiver la mémoire aux Éditions de l’EHESS, Paris, 2019. Elle est responsable de la revue Sonorités publiée par l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS) dont elle est la présidente.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page