Navigation – Plan du site
Le fonds Jean Métral

Retour sur la méthodologie des entretiens biographiques

Élisabeth Longuenesse
p. 20-23

Texte intégral

L’art de l’entretien

  • 1 Voir l’introduction à ce dossier, ainsi que la présentation de l’enquête par France Métral dans les (...)

1La soixantaine d’entretiens présentés ici représente un des trois volets d’une enquête plus vaste sur les Français du Liban et leur relation à la société libanaise, en tant que minorité « allogène ». Ils venaient compléter d’une part une enquête statistique, à partir du fichier des Français enregistrés auprès du consulat de France, d’autre part, une enquête portant sur les institutions françaises au Liban1.

  • 2 Ibidem.
  • 3 Ces entretiens ont été analysés, et une partie d’entre eux publiée, dans l’ouvrage de Claude Dubar (...)

2Ces entretiens étaient structurés autour de trois axes2. Le premier axe, autobiographique, visait à reconstituer le parcours de la personne interviewée, les circonstances de sa présence ou de son arrivée au Liban, les étapes de sa vie dans le pays, et ses relations avec son environnement social. Dans un second volet, les questions montaient en généralité et portaient sur la place de la communauté française au Liban, et ses relations avec la France. Enfin, en troisième partie, était interrogée l’opinion de l’interviewé sur l’avenir de l’influence française et de la langue française au Liban. La méthode de l’entretien ouvert permettait toutefois à la personne interrogée de développer assez librement ses propos et sa vision de la situation, tandis que l’enquêteur s’autorisait à la relancer à partir de ces mêmes propos. La présence de deux enquêteurs donnait enfin plus de spontanéité et de liberté à l’échange. Selon la date et les circonstances de l’arrivée au Liban de la personne interviewée, sa situation professionnelle, sa position sociale, la façon dont celle-ci réagit aux questions, les développements de son récit, les appréciations et jugements portés sur la place de la communauté française au Liban sont très variables et parfois même opposés. Tout l’intérêt de ces entretiens est précisément dans cette diversité, en autorisant une exploitation à la fois en tant que source d’information et en tant que matériau à analyser. Leur richesse devait bien sûr s’adosser aux autres volets de l’enquête, combinant les méthodes de la sociologie et de l’anthropologie. Notons que cette même méthode avait été déjà mobilisée pour l’enquête sur les classes sociales au Liban, initiée par Jean Métral dès 1973 auprès des étudiants de l’École des lettres3.

  • 4 C’est ce que suggère Chevalier (« La biographie et son usage en sociologie », Revue française de sc (...)
  • 5 Howard S. Becker, « The Life History in the Scientific Mosaïc », Préface à la réédition de Clifford (...)
  • 6 Daniel Bertaux, Histoires de vie ou récits de pratiques. Méthodologie de l’approche biographique en (...)
  • 7 Philippe Joutard, « Historiens, à vos micros. Le document oral, une nouvelle source pour l’Histoire (...)

3Ce n’est que tardivement que l’usage de l’entretien biographique en sociologie a véritablement acquis droit de cité, inspiré par la pratique de l’ethnologie. Précocement mobilisé par les sociologues de l’université de Chicago dès les années 1920 et 1930, probablement sous l’influence de leur « voisinage » avec l’anthropologie4, il ne fera l’objet d’une formalisation méthodologique que beaucoup plus tard. Dans sa préface à la réédition en 1966 d’un ouvrage classique de la tradition de Chicago (mais peu connu en France), Howard Becker5 se réclame de cet héritage lorsqu’il distingue l’autobiographie de la biographie, « bien que [la seconde] partage avec [la première], la forme narrative, le discours à la première personne et un point de vue subjectif, […] la biographie est davantage soumise aux objectifs du sociologue[…] Le chercheur guide l’interviewé[…] Ce faisant, il travaille à partir de sa propre perspective… qui insiste sur le côté témoignage personnel, en accordant une grande importance aux interprétations que, dans la pratique, les gens donnent comme explication à leur comportement. » En France, c’est à l’occasion d’une enquête sur la boulangerie artisanale que, dès le milieu des années 1970, Daniel Bertaux popularise la tradition de l’École de Chicago et teste la méthode des récits de vie6. Au même moment, les historiens popularisent l’histoire orale7. L’enquête sur les Français du Liban s’inscrit donc pleinement dans ce nouveau moment de la recherche en sciences sociales — où les frontières entre disciplines s’estompent.

  • 8 Pierre Bourdieu (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1998.

4La méthode de l’entretien fera un peu plus tard l’objet d’une réflexion critique chez les sociologues, dont rend compte le numéro 1/62 de 1986 des Actes de la recherche en sciences sociales. On y trouve la traduction de l’article de Becker ainsi qu’un article célèbre de Pierre Bourdieu où celui-ci met en question le « postulat du sens de l’existence racontée » que présuppose le récit de vie, le « souci de dégager une logique rétrospective et prospective (d’établir) des relations intelligibles entre états successifs, ainsi constitués en étapes d’un développement nécessaires » (Bourdieu, 1986, p. 69), auquel il oppose l’« illusion rhétorique » d’un récit cohérent, alors que, selon lui, on ne peut comprendre une trajectoire « qu’après avoir préalablement construit les états successifs du champ dans lequel elle se construit, donc l’ensemble des relations objectives qui ont uni l’agent considéré (…) à l’ensemble des autres agents engagés dans le même champ » (ibid. p. 72). Ce qu’il tentera de faire, avec son équipe, à l’occasion de la publication des histoires recueillies et commentées dans la Misère du Monde8.

  • 9 Didier Demazière, « L’entretien biographique comme interaction négociations, contre-interprétations (...)

5La méthode pose en effet au sociologue la question de son rôle dans l’interprétation des propos recueillis, du double défi de la confrontation entre subjectivité de l’interviewé et possible parti-pris ou a priori de l’enquêteur, et des effets de la relation inégale entre les deux interlocuteurs9. Elle se fonde pourtant sur la démarche compréhensive théorisée par Max Weber, qui implique l’empathie, comme combinaison des principes de neutralité, d’écoute, de bienveillance, de dialogue des consciences.

  • 10 Suzanne Chazan et alii, « Gérard Althabe, un interlocuteur des mondes contemporains », Autrepart, 2 (...)
  • 11 Jean Métral, « L’ethnologue et son terrain : participation, engagement, implication », L’ARA, Assoc (...)
  • 12 Gérard Althabe, « Le terrain au présent », Bulletin de l’association française des anthropologues, (...)
  • 13 Jean Métral, art. cité, p. 58.
  • 14 Voir Jean Métral, art. cité, ainsi que les articles d’Yves Grafmeyer, François Laplantine, Isaac Jo (...)

6Cette démarche est au fondement de la pratique de l’anthropologie, « un métier dont l’enquête de terrain représente l’épicentre10 » ; où « le terrain, […] instance de formation, d’apprentissage, de légitimation, de démonstration » « occupe une position centrale11 » ; le terrain au sens de l’enquête participante, nous dit aussi Gérard Althabe : visant à « une connaissance de l’intérieur12 », pour laquelle le récit de vie devenait alors un instrument essentiel. L’ethnologue, étranger à la société étudiée, s’efforçait de comprendre, au sens le plus fort du terme, à travers les récits recueillis, la façon dont les hommes et les femmes qu’il rencontrait se représentaient le monde et leur place au sein de ce monde. Mais la posture des premiers ethnologues était imprégnée d’un exotisme parfois naïf et oublieux du contexte colonial. La nouvelle génération, arrivée à la discipline dans les années de la décolonisation et à laquelle se rattache Jean Métral, sera amenée à mettre en lumière — et en question — l’aveuglement de leurs maîtres face à la situation de domination subie par les peuples observés. Ils inaugureront une posture d’engagement qui les conduira à interroger leur position vis-à-vis de leur propre société. Alors, « pour beaucoup d’ethnologues [vint] le temps du rapatriement », rappelle Jean Métral13 : rapatriement d’une discipline vers sa société d’origine et retour réflexif sur soi14.

  • 15 Jean Métral et Yves Lequin, « À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraité (...)

7L’enquête sur les Français du Liban s’inscrit dans ce contexte de mutation de l’anthropologie comme, plus largement, des sciences sociales. En choisissant de travailler sur ce nouvel objet d’étude, plutôt que sur une société locale étrangère à l’observateur, le chercheur réalisait un premier renversement du regard, décidait de se regarder lui-même dans le miroir de sa discipline, non seulement en dévoilant une situation de caractère colonial, mais en prenant précisément pour objet le groupe social agent de cette domination, plutôt que la société dominée. La suite, ce sera l’enquête sur la mémoire ouvrière à Givors, menée conjointement par Jean Métral et l’historien Yves Lequin, dans le cadre d’un séminaire croisant anthropologie et histoire15.

  • 16 Didier Demazière, art. cité.

8La façon dont sont menés les entretiens présentés dans ce catalogue traduit de façon passionnante ce nouveau rapport entre enquêteur et enquêté. Désormais, l’enquêteur, ethnologue-sociologue, est partie prenante de son objet, et l’effet de miroir du rapport à l’autre se retourne et se referme sur lui. La complicité entre observateur et observé qui se met en place du fait de cette appartenance commune facilite l’échange, mais peut aussi être un leurre et produire une illusion. L’art de l’entretien, qui consiste à se laisser porter par le récit de l’interlocuteur, sans pour autant perdre le fil de ce que cherche à comprendre l’enquêteur, impose une d’autant plus grande souplesse, une proximité faite d’empathie, mais aussi une lucidité sans faille de la part de ce dernier, une claire conscience de sa position, de la façon dont il est vu par son interlocuteur, des effets de la relation d’entretien16. L’enquêteur se donne ainsi les moyens de recueillir des récits proposant des interprétations radicalement opposées des mêmes évènements, de configurations sociales identiques, que la trajectoire et la position du producteur du récit, chaque fois différente, peut seule éclairer.

9Au chercheur ensuite d’en faire la synthèse, pour tenter de reconstituer, si possible avec l’aide des autres éléments de l’enquête sociologique, ce qu’était cette société coloniale et sa relation avec la société locale. L’absence des autres volets prévus rend malheureusement aujourd’hui cette analyse plus difficile. On n’en est pas moins en présence de documents précieux, dont on ne peut qu’espérer que de nouvelles générations de chercheurs se saisissent, avec les outils renouvelés de la réflexion méthodologique en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Voir l’introduction à ce dossier, ainsi que la présentation de l’enquête par France Métral dans les deux notes publiées sur le site de la phonothèque de la MMSH : Portraits de Français expatriés à Beyrouth, https://phonotheque.hypotheses.org/19643 ; et Beyrouth en 1975, https://phonotheque.hypotheses.org/19645

2 Ibidem.

3 Ces entretiens ont été analysés, et une partie d’entre eux publiée, dans l’ouvrage de Claude Dubar et Salim Nasr, Les Classes sociales au Liban, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques

4 C’est ce que suggère Chevalier (« La biographie et son usage en sociologie », Revue française de science politique, vol. 29, n° 1, 1979, p. 83-101), cité par Claude Dubar et Sandrine Nicourd (Les Biographies en sociologie, Paris, La Découverte, 2017, p. 8)

5 Howard S. Becker, « The Life History in the Scientific Mosaïc », Préface à la réédition de Clifford Shaw(1966), The Jack-Roller. Delinquent Boy’s Own Story, Chicago, 1930. Traduction française : « Biographie et mosaïque sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62, n° 1, 1986, p. 105-110

6 Daniel Bertaux, Histoires de vie ou récits de pratiques. Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, Paris, Rapport Cordès, 1976 ; Daniel Bertaux et Isabelle Bertaux-Wiame, Une enquête sur la boulangerie artisanale par l’approche biographique, Rapport Cordes 1980 (accessible sur http://www.daniel-bertaux.com/textes/bertauxboulangerievol-i.pdf et http://www.daniel-bertaux.com/textes/bertaux-vol-2.pdf).

7 Philippe Joutard, « Historiens, à vos micros. Le document oral, une nouvelle source pour l’Histoire ? », L’Histoire, n° 12, 1979, p. 106-113.

8 Pierre Bourdieu (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1998.

9 Didier Demazière, « L’entretien biographique comme interaction négociations, contre-interprétations, ajustements de sens », Langage et Société, n° 123, 2008.

10 Suzanne Chazan et alii, « Gérard Althabe, un interlocuteur des mondes contemporains », Autrepart, 2005/2, n° 34, p. 85-91.

11 Jean Métral, « L’ethnologue et son terrain : participation, engagement, implication », L’ARA, Association Rhône-Alpes d’anthropologie, octobre 2003, n° 51, p. 56-60.

12 Gérard Althabe, « Le terrain au présent », Bulletin de l’association française des anthropologues, n° 29-30, 1987, p. 43-49.

13 Jean Métral, art. cité, p. 58.

14 Voir Jean Métral, art. cité, ainsi que les articles d’Yves Grafmeyer, François Laplantine, Isaac Joseph et d’autres dans le même numéro de la revue de l’ARA. Et aussi Gérard Althabe et Valéria Hernandez, « Implication et réflexivité en anthropologie », Journal des anthropologues, 2004, p. 15-36.

15 Jean Métral et Yves Lequin, « À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraités de Givors », Annales économies, Sociétés, n° 35/1, janvier-février 1980, p. 149-163.

16 Didier Demazière, art. cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Longuenesse, « Retour sur la méthodologie des entretiens biographiques », Bulletin de l'AFAS [En ligne], HS1 | 2019, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4349

Haut de page

Auteur

Élisabeth Longuenesse

Sociologue et arabisante (CNRS, Laboratoire Printemps, UMR 8085, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page