Navigation – Plan du site
Le fonds Jean Métral

Biographie de Jean Métral

Françoise Métral
p. 24-26

Texte intégral

  • 1 Jean Pouilloux (1917-1996) était un archéologue et épigraphiste français, spécialiste de la Grèce a (...)
  • 2 Linguiste et orientaliste, Nikita Élisséeff (1915-1997) a été professeur à l’université de Lyon.
  • 3 Créée en 1979, l’unité de recherche CNRS URA 913 – GREMO, Groupe de recherche sur le Moyen-Orient a (...)
  • 4 Le terme arabe Bilad el-Cham est utilisé pour couvrir les États de Palestine, Jordanie, Liban et Sy (...)

1Jean Métral est né à Seynod en Haute-Savoie en 1933 et décédé à Annecy en 2002. Après des études classiques, menées de pair avec une activité d’animation et de critique de cinéma, puis une longue coupure, due au service militaire en Algérie (1958-1961), Jean Métral reprend des études universitaires et s’oriente vers la sociologie, l’anthropologie et la sociologie musulmane. Il soutient une thèse de Troisième cycle sur « Les druzes de Galilée : Problèmes d’organisation sociale » en février 1967. Entré à l’université de lettres de Lyon) comme assistant d’ethnologie, il s’inscrit en thèse d’État, son sujet « Économie et société dans le Croissant fertile » portant sur la Syrie. C’est dans ce cadre qu’il obtient une mission CNRS en décembre 1968. Nommé maître assistant en 1969, il est détaché à Beyrouth auprès du ministère des Affaires étrangères pour assurer la fonction de directeur du département de sociologie à l’École supérieure des lettres de Beyrouth, établissement d’enseignement supérieur dépendant de l’université de Lyon. Face à l’impossibilité de traiter le sujet sur la Syrie en raison des événements politiques, il dépose un nouveau sujet en 1973 sur « les Français au Liban, une minorité allogène 1945-1975 », avec, en perspective, l’analyse des manifestations et des mécanismes de domination culturelle. Il entreprend pour cela au printemps 1974, avec le concours de Françoise Métral, son épouse et Alain Battegay, une enquête statistique de la colonie française au Liban, puis mène une série d’entretiens entre janvier et mai 1975 auprès de Français résidants permanents et coopérants. Ce sujet devra être abandonné en raison de l’éclatement de la guerre civile libanaise en avril 1975 et de la destruction partielle des données de l’enquête statistique. De retour en France, il rejoint le département de sociologie et d’anthropologie de l’université Lyon II. Il participe au mouvement de l’ethnologie rapatriée et poursuit des recherches sur la mémoire ouvrière. Par ailleurs, accueilli à son retour du Liban en octobre 1975 par Jean Pouilloux1 et Nikita Élisséeff2 à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (université Lyon 2) qui vient d’ouvrir ses portes,il participe à la création de l’Institut de recherche sur le monde arabe contemporain IRMAC dont il assure la direction de 1978 à 1992. Cet institut sera par la suite intégré au GREMMO (unité CNRS)3. Il dirige avec Yves Grafmeyer et Isaac Joseph le séminaire « Cultures urbaines » puis participe à la création d’une maitrise Culture urbaines. Parallèlement, il poursuit les recherches sur le Moyen-Orient en donnant pour cadre général à son équipe de recherche, l’étude de l’articulation et des transformations survenues, depuis la fin de l’Empire ottoman, dans les trois écosystèmes du Proche-Orient : la campagne et ses paysans, la ville et les citadins, la steppe et les tribus. Les nouveaux États du Bilad ach-Cham4 constituent son principal terrain de recherche. Il fait participer son équipe à plusieurs appels d’offres du Plan urbain notamment sur « Espace public, citadinités, mobilités réseaux ». Dans le cadre de la Maison de l’Orient méditerranéen, il dirige également des thèmes de recherche commun au Groupement d’intérêt scientifique appréhendant avec archéologues, épigraphistes, historiens et géographes, les thèmes de l’eau, de la steppe et des pastoralismes et effectue annuellement avec Françoise Métral de 1977 à 1992 des missions de recherche sur le terrain en Syrie pour le CNRS. Ces recherches s’articulent sur trois axes, d’une part l’irrigation, la réforme agraire et l’agriculture en Syrie (sur l’Oronte et l’Euphrate), d’autre part les politiques urbaines dans le monde arabe, les espaces publics, la formation des petites villes et la citadinité (dans la Syrie centrale) et enfin, le nomadisme et les mobilités. Il « revisite » une ancienne petite cité caravanière de la Palmyrène 50 ans après sa mort annoncée par Alfred de Boucheman : il y étudie la réponse à l’aléatoire, la résilience des populations de la steppe, le fonctionnement en réseaux du commerce, la ville en archipel. En 1981, il est nommé membre du Conseil national du patrimoine ethnologique au ministère de la Culture. Il siège à la commission permanente et participe au comité scientifique de six appels d’offres sur la ville. De 1983 à 1987, il préside l’Association Rhône-Alpes d’anthropologie. Sur le terrain universitaire, il devient responsable en 1991 de la licence et de la maîtrise « Conception et mise en œuvre de projets culturels ». Puis, participe à la création du DU « Médiation, interculturalité, développement social ». En 1998, il collabore à la naissance d’un DESS « Développement culturel et direction de projets ». Cette même année, alors que l’enseignant-chercheur est officiellement à la retraite, il est nommé responsable du programme interministériel « Culture, ville et dynamiques sociales ». De 1998 à 2002, il est président de la Maison du Rhône (une administration culturelle créée par le Conseil départemental du Rhône, à Givors) et il s’implique dans la création du « Centre pour une anthropologie du fleuve. » Il décèdera brutalement, le 15 mai 2002, au conservatoire d’Annecy (Haute-Savoie), lors d’une rencontre avec des survivants du maquis des Glières.

André Leroi-Gourhan (1911-1986), invité lors d’un colloque organisé par l’École supérieure des lettres de Beyrouth, visite le site archéologique d’Echmoun près de Saïda en 1971 guidé par Maurice Dunand (1898-1987)

Agrandir

De gauche à droite : M. Dunand, A. Leroi Gourhan, J. Métral.

Olivier Aurenche (1972)
(CC-BY-NC)

Haut de page

Notes

1 Jean Pouilloux (1917-1996) était un archéologue et épigraphiste français, spécialiste de la Grèce antique.

2 Linguiste et orientaliste, Nikita Élisséeff (1915-1997) a été professeur à l’université de Lyon.

3 Créée en 1979, l’unité de recherche CNRS URA 913 – GREMO, Groupe de recherche sur le Moyen-Orient a été arrêtée en 2015.

4 Le terme arabe Bilad el-Cham est utilisé pour couvrir les États de Palestine, Jordanie, Liban et Syrie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Métral, « Biographie de Jean Métral  », Bulletin de l'AFAS [En ligne], HS1 | 2019, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4356 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4356

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page