Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Texte intégral

Entretien avec un couple d’enseignants, installés au Liban depuis 4 ans, dont l’homme est le directeur de l’École supérieure des lettres de Beyrouth en 1975

N° enquête : 4353

Intervenants : Corvin, Michel, 1418

Durée : 1 h 22 min

Commentaires sur la langue : Au moment de l’enregistrement, un des enfants du couple apprend l’arabe à l’école.

1Le témoignage est celui du couple, en présence de leurs 4 enfants, âgés de 6 à 15 ans, qui vont et viennent dans la maison pendant l’entretien. L’enquêteur s’adresse essentiellement à l’homme, mais sa compagne prend très souvent part à l’entretien. Les époux sont arrivés en octobre 1971 à Beyrouth, ils sont installés dans les quartiers Sud, à Raas al-Nabeh. Tous deux agrégés de grammaire, ils ont suivi un parcours universitaire classique. Depuis janvier 1975, les époux exercent comme professeurs de lettres à l’École supérieure des lettres de Beyrouth dont l’homme est le directeur. Le couple se montre assez critique à l’égard des Français résidant au Liban, en particulier avec ceux liés aux sphères diplomatiques, industrielles et financières, ainsi qu’aux institutions de coopération. Ils perçoivent clairement, de la part de ces derniers, des réflexes colonialistes. De fait, ils se voient comme des enseignants « éveilleurs d’esprits » qui transmettent une « inquiétude » intellectuelle à leurs étudiants. L’informateur se montre attentif à une culture arabe critique et anti-impérialiste en plein essor, qui contrebalance l’élitisme culturel francophone, de nombre de leurs étudiants. Au long terme, il espère une fusion positive des cultures « française » et « orientale », laquelle est menacée par les événements politiques. À ce propos, le couple envisage un retour rapide en France, à l’issue du printemps 1975.

En 1975, un jeune professeur d’histoire s’exprime sur la question de son enseignement et en particulier de celui dispensé à l’École supérieure de lettres de Beyrouth (Liban)

N° enquête : 4354

Intervenants : Tate, Georges

Durée : 1 h 22 min

Commentaires sur la langue : L’informateur ne parle ni l’arabe ni l’anglais au moment de son entretien.

2Suivant la grille d’enquête de Jean Métral, l’informateur présente d’abord son état civil, signalant que son épouse, avec qui il est marié depuis 1971, est née au Caire en 1948, de nationalité libanaise. Lui-même, est agrégé d’histoire. Il a enseigné à Nanterre en 1968, puis a effectué son service militaire comme coopérant détaché à l’École supérieure des lettres de 1969 à 1971. Il a prolongé son séjour à Beyrouth comme pensionnaire de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (IFAPO) de 1971 à 1973. Puis il a obtenu un poste de professeur d’histoire, fonctionnaire de l’Éducation nationale et détaché au ministère des Affaires étrangères en tant que civil cette fois-ci, à l’École supérieure des lettres en octobre 1973. L’entretien s’oriente ensuite vers ses fréquentations sociales, mais il passe rapidement sur cette question en précisant que, s’il ne parle ni arabe ni anglais, en revanche ses fréquentations sont à la fois libanaises et françaises. Il exprime toutefois des « préjugés défavorables » à l’égard des milieux d’affaires français, des ambassades, des associations de Français. Interrogé sur le poids des milieux d’affaires et des milieux culturels français, l’enseignant répond que pour lui, les intérêts libanais et français s’enchevêtrent selon les milieux, au point que certains sont difficilement qualifiables d’un point de vue de leur nationalité tant leurs intérêts sont mêlés. Il cite en exemple la famille Bassoul (du groupe Bashen), les importateurs et partenaires de Renault au Liban, les jésuites ou encore les Libanais employés par des institutions culturelles françaises. D’après lui, l’École supérieure des lettres, jusqu’ici élitiste et réservée à la bourgeoisie chrétienne urbaine, accueille depuis l’année universitaire 1971-1972 davantage d’étudiants moins fortunés, plus attachés à l’arabité. Ces nouveaux étudiants sont plus réceptifs à l’historiographie critique et il voit en eux des « intellectuels organiques » qui manquent justement à la société libanaise. Sollicité dans son rôle d’enseignant d’histoire à l’École supérieure des lettres de Beyrouth, l’enseignant soulève un paradoxe de taille : la formation d’une culture libanaise critique passe par un enseignement francophone. Selon lui, il ne s’agit pas seulement d’un legs colonial, mais il contribue à « l’écartèlement » des intellectuels libanais de gauche. Pour finir, l’informateur développe l’idée d’un enseignement historique de qualité, en arabe et par des Libanais en exposant les difficultés inhérentes à un tel projet.

Entretien avec un homme d’affaires franco-libanais sur le déclin des coopérations bilatérales entre la France et le Liban à Beyrouth en 1975

N° enquête : 4355

Intervenants : Roussel, Xavier

Durée : 1 h 22 min

Commentaires sur la langue : L’informateur parle français, anglais pour ses relations commerciales et surtout arabe afin de négocier avec des acheteurs arabes mais il n’écrit pas cette langue. Ses enfants apprennent l’arabe au Collège protestant français de Beyrouth.

Qualité sonore : Au bout d'une heure vingt, l’entretien se poursuit mais l’enregistrement devient inaudible.

3L’entretien se déroule chez un homme d’affaires de Beyrouth, dans son appartement familial situé au cœur de la ville de Beyrouth. L’homme, d’origine française, possède la double nationalité, française et libanaise. Il s’est marié en 1967 avec une ancienne enseignante de physique-chimie née à Beyrouth en 1945 et possédant elle aussi la double nationalité. Ils ont deux enfants, nés au début des années 1970. L’homme d’affaires a vécu la majorité de sa vie au Liban et s’est installé à son propre compte. Il n’a pas eu de problèmes d’intégration, ni ici ni en France. Il possède deux voitures et s’offre aussi du personnel de service, une bonne qui est là de manière permanente. L’informateur voyage beaucoup, rarement en France et principalement dans les pays arabes pour des raisons professionnelles. Quand il part, c’est en avion et généralement pour une durée de 2 à 3 semaines. S’il devait rentrer en France, il ne saurait pas où aller ni quoi faire. Ses seuls contacts avec la France sont professionnels. Quant à ses relations sociales, l’homme dit recevoir et être souvent invité avec son épouse, principalement à l’occasion de déjeuners. Son entourage est éclectique. Il fréquente des Français, des Libanais, des étrangers. Faire partie d’une association française comme celle de l’Union française de l’étranger ne l’intéresse pas. Il répond aux questions posées par les chercheurs en envisageant, d’un œil avisé, les difficultés qui se poseraient à un ressortissant français qui souhaiterait rester vivre au Liban. Selon l’homme d’affaires, la minorité française est constituée de professionnels destinés à rentrer en France. À ce propos, il regrette la perte des avantages qui étaient auparavant donnés par le gouvernement français, et cite la fermeture de la chambre de commerce franco-libanaise, ou encore les difficultés d’inscription des enfants français dans les écoles françaises. Pour l’homme d’affaires, sa nationalité française ne lui sert à rien dans le monde professionnel, même s’il est vu avant tout comme un Français. Il connaît très bien le quartier francophone d’Achrafieh à Beyrouth, car il en mentionne différents lieux tels que le Collège protestant français de Beyrouth, le stade du Chayla, le Grand Lycée franco-libanais. Cependant, il ne cherche pas à fréquenter de Français. D’ailleurs, dans la plupart des familles françaises, les enfants repartent en France pour étudier. Paradoxalement, il affirme que l’Union française de l’étranger est majoritairement fréquentée par des Libanais. L’informateur dit employer uniquement des Libanais. Pour lui, la situation au Liban n’est pas stable, surtout dans leSud Liban, et l’insécurité repousse les motivations de certains à s’y installer. Il voit le Liban comme une porte ouverte au Moyen-Orient.

Entretien enregistré en 1975 avec un couple d’enseignants français installés récemment au Liban

N° enquête : 4356

Intervenants : Monnerie, Gilles ; Goarin, Annie

Durée : 1 h 22 min

Commentaires sur la langue : Le couple qui vient d’arriver à Beyrouth (Liban), a enseigné dans les pays d’Afrique francophone et ne parle que le français au moment de l’enregistrement

4Après avoir étudié à Rennes, le couple est parti pour Madagascar, où ils ont passé ensemble le CAPES et l’agrégation. Poussés par les événements du mai malgache (1972), ils se sont rendus au Burundi après le soulèvement d’octobre 1972, au Liban par la suite, désireux d’enseigner la linguistique à l’École supérieure des lettres (ESL). Le couple a été surpris par la vie beyrouthine. L’homme, arrivé avant la femme, exprime des difficultés relatives à son installation et à la préparation des cours pour un nouveau public d’étudiants. Les époux comparent leurs relations de Beyrouth, plus ouvertes, à celles d’Afrique où ils ont également enseigné. L’enquêteur amène ensuite la discussion autour de la représentation qu’a le couple de sa profession et de son rôle social et culturel. Celui-ci est très déçu par son activité professionnelle. Tous les deux considèrent le programme de l’ESL trop politique et, selon eux, les Français résidant au Liban vivent selon un modèle social rattaché à la culture française. Ils comptent rentrer en France assez vite. La conversation devient de plus en plus libre et les époux abordent à nouveau les sujets de l’enquête. Ils se questionnent sur l’utilité de ce qu’ils enseignent à leurs élèves et ils aimeraient apporter un apprentissage différent qui ne soit pas un transfert du modèle français. L’homme remarque une prise de conscience des étudiants quant à la culture arabe. Pour lui, il est nécessaire d’informer les libanais de l’expansion de l’impérialisme étasunien dans leur pays. La langue française n’a pas de rôle culturel à jouer, car son rôle n’est pas considéré par les informateurs comme un apport culturel positif. Le bilinguisme est certes important, mais encore faut-il « savoir quoi en faire ». Ils s’interrogent sur la probabilité que le français ne soit considéré que comme un rempart au panarabisme. Ils associent à de l’impérialisme l’influence culturelle française au Liban et s’interrogent sur les orientations politiques françaises.

Entretien avec un employé de la Mission culturelle française de Beyrouth d’origine française et âgé de 52 ans en 1975

N° enquête : 4357

Intervenants : Kerlack, Vincent

Durée : 54 min

Commentaires sur la langue : L’informateur arrive à se faire comprendre en arabe et il parle également un peu le turc.

5L’informateur de l’enquête est l’époux de l’informatrice de l’enquête n° 5073 et n° 4359. L’entretien commence par une présentation de l’informateur, né à Beyrouth, mais ayant essentiellement vécu en Turquie puis en France avec sa famille. Après avoir participé à la guerre 1939-1945 dans les corps de la Résistance, il a refusé la nationalité française et est revenu à Beyrouth après l’indépendance du Liban, en 1949. Il avoue avoir été surpris par la convivialité des Libanais qui ne correspondaient pas à la représentation qu’il se faisait auparavant d’eux. Il a préparé une carrière d’enseignant dans le primaire puis il a été nommé par la Mission culturelle française au Liban pour devenir secrétaire des examens. Au moment de l’entretien, il travaille pour la Mission culturelle française au Liban (MCFL). Il juge ses relations professionnelles très cordiales. Il aime voyager, quand l’occasion se présente, dans les pays orientaux où il visite essentiellement les sites archéologiques. Il ne parle pas très bien l’arabe et il ne sort pas très souvent, car il a un emploi du temps chargé. Il estime cependant avoir à Beyrouth beaucoup d’amis libanais issus de tous les types de milieux. Il vit à Beyrouth avec son épouse, une enseignante française. Ensemble, ils vont au cinéma le samedi et se promènent dans la Békaa le dimanche. Régulièrement, il retourne en France voir sa famille, mais il y reste peu, car il préfère passer ses vacances dans le nord de la Roumanie. Selon lui, la langue française s’épanouit au Liban grâce à une conjoncture politique favorable. Pour lui, la présence culturelle française et la culture française, représentent un soutien fort aux Libanais en période de troubles, notamment grâce à une collaboration avec les milieux musulmans. Il décrit ensuite en détail les centaines de voyages d’études en France et la cinquantaine de stages internationaux, organisés chaque année par la MCFL en valorisant l’objectif d’insertion dans le monde professionnel. À la fin de l’entretien, l’homme est interrogé sur l’instabilité politique au Moyen-Orient. Il juge que les grandes puissances comme la France ont commis ce qu’il nomme des « indiscrétions » en ne tenant pas compte du contexte local. Cependant, s’il perçoit une culture arabe en éveil, parallèlement, il ressent aussi un maintien des affinités franco-libanaises. Pour lui, les Français sont présents au Liban parce qu’ils répondent à une demande. Il réfute l’idée d’une colonisation ou d’un impérialisme culturel français.

Un couple français dont la femme a des origines libanaises débat de la présence française à Beyrouth (Liban)

N° enquête : 4358

Intervenants : Prost-Tournier, Mireille ; Prost-Tournier, Jean-Marc

Durée : 1 h 40 min

Commentaires sur la langue : L’informateur parle anglais, mais ne maîtrise pas l’arabe, contrairement à son épouse qui arrive un peu à s’exprimer en arabe.

6Le couple est français, mais les époux possèdent des origines culturelles différentes. L’homme est né en 1943, a grandi et a fait la plus grande partie de ses études en France : Hypokhâgne et Khâgne à Lyon, suivi d’une double licence d’histoire-géographie. Intéressé par les cultures du Moyen-Orient, il a ensuite réalisé un diplôme d’études approfondies à Damas (Syrie) et en 1966 il a passé l’agrégation à la suite de laquelle il est parti vivre en Éthiopie en tant que coopérant militaire, et enfin à Beyrouth dès 1969 en tant que civil. Son épouse est née en 1945, elle est d’origine libanaise et possède la nationalité française. Elle a grandi jusqu’à l’âge de 9 ans au Cameroun puis est partie en France pour faire ses études. Elle a effectué de fréquents séjours en Afrique jusqu’en 1955 avant de rejoindre le Liban où elle a préparé une licence d’histoire à Beyrouth. Elle est revenue parce que ses parents ne voulaient pas la laisser en France ni la ramener en Afrique. L’épouse est au moment de l’enregistrement mère au foyer et c’est donc l’homme qui parle de son expérience professionnelle à la Mission laïque française. Interrogé sur son installation à Beyrouth, il l’estime avoir été facile parce qu’il avait déjà des contacts et parce qu’il était célibataire. Les revenus sont à ses yeux, la seule difficulté qui pourrait se poser dans la vie à Beyrouth. À présent, les époux vivent ensemble depuis la naissance de leur première fille, ce qui représente pour eux des dépenses plus importantes qu’auparavant. L’homme est en contrat avec la Mission laïque, employé par le ministère des Affaires étrangères. La famille rentre en France tous les ans, pendant 3 mois et rend visite aux membres de la famille de son époux (ses amis étant surtout éthiopiens). Au Liban, leur niveau de vie est confortable, ils sont assistés dans les tâches quotidiennes par des bonnes et font des voyages dans le Moyen-Orient. L’entretien porte ensuite sur les fréquentations du couple et, de manière générale, ce sont deux points de vues différents qui se confrontent : celui du corps enseignant et celui de la communauté libanaise. L’informateur aborde ses diverses fréquentations sociales, limitées par son appartenance au corps enseignant et ce qu’il désigne être dû à son « insociabilité ». Pour lui, les enseignants français ne fréquentent qu’un milieu libanais restreint et les Français n’ouvrent pas leurs contacts, car ils n’en ont pas besoin. Pour elle, les résidants français s’adaptent au contexte socioculturel libanais, sans en prendre les avantages, mais seulement en se les « appropriant ». Elle affirme que les relations entre les enseignants et leurs étudiants ne peuvent pas être menées en dehors de la classe. Elle explique que le retrait des enseignants libanais est dû au fait qu’ils ne voient pas la nécessité d’un enseignement fait par des Français. Les compétences des enseignants libanais sont discutées, mais la femme insiste sur la difficulté de les juger sans les connaître personnellement. Pour elle, être intellectuel au Liban ne veut rien dire, le plus important étant les revenus économiques. Elle s’appuie sur l’exemple de sa cousine afin de démontrer qu’il faut être issue d’une famille fortunée afin de se marier avec un homme ayant un bon métier. Le débat s’enflamme. L’entretien s’achève par une discussion autour de l’importance de l’anglais au Liban et l’informateur s’exprime finalement sur la représentation qu’il se fait de son rôle d’enseignant.

Une française résidant à Beyrouth (Liban) discute en 1975 de l’enseignement de la langue française qu’elle donne depuis 2 ans au Collège protestant français

N° enquête : 4359

Intervenants : Kerlack, Yvette

Durée : 57 min

Commentaires sur la langue : L’informatrice ne parle pas l’arabe et signale ne pas vouloir l’apprendre.

7L’informatrice est l’épouse de l’informateur de l’enquête n° 4357. La femme est enseignante de français au Collège protestant français de Beyrouth, au Liban. Elle est interrogée sur les impacts de la politique culturelle française qu’elle oppose à la réalité du contexte socioculturel libanais. Elle désapprouve les enseignants qui considèrent leur missioncomme étant celle d’« informer » plutôt que de « former ». D’après l’enseignante, les événements sociopolitiques qu’elle cite (la guerre de juin 1967 et d’octobre 1973) sont aux yeux de ses collègues libanaises la preuve d’un changement attendu. Interrogée sur le lien entre la langue et la culture, l’enseignante conçoit la langue dans le contexte socioculturel libanais comme un éveil intellectuel ; la philosophie ayant à ce propos un rôle important. À travers l’exemple d’une étudiante l’ayant accusée d’impérialisme culturel, l’enseignante démontre avoir réussi à développer un sens critique chez ses étudiants. Cependant, elle reconnaît la difficulté de séparer jusqu’à un certain point, la langue de la culture, car cela remet en cause la présence française justifiée par une politique institutionnalisée. Elle envisage que la présence française puisse exister au Liban, à condition que celle-ci pénètre tous les milieux libanais. Pour elle, les différents groupes communautaires qui constituent le Liban sont sur le point d’éclater, et, même si elle parle explicitement d’une « réalité fragmentée », elle se rassure en mentionnant une prise de conscience permettant d’éviter la perspective à venir. L’enquêteur achemine l’entretien vers son terme en affirmant la pertinence de son enquête dans le contexte socioculturel libanais. Il pose des questions sur ce que pensent les Libanais des privilèges accordés aux Français, mais la femme reste globalement dubitative.

En 1975, un enseignant arrivé depuis peu à Beyrouth parle des relations franco-libanaises au lycée franco-libanais de Beyrouth (Liban)

N° enquête : 4360

Intervenants : 1411

Durée : 1 h 30 min

Commentaires sur la langue : L’informateur apprend l’arabe dialectal à raison d’une heure et demie par semaine

8Au moment de l’enregistrement, le jeune homme de 35 ans est arrivé il y a 4 mois à Beyrouth, au Liban. Cela fait 7 ans qu’il vit à l’étranger. Il a vécu en Allemagne en tant qu’étudiant, à Saint-Domingue en tant que coopérant militaire et professeur de français langue étrangère, au Mexique en tant que civil professeur de français langue étrangère et de philosophie. Ce sont ces matières qu’il enseigne également depuis son arrivée au lycée franco-libanais de Beyrouth. Il est agrégé, détaché de l’éducation nationale et détaché du ministère des Affaires étrangères. Depuis qu’il est arrivé, il vit dans le quartier francophone d’Achrafieh. Il dit n’avoir rencontré aucun problème matériel lors de son installation au Liban, même s’il regrette un accueil timide au lycée franco-libanais de Beyrouth. Pour lui, voyager à l’étranger est un choix qui est plus aisé à réaliser pour un célibataire, même si s’éloigner de son entourage et du monde universitaire français est un inconvénient. Il ne sait pas encore quand il décidera de rentrer en France, peut-être dans 3 ou 4 ans. Il confie au chercheur ne pas aimer particulièrement voyager, dans le sens où il n’a jamais profité de ses longs séjours à l’étranger afin de visiter les alentours. Au Liban, il souhaite découvrir les pays du Moyen-Orient comme la Turquie et la Syrie. Concernant ses relations, il entretient peu de relations épistolaires avec les Français de France alors qu’il conserve des liens avec des Français vivant à l’étranger. Il ne participe pas à des manifestations culturelles françaises, car il ne voudrait pas être enfermé dans un réseau de fréquentations. Au contraire, il souhaite connaître certains Libanais qu’il a rencontrés chez des amis français. Le jeune enseignant parle ensuite de ses collègues libanais qui se sont mis en grève à 2 reprises, la première fois contre l’administration française de l’établissement et la deuxième contre le gouvernement libanais. Il mentionne son amitié avec un collègue libanais, avec qui il a beaucoup de points en commun (son origine n’est pas importante aux yeux de l’homme) et avec qui il discute du rapport des Libanais avec le lycée franco-libanais, à la fois perçu comme un instrument de l’impérialisme français et à la fois comme un établissement élitiste et honorifique symbolisant la présence française. L’enseignant décrit comment l’élite libanaise se distingue par la perte de son identité culturelle arabe et son mépris envers les autres classes sociales. Il parle d’une obsession libanaise sur les carrières en droit ou en médecine et, d’après lui, les étudiants libanais reçoivent une pression de la part de leur famille. Le lycée franco-libanais permet d’accéder à un double diplôme, français et libanais. De manière générale, les Libanais développent des affinités divergentes, soit avec la culture palestinienne, soit avec la culture française. Pour lui, il est évident qu’une culture arabe persiste au Liban, mais il se demande si les Libanais ne cherchent pas une nouvelle identité. Il explique comment la culture arabe s’est développée au Liban puis a été refoulée par l’impérialisme français. L’homme insiste sur le fait que l’élite fréquentant son lycée n’est pas l’élite économique, mais l’élite culturelle et intellectuelle du Liban. Pour lui, les Américains du Nord prennent le relais au Liban. L’École des lettres qui formait le noyau intellectuel de l’opposition libanaise, qui dénonçait paradoxalement la présence française, est à présent fermée. La politique française n’est pas assez élaborée selon lui. La France bénéficie d’un certain prestige, mais il ne croit pas qu’il y ait une demande libanaise de la culture française. Pour lui, les chrétiens maronites cherchent un appui en Occident et ils ont donc recours à la France. L’enseignant insiste sur le prestige intellectuel et culturel de la France, sur le lien entre l’université et l’idéologie humaniste, en tant que courant majoritaire. Il questionne le rôle de l’enseignement de la langue française comme véhicule culturel nécessaire au développement du Liban. Pour lui, le Liban est un pays où beaucoup d’influences étrangères se heurtent et cela depuis des siècles. La fin de l’entretien est tournée vers la situation économique de l’informateur, qu’il juge très confortable. L’entretien se transforme en discussion autour du cloisonnement de la communauté française au Liban.

Une enseignante du collège protestant français de Beyrouth (Liban) attachée à la culture libanaise parle des rapports individuels entre les Français et les Libanais

N° enquête : 4361

Intervenants : Bodelet, Annick

Durée : 1 h 40 min

Commentaires sur la langue : L’informatrice signale parler l’anglais et apprendre l’arabe

9L’entretien a déjà commencé quand l’enregistrement est enclenché. L’informatrice est enseignante au collège protestant français de Beyrouth. Elle est arrivée au Liban pendant les vacances d’été 1972 et son logement situé dans le quartier du Hamra, lui avait été payé par ses futurs beaux-parents. Quand elle a quitté son compagnon, son installation a été plus difficile. À présent, elle vit dans une chambre au collège protestant français. Elle a beaucoup voyagé avant d’arriver au Liban (Turquie, Italie, Grèce, etc.), mais depuis qu’elle est au Liban (seul voyage fait pour des motivations professionnelles), elle a peu voyagé au Moyen-Orient. Ses loisirs sont le sport (gymnastique, randonnée, natation, etc.), le théâtre et l’apprentissage de l’arabe. Elle ne fait pas partie d’une association francophone et elle évite les invitations chez ses collègues français. Elle dénonce le cumul des fonctions des professeurs français. Régulièrement, elle aborde les relations entre les filles et les garçons français et libanais. D’après elle, 50 % des Français installés au Liban sont célibataires. Elle estime qu’ils gagnent très bien leur vie, elle pense qu’ils font cela pour le confort et le salaire, mais pas pour la fonction. L’informatrice juge les professeures libanaises plus distinguées que les professeures françaises à qui elle reproche leurs stéréotypes et leur refus de la culture arabe. Elle signale une concurrence entre les cultures françaises et anglaises, et sa répercussion sur l’enseignement de la langue et de l’histoire arabes, méprisé par les élèves. Elle note également l’influence culturelle sur les étudiants libanais, selon l’enseignement de la langue française ou anglaise. Pour elle, le collège protestant français est réputé pour être une bonne école et ses élèves sont issus d’un milieu aisé. Elle décrit les relations entre les étudiants qui ont souvent des problèmes affectifs (à cause du travail, les pères s’absentent souvent) et les enseignants qui tiennent à marquer une distance parfois démagogique. Elle pense pouvoir apporter quelque chose de différent aux élèves, car elle n’a pas une culture similaire à celle des professeurs de français. En effet, selon elle, la plupart des enseignants français sont issus d’anciennes colonies françaises et ils véhiculent un comportement colonialiste et impérialiste. Ils sont très différents des enseignants qui sont en France. De fait, certains étudiants sont désabusés par la société libanaise et, en tant qu’enseignante, elle a des difficultés à appliquer son programme face au désintéressement des élèves. L’entretien s’oriente sur la vision que l’enseignante a des Français de Beyrouth. Elle trouve qu’il n’y a pas de proximité entre les Français et que l’aide culturelle française ne devrait pas prendre un aspect économique. Elle ne cherche pas à influencer ses élèves afin qu’ils n’aient pas une idée biaisée de la France. Elle confie ne pas se sentir à sa place dans son rôle d’enseignante, car elle est perçue comme étant française avant même d’être perçue comme un individu. L’enseignante souhaite rentrer en France l’année prochaine et elle n’envisage plus de retourner à l’étranger.

Un ancien « chef de section de psychologie » de l’École supérieure des lettres de Beyrouth (Liban) s’exprime en 1975 sur la politique culturelle de l’établissement universitaire

N° enquête : 4362

Intervenants : Allouche, Richard

Durée : 1 h 35 min

Commentaires sur la langue : L’informateur parle arabe, car il l’a étudié en Égypte. Il mentionne avoir reçu un enseignement en anglais

10L’informateur, né au Liban, est âgé de 42 ans et a grandi en Égypte où son père était fonctionnaire des Postes, télégraphes et téléphones (PTT). Il était prédestiné à devenir magistrat. Au moment de l’entretien, il est marié avec une enseignante de littérature et ils ont une fille de 16 ans. Il est naturalisé français depuis 1963 et il signale avoir des ancêtres croisés, d’origine française. Il a connu des changements de situation assez importants depuis qu’il est au Liban, sa fille a fréquemment changé d’établissement scolaire. Depuis son rattachement à l’École supérieur des lettres de Beyrouth, son problème majeur est l’insécurité, car il affirme que la présence française entraîne des actes de rébellion. Interrogé sur ses voyages, l’informateur estime n’avoir pas beaucoup voyagé dans la région même s’il dit déjà très bien connaître le Liban. Il voyage en France avec sa famille lorsque les finances le permettent. L’homme est à nouveau interrogé sur son rôle dans l’École des lettres de Beyrouth (ESL) où il a été étudiant puis enseignant. Avant, les enseignants représentaient une minorité culturelle qui avait le souci de l’élégance et non de l’efficacité. Aujourd’hui, l’esprit critique enseigné à l’ESL ne correspond pas aux attentes des familles libanaises, car certains problèmes sont soulevés, sans être toujours exprimés clairement. Cela se retourne contre l’ESL, l’ambassade et aussi l’État français, perçu comme colonialiste. L’informateur réitère l’idée d’une révolution libanaise, de laquelle les Français peuvent se retirer rapidement grâce à un retour dans leur pays. Pour l’informateur, la culture française est concurrencée par la culture étasunienne. Elle ne peut pas se démocratiser, car elle n’est accessible qu’aux étudiants issus de familles libanaises fortunées. D’après lui, la France ne peut développer l’influence de sa culture qu’à la condition qu’elle se différencie d’une vision impérialiste. Il distingue la langue française destinée aux plus fortunés, de la langue anglaise utilisée pour les affaires, de la langue arabe, difficile à apprendre, mais indispensable pour vivre au Liban. L’informateur confie ne se sentir à l’aise que lorsqu’il est rattaché à un milieu culturel français. À la fin de l’entretien, revenant sur la fermeture de la section de psychologie au sein de l’ESL, il explique son rôle de « chef de section ».

Un ingénieur de l’industrie pharmaceutique Rhône-Poulenc, muté depuis 3 ans à Beyrouth (Liban), parle de ses relations avec la communauté libanaise en 1975

N° enquête : 4363

Intervenants : Escrib (M.) ; Escrib (Mme)

Durée : 1 h 12 min

Commentaires sur la langue : L’ingénieur et son épouse prennent tous les deux des cours d’arabe dialectal, deux fois par semaine en centre-ville bien que leurs interactions sociales quotidiennes aient lieu en français. L’aîné des enfants suit un enseignement dispensé en français avec des cours d’arabe.

11L’informateur et son épouse, tous deux nés à Paris, ont deux jeunes enfants. Ils sont installés au Liban depuis la fin du mois de juin 1972, lorsque l’homme a été muté dans une entreprise libanaise partenaire de sa société employeuse en France, Rhône-Poulenc. Il est ingénieur en chimie, titulaire d’une licence ès sciences et d’un master obtenu aux États-Unis. Il travaille à Beyrouth comme responsable de la fabrication dans un laboratoire pharmaceutique, mais il occupe aussi des fonctions commerciales et il se déplace régulièrement au Moyen-Orient, en particulier en Arabie saoudite, pour représenter son entreprise. La famille vit en banlieue de Beyrouth, à une trentaine de kilomètres du centre-ville. L’ingénieur est satisfait de sa mutation. Il fréquente des Libanais sur son lieu de travail ou dans ses réseaux amicaux, les deux se confondant. Spontanément, il ne s’attarde pas sur les différences entre nationalités ou entre confessions (malgré l’insistance de l’enquêteur sur ces sujets), car elles n’empêchent pas selon lui, l’amitié. De même, il se montre sceptique quant à l’influence de la confession sur les relations sociales ou encore sur les différences de propreté entre les quartiers chrétiens et musulmans. Les seules plaintes que formule l’ingénieur concernent les délais de travail au Liban, plus lents qu’en France. Quant à ses loisirs, le couple sort au cinéma, dans les restaurants, parfois avec des amis, surtout en compagnie de Français liés de près ou de loin à son entreprise. Il s’attarde peu sur les Français vivant au Liban, et ce d’autant que la francophonie n’est selon lui pas réservée aux résidants (par ailleurs difficile à distinguer physiquement des Libanais). Interrogé à plusieurs reprises sur l’influence culturelle et technique de la France au Liban, l’ingénieur estime ne pas pouvoir l’évaluer, car lui-même ne se conçoit pas comme supérieur à ses collègues libanais en vertu de sa nationalité : s’il occupe un poste de formateur technique important, c’est parce qu’il transmet les avancées de recherche effectuées dans la maison-mère de Rhône-Poulenc en France. La discrimination au sujet des confessions et des nationalités, lui semble davantage le fait des Libanais que des Farnçais, car, dans son monde professionnel, ce qui est étranger est gage de qualité pour la clientèle libanaise. De plus, l’usage des langues étrangères sert les distinctions et hiérarchies sociales entre Libanais, lesquelles « rejaillissent » sur les différences confessionnelles. Selon lui, le mandat français a probablement joué un rôle dans l’accentuation de ces distinctions, même si les différences confessionnelles préexistaient au Liban. Interrogé sur « l’arabité » du Liban, l’informateur explique combien le pays ne correspond guère aux préjugés français sur les pays arabes, hérités de la colonisation française en Algérie. Il sépare arabité et islamité, en raison de la situation multiconfessionnelle du Liban, ainsi qu’en insistant sur la diversité entre les pays arabes. D’un point de vue personnel, l’ingénieur ne se sent pas menacé par les actions violentes touchant les camps de réfugiés palestiniens du Sud Liban ou de Beyrouth. S’il n’envisage pas de partir avant la fin de sa mutation, dans deux ou trois ans, il n’est pas opposé à d’autres séjours à l’étranger, si cela sert l’avancée de sa carrière.

Vivant à l’étranger depuis 10 ans et installé depuis 5 mois et demi à Beyrouth (Liban), l’adjoint directeur commercial pour les pays du Moyen-Orient de Renault s’exprime sur les relations de la filiale française avec les importateurs libanais

N° enquête : 4364

Intervenants : Revol (M.)

Durée : 38 min

Commentaires sur la langue : L’informateur, résidant français, est polyglotte : il parle couramment français, hollandais, anglais, espagnol ainsi que quelques mots d’arabe. Il a deux enfants nés à l’étranger et qui parlent le français et le hollandais. Son fils reçoit un enseignement en anglais, en arabe et en français.

12L’informateur est né à Bordeaux. Son père était propriétaire terrien dans la région toulousaine où il a passé sa jeunesse. Après avoir intégré les Hautes Études commerciales et l’École supérieure des sciences économiques et commerciales, et à la suite de son service militaire dans la marine, il est rentré à l’âge de 25 ans à la direction commerciale de l’exportation de Renault. Il a aussi effectué la totalité de son début de carrière à l’étranger (Suisse, Extrême-Orient, Sénégal, Cameroun, Turquie) et il y a fait à peu près tous les postes commerciaux à responsabilité chez Renault. Il est arrivé à Beyrouth, au Liban, le 15 septembre 1974, en tant qu’adjoint directeur commercial pour les pays du Moyen-Orient. Il connaissait déjà le Liban auparavant, car il s’y était rendu à plusieurs reprises pour des motifs principalement administratifs. Il est marié à une Hollandaise qui était hôtesse de l’air et qui possédaità la fois la nationalité française et hollandaise. Il a deux enfants entre 2 et 5 ans nés à l’étranger (en Côte d’Ivoire et en Hollande). Son aîné est à l’école privée de la Roche à Bagdad où il reçoit un enseignement en anglais, en arabe et en français. L’homme ne signale pas avoir eu des problèmes d’adaptation si ce n’est des difficultés d’accès au logement puisqu’à Beyrouth, il n’y a pas d’agences immobilières. Il n’a pas spécialement de relations avec les locaux étant donné qu’il travaille essentiellement avec son propre personnel. Quant à la communauté française, il ne la trouve pas solidement établie au Liban. L’homme ne ressent pas de racisme au Liban, contrairement en Afrique où les communautés locales refusent celles occidentales et vice-versa. Cependant, il signale la naissance d’un nationalisme libanais, et, parallèlement, une élite libanaise qui maintient malgré tout des relations affectives avec le peuple français. Les propos de l’homme décrivent un Liban occidentalisé. Le groupe Renault s’est facilement adapté au pays puisque la communication avec les Libanais se fait en français. Il insiste sur le fait que les Libanais sont très bien formés et qu’ils font preuve d’un bon niveau d’éducation. Pour lui, plus que d’autres pays arabes, le Liban est un pays ouvert vers l’extérieur d’un point de vue culturel, mais également économique (il cite le succès au Liban de la marque alors suédoise, Volvo). L’informateur situe cette effervescence dans un contexte de développement des ressources et de hausse des achats au Moyen-Orient. Interrogé sur l’avenir de Renault au Liban, il parle d’une compétition intense sur le marché des exportateurs étrangers. Pour lui, les objectifs de la marque sont sans doute modestes, mais il reste tout de même très optimiste. En revanche, en France, le groupe Renault a connu un record de ses ventes. Vers la fin de l’entretien, l’informateur souhaite exprimer un point de vue plus personnel, car, pour lui, les activités de Renault ont peu d’impact sur les relations individuelles avec les Libanais. À Beyrouth, il ne se sent pas trop dépaysé. Il insiste sur les affinités de la communauté libanaise avec la culture occidentale qui favorise, justement, les activités commerciales du Groupe Renault. Il envisage de rentrer en France dans 5 ans pour diverses raisons qu’il ne précise pas plus, si ce n’est parce qu’il commence à être fatigué de ses 10 années de voyage.

Un journaliste professionnel français de la dernière antenne de l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) établie à Beyrouth (Liban) en 1975 parle de la censure exercée en particulier par l’Agence nationale d’information libanaise

N° enquête : 4365

Intervenants : le Tac (M.) ; le Tac (Mme)

Durée : 1 h 25 min

Commentaires sur la langue : L’informateur ne parle pas arabe, mais il signale parler anglais

13L’entretien se déroule avec un couple (de 26 et 27 ans), mais c’est essentiellement l’homme qui prend la parole afin de s’exprimer au sujet de son travail de journaliste. L’homme n’a pas fait d’études supérieures et il est rentré tout de suite après son service militaire à l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF), en réalisant un stage à l’Institut français d’opinion publique, conjointement à France Inter. Parti 3 ans plus tard en Guadeloupe où il s’est marié en 1974, l’informateur revient fréquemment, pendant l’entretien, sur cette première expérience professionnelle de journaliste reporter ainsi que de présentateur du journal télévisé. Leur arrivée à Beyrouth, il y a maintenant 17 ans, se doit en particulier à la convivialité de la communauté libanaise que le couple a connue en Guadeloupe. L’homme ayant retrouvé un vieil ami d’enfance, par hasard, l’installation du couple a été plus facile qu’elle n’aurait dû l’être. Si les époux ne se sont jamais sentis dépaysés au Liban, leurs loisirs sont essentiellement tournés vers leurs fréquentations sociales, aussi bien avec des Français qu’avec des Libanais. La femme, enceinte, a dû arrêter de travailler. Revenant sur son travail, l’homme dit être déçu par les conditions de censures qui l’empêchent d’après lui, de faire un travail de qualité dans un pays où il se produit visiblement « des choses ». Tout ce qui concerne le Liban ne pouvant être diffusé qu’après avis et censure de l’Agence nationale d’information libanaise.L’ORTF n’a pas fermé définitivement ses portes et conserve son antenne à Beyrouth, probablement pour des motifs économiques selon le journaliste. En contrepartie, l’ORTF souhaite libaniser l’antenne afin de prolonger son existence. Refermé sur elle-même contre son gré, l’ORTF a peu de liens avec l’ambassade de France à Beyrouth (l’arrivée au Liban de personnalités françaises telle que le démographe et économiste Alfred Sauvy, est rarement annoncée). Les seuls contacts avec les autres journalistes sont plus amicaux que professionnels (journalistes de l’Agence France-Presse, de Reuters, etc.), si ce n’est avec les journalistes palestiniens dont les relations sont déconseillées. Le journaliste français considère que les Libanais pourraient le remplacer et il ne pense pas que les professionnels français puissent proposer des compétences particulières. Malgré l’usage répandu du français au Liban, il reconnaît que le français est insuffisant pour parler des affaires d’État libanaises. L’informateur explique les difficultés de l’ORTF à commenter de nombreux faits divers touchant le Liban (la pénurie de sucre, la maladie de Brejnev, l’attentat d’Orly, les bombardements sur Sabra, etc.) et critique le fait que l’antenne ORTF ne soit utilisée que comme un instrument de propagande. Vers la fin de l’entretien, l’informateur évoque ses voyages en couple au Moyen-Orient ainsi que sa déception à l’égard du Liban dont le paysage manque selon lui d’authenticité et reste sale. Il conseille aux chercheurs de prendre contact avec un correspondant de France Inter qui connaît bien mieux le Liban que lui en raison de sa plus grande liberté professionnelle. Et de nouveau, en fin d’entretien, il revient sur la pression exercée par le gouvernement libanais sur l’antenne ORTF.

Un cadre au Crédit lyonnais et son épouse, ayant l’expérience de la vie à l’étranger depuis leurs enfances, s’expriment sur les rapports entre l’Occident et l’industrialisation du Liban en 1975

N° enquête : 4366

Intervenants : San Marco, Michel ; San Marco (Mme)

Durée : 1 h 25 min

Commentaires sur la langue : Les informateurs signalent avoir essayé d’apprendre l’arabe, mais ne pas y être parvenus en raison du peu d’utilité quotidienne de cette langue dans leur environnement social

14L’entretien est mené avec un couple, à leur domicile. Les deux époux sont français et ont passé leur jeunesse en outre-mer ou dans des colonies françaises en Afrique. Ils se sont mariés en 1965 et ont 3 enfants. L’homme travaille dans la banque depuis 8 ans et au Crédit lyonnais depuis 5 ans tandis que l’informatrice est mère au foyer. Ils sont arrivés à Beyrouth en novembre 1973 après avoir vécu 10 ans à l’étranger, au Tchad et au Cameroun. Le Liban a été choisi au hasard de l’opportunité professionnelle du père de famille. La famille loue un appartement à Ramlet al-Bayda, un quartier côtier huppé et peuplé d’étrangers. La banque employeuse prend en charge la scolarisation des enfants ainsi qu’une partie du loyer. Les époux gardent des attaches uniquement familiales en France, où ils passent les grandes vacances scolaires. Leurs sorties se font surtout en famille et alternent entre dîners, sorties au cinéma, visites amicales. L’homme a le statut de cadre détaché par le Crédit lyonnais, employé pour une période de 4 à 5 ans par la banque Trad au Liban (appartenant à 55 % à la famille Trad et à 45 % au Crédit lyonnais). Il est chargé de l’administration de la clientèle, soit libanaise, soit des filiales de sociétés étrangères. L’informateur estime les cadres français parfaitement remplaçables par des Libanais. Interrogés à plusieurs reprises sur le rôle de la France au Liban, les époux remarquent que la bourgeoisie reste très francophone et très francophile et la France leur semble bien vue aussi dans d’autres milieux. Ils formulent des critiques à l’égard du mandat français au Liban, considérant les écoles françaises (les écoles chrétiennes en ayant suivi le modèle) comme une forme d’impérialisme colonial qui s’oppose à la culture arabe. Or, dans un contexte de tensions avec Israël qui renforce l’arabité au Liban, la femme estime que l’attachement à une culture française surannée fait courir le risque que la culture arabe se fasse contre la culture française. Le couple estime que les transactions commerciales se font désormais au profit des Anglo-saxons, dont la langue s’impose progressivement à la nouvelle génération bourgeoise. Quant à leurs fréquentations sociales, leurs amis sont surtout des Français, rencontrées via les relations professionnelles de l’homme. Ils ont également de bons amis libanais, soit d’un milieu bourgeois, soit des Libanais imprégnés de la culture française (qui ne savent ni lire, ni écrire, ni penser, voire ni parler en arabe, en raison de leur éducation et de leurs ascendances maternelles étrangères). À la fin de l’entretien, l’homme envisage que la culture occidentale, soutenue par les chrétiens libanais ayant la mainmise sur l’industrie, puisse être mise en difficulté par l’entrée des musulmans dans le monde industriel.

Un ingénieur technico-commercial et responsable commercial des ventes de la filiale Air Liquide SOAL en 1975 parle de ses relations professionnelles depuis son retour à Beyrouth (Liban) il y a 2 ans et demi

N° enquête : 4367

Intervenants : Grudet, Jean-Louis ; Grudet (Mme)

Durée : 1 h 31 min

Commentaires sur la langue : L’informateur parle anglais et comprend un peu l’arabe

15L’entretien se déroule avec un couple (la femme intervient de temps en temps), en présence d’un de leurs 2 enfants. Mariés en 1966, il s’agit de leur deuxième séjour au Liban. La première fois, l’homme était venu en coopération militaire en tant qu’enseignant. Son épouse était également enseignante. Voulant quitter Paris et incité par une amitié du Liban, il a changé de société afin de pouvoir revenir en octobre 1973 à Beyrouth. Aujourd’hui, il travaille avec deux Français pour une petite filiale qui se nomme Air Liquide SOAL (Société d’oxygène et d’acétylène du Liban) en tant qu’ingénieur technico-commercial, responsable commercial des ventes. Il vend de l’oxygène pour les professionnels notamment dans le secteur médical et également du matériel de soudure. Le couple n’a pas eu de difficulté particulière d’adaptation. Ils sont rentrés 4 semaines en France l’été dernier et leurs proches leur ont posé de nombreuses questions relatives aux problèmes d’insécurité qui ne semblent pas les soucier particulièrement. Au Moyen-Orient, ils voyagent dès qu’ils le peuvent en mini-groupe d’amis français, logeant à l’hôtel ou chez l’habitant, préférant les baignades au bord de la mer au sport. Interrogé sur son activité professionnelle, l’homme confie ne pas s’expliquer comment la communauté libanaise apprécie autant les services des entreprises françaises, comme par exemple sa société qui possède 90 % du marché. Il signale rapidement rencontrer des difficultés avec les 14 employés libanais qu’il gère, relativement âgés et qui ne sont pas « techniques ». Le couple a peu de fréquentations sociales, l’homme insiste notamment sur sa position de supérieur hiérarchique qui, selon lui, ne lui permet pas d’avoir des relations d’amitié avec ses employés. Concernant l’économie de sa société, il remarque une hausse des bénéfices depuis 1974, ce qui signifie une industrialisation du pays, et, parallèlement, il avoue que les tensions au Liban, sont favorables à son entreprise. En revanche, il remarque que les firmes françaises n’investissent plus autant au Liban que dans d’autres pays comme l’Algérie, l’Égypte, la Libye ou encore la Syrie. D’après lui, le français n’aide en rien dans les affaires, seuls l’anglais et l’arabe prédominent. Avec l’arrivée du colonel Nasser et le panarabisme, la situation économique est devenue instable. Il a peur des nationalisations massives. Il mentionne l’incohérence des taxes libanaises qui sont élevées. Les Libanais sont mal payés pour lui. La société libanaise freine les salaires. Il pense que la communauté française va quitter progressivement le Liban dans les 10 années à venir. Le concernant, il envisage de quitter le Liban dans un an, car ce n’est pas assez intéressant d’un point de vue professionnel, mais le couple pense rester encore quelques années à l’étranger. Interrogés sur leurs avantages matériels au Liban, les époux les reconnaissent sans pour autant s’estimer satisfaits.

En 1975, une directrice de l’école d’infirmière de Beyrouth, originaire de Marseille, fait le récit des dix années de son environnement professionnel au Liban

N° enquête : 4368

Intervenants : Guernicou, Isabelle

Durée : 1 h 33 min

Commentaires sur la langue : L’informatrice a un niveau d’arabe débutant

16Au cours de cet entretien, l’informatrice va présenter ses différents diplômes de carrières sanitaires et sociales et d’infirmières obtenus de 1923 à 1975, ainsi que les diverses écoles et hôpitaux de Beyrouth comme l’hôpital américain, l’Hôtel-Dieu, la faculté. Elle-même est directrice de l’école d’infirmières de Beyrouth, une école privée religieuse. Elle a fait ses études en Bretagne puis à Lyon dans le privé. Arrivée au Liban en septembre 1966, son adaptation a été facilitée par la communauté dont elle fait partie et qui a créé « l’école sociale » devenue l’école dans laquelle elle travaille aujourd’hui sur un contrat local, financé par la faculté de médecine libanaise. Elle parle quelques mots d’arabe et peut se débrouiller au quotidien. Sa vie est consacrée au travail ; elle donne dix à douze heures de cours par semaine et se consacre à la direction de l’école. Elle rentre quelquefois en France, à Lyon pour les vacances, où les discussions familiales tournent autour de la situation au Liban. Si ses relations sont avant tout professionnelles et libanaises, elle noue aussi quelques contacts avec le milieu français (sauf avec l’ambassade et le consulat). Elle évoque son école comme étant prestigieuse, car elle dépend de la faculté de médecine. Le niveau de formation est élevé, elle est fière que ses anciennes élèves soient recrutées dans les hôpitaux libanais. Elle remarque que le recrutement des infirmières s’effectue principalement dans les communautés chiites et françaises et qu’il y en a peu dans la communauté sunnite. L’informatrice a joué un rôle dans la mise en place d’un programme commun entre les différentes écoles du domaine sanitaire et social. Le projet s’est avéré difficile à mettre en place en raison de conflits culturels et confessionnels, mais aussi des différences de méthodes de formation entre les Anglo-saxons et les Français. D’après elle les soignants français sont plus proches des patients et moins axés sur l’administration. Elle relève des scissions à Beyrouth entre les écoles notamment avec l’hôpital américain. Elle estime que l’influence française au Liban est en train de s’affaiblir à cause de la place prépondérante qu’occupent les États-Unis (et le dollar) et en raison de l’influence de la religion dans la société libanaise. L’informatrice est assez distante vis-à-vis des résidants français au Liban et insiste pour se situer professionnellement dans un cadre libanais. Ses rancœurs vont vers le gouvernement américain qui, selon elle, affaiblit la culture française au Liban et essaie de prendre la main sur la formation des infirmières.

Un directeur des ventes d’une société de courtage en livres fait le récit de sa vie professionnelle à Beyrouth en 1975

N° enquête : 4369

Intervenants : Charpentier, Gerard

Durée : 54 min

Commentaires sur la langue : L’informateur ne parle pas l’arabe

17L’informateur, célibataire et sans enfant n’a pas fait de longues études, néanmoins il possède un Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de tourneur. En France, il a exercé différents métiers, dont celui de scaphandrier, et a fait de nombreuses courses de bateau. C’est au cours de l’une d’entre elles qu’il a rencontré une personne qui travaillait pour les collections Paris-Match et qui lui a vanté le Liban. Il a envisagé son départ comme un moyen d’évoluer professionnellement, car il s’agissait de vendre des livres en courtage. Il ne connaissait personne en arrivant en 1971 et peu après il s’est associé à un Libanais pour faire des études de marché. Avec l’aide de l’ambassade de France, il a obtenu des adresses qui lui ont permis de se créer un réseau. Sa clientèle est érudite et aisée et son affaire marche bien. Sa société emploie des représentants libanais et français à temps partiel pour faire du porte-à-porte. La direction est composée de deux Libanais et de deux Français, dont lui même qui est directeur des ventes. L’essentiel du marché de la société est à Beyrouth où il vend des collections de luxe et des dictionnaires en prospectant dans les entreprises. Sa clientèle est francophone et cherche à se constituer une bibliothèque. Les ventes fonctionnent souvent par le bouche-à-oreille et les prix varient entre 600 et 2000 livres. Il ne parle pas l’arabe et ce n’est pas nécessaire pour sa profession, car il fait ses présentations en français et le milieu culturel francophile est conséquent. Il voyage souvent au Moyen-Orient (Syrie, Iran, Jordanie, Égypte) en voiture pour faire des études de marché. Peu de ventes y sont réalisées, car le Liban reste l’endroit où la clientèle est la plus riche. Il ne souhaite pas retourner en France, car avec son niveau d’études il ne pourrait pas y travailler. Il termine l’entretien en affirmant combien il se sent bien au Liban, il y gagne sa vie correctement et affirme ne pas y rester pour gagner de l’argent contrairement aux autres Français.

Un français résidant au Liban depuis 6 ans décrit le fonctionnement de l’École supérieure d’ingénieurs de Beyrouth où il enseigne en 1975

N° enquête : 4370

Intervenants : Faou, Joël

Durée : 1 h 56 min

Commentaires sur la langue : L’informateur dit ne pas parler l’arabe, mais le comprendre

18L’homme est professeur à l’École supérieure d’ingénieurs de Beyrouth (ESIB). Il est marié et père de trois filles. En France, il travaillait dans une entreprise et il enseignait en parallèle. Son rôle de délégué syndical a contribué à sa mise à l’écart à la fois par ses supérieurs et par le directeur de l’école où il enseignait. Il a alors décidé de partir au Liban, des amis libanais lui ayant parlé de leur pays. Arrivé en octobre 1969, son adaptation a été rapide et s’est faite dans de bonnes conditions. Son statut était tout d’abord « Expert de coopération technique » avec une mission d’enseignement. Son épouse qui était enseignante en France, est à présent détachée administrative, rémunérée en contrat local par le lycée où elle enseigne les mathématiques. Les enfants ont très vite été scolarisés. L’informateur se considère privilégié : il a une femme de ménage, deux voitures et n’a pas de problèmes matériels. À l’école, il assure huit heures d’enseignement quotidien et n’a pas de mission de recherche. Il suit les élèves pendant 3 ans en général et il s’occupe d’un laboratoire dans le cadre scolaire qui rapporte 150000 livres de recettes par an. L’équipe enseignante est composée de douze Français et de quatre-vingts Libanais qui sont tous d’anciens élèves de l’ESIB. Les Libanais n’ont pas le titre de professeur et ils ne donnent que quelques heures de cours par semaine. Le conseil des professeurs, qui est composé de quatre jésuites et de cinq enseignants, a un rôle consultatif tandis que le chancelier est décisionnaire. L’informateur signale que l’usage de l’arabe à l’école n’est pas apprécié. Les élèves ont un niveau de français assez moyen en général, mais l’enseignant insiste sur l’importance de s’exprimer en français ou en anglais pour les études supérieures. Il aime voyager au Liban et sur les cinq étés passés, il n’est rentré que trois fois en France. Il a également visité l’Égypte, la Syrie et la Turquie. Il ne parle pas arabe, mais il le comprend. Un tennis dominical, un concert une fois par semaine et un dîner deux à trois fois par mois constituent ses loisirs. N’appartenant à aucune association, il dit ne pas faire de politique, mais il a monté une section syndicale (SNES) à l’école. Au Liban, la communauté française, forte de sept mille personnes, est plus ou moins bien intégrée. Selon lui, la culture française a investi la vie quotidienne des Libanais grâce à l’enseignement des pères jésuites. Il considère que le Liban peut évoluer sans les Français, car il n’y a pas une volonté politique française réelle, mais plutôt de l’opportunisme. Il relève une forme de compétition entre la langue anglaise et la langue française : les établissements étasuniens sont fréquentés par beaucoup d’étrangers alors que l’ESIB est fréquenté à la fois par des Libanais et des Français. Le métier d’ingénieur est mieux payé que celui d’enseignant, d’autant plus qu’il y a un boom de la construction. Avant 1969, l’ESIB était une petite école de cent élèves tandis qu’en 1975 elle en compte sept cents, bien que l’homogénéité de la mentalité jésuite française tende à disparaître. Ces derniers temps, le climat étant instable politiquement, le Liban n’est plus ce port de plaisance apprécié par les étrangers et ils partent. Depuis deux ans, de plus en plus de demandes de mutations sont faites. L’ingénieur avoue ne pas comprendre la mentalité des coopérants de carrière, c’est-à-dire ceux à la recherche uniquement d’une bonne situation financière. Selon lui les courtes missions sont bénéfiques, car elles apportent de l’énergie. Revenant sur la profession d’ingénieur, il précise qu’il n’y a pas de système de contrôle des constructions au Liban. L’homme fait référence à l’état déplorable des routes dû à l’appât du gain de certains ingénieurs. Il critique également les enseignants qui font pléthore d’heures supplémentaires pour gagner plus d’argent. Lui se satisfait de ses revenus personnels qui ont augmenté : il est passé à 8000 francs par mois alors qu’à ses débuts, il gagnait 5300 francs. Il revendique également une liberté de ton au sein de l’école : il aime donner son opinion à ses étudiants. Pour conclure, il suggère que la coopération culturelle, artistique serait bien plus fructueuse que la coopération technique actuelle dont les crédits afférant pourraient être mieux utilisés.

Un ancien prêtre, enseignant à l’école grecque orthodoxe de Beyrouth en 1975, raconte sa conversion à l’Islam depuis qu’il s’est réfugié au Liban il y a 8 ans

N° enquête : 4371

Intervenants : Richard, Jacques ; Richard, Jumanna

Durée : 1 h 41 min

Commentaires sur la langue : L’informateur signale parler un peu arabe.

19L’entretien est réalisé avec un couple, mais les interventions de la femme sont difficilement audibles. L’homme vit à Beyrouth avec son épouse d’origine syrienne, devenue française depuis un mois. Mariés depuis le 5 mai 1973 ils n’ont pas d’enfant et se sont rencontrés à l’École des sœurs de la Charité où il enseignait et où elle était élève. En 1961, il est entré au séminaire y a été ordonné prêtre, et y a obtenu une licence de théologie. Arrivé au Liban en octobre 1967, il a complété ses études par deux ans de psychopédagogie des adolescents, et une licence de philosophie. Actuellement, il est en train de passer une équivalence en sciences de l’éducation. Il est parti de France, car il éprouvait le besoin de s’éloigner de sa famille et de sa communauté religieuse. Une des sœurs de l’informateur, religieuse de Nazareth qui avait vécu au Moyen-Orient et qui résidait à Aïcha, lui avait signalé qu’un poste d’enseignant chez les frères bénédictins était vacant. Après avoir passé trois ans à Tripoli, il est venu à Beyrouth pour enseigner sous contrat avec la Mission culturelle. À ce moment-là, ayant décidé de quitter la prêtrise, il est rentré en France pour le procès de réduction à l’état laïque. Il n’était pas d’accord avec certains dogmes et le célibat ne lui convenait pas. Son père a plutôt bien réagi à sa décision alors que sa mère, elle, a interrompu toutes relations avec lui, son mariage ayant été un point de non-retour. Au Liban, il a continué sa pratique religieuse avant de se convertir à l’Islam. Cette conversion n’a pas toujours été bien comprise. À Tripoli, il s’est tenu à l’écart des Français et il s’est plongé dans le milieu libanais malgré son arabe limité. En ce qui concerne ses déplacements, hormis son voyage en France (pour son procès), en général il ne sort pas du Liban, car pendant l’été il travaille en donnant des cours particuliers de menuiserie. Avec son épouse, ils aiment aller au cinéma, assister à des conférences et voir des amis. Ils ne font pas partie d’associations. Ils se sont mariés sans le consentement des familles et les ont mis devant le fait accompli. L’informateur explique que sa conversion n’est pas seulement due à son mariage ; il souhaitait une religion qui ne soit pas une institution juridique transcendantale. Dans le Coran, si les règles de vie sont présentes, la foi n’est pas soumise à une juridiction. Sa croyance ne pose pas de problème dans son enseignement, mais il regrette que certaines personnes lui aient tourné le dos en ayant connaissance de sa conversion. Il enseigne dans une école grecque, catholique orthodoxe indépendante située au rond-point de Dora. À sa tête, il y a un prêtre et quatre religieuses. L’école est gratuite jusqu’en 7e et au-delà, elle est payante. L’école est mixte et multiconfessionnelle. L’informateur est responsable de l’enseignement du français de la 6e à la 3e et il supervise les autres enseignants. Il est payé par l’école et a un supplément de la part de l’ambassade (issu de la trésorerie générale). Son salaire a évolué, il est passé de 450 francs à 1220 francs. Chargé du programme des cours et de formation des autres enseignants, il n’est pas suivi par la mission culturelle : il fabrique lui-même les outils pédagogiques en s’inspirant notamment de la méthode Montessori. L’enseignement du français est fait en tant que langue étrangère. Les élèves ont le choix entre l’anglais (cent-cinquante le choisissent) et le français (trois-cent-cinquante optent pour ce dernier). Les Arméniens qui habitent le quartier font de l’anglais en général, alors que le français est choisi par les chrétiens, les musulmans, les orthodoxes et les maronites. À partir de la 6e, il y a de plus en plus de chrétiens, car les musulmans n’ont pas les moyens de payer les frais de scolarité. L’apprentissage de la langue est important au Liban, car selon un proverbe local « Celui qui parle plusieurs langues vaut plus qu’un autre ». Pour le milieu chrétien, c’est le français qui est privilégié, car il indique un rattachement à la France, à sa culture ; le choix de l’anglais est plus pragmatique. L’école recrute parmi les artisans, les fonctionnaires. Dans le quartier, le fait que l’homme soit natif français est important, car sa prononciation est bonne, contrairement à celle des enseignants libanais. Ses rapports avec ces professeurs sont assez tendus, car d’après lui, ils manquent de motivation, ils sont jeunes, depuis peu sortis de l’école et fraternisent trop avec les enfants. Il pense qu’ils ne travaillent pas beaucoup et se font servir (port de cartable, nettoyage du tableau). L’informateur note que sa mission de conseil pédagogique est faible, car il n’est pas vraiment écouté. De plus, il existe entre eux une friction au sujet des méthodes d’enseignement. Concernant la place du français, il y a une cinquantaine d’années la langue était véhiculée efficacement, mais ensuite il est devenu opératoire et ne sert pas à la réflexion. Selon lui, le problème du Liban est qu’il est tiraillé entre le monde occidental et le monde arabe et, d’après l’ancien prêtre, la culture française a permis à une classe sociale de s’imposer. En cela, un impérialisme culturel existe bien.

Un expert en coopération multilatérale pour les Nations unies, enseignant de démographie à l’université libanaise de Beyrouth, explique le rôle de la langue française au Liban en 1975

N° enquête : 4372

Intervenants : Fargues, Philippe

Durée : 1 h 27 min

Commentaires sur la langue : L’informateur signale parler l’arabe couramment. Il parle également anglais.

20L’informateur est arrivé au Liban en 1973. Il est marié et a deux enfants. Il commence par présenter son cursus universitaire : après deux mois passés en sciencespolitiques, il a étudié les langues orientales, car il envisageait une carrière diplomatique. Puis il a choisi la démographie et il en est devenu expert. En même temps, il a préparé un doctorat en sociologie dont il a soutenu la thèse en 1972. Ensuite, après une demande pour devenir assistant en démographie au CNRS, il est arrivé à Beyrouth en tant que coopérant militaire et démographe, recruté sur un poste financé par l’ONU. Il connaissait déjà le Liban en tant que touriste et il avait rencontré des Libanais au cours de ses études. Depuis 1973, il est expert en coopération multilatérale pour les Nations unies et il travaille à l’université libanaise. Son épouse est détachée de l’enseignement, mais n’a pas de poste. Avec son budget de coopérant militaire, il a dû choisir un logement en banlieue et, de fait, ils vivent dans un village majoritairement composé de chrétiens maronites, venus du Liban Sud. Lors des vacances, ils rentrent en France pour retrouver leur famille qui s’interroge beaucoup sur l’insécurité au Liban. L’informateur dit ne pas se sentir en danger à Beyrouth qu’il décrit comme une ville aseptisée. En revanche, il voit tous les jours de sa fenêtre des avions qui lâchent des bombes sur Sabra. Les événements qui se passent près d’eux leur permettent d’avoir une vision plus précise de la situation politique au Liban. Ils n’ont pas beaucoup voyagé dans la région, mais ils s’intéressent à la manière de vivre des gens. Il parle suffisamment l’arabe pour se faire comprendre et il voyage avec sa famille et des amis libanais. Ils ne sont pas inscrits dans des associations et ont peu de relations avec les Français du Liban. Professionnellement, son cadre de travail est très général, il a eu la liberté de mettre ce qu’il voulait dans ses contenus d’enseignement du fait de l’absence de programmes définis et il lui a fallu mettre en place un diplôme en démographie. Il se sent isolé dans son travail, car selon lui l’esprit d’équipe n’existe pas. L’enseignement se fait en français et cela pose parfois des problèmes de compréhension. D’après l’homme, être français est perçu en bien ou en mal, selon les préjugés. L’arabisation s’impose de plus en plus à l’université et oppose les enseignants et les étudiants. Pour sa part, il pense que la démographie peut être enseignée en langue arabe, à condition d’investir dans l’achat de nouveaux manuels. Le problème des langues est plutôt politique et l’enseignement du français véhicule une culture qui favorise une classe sociale dominante francophone et francophile. Le Liban se situe entre l’Occident et l’Orient et il existe un désir politique de maintenir l’identité mandataire. C’est avec un regard d’expert des Nations unies que l’homme se confie. Il parle du Liban comme d’un pays anarchique où l’arabisation comporte des risques dus à la montée de la classe sociale prolétaire. Gêné, il demande à l’enquêteur de couper l’enregistrement, mais le chercheur lui demande de se détacher de son rôle professionnel et il redéfinit l’origine de la démarche préalable à l’entretien. Selon l’informateur, le français qui domine la communauté chrétienne est en concurrence économique avec l’anglais. L’informateur pense que l’arabe littéraire est difficile à apprendre et que cela empêche la culture arabe de se développer. L’enseignement à l’école publique se fait en français et l’arabe n’est qu’une matière comme une autre. Au sujet de la communauté française, il lui semble que les coopérants de la branche culturelle vivent isolés alors que les hommes d’affaires sont davantage intégrés. Les couples mixtes ne sont pas intégrés à la culture française et se « libanisent ». Il perçoit le français comme un instrument de la bourgeoisie. Il mentionne les conflits qui séparent les différentes communautés, mais il est à nouveau gêné par les questions du chercheur. Il remet en cause l’ordre et la manière dont les questions sont posées et, à nouveau, l’enquêteur se justifie. Pour l’homme, être enseignant en démographie au Liban lui permet de représenter, d’une certaine manière, les intérêts des Nations unies. À l’université, le programme de l’enseignement de la démographie implique qu’il doit apprendre à ses étudiants à être démographe tout en jouant par ailleurs un rôle de propagande, notamment concernant la limitation des naissances. Cela ne lui convient pas. L’entretien se conclut par ses projets d’avenir ; le démographe va être envoyé en Afrique prochainement et il retournera en France lorsqu’on lui donnera un poste. L’informateur revient finalement sur les difficultés qu’il a ressenties à parler de la question française.

Entretien en 1975 avec l’adjoint du directeur à la Société pour l’industrie des métaux qui, en s’appuyant sur 16 ans d’expérience professionnelle au sein du groupe Péchiney, définit le rôle des industries françaises implantées au Liban

N° enquête : 4373

Intervenants : Evrard, Paul

Durée : 1 h 35 min

21L’informateur est directeur général adjoint à la Société pour l’industrie des métaux (SIDEM, du groupe Pechiney). Il est marié et a trois enfants. Il a étudié à Centrale le droit et l’expertise comptable. Dans le cadre de son service militaire, il a été appelé en décembre 1945, mais a été très vite libéré par l’armée. Il a tout d’abord travaillé dans les mines du nord de la France puis dans un cabinet de brevets d’invention et dans le gros en alimentation. Il y a 16 ans, en 1959, il est entré dans le groupe Pechiney. Il est arrivé au Liban depuis un an et 8 mois. Il était contrôleur de gestion d’une division à l’époque en France et il a demandé à retourner dans l’opérationnel, et a été envoyé chez Sidem qui est une société de droit libanais, mais à intérêt majoritaire Pechiney avec un partenaire libanais (un particulier) qui détient également des parts. L’homme se considère comme un travailleur libanais étant donné qu’il paie ses impôts dans le pays. Il a découvert le Liban par des guides touristiques. Il est venu avec son épouse, mais sans ses enfants. Ils n’ont eu aucun problème d’adaptation. Ils habitent sur la colline, à Hazmiyeh. Son épouse ne travaille pas. Son adaptation professionnelle a été facile. Il mentionne ses rapports avec ses employés qui lui témoignent beaucoup de confiance et de respect. Les revendications sont peu nombreuses et concernent les problèmes très importants. La société compte 650 personnes, dont 500 ouvriers permanents et journaliers, dont une centaine est qualifiée. Il parle de son bon rapport avec eux. Le recrutement se fait par annonces (pour les ouvriers spécialisés) ou par relations pour le recrutement de manutentionnaires. Le personnel est stable et il n’y a pas plus de 10 % de renouvellement par an. La société est en croissance et la promotion interne est importante. Le partenaire libanais est directeur général tandis que le directeur français se trouve à Paris. La clientèle est composée de menuisiers métalliques du Moyen-Orient. La réussite de l’entreprise, selon lui, est due en partie au partenaire libanais qui supervise le versant commercial et qui s’occupe particulièrement des relations avec les acteurs locaux, la concurrence étant essentiellement étrangère. Il voyage pour des raisons professionnelles et personnelles en France. Il s’interroge sur le comportement actuel des Libanais et sur les réactions des gens devant les événements qui sont, selon lui, exagérés par les médias français. Il a visité la Syrie et une partie de l’Arabie, mais à cause de la guerre de 1973, il n’a pas trop visité le Liban Sud. Il a rencontré beaucoup de Libanais, surtout grâce à son milieu professionnel et il est reçu chez eux. Il parle de ses loisirs puis aborde le sujet des communautés linguistiques. Il lui semble que depuis un certain temps, la langue anglaise, du fait qu’elle soit une langue commerciale internationale, tend a être plus parlée au Liban que le français. D’après lui, la France n’a pas suffisamment bien contrôlé les importations au Liban pendant son mandat, en témoigne la commercialisation des voitures allemandes. Il imagine qu’il pourrait y avoir une mission de montage de Renault à Beyrouth avec l’aide de l’ESIB. Il tient un discours très critique envers le monde professionnel français, qui est selon lui trop figé. Il reproche aux Français d’avoir été faibles sur le plan commercial et relationnel et, de fait, d’avoir permis aux Étasuniens et aux Allemands de s’installer au Liban. Il se dit très tolérant vis-à-vis des multiples confessions qui existent au Liban et selon lui, il n’y a pas d’athéistes libanais. Il situe le Liban en tête du développement industriel mondial grâce à l’ingéniosité et à l’agilité de son peuple, même s’il finira par perdre sa primauté face aux pays pétroliers. Pour lui, l’influence de la France a tout de même été déterminante pour le développement industriel, par son éducation et l’implantation d’entreprises. Il pense qu’il rentrera en France une fois que ses deux derniers enfants seront mariés, mais il envisage également la possibilité de rester au Liban. Vers la fin de l’entretien, après s’être confié sur ses revenus mensuels, l’homme demande au chercheur de ne pas révéler ces informations, et il lui demande une copie de son entretien.

Un Français résidant depuis quelques semaines au Liban, évoque sa vie à Beyrouth en 1975 en tant que cadre de la Banque de l’Union européenne industrielle et financière

N° enquête : 4374

Intervenants : Fouchet, Guy ; Fouchet, Mireille

Durée : 1 h 51 min

Commentaires sur la langue : Les deux informateurs signalent ne pas savoir parler arabe

22Le couple est marié et a deux enfants de quatre et dix ans. L’homme a étudié les sciences politiques, il a une licence en droit et un diplôme supérieur d’université de droit privé. Après avoir commencé par travailler comme assistant à l’université, en 1969, il a été recruté par la Banque de l’Union européenne industrielle et financière qui l’a détaché à Beyrouth en avril 1975. Son épouse occupait un poste dans l’administration à Paris, mais depuis leur arrivée au Liban, elle ne travaille pas. La politique de la banque était d’ouvrir une société au Moyen-Orient en association avec des partenaires arabes. Les époux ne connaissaient le Liban que par les livres et ils en avaient l’image d’un pays merveilleux. La femme admet avoir eu un choc en arrivant, car elle a été déçue par la saleté. Cependant ils n’ont pas eu de souci d’adaptation matérielle. Ils ont été très bien accueillis par leurs voisins français. Ils ont choisi le quartier en fonction de l’école des enfants et ils se sont installés à Ras Beyrouth dans le secteur de Rawchey. Ils ne quittent pas souvent Beyrouth à leur grand regret, car l’homme a une charge de travail importante et donc pas de véritable week-end. Ils fréquentent un club de tennis français nommé le DTL. Le soir, ils sont pris par les dîners d’affaires et d’après eux, la frontière entre la vie privée et la vie professionnelle est ténue. Malgré les difficultés à pénétrer la communauté libanaise, ils ont des amis libanais francophiles qu’ils apprécient beaucoup. Le couple distingue la communauté chrétienne, occidentalisée, de la communauté musulmane, plus intéressée par la langue anglaise. De fait, la langue anglaise est plus diffusée que le français, car elle représente une puissance internationale. L’informateur décrit ensuite sa société à capital koweïtien, libanais ainsi que saoudien. Le président, sur qui tout repose, est un arabe d’origine syrienne. La mission de l’homme est d’implanter dans les pays arabes un marché financier inspiré de l’Occident. Il est également chargé de former des cadres libanais. Ses collègues sortent en majorité de l’Université américaine, ou bien ils sont allés étudier aux USA ou à Londres. Le président a suivi une formation française et il s’occupe des opérations financières internationales. La société a été créée en janvier 1974 et le président a préféré recruter un Français, notamment parce que selon lui, les Japonais et les Étasuniens sont moins souples que les Français. La clientèle est composée de sociétés qui ont des projets à financer et d’investisseurs. Les Libanais étant moins bien vus dans les pays arabes pour les affaires, le président de l’entreprise met en avant la fiabilité de la technique française. Certaines banques sont écartées du marché à cause des tensions sociopolitiques avec Israël. Si l’homme se dit satisfait de son expérience professionnelle au sein de la banque, son épouse souligne que, pour sa part, sa situation ne lui convient pas. Les époux et les chercheurs concluent l’entretien en soulignant les rapports entre la situation professionnelle des résidants français et leur intégration avec la communauté libanaise.

Une enseignante française d’informatique fait l’éloge en 1975 de l’école d’ingénieurs où elle travaille à Beyrouth (Liban)

N° enquête : 4375

Intervenants : Créteau, Françoise

Durée : 1 h 26 min

23L’informatrice, âgée de 31 ans au moment de l’entretien, est professeure détachée à l’école d’ingénieurs de Beyrouth où elle est arrivée en novembre 1969. Elle mentionne la situation professionnelle de ses parents puis elle évoque son parcours d’études supérieures. Après une école d’ingénieurs en hydraulique à Toulouse, elle est partie à New York pour ses études puis elle est rentrée en France où elle a travaillé dans le privé en tant qu’ingénieur dans les bâtiments et travaux publics (BTP). Elle avait envie de travailler à l’étranger et c’est en discutant avec des camarades libanais qu’elle a envisagé de partir au Liban. Elle a postulé pour un poste d’informatique à Beyrouth, après avoir vu une annonce dans le journal des anciens de son école. Recrutée en tant qu’expert de coopération technique en mission, employée par le ministère des Affaires étrangères, elle est arrivée à Beyrouth en novembre 1969. Sa semaine est constituée de huit heures d’enseignement et de deux heures de travaux pratiques. Depuis peu, son statut vient de changer, car elle est maintenant chargée de mission d’enseignement à l’école d’ingénieurs. Concernant ses fréquentations sociales, la femme trouve le milieu des ingénieurs trop fermé et elle préfère côtoyer, en dehors de son activité professionnelle, des Libanais. Ayant de bons revenus, l’ingénieur explique comment se déroulent les trois mois de vacances par an dont elle dispose, en partie consacrés à la visite de sa famille en France, et aux voyages à l’étranger (Turquie, Antilles, Moyen-Orient). Elle dit se rendre régulièrement à Damas. Ses loisirs se passent en solitaire car elle a peu d’amis du fait de sa charge de travail. Elle ne participe pas aux réunions des résidants français qu’elle juge mondaines et elle tient à se démarquer des compagnes de ses collègues, selon elle, peu accueillantes et dont les sujets de conversation ne l’intéressent pas. Quant aux hommes libanais, elle les trouve très exclusifs et elle pense qu’ils sont gênés par son indépendance (elle donne des exemples illustrant ses propos). Dans l’école où elle travaille, il y a quinze enseignants, français et libanais. Elle a visiblement des idées très arrêtées sur les compétences de ses collègues libanais qu’elle trouve minces, voire inexistantes. L’informatrice compare les techniques d’enseignement théorique de l’école d’ingénieurs française, avec celles pragmatiques de l’« engineering school » étasunienne. Pour ce qui est des élèves, l’enseignante souligne que le niveau a changé et a tendance à baisser depuis son arrivée. Elle a malgré tout eu des étudiants extrêmement brillants. Elle déplore cependant le manque d’enthousiasme général de ceux qui ne sont dans l’école que pour acquérir un diplôme. Comme le Liban s’industrialise, d’après elle, l’école d’ingénieurs française a sa place dans le pays et de plus, les étudiants la choisissent parce que le niveau y est réputé élevé. Il lui semble que la maîtrise du français crée une distinction entre les Libanais, qu’elle est le signe d’une position sociale favorisée et que l’anglais n’a pas le même statut. Elle donne sa vision de ce qu’elle nomme « l’esprit français » et elle s’exprime sur ce qu’elle nomme un fossé entre les cultures, notamment au Liban. À propos de son avenir, elle envisage de rentrer en France dès l’été suivant et de travailler à nouveau dans le privé.

L’histoire de la communauté française au Liban, racontée par un Français né en 1903, fondateur de l’Union des Français au Liban et avocat à la retraite en 1975

N° enquête : 4377

Intervenants : Ferrand, Jean

Durée : 2 h 42 min

24L’enquête est constituée de deux enregistrements réalisés auprès du même informateur, celui-ci racontant les relations franco-libanaises à travers l’histoire du Liban dans le premier et, plus précisément, à travers le récit de la Seconde Guerre mondiale au Liban dans le deuxième. La première partie de l’entretien a déjà commencé avant que l’enregistrement ne soit déclenché. L’homme témoigne d’une grande connaissance de l’histoire du Liban où il semble vivre depuis longtemps. Pour obtenir plus d’informations sur les lointaines origines françaises des Libanais, il renvoie les chercheurs vers des spécialistes. Le début des relations officielles franco-libanaises est marqué par l’arrivée des Français au Liban pour protéger la communauté chrétienne d’Orient qui avait notamment survécu au massacre des Druzes à Deirel-Kamar en 1860. Les lois de la Troisième République ont provoqué l’exode des congrégations religieuses, comme les jésuites et les sœurs de Nazareth, pour qui le Liban devient un lieu de refuge et de sécurité. Les communautés chrétiennes ont à nouveau été persécutées par les Turcs et pendant la Première Guerre mondiale, la France est à nouveau intervenue en envoyant des vivres pour les sauver de la famine. En 1918, les chrétiens ont voulu que le mandat soit donné à la France pour les protéger de l’Empire ottoman et c’est à cette période que se sont implantées l’université Saint-Joseph, la faculté de médecine, la faculté de droit et l’école d’ingénieurs. Le mandat en 1920 a institué une action plus officielle avec l’arrivée d’enseignants surtout dans le privé et des commerçants. À cette époque se sont alors développés les mariages mixtes et la langue française. Puis, sont arrivés au Liban les fonctionnaires civils français, c’est-à-dire la classe moyenne qui a beaucoup influencé le Liban comme les magistrats, les douaniers, les banquiers ou les entrepreneurs. À la fin du mandat en 1943, la communauté française s’est rétrécie en raison du retrait de la France et de ses fonctionnaires civils. Seuls sont restés les Français attachés au Liban. Par la suite, la communauté des Français résidant au Liban s’est constituée surtout de Français envoyés en mission à court terme. Selon l’informateur, ces derniers n’ont pas le temps de s’intégrer et ils ne participent plus aux activités proposées par les associations françaises comme, par exemple, l’Union des Français du Liban qu’il a lui-même créée en 1947 et dont il a été président jusqu’en 1972. De manière générale, toutes les associations françaises qui étaient auparavant inscrites dans la vie quotidienne libanaise comme le Cercle sportif, la Société de bienfaisance, les Médaillés militaires et la Légion d’honneur, le syndicat de l’Éducation nationale, le Cercle des jeux, sont affectées par ce changement. L’homme parle de son désir de fédérer la vie associative française par la création d’une Maison de France rattachée à l’ambassade de France au Liban. Il évoque des projets d’amélioration des conditions de vie des Français (bourses scolaires pour les enfants, extension de la sécurité sociale et de l’impôt sur le revenu). D’après lui, les Françaises sont très courtisées et beaucoup de couples mixtes se forment, pour des durées plus ou moins longues. Il explique la difficulté pour les couples de diplômés de perdurer ensemble au sein d’une communauté traditionnelle (musulmane ou chrétienne). En ce qui concerne les lycées français, il cite les exemples d’institutions chrétiennes qui, d’après lui, ont une action très réelle envers les communautés musulmanes, car leur mission n’est plus celle de former la haute bourgeoisie ni de diffuser la langue française, mais d’être avant tout apostolique. De fait, des écoles françaises ferment et, lorsqu’elles sont encore ouvertes, peu continuent de proposer la préparation au baccalauréat français. La France continue en revanche d’appuyer les institutions libanaises chrétiennes ou non confessionnelles. Nostalgique, l’informateur regrette que la culture française perde de son prestige face à une culture anglo-saxonne qui se propage, et il pense que la présence française est encore nécessaire sur le territoire libanais. Vers la fin de la première bande, l’homme renseigne les chercheurs sur les personnalités en lien avec la communauté française, qu’il leur conseille de rencontrer. Jean Ferrand raconte ensuite l’histoire du Liban sous le mandat de la France, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il évoque la mobilisation des Français, la sienne en particulier. Il s’attache particulièrement à raconter l’action du Théâtre des opérations de Méditerranée orientale (TOMO) qui a abouti à une défaite en mai 1940, avant même la victoire de 1945 et la libération de Paris qui a été fêtée au Liban. L’homme revient sur la résistance contre les Allemands, aux côtés des anglais dont l’arrivée en 1941 a remis en question la présence française sur le territoire libanais. Il fait l’éloge du général Catroux qui a permis à la France de conserver sa présence au Liban. L’intervention du général de Gaulle au Liban a provoqué le départ de nombreux Français, mais pas de l’administration française qui a assuré la continuité de la présence française au Liban. Cela a marqué la fin du protectorat français. L’informateur juge que le sens « d’être de la communauté française » n’existe plus en 1975.

Un enfant français, en classe de sixième au lycée franco-libanais de Beyrouth, s’exprime au sujet des différences entre les écoliers, avec en fond sonore les actualités télévisées du Liban du début de l’année 1975

N° enquête : 4378

Intervenants : Métral, Bruno

Durée : 1 h 16 min

Commentaires sur la langue : L’informateur signale avoir arrêté l’apprentissage de l’arabe à l’école.

25L’enfant interrogé est arrivé avec sa famille à Beyrouth il y a six ans. Au moment de l’enregistrement en 1975, il est en classe de sixième française. D’emblée, l’enfant insiste sur la ségrégation des sociabilités au lycée franco-libanais, en fonction de la nationalité, de la langue et des confessions, entre, d’une part le milieu francophone, celui des élèves qui parlent français entre eux et chez eux et, d’autre part le milieu plus arabophone, constitué généralement par des musulmans. Le garçon attribue cette situation à la montée d’un sentiment nationaliste arabe au Liban, d’autant que le français semble passer de mode. Quant à la ségrégation entre francophones et arabophones, elle renvoie à des relations de classes sociales, comme le suggère l’enfant, expliquant que parmi les francophones, il y a des élèves libanais fortunés. La pratique de l’arabe par les Français reste l’apanage des familles installées depuis longtemps au Liban. Ces ségrégations sont tangibles à différentes échelles dans les relations quotidiennes au lycée : en classe, dans les relations avec le personnel enseignant et l’administration ; dans la tenue. L’enfant parle d’un dernier type de ségrégation qui est celui du genre, où la séparation entre les filles et les garçons est davantage sensible au Liban qu’en France. D’après l’enfant, le lycée et son personnel enseignant reproduisent ces différences, le personnel de direction étant français tandis que les surveillants sont tous des libanais. L’enfant a des camarades libanais au lycée, mais il ne les fréquente guère en dehors pour des motifs d’origines sociales et du fait de sa non-pratique de l’arabe, ce qu’il regrette. L’enfant parle de ses grandes vacances annuelles en France. Malgré ces relations françaises, l’enfant se sent exilé et il voudrait retourner rapidement en France, tant il craint de ne pas pouvoir se réadapter en France s’il reste davantage au Liban. L’entretien est fini, mais l’enregistrement continue. Il rend compte des informations télévisées libanaises en arabe. Les différents acteurs politiques répondent à la demande de cesser les bombardements. Une réunion est prévue avec le secrétaire général de la Ligue arabe, l’Égyptien Mahmoud Ryad, tandis que le modéré Cheikh Hassan El Khaled, en tant que chef de la communauté sunnite libanaise et de la coalition islamique, déclare qu’il est temps d’intervenir au nom de la communauté libanaise, qu’elle soit chrétienne ou musulmane. Ensuite, le journal télévisé contredit les rumeurs de pollution qui affecterait les fleuves de la région, en conseillant aux Libanais de faire confiance aux analyses hydrauliques qui affirment l’absence de pollution. L’enregistrement est entrecoupé et sont ensuite entendus des bruits d’explosions.

Le censeur, membre du Syndicat national des enseignements de second degré, parle en 1975 de la vie politique et administrative du Lycée français de la Mission laïque de Beyrouth (Liban)

N° enquête : 4379

Intervenants : Plessis (M.)

Durée : 1 h 38 min

26L’informateur a étudié en France à compter de 1951, date à laquelle il est rentré d’Algérie, jusqu’au certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (CAPES) de lettres modernes. En 1954, il est appelé à retourner pour combattre en Algérie, expérience qui l’a profondément marqué. Peu après son retour, pour quitter la France, l’homme a préféré une carrière internationale. Il fait un premier séjour au Liban comme professeur de lettres au Lycée franco-libanais de 1958 à 1968, puis en Italie entre 1968 et 1972, après quoi il est retourné à Beyrouth en 1972 pour exercer comme censeur au lycée franco-libanais de Beyrouth. Il est arabophile mais non arabophone. Le censeur compare ses deux séjours au Liban et, en l’espace de 14 ans (entre 1958 et 1972), il constate une dégradation des conditions de vie au Liban, à cause de l’inflation, et parallèlement une évolution des relations avec les résidants français, qui vivent alors repliés dans un « ghetto ». Parmi les Français, l’informateur distingue trois groupes : le personnel des ambassades, celui du monde des affaires et celui des enseignants. Pour sa part, le censeur revendique son affiliation au Syndicat national des enseignements de second degré dont il a été le secrétaire pendant quatre années, notamment car il représente selon lui les enseignants. Sur le plan politique, le censeur constate une élite de plus en plus ostentatoire pour des motifs économiques plus qu’idéologiques. Le censeur aborde ensuite les difficultés survenues avec le développement de l’éducation publique libanaise dès les années 1967-68 et plus précisément, avec la non-équivalence des cursus arabophone et francophone. Il commente également l’échec des séparations des élèves en fonction de leur nationalité. Le censeur parle de son travail et, en tant que responsable des admissions, développe la question de l’origine sociale des élèves. Le sujet de l’impérialisme culturel revient à de multiples reprises. Il se montre ambigu, tantôt valorisant un enseignement français de qualité, tantôt regrettant l’élitisme des institutions éducatives françaises dans le pays malgré son accès récent aux communautés musulmanes et rurales. Il estime néanmoins que l’enseignement français a sa place au Liban, comme alternative et non comme substitut à l’éducation publique libanaise, mais aussi comme seul rempart face à l’impérialisme anglo-saxon. Vers la fin de l’entretien, il commente les tensions internationales qui perturbent depuis les trois dernières années la vie au Liban et dont les effets se font sentir jusque dans l’enceinte du lycée. Cela se traduit par des clivages droite-gauche dans l’enceinte du lycée, lequel devient « un microcosme de la société libanaise ». L’informateur termine l’entretien en exprimant son projet de quitter le Liban pour un autre poste à l’étranger.

Une étudiante en sociologiede 22 ans, à l’École supérieure des lettres de Beyrouth, fait le récit en 1975 de sa vie au Liban

N° enquête : 4380

Intervenants : De Calbiac, Chantal

Durée : 1 h 6 min

Commentaires sur la langue : L’informatrice dit comprendre couramment l’arabe, sans le parler

27L’étudiante a vécu au Vietnam où elle est née, au Cambodge et enfin à Beyrouth, au Liban, où elle est arrivée à l’âge de 12 ans et demi, en 1966. Son père est directeur de banque à Beyrouth tandis que sa mère est mère au foyer. Progressivement, la femme confie un fort attachement pour le Liban, jusqu’au point de se dire elle-même beyrouthine. Dès son arrivée, l’informatrice a bénéficié d’un confort matériel certain. Après son baccalauréat au lycée franco-libanais (cursus francophone), elle s’est d’abord inscrite en histoire à l’École supérieure des lettres (ou ESL, privée et francophone), ensuite elle s’est réorientée vers l’American University of Beirut (privée et anglophone) où elle s’est inscrite en journalisme, puis a renoncé et s’est finalement réinscrite à l’ESL, en sociologie. Elle n’a pas d’ambition professionnelle particulière à l’issue de son cursus, mais elle profite de son temps libre qu’elle répartit entre une vie amicale intense, les livres d’art, la danse et la peinture. La femme est interrogée sur ses fréquentations depuis son arrivée au Liban. Elle compte au moment de l’enregistrement, environ une dizaine d’amis libanais, étudiants ou enseignants. Avec eux, elle sort, et voyage dans les pays du Moyen-Orient. Elle estime avoir la belle vie à Beyrouth. Interrogée davantage sur ses relations sociales, il en ressort que, de manière générale, la confession comme la nationalité ne sont pas des obstacles à ses relations sociales. L’étudiante explique qu’il peut exister une animosité à l’égard des Français, même si elle n’a jamais eu à en pâtir personnellement. Elle se montre très critique à l’égard de la communauté française, qu’il s’agisse du personnel des ambassades comme des résidants, car parfois ceux les plus « adaptés » peuvent être méprisants envers les Libanais. Elle compare le comportement des résidants français au Liban avec celui au Cambodge. Élevée à l’étranger, elle ne souhaite pas aller en France à l’issue de ses études. Elle n’y a en effet aucun lien affectif. Quant aux différences de comportements entre Orientaux et Occidentaux, sur lesquelles l’interroge le chercheur, la femme insiste plutôt sur le fait qu’elle a vraiment reçu la même éducation culturelle que ses amis libanais. Interrogée sur les relations entre hommes et femmes à Beyrouth, l’étudiante explique être à l’aise dans son cercle amical. Elle reconnaît fréquenter un jeune homme libanais qu’elle désire épouser à l’issue de ses études, malgré la probable réticence de sa famille à une telle union, à cause d’un « état d’esprit colonial ». Vers la fin de l’entretien, l’étudiante qui confie avoir été élevée d’une manière assez stricte, explique être encore dépendante de ses parents pour le logement et l’argent de poche, mais aussi de ses amis masculins pour les sorties.

Un père jésuite, préhistorien et spécialiste de l’histoire de l’Islam, fait le récit de la présence de la Compagnie de Jésus au Liban jusqu’en 1975

N° enquête : 4381

Intervenants : Hours, Francis

Durée : 1 h 38 min

Commentaires sur la langue : L’informateur signale avoir une bonne maîtrise de la langue arabe.

28L’entretien prend la forme d’une discussion libre sur l’histoire de la présence jésuite au Moyen-Orient, sur son lien à la colonisation et sur les hiérarchies sociales libanaises. Il n’y a pas d’indication biographique précise sur l’informateur. L’homme est jésuite, son grand-père était un ami intime du père de Foucaud et il a d’ailleurs conservé toute la correspondance entre les deux hommes. Il s’exprime, tout d’abord, sur les valeurs des jésuites qui ont toujours œuvré pour la langue arabe, leur projet apostolique passant par la langue vernaculaire. Il évoque ensuite la tradition constante et consciente des jésuites de s’adresser à l’élite, car la Compagnie considère que son action est plus efficace lorsqu’elle agit sur la population qui détient le pouvoir. L’informateur cite beaucoup d’anecdotes à propos des différents ambassadeurs, de l’université Saint-Joseph et aborde la différence entre les mandats libanais et syriens, en citant les fondations jésuites à Alep, à Homs, à Damas, à Tartous et chez les alaouites. Le père jésuite retrace alors l’histoire des jésuites sur une quarantaine d’années, en expliquant, notamment, le procédé de recrutement des Libanais dans l’ordre, entre les frères (issus de la partie défavorisée de la population) et les pères (issus de grandes familles). Les figures décisives chez les jésuites sont évoquées avec « l’équipe de l’arabe » et la gouvernance avec les pères de Bonneville, Bonnet-Eymart. Il aborde aussi la notoriété du général de Gaulle considéré comme un grand homme par les Arabes musulmans et explique que les jésuites ont été du côté de Vichy par tradition bien-pensante, patriotique. L’informateur narre, à ce propos, la visite du général à l’université, qui ne trouva aucun enseignant ni élève, car ceux-ci avaient obéi à l’ordre des pères de Bonneville et Chanteur qui voulaient saboter sa venue. Ces deux derniers furent d’ailleurs envoyés en exil en Égypte et ne revinrent jamais au Liban. Toutefois, ils ont laissé en héritage, l’idée d’un Proche-Orient indépendant et responsable de lui-même tout en considérant le Liban et la langue arabe comme une tête de pont pour diffuser le christianisme dans le monde arabe. L’informateur raconte également la période du mandat du général Gouraud qui prenait ses décisions en fonction de ce que disait le père Chanteur. Le panache, le paraître lui semblent être des notions importantes dans l’histoire des jésuites et il donne en exemple la construction de l’église de Jamhour. Si le déclin de la chrétienté au Liban est lié, selon lui, à celui qui se vit dans les autres pays, les jésuites se sont appuyés sur des élites qui se sont montrées finalement perméables à l’appât du gain et leur rejet de la part des Libanais s’est fait ressentir surtout entre 1940 et 1950. En 1975, il voit une situation plus complexe, car les Libanais voudraient être autonomes, mais sont, par ailleurs, en demande d’aide. Il évoque à ce sujet, l’exemple de l’USJ où les jésuites ne peuvent plus avoir un vrai rôle, car l’université est devenue le symbole d’une ère révolue, de la fin de l’action missionnaire, et les institutions religieuses catholiques sont en pleine mutation. Par ailleurs, la structure sur laquelle vivent les jésuites est figée par manque de moyens financiers et d’idéal. L’informateur pense que les Libanais doivent prendre leur destinée en main et le concept du Liban phénicien (ni chrétien ni musulman) émergeant en 1970 est le reflet de cette évolution indispensable aux yeux du père jésuite.

Un chroniqueur et conseiller sportif franco-libanais s’exprime au sujet de la communauté française établie depuis longtemps au Liban

N° enquête : 4382

Intervenants : Bercin, Victor ; Ferrand, Jean

Durée : 2 h 4 min

Commentaires sur la langue : L’informateur parle parfaitement l’arabe.

29L’enquêteur est en présence de deux informateurs dont le deuxième est également l’informateur de l’enregistrement n° 4377. Le premier informateur est né à Tripoli de mère libanaise engagée à Tartous pour enseigner le français où elle a rencontré un Français. Son père a fini sa carrière en tant que directeur de la Sûreté syrienne à Damas. Il a eu comme camarade Pierre Gemayel pendant ses études, parle parfaitement arabe et a la double nationalité. Dès 1947, il a été instituteur au lycée français puis rédacteur sportif. Ensuite, il a créé des auberges de jeunesse franco-libanaises, une agence de tourisme d’échanges franco-libanais, des fédérations sportives. Créateur de la Fédération internationale sportive universitaire (FISU), second organisme mondial après le Comité olympique, l’informateur a été égalementl’organisateur des jeux Panarabes et des jeux Méditerranéens. Il a également occupé la fonction de directeur du stade du Chayla. Responsable du sport scolaire universitaire et de la jeunesse, en 1970, le gouvernement libanais l’a recruté comme conseiller technique du ministre de l’Éducation nationale pour la jeunesse et le sport. Il a d’ailleurs eu la Médaille du mérite libanais et l’Ordre national du Cèdre. Les deux informateurs évoquent l’époque des croisades en donnant des anecdotes linguistiques, culturelles. Ils parlent ensuite de l’arrivée des congrégations pendant la Première Guerre mondiale. Tous deux désapprouvent ouvertement la politique de l’ambassade, car selon eux, elle ne connaît pas suffisamment la communauté libanaise. Ils font une distinction entre deux catégories de Français qui coexistent en 1975 : ceux permanents au nombre de 2 000, et ceux de passage qui sont environ 6 000 ; ils parlent d’un réseau parallèle concernant les Français permanents, ils font la description de ces personnes qui vivent à la libanaise, mais qui ont un fort sentiment patriotique français. Ils évoquent le « franbanais », langue utilisée dans les mariages mixtes. Le deuxième informateur parle des Français du Liban permanents, souffrant d’un manque de considération de la part des fonctionnaires temporaires de l’ambassade, jugés racistes et très mondains. Ces derniers sont trop isolés, selon lui, ils ne sont pas en contact avec la communauté libanaise. Il regrette que les nouveaux arrivants ne leur demandent pas plus de renseignements. Le premier informateur pense que les Français qui arrivent avec un esprit colonialiste n’ont pas de leçon à donner aux Libanais. Il cite l’exemple de l’Algérie où les Français n’ont pas voulu se mettre à la hauteur des Algériens tandis que le deuxième informateur critique les mondanités qui sont très nombreuses à Beyrouth et qui ne mènent à rien.

Un enseignant arabisant, parle en 1975 de son enseignement d’histoire du Liban à l’École supérieure des lettres de Beyrouth (Liban)

N° enquête : 4383

Intervenants : Seurat, Michel (1947-1986)

Durée : 1 h 55 min

Commentaires sur la langue : Au moment de l’enregistrement en 1975, l’informateur parle et sait lire couramment l’arabe, l’anglais et l’espagnol

30L’informateur est né le 14 août 1947 en Tunisie. Sa mère est née en Tunisie, son père en Algérie. En 1961, il arrive en France à Lyon où sa famille s’installe. Il commence par décrire son parcours universitaire (les sciences politiques et parallèlement, une maîtrise d’histoire, le 3e cycle de l’École pratique des hautes études, une licence d’arabe aux Langues O’). Entre 1972 et 1974, il fait des allers-retours entre Paris, Beyrouth et Damas pour parfaire son arabe. Le jeune enseignant effectue au moment de l’enregistrement, son deuxième séjour au Liban qui est dû en particulier à son intérêt pour la langue arabe. Arrivé à la mi-novembre 1974, il n’est cette fois-ci plus étudiant, mais enseignant d’histoire à l’École supérieure des lettres de Beyrouth, employé par la Mission culturelle française avec un contrat d’une année reconductible. Il mentionnera plus loin ses conditions d’enseignements tels que ses revenus et ses horaires. Son installation à Batrakieh dans le quartier de Zoukak el-Blat, qu’il qualifie d’un « îlot d’étrangers au milieu d’un quartier musulman », a été facilitée par ses connaissances libanaises. Célibataire, il y vit seul. En tant qu’enseignant, il a déjà eu plusieurs expériences : en économie politique, en langue arabe et depuis qu’il est à Beyrouth, en histoire. Interrogé sur ses loisirs, il considère ne pas en avoir. Il ne retourne pas souvent en France n’y ayant pas d’attaches fortes. En revanche, il a beaucoup voyagé dans la région, profitant de son temps libre pour sillonner le Proche-Orient en moto. Il manifeste une affinité particulière pour Damas. Il préfère les cercles marxistes arabes à ceux des Français dont il ne recherche pas la compagnie. La majorité de l’entretien prend une tournure politique. Il ne professe qu’indifférence pour la politique culturelle française au Liban et ne fréquente que des Français n’étant pas dans un rapport de mépris vis-à-vis des Libanais. Malgré cela, il se retrouve dans une position délicate en regard de son poste de professeur français d’histoire du Liban à l’École supérieure des lettres (ESL) de Beyrouth. Sa nationalité française suffit à faire de lui un agent impérialiste aux yeux de ses étudiants, de droite comme de gauche. Il se dit par ailleurs révolté par le caractère payant de l’ESL, indiquant au passage que le coût annuel d’une licence de philosophie à l’université américaine (AUB) se monte à 1600 livres. Il voit dans l’ESL « une vieille institution héritée du mandat », favorisant l’élitisme de la bourgeoisie francophone libanaise. Il milite pour un enseignement supérieur en arabe, estimant que former des étudiants arabophones serait une manière de « résorber les séquelles » de la colonisation, tandis que le chercheur défend l’enseignement en langue étrangère dans la mesure où il n’existe d’équivalent en langue arabe. Se revendiquant du marxisme, il fréquente des amis marxistes arabes, rencontrés à Damas. En tant que marxistes, tous revendiquent la liberté d’expression, une identité collective dépassant la césure entre l’Orient et l’Occident. Marqué par un sentiment de culpabilité lié à son histoire « pieds-noirs », il est parvenu « par l’intermédiaire du marxisme » à déplacer le débat sur un plan idéologique et de classe. Le débat entre l’enseignant et le chercheur s’intensifie quand est abordé le confessionnalisme. L’homme refuse d’accréditer la présence de « cultures » différentes au Liban (phéniciennes, maronites, etc.), tandis que le chercheur voit dans le multiculturalisme le fondement de l’identité nationale libanaise. Il déplace le débat en termes marxistes : il introduit la « réalité de classe, de clan, de famille et tout », plus importante que la confession à son sens pour comprendre les positions politiques des différents acteurs libanais. D’après lui, depuis 1967, « il y a une coalition de toutes les forces réactionnaires contre la montée d’une idéologie qui n’est peut-être pas très définie et qui correspond à la montée de la résistance palestinienne dans la région ». Il évoque les hommes politiques de Syrie et d’Égypte. Ce « déplacement du conflit » (du confessionnel vers l’idéologique) est encouragé par la « montée de la bourgeoisie sunnite au Liban ». Finalement, l’enseignant appelle de ses vœux une « construction nationale libanaise » encore inexistante. Vers la fin de l’entretien, l’informateur annonce vouloir retourner rapidement à Damas pour terminer son diplôme de 3e cycle. Il revient sur ses relations amoureuses. Le jeune homme a l’impression de « jouer au prétendant » lorsqu’il va chercher à moto ses amies libanaises à leur domicile. Il regrette la liberté sexuelle et l’indépendance des étudiants parisiens. Refusant de croire à la différence culturelle, il attribue ses difficultés amoureuses à la « répression sociale » et morale de la société libanaise.

En 1975, un ingénieur français employé par la multinationale étasunienne Ortis à Beyrouth (Liban) parle de ses rapports professionnels et personnels avec la communauté libanaiseau regard de son expérience

N° enquête : 4384

Intervenants : Frizol (M.)

Durée : 1 h 8 min

Commentaires sur la langue : L’informateur signale parler couramment l’anglais. Son épouse et ses enfants parlent, quant à eux, l’arabe.

31L’informateur est français, né en Suède. Il est marié, son épouse est vietnamienne, naturalisée française. Le couple a une fille de 5 ans et attend bientôt un autre enfant. Après un baccalauréat en littérature obtenu à New York en 1962, l’homme a obtenu en 1966 un diplôme d’ingénieur en automobile et aéronautique. Il a travaillé comme coopérant militaire au lycée français de Saigon de 1966 à 1968, puis à Paris, pour la société Otis. Après avoir vécu en Asie et au Moyen-Orient, il est arrivé au Liban avec sa famille en 1973, détaché auprès d’une filiale libanaise. Résider à l’étranger est d’après lui avantageux sur le plan financier, car la vie est ainsi confortable. L’informateur a été détaché de la société française Otis pour mettre sur pied un système de contrôle de ventes et de coordination de la filiale à Beyrouth. Otis est une multinationale, dont 80 % du personnel de direction est étranger, l’atmosphère y est très cosmopolite. L’informateur dit s’être bien adapté à Beyrouth où il y fréquente des employés de sa compagnie ainsi que des enseignants de l’université Saint-Joseph. Bien que ses amis soient français, il ne se sent pas membre d’une minorité française. Selon lui, résider à l’étranger rend plus critique. À ce titre, il compare les systèmes politiques libanais et syriens, mais il dit ne pas pouvoir imaginer ce que les populations locales pensent des Français. Il refuse toute affiliation à l’association française au Liban et il se méfie des autorités consulaires. Il estime que les loisirs proposés par l’Alliance française sont élitistes. Il insiste durant l’entretien sur sa capacité d’adaptation, ainsi que celle de sa famille, même si ses relations avec les Libanais demeurent professionnelles. Il reproche aux Libanais une « superficialité » et un « conformisme social » qui lui font envisager un départ du pays dès l’expiration de son contrat. Il explique ensuite le cloisonnement de la société libanaise par des arguments démographiques et religieux : les chrétiens auraient peur de la montée en nombre des musulmans. Il souligne aussi l’importance des différences de classes, recoupant les différences religieuses et il explique selon lui, l’imminence d’un conflit opposant les musulmans contre les chrétiens. Des bruits de fond altèrent l’écoute de l’entretien.

En 1975, un conseiller pédagogique en mathématiques qui travaille depuis 2 ans à Beyrouth pour un attaché culturel dans le cadre de la coopération s’exprime sur sa profession

N° enquête : 4385

Intervenants : Albigot (M.)

Durée : 1 h 48 min

Commentaires sur la langue : L’informateur signale parler un peu l’arabe.

32L’informateur est arrivé au Liban à l’âge de 31 ans, en 1973. Après des études à Pau et à Paris, il a occupé un poste de maître auxiliaire en mathématiques puis a eu son certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (CAPES) de mathématiques. Il a exercé à Bruxelles en tant que coopérant militaire au lycée français de 1968 à 1969 et a obtenu un poste au Caire, en Égypte, comme conseiller pédagogique au sein du centre culturel de 1969 à 1973. Il occupe le même type de poste à Beyrouth où, dépendant d’un attaché culturel dans le cadre de la coopération, il travaille avec des écoles privées et des organismes publics libanais, auxquels il apporte un soutien pédagogique en mathématiques. Il intervient dans deux secteurs : la défense et la diffusion de la langue française. Il avoue être déçu, car les Libanais n’utilisent pas, selon lui, son aide de manière optimale, ils ne cherchent pas de promotion pour leur école ni ne recherchent la coopération. Cette situation est la même selon lui pour toutes les matières. Son rayon d’action s’étend à tout le Liban dans les villes qui possèdent un centre culturel. Il n’existe pas de bureau pédagogique, le Centre de recherche et de développement pédagogique (CRDP) s’occupe des programmes tandis que le directeur qui est Libanais décide du contenu. Il n’y a pas de commission consultative. L’informateur décrit les diverses écoles existant au Liban et il mentionne les différences confessionnelles entre les écoles publiques, où les élèves sont musulmans, et les écoles privées qui rassemblent 85 % de chrétiens. Il décrit un large éventail de situations de classes, bien qu’il n’intervienne pas auprès des jésuites, auprès de Notre-Dame de Nazareth et auprès du Carmel Saint Joseph. L’assistance pédagogique consiste à proposer de nouvelles méthodes d’enseignement et à enrichir la pédagogie existante. Cependant, il dit se heurter à une certaine passivité du côté libanais, les échanges n’étant selon lui pas toujours faciles. Ainsi, il cite l’International College américain qui, lui, réussit à innover pédagogiquement et peut servir de référence. Selon lui l’école libanaise est hiérarchisée, elle opère une sélection qui reproduit la société avec des établissements d’élite et d’autres pour les classes moyennes, défavorisées. Le bilan de son séjour s’avère décevant lorsqu’il aborde le cadre de vie (bruit, embouteillages. etc.), les contacts trop superficiels, et une communauté française assez cloisonnée. Il compte partir du Liban pour avoir de nouvelles expériences à l’étranger ou en France. Des bruits de fond altèrent l’enregistrement.

En 1975, un proviseur d’établissements de la Mission laïque au Liban, résidant à l’étranger depuis environ 20 ans, parle de ses rapports avec la communauté libanaise au regard de ses 15 ans d’expérience dans la profession

N° enquête : 4386

Intervenants : Agostini (M.)

Durée : 1 h 16 min

33L’informateur est né en Corse et débute l’entretien en parlant de ses origines. Il est marié, a trois enfants nés à l’étranger. Après des études à Aix-en-Provence où il a obtenu le Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré d’Histoire-géographie, il est parti en tant qu’enseignant détaché du Ministère des colonies en Guinée. Rapidement devenu censeur, il a été expulsé après l’indépendance. Il a ensuite été nommé proviseur en 1960 à Phnom Penh, puis est parti pour Santiago du Chili, avant de travailler à Madrid. Il est arrivé au Liban en 1973 pour gérer, dans le cadre de la Mission laïque, quatre établissements dont trois se trouvent à Beyrouth et un à Tripoli. Selon lui, il est difficile de laisser sa marque en tant que proviseur, car, pour sa part, il a rencontré une résistance au changement et une peur, dues à un manque d’autorité réelle sur le personnel libanais et les Français installés depuis longtemps. Il donne des exemples précis comme l’impossibilité de mettre en place un conseil intérieur, une double section baccalauréat français ou un baccalauréat libanais. La tâche lui semble néanmoins plus simple à Tripoli, car il s’agit d’une nouvelle structure. La coopération avec les parents d’élèves est récente. L’informateur aborde la vie au Liban qu’il trouve facile, il parle de ses voyages, de ses loisirs, il ne fait pas partie d’associations et selon lui, la communauté française du Liban ressemble à celle du Cambodge et du Chili car elle est cloisonnée. Au Liban, le français est, d’après lui, la langue de la communauté chrétienne et de la bourgeoisie sunnite. La vocation du lycée est de scolariser le plus grand nombre de Libanais en plus des Français missionnés. Grâce à la réforme envisagée de la double section, il souhaite permettre aux musulmans et aux chrétiens de vivre en paix. Le proviseur pense que la langue française devrait s’étendre au milieu chiite du Liban ; l’Imam Moussa Sadr serait d’ailleurs favorable à l’ouverture d’un lycée à Tyr dans le Sud. Concernant ses projets personnels, il dit qu’il restera au Liban encore quatre ou cinq ans et qu’il aimerait avoir la direction d’un lycée technique en France.

Un homme décrit en 1975 son expérience d’assistant pédagogique du Département de la diffusion des établissements français à Beyrouth, et parle de l’enseignement du français au Liban

N° enquête : 4387

Intervenants : Bogaert, Ankie ; Bogaert, Barthélemy

Durée : 1 h 42 min

Commentaires sur la langue : L’homme intervient notablement plus que la femme dans cet entretien. Celle-ci signale parler couramment l’anglais et le français et être en train d’apprendre l’arabe littéraire.

34L’entretien se déroule auprès d’un couple en présence de leurs enfants. Les époux se sont mariés il y a six années à LasVegas et ont deux enfants. L’homme a le baccalauréat, mais pas de diplôme universitaire. Il a commencé sa carrière dans l’enseignement du français en lycée technique et a été titularisé en 1953. Il a été un des premiers à se servir de l’audiovisuel, en faisant des émissions scolaires pour l’Institut pédagogique. Il a pris la direction du service de production audiovisuelle pour l’enseignement technique en 1960 au Centre de recherche et d’étude pour la diffusion du français (CREDIF). Par la suite, il a vécu quatre ans au Maroc où il a travaillé en tant qu’expert en techniques audiovisuelles puis il a travaillé au Mexique, au Togo et à Cuba pour l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Il a été nommé au Cambodge en février 1974 dans le cadre de la coopération française en tant que spécialiste du français langue technique. Juste après, il a eu une proposition de poste à Beyrouth où il a été nommé. Concernant son épouse, celle-ci a fait du secrétariat en Hollande puis elle est partie pour Paris afin d’apprendre le français. Ensuite, elle s’est rendue au Maroc où elle a travaillé dans des ateliers pour enfants pendant cinq années et où elle a rencontré son époux. Ils sont donc arrivés tous les deux avec leurs enfants en octobre 1974 au Liban. L’homme avait été recruté pour s’occuper de télévision, d’audiovisuel, mais il a été affecté à sa grande surprise en tant qu’assistant pédagogique du département de la diffusion des établissements français à l’étranger. Il intervient dans les écoles primaires privées chez les sœurs de différentes congrégations dans les montagnes autour de Beyrouth. Son rôle est de conseiller les enseignants pour l’apprentissage du français. Dans les classes, des méthodes audiovisuelles sont utilisées pour le français langue seconde telles que « Frère Jacques »« Bonjour Line », mais les maîtresses ont du mal à les utiliser. Ainsi, l’homme intervient parfois dans les classes dans les secteurs de Aintoura, Baskinta et à Beyrouth. Il suit 35 classes puis il s’occupe de la formation pédagogique des enseignantes à Beyrouth où il a environ 59 stagiaires. L’assistance pédagogique existe depuis 1960, et le travail au Liban est conséquent, car il n’y a pas de liaison entre les disciplines, tout est basé sur le principe de mémorisation et la compréhension est d’après lui négligée. Par ailleurs, l’homme explique les différences entre les écoles privées et publiques. Interrogé sur la motivation de l’apprentissage du français, il indique qu’elle est historique, politique et confessionnelle. Les relations du couple avec la communauté française ne sont pas très développées, car ils sont là depuis peu. Ils souhaitent rester six années au Liban, notamment en raison de la scolarité de leur benjamine.

Le directeur du Centre culturel français de Beyrouth en présente les différentes activités de 1973 à 1975

N° enquête : 4388

Intervenants : Robert (M.)

Durée : 1 h 35 min

Commentaires sur la langue : L’informateur lit l’arabe et le comprend.

35L’informateur est marié, il a cinq enfants. Il a fait ses études secondaires à Marseille, puis propédeutique à Paris et a enchaîné en étudiant les langues orientales : il a étudié le berbère pendant 1 an et l’arabe pendant 3 ans. Après ces études, il s’est engagé dans l’armée jusqu’en 1958 puis l’a quittée quand la guerre d’Algérie a éclaté. Par la suite, il s’est rendu en Afrique Noire, en Haute-Volta où il a exercé comme instituteur, puis a été détaché en Libye à Tripoli de 1960 à 1968. Sa destination suivante fut l’Iran à Téhéran où il a pris la direction de 34 classes primaires au sein du Lycée français. Il y est resté de 1968 à 1973 et a demandé un poste à Beyrouth, car il connaissait le Liban. À son arrivée, pendant la guerre d’octobre de 1973, la famille a eu des difficultés d’inscription pour les enfants, il n’y avait plus de place dans les établissements publics et ils ont dû être inscrits au Carmel. Leur logement se situe à Monte Verde sur la route de Beit Mery. Le rythme de travail étant assez dense, l’informateur et sa famille disposent de peu de temps pour leurs loisirs, ils ne sortent pas beaucoup et n’ont pas trouvé de groupe auquel se rattacher. Ils ne rentrent pas en France, car ils n’ont pas de point de chute, et pas de réelle envie. L’informateur est directeur du Centre de documentation et de diffusion qui a été intégré au Centre culturel français de Beyrouth. À sa prise de poste, la diffusion marchait très bien, la documentation en revanche était inexistante et c’est ce domaine qui doit être développé, selon le directeur. Au moment de l’entretien, la cinémathèque comprend 500 longs métrages qui circulent dans tout le Moyen-Orient et 2500 courts métrages qui restent au Liban. En décembre 1974, la bibliothèque de littérature générale a ouvert et dispose de 74600 volumes. La clientèle est composée de 95 % d’établissements scolaires, privés en majorité, et vient de Beyrouth, de Tripoli et de la province. Des caisses de livres sont prêtées aux écoles ainsi que des mallettes de français facile utilisé en lecture suivie sur l’impulsion des assistants pédagogiques. Concernant l’animation et notamment le cinéma, le directeur souhaiterait en faire plus, mais il se confronte à un problème de concurrence avec les ciné-clubs locaux, ainsi,il est obligé de diffuser des films anciens. Le centre s’occupe également des visas d’étudiants qui partent en France et cette activité est importante du 15 août au 15 novembre. Le personnel est libanais, composé de chrétiens, maronites, grecs orthodoxes recrutés locaux. Au sujet du rôle de la culture française au Liban, l’informateur ne croit pas à sa prépondérance. De plus se pose le problème de son image : comment doit-elle être ? idyllique ou réaliste ? Selon le directeur, les Libanais ont une image idéalisée qui est due à l’enseignement, or il pense que cette image devrait être plus réelle et aborder les problèmes politiques, sociaux. Le centre culturel pourrait véhiculer cet aspect, mais la question de ce qui peut en être fait par les Libanais est prégnante : en réalité, les Libanais attendent de la documentation brute et souhaitent en faire ce qu’ils veulent… Au sujet de la communauté française, celle-ci lui semble assez éclatée, hétéroclite et cela est dû, d’après lui, à son importance numérique au Liban. Par ailleurs, le directeur mentionne que beaucoup de Français ne s’intéressent pas vraiment au pays. De plus, les échanges culturels lui semblent très pauvres. Les Français pensent apporter le développement et la culture aux Libanais, mais il s’agit d’une relation unilatérale. En ce sens, l’informateur pense qu’un impérialisme culturel existe bien.

L’épouse du directeur du bureau de l’ORTF en poste à Beyrouth raconte le parcours de sa famille de 1966 à 1975 et aborde les conflits sociopolitiques libanais et le racisme de la société française

N° enquête : 4389

Intervenants : Lanot, Suzanne

Durée : 4 h 16

36L’entretien est particulièrement long et fluide : Jean Métral se laisse guider par son interlocutrice qui est mère de famille et sans profession. Elle obtient le baccalauréat de philosophie puis se marie en 1947 à Alger avec un militaire arabisant de mère syrienne, élevé jusqu’à ses 18 ans au Liban. Officier aux affaires indigènes, son mari est détaché en Tunisie puis prépare l’agrégation d’arabe à Paris. Il est recruté à l’ORTF en 1952. Le couple a 3 enfants dont le cadet est décédé en 1972. L’aîné prépare l’ENA, l’ESSAC et l’Institut de journalisme à Paris. Le benjamin étudie les mathématiques à l’école d’ingénieur de Beyrouth. Les époux partent pour Beyrouth en 1966 lorsque le mari y est nommé directeur du bureau de l’ORTF pour le Moyen­Orient. L’informatrice est passionnée par le travail de son mari, même si elle se consacre à l’éducation de ses enfants. À l’origine, le couple ne voulait pas venir à Beyrouth, qu’ils connaissaient bien (depuis 1947 pour elle). Mais, le monde arabe les a rattrapés. L’arrivée est un choc, le Beyrouth des années 1960 étant devenu « une énorme ville insupportable qui ne sentait plus l’oranger ». Beyrouth reste néanmoins accueillante. Le couple habite depuis 1966 dans le même appartement, dans le quartier de Ramlet El Bayda. La profession de l’époux influence la vie de la famille, marquée par un rythme soutenu de rencontres et sorties. Mais la mondanité beyrouthine « très élitiste » pèse à l’informatrice qui lui préfère les dîners intimistes pour échapper à la « stagnation intellectuelle » et fuir « le jeu social » des amitiés intéressées. C’est surtout le manque de stimulation et de curiosité intellectuelle des femmes inactives (françaises comme libanaises) qui la désole. Elle fréquente davantage des journalistes, peintres, littérateurs que des femmes au foyer. C’est en effet une femme dynamique et cultivée : elle apprécie la musique, fréquente les concerts et les cinémas, va au théâtre. Elle fait également de la gymnastique, des randonnées, va à la plage et voyage, notamment dans la montagne libanaise et dans « tous les pays arabes », à l’exception de l’Arabie saoudite. Son lien à la France est lâche : elle n’y est rentrée qu’à l’occasion du décès de son fils cadet en 1972, puis durant l’été 1974. Bien qu’elle critique le caractère superficiel des relations amicales, les mondanités, elle dit se sentir « un peu Libanaise » en fait d’habitudes, de façons de penser, et ce d’autant qu’elle n’a vécu que 14 ans en France en 46 ans de vie. Son refus de l’oisiveté la repousse loin des cercles de Français, dont elle vilipende la fatuité, la morgue héritée de la colonisation, le racisme « viscéral ». De plus, elle critique la politique de coopération « à sens unique » mise en œuvre par les autorités françaises, attachée à un monopole français sur les institutions francophones. L’informatrice discute volontiers politique. Elle analyse les séquelles du mandat sur la société libanaise. Elle part du « drame linguistique libanais », celui d’une bourgeoisie qui ne parle ni arabe ni français correctement et en éprouve de la rancœur vis­ à­ vis des anciens colons. Elle y voit l’un des éléments favorisant un sentiment arabiste au Liban, au détriment du français et des Français. Elle note aussi une différence de génération : les jeunes Libanais des années 1970 sont plus arabophones que leurs aînés. L’élément linguistique n’est pas le seul en jeu : l’informatrice date l’émergence significative du sentiment arabiste à Noël 1968, suite au bombardement de l’aéroport de Beyrouth par l’armée israélienne. L’attaque aurait humilié les Libanais, ayant découvert par là même l’importance de leur identité comme nation. Ce sentiment d’humiliation aurait donné lieu à une « petite xénophobie » contre l’arrogance des Français donnant des leçons aux Libanais sur la médiocrité d’un État que la France coloniale avait souhaité comme tel. L’informatrice et l’enquêteur prennent plaisir à parler politique, notamment prospective : elle veut croire, avec optimisme, que la révolution palestinienne a contribué à remplacer les conflits confessionnels par des conflits politiques. Elle espère que la classe dominante libanaise chrétienne finira par comprendre que sa domination politique a vécu et refuse d’envisager une tuerie inter­communautaire, malgré les tensions survenues à Saïda peu avant l’entretien. Acquise à la cause arabe, elle salue les tentatives d’arabisation des cursus éducatifs et la montée en force de la langue arabe dans les productions culturelles libanaises. N’ayant pas eu le loisir d’apprendre l’arabe, l’informatrice n’est pas suffisamment arabophone pour rencontrer d’autres milieux sociaux que la bourgeoisie intellectuelle. Elle dissèque ainsi de l’intérieur les rapports de classe libanais, ce qu’elle nomme « le résidu du mandat » notamment l’éducation française de « la société nantie ». Cette société est composée des « vieilles familles » maronites surtout, l’élite des hauts fonctionnaires en poste depuis l’indépendance du pays. Son analyse ne porte pourtant jamais en termes purement confessionnels les rapports sociaux libanais : elle mêle rapports de classe, confession et héritage colonial. Elle relève aussi l’importance du contexte historique et de ses évolutions, notamment celle du boom pétrolier, qui entraîne l’ascension de nouvelles couches sociales plus arabophones et anglophones. Critique des Français du Liban et de la bourgeoisie libanaise, elle déplore aussi avec éloquence l’ignorance de la société française concernant la cause palestinienne. Surtout, c’est le racisme des Français, tous milieux confondus, toujours plus aigu selon elle, qui la choque.

L’histoire de la présence française au Liban de 1919 à 1975, racontée par un professeur de droit à la retraite

N° enquête : 4390

Intervenants : Fabia, Charles Louis Guillaume

Durée : 2 h 6 min

37L’entretien prend la forme d’un exposé historique sur la présence française au Liban depuis 1919, date à laquelle l’informateur est arrivé dans le pays. Juste après la Première Guerre mondiale, les Français du Liban représentent une mosaïque de catégories sociales. L’informateur évoque les ordres religieux avec les lazaristes, les jésuites, les sœurs de Nazareth qui se consacrent à l’éducatif, les capucins qui eux s’occupant de bienfaisance. Ensuite, il énumère les autres catégories socioprofessionnelles : les directeurs et employés de sociétés françaises, les concessionnaires français qui tiennent les chemins de fer, le port, les agents et employés des maisons de commerce, les universitaires, les militaires des troupes françaises du Levant, les fonctionnaires du Haut Commissariat de la République française. Le professeur décrit le rôle des congrégations qui agissaient auprès des populations locales en négociation avec les autorités ottomanes. Il se souvient que la communauté musulmane est plutôt rétive à la conversion, et que l’influence française se fait sentir surtout dans les milieux musulmans favorisés. L’année 1919 marque également l’arrivée du général Gouraud,Haut Commissaire de la République, et l’informateur note que si pour les communautés religieuses il n’y a pas eu de véritables changements, le pays a vu arriver de nouvelles firmes françaises, dont la Banque de Syrie, la société France Méditerranée, les Galeries Lafayettes. Les universités se sont développées notamment avec la création de l’École française d’ingénieurs. Suite aux conflits à la frontière syro-turque, 4 divisions supplémentaires rejoignent l’armée du Levant. Le Haut Commissariat est installé à Beyrouth et des délégués assistés de conseillers français (dont des militaires) sont envoyés à Damas, dans l’État des alaouites, au sandjak d’Alexandrette. L’informateur aborde le régime fiscal des militaires, qui constituent une armée d’occupation, non soumis à l’autorité locale et qui ont certains avantages dont l’exemption de taxes impôts… et celui des « non-militaires » qui bénéficient du régime des capitulations. À la question de la convention du mandat, l’informateur précise qu’il s’agissait de préparer les États à l’indépendance future et que cela s’est fait lentement, car il y avait une certaine appréhension de la part des puissances mandataires. En 1926, la République libanaise et la République syrienne sont créées, mais, dans leurs prérogatives, il n’y a pas d’obstacles au droit de la puissance mandataire bien que, de l’avis de l’informateur, le mandat ne soit pas vraiment égal au système colonial. C’est en 1930 que les effectifs de l’armée du Levant ainsi que celle du personnel du Haut Commissariat diminuent et qu’augmente le nombre des entreprises françaises. Le professeur dresse ensuite la liste des associations que compte la communauté française et aborde les thèmes de la place de la culture arabe, française, américaine en reprenant l’historique de la Deuxième Guerre mondiale qui a vu émerger la prépondérance des Britanniques, le rapatriement volontaire de certains Français, l’arrivée d’autres catégories. Au sujet de l’éducation, l’enquêteur souligne l’importance des congrégations et en demande la raison à l’informateur qui émet le constat que ces institutions travaillaient bien, mais dépendaient des subventions de la France qui exerçait par làmême une sorte de contrôle. Il dépeint les années soixante avec les changements institutionnels entre la France et le Liban et mentionne que le changement socioprofessionnel en 50 ans s’est manifesté par une diminution des notables, employés, ouvriers, et le développement d’une catégorie intermédiaire. Au sujet de la période actuelle, l’informateur pense que la culture française a un rayonnement certain, mais que les Américains du Nord prennent une place de plus en plus importante, notamment universitaire. L’entretien se termine par sa vision plutôt optimiste de l’avenir des institutions culturelles françaises et son sentiment que le rôle économique de la France va aller en se réduisant.

Un enseignant parle de sa vie au Liban en 1975 et donne sa vision de la place et du rôle de la culture française dans le pays

N° enquête : 4391

Intervenants : Schléret, Yvon

Durée : 1 h 51 min

38L’informateur, célibataire, est originaire de Metz où il a fait ses études primaires et secondaires. Par la suite, il s’est installé à Strasbourg où il a entamé un cursus de psychologie. Il est arrivé au Liban en 1969, en tant que coopérant dans le cadre de son service militaire, car son frère marié à une Libanaise était établi dans ce pays. Son adaptation matérielle a été ainsi facilitée et ses voyages dans le pays et en Syrie, notamment, en sont le reflet : il est hébergé dans la famille de sa belle-sœur d’origine syrienne, chez des amis libanais. Quant à ses loisirs, l’informateur dit avoir peu de contacts avec le milieu français, il n’apprécie guère les soirées mondaines ni le monde associatif français leur préférant les sorties avec ses amis libanais. Professionnellement, il se partage entre différentes fonctions : enseignant contractuel à l’École supérieure des lettres et à l’université de Kaslik, pigiste pour le journal L’Orient-Le Jour et il travaille aussi bénévolement pour son frère. L’informateur aborde ensuite sa vision de la présence française au Liban dont l’action, selon lui, est encore sous le poids historique du mandat qui apporte une caution à un système où l’impérialisme culturel domine. Au sujet de la spécificité de la culture française, l’homme note que la langue française, langue officielle notamment pour les concours n’aide pas à un développement de la culture arabe et à sa diffusion, constituant, au contraire, un barrage. Elle est, en outre, l’apanage de la classe dirigeante du Liban qui historiquement,en a permis le développement afin de conserver ses intérêts. L’informateur préconise un rôle de la langue française secondaire et non pas dominant. Il lui semble que la France en a pris progressivement une certaine conscience, car elle cherche à développer le français en tant que langue étrangère et non plus comme langue de culture. Selon lui, cette évolution créera à l’avenir une distinction linguistique dans les classes sociales, l’élite conservera le français et la masse se tournera plus vers l’anglais, langue économique. Est-ce que cela condamnera le milieu français à long terme ? L’informateur souligne que si le milieu chrétien est favorable à cette présence, il n’en est pas de même pour le milieu musulman qui accepte surtout les Français soutenant la cause palestinienne. Quant à ses relations professionnelles, l’homme avoue avoir surtout de bons rapports avec l’équipe du journal L’Orient-Le Jour partageant les mêmes points de vue idéologiques et politiques. Dans sa vie privée, il souligne que son engagement, lutte politique contre les institutions diffusant une culture française impérialiste, a posé des problèmes notamment du côté familial et universitaire. Il apporte ensuite une précision au sujet de ses relations amicales qui sont, à son avis, conditionnées par son statut social et par le fait qu’il soit Français. Les Libanais d’une classe aisée se sentent sur un pied d’égalité alors que ceux d’origine modeste manifestent une admiration qui le gêne. Il en va de même pour ses relations avec les Libanaises qui, elles aussi, ont un comportement très ouvert avec les étrangers tant qu’il n’est pas question de mariage. De fait, l’informateur a du mal à trouver sa place dans les moments cruciaux, car il se sent rejeté en dépit de son engagement politique pour une culture arabe anti-impérialiste. De plus, professionnellement, il regrette que les Libanais fassent beaucoup de promesses et ne les tiennent pas. Il envisage ainsi un retour en France après son doctorat et a commencé à envoyer des candidatures pour un poste d’assistant.

Une employée de la mission culturelle à Beyrouth mariée à un Libanais parle de sa vie professionnelle et privée et donne sa vision de la culture et langue française au Liban en 1975

N° enquête : 4392

Intervenants : Nasr (Mme)

Durée : 1 h 51 min

39L’informatrice est mariée, a deux enfants. C’est dans la région parisienne qu’elle a fait ses études primaires et secondaires puis elle a suivi des études de psychologie à Mulhouse. Elle s’est spécialisée dans la psychologie sociale et industrielle et a obtenu un premier emploi à Paris dans une société d’études de marché puis a travaillé au sein des ressources humaines d’une entreprise à Strasbourg. En 1966, elle se rend au Liban en vacances où elle rencontre son futur mari, un journaliste spécialiste de la politique intérieure. Lors de son installation au Liban en 1966, elle doit gérer les relations avec sa belle-famille qui a tendance à s’immiscer dans la vie quotidienne du couple. Après quelques mois d’adaptation matérielle, l’informatrice décide de chercher du travail et elle obtient un remplacement d’institutrice dans le cadre d’un congé maternité. Son emploi actuel est à la Mission culturelle de l’ambassade où elle gère les bourses des étudiants libanais qui vont étudier en France et s’occupe également des stages organisés pour les fonctionnaires libanais. Son statut a été d’abord sous la forme d’un recrutement local et récemment, elle a été nommée contractuelle par le ministère des Affaires étrangères. En plus de cet emploi, elle donne deux heures de cours en psychologie sociale à l’École des lettres de Beyrouth. L’informatrice donne, par ailleurs, beaucoup de détails sur le personnel, les différents types de contrat, les salaires, au sein de l’ambassade. Elle revient sur les relations avec sa belle-famille qui ne voit pas d’un bon œil son implication professionnelle et dont les principes éducatifs ne correspondent pas aux siens. Quant à son temps libre, elle dit qu’elle fréquente surtout des couples mixtes franco-libanais et chrétiens avec lesquels elle partage les mêmes préoccupations. Elle ne connaît pas les Français installés depuis longtemps et a peu de contacts avec les Français détachés avec lesquels elle n’a pas de points communs. À ce propos, elle remarque que cette catégorie représente un milieu fermé qui ne s’ouvre absolument pas aux autres. Elle souligne son implication culturelle envers le Liban ; en effet, bien qu’elle n’ait jamais appris l’arabe, elle se débrouille dans la pratique de la langue, ses enfants sont bilingues et se présentent avant tout comme franco-libanais. Lors de leurs loisirs et vacances, la famille profite des activités culturelles libanaises, voyage dans le pays avec des amis libanais. Interrogée sur sa vision de la place de la langue française, elle pense que ce n’est pas la culture qui doit être diffusée, car elle ne concerne qu’une élite, mais au contraire un français de communication enseigné en langue seconde. Elle remarque que la Mission culturelle réfléchit de plus en plus à cette orientation et aussi à des changements à effectuer sur les modalités et contenus du baccalauréat. Le Liban est en train de changer, la masse musulmane grandit et elle insiste sur la nécessité d’une adaptation à cette nouvelle donne. Au sujet de son avenir dans le pays, elle se dit consciente des changements politiques qui pourraient l’amener à un retour en France.

Un couple universitaire de Français expose sa vision de la place et du rôle de la langue française au Liban en 1975

N° enquête : 4393

Intervenants : Bourgey, Chantal ; Bourgey,André

Durée : 2 h 12 min

40Les informateurs forment un couple depuis 1973 et se sont mariés à Beyrouth. L’homme est agrégé de géographie, installé au Liban depuis 1968, année où il a pris le poste de directeur adjoint de l’Institut de géographie de Beyrouth, rattaché à l’université de Lyon. Auparavant, il était assistant dans cette même université et ne connaissait pas du tout le Moyen-Orient. Ayant le désir d’élargir son domaine de compétences en géographie, il a réagi très favorablement lorsque le poste au Liban lui a été proposé. Son épouse, quant à elle, a connu le pays et son futur mari dans le cadre de vacances en 1971. Ses études d’allemand l’avait conduite à Berlin où elle menait un troisième cycle et où elle avait un poste d’assistante de français dans un lycée. Elle a rejoint son futur époux en 1972. Au sujet de leur adaptation, l’informateur explique que pour sa part, s’il a reçu un accueil très chaleureux de la part de ses collègues, il n’en reste pas moins qu’il a trouvé la situation déroutante au début ; en effet, de nouvelles responsabilités l’attendaient, la vie beyrouthine constituait un grand changement. Au sein de l’institut, il a pu compter sur l’aide sans faille de son prédécesseur qui l’a guidé pour sa prise de poste. La tâche était conséquente, car il lui fallait adapter les programmes à la réalité étudiante libanaise. Depuis, l’informateur a été titularisé et nommé directeur de l’institut. Son épouse, elle, a dû demander un congé de convenance personnelle pour s’installer à Beyrouth et elle fait des traductions pour l’institut Goethe, donne des cours de français à des Libanais. Elle aussi, avoue avoir été déconcertée par la ville si différente de Berlin. Leur vie quotidienne est rythmée par leur travail et leurs sorties, leurs voyages avec des amis libanais et des couples franco-libanais. Au début de son séjour, l’homme fréquentait les soirées mondaines, mais elles ont fini par lui être pesantes ; il avoue toutefois qu’il y a beaucoup appris sur les événements politiques et le pays en discutant avec les Français installés depuis longtemps et les Libanais. Leur cercle de relations au moment de l’entretien est constitué surtout d’enseignants de l’Université libanaise ou de l’École supérieure des lettres. S’ils ne fréquentent pas d’associations de Français, ils vont de temps en temps au DTL, le club de tennis, qui accepte des Français et des Libanais surtout issus d’un milieu riche. L’épouse note qu’il s’agit d’un club très fermé où elle ne trouve personne avec qui elle pourrait envisager une amitié. La communauté française lui semble, par ailleurs, extrêmement cloisonnée, formée de castes. Leur souhait est de connaître le pays et de fréquenter la population libanaise, et selon l’informateur, Beyrouth est aussi une ville cosmopolite ce qui leur sied parfaitement. À ce propos, son épouse note que s’ils fréquentent des Libanais, ce sont des chrétiens en majorité et regrettent cet état de fait. Au sujet de son enseignement, l’informateur dit se sentir beaucoup plus à l’aise avec les étudiants de l’Université libanaise que ceux de l’École supérieure des lettres qui sont, d’après lui, plus guindés et avec lesquels il ne se permet pas de plaisanter. L’entretien se poursuit sur la place de la langue française dans le pays et notamment dans les établissements universitaires. L’homme remarque que l’arabisation y progresse et cette tendance témoigne d’une lutte politique contre l’usage du français. Il explique que les musulmans considèrent que la langue française a privilégié les chrétiens socialement et qu’elle est la manifestation d’un néo-colonialisme. Ils reconnaissent toutefois qu’il y a certains avantages à maîtriser la langue française comme, par exemple, la possibilité de faire un troisième cycle en France. D’après l’informateur, l’utilisation du français favorise la promotion sociale, car la langue véhicule une culture, une francisation qui est un outil d’ascension sociale. L’anglais, en revanche, n’implique pas une prise de position culturelle et sa place au Liban ne crée pas les mêmes enjeux politiques. Au sujet de la politique culturelle de la France, il indique que l’apprentissage du français s’oriente vers celui d’une langue seconde. Si l’informateur est conscient de la nécessité d’évolution de l’enseignement traditionnel, il n’en demeure pas moins que la diffusion de la culture reste, pour lui, importante.

Une fonctionnaire de l’ambassade de France à Beyrouth retrace sa vie professionnelle et privée de 1953 à 1975

N° enquête : 4394

Intervenants : Rabeh (Mme)

Durée : 2 h 9 min

41L’informatrice est mariée à un Libanais et a un fils de quinze ans. Elle a commencé par travailler comme secrétaire, recrutée localement, dans le service commercial de l’ambassade de France, puis auprès du conseiller culturel. Elle a été, finalement, titularisée par le ministère des Affaires étrangères. Son histoire personnelle avec le pays remonte à 1953, date à laquelle elle s’est installée à Beyrouth à la suite d’un mariage avec un Français né au Liban. En 1955, elle divorce et rencontre des difficultés matérielles qui l’obligent à rentrer en France ; nostalgique du soleil, elle obtient un contrat de travail à Damas grâce à des contacts libanais. Cette expérience syrienne ne va durer qu’un mois, car lors d’un week-end au Liban, elle s’y retrouve bloquée. En effet, en octobre 1956, la crise du Canal de Suez l’empêche de refranchir la frontière. Elle rencontre son second mari libanais qu’elle épouse en 1957 et reste au Liban. L’informatrice évoque la période de son premier mariage : elle se souvient avoir été très bien accueillie par ses amis libanais et n’avoir eu aucun souci d’hébergement et de travail. Le court séjour en Syrie, en revanche, était compliqué : elle ne connaissait personne et la situation politique était mouvementée. Au sujet de son second mariage, elle mentionne que sa belle-famille francophone et francophile était très ouverte et que cette union mixte a été favorablement acceptée. Le couple habite à Ras-Beyrouth avec leur fils scolarisé en classe de seconde et au sujet de leurs loisirs, l’informatrice évoque les pique-niques, les plages et les sports de plein air pratiqués dans le club de Kaslik, l’ATCL qui rassemble population française et libanaise. Leurs voyages les conduisent en Égypte, Jordanie, Syrie, Turquie et l’été en France où ils retrouvent leur famille. Les soirées mondaines ne les intéressent pas, et leur cercle de relations est constitué de Franco-Libanais, d’étrangers, de Français. Les conversations sont, selon elle, différentes selon l’origine des personnes : avec les Libanais, la politique, le commerce prévalent alors que les discussions sont plus décontractées au sein de ses relations françaises. Ne pratiquant pas l’arabe, l’informatrice confesse que le monde musulman et arabophone ne lui est pas très familier à cause de la barrière de la langue. Elle pense que le Liban témoigne d’une particularité ethnique, confessionnelle et politique, car se côtoient la langue et la culture française chère aux Français chrétiens, l’anglais, langue économique par excellence, qui séduit de plus en plus de musulmans et d’Arméniens, et l’arabe qui monte en puissance en vertu d’un choix nationaliste gouvernemental. L’informatrice explicite également le système des bourses et souligne que les aides sont accordées surtout aux Franco-Libanais aux ressources modestes. Depuis 1972, elle remarque qu’une lutte sociale s’intensifie et l’avenir du Liban en est dépendant selon elle. Elle compte retourner en France avec son mari et son fils pour que celui-ci puisse y faire des études supérieures ; elle considère avoir profité pleinement du Liban et envisage la retraite de son mari et la poursuite de sa carrière, à Paris.

En 1975, l’ancienne directrice du Collège protestant de Beyrouth de 1928 à 1965, raconte l’histoire de l’établissement

N° enquête : 4395

Intervenants : Wegmann, Louise

Durée : 1 h 44 min

Qualité sonore : La bande accélère à la fin de l’entretien et il devient inaudible.

42Enseignante à Strasbourg, l’informatrice donnait un cours sur les Phéniciens et était penchée sur une carte du Liban lorsqu’on l’a appelée au téléphone pour le poste de direction du collège protestant de Beyrouth. D’abord réticente, ne se considérant ni missionnaire, ni « bigote », elle a finalement accepté cette proposition. Retraitée au moment de l’entretien, elle partage sa vie entre Toulon et Beyrouth où elle fait des séjours réguliers. Elle a pris la direction du collège en septembre 1928, un an après sa fondation. Le bâtiment était, alors occupé en partie, par des institutions libanaises et la place réservée au collège était restreinte. C’est en janvier 1956 que le déménagement a eu lieu pour un nouvel emplacement et la directrice évoque, en montrant des photographies, tous les changements architecturaux. Elle décrit l’enseignement du collège comme n’ayant pas de vocation missionnaire, mais étant une formation des consciences à la tolérance, à l’ouverture d’esprit. À ce sujet, elle cite beaucoup d’anecdotes, montre des graphiques, qui donnent l’image d’un collège multiconfessionnel, accueillant beaucoup de nationalités différentes, où l’innovation est présente sur le plan pédagogique. Selon elle, le personnel de l’établissement, au départ plutôt à dominante française, s’est diversifié au fil des années et elle mentionne que d’anciennes élèves sont devenues enseignantes au sein du collège. Par ailleurs, en 1965, d’autres ont ouvert un établissement entièrement libanais qui porte son nom. La directrice est également heureuse de faire remarquer que des personnalités libanaises ont été formées au collège et elle donne en exemple la première femme députée libanaise. Le collège est réputé établissement de luxe et elle explique ceci par le montant des frais d’inscription qui sont effectivement élevés et qui opèrent, de fait, une sélection. Si quelques bourses sont délivrées, elles ne sont pas nombreuses. Au sujet de la mixité, le collège a d’abord été un établissement réservé aux filles, les garçons n’étant acceptés que jusqu’en 7e ; c’est en 1971 qu’il devient mixte. L’internat a fonctionné jusqu’en 1940 et la directrice avoue que cela posait trop de soucis notamment pour la gestion des transports. Les relations administratives (concernant le budget, les subventions) avec la mission culturelle sont bonnes, selon elle, et elle garde un souvenir nostalgique d’un de ses directeurs. En se basant sur les statistiques du collège, elle donne un compte précis des différentes nationalités et religions coexistant dans les années soixante. L’entretien devient inaudible à la fin en raison de l’accélération de la bande.

Un jeune Français parle de ses études au Centre de recherches et d’études arabes (CREA) et s’exprime sur son expérience au Liban en 1975

N° enquête : 4396

Intervenants : Vallet (M.)

Durée : 1 h 15 min

43L’informateur a eu l’occasion, grâce à des bourses pendant ses études, de partir dans l’océan Indien. Suite à un séjour sur l’île Maurice où il a fait un stage de journalisme, il est embauché par France Culture en tant que producteur et écrit aussi des articles pour les revues Combat,le Pèlerin, Planète. Après son service militaire, il décide de retourner dans l’océan Indien pour tourner un film sur un philosophe et poète mauricien et travaille par la suite pour l’ORTF. Attiré par les pays arabes et l’islam, il commence à prendre des cours de langue en France et décide de choisir un pays d’accueil pour continuer cet apprentissage. Ce sera le Liban où il est arrivé en octobre 1974. Au moment de l’entretien, il est en attente de bourse et vit sur ses économies pour financer ses études au sein du Centre de recherches et d’études arabes (CREA). L’informateur décrit un enseignement qui y est innovant, car on y pratique, pour la première année, les nouvelles méthodes audiovisuelles basées sur l’oral, la communication. La classe est composée d’étudiants de différentes nationalités, souhaitant apprendre l’arabe dans un but professionnel. Le CREA offre des cours d’histoire arabo-musulmane et la possibilité d’un apprentissage fondé sur la pratique de l’arabe littéraire moderne. L’informateur décrit, ensuite, ses loisirs avec des amis libanais, ses voyages et la manière dont il perçoit le Liban et les Libanais. Il précise qu’il connaît surtout la population du quartier de l’université Saint-Joseph, quartier chrétien maronite. Selon lui, intolérance, égocentrisme et nationalisme exacerbé y règnent, ce qu’il a du mal à s’expliquer, car le milieu maronite manifeste le rejet d’une culture et d’une langue française tout en baignant dedans. Se montrant assez critique, l’informateur dresse le portrait d’un jeune pays en proie à une crise identitaire, tiraillé entre l’arabisation et le statut de filiale de la France. Il envisage son avenir professionnel ailleurs qu’au Liban, mais en lien avec le Moyen-Orient et pense que son orientation journalistique consistera à produire de l’information pure pour les médias français.

Arrivé au Liban en 1973, un homme parle de sa profession dans le secteur de l’industrie

N° enquête : 4397

Intervenants : Vasseur (M.)

Durée : 1 h 21 min

Qualité sonore : L’entretien a été enregistré dans une usine et le bruit couvre la conversation qui est presque inaudible. À la 18e min, la bande accélère et l'entretien devient inaudible.

44L’informateur a fait des études aux Arts et Métiers et a ensuite occupé divers emplois : ingénieur d’études des méthodes d’outillage, patron d’atelier ; il a été également en charge de redresser une usine en faillite, d’en ouvrir une en province. Il est arrivé au Liban en 1973, pour mettre en route une usine de chaudronnerie.

Un enseignant en psychologie à l’École supérieure des lettres de Beyrouth raconte son expérience professionnelle et expose sa vision du pays en 1975

N° enquête : 4398

Intervenants : Bernard, Joël

Durée : 2 h 12 min

45L’informateur est marié, sans enfants. Étudiant en psychologie et sciences de l’éducation à Lyon, il voit une annonce à l’université pour un poste d’enseignant à l’École supérieure des lettres de Beyrouth dans le cadre de la coopération. Sa candidature étant retenue, il rencontre un Libanais à Lyon pour préparer, au mieux, son séjour. Lorsqu’il arrive à Beyrouth avec sa femme, ils sont très bien accueillis par la famille et les connaissances de leur ami libanais rencontré à Lyon. L’enseignant décrit son poste à l’École supérieure des lettres où il a un public étudiant libanais et féminin en majorité. Les étudiantes sont un peu trop scolaires à son goût, ont choisi la psychologie par élimination, leur objectif étant d’avoir un diplôme avant tout. Pendant ses cours, il dit essayer d’intéresser à la culture arabe, mais rencontre une certaine indifférence de la part de ses étudiantes en majorité chrétiennes qui ne sont pas politisées. À la question de la culture française et de sa place au Liban, l’informateur décrit une culture de classe qui concerne surtout une frange de la population ayant des revenus élevés, et ce depuis longtemps. Il note aussi qu’à l’École des lettres, la place du français est importante, car la langue diffuse des idées et une culture bien spécifique. Il s’exprime ensuite sur l’arabisation montante, le rôle de l’anglais. L’informateur voit le Liban comme un pays arabe semblable aux autres bien qu’il soit plus européanisé et qu’il y ait une population chrétienne importante. Les Libanais lui semblent assez différents culturellement notamment en ce qui concerne la situation des femmes, leur goût du paraître, leur fatalisme, voire immobilisme, face aux événements qui agitent le pays. Il ignore quel sera l’avenir du Liban et émet différentes hypothèses économiques et politiques. Le départ de l’enseignant est proche et il souhaiterait travailler encore à l’étranger peut-être dans le privé.

Un couple d’enseignants raconte son expérience personnelle et professionnelle au Liban de 1973 à 1975

N° enquête : 4399

Intervenants : Legrand (Mme) ; Legrand (M.)

Durée : 1 h 32 min

46L’entretien se déroule avec un couple installé au Liban depuis 1973. L’informatrice a suivi sa famille à Beyrouth où son père avait un poste à l’ambassade. Elle est titulaire d’une maîtrise qu’elle a obtenue à l’École supérieure des lettres (ESL). L’informateur, après des études d’ingénieur, a pris un poste d’enseignant au Centre d’études mathématiques de Beyrouth. Il donne des cours en français à des étudiants libanais, des garçons en majorité, dont le but est d’obtenir un diplôme et de trouver un travail en France ou au Moyen-Orient. Il évoque le personnel enseignant du centre composé de Français et de Libanais, ces derniers ayant plus de succès auprès des étudiants car moins exigeants sur le travail demandé. L’informatrice, elle, a trouvé tout d’abord un travail au lycée franco-libanais, expérience malheureuse à son point de vue, en effet, elle considère avoir été exploitée financièrement. Au moment de l’entretien, elle enseigne dans une école musulmane où elle est correctement payée. Ses élèves, de milieu social modeste, ne parlent pas ou peu français et elle leur donne des cours de français langue étrangère. Elle souligne que le règlement de l’école interdit que les enseignantes s’adressent à leurs collègues hommes et que les femmes ne peuvent pas porter de vêtements qui dévoilent leur corps. Concernant leurs relations avec les Libanais, le couple en a peu, il fréquente surtout le frère d’un ami libanais vivant en France. L’homme explique cela par la différence de mentalité entre les deux cultures et avoue avoir du mal à s’adapter au Liban dont les habitants lui paraissent assez futiles, cupides et susceptibles. Toutefois, il se montre critique également envers la communauté française qu’il trouve fermée et hypocrite. À la question de l’identité du Liban, l’homme pense qu’il ne s’agit pas de celle d’un pays arabe même si le pays lui semble difficile à cerner. Décrivant Beyrouth, il en donne l’image d’une ville très occidentalisée, son épouse, quant à elle, souligne l’existence de quartiers arabes. Au sujet du rôle de la communauté française, l’informateur explique sa présence par des enjeux politiques et économiques qui doivent passer par la diffusion de la culture française. Son épouse, à ce propos, ne pense pas que ce savoir occidental dispensé, en particulier à l’École supérieure des lettres, gêne les étudiants qu’elle a rencontrés. Le couple va quitter le Liban avec des sentiments mitigés : l’homme admet ne pas avoir réussi à s’intégrer, mais pense avoir appris de cette expérience. Il n’en va pas de même pour l’épouse qui se dit très déçue par son séjour.

Un architecte d’origine belge parle de sa passion pour son métier et décrit son parcours professionnel au Liban de 1961 à 1975

N° enquête : 4400

Intervenants : Liger-Belair, Jacques

Durée : 1 h 22 min

Qualité sonore : À noter, la qualité sonore est plutôt bonne, mais les 6 premières minutes sont inaudibles et la dernière demi-heure difficile à comprendre, car la bande s’accélère.

47Après un diplôme d’architecture obtenu à Bruxelles en 1955, l’informateur travaille et fait son service militaire en Belgique et il enseigne ensuite, toujours en Belgique, de 1956 à 1957. À 25 ans, il décide d’effectuer un voyage d’étude en Inde afin de voir le chantier de la construction de la ville de Chandigarh sous la direction de l’architecte Le Corbusier. C’est un long périple en voiture qui commence et qui l’amène à passer plusieurs fois par le Liban où il rencontre sa future épouse, de nationalité libanaise. Le mariage a lieu en 1960 et il décide de se fixer au Liban et d’y vivre de sa profession. En collaboration avec son beau-frère, il crée un bureau d’études indépendant où il fait intervenir des Libanais architectes, ingénieurs avec qui il a des rapports très agréables. Il les associe d’ailleurs à son nom dans les projets. Sa clientèle est constituée de particuliers et d’institutions étatiques, à majorité chrétienne. Il est amené à concevoir des projets pour des écoles, des édifices de culte, des habitations privées. En 1966, il publie un livre sur la protection des sites et anciennes demeures du Liban qui illustre sa philosophie de l’architecture. Il y développe l’idée que l’identité d’un pays produit une énergie intéressante qui amène à inventer une architecture avec des formes contemporaines, mais enracinées dans la réalité de ce même pays. Il enseigne par ailleurs à l’Académie des Beaux-Arts, une école privée, et à l’Université libanaise où il anime des ateliers 12 heures par semaine. Il souligne que son optique de l’enseignement ne coïncide pas forcément avec celle de l’université en raison des méthodes archaïques qui y sont pratiquées et des programmes qui sont calqués sur ceux de l’étranger. Cette situation ne le gêne pas outre mesure, car son statut de non Libanais fait qu’il se sent finalement assez libre et il arrive à faire ce qu’il souhaite. L’informateur aborde le sujet des constructions scolaires qui est un grand chantier au Liban et qui lui tient à cœur. Si son travail consiste à concevoir des bâtiments plus fonctionnels, l’architecte tient compte aussi des nouvelles conceptions pédagogiques qui préconisent un enseignement plus actif, un décloisonnement de l’école, une ouverture de celle-ci sur la société. Pour ce faire, l’idéal est d’insérer l’école dans la ville, mais à Beyrouth la période est difficile, car le prix de l’immobilier augmente et oblige à construire en banlieue. L’informateur se passionne également pour l’architecture des pays voisins et visite fréquemment la Syrie, la Jordanie, l’Iran, l’Égypte. Il est marqué par les constructions traditionnelles que les hommes ont bâties en s’adaptant à leur environnement. Il décrit l’architecture du Liban, reflet de l’identité physique du pays, ouverte, extravertie, issue des paysages méditerranéens, des vallées fertiles et donc bien différente des modèles architecturaux des autres pays du Moyen-Orient où l’aridité règne et où les constructions sont tournées vers l’intérieur. La question de l’architecture et de son environnement physique est une préoccupation essentielle d’autant plus qu’il trouve les villages de l’arrière-pays de plus en plus dénaturés par la construction de bâtiments touristiques inspirés de modèles occidentaux. Il dépeint également l’architecture ostentatoire de Beyrouth, prisée par la classe dominante qui veut des appartements de plus en plus grands, équipés de conditionnement d’air et d’appareils haute définition. Interrogé sur l’existence d’un impérialisme culturel, l’informateur pense qu’il est véhiculé par certaines institutions tenues par les jésuites ou les Américains du Nord qui délivrent des modèles appréciés par la classe bourgeoise et aisée. Celle-ci est aussi attirée par la culture française dite « brillante » et les institutions françaises répondent également à cette demande. À propos de la coopération technique, l’informateur souligne qu’elle n’est intéressante que dans des cas particuliers. Par exemple, l’envoi de très jeunes enseignants pour former les Libanais pose problème, car ces coopérants ne connaissent pas la réalité du pays et l’architecture ne peut pas s’enseigner sans en avoir une bonne connaissance. Il considère d’ailleurs que la France est en fait exportatrice de sa culture et qu’il s’agit d’un commerce au même titre que celui des armes. Concernant l’avenir du Liban, la situation lui apparaît tendue, car le fossé se creuse entre la population solidaire du monde arabe et la bourgeoisie chrétienne qui n’envisage pas ce rapprochement.

Un ingénieur parle de sa vie professionnelle au Liban en 1975

N° enquête : 4401

Intervenants : Nouhaut (M.)

Durée : 1 h 9 min

Qualité sonore : À la 26e minute, la bande s’accélère et l’entretien devient difficilement audible.

48L’enquêteur présente les objectifs et la méthode de son étude. L’informateur est marié, a un enfant. Lorsqu’il évoque ses études, il se présente comme un ingénieur autodidacte. En effet, après avoir eu un CAP et fait une école d’apprentissage, il a commencé à travailler en 1968 comme conducteur de travaux dans une importante société de travaux publics. Son patron étant satisfait de son travail, il a été envoyé sur un gros chantier au Portugal pendant 8 mois. Retourné en France, il y travaille pendant deux ans et missionné par son entreprise il arrive au Liban pour un chantier et pour de la prospection. Il a été promu ingénieur spécialisé dans la gestion de chantiers et la liaison avec les bureaux d’études. L’informateur dit bien gagner sa vie, sa charge de travail est importante et il se déplace fréquemment surtout en Syrie où l’entreprise a beaucoup de chantiers en cours. Son adaptation professionnelle a été selon lui facile. S’il a eu quelques soucis de discipline au début avec les ouvriers libanais, cela n’a pas perduré. L’informateur parle ensuite de ses relations, de politique, de la situation du Liban.

Une étudiante française, boursière au Centre de recherches et d’études arabes (CREA) parle de son expérience d’apprentissage au sein de l’établissement et donne sa vision sociopolitique du Liban en 1975

N° enquête : 4402

Intervenants : Raidi, Marie-Jeanne

Durée : 1 h 24 min

49Après son baccalauréat en 1967, l’informatrice a entamé des études de philosophie à Strasbourg. Ses nombreux voyages en Turquie, Irak, Iran, Liban, et un intérêt pour la cause palestinienne l’ont conduite, en parallèle à la préparation de l’agrégation, à prendre pendant 3 ans des cours d’arabe qui lui ont permis d’obtenir l’équivalence de la première année du diplôme universitaire d’études littéraires (DUEL). Sa passion pour l’apprentissage de la langue et la culture arabe l’amène à solliciter une bourse pour étudier à Damas en Syrie et c’est finalement pour Beyrouth qu’elle l’obtient. Elle arrive au Liban en compagnie de son mari en 1974 pour intégrer le Centre de recherches et d’études arabes (CREA) où elle passe en deuxième année. L’étudiante est critique envers l’enseignement du CREA qui lui semble très traditionnel, très scolaire et où sa soif de découverte de la culture arabe n’est pas satisfaite. Elle pense que la direction devrait se remettre en question et que les méthodes d’enseignement bénéficieraient d’un changement radical. Au sujet des étudiants qui fréquentent le CREA, elle note la fracture entre les pro-Kataëb et les boursiers qui n’ont pas la même vision politique, les mêmes affinités. Pour acquérir une connaissance plus conforme à ses aspirations, elle prend également des cours à l’Institut de lettres orientales (ILO) où elle reçoit des enseignements de culture islamique et de politique. Lors de ses vacances, elle préfère se rendre en Syrie où les contacts humains lui semblent plus chaleureux et où le régime politique lui paraît plus intéressant qu’au Liban. La situation palestinienne au Liban la touchant particulièrement, elle se rend fréquemment dans les camps où la demande récurrente est la traduction de documents d’informations à diffuser en France. Selon elle, le Liban est un pays dont la partie chrétienne, qui revendique son origine phénicienne, renie son appartenance à la culture arabe et privilégie l’Occident. Les relations de l’informatrice avec les chrétiens libanais sont limitées compte tenu de ses convictions politiques marquées à gauche et il en va de même pour les relations avec les Français de l’ambassade, du corps enseignant, de la coopération, du monde des affaires dont les conversations lui semblent superficielles, centrées sur les questions de confort matériel et en aucun cas soucieuses du pays qui les accueille. Ainsi, l’étudiante note que si l’on ne se fond pas dans ce moule l’on peut se sentir exclu même en tant que Français. D’un autre côté, être arabisant peut susciter des réactions de défiance de la part du monde arabe qui considère que sa culture subit une certaine forme de pillage. La situation à Beyrouth au moment de l’entretien est tendue et lorsque l’informatrice est interrogée sur son sentiment de peur, l’on entend des bruits d’explosion. L’étudiante confie son désarroi face aux événements qui opposent les Kataëb qui organisent des groupes de défense des quartiers et les Palestiniens qui demandent à ce que l’on cache leurs armes. Le problème palestinien a changé la donne au Liban, et l’informatrice a du mal à prédire l’évolution du pays. Concernant son avenir, elle compte retourner en France pour y faire sa maîtrise et contribuer au développement de la connaissance de la culture arabe.

Un ingénieur du génie rural en mission à Beyrouth en 1975 parle de son expérience professionnelle et donne son point de vue sur les Français et la langue française au Liban

N° enquête : 4404

Intervenants : Cornut, Bernard

Durée : 1 h 29 min

50L’informateur, originaire de Lyon est arrivé à Beyrouth en janvier 1975 en tant qu’ingénieur du génie rural. Après des études en mathématiques supérieures, il a intégré l’école Polytechnique en option physique et a poursuivi à l’École de génie rural des Eaux et Forêts. Étant bénéficiaire de bourses d’études, il a obtenu un contrat avec le Bureau du développement de la production agricole (BDPA) qui souhaitait ouvrir un bureau d’études au Liban. Il a également commencé une thèse en géographie sur le développement de l’économie rurale en Syrie. Son statut administratif au Liban est celui d’un non-résident, il a un visa de touriste bien qu’il y soit en mission de longue durée. À Beyrouth, il travaille sous une double autorité celle du Centre d’études et documentation (CED) société libanaise dirigée par un Syrien et celle du BDPA. Sa mission consiste à la formation d’une société de développement rural,» l’homme et la terre », à en gérer les difficultés d’ordre juridiques et à la faire connaître afin de répondre à des appels d’offres. Il voyage beaucoup, car il effectue des missions en Irak et en Syrie, en Libye et son emploi du temps très dense ne lui permet pas d’avoir beaucoup de loisirs. Néanmoins, il sort le soir avec des amis issus surtout du milieu étudiant et universitaire. Il souligne à ce propos qu’il n’a pas beaucoup de relations avec le milieu d’affaires qui constitue son environnement professionnel, car il ne partage pas les mêmes affinités, notamment, politiques ; son parcours universitaire de troisième cycle lui donne une approche plus humaine des problèmes socio-économiques, de la situation au Liban. Quant aux Français du Liban en général, il avoue en avoir une vision parcellaire, car le milieu qu’il fréquente est minoritaire. Cependant, l’informateur a un point de vue précis sur le français comme langue de culture, il pense qu’elle est en déclin au profit de l’anglais utilisé dans le monde des affaires et qu’il faudrait envisager le français comme un outil et ainsi réviser les méthodes d’enseignement traditionnelles. Le Liban gagnerait selon lui à avoir un trilinguisme réel français, anglais et arabe et la collaboration avec les Arabes devrait être renforcée en ce qui concerne la formation des décideurs. Il envisage son avenir professionnel au Liban à court terme, car sa mission est prolongée jusqu’au mois de juillet, mais il souhaiterait travailler en tant qu’ingénieur d’exécution en développement rural en Syrie. Il pense également acheter une maison dans le midi de la France où il a de la famille.

Le directeur, jésuite et orientaliste, de l’Institut de lettres orientales de Beyrouth revient sur son parcours et sur les travaux menés au sein de l’institut de 1963 à 1975

N° enquête : 4405

Intervenants : Allard, Michel

Durée : 2 h 54 min

51L’informateur est arrivé au Liban pour la première fois en 1946. Entré dans la Compagnie de Jésus et passionné par l’Orient, il suit une formation spirituelle et littéraire pendant 4 ans et décide de partir pour Bikfaya où il entame des études de langue et de littérature arabe. Il retourne en France en 1949 et se consacre à des études de philosophie pendant 3 ans et poursuit par 4 années de théologie. Revenu à Bikfaya en 1957, cette fois-ci pour y enseigner pendant deux ans, il poursuit sa spécialisation en obtenant en 1965 un doctorat de lettres délivré par la Sorbonne. Il effectue des aller-retour entre la France et le Liban où il s’installe définitivement en 1962. Un an plus tard, il devient directeur de l’Institut des lettres orientales (ILO) de l’université Saint-Joseph à Beyrouth. L’informateur se rend compte de difficultés inhérentes à la coexistence des universités au Liban. En effet, il mentionne que la liaison pédagogique pour la formation des enseignants entre l’Université libanaise et l’Institut des lettres orientales est inexistante. Par ailleurs, l’informateur souligne que les méthodes d’enseignement de l’arabe sont d’un niveau qu’il considère médiocre et que chaque arabophone, auteur de manuels, a ses propres critères ; il en donne un exemple concret en faisant une comparaison entre les différentes méthodes existantes : sur 3 000 mots de manuels pour débutant, l’on ne retrouve que 7 mots communs. Déplorant cet état de fait, il cherche à développer, dans le cadre d’un programme de recherche pédagogique sur l’arabe à l’ILO, des méthodes d’arabe fondamental, mais ce projet est retardé et critiqué notamment par l’Académie arabe de Damas. Il pense, à ce sujet, que les jésuites sont toujours vus comme des missionnaires et que les musulmans se méfient d’eux. Laissant de côté son projet concernant l’arabe fondamental, il se tourne alors vers l’enseignement de l’arabe pour non-arabophones et élabore un programme spécifique sans relation avec une vision religieuse de la langue, avec des objectifs pratiques, définis. Il envisage une première édition d’un manuel pour débutant de 11 leçons pour 1976. Il décrit ensuite les travaux réputés des orientalistes de l’ILO qui cherchent à développer la connaissance du Proche-Orient.Il avoue sa fierté quant à la place de leur collection parmi les trois plus grandes en Europe avec celle de l’Institut français de Damas et celle de l’Institut allemand. L’informateur revient, ensuite, sur l’histoire de l’ILO en soulignant que, depuis 1965, la formation des doctorants est en plein essor et qu’elle est ouverte sur d’autres pays comme le Koweït, la Syrie, la Jordanie. Cette ouverture est le reflet du travail du directeur, qui amène ses étudiants à réfléchir sur les dangers du fanatisme, à être ouverts au dialogue. L’informateur croit qu’il existe à l’ILO une « néoarabité » avec une convergence de différences, mais que malheureusement, au Liban, ces différences fonctionnent en termes d’infériorité ou de supériorité, car il existe un enjeu politique prégnant. Au sujet du patrimoine arabe et de son tarissement au Liban, l’informateur évoque le poids du mandat français qui a effectivement orienté le pays vers la culture française ; il cite également la « Nahda » le courant de renaissance arabe moderne qui a mené une réflexion historico-sociologique en s’ouvrant à l’Occident. L’informateur conclut que la culture française peut jouer un rôle de stimulant du patrimoine arabe en lui fournissant une ouverture et la culture arabe doit aussi être répandue pour que le dialogue islamo-chrétien s’épanouisse.

Un géographe enseignant à l’Université libanaise et à l’Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient raconte son expérience professionnelle de 1958 à 1975 et livre sa perception des enjeux éducatifs du Liban

N° enquête : 4406

Intervenants : Besançon, Jacques

Durée : 2 h 49 min

52L’informateur intègre l’École normale en 1941 après avoir obtenu son brevet, et vit une période difficile pendant la guerre, son père ayant été fait prisonnier de 1940 à 1945. Après la Libération, il passe deux ans en classe préparatoire afin d’intégrer l’École normale de Saint-Cloud où il passera 4 ans en tant qu’interne. Parti pour l’Égypte en 1950 dans le cadre de la Mission laïque, il obtient le CAPES de géographie en 1952 et quitte le pays en 1955 en raison de la situation politique. C’est à Hanoï qu’il pose ses valises pour une courte durée, car après l’indépendance du Nord Vietnam en 1956, les postes en histoire géographie en langue française n’existent plus. Après un retour en France, il repart pour le Cambodge où il rencontre sa future femme qu’il épousera en 1957. La Mission laïque l’envoie à Damas où un lycée s’ouvre et il y passe une année pendant laquelle il publie des articles sur la pêche pour l’encyclopédie de la Pléiade. 1958 est l’année de naissance de son fils et celle de son départ pour Beyrouth où l’Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient (IGPMO) lui propose un poste qui ne sera finalement pas créé. L’informateur intègre alors le Lycée franco-libanais de la Mission laïque et donne quelques heures de cours à l’IGPMO. Par ailleurs, il achève ses recherches sur la pêche et les publie. En 1961, il devient père d’une petite fille et obtient en 1963 un détachement à l’Université libanaise afin de consolider le département de géographie, dont il deviendra responsable. Il est par ailleurs nommé maître assistant en 1965 et en 1966 crée une revue suite à un colloque. Au moment de l’entretien, il a gravi tous les échelons professionnels possibles et ne peut rester au Liban qu’une année supplémentaire. Lorsqu’il évoque sa vie professionnelle, il dresse un constat plutôt négatif de son expérience en lycée, car il constate que les classes y sont surchargées et le niveau assez bas. En ce qui concerne l’Université libanaise, il dit y avoir fait un travail intéressant ; il a développé la licence de géographie et ses rapports avec le doyen ont été constructifs. Cependant à l’arrivée d’une nouvelle doyenne, la situation s’est détériorée et les querelles confessionnelles se sont multipliées ; en outre, la politisation des étudiants a conduit à des actions vides de sens selon lui, car porteuses d’intérêts individuels. Quant à la question du personnel français, il lui paraît aberrant qu’il soit payé par la France. Il émet des doutes également sur l’enseignement qui est fait en français, alors que les élèves, plus tard, devront enseigner en arabe. Le français et la culture française sont en perte de vitesse, selon lui, face à l’anglais qui se développe fortement. De plus, la situation politique libanaise joue aussi un rôle important dans la baisse de l’influence française. L’entretien est coupé et reprend plus tard après « des événements graves pour le pays » selon Jean Métral. Cette nouvelle donne ne modifie pas la vision de l’informateur au sujet de la place des Français. Il dresse le portrait d’une communauté divisée en catégories socioprofessionnelles et entre les « mondains » et les « non-mondains ». Les institutions françaises sont selon lui une « industrie »qui fait partie de l’économie libanaise ; toutefois si elles servent de modèle de référence, elles sont parfois mal perçues par les Libanais, car elles concentrent les compétences et font concurrence aux établissements libanais. Ainsi la politique éducative est à revoir selon lui. Il faudrait renforcer la formation française en transformant les infrastructures présentes en les rénovant et les améliorant. La bande s’arrête en milieu d’entretien.

Un prêtre dominicain, étudiant à l’Institut de lettres orientales (ILO) à Beyrouth et enseignant en psychologie et catéchèse fait le récit de son expérience de 1969 à 1975 sous l’angle de sa spiritualité et de sa passion pour les études arabes

N° enquête : 4407

Intervenants : Gilliot, Claude

Durée : 2 h 12 min

53Titulaire d’une licence d’allemand à l’université de Lille, l’informateur fait son noviciat et un an de philosophie au studium chez les dominicains. Dans le cadre de son service militaire, il part pour l’Algérie après l’indépendance du pays et il enseigne l’allemand dans le cadre de la coopération, à Constantine. Il retourne ensuite chez les dominicains où il étudie la philosophie et la théologie et il y obtient l’examen de lectorat qui lui donne le droit d’enseigner cette matière dans une maison dominicaine. L’informateur arrive à Beyrouth en 1969. Son arrivée au Liban est déterminée par son intérêt pour la langue arabe depuis son séjour en Algérie et par l’enseignement de bonne qualité qui est, selon lui, prodigué à Beyrouth à l’Institut de lettres orientales (ILO) où il obtient une licence d’arabe. Il y voit aussi une activité sacerdotale qui lui semble possible. Ses premières impressions de Beyrouth sont positives, car il y apprécie le côté occidental, technique et ne se sent pas complètement dépaysé. Cependant, il s’y sent vite mal à l’aise, car il s’aperçoit que le Liban est un monde « disloqué », tiraillé entre un cadre arabe géographique et un occidentalisme prégnant. De plus, il se heurte à une église très traditionnelle dont il se rend compte qu’elle retarde les évolutions sociales. Il a d’ailleurs des ennuis avec les autorités religieuses qui l’accusent de « communisme », de « progressisme ». Il souligne qu’il veut comprendre la société musulmane, qu’il est attaché au monde arabe et il décide de faire une année d’anthropologie en 1974 afin de mieux les comprendre. C’est ainsi qu’il trouve une voie fécondante, car il peut exprimer sa foi chrétienne et aussi développer son intérêt pour l’Islam. L’informateur enseigne la psychologie à l’école de formation des jardinières d’enfants et la catéchèse au lycée Sioufi. Concernant ces deux expériences, il dit qu’il réprouve le cadre de la catéchèse, mais qu’il considère y faire un bon travail en développant l’esprit critique. Il regrette cependant que l’enseignement sérieux, prodigué à l’école de jardinières soit fait en langue française, car les élèves auront au cours de leur carrière des contacts avec des arabophones. Lorsque l’informateur rentre en France, il s’avoue surpris par ses compatriotes qu’il trouve très peu curieux du reste du monde. Son point de vue sur l’Église en France l’amène à une comparaison avec l’Église allemande qu’il trouve plus intellectuelle et vectrice de travaux sérieux. L’avenir du catholicisme au Liban est une question cruciale, car il y a selon lui deux courants en tension l’un avec l’autre : un premier (minoritaire) incarné notamment par Grégoire Haddad qui prône une église arabe ouverte aux chrétiens des autres pays (Syrie, Égypte), ouverte au monde musulman, au dialogue et un deuxième courant qui rassemble les croyants et les titulaires d’une carte d’identité chrétienne, plutôt en opposition avec le monde arabe et musulman. L’Islam selon lui est en train de changer avec l’existence d’un courant détaché du dogmatisme. À propos de la communauté française du Liban, il constate que le personnel travaillant dans les institutions françaises est peu ouvert au pays dans lequel il vit. Sa connaissance et pratique en tant qu’étudiant à l’École supérieure des lettres (ESL) où il obtient une licence de sociologie et à l’ILO le conduisent à établir une différence entre les deux écoles. L’ESL, selon lui, est restée fermée sur elle-même, se contentant de transporter l’enseignement français au lieu de l’adapter aux réalités du pays. Il pense que l’ILO manifeste plus d’ouverture envers les autres institutions du pays. Au sujet de la question de l’impérialisme culturel soulevée par l’enquêteur, il répond qu’elle est justifiée dans le sens où les étrangers arrivent dans le pays en position de force. Une posture productive serait qu’il y ait une interpellation intellectuelle et mutuelle entre Arabes et Français, posture difficile à adopter, car chaque communauté est retranchée dans des comportements hérités du colonialisme. L’avenir de la culture française pourrait être considéré sous un angle politique, selon lui, car elle pourrait jouer un rôle de dialogue avec les pays arabes qui sont en pleine évolution. En ce qui concerne le Liban, son point de vue est que la culture française se délite, car la langue reste bloquée dans un apprentissage traditionnel qui ne favorise pas sa diffusion, son rayonnement, et l’anglais semble dominer de plus en plus en raison de son utilisation commerciale et technique. L’informateur compte rester encore deux ans au Liban pour y faire sa thèse et ensuite, si une offre en France correspondant à ses qualifications en arabe et islamologie, se présente, il compte rentrer.

Le directeur du centre culturel français de Saïda parle de son activité et de la situation politique de début d’année 1975 au Sud Liban

N° enquête : 4408

Intervenants : Papillon (M.)

Durée : 1 h 8 min

54L’entretien n’est pas complet, il débute en pleine discussion entre les enquêteurs et leur informateur. Ce dernier, dont on ne connaît pas exactement les fonctions semble être directeur du centre culturel français de Saïda au Liban sud et se positionne en tant que personne relais concernant la gestion des assistants pédagogiques, car il les soutient dans leur action. Il gère une amicale pour tout le Liban Sud qui comporte 80 membres de confession musulmane et chrétienne. Dans le centre, on propose des cours de français, des cours de pédagogie et on y trouve un ciné-club ainsi qu’une bibliothèque. L’informateur évoque la situation particulière de Saïda en 1975, 50 000 Palestiniens sont rassemblés dans des camps (certains suivent les cours de français) et il raconte les événements de mars 1975 en mentionnant les funérailles de Maarouf Saad, député libanais mort à la suite de la répression des manifestations de marins pêcheurs du mois de février. Il insiste sur le fait que les funérailles ont rassemblé « tout le monde » c’est-à-dire les représentants des différentes confessions. L’informateur insiste sur la neutralité du centre où sont proscrites les discussions à caractère politique. Il mentionne avoir des contacts professionnels avec les autorités religieuses catholiques, musulmanes, maronites en ce qui concerne les diverses activités du centre. L’informateur évoque aussi sa retraite qui débutera dans trois ans.

Un coopérant à l’ORTF dresse le portrait d’un Liban écartelé entre deux cultures et en proie à des mutations en 1975

N° enquête : 4409

Intervenants : Levallois, Bruno

Durée : 1 h 58 min

55Après des études en langues orientales et une licence de droit, l’informateur fait un premier séjour à Beyrouth en 1970 afin de perfectionner son arabe au Centre de recherches et d’études arabes (CREA) et s’inscrit à l’université Saint-Joseph (USJ) en DES (master 2 actuel) de sociopolitique et licence d’arabe. Son arrivée au Liban le confronte à l’immersion dans un pays qui copie sa culture sur l’étranger. Il dit avoir beaucoup souffert de son séjour à Bikfaya, fief des Kataëb des Gemayel où il a fait face à un milieu très éloigné de ses convictions. C’est à Damas qu’il trouve un équilibre en ayant des rapports d’égal à égal avec les arabisants et les Syriens. Lorsqu’il revient à Beyrouth, c’est dans le cadre de la coopération militaire où il dépend de l’ORTF pour un contrat de 16 mois : il est coopérant avec la radio libanaise pour les émissions en langue française. Le directeur de l’ORTF est un des rares arabisants et le personnel est composé de Français et de Libanais. Il avoue être déçu par une partie de ceux qui manifestent un racisme antiarabe et souligne les problèmes confessionnels entre chrétiens et musulmans. D’autre part, l’informateur pense que le problème linguistique du Liban écartelé entre le français et l’arabe n’encourage pas sa pratique personnelle de la langue arabe. Ses fréquentations sont celles du milieu intellectuel et il ne participe pas à la vie mondaine en général. Même pendant ses loisirs (il fait de la musique de chambre), il est confronté à la préférence des musiciens et du public pour la musique occidentale et au mépris pour les artistes arabes. Il y voit la fermeture d’esprit d’un milieu qui dénigre totalement l’arabité. Au sujet du bilinguisme, l’informateur dit qu’il existe dans une certaine partie du milieu bourgeois chrétien, mais qu’il est surtout une composante de l’idéologie libanaise qui souhaite se démarquer d’une « aculture » arabe. En revanche, l’arabité évolue et commence à s’imposer, car économiquement la maîtrise de la langue peut déboucher sur des emplois et les porteurs de la culture arabe considèrent désormais le français comme une seconde langue. Face à cette situation, les institutions françaises essaient de perpétuer un système de dépendance idéologique qui conduit à une mainmise politique et économique. Selon lui, la culture française sert la bourgeoisie chrétienne et maronite, elle est par là même un instrument de domination de classe et se fait au détriment de la culture arabe. C’est dans ce sens que l’on peut parler d’un impérialisme culturel et fonctionnel qui permet à la bourgeoisie de se maintenir au pouvoir. L’informateur aborde aussi sa vie professionnelle au sein de L’ORTF L’organisme représente une mission particulière de coopération de développement de la langue française et l’informateur ne s’y sent pas à l’aise, car l’expression y est contrôlée et une francophilie superficielle y est véhiculée. Selon lui, cette politique de la bourgeoisie ne fonctionne pas, car ceux qui en sont exclus ne la comprennent pas et se sentent méprisés. L’informateur constate aussi une libanisation des institutions françaises. Son point de vue est que les Libanais n’ont pas besoin de la langue et de la culture française. Lorsqu’il aborde son avenir personnel et professionnel, le coopérant envisage de quitter l’ORTF et de reprendre une formation en France.

Un couple de Français, maîtres de conférences en droit à l’université Saint-Joseph de Beyrouth, raconte son parcours et son expérience au Liban de 1966 à 1975

N° enquête : 4411

Intervenants : Pieri, Marie-Pierre ; Pieri, Georges

Durée : 1 h 35 min

56Les informateurs sont arrivés au Liban en 1966, ils ont 3 enfants. Tous deux ont fait des études de droit en Algérie et en France et sont agrégés. Ils enseignent à l’université Saint-Joseph (USJ) en tant que maîtres de conférences, détachés par le ministère des Affaires étrangères. Se remémorant leur adaptation, ils en soulignent la facilité et narrentleur vie professionnelle et quotidienne. Ils donnent aussi leur vision de la culture française au Liban et abordent le rôle et la place des différentes institutions universitaires de Beyrouth en soulignant que l’USJ a une excellente réputation. Interrogés sur la prégnance de la culture française, ils pensent que la culture arabe est bloquée en général par la culture occidentale et que l’arabisation, qui est en train de se développer au Liban, effraie certains milieux français. Concernant leur avenir, ils n’ont pas d’inquiétudes particulières, car ils pourront retrouver en France un poste au sein de l’Éducation nationale.

En 1975, un ancien militaire, enseignant au sein de la coopération technique à Beyrouth évoque sa carrière et sa vie au Liban depuis son arrivée en 1964

N° enquête : 4412

Intervenants : Javelier, Roger

Durée : 1 h 25 min

57L’informateur a fait sa carrière dans l’armée et depuis 1947, il est enseignant. Après la guerre, il obtient un concours d’enseignement à l’École d’enseignement technique de l’armée de l’air à Saintes. Il passe également un brevet de technicien supérieur et devient, ensuite, directeur de l’école de préparation à l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air au Laos et y travaille pour le compte de l’armée royale. Entré à la coopération technique en 1964, il arrive à Beyrouth où il s’occupe du département électronique auprès de l’ambassade de France. Sa mission se révèle importante, car tout est à faire. En effet, il crée la section électronique du lycée technique de Tripoli, il participe à la formation de dépanneurs radio et télévision pour les frères bénédictins, et termine l’installation technique d’un studio pour la télévision scolaire à Jounieh. Son installation à Beyrouth a été un peu difficile matériellement, mais professionnellement il dit être très à l’aise, car sa tâche a été facilitée par ses collègues et ses supérieurs. Au sujet de sa vie à Beyrouth, il ne sent pas de dépaysement, la ville lui paraît être celle d’une province française et, en ce sens, il regrette le Laos. Bien intégré, ses relations amicales sont françaises et libanaises. Il donne ensuite son point de vue sur la langue arabe qui est selon lui difficilement utilisable pour l’enseignement technique. Son enseignement se fait en français, car il existe un vocabulaire professionnel difficilement traduisible. Pour appuyer ses dires, il cite en exemple la tentative finalement abandonnée du lycée technique de Tripoli de créer un baccalauréat en langue arabe. L’informateur voit la coopération technique comme nécessaire pour le Liban, mais, selon lui, il est nécessaire d’adapter ses méthodes au pays et ne pas les imposer. Au moment de l’entretien, l’informateur est en attente d’une mutation et s’apprête à quitter le Liban.

Une enseignante revient sur son parcours professionnel au Cours pratique de langue (CPL) à Beyrouth (Liban) et en raconte l’histoire de 1968 à 1975

N° enquête : 4413

Intervenants : Dumoulin, Andrée

Durée : 1 h 31 min

58L’informatrice arrive à Beyrouth en 1968 où elle intègre l’équipe du Cours pratique de langue (CPL) qui a été créé en 1964. L’institution a d’abord été rattachée à l’École supérieure des lettres et depuis 1973, elle dépend du Centre culturel français. Le CPL est une école pour adultes souhaitant se perfectionner en langue française. L’informatrice raconte l’histoire du centre depuis sa création en décrivant les changements d’administration, la pédagogie basée sur les méthodes audiovisuelles. Elle livre également beaucoup de détails sur la composition des équipes pédagogiques, le public visé et la teneur des enseignements. L’entretien est dense en informations sur cette institution qui diffuse la langue française au Liban, mais n’est pas complet : il s’arrête au milieu de l’entretien.

Un élève de quatrième au Lycée franco-libanais de Beyrouth s’exprime sur sa scolarité

N° enquête : 4414

Intervenants : Métral, Pierre

Durée : 52 min

59L’informateur est arrivé au Liban en 1969 avec sa famille et il s’exprime sur sa scolarité. Entré en classe de 10e au lycée français de Beyrouth, il s’est vite adapté, s’est trouvé de nouveaux amis. Il ressent un changement en entrant en 6e, car différents enseignants interviennent ; ils sont essentiellement français, les Libanais assurant certaines matières, dont l’arabe. Il décrit le lycée qui accueille un public mixte, local et international et parle de la direction, des surveillants. Il pense que le regroupement par classe n’est pas très juste, car le critère de choix est celui du niveau des élèves. Au moment de l’entretien, la politique de l’établissement est en train de changer le système existant et l’informateur est en classe de 4e. Il s’exprime sur les relations entre les élèves de différentes origines et note qu’il y a aussi une différence de statut social qui influence la vie quotidienne, notamment la pratique du sport, la fréquence des voyages en Europe. Ses relations à l’extérieur du lycée sont centrées autour de l’immeuble où il habite et il joue avec des Français, des Libanais. Interrogé sur les grèves récentes au lycée, il mentionne une différence entre la première grève où seuls les enseignants libanais ont fait grève et la deuxième grève où plus aucun cours n’était assuré. L’informateur regrette de ne pas avoir appris suffisamment l’arabe, car si son séjour au Liban lui a plu, il pense ne pas avoir tout perçu du pays.

L’épouse d’un archéologue de renom, née en 1901, s’exprime sur les événements historiques du Liban de 1925 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, vécus à travers leurs missions archéologiques

N° enquête : 4415

Intervenants : Dunand, Mireille

Durée : 2 h

60L’informatrice, passionnée d’archéologie, a fait des études de chimie et de physique en France à Toulouse puis à Lyon. Son père est envoyé au Liban dans le cadre des Œuvres laïques françaises à l’étranger en 1926 et elle l’y rejoint en pensant rester dans le pays pour une courte période. Après son mariage à Paris en 1927, elle retourne au Liban avec son époux, Maurice Dunand, nommé directeur de la Mission archéologique française. Elle retrace les 44 campagnes de fouilles archéologiques de son mari, sur le site de Byblos et leur parcours à travers le Liban et la Syrie au gré d’autres campagnes entamées par le Département des antiquités au haut commissariat de France dont Maurice Dunand est le directeur. L’informatrice revient, en citant beaucoup d’anecdotes, sur les périodes du mandat français au Liban et de la Seconde Guerre mondiale, vécues à travers leurs missions d’archéologues. Elle dresse également un portrait de la communauté française et s’exprime sur les mutations de la population libanaise jusqu’à l’indépendance du pays.

Un coopérant technique à Damas s’exprime sur son expérience personnelle et professionnelle depuis son arrivée en Syrie, en 1974

N° enquête : 4416

Intervenants : Inconnu

Durée : 46 min

61L’entretien occupe une place particulière dans le corpus. En effet, l’informateur est en poste à Damas en Syrie en tant que coopérant technique pour la Chambre de commerce et d’industrie (CCI). Spécialisé en programmation informatique, il est arrivé à Damas, en septembre 1974, après des études en France où il a obtenu le statut d’ingénieur. Il raconte son arrivée dans le pays, son adaptation et parle de sa volonté de s’intégrer dans le pays. Il suit, à cet effet, des cours d’arabe dialectal. Il s’exprime également sur les problèmes de la jeunesse syrienne, qui sont semblables, selon lui, à ceux des jeunes Français concernant la famille, les relations amoureuses. Il souligne, cependant, que la question de la liberté de penser constitue un sujet essentiel pour les jeunes Syriens. L’ingénieur évoque aussi son environnement professionnel, ses relations amicales et ses voyages à travers le pays. L’entretien n’est pas complet.

Récit de vie d’une enseignante de français au Collège Protestant français de Beyrouth (Liban) en 1975

N° enquête : 5073

Intervenants : Kerlack, Yvette

Durée : 1 h 22 min

Commentaires sur la langue : Au moment de l’enregistrement en 1975, l’informatrice ne parle pas arabe et signale ne pas vouloir l’apprendre.

62L’informatrice est l’épouse de l’informateur de l’enquête n° 4357 et l’entretien n° 4359 est également le sien. L’entretien se déroule au Collège protestant français de Beyrouth, sur le lieu de travail de l’informatrice, enseignante de français. Avant de se présenter elle-même, elle raconte l’histoire de sa famille et plus précisément de son père. Elle est née en 1926 à Saint-Félicien, en Ardèche. Globalement, elle garde peu de contacts avec sa famille. Elle est arrivée en 1950 à Beyrouth puis elle s’est mariée rapidement et a décidé de rester au Liban. La femme parle essentiellement de ses difficultés matérielles. Elle raconte les différents métiers qu’elle a exercés, toujours dans des lieux différents et souvent vécus comme des échecs, si ce n’est au Collège protestant français où elle semble avoir trouvé une condition matérielle « d’une honnête médiocrité ». Son manque d’assise professionnelle est selon elle un motif de non-retour en France. L’informatrice a une vision critique de son couple qu’elle juge écrasé par la présence de l’argent. Vers la fin de l’entretien, elle reproche un manque de prise de conscience politique dans son entourage français. Elle dénonce la concurrence entre Libanais et Français. Une partie des enseignements du baccalauréat est en français, et ses collègues français jugent les Libanais inaptes à enseigner. Elle appelle cela du « colonialisme culturel ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Notices documentaires », Bulletin de l'AFAS [En ligne], HS1 | 2019, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4376

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page