Navigation – Plan du site

Texte intégral

Une chercheure en ethnologie s’exprime sur la méthodologie de l’enregistrement du corpus d’archives sonores « Les Français au Liban après 1945, une minorité allogène » réalisé en 1975 à Beyrouth (Liban) en collaboration avec son époux, Jean Métral, sociologue

N° enquête : 5130

Intervenants : Métral, Françoise

Enquêtrice : Gillain, Delphine

Date : 22 juin 2016

Durée : 1 h 37 min

1Coauteure du corpus « Les Français au Liban après 1945, une minorité allogène », Françoise Métral parle des recherches menées par son époux, le chercheur en ethnologie et sociologie, Jean Métral. Dans un premier temps, l’informatrice retrace le parcours dans les sciences sociales de son époux, puis le sien en ethnologie, jusqu’à leurs recherches dès 1968, ensemble, au Moyen-Orient. En 1974, Jean Métral met en place pour la première fois à l’École supérieure des lettres de Beyrouth au Liban (l’ESL où il enseigne avec Françoise Métral), une formation diplômante en sociologie. L’informatrice revient sur les tensions sociopolitiques et culturelles du Liban à cette période qu’elle décrit dans une perspective postcoloniale, où selon elle, la langue et la culture française représentaient les formes d’une domination. Après avoir mentionné les réflexions des enseignants de l’ESL concernant leur rôle dans la libanisation et l’autonomisation des futurs cadres libanais, elle parle des recherches menées par Claude Dubar et dirigées par Jean Métral sur les classes sociales et qui ont valu à ce dernier de violentes critiques. Interrogée sur les procédés de recherche pour le projet de thèse de Jean Métral, l’informatrice situe les enquêtes auprès des Français résidant au Liban dans le contexte de la guerre civile qui a éclaté en 1975. Sur une recherche réalisée en trois étapes (le dépouillement des fiches des Français résidant au Liban, les entretiens individuels ou en couple avec ces derniers, et enfin, l’étude des institutions françaises au Liban), elle mentionne la destruction de la première partie de leurs recherches en septembre 1975 et l’abandon de la troisième partie dès juin 1975. Elle décrit ensuite en détail la deuxième partie des recherches et les méthodes d’enregistrements sonores avec l’aide d’Alain Battegay, alors coopérant à l’Université libanaise rattaché à l’université de Lyon : les personnes rencontrées (dont elle réalise des portraits), leurs prises de notes durant chaque entretien. L’informatrice évoque le dépôt de ses archives en 2013 à la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Puis, elle parle des souvenirs qu’elle a de son ami Michel Seurat qu’elle a connu au Centre de recherches et d’études arabes (CREA) de Beyrouth. Elle mentionne avoir gardé globalement peu de contacts avec les témoins enregistrés en 1975. L’informatrice est invitée à s’exprimer au sujet de la désanonymisation entreprise au moment du traitement des archives sonores, enregistrées à l’origine de manière anonyme. À la fin de l’entretien, la chercheuse évoque la représentation qu’elle garde d’elle-même en tant que Française résidante au Liban en 1975.

En 2018, l’ancien directeur du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc) se remémore sa carrière et sa vie à Beyrouth des années 1960 à 1983

N° enquête : 5765

Intervenants : Bourgey, André

Enquêtrice : Ginouvès, Véronique

Date : 11 juillet 2018

Durée : 1 h 3 min

2À l’occasion d’un colloque à Beyrouth les 5 et 6 novembre 2018 sur « la construction de savoirs partagés : comment faire de la recherche en sciences sociales au Proche-Orient ? », Véronique Ginouvès a pu s’entretenir avec André Bourgey, qui est aussi l’informateurn° 4393 de l’enquête, sur son parcours et son lien étroit avec le Liban et ses institutions. À la retraite depuis 2006, il revient sur sa vie professionnelle. Issu d’une famille d’intellectuels, son père a été professeur de philosophie et successeur de Paul Ricœur à l’universitéde Strasbourg, il baigne dans le monde de l’enseignement et se tournenon pas vers la philosophie, mais versdes études de géographie, car selon lui il s’agit d’une science pluridisciplinaire très riche. Après un séjour en Algérie de 1950 à 1956 où son père est en poste, il poursuit ses études universitaires à Lyon. Agrégé, il obtient un poste d’assistant à l’université de Lyon et c’est peu après qu’on lui propose de partir pour Beyrouth à l’Institut de géographie. Il se souvient ne pas avoir hésité une seconde, car le monde arabe le passionnait depuis son séjour en Algérie. Très enthousiaste, il propose des modifications d’unités d’enseignement en demandant qu’elles soient axées sur le Liban, le monde du Moyen-Orient… Il est nommé par lasuite maître assistant et garde un excellent souvenir de ces années d’enseignement et a d’ailleurs toujours des contacts avec ses anciens élèves. Interrogé sur le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC), dont il a assuré la direction de 1977 à 1983, il évoque la vie mouvementée en temps de guerre, les personnalités qu’il a pu rencontrer et aussi les tentatives de sauvegarde des documents, de livres et reconnaît que beaucoup de choses ont disparu ou ont été détruites pendant le conflit. Il quitte le Liban pour Paris et devient par la suite président (en 1993) de l’Institut national des langues et civilisations orientales. Cependant, il retourne au Liban en 1993 et depuis, y va chaque année. Au cours de cet entretien, André Bourgey livre aussi des anecdotes sur sa vie privée, ses amitiés, notamment celle envers Michel et Marie Seurat.

En 2018, l’architecte Jacques Liger Belair s’exprime sur son parcours après le début de la guerre au Liban en 1975

N° enquête : 5570

Intervenants : Liger Belair, Jacques

Enquêtrice : Ginouvès, Véronique

Date : 24 avril 2018

Durée : 1 h 22 min

3Jacques Liger Belair, interrogé par Véronique Ginouvès en avril 2018 à Beyrouth, revient sur les années qui ont suivi le 13 avril 1975, déclenchement de la guerre au Liban. Il raconte les événements vécus en commençant par le départ en compagnie de son épouse et de ses trois enfants pour leur chalet à Faraya. En effet, pour se mettre à l’abri des bombardements, la famille quitte son domicile situé près de la rue de Damas sur la zone de démarcation. Il se souvient que l’inquiétude au début n’était pas de mise, ses parents sont même venus leur rendre visite pendant l’été, mais la situation se dégradant nettement, tout le monde a compris que la guerre allait durer. Beaucoup de familles possédaient une résidence secondaire à Faraya et les enfants n’ayant plus école, il a fallu trouver une solution. Ainsi, avec le concours de tous, des classes ont été créées dans le hall de l’hôtel vide de la station de sports d’hiver. Jacques Liger Belair a ainsi expérimenté le concept de l’open space appliqué à l’école. La famille est restée jusqu’au mois de mars 1976 période à laquelle la situation ne faisant que se détériorer, l’architecte décide de mettre sa famille à l’abri en France. Installé près de Paris au Chesnay, Jacques Liger Belair continue à penser à sa vie professionnelle libanaise et par le biais de circonstances, retrouve des confrères avec lesquels il va se remettre à travailler. Il décide de retourner seul au Liban où tous les chantiers de construction occupés par les Syriens sont finalement libérés entre 1976 et 1977. Ne pouvant pas retourner ni chez lui ni dans son atelier, il devient un « vagabond » et dort où il peut et se déplace peu, les déplacements étant difficiles et dangereux. Cependant, il arrive à travailler avec un associé qui est toujours le sien en 2018. Il dépeint une vie rythmée par les bombardements, l’arrivée massive des chrétiens du Sud Liban et un développement des créations d’écoles pour les nouveaux arrivants. Il se remémore la réticence des enseignants au sujet de son concept d’école modulaire. L’entretien est ponctué par les photos et les croquis que Jacques Liger Belair montre à l’enquêtrice. Ils évoquent ensemble le devenir de la maison Barakat dont l’architecte dit qu’il en a été le sauveur à deux reprises en empêchant sa destruction. Interrogé sur la patrimonialisation de la guerre, il pense qu’il s’agit d’une nécessité, la conservation représentant une mémoire de ces temps de guerre. Jacques Liger Belair envisage l’avenir entre la France et le Liban de sa famille même s’il est et se sent profondément libanais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Retour sur enquêtes », Bulletin de l'AFAS [En ligne], HS1 | 2019, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/4379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4379

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page