Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Lu et écouté pour vousMemoria della Resistenza. Una sto...

Lu et écouté pour vous

Memoria della Resistenza. Una storia lunga sessant'anni sous la direction de A. Casellato et L. Vanzetto

Véronique Ginouvès

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans leur introduction à ce numéro spécial sur la Mémoire de la Résistance, Alessandro Casellato et Livio Vanzetto écrivent : « Mémoire de la résistance est un titre ambigu. Il pourrait faire croire qu’il existe vraiment une représentation univoque, codifiée et partagée de la guerre vue par les partisans (…). Et puis une utilisation inquiétante est faite aujourd’hui de la mémoire, soit dans un but d’instrumentalisation politique, soit au contraire pour la fossiliser dans une version déterminée et aboutie, comme une sorte de patrimoine à transmettre religieusement de génération en génération (…) ». Car justement, la volonté de ce numéro de Venetica est de fuir cette tentation commémorative. Ce numéro est plutôt l’occasion d’étudier la société du Veneto durant les soixante années qui suivirent 1943-1945. La revue présente ainsi dix articles sur des thèmes variés mais l’article qui nous intéresse a été rédigé par Valentina Grillo et il prend le titre d’un chant de partisan La più balda gioventù. L’auteur étudie ainsi neuf titres de chants de lutte de libération qui sont également interprétés dans un disque compact qui accompagne la revue. Non sans humour, elle rappelle qu’avec les années le répertoire officiel des partis politiques et des associations de partisans a beaucoup évolué, mettant ainsi au premier plan la « gentille » et oecuménique Bella ciao, rarement chantée pendant la Résistance, qui a remplacé la fameuse Fischia il vento à la musique un peu trop soviétique… Pour cet article, Valentina Grillo s’est limitée aux chants interprétés dans la province de Belluno, le Cansiglio et plus particulièrement à ceux de la brigade « Ciro Menotti », ceux qui ont été créés par la Brigade elle-même, qui ne se retrouvent pas sur les autres lieux de lutte et qui évoquent les protagonistes locaux. Elle a travaillé ensuite avec le groupe « I Fiori del Popolo » pour retrouver les mélodies. Le disque propose de multiples interprétations, comme l’étaient ces chansons de la Résistance, dont les musiques étaient piochées dans le fond des musiques traditionnelles, des chants de travail, de l’opéra, de l’armée et du mouvement international. Le dernier morceau du disque est une chanson nouvelle, écrite pour ce numéro spécial de la revue Venetica par Giannantonico Gallina, chanteur dans « I Fiori del Popolo ». Elle raconte l’histoire d’un jeune anarchiste de 25 ans Angelo Pellegrino Sbardelellotto, né à Mel en 1907, émigré à 17 ans en Belgique, rentré en Italie en 1932, avec la ferme intention de tuer Mussolini. Condamné à mort par le Tribunal fasciste, il disparut du souvenir collectif pour faire oublier la mauvaise réputation qu’il avait donnée au village… Le voilà réhabilité dans une belle complainte : « Era scritto nel tuo nome – la magia del tuo destino… ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ginouvès, « Memoria della Resistenza. Una storia lunga sessant'anni sous la direction de A. Casellato et L. Vanzetto  », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 28 | hiver 2005 - printemps 2006, mis en ligne le 19 mars 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.560

Haut de page

Auteur

Véronique Ginouvès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search