Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Un exemple de traitement document...

Un exemple de traitement documentaire de l’archive orale à la Phonothèque de la MMSH

Corinne Cassé

Texte intégral

1Un corpus d’enquêtes orales réalisées par Pierre Laurence, ethnologue a été déposé à la phonothèque d’Aix en Provence en 1998. Elles ont été numérisées et traitées d’un point de vue documentaire. Ce travail réalisé durant dix huit mois a présenté plusieurs intérêts. S’il facilite la consultation du fonds par le public de la médiathèque, il m’a aussi permis de réfléchir sur les possibilités de traitement d’un tel corpus, dans une problématique documentaire et scientifique. Venant moi-même d’une formation en anthropologie, la numérisation d’enquêtes orales m’a amenée à définir de façon très précise une méthodologie de traitement et une série de choix documentaires notamment dans la définition des items. Par ailleurs, et sur un plan plus personnel, une telle expérience pose la question de la valorisation et de la réutilisation des archives sonores inédites.

La numérisation et le traitement documentaire des enquêtes orales

2Un des premiers avantages de la numérisation des fonds sonores est une conservation pérenne sur des supports plus commodes quant à leur utilisation et leur archivage. Elle permet l’édition de support de consultation sur cédéaudio et l’archivage de données informatiques “brutes” sur cédérom, copie parfaitement identique à l’original déposé, ces données pouvant elles-mêmes être transférées à l’avenir sur de nouveaux supports plus évolués.

3D’un point de vue technologique cette méthode présente un double avantage. D’une part elle préserve la forme et la qualité originelles de l’enregistrement (archivé sur cédé rom), ceci permettant d’accéder éventuellement à de nouvelles méthodes de restauration en partant toujours de la même source. D’autre part elle offre des possibilités de traitement documentaire plus détaillé et plus fin, des séquences de quelques secondes pouvant être distinguées. C’est à ce niveau que notre problématique et nos choix méthodologiques furent déterminés de façon précise. En effet, le traitement numérique permet la définition d’items pour autant de sujets, de contes, de chansons et de partitions musicales, cités et interprétées au cours de l’enquête. In fine, ces items correspondent aux plages des cédé audio consultables par le public. Il est facile d’imaginer alors la commodité des recherches documentaires précises : il n’est plus besoin d’écouter l’intégralité de l’enquête pour accéder à l’information désirée. Chaque item est identifié par un titre, une cote, une série de descripteurs, et un résumé succinct décrit son déroulement comme son contenu. Une banque de données, contenant l’ensemble de ces informations, peut extraire de diverses enquêtes plusieurs items traitant d’un même sujet. L’auditeur peut alors entendre plusieurs extraits à la suite d’une recherche beaucoup plus rapide.

4Pour autant la question suivante prenait toute son importance : quelle peut être la pertinence d’une information orale, coupée du contexte général de l’entretien, arrachée au fil du discours, de l’idée qui la précède comme de celle qui en découle ? Les chercheurs en sciences sociales, spécialistes de l’entretien qualitatif et semi directif, sont soucieux de laisser défiler la parole de leurs interlocuteurs. La valeur d’une telle méthodologie n’est plus à prouver quant à la qualité des entretiens et des informations recueillies, notamment au cours des nombreuses digressions des “informateurs”. Ainsi la parole et le fil dans lequel elle se livre peuvent avoir la même valeur informative. Je me suis attachée à ce dernier point lors des définitions d’items. Autant que possible, j’ai essayé de conserver des ensembles cohérents, contenant les dizaines de sons, de phrases, apparemment anodins qui avaient amené “l’information”. Les séquences englobant une courte chanson occitane de quelques secondes peuvent ainsi durer de longues minutes de silence, de rires, d’explications propices à la réminiscence.

L’utilisation ultérieure des archives sonores

5Chaque corpus archivé à la phonothèque correspond à une publication dont il est souvent le principal matériau. Ces publications sont déposées et consultables à la médiathèque. Dans leur démarche de déposer également leurs enquêtes, les chercheurs désirent souvent donner une suite, un second souffle à leurs travaux de terrain. L’utilisation dans le cadre d’autres recherches est d’ailleurs la principale motivation du public de la phonothèque.

6Partant de cette demande le traitement documentaire fut travaillé de façon à renseigner toute sorte de public, qu’il vienne du privé, du monde associatif, des musées ou de la recherche en histoire, linguistique, ethnologie ou sociologie. Je me suis efforcée de dégager des enregistrements l’ensemble des termes employés, dates, types de prononciation etc., susceptibles d’intéresser chaque public. Ainsi, une enquête d’histoire orale peut se révéler riche d’éléments linguistiques et être à nouveau traitée par un chercheur compétent dans ce domaine. De nombreuses enquêtes ont déjà fait le sujet de telles utilisations. Par ailleurs, pour un autre chercheur de la même discipline, comme cela a été mon cas, l’écoute d’une enquête menée ailleurs dans un autre contexte, s’est montrée très riche en enseignements par les exemples et les réflexions que cela a pu m’inspirer. La collaboration de la phonothèque à certains départements pédagogiques de l’Université de Provence (histoire, ethnologie, sociologie) ne peut qu’apporter d’abondantes illustrations à leurs cours de méthodologie.

7Enfin, une des utilisations possibles des archives sonores se développe de plus en plus au sein de nombreuses structures à visée culturelle : musées, parcs nationaux, collectivités territoriales, structures associatives etc. Avec l’accord, et quelques fois la participation, de leur auteur et de leurs informateurs, certaines enquêtes ont pu être utilisées (partiellement ou intégralement) afin de constituer le fonds sonore de certaines expositions ou manifestations. Cette dimension s’ajoute à l’ensemble, apportant sa valeur unique de témoignage et de communication directs auprès du public, très sensible à ces archives inédites, qui deviennent alors patrimoine commun. De tels usages, au-delà de proposer une source documentaire originale, valorisent le témoignage oral et, certaines expériences récentes le prouvent, ont pu stimuler la production de la parole et l’échange.

8D’un point de vue scientifique et déontologique je considère que la source orale, déjà élémentaire pour nos recherches, peut trouver ici tout un cadre de reconnaissance et de confirmation de son statut, notamment par l’établissement de droits d’auteurs, aussi bien pour les chercheurs que pour les informateurs. Les nouveaux procédés techniques comme la numérisation, peuvent accroître les moyens d’expression de cette source et lui assurer une existence et un avenir plus large, jusque alors limités aux écrits qui l’avaient sollicitée.

9Notes :

10Cet article est paru sur le Bulletin des adhérents de l’AFAS, n° 22, printemps 2002.

11Les notices de ce fonds sonore sont accessibles sur la base de données de la phonothèque de la MMSH : http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Cassé, « Un exemple de traitement documentaire de l’archive orale à la Phonothèque de la MMSH », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 22 | printemps-été 2002, mis en ligne le 12 août 2010, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/591 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.591

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search