Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Éditorial

Éditorial

Itinéraires de rushes
Florence Descamps
p. 4-7

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, à intervalles réguliers, l’idée de consacrer un dossier de Sonorités aux rushes resurgissait lors des comités de rédaction. Au-delà du désir de couvrir la totalité du champ d’étude de l’AFAS, association française des archives sonores, orales et audiovisuelles, une double ambition nourrissait ce projet. Premièrement, une ambition éditoriale, représentative de l’esprit de l’AFAS depuis ses origines, consistant à faire dialoguer autour d’un même objet, ici le document audiovisuel ou cinématographique, à la fois le réalisateur-auteur, le conservateur et le chercheur. Deuxièmement, une ambition scientifique qui s’appuyait sur une hypothèse forte, mais qui n’allait pas forcément de soi : les rushes des cinéastes ou des réalisateurs de documentaires peuvent-ils devenir des sources pour les sciences humaines et sociales, et plus particulièrement pour l’histoire, et si oui, à quelles conditions et selon quelles méthodes ?

2Ces deux ambitions se sont heurtées à plusieurs obstacles.

3En premier lieu, la définition de l’objet de notre réflexion s’est révélée plus insaisissable et plus confuse que prévu. Qu’entendions-nous par « rushes » ? Les termes étaient multiples, parfois flottants : chutes de films ; documents filmiques non montés ; images non sélectionnées ; archives de film ; archives audiovisuelles ; matériaux filmiques préparatoires relevant des archives de la recherche en SHS (scènes d’observation, entretiens filmés) ; histoire orale filmée (article de Steven High) ; archives vidéo ou campagnes nationales et internationales de collecte d’archives audiovisuelles à caractère documentaire (voir les articles de Constance de Bollardière et de Walter Robrero)... Mais savions-nous nous-mêmes au départ ce que nous mettions derrière le terme « rushes » ? Cette imprécision et cette incertitude auxquelles nous avons tenté de porter remède, se reflètent dans les contributions et les points de vue exprimés : on voit que la réflexion est encore en cours d’élaboration et de stabilisation. Au sein d’un numéro qui est tout entier consacré aux archives audiovisuelles et en illustre la variété, le dossier distingue les rushes, les constitue en catégorie spécifique, en propose une définition (Rosa Olmos) et expose la sinuosité de leur itinéraire, du film à l’archive et réciproquement, en passant par montage et remontage, dépôt et re-visite.

4Puis, des interrogations ont surgi quant à la pertinence de notre triangulaire « réalisateur/auteur-conservateur-utilisateur/chercheur ».

5En effet, du côté des réalisateurs, il faut bien constater que le mouvement de dépôt ou de don des rushes, est finalement assez récent (les années 1990) et assez lent. Une lenteur qui révèle sans doute l’attachement du réalisateur à son œuvre, y compris dans la matérialité de ses supports (bobines, cassettes vidéo, bandes, boitiers, fichiers etc.) et révèle la complexité du travail à faire sur soi pour faire entrer sa production artistique, intellectuelle ou scientifique dans un processus de don, d’archivisation et de patrimonialisation. De fait, mesurer l’intérêt collectif et historique de sa propre œuvre, qu’elle soit esthétique ou scientifique, accepter de s’en déposséder, décider de faire confiance à une institution patrimoniale, publique ou privée, consentir au processus de patrimonialisation et d’archivisation et le laisser aller jusqu’à son terme, à savoir une appropriation et une réutilisation en toute indépendance par d’autres que soi, c’est tout un parcours personnel qui exige du temps et une maturation spécifique (article de Jean-Michel Rodrigo et Marina Paugam)…Le don récent par Raymond Depardon et Claudine Nougaret de l’ensemble de leur œuvre filmique et photographique à la BNF et l’exposition qui a accompagné en 2021 cette entrée dans les collections nationales illustrent ce processus de désappropriation, de patrimonialisation et d’universalisation. Sur ce chemin de « l’entrée en patrimoine », Jean Rouch et son cinéma anthropologique, rejoint entre autres par Claude Lanzmann et son œuvre cinématographique, les avaient précédés, ouvrant la voie à nombre de réalisateurs-chercheurs en sciences sociales, désireux de documenter « le réel » et d’en sauver la trace pour les générations à venir (voir l’article de Bernard Ganne).

6Si la démarche de don des rushes est tributaire de la capacité des réalisateurs à se séparer de leurs œuvres et à leur donner une autre vie, elle l’est aussi de la capacité des institutions patrimoniales et scientifiques à reconnaitre la valeur de tels documents, à les accueillir matériellement et à les valoriser de façon ajustée. Du côté des conservateurs, il a donc fallu également du temps, ainsi qu’un travail d’apprivoisement et de reconnaissance scientifique. La lenteur de ce mouvement explique que les collections de rushes restent aujourd’hui encore peu nombreuses, mais a contrario met en valeur le rôle d’institutions précurseuses, qui ont su accueillir précocement des corpus de rushes pour les conserver et les documenter (cf. le rôle de la BDIC devenue La Contemporaine, mais aussi la BNF, l’INA). En réalité, la réflexion méthodologique, les utilisations scientifiques ou pédagogiques par des tiers ne peuvent commencer qu’à partir du moment où les dépôts arrivent et que des conservateurs prenant conscience de leur intérêt collectif, historique ou sociologique, décident de s’en saisir. Sans conservation, sans numérisation, sans traitement documentaire, sans visibilisation, sans diffusion et sans accessibilité, pas d’exploitations possibles par les chercheurs ni de valorisation par les médiateurs (article de Selma Zghidi). Autrement dit, l’archivisation des rushes, entendue comme le processus qui les transforme, de matériaux filmiques en archives accessibles au public, est un préalable, et nous en sommes encore à cette étape.

7La quatrième difficulté, liée à la remarque qui précède, est celle de la relative rareté des travaux en sciences humaines et sociales portant sur des rushes, sur leur valeur épistémologique ou heuristique (voir l’article de Caroline Moine et Sébastien Layerle), mais aussi la rareté d’expériences de réutilisation de rushes par les réalisateurs-cinéastes eux-mêmes. Rémy Besson qui est un des pionniers de l’analyse scientifique des rushes depuis sa thèse sur le film Shoah, nous livre ici une étude fine de la réutilisation de rushes par Jacques Lanzmann lui-même, du rôle de la monteuse et des successifs modèles historiques de récit testimonial, mémoriel et cinématographique dans lequel s’insèrent la production des rushes, le montage initial et les montages seconds réalisés plusieurs années après le filmage.

8C’est donc dans ce contexte de rareté et de relative innovation que s’insère ce dossier de Sonorités. Vient-il « trop tôt » ? À cette question, on répondra qu’il vaut mieux arriver trop tôt que trop tard et éviter ainsi le reproche du retard fait parfois à l’implantation de l’histoire orale ou des archives orales en France. Aurait-il fallu attendre qu’il y ait plus de collections de rushes, plus de travaux universitaires, plus d’exemples de réutilisation par des réalisateurs tiers ou par des chercheurs ? On objectera que, même si le mouvement de constitution de collections de rushes est loin d’être achevé, les matériaux aujourd’hui archivés sont quantitativement suffisants pour qu’il en soit fait un état des lieux et qu’il en soit tiré les premiers enseignements. D’autre part, fidèle aux intuitions fondatrices de l’AFAS, qui lors de sa création en 1979 a voulu prendre en charge les questions concernant l’archive sonore, la rédaction a souhaité dès aujourd’hui appeler l’attention sur cet objet nouveau que constituent les rushes, amorcer la réflexion sur ces archives audiovisuelles d’un nouveau genre, proposer des enquêtes de terrain, des retours d’expérience et des analyses afin de sensibiliser les réalisateurs, les conservateurs et les chercheurs à ces documents encore peu usités et les inciter à s’en préoccuper. Enfin, la présence de Rosa Olmos au sein de l’AFAS, ancienne responsable des collections sonores et audiovisuelles à La Contemporaine, venue elle-même du cinéma documentaire, s’est révélée un atout précieux pour lancer et diriger un pareil travail.

9À travers une variété de points de vue, ce numéro 47 de Sonorités espère donc poser quelques jalons dans la réflexion méthodologique sur les rushes et leur transformation en sources documentaires pour les sciences humaines et sociales. Quelles sont les spécificités des rushes en tant que tels (statut, identification, transcription, auteur, montage etc.) ? Quelle est leur généalogie et comment documenter leur production ? Quelles sont leurs trajectoires jusqu’à leur entrée dans une institution patrimoniale ? Comment faire des rushes des sources pour les sciences humaines et sociales ? Quel traitement leur appliquer ? Quelles compétences faut-il acquérir et quelles méthodes faut-il forger pour les analyser ? Quelle critique documentaire mettre en œuvre ? L’utilisation des rushes fait-elle advenir de nouveaux objets d’étude ? Les rushes peuvent-ils alimenter ou transformer l’histoire orale ? Peuvent-ils concourir à une histoire visuelle ou à une écriture filmique historienne ? Ces questions traversent l’ensemble du numéro, qui aura dès lors rempli une partie de ses objectifs s’il nous a permis collectivement de les poser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Descamps, « Éditorial »Bulletin de l'AFAS, 47 | 2021, 4-7.

Référence électronique

Florence Descamps, « Éditorial »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 47 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2021, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/afas/6299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.6299

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Maître de conférence HDR, École pratique des hautes études, PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search