Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Dossier « Du film aux archives au...En quête de rushes

Dossier « Du film aux archives audiovisuelles… et réciproquement : itinéraires de rushes »

En quête de rushes

Les archives documentaires « in extenso » dans les institutions patrimoniales parisiennes
Rosa Olmos
p. 10-30

Résumés

La collecte de rushes documentaires est une des missions du département d’Archives écrites et audiovisuelles de La Contemporaine, Bibliothèque, Musée et Archives des Mondes contemporains. Cette collecte suppose des liens avec des auteurs et producteurs, un traitement adapté, et une vision d’ensemble avec d’autres fonds d’archives écrites et matériaux muséaux de l’institution. À partir de cette expérience, un regard sur la pratique de collecte de rushes dans quatre institutions patrimoniales, toutes en région parisienne, nous fait connaître comment les archivistes audiovisuelles font preuve d’ouverture et d’évolution pour sauver et enrichir des fonds patrimoniaux, progresser dans le domaine du traitement et développer de nouvelles formes de valorisation.

Haut de page

Texte intégral

La collecte de rushes à La Contemporaine

Introduction

1La collecte de rushes débute en 1995 lors de la création du service audiovisuel de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), devenue La Contemporaine depuis mars 2018. L’arrivée de cette nouvelle source coïncide avec l’essor des films documentaires dans lesquels les réalisateurs ont recours à l’histoire orale pour les thèmes intéressant l’établissement. Après 25 ans de collecte, ce fonds d’archives audiovisuelles se développe en complémentarité avec l’offre documentaire apportée par les archives écrites ou photographiques et il est valorisé dans les activités pédagogiques, culturelles et muséales. Progressivement, ce fonds s’incorpore aux corpus des chercheurs.

La collecte, l’archiviste et les rushes

2La collecte de rushes suppose une veille documentaire permanente où l’archiviste est attentif à tout signe de réalisation d’un film susceptible de contenir ou de produire des archives. C’est un travail fait sur une échelle de temps étendue, comprenant non seulement le passé filmé, mais aussi un présent en cours de tournage ainsi qu’un tournage d’entretiens à venir. Si, pour la collecte, on tient compte de la production et de la postproduction, notamment lors du montage, après la collecte, on plonge dans le traitement, la conservation et la valorisation.

3Dans le sillage de l’immense richesse d’images et de documents filmés que les documentaristes conçoivent et collectent lors de la réalisation d’un film, et qu’en fin de compte ils n’utilisent pas, l’archiviste audiovisuel vient s’emparer de documents uniques, inédits, qui sont de nouvelles sources utilisables autant pour la recherche que pour d’autres créations.

Image du film « La BDIC présente La Contemporaine », mars 2018.

Image du film « La BDIC présente La Contemporaine », mars 2018.

4Le propos de cet article est de montrer comment on arrive à constituer un fonds d’archives documentaires, composé de rushes de films dans une institution patrimoniale. L’archiviste audiovisuel effectue différentes démarches pour enrichir un fonds de rushes, et l’on peut aussi identifier des formes de collectes liées au fonctionnement interne de l’institution ou à son évolution, ainsi qu’à des exigences juridiques toujours en mouvement. Existe-t-il vraiment une politique de collecte de rushes, selon quels critères, avec quels objectifs et quelles difficultés… ?

5Si la collecte se concrétise au moment de l’acquisition, les coulisses de cette collecte sont très riches en rebondissements et l’histoire de la collecte peut représenter un long parcours, de plusieurs années, qui mettent à l’épreuve une qualité propre à l’archiviste : la patience. Et pendant toutes ces années, nous devons nous adapter aux nouvelles techniques, méthodes et pratiques d’archivage, avec des traitements plus pointus, un encadrement juridique plus exigeant, et constater qu’avec le temps l’image ou l’entretien devient une archive avec une valeur ajoutée.

6C’est un constat établi à partir d’une quinzaine d’années d’expérience (jusqu’à septembre 2019) en tant que responsable des archives audiovisuelles à La Contemporaine, Bibliothèque, Musée et Archives des Mondes contemporains1, appellation depuis mars 2018 de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) à l’Université de Nanterre.

7D’abord, que sont les rushes ? Je garde certainement une conception liée à mon activité de monteuse et de documentariste avant d’être archiviste. Contrairement à la définition avancée :

« Lors du montage des séquences de l’œuvre filmique, de longues parties de la pellicule, non retenues pour le documentaire et contenant de nombreuses informations, sont souvent versées à titre d’archives brutes ("rushes ") dans les collections des grandes Bibliothèques et des Centres d’archives2. »

8Je dois bien préciser que les rushes ne sont pas restreints à des images non retenues dans le film, et que les archives filmiques déposées à La Contemporaine depuis les années 1990 sont bien des rushes. Car, pour le créateur de l’archive filmique (détenteur des droits d’auteur) et pour son producteur (détenteur des droits de production), les rushes représentent la totalité des images filmées lors des tournages.

9Pour l’archiviste de La Contemporaine, la collecte est dirigée vers la production de documentaires basés sur des entretiens. Donc, les rushes sont l’ensemble des images et des entretiens que le réalisateur et le monteur visionnent, décrivent (dérushage) et transcrivent pour commencer une écriture cinématographique à travers le montage.

10Il n’y a pas de séparation entre les images filmées, utilisées pour le film, et celles qui sont laissées de côté lors du montage, qui restent potentiellement utilisables pour un autre film, pour une autre version du même film, ou pour une consultation de recherche. Elles sont précieuses par leur contenu, pour comprendre le contexte de production, le rapport interviewé-intervieweur ou les coulisses du tournage. Tout dépend de l’objectif et du domaine de la recherche.

11En remontant le temps, quand le montage se faisait sur support pellicule, le film était travaillé avec une copie de travail. Ensuite, on avait accès aux négatifs des tournages (rushes originaux) pour la conformation du film en négatif. Après l’étalonnage et les autres interventions de postproduction, le film était terminé. Les images des rushes originaux restant après le montage sont les chutes. Avec la vidéo, nous pouvions réceptionner des copies de ces rushes ou les originaux selon les accords avec les donateurs. Actuellement, le numérique donne le choix du support avec différentes résolutions selon l’utilisation des images : stockage, conservation ou consultation.

La collecte et l’évolution institutionnelle

12La Contemporaine est un lieu d’observation privilégié pour identifier différents types de collecte d’archives, connaître l’histoire de celles-ci et la conception du créateur, grâce aux liens établis entre l’établissement et les réalisateurs de documentaires. On observe comment l’évolution interne de l’institution marque la collecte des archives. Dès 1995, date de création du service audiovisuel, jusqu’à 2016, la responsable du service audiovisuel avait comme mission l’acquisition de documentaires sur les sujets propres à la BDIC3, cette tâche aidait considérablement à connaître la production nationale comme internationale et permettait de faire connaissance de réalisateurs ou de producteurs à l’occasion des activités de valorisation du fonds audiovisuel comme les projections du « Mois du film documentaire ». Les autres activités scientifiques, festivals ou rencontres professionnelles développées hors les murs, sont à la base des réseaux tissés entre le secteur audiovisuel de la BDIC et des chercheurs pour lancer des initiatives de sauvegarde d’archives. Parallèlement, lors de la production d’entretiens filmés, dans le cadre des différentes campagnes de sources orales, le souci de la complémentarité thématique des collectes est toujours présent. La pratique quotidienne de l’archiviste audiovisuel à travers ses différentes missions, de l’acquisition à la valorisation, est un tout indissociable et très complet qui facilite l’exploration des sources audiovisuelles susceptibles d’être collectées et surtout la constitution d’un réseau professionnel de créateurs audiovisuels qui peuvent devenir des donateurs potentiels.

13À partir de 2016, le service audiovisuel et le service des archives écrites de La Contemporaine – créé en 2000 à la BDIC – fusionnent pour devenir le Département Archives écrites et audiovisuelles. Cette restructuration avait comme objectif une articulation plus accentuée de la collecte entre ces deux types d’archives, avec un partage de la pratique du traitement et du catalogage des archives dans Calames4, catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur.

14L’écrit a, de tout temps, imposé sa valeur comme source pour l’historien, mais les archivistes de l’écrit doivent élargir leur champ de vision vers l’audiovisuel pour travailler en tandem et proposer un ensemble de sources visant davantage la complémentarité. Les dons privés d’archives écrites arrivent très souvent accompagnés des documents audiovisuels et la collecte de rushes est aussi accompagnée, dans la mesure du possible, du dossier de production et postproduction : scénario, contenu des tournages, financement, transcriptions, dérushages et, quand elles existent, archives photographiques. Donc, régulièrement, nous sommes face à des fonds mixtes.

Page d'accès aux archives dans Calames, www.lacontemporaine.fr.

Page d'accès aux archives dans Calames, www.lacontemporaine.fr.

Formes de collectes, diversité thématique, profils de documentaristes

  • 5 Rushes Mémoire d’ex : BDIC_ BETA_0091.

15La première collecte de rushes à la bibliothèque a eu lieu lors de la création du service audiovisuel, c’est-à-dire en 1994/1995. Il s’agissait du tournage du film de Mosco Boucault Mémoire d’ex, réalisé en 1991, comportant 120 heures de tournage d’ex-dirigeants du PCF5. Cette arrivée s’est faite à l’initiative du réalisateur qui a contacté la direction de la BDIC sur le conseil d’un historien proche de l’institution. La motivation principale fut sans doute un souci de conservation des entretiens présentant une valeur historique certaine, le réalisateur étant conscient de la fragilité du support vidéo. Cette initiative a été un déclencheur important pour s’ouvrir vers un nouveau type de collecte, qui nous confrontait à un défi majeur : la conservation et le traitement. C’est-à-dire la nécessité d’un espace physique et d’un personnel spécialisé. Mais il s’agissait surtout de penser à la sauvegarde de ces archives, d’enrichir la BDIC avec des documents inédits et de proposer ainsi aux usagers de nouvelles sources documentaires.

16Pendant ces années, « Mémoires vivantes », la collection d’entretiens filmés avec des acteurs de l’Histoire a fait ses premiers pas ; quelques entretiens ont inspiré des réalisateurs comme Georges Mourier pour son film Croire ? de la série Les choix des hommes (production La Lanterne) comportant huit films sur un acteur de l’Histoire. Une copie de tous les rushes de ces huit entretiens a été déposée par l’auteur et producteur en échange des autorisations d’utilisation des documents écrits et photographiques provenant des fonds de la bibliothèque et son musée. Cette démarche est devenue aussi une pratique courante dans d’autres centres d’archives ou musées : non seulement on permet la réalisation d’un documentaire, mais on récupère également de nouvelles sources et l’on accompagne les réalisateurs dans leur propre recherche.

17Au siècle dernier, avant l’existence des caméras numériques, le recyclage de bandes-vidéo était une pratique très répandue à la télévision et l’on peut imaginer le nombre d’archives vidéo qui ont disparu, non pas à cause de la fragilité du support, mais du fait de pratiques professionnelles visant, pour des raisons budgétaires, à optimiser des cassettes Beta. Néanmoins, certains journalistes d’investigation, historiens dans l’âme, ont eu l’inspiration de garder ces cassettes contenant des rushes de reportages et qui, à l’époque, étaient destinées à être réutilisées pour d’autres tournages. C’est le cas du journaliste Fernando Malverde qui a voulu sauver son travail en déposant ses rushes à la BDIC – avec l’autorisation de FR3 – pour une conservation dans nos murs afin de les rendre consultables pour une utilisation scientifique et pédagogique6. Des thèmes tels que la libération de Paris, la déportation, l’année 68 à l’ORTF, les Brigades internationales en Espagne ou l’exil chilien sont ainsi abordés au travers des témoignages conservés dans toute leur longueur.

18Suite à la projection du film Sisters in Resistance7 de Maia Wechsler lors du Mois du film documentaire 2001, la réalisatrice a déposé la copie de cinquante heures de tournage à la BDIC. Ce film a réuni les témoignages de cinq anciennes résistantes, parmi lesquelles Germaine Tillion et Geneviève Antonioz-de Gaulle. Ces entretiens et images, ainsi que le dérushage du film8, sont un matériel pédagogique de base pour nombre de chercheurs et d’étudiants, notamment ceux de master 1 en histoire (Université Paris-1) dans le séminaire organisé par La Contemporaine : « Outils de la recherche », ou pour les étudiants en licence 3 LCE (Université Paris-Nanterre) dans les séances consacrées à « Femmes et résistance à travers les sources orales ». Ce fonds est complémentaire des archives écrites de l’ADIR (Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance) et de bien d’autres matériaux qui sont conservés à la bibliothèque et au musée sur la Deuxième Guerre mondiale et la déportation.

19Début 2000, l’enseignante-chercheuse Odette Martinez-Maler est chargée de développer les activités pédagogiques à la BDIC et, parallèlement, elle commence la création d’un fonds d’archives orales concernant des thèmes liés à la guerre d’Espagne9 ; dans ce contexte, elle réalise notamment deux entretiens qui seront les rushes de deux documentaires L’Album de Juliette en 2002 et le film L’Île de Chelo, réalisé en 2004. Auparavant, les rushes du film Desmemoria, réalisé avec Isabelle Brémond Salesse, qui comportent des entretiens menés avec cinq militants antifranquistes, avaient été déposés au Service audiovisuel. Ce fonds de rushes contient d’autre part quinze entretiens de Guérilleros, les silences de la mémoire, film consacré à des guérilleros antifranquistes et réalisé en 1998 en collaboration avec Herta Alvarez Escudero.

  • 10 BDIC_DV_0177 à BDIC_DV_0180.

20Ce corpus est une production en partie réalisée avec l’aide de moyens techniques et de personnels de la BDIC, l’objectif étant d’appuyer une initiative externe ou semi-externe de réalisation. C’est aussi le cas du fonds Jorge Massetti avec les rushes du film À parti unique, journal unique10 sur la liberté de la presse à Cuba. Après la production du film, le dépôt des rushes de ce film est une évidence, mais il a fallu savoir attendre le temps nécessaire pour avoir accès aux images. Entre la production, la signature de la convention de don, le traitement et la mise à disposition de l’archive audiovisuelle au public, un temps conséquent s’est écoulé.

21Pendant deux décennies, entre les années 1990 et la fin des années 2000, la collecte des sources orales sur le thème de la guerre d’Espagne s’est notablement renforcée. L’âge des acteurs ou des témoins indiquait qu’il était temps d’agir, et de nombreux travaux en histoire contemporaine ont été effectués par une nouvelle génération de chercheurs, sensibles à la pratique de l’histoire orale. Du côté des réalisateurs, Jorge Amat, fils de républicains espagnols, réalise en 1993 le film L’Espoir pour mémoire. Chronique des anciens combattants des brigades internationales en Espagne11. Ce film réunit quarante-huit témoignages d’anciens brigadistes provenant de différents pays européens et du continent américain12. Ce fonds de rushes était détecté depuis 2005, mais le montant des droits patrimoniaux était exorbitant pour une institution sans but lucratif comme La Contemporaine. Les diverses commémorations sur la guerre d’Espagne augmentaient la valeur commerciale des images et l’on voyait ainsi s’éloigner notre objectif de collecte. C’est seulement en 2018, alors que les cassettes du tournage en BETA SP prenaient le chemin de la cave du producteur, que nous avons pu proposer leur numérisation, leur sauvegarde et leur conservation. Ces archives audiovisuelles sont en cours de traitement.

  • 13 BDIC_NUMAUD00021_01_01 à BDIC_NUMAUD00021_11_07.

22La Contemporaine a été fondée à partir des archives et de la documentation sur la Grande Guerre. En préparant les commémorations du centenaire en 2014, nous avons contacté en 2010 le réalisateur du film Les Derniers poilus, Jean-Charles Deniau, qui avait interviewé dans les années 2003-2004 une dizaine d’anciens combattants français de 14-1813. Avec l’accord du producteur-réalisateur et en concertation avec l’Atelier des archives, plateforme en ligne des archives pour leur commercialisation, nous avons fait une numérisation partagée pour obtenir les droits de consultation, en vue d’une utilisation scientifique et pédagogique.

23De nombreux producteurs et réalisateurs acceptent cette proposition qui converge en faveur d’un objectif commun : la sauvegarde et la conservation de rushes sur support numérique. La consultation de ces archives sera faite dans l’enceinte de la bibliothèque, les personnes intéressées à utiliser les images pour des documentaires doivent contacter directement le producteur pour le règlement des droits. La Contemporaine aura la mission de conserver et de traiter ces documents et pourra utiliser les rushes dans ses activités scientifiques, muséales et pédagogiques.

  • 14 Fonds en cours de numérisation et traitement dans Calames. Consulter le catalogue général.
  • 15 BDIC_BETA_0093.

24Les liens de confiance avec nos donateurs ont été une carte fondamentale pour l’enrichissement de nos archives audiovisuelles. Depuis 1995, l’arrivée progressive des tournages des films de Mehdi Lallaoui14 a permis de constituer une base fondatrice des rushes documentaires. En tant que réalisateur-producteur de nombreux documentaires, il a déposé à la BDIC les images et entretiens de onze de ses films, réalisés entre 1992 et 2000, soit environ quatre cents heures d’image. Quelques titres, comme Du bidonville aux HLM, Voyages en ville nouvelle, et les trois volets du documentaire Un siècle d’immigration en France s’avèrent d’un apport incontestable à la richesse du fonds sur l’immigration. Les images du film Les Massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945, et les entretiens effectués pour Le Silence du fleuve, film réalisé en 1995 avec des témoignages de personnes qui ont vécu le 17 octobre 1961 à Paris, constituent une référence importante sur le thème de la guerre d’Algérie. Les archives de la mémoire de la révolte kanake avec les rushes du film Jean-Marie Tjibaou ou le rêve d’indépendance15 sont d’une richesse incontestable sur la Nouvelle-Calédonie.

25Le travail de Mehdi Lallaoui a été un repère important pour pouvoir compléter nos fonds audiovisuels et photographiques sur l’immigration algérienne dans les Hauts-de-Seine. C’est aussi le cas des enregistrements sonores et des photographies de Monique Hervo, des rushes du film Nanterre, mémoire en miroir16 de Cheick Djemai, ou de la collecte de sources orales sur l’immigration algérienne du Oued Souf à Nanterre17.

26Un bon exemple de collecte complémentaire d’archives écrites et audiovisuelles est celui des rushes des entretiens du film Maurice Audin, la disparition, réalisé en 2010 par François Demercliac. Grâce à l’intervention des historiens proches de La Contemporaine, les archives écrites de Josette Audin ont été déposées après la reconnaissance de la responsabilité de l’État français dans la disparition de ce jeune mathématicien pendant la guerre d’Algérie. Par la suite, les rushes du webdocumentaire sur le même sujet ont été acquis en 2019.

27La même année, après l’arrivée des archives écrites de l’Association Memoria Viva sur l’immigration portugaise, nous avons contacté le réalisateur José Vieira, membre de cette association pour sauvegarder et conserver les entretiens « in extenso » réalisés pour les films Drôle de mai, chronique des années de boue (2008) et La Photo déchirée : chronique d’une immigration clandestine (2001).

28D’autres réalisateurs ont contribué à notre collecte ; c’est le cas de Jean-Michel Rodrigo, dont la formation d’historien est sans aucun doute un atout pour le travail que nous développons18. Avec la réalisatrice Marina Paugam, ils abordent le thème de l’exil chilien à travers le vécu du metteur en scène Oscar Castro fondateur du Théâtre Aleph à Santiago du Chili, puis à Ivry-sur-Seine. Les rushes du film Exil(s)-sur-Scène19 viennent aussi compléter la campagne de sources orales que nous avons réalisée entre 2014 et 2018 avec l’Association d’ex-prisonniers politiques chiliens en France. Parallèlement, nous avons collecté les rushes du film La Ciudad de los fotógrafos (La Ville des photographes) qui traite de l’engagement des membres de l’Association des photographes indépendants au Chili pendant la dictature, film réalisé par Sebastian Moreno en 200620. Dans les deux cas, nous avons ciblé seulement la collecte des entretiens. Ce matériel a fait partie des séances du séminaire « Sources et archives audiovisuelles de la solidarité internationale : le cas chilien », organisé avec l’historienne Caroline Moine en 2015-201721.

Oscar Castro (194x-2021) dans Exil(s)-sur-Scène.

Oscar Castro (194x-2021) dans Exil(s)-sur-Scène.

29Une autre variante de collecte de rushes s’effectue à travers une aide à leur numérisation, en permettant aux réalisateurs-producteurs de récupérer des images numérisées pour poursuivre d’autres projets de film. C’est le cas de la productrice-réalisatrice Esther Hoffenberg et de deux de ses films, Au pays du nucléaire et Les Deux vies d’Eva, ou celui du reporteur Philippe Lobjois avec ses films et reportages sur la guerre des Balkans, tournés entre 1992 et 1994 : Mourir à Dubrovnik, Vukovar 91/92, L’Avant-guerre de Bosnie, Le Siège de Mostar et La 108e brigade.

  • 22 Rushes Les Balles du 14 juillet 1953 (BDIC_DV_0290_(1-58).

30La proposition, faite à des réalisateurs indépendants, de numériser leurs rushes, a permis sans aucun doute de sauver des témoignages et des archives uniques d’une histoire écartée par l’histoire officielle. C’est le cas pour le réalisateur Daniel Kupferstein qui a cédé les droits patrimoniaux de son film Les Balles du 14 juillet 195322 sorti en 2014. Il s’agit d’une mémoire fragile et du récit de témoins qui ont déjà disparu.

La visibilité des sources

31Ce fonds de rushes collectés et conservés depuis 1994 à La Contemporaine est constitué en bonne partie d’originaux sur support vidéo. Le transfert de support vers une sauvegarde numérique a commencé depuis plusieurs années. Par rapport à un budget annuel de « numérisation » à partager avec d’autres départements de l’institution, les trains de numérisation de l’audiovisuel sont gourmands en mémoire numérique et aussi en budget. Le coût du stockage, de la conservation numérique et de la pérennisation exige une rationalisation et une sélection des documents. Les critères de sauvegarde numérique doivent donc tenir compte de la mise à jour des contrats avec les producteurs concernant la cession des droits patrimoniaux, de la fragilité de support des archives, ainsi que des thèmes programmés pour les activités scientifiques, pédagogiques et de valorisation de l’établissement.

32La visibilité de l’archive dépend du traitement et de la mise à disposition d’une notice descriptive capable de donner les informations essentielles au public pour le motiver à venir consulter l’archive sur place23. Depuis 2007, La Contemporaine publie les notices de ses archives dans le Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur (Calames24), un outil qui a évolué à travers le temps en s’adaptant au travail des archivistes et aux différents supports. Conçu au début pour un traitement des sources écrites, Calames est utilisé pour le traitement des archives audiovisuelles depuis 2010 et actuellement pour les documents iconographiques, œuvres d’art et objets de collection du musée de La Contemporaine. Certes, il faut savoir trouver la juste mesure de la description des rushes, car le temps de traitement peut retarder le temps de publication de la notice sur Calames et, par conséquent, différer la visibilité de l’archive. Le choix d’un traitement partiel ou plus approfondi de la source dépend aussi des aspects juridiques, des besoins d’accessibilité à court ou long terme et, bien entendu, la disponibilité du personnel catalogueur est un enjeu permanent. D’où l’importance de collecter le dérushage, les transcriptions et les dossiers de production des films qui viendront compléter les descriptions en ligne. Ces descriptions peuvent contenir un chapitrage chronothématique pour faciliter la recherche à l’intérieur de l’archive. C’est pour l’instant le compromis adopté devant l’impossibilité de mettre en ligne et de rendre visibles les images à l’extérieur de l’institution.

33La consultation des rushes n’est pas encore une démarche naturelle chez les chercheurs qui s’embarquent timidement sur le visionnage d’un tournage in extenso. On travaille sur le temps réel pour le traitement, puis pour la consultation et il faut trouver du temps à consacrer à la transmission pour motiver les jeunes chercheurs. Quelle est la place de l’audiovisuel par rapport à l’écrit dans la formation des chercheurs ? La connaissance approfondie des productions documentaires ou de parcours de documentaristes est-elle bien canalisée ? Les activités de valorisation pédagogique facilitent certainement la découverte, la connaissance et l’analyse de ces sources qui tardent encore à être prises en compte dans le monde de la recherche. L’archiviste fait face à une collecte qui doit briller par son contenu, sa qualité et sa rareté. Il lui faut avoir une vision de son potentiel d’utilisation, car un documentaire en histoire peut également intéresser un linguiste ou un sociologue par exemple. Nous sommes plusieurs institutions à accompagner les jeunes chercheurs dans cette démarche et à nous questionner aussi sur le bon choix de constitution de nos fonds. C’est le dialogue constant avec les chercheurs qui réactive la collecte et la consultation ; c’est ainsi que les nouvelles propositions de sources à étudier arrivent et que leur intérêt se fait connaître dans le monde de la recherche.

Conclusion

34La Contemporaine conserve ainsi depuis 1995 un fonds d’archives audiovisuelles et sa politique de collecte de rushes qui a commencé par une décision ponctuelle visionnaire de la part de la direction de la BDIC, est maintenant adoptée officiellement et fait partie des missions des responsables du service audiovisuel. En 2016, une restructuration interne affirme la volonté de poursuivre ce type de collecte avec l’attribution d’une ligne budgétaire d’acquisition des droits patrimoniaux et de numérisation des archives audiovisuelles, dont les rushes. La création du département d’archives écrites et audiovisuelles affirme la volonté d’un travail de collecte concerté et dialogué par les responsables du département, sans perdre de vue la perspective de la complémentarité des fonds de l’établissement et les programmes d’activités scientifiques et muséales. La complémentarité des sources a toujours été prise en compte dans la collecte documentaire de l’établissement, il en va de même pour la complémentarité thématique avec les autres institutions patrimoniales. Ce dernier aspect est devenu un point crucial de réflexion au moment des acquisitions, afin de rationaliser les dépenses budgétaires à un niveau plus large.

35Les rushes sont une source exclusive dans l’offre documentaire des établissements qui les collectent et ils constituent en partie le caractère spécifique de leurs fonds. C’est une source à mieux faire découvrir, même si elle est valorisée lors des activités pédagogiques et consultée notamment pour de nouveaux projets de documentaires ; il faut maintenant la faire davantage connaître en tant que source pour des travaux scientifiques et l’intégrer plus souvent dans des projets de recherche. Calames participe incontestablement à la visibilité de cette source et à la prise de conscience de son existence. En effet, en tant qu’outil de catalogage, le catalogue a su évoluer pour intégrer le traitement des archives audiovisuelles et s’adapter aux différents supports documentaires, photographiques, iconographiques et d’objets que La Contemporaine met à disposition des recherches de son public. C’est un aspect primordial d’une évolution obtenue grâce au travail constant des catalogueurs qui contribuent à l’adaptation de l’outil dans l’objectif d’affiner les notices publiées. À partir de cette première approche de la source en ligne et en enclenchant une nouvelle dynamique de valorisation scientifique, les rushes vont prendre une place méritée. Les rushes sont un matériel de création pour ceux qui les réalisent, une potentielle richesse d’utilisation pour ceux qui les collectent et une source qui doit être davantage prise en compte par la recherche scientifique.

Les rushes dans les institutions patrimoniales en région parisienne

Introduction

36Les rushes documentaires représentent la totalité des productions audiovisuelles réalisées par les documentaristes. Ce travail, produit dans un contexte réflexif, pour approfondir, argumenter, analyser, illustrer et construire le récit du film, présente un intérêt incontestable pour les institutions patrimoniales. Composés d’images animées et d’entretiens filmés, les rushes occupent une place de plus en plus visible dans les catalogues en ligne de ces institutions. Pour certaines, la collecte de rushes sonores vient s’ajouter aux missions d’enrichissement des fonds d’archives audiovisuelles et inclut, selon la qualité des contenus, des enregistrements sonores effectués dans le cadre du tournage soit de films soit de documentaires sonores ou de podcast.

  • 25 L’association Ciné-Archives a pour mission la conservation et la valorisation des fonds audiovisue (...)

37Ne pouvant prétendre à l’exhaustivité, j’ai bénéficié d’un entourage professionnel qui m’a permis d’interroger certains responsables des archives audiovisuelles sur leurs pratiques de collecte des rushes, à l’Ina, à la Bibliothèque nationale, aux Archives nationales et à l’association Ciné-Archives25. Ces échanges permettent de percevoir l’arrivée silencieuse des rushes dans les fonds institutionnels, même si leur visibilité en tant qu’archives est relativement récente, et donnent un aperçu des types de collecte effectués, de la démarche adoptée, du choix, ou non, d’un traitement pour rendre visibles ces archives. En effet, le traitement de ces archives audiovisuelles, la conservation, la visibilité, la valorisation ou l’exploitation des rushes diffèrent selon le statut des institutions, leurs moyens budgétaires, leurs missions et leurs objectifs.

  • 26 Les Archives françaises du film du CNC conservent les films sur support pellicule, mais ne collect (...)

38Dans l’enquête, les questions posées portaient sur l’historique des collectes, la constitution des fonds, la visibilité de ces archives et le public des usagers. Les réponses montrent que nous sommes face à l’émergence d’une nouvelle source, collectée spécifiquement depuis une vingtaine d’années26, qui a cependant toujours existé, mais qui n’était pas répertoriée, héritage invisible enfoui dans les anciens fonds. Ces rushes ont pu faire leur entrée à la suite d’une initiative extérieure, par exemple de la part des réalisateurs-producteurs, puis une dynamique s’est installée, et une prise de conscience de la potentielle valeur historique de certains rushes a émergé, selon la forme et les objectifs poursuivis, selon leurs thématiques et selon le moment où les films ont été tournés. L’avènement de l’ère numérique a facilité la tâche des institutions, qui ont commencé à faire de la sauvegarde et de la restauration sur de nouveaux supports. Aujourd’hui, la sauvegarde passe essentiellement par la numérisation ; puis les images suivent les étapes du processus de traitement, de catalogage, de conservation et aussi de pérennisation, ce qui implique des budgets assez conséquents.

39Si toutes les institutions ont une vocation de sauvegarde, on peut faire une distinction entre celles qui pratiquent une activité commerciale comme l’Ina ou Ciné-Archives et celles qui ont une démarche essentiellement patrimoniale. Mais la complémentarité des fonds et des supports (archives écrites, documents sonores, photographies, etc.), ainsi que la recherche de cohérence dans les thématiques restent une démarche commune à toutes les institutions.

40Il n’est pas toujours facile de déterminer les dates d’entrée des premiers rushes dans les institutions patrimoniales.

Les rushes à la BnF

  • 27 Cote : 2019/029/023-2, Rina Sherman.

41Le service audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France a pour mission principale la conservation des films en tant que produits finis. Avant 2005, la BnF n’avait pas de démarche de collecte de rushes ; ces derniers existaient dans certains fonds, mais ne bénéficiaient pas de description spécifique et n’avaient donc pas de visibilité. La politique de collecte des rushes a commencé il y a une vingtaine d’années au sein du Département de l’audiovisuel, à l’initiative du service des collections vidéo (cf. par exemple le rôle de Sylvie Dreyfus, spécialiste du film documentaire), dans la continuité des collectes du service des collections sonores. Chaque collecte est ciblée, préparée, classée, documentée – si possible par le donateur avant l’arrivée à la BnF – avec un traitement au cas par cas. Le fonds de l’ethnographe-cinéaste-photographe Rina Sherman27 est un bon exemple de cette première filière d’entrée : il résulte d’une collecte des documents sonores liés au travail de cette ethnographe, à laquelle est venue s’ajouter la collecte vidéo de tournages effectués sur le terrain en vue d’un film documentaire. Parfois, ce sont des circonstances concrètes qui déterminent l’entrée d’un corpus. Ainsi le linguiste Gabriel Bergounioux, membre du Laboratoire ligérien de linguistique (UMR-CNRS), qui travaille habituellement avec le service des documents sonores de la BnF, a sollicité le service audiovisuel pour que soient acquis les rushes du film de Mariana Otero Entre nos mains, (Archipel 33, 2010) en vue d’une analyse linguistique. Dans ce projet de recherche, la BnF intervient auprès des producteurs, assure la numérisation des tournages et conserve les rushes. L’axe ethnographique, ethnologique, ethnomusicologique et ethnolinguistique demeure une constante des collectes audiovisuelles de la BnF.

42La deuxième filière d’entrée s’intéresse aux maisons de production de documentaires vidéo. Il existe en effet un dispositif de sauvegarde des films des sociétés de production en liquidation judiciaire. La BnF a ainsi pu récupérer dans les locaux de production de La Lanterne environ 200 films, dont une partie de rushes. Commence ensuite la recherche des réalisateurs pour obtenir les autorisations de conservation et de traitement de ces images. Ce corpus servira de base aux travaux des étudiants de Master 1 en cinéma à l’université Paris I, qui sont chargés d’en élaborer l’inventaire, comme ils l’ont fait pour le fonds de la société Zeugma Productions, au cours de l’année universitaire 2019-2020.

  • 28 Cote : DONAUD 1401. Fonds Jacques Kebadian.

43Une troisième filière est celle du don par les réalisateurs de leurs rushes documentaires, selon diverses voies. C’est le cas du réalisateur Jacques Kebadian28, qui après la réalisation de son film Pierre Guyotat en travail (2011) dépose à la BnF les images et les sons de quatre années de tournage. Il propose ensuite les rushes de son film D’une brousse à l’autre (production La Lanterne, 1997), tourné pendant six mois avec une caméra légère, et consacré au mouvement des « sans-papiers » de l’église Saint-Bernard en 1996. La BnF, qui s’intéresse à l’utilisation des témoignages historiques et sociologiques dans le film documentaire, commande parallèlement au réalisateur un film de quatre heures, avec une sauvegarde numérique et le don d’une copie à l’auteur.

44Le quatrième et le cinquième axe de collecte concernent les grands entretiens de personnalités ainsi que la captation des spectacles en lien avec le département des Arts du spectacle de la BnF.

  • 29 Cote : DONAUD1620. Fonds d'archives Gérald et Paule Belkin, 2016.

45Enfin, un dernier axe développé depuis plusieurs années est celui concernant les pionniers de la vidéo. Il est lié au programme de recherche « Vidéo des premiers temps », séminaire du Labex ARTS-H2H de l’Université de Paris 8, coorganisé avec le Département de l’audiovisuel de la BnF, l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (IRCAV) de l’Université de Paris 3 et avec l’Histoire culturelle et sociale de l’art (HICSA) de l’Université de Paris 1. Les présentations et les échanges de ce séminaire ont abouti à plusieurs collectes, comme celles des rushes des chercheurs vidéastes Gerald et Paule Belkin29, qui ont filmé les expériences agro-écologiques des communautés paysannes en Tanzanie et en Haïti. Des coffrets de vidéocassettes édités sous le label « ICAD » permettent de restituer ces expériences de terrain.

  • 30 Cote : DONAUD0903. 1950-1994 : Archives sonores de Jean Rouch - Autres enregistrements.
  • 31 BERTHET Frédérique. Maître de conférences HDR en études cinématographiques, auteur de La voix manq (...)

46À ces rushes audiovisuels s’ajoutent parfois les rushes sonores du cinéma documentaire. Le fonds du cinéaste et ethnologue Jean Rouch30 a été déposé au service audiovisuel en 2008 ; il est composé d’archives écrites et d’archives audiovisuelles qui ont été numérisées et documentées. Le fonds comprend 2 024 bandes magnétiques (8,2, 13, 18 cm), 31 cassettes audio analogiques (60 min, 90 min), 2 cahiers, des feuilles manuscrites avec notes, numéros de prises, feuilles de tirage son. Il comporte aussi, entre autres, les rushes sonores du film Moi, un noir (1958) et les rushes sonores du film Chronique d’un été (1961), matériel de base de l’ouvrage de Frédérique Berthet La voix manquante31.

  • 32 Cote : DONAUD1818.

47L’arrivée à la BnF du fonds Raymond Depardon et Claudine Nougaret32 a eu lieu en 2018. Les conditions d’entrée de ce fonds montrent qu’il faut savoir attendre le bon moment et qu’un concours de circonstances est nécessaire pour qu’elle se réalise concrètement. L’impulsion initiale est partie d’un projet du Laboratoire ligérien de linguistique (UMR-CNRS), consacré à l’analyse de la parole des témoins du film Les Habitants, réalisé en 2015. Ce projet de recherche linguistique a été le point de départ d’un plus vaste projet de sauvegarde des archives des deux cinéastes, qui cherchaient un lieu définitif de conservation pour l’ensemble des matériaux liés à l’œuvre de Raymond Depardon : films, expositions, ouvrages, rushes (supports originaux et transfert), montages, rapports son et image, photographies, notes préparatoires, documentation de travail, etc. Dans ce cas, la BnF numérise les films pour faciliter la consultation sur place et envoie les pellicules originales aux Archives françaises du film-CNC, comme cela a été fait pour le fonds Jean Rouch. Le fonds Raymond Depardon-Claudine Nougaret, Archives sonores et filmiques 1969-… est en cours de traitement et de numérisation. La description des rushes est faite en format EAD dans le catalogue Archives et Manuscrits de la BnF.

La collecte des rushes aux Archives nationales

  • 33 Pour plus d'information sur la question des archives audiovisuelles aux Archives nationales, voir (...)

48Les Archives nationales (AN) encouragent le versement des rushes33, notamment au moment des collectes d’archives par les Missions archivistiques placées auprès des ministères. Aux AN, tous les matériaux sont conservés : les rushes, les différentes copies sur différents supports, les versions montées, les masters… L’archiviste est parfois confronté à plusieurs définitions de rushes, selon les différents contextes de production ; ainsi les tournages, in extenso, se trouvent très souvent dans des fonds d’archives filmiques très hétérogènes, qui dans le passé étaient traités comme une entité globale, avec des instruments de description peu adaptés à l’audiovisuel, ce qui a nui à la visibilité de ces archives dans les catalogues. Les nouveaux instruments de recherche et les catalogues d’archives utilisés actuellement permettent de surmonter cette difficulté du passé et d’affiner la description des fonds filmique et ses différents types de composants. Au moment du catalogage, pour accélérer le processus de traitement et rendre accessibles les archives dans le meilleur délai, l’archiviste fait en priorité une description du contenu principal du fonds.

49Pour illustrer la variété des fonds audiovisuels des Archives nationales , on peut citer le fonds filmique de l’ancien Musée national des arts et traditions populaires, qui possède des tournages réalisés dans le cadre de travaux de recherche, non conçus à l’origine pour en faire un film, ou bien les fonds des cinémathèques ministérielles qui contiennent surtout des films « montés ». Dans les archives audiovisuelles du fonds Pierre Mendes France34, on trouve une profusion de sources sonores, filmiques, ainsi que des rushes de films. Ce fonds reflète le souci personnel de cet acteur de la scène politique de la IVe et de la Ve République d’orchestrer sa mémoire ; en effet, soucieux de conserver la maîtrise des matériaux sonores et audiovisuels qui lui ont été consacrés, il les a récupérés pour composer un fonds privé fort intéressant. On trouve ainsi dans ce fonds des éléments de montage du film Pierre Mendès France, l’homme en question35. Selon Sandrine Gill, cheffe du projet Archivage audiovisuel au Département de l’archivage électronique et des archives audiovisuelles, les questions autour des rushes sont particulièrement pertinentes :

  • 36 Texte sur les rushes aux AN, le 6 janvier 2021.

« doit-on collecter les rushes sachant qu’aucune institution ne les collecte de façon systématique ? Avoir les rushes des films produits dans un fonds privé n’a pas le même sens que dans un fonds public. La présence plus fréquente de rushes dans un fonds privé traduit la maîtrise de la production de son image par un acteur (ici Pierre Mendès France) ou de sa propre production par un auteur (Fonds Amos Gitaï de la BnF). Les productions audiovisuelles publiques sont rarement maîtrisées par les producteurs, d’où leur présence inégale qui relève plus du hasard que d’une réelle volonté de conservation avant versement aux AN »36.

Exemples de rushes aux AN

• Fonds Théâtre national de Chaillot (20160438). Captations de spectacles réalisées par le théâtre (1966-2014). Des prises de vues sous différents angles, accompagnées de la version montée.
• Captation de la pièce Schliemann de Bruno Bayen (20160438/18). Captation du spectacle mis en scène par l’auteur en salle Gémier du 26 mai 1982 au 30 juin 1982. Production : Théâtre National de Chaillot. Fonds composé par 12 U-Matic ; 1 VHS ; 1 DVCAM ; 2 DVD ; 2 fichiers numériques MP4 pour une volumétrie d’environ 839 135 232 octets. Captations en noir et blanc.
Rushes numériques de La Estupidez (la connerie) de Rafael Spregelburd, février 2008-avril 2008 (20160438/237). Captation préparatoire pour le spectacle (des films projetés en fond de scène) et de sa représentation publique mise en scène du 13 mars au 5 avril 2008 par Marcia Di Fonzo Boet Élise Vigier en salle Gémier. Fonds composé par 7 DVCAM, 9 MiniDV, 2 DVD.
• Fonds Mission du Bicentenaire de la Révolution française, présidée par Jean-Noël Jeanneney en 1989. (19890615/1-19890615/6, 19900026/1-19900026/10, 19900094/1-19900094/234, 19900323/1-19900323/3, 19900519/1-19900519/199).
Rushes du documentaire de Serge Moati Journal d’un Bicentenaire réalisé à la demande de la Mission en 1989 comprenant les enregistrements de tous les événements en France et à l’étranger, et tous les entretiens menés par le réalisateur. (19900519/47-19900519/156).
• Fonds CNAM (1974-1984) (Arch. nat.19990035/1-19990035/2733)a. Films versés par la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) au Centre des archives contemporaines en novembre 1998. Ces 2 733 films sont des films préparatoires à l’établissement des copies de diffusion que Neyrac Films a récupérés auprès des diverses sociétés de production, maintenant disparues, ayant réalisé des courts-métrages d’éducation sanitaire pour la CNAMTS en vue de leur diffusion à la télévision ou dans le réseau des caisses de sécurité socialeb. Pour chaque émission, les AN conservent les films préparatoires (négatifs, internégatifs, son optique, mixage) jusqu’à la copie diffusion.

a. https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/​siv/​IR/​FRAN_IR_018897
b. Émission Je voudrais savoir, Objectif santé, Prévention Cadet, Prévention Outre-mer, Objectif prévention, Super doc, la Belle santé, Prévention 20, Hygea 7, Jouer le jeu de la santé, La vie en toi)

50À l’origine, la collecte de rushes n’était donc pas un objectif pour les institutions patrimoniales ; c’est au fil du temps que les acquéreurs ont progressivement perçu ces documents comme une source susceptible d’intéresser les documentaristes et les « recherchistes » documentaires en quête de contenus pour leurs propres films, ainsi que les chercheurs en sciences humaines et sociales, et bien d’autres spécialités.

Ciné-Archives et la collecte de rushes

51Le cas de Ciné-Archives, structure associative créée en 1998, est un cas particulier intéressant. L’association gère le fonds audiovisuel du Parti communiste français et du mouvement ouvrier et démocratique, constitué à partir des années 1970 par la société Zoobabel. Dans les collections d’images qu’elle a héritées, on trouve des rushes, notamment issus du cinéma amateur, mais ils ne constituent pas un produit particulièrement recherché ni mis en valeur dans leur catalogue. Cette association, composée d’une petite équipe, subsiste grâce à la commercialisation des images, ce qui lui permet de financer le travail et le coût des activités de collecte, de traitement, de sauvegarde numérique et de conservation. Elle a une grille tarifaire selon les droits de commercialisation. Les premiers accords concernant des rushes ont eu lieu à l’occasion de ventes d’images des films Camarades d’Yves Jeuland (Compagnie des Phares et balises, 2003), L’Atlantide de Marcel Trillat et Maurice Failevic (Rouge productions/Arturo Mio, 2010), La traque de l’affiche rouge de Jorge Amat et Denis Peschanski (Compagnie des Phares et balises, 2006), Les artistes et le Parti de Yves Riou et Philippe Pouchain (Flach Films, 2013) ou Les FTP MOI dans la résistance de Laurence Karznia et Mourad Laffite (Images contemporaines, 2012). Sans avoir de politique systématique d’acquisition, l’association accepte donc au cas par cas des corpus de rushes. Il existe actuellement un projet de refonte du site internet afin de donner aux rushes la place qu’ils méritent.

Des fonds en héritage, des fonds en voie de constitution : les rushes à l’Ina

52À l’Ina, il existe trois grandes catégories de rushes : 1) les rushes produits par la télévision publique française, antérieurement à la création de l’Ina, selon les dispositions prévues par la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication ; 2) les rushes issus de films produits directement par l’Ina et 3) les rushes collectés par l’Ina auprès de tiers.

53Les deux premières catégories représentent certainement la majorité des rushes présents à l’Ina, et difficilement quantifiables. Dès sa création en 1975, l’Ina reçoit en héritage des rushes du temps de la RTF et de l’ORTF, époque où la conservation de rushes était l’exception plutôt que la règle. Il n’existe pas beaucoup de traces permettant de déterminer les raisons de collecter les rushes de certaines émissions plutôt que d’autres. Les rushes de la télévision ont permis de retrouver des images devenues historiques : les essais de speakerines ou de journalistes, les images des plateaux de télévision, etc. Parfois, il ne reste plus que les rushes d’un programme pour en rappeler l’existence.

54Ce n’est qu’à partir des années 2000 que l’Ina a réellement développé la collecte de fonds d’archives audiovisuelles auprès de tiers, c’est-à-dire la troisième catégorie. La politique de collecte de l’Ina s’est mise en place de façon empirique, au gré des occasions et des sollicitations. Très souvent, des journalistes de télévision ou de radio qui quittent leur entreprise contactent l’Ina au titre de sa mission d’accueil et de conservation de fonds.

55Comme dans toutes les institutions patrimoniales, il y a un processus de sélection pour ce type d’archive, selon les étapes du travail à envisager et selon les coûts de traitement afférents (magasinage, catalogage, numérisation, indexation), par comparaison avec un produit fini (documentaire, reportage). À l’Ina comme dans les autres institutions publiques, la collecte des rushes a pour objectif d’enrichir et de compléter les fonds existants et privilégie le caractère inédit des documents filmiques, aspect particulièrement recherché par les clients et les usagers de l’Ina. Parmi les rushes collectés, on peut distinguer trois types de documents : 1) les entretiens (interviews) ou séries d’entretiens au long cours sur une thématique donnée. Il peut s’agir de rushes strico sensu, c’est-à-dire d’interviews réalisées en vue de la réalisation d’un documentaire, ou d’entretiens réalisés pour eux-mêmes dans un but de témoignage ; 2) les « belles images » (vues aériennes de paysages, etc.) au fort potentiel de réutilisation, dans une logique de stock shot (par exemple, les rushes du film Home de Yann Artus-Bertrand) ; 3) les rushes témoignant d’événements à caractère politique, historique, social… Les critères de sélection se partagent, à parité, entre la dimension commerciale et la dimension patrimoniale, avec une catégorie intermédiaire qui indique le « potentiel de réutilisation ». La plateforme Inamediapro37 leur donne de la visibilité et leur offre la possibilité d’une nouvelle utilisation pour d’autres productions.

56Autour d’axes thématiques forts, l’Ina commence à disposer d’un fonds très conséquent d’entretiens « mémoriels » autour de la Seconde Guerre mondiale et plus généralement autour des grands génocides du xxᵉ siècle (Cambodge, Rwanda…). Les fonds de la Société de radiodiffusion et de télévision pour l’Outre-Mer communément appelée RFO, nouvellement déposés, sont venus enrichir par leurs très nombreux rushes les fonds d’images des départements et territoires d’outre-mer des années 1960 et 1970.

La visibilité des rushes

57L’Ina conserve aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers d’éléments de rushes, quantité modeste, au regard des millions de notices des fonds de l’Ina. L’exposition des rushes numérisés et susceptibles d’être vendus à travers la plateforme commerciale Inamediapro ouvre la possibilité d’une nouvelle utilisation pour d’autres productions, tandis que les rushes collectés uniquement à des fins patrimoniales sont consultables sur les postes de consultation de l’Inathèque38 et répertoriés dans son catalogue en ligne.

58Le degré de traitement, depuis le stockage « simple » en magasin jusqu’à un traitement technique et documentaire très poussé pour certains rushes va dépendre des engagements contractuels pris, des moyens que l’on peut y allouer ou des priorités de traitement.

59La base de données de traitement pour les rushes est la même que pour « les programmes finis » ; depuis une dizaine d’années environ, la création de notices pour les rushes obéit à un traitement documentaire ad hoc, par rapport aux notices des programmes finis. Les modalités de traitement varient au cas par cas, mais il y a une notice par élément ou par ensemble d’éléments. La typologie utilisée est « l’élément brut ». Lorsque cela est possible, la notice « rushes » est liée à la notice du document diffusé. Le titre doit renseigner le mieux possible les contenus qui ne sont pas systématiquement derushés. Les métadonnées descriptives au format numérique sont intégrées, ainsi que tout ce qui peut aider à l’identification du contenu des rushes conservés, numérisés et mis en consultation à l’Inathèque.

Quelques exemples de fonds de rushes collectés auprès de tiers par l’Ina

60Le nom du fonds fait habituellement référence à l’identité du détenteur du fonds, personne physique ou morale selon les cas. La date indiquée entre parenthèses est celle de la signature. Tous ces fonds sont en consultation à l’Inathèque (ou sont destinés à l’être, le traitement de certains n’étant pas encore achevé).

Exemples de fonds de rushes internationaux

61Ariana Films (Afghanistan, 2002, mandat commercial) : rushes sur l’Alliance du Nord et le commandant Massoud (1 400 heures)

62Ministère de la Culture du Cambodge (2006, mandat commercial) : rushes portant notamment sur la période des Khmers rouges (environ 40 heures)

63Memoria Abierta (2009, Argentine, patrimonial uniquement) : entretiens autour de la mémoire de la dictature argentine, collectés par l’association à partir de 2001.

64Gacaca Productions (2012, France/Rwanda, mandat commercial) : rushes de quatre films de la réalisatrice Anne Aghion. Ces films portent sur l’expérience de réconciliation et de justice au Rwanda après le génocide, et notamment sur le rôle et le fonctionnement des Gacacas, tribunaux communautaires qui ont été chargés de juger les crimes de génocides (environ 350 heures).

Exemples de fonds de rushes français

65Elzevir-Europacorp (2009, mandat commercial) : rushes du film Home de Yann Artus-Bertrand. Images tournées du ciel en HD de plus de 120 lieux (environ 300 heures).

66Médecins sans frontières/État d’urgence Productions (2012, mandat commercial) : images filmées sur les théâtres d’opération de MSF depuis 1977. Outre environ 300 films montés, le fonds comprend une quantité impressionnante de rushes, toujours en cours de traitement à ce jour (environ 5 000 cassettes).

67Centre d’histoire de la résistance et de la déportation (CHRD, 2017, patrimonial uniquement) : environ 650 témoignages de résistants et déportés collectés entre 1990 et 2006 (plus de 700 heures).

  • 39 Voir article de Bernard Ganne, Filmer et documenter en chercheur et sociologue. Construction et tr (...)

68Bernard Ganne/Jean-Paul Penard (2017, mandat commercial) : ces deux documentaristes (un sociologue, un homme de l’image) ont suivi durant plus de vingt ans les mutations de l’entreprise de papeterie Canson, jusqu’à et y compris l'implantation de sa production en Chine. Ce travail a donné lieu à plusieurs films, dont l’Ina valorise désormais les rushes (environ 270 heures)39.

69Les 7 Portes/Sisygambis (2019, patrimonial uniquement) : rushes autour de la friche « La Belle de Mai » à Marseille dans les années 1990, témoignant notamment du développement de la culture hip-hop (environ 80 heures).

70Philippe Demenet / Hubert Dubois (2019, mandat commercial) : résidant à Joinville-le-Pont, ce tandem réunissant un journaliste et un documentariste a filmé depuis 2009 les transformations de cette ville, objet d’un vaste projet de rénovation urbaine. Toujours en cours, ce travail reste pour l’instant inédit (environ 50 heures à ce jour).

Conclusion

71L’importance du cinéma documentaire en France et l’immense richesse existante, mais invisible, des travaux de documentaristes méritent que producteurs et institution patrimoniales se rapprochent pour sauvegarder les rushes. Collecter ces tournages « in extenso » est un défi pour une institution, car cela représente un investissement de sauvegarde, conservation, traitement et valorisation. De nombreuses heures d’images et de sons peuvent être des sources très appréciables pour la recherche, et il faut pouvoir les réceptionner avec la protection juridique nécessaire pour entamer une phase de traitement. Une collecte se prépare en amont pour recevoir des archives bien documentées, décrites, avec des archives écrites et photographiques à l’appui quand cela est possible. Car le travail du documentariste comporte des étapes en amont de la réalisation, pour la recherche et la préparation, et d’autres en aval, lors de la postproduction. Il intègre des étapes de collecte d’archives, d’entretiens, de repérages de lieux et de documentation, de rencontre des « acteurs de l’histoire », et aussi de description d’images et de transcription de témoignages. La collecte de rushes est un tout.

72De toutes les formes de mises en valeur, les travaux pratiques avec des étudiants à partir de ces sources représentent une méthode de mise en visibilité adoptée par les principales institutions patrimoniales. Avant la valorisation, il faut rendre visible le document et cela passe obligatoirement par le catalogage, la description et l’utilisation d’instruments de recherche adaptables aux nouvelles sources qui arrivent dans les institutions patrimoniales.

Haut de page

Notes

1 http://www.lacontemporaine.fr/

2 https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2010-4-page-42.htm#no3

3 http://www.lacontemporaine.fr/collections/quelles-thematiques.

4 http://www.calames.abes.fr/pub/.

5 Rushes Mémoire d’ex : BDIC_ BETA_0091.

6 www.lacontemporaine.fr, catalogue général, auteur Malverde Fernando. Rushes en cours de catalogage dans Calames. Films : Dernier voyage à Madrid, le temps de brigadistes (BDIC_BETA_0060_ (1-13), Ils étaient de notre quartier (BDIC_BETA_0113), 1944-1994, l’été de la liberté (BDIC_BETA_0001) à (BDIC_BETA_0054), Un pavé dans l’écran (BDIC_BETA_0062) à (BDIC_BETA_74), Blessures chiliennes (BDIC_BETA_0112).

7 http://www.calames.abes.fr/pub/lacontemporaine.aspx - details?id=FileId-1880.

8 http://www.calames.abes.fr/pub/lacontemporaine.aspx#details?id=Calames-201573147111346.

9 http://www.calames.abes.fr/pub/lacontemporaine.aspx#details?id=FileId-1536.

10 BDIC_DV_0177 à BDIC_DV_0180.

11 BDIC_BETA_0135.

12 http://www.lacontemporaine.fr/images/actus/JournalBDIC42.pdf, page 7.

13 BDIC_NUMAUD00021_01_01 à BDIC_NUMAUD00021_11_07.

14 Fonds en cours de numérisation et traitement dans Calames. Consulter le catalogue général.

15 BDIC_BETA_0093.

16 LC_NUMADU002_01 à LC_NUMADU002_20.

17 http://www.calames.abes.fr/pub/lacontemporaine.aspx#details?id=Calames-2013123141127063.

18 Voir sa contribution dans ce même numéro.

19 BDIC_ NUMAUD0024.

20 Rushes La Ciudad de los fotógrafos BDIC_NUMAUD0041_(1-14).

21 http://www.lacontemporaine.fr/images/journal/BDIC_Journal_39.pdf.

22 Rushes Les Balles du 14 juillet 1953 (BDIC_DV_0290_(1-58).

23 La cession des droits patrimoniaux de la part des producteurs n’autorise pas une consultation en ligne vers l’extérieur de l’établissement.

24 http://www.calames.abes.fr/pub/lacontemporaine.aspx.

25 L’association Ciné-Archives a pour mission la conservation et la valorisation des fonds audiovisuels du Parti communiste français ; elle a pris le relais de Claude Thiébaut, qui s'est consacré de façon pionnière à partir de 1975 à la collecte et à la sauvegarde des films produits et conservés par le PCF.

26 Les Archives françaises du film du CNC conservent les films sur support pellicule, mais ne collectent pas de rushes, sauf cas exceptionnels.

27 Cote : 2019/029/023-2, Rina Sherman.

28 Cote : DONAUD 1401. Fonds Jacques Kebadian.

29 Cote : DONAUD1620. Fonds d'archives Gérald et Paule Belkin, 2016.

30 Cote : DONAUD0903. 1950-1994 : Archives sonores de Jean Rouch - Autres enregistrements.

31 BERTHET Frédérique. Maître de conférences HDR en études cinématographiques, auteur de La voix manquante, Paris, édition POL, 2018.

32 Cote : DONAUD1818.

33 Pour plus d'information sur la question des archives audiovisuelles aux Archives nationales, voir : Sandrine Gill, « Du support analogique au fichier numérique : enjeux et problématiques des archives audiovisuelles conservées aux Archives nationales », in Le goût de l’archive à l’ère numérique, En ligne., 2020, https://gout-numerique.net/table-of-contents/larchive-audiovisuelle/du-support-analogique-au-fichier-numerique-enjeux-et-problematiques-des-archives-audiovisuelles-conservees-aux-archives-nationales.

34  https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_053792.

35 Cote 115AJ/738/1-115AJ/738/17 Pierre Mendès France, l’homme en question [émission présentée par Anne Sinclair, réalisateur Roger Kahane, Patrick Bureau], production : France Régions 3 : films 16 mm, films 35 mm, (1977).

36 Texte sur les rushes aux AN, le 6 janvier 2021.

37 https://www.inamediapro.com/.

38 http://inatheque.ina.fr/.

39 Voir article de Bernard Ganne, Filmer et documenter en chercheur et sociologue. Construction et tribulations d’un corpus de recherches filmées : le cas des Papeteries Canson et Montgolfier (1987-2005…2021).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image du film « La BDIC présente La Contemporaine », mars 2018.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6309/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Page d'accès aux archives dans Calames, www.lacontemporaine.fr.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6309/img-2.png
Fichier image/png, 804k
Titre Oscar Castro (194x-2021) dans Exil(s)-sur-Scène.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6309/img-3.png
Fichier image/png, 447k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosa Olmos, « En quête de rushes »Bulletin de l'AFAS, 47 | 2021, 10-30.

Référence électronique

Rosa Olmos, « En quête de rushes »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 47 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2021, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/afas/6309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.6309

Haut de page

Auteur

Rosa Olmos

Responsable des archives audiovisuelles de La Contemporaine de l’année 2005 à l’année 2019. Chargée de la production, la collecte et la valorisation d’archives orales et des matériaux audiovisuels pour la recherche en sciences humaines et sociales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search