Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Dossier « Du film aux archives au...Regards de documentaristes : le t...

Dossier « Du film aux archives audiovisuelles… et réciproquement : itinéraires de rushes »

Regards de documentaristes : le trésor des rushes

Jean-Michel Rodrigo et Marina Paugam
p. 96-105

Résumés

Cet article est le fruit de la réflexion de deux documentaristes face à la fabrication des rushes. De la conception de l’image et de la préparation des entretiens lors du tournage, au choix de l’image et de la sélection des extraits « d’ITV » lors du montage se joue l’existence même des rushes, leur exploitation et leur éventuel devenir au-delà de l’existence du film. À travers trois expériences de réalisation au Pérou, en Bolivie et au Chili, ils racontent leur manière de produire des rushes et leur souci de les conserver bien au-delà du montage final.

Haut de page

Texte intégral

Le trésor des rushes

1Évoquer le traitement des rushes au montage suppose que l’on parle d’abord de la collecte, le tournage. Dès le premier tour de manivelle, c’est le regard, l’ouïe, la vision de l’équipe qui impriment la pellicule, aujourd’hui la carte mémoire. L’homme caméra – en l’occurrence pour nous la femme – choisit son cadre (équilibre entre esthétique/émotion et sens/réflexion), apprivoise la lumière, surfe sur le mouvement des protagonistes. Le réalisateur, lui, suggère l’objet du désir de filmer, le personnage repéré comme essentiel, attire sur l’importance d’un instant T, traque la parole, anticipe. Le preneur de son est en permanence aux aguets, veille au moindre geste de la caméra, devine la pensée du réalisateur, il doit pouvoir attraper au vol le moindre propos spontané. Ça c’est l’idéal… La réalité est forcément plus approximative, mais il est vrai que la richesse des rushes dépend de la capacité qu’a une équipe de réagir « de concert ». Rien, dans la matière première filmique, faussement brute, n’est le produit du hasard… Être là, à un moment précis, cadrer large ou serré, attendre que la lumière ne fasse pas ombrage à un visage, déclencher avant le début d’une action, privilégier le son d’un oiseau proche plutôt que celui de l’autoroute au loin, tout cela est une combinaison de choix.

  • 1 Réalisateur américain (1884-1951). Considéré comme un de père du film documentaire. Quelques films (...)
  • 2 Auteur-Réalisateur américain (1930-). Son œuvre brosse un portrait critique des institutions améri (...)

2Il existe bien sûr mille manières de concevoir le documentaire, entre celle du maître et pionnier Robert Flaherty1, dont les films empruntaient à la fiction-reconstitution, et celle d’un autre grand maître du genre, Frederic Wiseman2 qui laisse le réel envahir le cadre au point qu’une bonne partie du scénario est écrit « in vivo ». Ne pas confondre, pour ne pas lui faire injure, ce cinéma direct qui nous a donné des chefs-d’œuvre, avec la tendance « magazine TV » actuelle qui serait tentée de prendre la caméra pour un aspirateur à images que l’on passerait sur les décors et les personnages, vite fait mal fait, histoire de ne rien rater… Et faire croire que l’on est en pleine immersion, donc dans le vrai… Marina Paugam et moi-même, nous situons dans une sorte d’entre-deux technique que nous avons conçu et mis à l’épreuve au gré de nos tournages et des montages qui ont suivi. Nos rushes n’ont rien d’une matière brute, prise au petit bonheur la chance, ils ne sont jamais non plus une reconstitution de la réalité en fonction de nos envies.

3Arrêtons-nous un instant sur l’ennemi principal du documentariste, du chef opérateur surtout : le temps !!! Pas celui des nuages et du soleil forcément contraignants… mais celui du temps réel de l’action et celui nécessaire au déclenchement de la caméra. Pour être dans le tempo, il faut nécessairement appuyer sur la gâchette avant le début de l’action, quelle qu’elle soit. Ça marche tant mieux, sinon tant pis… pas question de théâtraliser et de « faire refaire ». Il n’y a donc pas, dans nos rushes, dix prises, ni même souvent deux. Nous appliquons cette règle du pris sur le vif à n’importe quel contexte, y compris celui de l’entrevue la plus posée. Nous ne faisons pas répéter de propos, nous ne reprenons pas de bout de phrase mal fagoté. Ça passe, ou ça casse… Rien n’est grave, il suffit de prendre son mal en patience, d’attendre le prochain rendez-vous avec la magie du réel ! Jouer ainsi au chat et à la souris avec la matière filmique est à la fois captivant et épuisant, donc lorsque nous sommes raisonnablement satisfaits de notre collecte d’images, de mots, de sens, nous arrêtons.

4Résultat, nous sommes rarement en situation de surproduction. Nous avons peu d’images… donc peu de déchets ! Pour le montage, c’est plus confortable.

5Dérusher pour le montage ne veut donc pas dire séparer le bon grain de l’ivraie, perdre du temps à remplir les poubelles de prises inutiles, il s’agit au contraire de revoir tout ce qui a été filmé, mémoriser jusqu’au moindre détail, être sûr de ne rien oublier, pas même le plan orphelin dont a priori on ne sait pas quoi faire… Il y a fort à parier qu’il finira par se trouver une raison d’être dans la narration finale. Jusqu’à la dernière seconde du montage, nous revenons aux rushes mais aussi sur les extraits choisis d’entrevues qui ont permis de bâtir la cohérence du récit. Et nous réécoutons systématiquement les entrevues jusqu’au dernier moment, pour le plaisir d’entendre une dernière fois, ce qui sera définitivement sacrifié par la version finale du film… le fameux PAD, le prêt à diffuser.

6Venons-en aux rushes sonores (les entrevues filmées) qui nous intéressent particulièrement pour cette contribution : ils sont à classer en deux catégories, les extraits rapidement mis de côté (parfois hors sujet ou à la marge) et ceux qu’il a fallu petit à petit réduire pour qu’ils puissent prendre place dans le film. Pour la première catégorie, celle des propos qui n’ont pas trouvé leur place, elle est sacrifiée, mais pas maltraitée. Son intérêt demeure, elle pourrait être utilisée dans un autre film, ou pour les bonus d’une édition DVD, voire comme archives. La seconde catégorie, celle des entrevues qui ont trouvé leur place dans le film, après avoir été réduites, la tendance serait d’oublier la matière brute au profit de celle qui résulte du travail de montage. Ce serait, dans bien des cas une erreur. On passe aisément d’un extrait initial de dix minutes, à sa réduction retenue pour le montage d’à peine deux minutes, cela ne signifie pas que les huit autres, mises de côté, ne soient pas dignes d’intérêt…

7L’accélération, par le montage, de la parole – de la pensée exprimée – modifie les sensations.

8Les deux minutes conservées ont pris du coffre et de l’étoffe grâce à leur mise en scène, elles sont plus percutantes, plus concises, mais elles peuvent aussi avoir perdu en douceur, en doute, hésitation… Nous avons donc deux versions d’un même propos. Celle du film et l’autre. Pourquoi devrait-on abandonner l’originale ? Surtout, s’il s’agit de propos tenus par des personnages qui ont joué un rôle essentiel dans l’Histoire…

  • 3 Résistant français à l’occupation française (1914- 2012).
  • 4 L’Union nationale des étudiants de france fondée en 1907.
  • 5 Dramaturge, comédien, metteur en scène d’origine chilienne (1947-).
  • 6 Le Théâtre Aleph est fondé au Chili en 1967 par Oscar Castro. Lors du coup d’État, en 1973 elle se (...)

9Marina et moi avons eu la chance inouïe d’en rencontrer plusieurs et nous avons pris conscience que leur parole méritait – exigeait même – d’être conservée, transmise, partagée. Quelques exemples : Evo Morales, rencontré plus de dix ans avant qu’il ne devienne président de la République de Bolivie, Raymond Aubrac3 peu de temps avant qu’il ne nous quitte, les dirigeants de l’UNEF4, de la résistance jusqu’à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, de très vieilles militantes anarchistes espagnoles, l’exilé Oscar Castro5, fondateur du théâtre Aleph6, emprisonné dans les camps de Pinochet, avant de poursuivre en France une aventure théâtrale hors norme !

  • 7 Homme politique, vice-président de l’UNEF en mai 68 (1943-2017).
  • 8 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, devient La Contemporaine en mars 2018.
  • 9 Responsable des Archives audiovisuelles de la BDIC.
  • 10 Documentaire de Marina Paugam et Jean-Michel Rodrigo. 52’’ France/ Mécanos Productions/2008.

10Dans ces entrevues – que nous avons vécues comme des privilèges – nos interlocuteurs ont toujours joué le jeu. Pas de langue de bois, pas non plus de dissimulation des doutes ou des émotions profondes. Il n’y a donc rien à jeter, ni les silences, ni les cafouillages rares, ni même les répétitions qui jouent subtilement avec les nuances ! Et pourtant, deux heures d’entrevues filmées avec Raymond Aubrac ont été réduites à moins de vingt minutes montées alors que notre héros évoquait un épisode méconnu de sa vie : la direction du déminage de la France entre 1945 et 1947. Cinq ou six heures d’échanges avec Oscar Castro recueillies entre la France et le Chili, se sont résumées à une petite demi-heure dans le montage final du documentaire Exil sur Scène. Pour le film L’Unef et les frondes étudiantes, la déperdition est plus grande encore, car les protagonistes sont nombreux, et que chacun a évoqué une période différente. Le cas de Jacques Sauvageot7, dirigeant de l’Unef lors des événements du joli mois de mai 1968, est éloquent : plus d’une heure, réduite à quatre minutes… un peu moins. Nous avons longtemps pensé à cette question des rushes, jusqu’à ce que la BDIC8 de Nanterre, par l’intermédiaire de Rosa Olmos9, trouve un début de réponse. Pour les sauver d’un oubli certain, il suffisait de les déposer aux archives de la Bibliothèque et, par contrat, de les mettre à disposition du public : étudiants, chercheurs, curieux anonymes, soucieux d’en savoir plus. L’idée ayant fait ses preuves, nous l’avons également adoptée avec le musée de la Résistance – Jean Moulin qui, en échange, nous a facilité l’accès à certaines de ses archives inédites. Dans la foulée, nous avons mis en place le même système avec des partenaires au Pérou pour un film plus ancien Villa el Salvador, les bâtisseurs du désert10.

L’amnésie péruvienne et la disparition des rushes

11La conservation des rushes vidéo n’a jamais été une préoccupation chez les cinéastes documentaristes au Pérou. Leur obsession ayant plutôt longtemps été de disposer d’assez de cassettes pour tourner. Et bien souvent, pour contourner les obstacles budgétaires, la seule solution a été de recycler du matériel déjà utilisé, chaque nouveau film tourné a donc effacé la mémoire d’un ou de plusieurs films qui l’avaient précédé. Pour se consoler, il suffisait de rappeler que faute de moyens de conservation fiables, l’humidité de l’air, le sable et les champignons, finissaient toujours par avoir raison des bandes magnétiques… Alors, autant les utiliser jusqu’au bout.

12Une partie de la mémoire filmée des deux décennies de crise (1980 à 2000) a tout de même été sauvée par une famille de collectionneurs qui a consacré beaucoup d’énergie à fouiller dans les poubelles des chaînes de télévision, les armoires des sociétés de production en faillite, chez les particuliers. Certains documentaristes condamnent cette appropriation privée et illégale d’un patrimoine historique qui aujourd’hui vaut de l’or, mais la plupart reconnaissent que sans ces glaneurs de cassettes, du passé il y aurait eu table rase… Et nous confirmons, pour en avoir fait l’expérience concrète lors du tournage de Villa el Salvador, les bâtisseurs du désert, l’histoire déroutante et fascinante d’une ville utopique, bâtie par des ouvriers et des paysans au sud de Lima… sur de la rocaille et du sable.

  • 11 Johan van der Keuken (1938-2001), réalisateur hollandais, dans une constante recherche, son cinéma (...)

13L’aventure de Villa el Salvador commence en 1971, à l’époque, il n’y a que la pellicule-film, elle coûte cher, on la conserve précieusement. Le cinéaste hollandais Van der Keuken11 est parmi les premiers à filmer. D’autres suivent, canadiens, français, cubains, péruviens aussi, bien sûr. Des premières constructions de Villa, il y a quantité de matériaux et de regards différents. Nous en avons retrouvé une bonne partie, bien plus qu’il ne fallait pour raconter les débuts de l’épopée. La ville grandit à une vitesse inouïe, elle compte bientôt 400 000 habitants. Le succès attire des observateurs-admirateurs du monde entier, mais c’est aussi le moment où le film cède la place à la vidéo, alors considérée comme révolutionnaire et surtout bien moins chère. Et là, les affaires se compliquent, avec l’humidité, le sable, les champignons. Résultats, avec le temps tout ou presque de ce qui est filmé finit par disparaître…

  • 12 Ville autogérée, née dans une zone désertique de la banlieue sud de Lima (Pérou) dans les années 1 (...)

14Depuis 1980, je suis pas à pas l’aventure passionnante de Villa el Salvador, d’abord en photos puis en film, enfin en vidéo. Je réalise plusieurs documentaires courts (entre 13 et 26’ pour des institutions péruviennes, pour Antenne 2 et France 3). Déformation – heureuse – de l’ancien étudiant en histoire que je suis, je ne jette rien comme le font mes collègues d’alors. J’archive tout, l’enthousiasme révolutionnaire, les années de plomb où l’armée s’oppose à la guérilla du Sentier Lumineux, la fin de la guerre civile. Avec le retour à la paix, c’est l’amnésie générale. Les habitants de Villa el Salvador12 eux-mêmes veulent oublier cette époque tragique pour ne pas prolonger la souffrance.

15Douze ans plus tard, je décide de faire un film qui retracerait l’histoire de cette utopie urbaine. France 5 accepte l’idée, lorsqu’elle apprend que je dispose de matériaux personnels accumulés au fil des années et des événements. Marina Paugam – qui pour la première fois assume l’image et le montage du film – se plonge dans mes premiers films et elle a aussitôt envie de jeter un œil aux rushes que j’ai gardés. Elle y découvre un univers autrement plus vaste, y compris que mes propres souvenirs. Peu à peu, photos et extraits de films antérieurs prennent du volume symbolique, se chargent de sens historique, s’éloignent de l’anecdotique. Le regard de Marina est extrêmement précieux : elle découvre et m’impose un véritable travail de mémoire. Je réalise alors que la nostalgie est une alliée compliquée à gérer, elle rime souvent avec amnésie partielle. Marina me pousse à exploiter en profondeur ces images oubliées, me retient lorsque je m’égare, me secoue si je me censure… J’ai l’impression de suivre une thérapie. Je ne vais pas être le seul à encaisser les chocs de cette remontée dans le temps.

16Au moment du tournage, nous montrons ces images anciennes à nos interlocuteurs qui ont été des protagonistes de premier plan de cette histoire. Soit ils sont là à l’écran, soit ils connaissent des gens qui y sont. Les mémoires vacillent, les mots trébuchent, les silences parlent, les pleurs jaillissent. Chacun se souvient d’un discours flamboyant, d’un coup de feu, d’une main tendue. De mille émotions. Des pans entiers de l’histoire collective rejaillissent de la brume qui enveloppait la ville depuis si longtemps.

17La magie des rushes a opéré…

  • 13 Habitante née à Villa Salvador, fait la collecte de la mémoire des gens de la Villa pour une série (...)

18Au cours du tournage, nous avons découvert que la municipalité de Villa el Salvador disposait d’à peine une petite cinquantaine de photos d’archives et que la mémoire de la ville n’existait pas. Nous avons offert en partage nos propres rushes. Nous avons surtout aidé Elena Llerena13, l’un des personnages essentiels du film – elle en est même la narratrice – à prendre le relais : depuis plusieurs années, Elena sillonne Villa el Salvador, enregistre la voix des Anciens, les prend en photo, expose son travail dans les quartiers, tente de convaincre les autorités d’investir dans un lieu de mémoire…

19Les rushes ont essaimé…

Une heure d’entretien avec le futur Président bolivien…

20Nous ne nous étendrons pas sur les rushes de l’entrevue avec Evo Morales, alors dirigeant national des producteurs boliviens de coca et, à ce titre, considéré comme une bête noire par l’Ambassade américaine à La Paz. Filemon Escobar, dirigeant de la puissante fédération syndicale des mineurs d’étain, aujourd’hui décédé, nous avait servi d’intermédiaire. Evo Morales, se sachant en danger, nous avait donné rendez-vous dans un hameau perdu de la région du Chaparé, à une dizaine d’heures de piste de la ville de Cochabamba. Il émane pourtant de cette rencontre une très grande sérénité à l’image, le futur président rigole ouvertement des accusations qui font de lui un parrain de la mafia. Il répond sereinement à ses adversaires, place au cœur des enjeux économiques et culturels le droit de cultiver la coca, feuille sacrée de l’Inca, véritable étendard de la souveraineté nationale bolivienne.

  • 14 Film de Jean-Michel Rodrigo tourné en 1994. France/MBSA Productions/2010

21Dans cette entrevue, le jeune syndicaliste radical Evo Morales peaufine le discours d’un futur candidat à l’élection présidentielle qui s’ignore. Rien n’est machiavélique dans son raisonnement, mais tout est réfléchi, subtil, parfois rusé ! C’est cette maturité politique qui va dérouter les élites boliviennes, peu habituées à accorder la moindre attention aux vociférations d’un métis d’Indien. Là encore, l’entrevue enregistrée est cinq fois plus longue que les extraits retenus dans Cocafé,14 un film où Evo Morales n’apparaît que de façon éphémère, parmi bien d’autres interlocuteurs.

22Pour tous ceux qui seraient curieux de voir à quel point les positions du président bolivien plongent leurs racines dans des combats anciens, nous avons mis ces rushes à leur disposition, avec et grâce à la BDIC…

Mémoires d’exils

  • 15 Femme d’État, ancienne présidente du Chili (1951- ).

23Ne changeons pas de continent… allons au Chili, en 1968 exactement, au moment où le pays est en pleine ébullition sociale, politique. À l’Université de journalisme, une poignée d’étudiants, dont Michelle Bachelet15, qui elle aussi deviendra présidente de son pays – se réunissent autour d’un certain Oscar Castro qui vient de créer Aleph, un théâtre du rire et de l’utopie en marche. Ils traînent leurs planches dans les quartiers populaires, jouent aux agitateurs professionnels, brandissent l’étendard de la révolution joyeuse. Fort heureusement, plusieurs de ces saltimbanques ont l’appareil en bandoulière… ils se photographient à la moindre représentation, ne ratent pas les répétitions, osent des moments plus intimes, immortalisent des regards, des sourires, des inquiétudes aussi… face aux bruits de bottes qui deviennent assourdissantes au point de l’emporter sur les mélodies des rêves partagés.

  • 16 Coup d’État du Chili le 11 septembre 1973.

24Un certain 11 septembre16, tout le monde connaît la suite : la fin tragique de Salvador Allende, le stade, les disparitions, les tortures et la mort. L’équipe d’Aleph est ébranlée par la disparition de l’un de ses plus éminents acteurs. Puis, elle est réduite au silence, à la clandestinité…

  • 17 Homme politique (1939 -), ancien ministre de la Culture.
  • 18 Metteur en scène de théâtre (1939-), fondatrice du Théâtre du Soleil.
  • 19 Photographe français (1912-1994).
  • 20 Ex-première dame (1924-2011) Fondatrice et présidente de l’ONG France Libertés
  • 21 Auteur-Compositeur (1934-2016) auteur de la chanson du film « Un homme et une femme ».
  • 22 Auteur-compositeur (1940-2018). Auteur de Est-ce que ma guitare est un fusil ? de l’album BBH75, ( (...)
  • 23 Luis Sepúlveda (1949-) écrivain chilien auteur de Le vieux qui lisait des romans d’amour, France, (...)
  • 24 Comédie dramatique de Claude Lelouch, France, Les films 13, 1990.

25Bientôt, c’est au tour d’Oscar Castro de se retrouver en camp. Il n’y a plus de photos, encore moins de films… mais par contre des dessins, croqués sur le vif. Des fusains exceptionnels qui témoignent de la vie sous la schlague des soldats, dans l’ambiance des miradors, des chiens, et du théâtre d’Oscar plus que jamais debout derrière les barbelés. Un nombre croissant de prisonniers s’accroche aux textes appris par cœur pour ne pas craquer, chaque représentation d’Aleph est une façon de s’évader… De s’envoler par la pensée. Pour le régime militaire, la menace est évidente et le fondateur d’Aleph est bientôt expulsé vers la France où l’attendent Jack Lang17, Ariane Mnouchkine18 et tant d’autres. Les flashes crépitent, les larmes de joie coulent. Et puis la vie poursuit son chemin, celui de la création. Oscar jette l’ancre à Ivry-sur-Seine, au cœur de la banlieue rouge qui ceinture Paris, il travaille avec les gamins de quartiers, ne lâche pas ses camarades exilés chiliens. Aleph est un repère, un phare. On y joue, on chante, on y danse et on boit. On filme aussi pour la troupe, parfois aussi pour la chaîne ARTE. On prend des photos par milliers, de chaque spectacle, de tout visiteur illustre. Ils sont nombreux. Robert Doisneau19, Danièle Mitterrand20, le compositeur Pierre Barouh21, Jacques Higelin22, l’ami d’adolescence devenu écrivain, Luis Sepulveda23. La troupe est invitée à jouer aux quatre coins de la France, elle participe au tournage du film Il y a des jours et des lunes,24 de Claude Lelouch.

  • 25 Documentaire de Marina Paugam et Jean-Michel Rodrigo, France, Mécanos productions, 2016.

26C’est avec ce matériel généreux que l’on s’est lancé en 2014 dans l’écriture d’un film dont on ne savait pas tout à fait au début qu’il nous entraînerait à survoler ces presque quarante ans d’Exil sur Scène25 d’Oscar, de sa famille, de ses troupes multiples. La démarche était nouvelle, nous n’avions pas de chaîne, pas un centime en poche, juste la furieuse envie de traduire en image une ambiance singulière qui nous avait terriblement séduits. Nous avions en tête un embryon d’OFNI : un Objet filmique non identifié, à l’image du théâtre Aleph. Les rushes accumulés au fil des années par d’autres ont en grande partie guidé notre écriture, déterminé le tournage, éclairé les entrevues que nous avons menées, aidé au casting des personnages dont nous voulions recueillir les propos, les souvenirs. Peu à peu, le film a pris forme, comme un puzzle. Sur une photo, nous avons fait connaissance avec la belle Gaby, sur telle autre avec l’amie intime Manena… des silhouettes nous sont devenues familières, des lieux aussi. L’idée est venue d’aller à leur rencontre, au Chili. De filmer à nouveau, de suivre la troupe actuelle, la rencontre entre saltimbanques français et chiliens, de constater que les frontières avaient volé en éclats sur les planches, dans les têtes… qu’Oscar avait inventé un sabir improbable que tout le monde comprenait. Nous avons filmé, enregistré, des heures durant, les témoignages et les souvenirs, rompant ainsi avec nos habitudes « d’y aller à l’économie ». Nous avons surtout accepté de nous laisser entraîner dans cette improbable farandole qui se jouait des espaces et du temps. Et nous avons traduit ce tourbillon permanent avec pour seul repère… le regard d’Oscar. Présent en 1968 à Santiago, et présent aujourd’hui à Ivry. Présent sur toutes les scènes, face aux autres, parmi les autres, grâce aux autres. Ces autres ne sont pas des faire-valoir, ni même des miroirs, ils sont une partie de l’Histoire. Et ils nous ont toutes et tous raconté. Entre rires nerveux, larmes contagieuses, silences oppressants, déclarations d’amour à l’art et fraternité.

27Une fois terminée la moisson des témoignages, engrangés cent moments de vie, de travail, de spectacles, et soigneusement ordonnés les rushes de nos prédécesseurs… nous nous sommes arraché les cheveux face à la démesure du labeur de construction. Aleph est apparue comme une nébuleuse insaisissable, peuplée de fantômes, de sages et de fous. L’aiguille de notre boussole documentaire indiquait qu’il n’y avait plus de nord, que le temps faisait souvent marche arrière, ou parfois au contraire, le grand bond en avant. Nous sortions du réel, il fallait entrer dans la magie Aleph… ou jeter l’éponge. Nous avons tricoté et détricoté cent fois, avant de trouver un semblant d’équilibre. Nous avons renoncé à la chronologie, renoncé aussi aux frontières du réel, renoncé enfin à la barrière de la langue. L’imaginaire, l’émotion, le désir de création, le plaisir du jeu l’ont emporté… Au-delà de la tragédie, Aleph s’est imposé comme le théâtre du rire qu’il prétendait être le jour de sa naissance à Santiago, en cette belle année d’utopie universelle qu’a été 1968…

28Soixante et onze minutes, voilà le temps du film abouti qui semble avoir atteint son objectif, raconter cette épopée d’une infinie humanité. Nous avons projeté Exil sur Scène en salle à de très nombreuses reprises, souvent en présence d’Oscar. Et presque toujours la magie à l’écran a trouvé écho dans la salle grâce à la présence de réfugiés chiliens qui parfois étaient montés sur scène dans les camps avec le fondateur d’Aleph. Parfois aussi avec des enfants de réfugiés espagnols qui revivaient leur exil à eux. Nous avons été sélectionnés dans de nombreux festivals, gagnés de beaux prix, souvent celui du public, nous sommes comblés. Et je crois que les Aléphiens aussi…

29Restent ces dizaines d’heures de rushes, sacrifiées au cours du montage : des témoignages auxquels nous avons renoncé pour ne pas multiplier les personnages, les confidences qui n’ont pas trouvé place, les confessions amputées, celles d’Oscar en particulier. Un exemple suffit à mesurer la richesse de ces rushes « déchets » : au beau milieu du tournage, nous apprenons que les assassins de sa mère, portée disparue depuis plus de quarante ans, ont été reconnus, accusés, et chose plus inattendue, sévèrement condamnés. Le choc psychologique qu’encaisse Oscar est énorme. Nous le convainquons d’accepter d’en parler à chaud, à vif, sous tension, devant la caméra. Après, il sera trop tard, le jeu de l’homme de théâtre reprendra le dessus. Oscar accepte. Et pendant une heure, il se livre. Le visage émacié, la voix parfois perdue. Pas un instant de l’entrevue n’est à « jeter », quel vilain mot… et nous faisons tout notre possible pour en conserver l’essentiel, dans sa longueur.

30Ne pas avoir convaincu de chaîne de télévision de coproduire notre film n’est plus un handicap, mais notre chance, nous sommes entièrement libres de ne respecter aucune règle. Nous osons une entrevue longue de plusieurs minutes consécutives, sans images pour illustrer, sans plans de coupe, sans rien d’autre qu’Oscar et son regard lointain. Tous les publics nous ont confirmé que cela marchait… que nous aurions même pu oser plus. Peut-être, peu importe, c’est chose faite… Reste le reste, une magnifique entrevue qui mérite d’être vue dans sa nudité absolue. Elle se trouve à la BDIC, c’est un peu la colonne vertébrale de l’ensemble des rushes d’Exil sur Scène.

Haut de page

Notes

1 Réalisateur américain (1884-1951). Considéré comme un de père du film documentaire. Quelques films : Nanouk l’Esquimau (1922), Moana (1925), l’Homme d’Aran (1934), Lousiana Story (1948)

2 Auteur-Réalisateur américain (1930-). Son œuvre brosse un portrait critique des institutions américaines.

3 Résistant français à l’occupation française (1914- 2012).

4 L’Union nationale des étudiants de france fondée en 1907.

5 Dramaturge, comédien, metteur en scène d’origine chilienne (1947-).

6 Le Théâtre Aleph est fondé au Chili en 1967 par Oscar Castro. Lors du coup d’État, en 1973 elle se perpétue dans les camps de concentration puis elle part à l’exil à Paris en 1976.

7 Homme politique, vice-président de l’UNEF en mai 68 (1943-2017).

8 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, devient La Contemporaine en mars 2018.

9 Responsable des Archives audiovisuelles de la BDIC.

10 Documentaire de Marina Paugam et Jean-Michel Rodrigo. 52’’ France/ Mécanos Productions/2008.

11 Johan van der Keuken (1938-2001), réalisateur hollandais, dans une constante recherche, son cinéma se situe à la frontière entre documentaire et expérimental.

12 Ville autogérée, née dans une zone désertique de la banlieue sud de Lima (Pérou) dans les années 1970, suite à l’occupation des terrains par des habitants mal logés de la capitale péruvienne.

13 Habitante née à Villa Salvador, fait la collecte de la mémoire des gens de la Villa pour une série de documentaires qui commémore les 50 ans de la ville.

14 Film de Jean-Michel Rodrigo tourné en 1994. France/MBSA Productions/2010

15 Femme d’État, ancienne présidente du Chili (1951- ).

16 Coup d’État du Chili le 11 septembre 1973.

17 Homme politique (1939 -), ancien ministre de la Culture.

18 Metteur en scène de théâtre (1939-), fondatrice du Théâtre du Soleil.

19 Photographe français (1912-1994).

20 Ex-première dame (1924-2011) Fondatrice et présidente de l’ONG France Libertés

21 Auteur-Compositeur (1934-2016) auteur de la chanson du film « Un homme et une femme ».

22 Auteur-compositeur (1940-2018). Auteur de Est-ce que ma guitare est un fusil ? de l’album BBH75, (1974), Le minimum de l’album Alertez les bébés ! (1976), À feu et à sang, de l’album Higelin 75 (2015).

23 Luis Sepúlveda (1949-) écrivain chilien auteur de Le vieux qui lisait des romans d’amour, France, Éditions Métailié, 1992.

24 Comédie dramatique de Claude Lelouch, France, Les films 13, 1990.

25 Documentaire de Marina Paugam et Jean-Michel Rodrigo, France, Mécanos productions, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Rodrigo et Marina Paugam, « Regards de documentaristes : le trésor des rushes »Bulletin de l'AFAS, 47 | 2021, 96-105.

Référence électronique

Jean-Michel Rodrigo et Marina Paugam, « Regards de documentaristes : le trésor des rushes »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 47 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2021, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/afas/6349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.6349

Haut de page

Auteurs

Jean-Michel Rodrigo

Auteur-réalisateur et fondateur de Mécanos Productions, débute comme photographe, puis documentariste en Amérique latine et notamment au Pérou. Ses films abordent les questions sociales, économiques, environnementales. Sa formation d’historien reste très présente dans sa filmographie.

Marina Paugam

Chef opératrice, monteuse et réalisatrice. Formée à la FEMIS et à l’Ina, elle a travaillé en presse écrite et télévisée comme journaliste-rédactrice et reporteur d’images.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search