Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47CorpusDu projet d’une « communauté de s...

Corpus

Du projet d’une « communauté de survivants » à la plateforme Aviary

Introduction à l’histoire et au contenu de la Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies
Constance Pâris de Bollardière
p. 124-143

Résumés

Initiée en 1979 à New Haven dans l'État du Connecticut sous l’appellation Holocaust Survivors Film Project (HSFP), la Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies (FVA) contient à ce jour 4 447 témoignages vidéo, essentiellement de rescapés de la Shoah mais aussi d’autres victimes et témoins des crimes nazis. Conservée depuis 1982 à la bibliothèque de la prestigieuse université Yale, cette collection vidéo désormais numérisée et hébergée sur la plateforme Aviary est consultable depuis 2017 dans plusieurs institutions à Paris. Cet article propose une introduction à l’histoire, aux méthodes, aux usages scientifiques et pédagogiques ainsi qu’aux développements technologiques de ce fonds vidéo. Les recherches qu’il présente reposent notamment sur la consultation de données disponibles sur le site internet actuel des archives, dont les bulletins d’information (newsletters) publiés par le HSFP puis la FVA de 1980 à 2003.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nom de cette collection a changé plusieurs fois au cours du temps. Les termes « Video Archive » (...)
  • 2 Les données chiffrées fournies dans cet article ont été relevées le 30 juin 2020.
  • 3 En 2020, trois établissements français bénéficient d’un accès à l’ensemble de la collection. Il s’ (...)

1Le fonds connu aujourd’hui sous le nom de Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies1 est la première entreprise à avoir collecté en grand nombre des témoignages de rescapés de la Shoah sur support vidéo. Initiée en 1979 à New Haven dans l’État du Connecticut sous l’appellation Holocaust Survivors Film Project (HSFP), la Fortunoff Video Archive (FVA) contient à ce jour 4 447 témoignages, conservés depuis 1982 à la bibliothèque de la prestigieuse université Yale2. Malgré son caractère pionnier, cette archive, moins massive et moins médiatisée que la Visual History Archive – collection d’entretiens vidéo initiée par le réalisateur Steven Spielberg en 1994 et administrée de nos jours par USC Shoah Foundation – demeure moins connue du grand public. La vaste campagne d’accessibilité et de valorisation numérique du fonds de Yale que mènent son nouvel archiviste et son équipe depuis quelques années tend cependant à en accroître la visibilité. Afin de familiariser les chercheurs francophones avec cette collection qui est accessible depuis 2017 à Paris, le présent article propose une introduction à l’histoire, aux méthodes, aux usages scientifiques et pédagogiques ainsi qu’aux développements technologiques de ce fonds vidéo Les recherches qu’il présente reposent notamment sur la consultation de données disponibles sur le site internet actuel des archives, dont les bulletins d’information (newsletters) publiés par le HSFP puis la FVA de 1980 à 20033.

Une entreprise collective démarrée à l’aube de « l’ère du témoin4 »

  • 4 Annette Wieviorka, L'Ère du témoin, Paris, Fayard, « collection Pluriel », 2013 [1998].
  • 5 Cecile E. Kuznitz, YIVO and the Making of Modern Jewish Culture: Scholarship for the Yiddish Natio (...)
  • 6 Samuel D. Kassow, Qui écrira notre histoire ? Les archives secrètes du ghetto de Varsovie, Paris, (...)
  • 7 Des projets documentaires se développèrent également hors du monde judéo-polonais, notamment en Fr (...)
  • 8 Judith Lindenberg (dir.), Premiers savoirs de la Shoah, Paris, CNRS Éditions, 2017.
  • 9 Dans l’immédiat après-guerre, des collectes de témoignages de rescapés de la Shoah ont également é (...)
  • 10 Sur l’histoire et les usages de la Visual History Archive, voir Constance Pâris de Bollardière, «  (...)
  • 11 Les huit bulletins d’information publiés par la FVA de 1980 à 2003 ne font pas référence à des ent (...)
  • 12 Sur les cas des États-Unis et de la France, voir par exemple Peter Novick, L’Holocauste dans la vi (...)
  • 13 Annette Wieviorka, L'Ère du témoin, op. cit., p. 81-126; Jeffrey Shandler, While America Watches: (...)
  • 14 Joanne Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project: From Local to Global », (...)
  • 15 Sybil Milton, In Fitting Memory: The Art and Politics of Holocaust Memorials, Detroit, Wayne State (...)
  • 16 Originaire de New Haven, Laurel Vlock (1926-2000) était journaliste pour la télévision, réalisatri (...)
  • 17 Dori Laub (1937-2018) était originaire de la ville de Czernovitz en Roumanie (actuellement située (...)
  • 18 Les identifiants de ces entretiens sont : mssa.hvt.0001, mssa.hvt.0002, mssa.hvt.0003 et mssa.hvt. (...)
  • 19 Geoffrey Hartman, The Longest Shadow: In the Aftermath of the Holocaust, Bloomington, Indiana Univ (...)
  • 20 Elie Wiesel, … Et la mer n’est pas remplie, Paris, Seuil, 1996, p. 161-165, cité par A. Wieviorka, (...)
  • 21 F. Davoine, « Entretien avec Dori Laub », art. cité, p. 145. Le Chagrin et la Pitié est sorti au c (...)
  • 22 F. Davoine, « Entretien avec Dori Laub », art. cité, p. 145.
  • 23 J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 2.
  • 24 Né en Pologne, William Rosenberg (1929-1996) immigra aux Etats-Unis après la Seconde Guerre mondia (...)
  • 25 J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 2.
  • 26 Il s’agit du futur USHMM, ouvert en 1993.
  • 27 F. Davoine, « Entretien avec Dori Laub », art. cité, p. 145.
  • 28 J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 2-4. Le plu (...)
  • 29 A. Wieviorka, L'Ère du témoin, op. cit., p. 81.
  • 30 Florence Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source o (...)
  • 31 A. Wieviorka, L’Ère du témoin, op. cit., p. 128.
  • 32 Newsletter de 1985, p. 1-2.
  • 33 Il ne s’agit toutefois pas de la première collecte de voix de rescapés de la Shoah. Le psychologue (...)
  • 34 Newsletter de 1985, p. 1.
  • 35 A. Wieviorka, L’Ère du témoin, op. cit., p. 127-180.

2En ayant recours au support vidéo, le Holocaust Survivors Film Project (HSFP) était indéniablement novateur d’un point de vue technologique lors de son lancement en 1979. Cette entreprise succédait cependant à plusieurs autres projets collectifs dont l’objectif avait également été de recueillir en grand nombre, dès l’immédiat après-guerre, les souvenirs des victimes juives du nazisme quant à leurs expériences sous l’occupation. Le souci de documenter le vécu des Juifs s’était en particulier manifesté dans le monde judéo-polonais, familier des pratiques de recueil de données ethnographiques et sociologiques depuis la fin de l’Empire russe puis les années de la Pologne indépendante5. Dès l’époque de l’occupation nazie, plusieurs actions de collecte documentaires sur les expériences juives de la guerre et des persécutions avaient été entreprises en Pologne, le projet le plus connu demeurant celui des archives clandestines du ghetto de Varsovie dirigées par l’historien juif polonais Emmanuel Ringelblum et connues sous le nom d’Oyneg shabes (Joie du shabbat)6. Une telle volonté de documenter collectivement le sort des Juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale perdura après-guerre et fut mise en œuvre par des commissions historiques juives établies en Pologne et dans les camps de personnes déplacées. Des membres de ces organisations poursuivirent également leurs collectes en Israël7. Des projets éditoriaux transnationaux – qui impliquaient des rescapés de la Shoah comme des Juifs ayant quitté l’Europe avant la guerre – participaient également à cette vaste documentation écrite8. Le recueil ou la réception des souvenirs de témoins-victimes au sujet de leur expérience pendant la guerre – ce que nous qualifions ici de « témoignages » de rescapés – occupait une place centrale dans l’ensemble de ces fonds constitués après la Shoah9. Par sa volonté de rassembler collectivement une ample documentation sur l’expérience des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale en plaçant le témoignage au cœur de son projet, la FVA s’apparente à de telles pratiques, d’autant plus que, comme dans le cas des commissions historiques juives de l’immédiat après-guerre, des rescapés furent eux-mêmes à l’origine du lancement et du développement du HSFP, ce qui le distingue de l’entreprise impulsée par Steven Spielberg en 199410. Les huit bulletins d’information publiés par le HSFP puis la FVA de 1980 à 2003 ne se revendiquent cependant pas de l’héritage judéo-polonais que nous venons de présenter. Des recherches approfondies sur leurs influences culturelles et intellectuelles s’avèrent par conséquent nécessaires afin de déterminer dans quelle mesure cette collecte s’en est inspirée11. Tout en faisant écho à ces références, le HSFP s’en distingue néanmoins dans la mesure où ces témoignages filmés se sont nécessairement ancrés dans le contexte technologique, social, culturel et politique dans lequel cette initiative a démarré en 1979. Dans les années 1960, plusieurs événements culturels et politiques avaient contribué à donner une plus grande visibilité à la Shoah et à sa mémoire dans l’espace public en Europe occidentale, en Israël et aux États-Unis. En la matière, des historiens ont notamment souligné le rôle du procès Eichmann en 1961-1962, de la Guerre des Six Jours en 1967 et de la parution de plusieurs œuvres littéraires majeures dans cette intensification des évocations publiques du génocide12. Le traitement médiatique de ces événements à la télévision était par ailleurs pour beaucoup responsable de cette plus large présence, en particulier dans le cas du procès Eichmann13. Il est établi que la création du HSFP fut directement liée à cette médiatisation de la mémoire de la Shoah sur le petit écran. L’archiviste de l’époque Joanne Weiner Rudof explique en effet que des premiers souvenirs de rescapés furent enregistrés par le futur HSFP dans la perspective d’un documentaire télévisé sur la récente inauguration à New Haven d’un monument commémorant le génocide des Juifs d’Europe14. Initié par un groupe local de survivants de la Shoah, ce Memorial to the Six Millions, conçu par l’architecte Gustav Franziani et bâti par l’entrepreneur George Skolnick, avait été inauguré en 1977 dans le parc Edgewood de la ville15. En février 1979, la Jewish Federation de New Haven et la chaîne de télévision WNTNH-TV-Channel 8 confièrent la réalisation d’un documentaire sur le monument à la réalisatrice et productrice originaire de New Haven Laurel Vlock16. C’est dans ce cadre que celle-ci contacta l’un des psychiatres de la ville, Dori Laub, qui avait survécu à la Shoah en tant qu’enfant et s’était déjà intéressé aux témoignages de victimes juives du nazisme17. Le 2 mai 1979, quatre rescapés de la Shoah furent interviewés dans son bureau par Laurel Vlock et son équipe de cameramen professionnels. Il s’agissait de Renée H., Sally H., Leon W. et Eva B.18. Les chercheurs et acteurs de la Fortunoff Video Archive Geoffrey Hartman, Dori Laub et Annette Wieviorka ont aussi inscrit l’origine du HSVP dans le contexte de la diffusion aux États-Unis en 1978 du feuilleton télévisé à succès Holocaust réalisé par Marvin Chomsky19. Selon ces derniers, nombre de rescapés de la Shoah ne se retrouvèrent en effet pas dans l’approche hollywoodienne, et jugée inauthentique, du vécu d’une famille juive allemande que véhiculait la mini-série. L’ampleur du décalage entre leur expérience personnelle et la représentation « fau[sse], offensant[e] et bon marché » qui était proposée au grand public les choqua20. Revenant trois décennies plus tard sur cette production, Dori Laub estimait que celle-ci avait agi comme un véritable catalyseur pour l’enregistrement des premiers témoignages vidéo : « J’avais été impressionné par le contraste entre le film français Le chagrin et la pitié de Max Ophüls, que j’admirais, et des séries télévisées réalisées par Chomsky dans le style d’Hollywood, qui m’avaient mis en colère. Je répondis à la productrice [Laurel Vlock] que son émission devait se rapprocher du premier film, avec des interviews de survivants »21. La première session d’enregistrement du 2 mai 1979 convainquit Laub et Vlock de la pertinence de cette approche : « nous pensions consacrer une demi-heure à chaque personne, et ignorions que chacun parlerait plus de deux heures, si bien que la séance dura jusqu’au petit matin. On aurait cru qu’un génie était sorti de la bouteille. Les survivants eux-mêmes étaient abasourdis. C’est alors qu’il fut décidé de trouver de l’argent pour continuer »22. D’après Joanne Weiner Rudof, « Vlock et Laub réalisèrent que ce qu’ils avaient enregistré était extraordinaire et que les fortes impressions que provoquaient ces histoires devaient être partagées »23. Le président de la branche locale de l’association sioniste marquée à gauche le Farband (Union en yiddish) William Rosenberg24 salua immédiatement le fait que les rescapés de la Shoah « documentent leurs expériences dans leurs propres mots et voix »25. En juin de la même année, ce dernier mit Dori Laub et Laurel Vlock en relation avec les membres de son organisation, dont beaucoup donnèrent leur témoignage et soutinrent financièrement les premiers enregistrements vidéo. Présidé par William Rosenberg, le Holocaust Survivors Film Project fut officiellement lancé à New Haven le 28 juin 1979 lors d’une conférence de presse à laquelle assistèrent de nombreux rescapés, des personnalités civiles et religieuses locales ainsi qu’un représentant du mémorial national de la Shoah alors en phase initiale de conception26. Les premières sessions d’enregistrements se succédèrent par la suite dans la ville de New Haven, l’État du Connecticut, puis au-delà. Toujours selon les souvenirs de Dori Laub, « à [leur] surprise, une fois que les portes furent ouvertes, le projet s’étendit comme un feu sauvage. Les témoignages affluèrent, comme si les survivants avaient attendu l’occasion que leur récit prenne forme, à l’adresse d’un autre intime auquel ils pouvaient se fier »27. Si ce succès amena parfois les bénévoles à filmer jusqu’à six entretiens par jour durant les week-ends, le rythme de production varia néanmoins selon les années28. Une telle prise de parole à la fois massive et visible des survivants de la Shoah avait selon Annette Wieviorka été préparée par le procès Eichmann. Au cours de cet événement judiciaire, la diffusion télévisuelle des témoignages des 112 rescapés juifs appelés à la barre permit ce que cette historienne nomme « l’avènement du témoin », soit la revendication par les témoins-victimes de la Shoah de « [leur] présence dans l’espace public »29. En lien avec les contestations politiques et sociales contre la guerre du Vietnam et pour les droits civiques, les années soixante et soixante-dix virent par ailleurs le développement de l’histoire orale et de l’intérêt croissant de la société états-unienne pour les récits de vie « vus d’en bas »30. D’abord relayée par les médias écrits et radiophoniques, la parole de gens « ordinaires » se trouva ensuite projetée sur le devant de la scène par l’avènement de la télévision. Toujours d’après Annette Wieviorka, « l’homme-individu [était] ainsi placé au cœur de la société et rétrospectivement de l’histoire. Il dev[int] publiquement, et lui seul, Histoire »31. En ayant recours au support vidéo, le HSFP « captur[ait] » ainsi « directement les sentiments et attitudes des survivants »32 et permettait, pour la première fois, de les visualiser33. Le HSFP puis la FVA considéraient d’autant plus qu’il relevait de leur « mission » de sauvegarder au plus vite leur parole que les rescapés devenaient de plus en plus âgés et que le nombre de décès augmentait parmi ces derniers34. Dans ce contexte particulier de la fin des années 1970, le HSFP avait ainsi initié l’« ère du témoin », laquelle culminera quelques années plus tard avec le lancement de la Visual History Archive35.

Une collecte devenue « archive », logée à Yale et développée à l’international

  • 36 Né à Francfort, Geoffrey Hartman (1929-2016) fut envoyé en Grande-Bretagne pour échapper aux persé (...)
  • 37 En 1987, le HSFP légua de façon permanente ses enregistrements à la FV A. L’association cessa par (...)
  • 38 Ibid., p. 2-4 ; Newsletter de 1985, p. 1.
  • 39 L’homme d’affaires Alan A. Fortunoff (1933-2000) reprit l’entreprise parentale de vente à bas prix (...)
  • 40 Les efforts de levées de fonds privés demeurèrent cependant constants. Un unique financement publi (...)
  • 41 Selon l’historienne Hannah Pollin-Galay, la FVA contacta Yad Vashem dès 1979 mais le mémorial isra (...)
  • 42 En 1991, la FVA enregistra 470 heures d’entretiens en Israël via un projet coopératif avec l’USHMM (...)
  • 43 L’historienne Annette Wieviorka a organisé l’entreprise de collecte de témoignages de l’antenne fr (...)
  • 44 Newsletters de 2000, p. 1 et 2003, p. 2. Parmi ces derniers se trouvent Saul Friedländer (intervie (...)

3Le HSFP rencontra d’autant plus d’écho au-delà du cercle des rescapés qu’il intégra au bout de quelques années la prestigieuse université Yale située dans la même ville de New Haven. L’une des quatre personnes interviewées le 2 mai 1979 était l’épouse du professeur d’anglais et de littérature comparée Geoffrey Hartman, qui avait fui l’Allemagne nazie durant sa jeunesse36. Cet enseignant-chercheur de Yale s’impliqua dans le projet (avant d’être lui-même interviewé par Dana Kline le 12 décembre 1989) et aida à obtenir des financements privés en rattachant les levées de fonds pour les témoignages à celles destinées au département d’études juives. En décembre 1981, les 200 premières cassettes analogiques furent déposées à l’université, puis la Video Archive for Holocaust Testimonies fut établie en octobre 1982 au sein de la division « Manuscrits et archives » de la Sterling Memorial Library de Yale37. Mené par un personnel formé, doté en janvier 1983 d’un archiviste en poste, le projet initial du HSFP, désormais inscrit dans une démarche universitaire, amorçait sa professionnalisation38. Déjà soutenue par la fondation Revson, la collecte et la préservation des entretiens furent en outre financées à long terme, à partir de 1987, par une dotation d’Alan A. Fortunoff en mémoire de ses parents Clara et Max Fortunoff39. La Fortunoff Video Archive (FVA) porte depuis le nom de son généreux donateur40. Avant même d’être connue sous le nom de « Fortunoff », la collection de Yale développa dans de nombreuses villes des États-Unis des « projets affiliés », dont les animateurs étaient chargés de réaliser eux-mêmes les entretiens puis d’en transmettre des copies à New Haven. Des premiers contacts à l’étranger furent également noués dès le début des années 1980 en Israël, où soixante-quatorze entretiens furent réalisés entre 1984 et 1989 dans le cadre d’un partenariat avec le « musée de la diaspora » Beit Hatfutsot situé sur le campus de l’université de Tel Aviv41. D’autres partenariats institutionnels furent par la suite mis en place en Israël, où la branche locale de la FVA fut coordonnée à partir de 1985 par Nathan Beyrak42. Au tournant des années 1990, des projets pilotes furent ensuite initiés en France, en Yougoslavie et au Royaume-Uni puis des antennes se développèrent à Bruxelles (Fondation Auschwitz, 216 entretiens), Bratislava (Milan Šimečka Foundation, 170 entretiens, sous la direction de Martin Butora puis d’Ingrid Antalova), Paris (Témoignages pour mémoire, 136 entretiens, sous la direction d’Annette Wieviorka43), Londres (British Video Archive for Holocaust Testimonies, 111 entretiens, sous la direction d’Alberta Strage), Berlin et Potsdam (Moses Mendelssohn-Zentrum für Europäisch-Jüdische Studien, soixante-dix-huit entretiens, sous la direction de Cathy Gelbin et Eva Lezzi), Belgrade (Jewish Community in Belgrade, trente-huit entretiens, sous la direction de Jasa Almuli), Prague (Nadace Film & Sociologie, trente-trois entretiens), Buenos Aires (Fundación Memoria del Holocausto et El Instituto Argentino para Estudios del Holocausto, trente-trois entretiens, sous la direction de Susy Rochwerger et Noemi K. de Rychter), Athènes et Thessalonique (sous la direction de Jasa Almuli) et La Paz (sous la direction de Leo Spitzer et Marianne Hirsch). La chute des régimes communistes est-européens permit enfin de réaliser des entretiens en Pologne, Ukraine et Biélorussie puis, au début des années 2000, en Slovaquie et en République tchèque auprès de rescapés roms. Des « chercheurs et enseignants importants »ont également été interviewés jusque dans les années 200044.

Des enregistrements et des projets éducatifs basés sur l’écoute empathique

  • 45 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 144.
  • 46 Michael Rothberg et Jared Stark, « After the Witness: A Report from the Twentieth Anniversary Conf (...)
  • 47 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 144. Geoffrey Hartman doute à nouveau de la portée t (...)
  • 48 Le psychiatre et psychanalyste israélien Hillel Klein déclara dans la newsletter de 1980 du HSFP, (...)
  • 49 Stephen Naron, « Archive, Ethics and Influence: How the Fortunoff Video Archive’s Methodology Shap (...)
  • 50 S. Naron, « Archive, Ethics and Influence… », art. cité, p. 47.
  • 51 « Interview Methodology », https://fortunoff.library.yale.edu/about-us/our-story/.
  • 52 Newsletters de 1996, p. 9 et 2000, p. 4; S. Naron, « Archive, Ethics and Influence… », art. cité, (...)
  • 53 « Toward an Understanding of Media-Based Testimony », document utilisé dans le cadre des premières (...)
  • 54 Ibid., p. 28; P. Vermeulen, « Geoffrey Hartman », art. cité, p. 173-174.
  • 55 S. Naron, « Archive, Ethics and Influence… », art. cité, p. 48.
  • 56 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 144.
  • 57 Geoffrey Hartman revient à nouveau sur l’« attrait pédagogique du témoignage » dans « Le témoignag (...)
  • 58 Ibid. ; Newsletter de 1990, p. 3.
  • 59 Newsletter de 1980, p. 1, 3.
  • 60 Newsletters de 1981, p. 1 et 1985 p. 6.
  • 61 Newsletters de 1985, p. 2 et 1990, p. 1.
  • 62 Newsletters de 2000, p. 3 et 2003, p. 4.
  • 63 Joanne Rudof, « Shaping Public and Private Memory: Holocaust Testimonies, Interviews and Documenta (...)
  • 64 Cette question a récemment été soulevée par les chercheuses Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, (...)
  • 65 M. Rothberg et J. Stark, « After the Witness… », art. cité, p. 90.
  • 66 Les archives Fortunoff présentent actuellement leurs objectifs dans les termes suivants : « enregi (...)
  • 67 Page internet « What we do » de USC Shoah Foundation, consultée le 26 juin 2020, https://sfi.usc.e (...)

4La portée internationale des collectes n’a pas empêché la FVA de favoriser les liens personnels au sein d’équipes réduites de bénévoles travaillant ensemble sur le long terme, initialement au sein de la « communauté des rescapés » de New Haven, puis au-delà. Les intervieweurs, au nombre de deux lors des sessions d’enregistrement, restaient en effet souvent à leur poste pendant plusieurs années. Certains, engagés depuis plus de trente ans, formaient par la suite leurs collègues, favorisant de la sorte les échanges entre équipiers et la cohésion du projet, dans lequel « le processus d’interview » crée selon Geoffrey Hartman « de fait une communauté ad hoc »45. Le responsable de l’antenne israélienne de la FVA, Nathan Beyrak, estimait ainsi que les sessions d’entretiens qu’il a réalisées, dont la longueur moyenne était de huit heures, créaient « un sentiment de voyage partagé dans le temps entre le narrateur et l’auditeur »46. Toujours selon Geoffrey Hartman, « cette dimension collective apport[ait] certainement un réconfort », « que raconter son histoire soulage ou non un stress traumatique »47. En soulevant ce dernier point, les propos du directeur de la FVA font écho à la portée thérapeutique que les psychanalystes du HSFP déclaraient accorder à l’acte de témoigner. La réflexion de Hartman, couplée au fait que les bulletins d’informations de la FVA n’ont abordé l’aspect curatif de leurs entretiens que dans leur numéro de 1980, invite cependant à interroger l’évolution de l’approche du projet de Yale et de ses différents acteurs à ce sujet48. Quelle qu’en soit l’issue thérapeutique, l’approche psychanalytique développée par Dori Laub et dans une moindre mesure par Hillel Klein marque encore aujourd’hui les méthodes des intervieweurs. À partir de 1984, ces derniers ont été formés lors de sessions de mises au point historique, psychologique et pratique sur l’histoire orale étalées sur six semaines et requérant la lecture d’ouvrages de référence. Bien que chaque intervieweur apporte, par sa personnalité, son parcours et ses connaissances, un rythme différent à chaque entretien, la FVA développe en effet, par le biais de ses formations, une méthodologie commune qui perdure de nos jours. Basée sur la relation de confiance avec le témoin, celle-ci insiste davantage sur l’écoute empathique que sur le questionnement afin de favoriser le « flux libre de la mémoire » de l’interviewé et de « permettre que les mémoires latentes ou réprimées refassent surface »49. Selon l’archiviste actuel Stephen Naron, cette parole spontanée et libre favorise le retour de souvenirs plus épisodiques que chronologiques, chaque bribe de mémoire en invoquant de nouvelles50. La FVA met alors en avant la patience de ses équipes, présentes pour écouter aussi bien les paroles que les silences et n’intervenant que pour clarifier dates, lieux ou autres contenus imprécis51. « Pendant nos sessions d’enregistrement vidéo, nous laissons les témoins mener la cadence, et leur demandons de partager leurs souvenirs avec nous de la façon qui leur convient le mieux » décrivait en 1996 l’archiviste Joanne Weiner Rudof, pour laquelle « l’entretien appartient au témoin »52. En étant limitée à l’usage de zooms avant et arrière, la technique filmique reflète ce principe. Face à la caméra considérée comme un « instrument passif d’enregistrement » et à l’absence de montage, le témoin est ainsi principalement responsable de l’aspect visuel de son témoignage, alors considéré comme plus authentique53. Le cadre des enregistrements, réalisés le plus souvent en studio dans un espace sobre et monochrome, se prête par ailleurs à l’introspection et fait ressortir à la caméra « la présence corporelle et la voix des témoins et rescapés », filmés assis de face dans un cadre intégrant leur visage et leur buste54. Cette mise en avant de l’écoute empathique était également recherchée du côté de l’audience des entretiens filmés. En refusant longtemps de transcrire les témoignages, les responsables voulaient en effet que les chercheurs et étudiants prennent le temps de regarder les vidéos afin de percevoir ce qui enrichit et complexifie le témoignage et ne peut être transcrit à l’écrit, soit les émotions, les gestes et les expressions du visage55. Parce qu’ils déclaraient vivre dans un « âge audiovisuel », les concepteurs du HSFP puis de la FVA considéraient en particulier que la visualisation de cette « archive de la conscience »56 était particulièrement appropriée pour « toucher » les jeunes générations57. D’après les titres de trois des six conférences annuelles organisées par la FVA de 1981 à 1985, les enjeux éducatifs semblent en effet placés au cœur de leurs préoccupations58. En favorisant le dialogue intergénérationnel, il s’agissait notamment de comprendre comment transmettre un héritage complexe et douloureux au sein des familles juives et de lutter par conséquent contre l’assimilation des jeunes juifs aux cultures majoritaires59. Les enjeux de transmission « aux futures générations » et au grand public dépassèrent cependant dès les débuts de loin le cadre du monde juif60. De nombreux documentaires, compilations d’extraits de témoignages et divers supports pédagogiques ont à cette fin été réalisés au cours des années et projetés ou distribués dans des établissements scolaires ou centres culturels et communautaires. Par « éducation », la FVA entendait non seulement le développement et la transmission des connaissances sur le génocide mais également la portée civique de tels enseignements. En 1985, le bulletin d’information de la FVA indiqua ainsi que « l’objectif de Yale en collectant, préservant et indexant [des récits filmés] [était] d’aider les projets pédagogiques et les programmes communautaires qui cherch[ai]ent à combattre les préjugés et la diffamation »61. Un programme éducatif créé en 1988 et co-dirigé par Geoffrey Hartman associa à nouveau à plusieurs reprises « l’éducation sur la Shoah » et « la lutte contre les préjugés » (Holocaust Education/Prejudice Reduction) et collabora dans cette optique avec l’organisation américaine d’éducation civique Facing History and Ourselves62. Signalons cependant que si la FVA affirmait servir à la prévention de la violence par l’usage de témoignages de rescapés des crimes nazis, il n’a cependant jamais été question, comme c’est le cas dans le projet initié par Steven Spielberg, de demander à conclure l’entretien par un message d’espoir adressé aux jeunes générations ou sur une note d’optimisme en présentant les membres des familles fondées après le génocide63. Lors du colloque de 2002 célébrant les vingt ans de l’arrivée des archives à Yale, les invités ont en outre réfléchi à la portée civique des témoignages. Selon les chercheurs Michael Rothberg et Jared Stark qui participaient à l’événement, « le colloque n’a pas offert de raison d’être optimiste » au sujet de « la question éthiquement chargée » de « l’efficacité de la mémoire »64. Comme le reconnut Geoffrey Hartman lors de son discours d’ouverture, « la Shoah ne s’est pas avéré être le génocide qui mit fin à tous les génocides ». En écho aux propos de Hartman, le chercheur Alvin Rosenfeld avoua que les premières générations de chercheurs sur la Shoah avaient en effet espéré « naïvement » que le développement de connaissances sur la Shoah servirait de « rempart » contre de « futures terreurs ». Cependant, toujours selon ce dernier, si l’on ne peut certes pas parler de « connaissances prophylactiques », l’histoire et la mémoire de la Shoah auront au moins « contribué à ne pas oublier les génocides passés »65. La FVA cessa son programme Holocaust Education/Prejudice Reduction à la fin des années 2000. Si contribuer à l’éducation fait toujours partie de ses objectifs, cette collection ne met en revanche aujourd’hui plus en avant sur son site internet l’usage du témoignage dans la lutte contre la haine comme elle le fit par le passé dans ses bulletins d’information66. Elle se distingue en cela nettement de l’administrateur de la Visual History Archive, USC Shoah Foundation, dont la mission demeure celle de « développer l’empathie, la compréhension et le respect par le témoignage » et de mener des « recherches sur l’histoire et la prévention des génocides »67.

Des usages scientifiques marqués par la psychologie et les études sur la mémoire

  • 68 Newsletter de 1980, p. 3.
  • 69 Newsletter de 1981, p. 3. Parmi les nombreuses publications de Dori Laub contenant ses analyses d’ (...)
  • 70 Notamment ceux de James Young, Lawrence L. Langer, Geoffrey Hartman et Henry Greenspan.
  • 71 Élevé au sein d’une famille berlinoise juive athée, Peter Gay (né Fröhlich, 1923-2015) fuit l’Alle (...)
  • 72 Raul Hilberg a également participé à une conférence organisée par la FVA, sans que celle-ci semble (...)
  • 73 Toronto/New York, Lyons Press, 1998.
  • 74 Cambridge University Press, 2002.
  • 75 Omer Bartov, « Testimonies as Historical Evidence: Reconstructing the Holocaust from Below », http (...)
  • 76 Newsletter de 1985, p. 1-2.
  • 77 Newsletter de 2000, p. 4.

5Dès sa première newsletter de 1980, le HSFP affirmait que la recherche bénéficiait, aux côtés de l’éducation, des « multiples possibilités » offertes par ses témoignages68. Des conférences réunissant des chercheurs se réclamant de plusieurs disciplines scientifiques, et au cours desquelles les enjeux civico-éducatifs ont constamment été soulevés, ont en effet été organisées régulièrement. Dans la lignée des travaux de Dori Laub, Hillel Klein et Robert Kraft, la prédominance d’un intérêt pour la recherche en psychologie est perceptible dans la programmation de ces conférences comme dans les bulletins d’information de la FVA69. Au-delà de la psychologie, une newsletter de 1985 mentionne la venue de chercheurs en histoire, en sociologie, en women’s studies, en littérature, en études cinématographiques et en études religieuses. Parmi les travaux dans ces différents domaines présentés par la FVA jusqu’en 2003, ceux portant sur la mémoire de la Shoah et l’acte de témoigner sont majoritaires70.En ce qui concerne la discipline historique, bien qu’un de ses représentants, le professeur de Yale Peter Gay71, ait intégré l’équipe scientifique de la FVA dès ses débuts, et que les historiens Raul Hilberg et Saul Friedländer aient été membres de son « comité honoraire des consultants », la question de l’utilisation des témoignages comme source pour l’histoire du génocide est très peu présente dans les bulletins d’information72. N’y sont mentionnés que les ouvrages des historiens Allan Levine, Fugitives of the Forest: The Heroic Story of Jewish Resistance and Survival during the Second World War73 et Christopher R. Browning, Nazi Policy, Jewish Labor, German Killers74. D’après les titres des présentations lors de la conférence de 2007 Testimony Across the Disciplines organisée par la FVA, il semble que seule l’intervention de l’historien Omer Bartov ait par ailleurs porté en détail sur l’apport du témoignage aux recherches historiques sur la Shoah, ceci alors que cette source était désormais plus fréquemment intégrée à des études de cette discipline75. Nous savons que le but premier de ces entretiens était pour la FVA de « capturer directement les sentiments et attitudes des survivants »76 et de sauvegarder non seulement des faits historiques mais aussi « une autre histoire », celle « de l’impact de la Shoah sur la mémoire, sur la communauté, sur le rescapé »77. Ce fort intérêt des archives pour les questions relatives aux émotions et à la mémoire a-t-il poussé les historiens à s’intéresser davantage à l’étude du témoignage vidéo en lui-même qu’à son potentiel en tant que source historique ? Ou les responsables de la FVA n’ont-ils pas prêté attention à des recherches historiques en raison de leur prisme mémoriel ?

  • 78 Pour une présentation des discussions historiennes sur les témoignages de rescapés de la Shoah, vo (...)
  • 79 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 134-135.
  • 80 Ibid., p. 142.
  • 81 M. Rothberg et J. Stark, « After the Witness… », art. cité, p. 88.

6Les critiques régulières d’historiens face aux témoignages, dont celles de Raul Hilberg, leur mise en doute de la fiabilité de la mémoire personnelle plus de quarante ans après les faits et sous l’influence de la mémoire collective, sont bien connues78. Comme en témoigne le chapitre que Geoffrey Hartman consacra en 1996 à la FVA dans The Longest Shadow, l’équipe de Yale était bien consciente de ce scepticisme. Dans son célèbre ouvrage, Hartman apportait aux historiens une réponse en plaidant pour un usage raisonné et complémentaire des sources orales et écrites79. Il appelait par ailleurs à ne pas chercher uniquement dans ces témoignages des « vérités de fait » (en français dans le texte) mais à considérer que leur « vraie valeur » se situe dans les informations qu’ils fournissent sur « le milieu psychologique et émotionnel du combat pour la survie, pas seulement à l’époque mais aussi maintenant »80. Dans la lignée de Dori Laub, Hartman invitait ainsi les historiens à réfléchir aux erreurs factuelles contenues dans les témoignages, lesquelles « peuvent ironiquement révéler une dimension différente de la vérité historique, qui ne relève pas de la vérité factuelle », mais de la vérité concernant l’expérience des persécutions et de la résistance81.

  • 82 Christopher R. Browning, À l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récits des survivants : mémoire (...)

7Plusieurs études historiques ayant utilisé des témoignages vidéo de rescapés de la Shoah ont depuis le début des années 2000 été remarquées. Publiée en 2010, la recherche de Christopher Browning sur le camp de Starachowice, basée dans sa quasi-intégralité sur des témoignages d’anciens déportés, représente à ce titre un tournant historiographique82. S’étant mis au « défi méthodologique et historiographique » d’écrire une « histoire scientifique » du camp-usine de Starachowice à partir de témoignages écrits, audio et vidéo, Browning explique soigneusement sa méthode de travail tout au long d’un ouvrage exemplaire sur l’usage des sources orales en histoire. Sur les 292 témoignages de survivants juifs passés par ce lieu et analysés par Browning, seulement six concernent toutefois le fonds de Yale, contre 123 de la VHA. Cela peut s’expliquer par le fait que la Visual History Archive rassemble plus de 54 000 entretiens alors que la FVA en contient dix fois moins. Si la VHA est plus citée que la FVA dans d’autres ouvrages, c’est aussi probablement dû à la plus grande accessibilité de la première, relayée dans des institutions à travers le monde depuis le milieu des années 2000 alors que la FVA n’a, elle, commencé à mettre en place des accès distants à son fonds qu’en 2016.

  • 83 Son ouvrage a été publié par Princeton University Press. Les autres principaux fonds vidéo consult (...)
  • 84 Échanges de l’auteur avec Evgeny Finkel, 27 et 28 juin 2020.

8L’historien Evgeny Finkel nous a confirmé le rôle que jouent les modalités d’accès aux témoignages vidéo dans leur inclusion au corpus de sources réunis par les chercheurs. Dans son étude publiée en 2017, Ordinary Jews : Choice and Survival during the Holocaust, laquelle repose massivement sur la consultation de témoignages, ce chercheur cite bien davantage la FVA que la VHA : parmi les 500 témoignages consultés, quatre-vingt-cinq proviennent de Yale contre douze de USC Shoah Foundation83. Selon ce dernier, ceci s’explique par une raison très pratique : sa résidence à Yale lors de sa recherche doctorale84. Couplée aux nombreux efforts de valorisation numérique entrepris récemment par la FVA, sa plus grande accessibilité devrait donc accentuer l’utilisation de ce fonds, dont nous allons maintenant exposer les principales caractéristiques.

Une collection en pleine valorisation numérique

  • 85 3 005 en anglais, 433 en hébreu, 343 en français, 164 en slovaque, 108 en allemand, 99 en russe, 8 (...)

9Parmi les 4 447 entretiens que la FVA compte à ce jour, 3 910 concernent des rescapés de la Shoah, les autres interviews étant consacrées à d’autres victimes ou témoins des crimes nazis (dont des membres de la résistance, des anciens déportés, des rescapés roms, des soldats des armées alliées et des employés des camps de personnes déplacées). L’ensemble de ces 4 447 entretiens a été enregistré dans dix-neuf pays et dans vingt langues différentes85. Bien que le protocole de la FVA ne cherche pas, comme le demande celui de la VHA, à retracer des « récits de vie » (life stories), le vécu des victimes avant et après la guerre est fréquemment documenté. Parce qu’ils ont été initiés dès 1979, ces entretiens contiennent notamment les souvenirs de treize personnes nées avant 1900, dont certaines abordent la Première Guerre mondiale et la Révolution russe de 1917. Parmi les vidéos figurent également des entretiens auprès de chercheurs ainsi que des enregistrements de conférences, par exemple celle donnée en 1986 à Yale par le réalisateur de Shoah (1985) Claude Lanzmann, ou de colloques, tel celui de 1998, Searching for Memory and Justice : The Holocaust and Apartheid.

  • 86 ; J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 11, 16.

10Tant que des témoins des crimes nazis sont en mesure d’être interviewés, la FVA poursuit ses collectes d’entretiens. Le rythme actuel est toutefois peu soutenu, se limitant à quelques enregistrements annuels réalisés directement sous format numérique. Plus rares depuis la fin des années 1990, ces derniers ne sont plus au cœur de ses projets. Souhaitant rester dans son domaine d’expertise, l’archive de New Haven ne se tourne pas non plus, comme le fait la VHA, vers la documentation d’autres crimes de masse. Elle dialogue néanmoins régulièrement avec des spécialistes d’autres génocides et soutient et conseille les collectes dirigées par un ancien étudiant de Yale, Taylor Krauss, dans le cadre de Voices of Rwanda, conçu sur le modèle de la FVA86.

11Entré dans une « seconde phase » depuis le début des années 2000, l’héritier du HSFP est désormais centré sur le développement de matériel éducatif, la poursuite du catalogage et la préservation de son fonds, aujourd’hui numérisé à 99 % et disponible sur la plateforme Aviary87. Des extraits de témoignages, dont des chansons, sont ainsi toujours valorisés sur Internet pour l’enseignement de la Shoah et l’information du grand public88. Des partenariats avec d’autres institutions de documentation sont aussi en cours de développement89. Plusieurs actions ont spécifiquement été lancées afin d’encourager la recherche. Parmi ces dernières figure un programme de bourses créé en mémoire de Geoffrey Hartman en 2016 et qui s’est depuis étendu90. La même année, les archives sont devenues accessibles dans des points relais aux États-Unis puis à l’étranger. En 2020, quatre-vingts institutions à travers le monde permettent ainsi de consulter les archives Fortunoff, chiffre que les responsables souhaitent doubler d’ici 202191. Les modalités d’accès aux témoignages depuis les points relais, encore contraignantes il y a quelques années, sont aujourd’hui très simplifiées. La transcription, longtemps non envisagée tant pour des raisons pratiques (cette opération est longue et coûteuse) qu’éthiques, est désormais en cours de réalisation et s’ajoute à un système d’indexation résumant en anglais les témoignages en segments d’environ cinq minutes92. Un « Outil visuel de recherche » (Visual Search Tool) lancé en 2019 permet en outre de filtrer de manière très intuitive les recherches par langue, dates et lieu de naissance des témoins, par dates d’enregistrements des entretiens ainsi que par intervieweurs, mots-clés et antennes de la FVA93. En attendant que l’annotation partagée de témoignages par les utilisateurs soit finalisée, un dernier outil numérique ajouté au site de la FVA en 2020, la « Base de données de citation de témoignages » (Testimony Citation Database), permet d’ores et déjà de consulter les extraits de témoignages qui ont été cités par des chercheurs depuis quarante ans94.

12La constitution d’une telle base de données est possible grâce à l’attention que la FVA prête depuis ses débuts au suivi des usages de son fonds. Afin d’éviter que les témoins ne retrouvent leurs propos dans un livre ou une exposition sans en avoir été préalablement informés, les archives demandent à chaque usager de les prévenir avant de citer un entretien. Maîtriser le devenir de la parole des témoins a toujours été une considération éthique centrale pour la FVA. Légalement, les archives ont aujourd’hui le droit de diffuser leurs entretiens en ligne et en libre accès. Les interviewés ont cependant en majorité donné leur accord pour diffuser des extraits de leur témoignage à une époque où leur consultation constante à travers le monde via internet n’était pas concevable. Afin de respecter l’accord moral conclu avec ces derniers avant l’ère du numérique, l’accès au contenu de la FVA est donc circonscrit à des points relais et nécessite une pré-inscription en ligne. Toujours dans l’optique de préserver la vie privée des témoins, seuls leurs prénoms et la première lettre de leur patronyme sont renseignés lors des consultations. Des réflexions ont toutefois été entamées au sujet de la divulgation de l’intégralité des noms des témoins qui ne sont plus en vie95.

13Parce que la FVA s’apparente en plusieurs points aux grandes collectes qui émanèrent du monde judéo-polonais dans l’immédiat après-guerre et qu’elle explore aujourd’hui de nombreuses potentialités numériques, cette collection permet de réfléchir à la fois à l’ancrage, à l’histoire et à l’évolution du témoignage de la Shoah. Marquée par la recherche en psychologie et la psychanalyse, conservée en vue d’études portant tant sur l’histoire que sur la mémoire, attentive aux enjeux pédagogiques, elle invite aux analyses et enseignements pluridisciplinaires. Conçue aux États-Unis et développée à l’international, enregistrée dans dix-neuf pays et en vingt langues, elle offre par ailleurs des possibilités d’études transnationales et linguistiques. Nous espérons que de futures études permettront d’observer dans quelle mesure les possibilités innovantes de recherche en ligne qui ont été récemment développées à Yale servent à l’intégration de ces témoignages dans des travaux scientifiques, œuvres artistiques, documentations ou enseignements portant sur la Seconde Guerre mondiale, la Shoah et la prise de parole des rescapés de violences de masse.

Haut de page

Notes

1 Le nom de cette collection a changé plusieurs fois au cours du temps. Les termes « Video Archive » (VA) sont associés à ce fonds depuis décembre 1981. Par souci de le distinguer de l’entreprise de collecte Visual History Archive, dont le sigle (VHA) est proche de celui de la VA, nous avons fait le choix dans cet article de faire référence à la Fortunoff Video Archive (FVA). Pour la période précédente (1979-1981), nous faisons référence au Holocaust Survivors Film Project (HSFP). Je remercie Stephen Naron et Simon Perego de m’avoir transmis de précieuses informations et commentaires afin de compléter et enrichir cet article.

2 Les données chiffrées fournies dans cet article ont été relevées le 30 juin 2020.

3 En 2020, trois établissements français bénéficient d’un accès à l’ensemble de la collection. Il s’agit du Centre d’enseignement multimédia (CEM) du Mémorial de la Shoah, de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) du CNRS et du George and Irina Schaeffer Center for the Study of Genocide, Human Rights and Conflict Prevention de l’université américaine de Paris (AUP). Les bulletins d’information du HSFP et de la FVA sont accessibles en ligne : https://fortunoff.library.yale.edu/education/publications/.

4 Annette Wieviorka, L'Ère du témoin, Paris, Fayard, « collection Pluriel », 2013 [1998].

5 Cecile E. Kuznitz, YIVO and the Making of Modern Jewish Culture: Scholarship for the Yiddish Nation, New York, Cambridge University Press, 2014.

6 Samuel D. Kassow, Qui écrira notre histoire ? Les archives secrètes du ghetto de Varsovie, Paris, Grasset, 2011 [2007].

7 Des projets documentaires se développèrent également hors du monde judéo-polonais, notamment en France via le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC). Au sujet de ces différents efforts de documentation, voir Laura Jockusch, Collect and Record ! Jewish Holocaust Documentation in Early Postwar Europe, Oxford, Oxford University Press, 2012. Sur les collectes documentaires en Israël, voir notamment Boaz Cohen, « L’historiographie israélienne de la Shoah. History of Holocaust’s historical research in Israel, 1945-1980 », Revue d’Histoire de la Shoah, 188 (1), 2008, p. 47-92.

8 Judith Lindenberg (dir.), Premiers savoirs de la Shoah, Paris, CNRS Éditions, 2017.

9 Dans l’immédiat après-guerre, des collectes de témoignages de rescapés de la Shoah ont également été menées en dehors du monde juif polonais. Voir par exemple les fonds présentés sur le site internet de l’European Holocaust Research Infrastructure : https://early-testimony.ehri-project.eu/.

10 Sur l’histoire et les usages de la Visual History Archive, voir Constance Pâris de Bollardière, « Le témoignage à la caméra : la Visual History Archive, une source audiovisuelle pour la recherche sur la Shoah et les crimes de masse », Histoire@Politique (rubrique « Sources »), 33, septembre-décembre 2017 [en ligne : histoire-politique.fr].

11 Les huit bulletins d’information publiés par la FVA de 1980 à 2003 ne font pas référence à des entreprises précédentes de collecte documentaire. Trois des fondateurs et piliers du HSFP, Dori Laub, Geoffrey Hartman et Laurel Vlock, n’étaient par ailleurs pas issus de familles de rescapés juifs polonais, cf. leurs notices biographiques en notes 14, 15 et 33.

12 Sur les cas des États-Unis et de la France, voir par exemple Peter Novick, L’Holocauste dans la vie américaine, Paris, Gallimard, 2001 [1999] et François Azouvi, Le Mythe du grand silence. Auschwitz, les Français, la mémoire, Paris, Fayard, 2012. Signalons néanmoins que l’historiographie récente a révisé l’idée d’une absence mémorielle de la Shoah dans l’immédiat après-guerre et les années 1950. Sur ce débat, voir entre autres Simon Perego, « La mémoire avant la mémoire ? Retour sur l’historiographie du souvenir de la Shoah dans la France de l’après-guerre », 20 & 21. Revue d’histoire, 145 (1), 2020, p. 77-90.

13 Annette Wieviorka, L'Ère du témoin, op. cit., p. 81-126; Jeffrey Shandler, While America Watches: Televising the Holocaust, New York/Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 83-132.

14 Joanne Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project: From Local to Global », 2012, p. 2, article publié sur le site internet des archives Fortunoff, http://fortunoff.library.yale.edu/wp-content/uploads/2018/10/local_to_global.pdf. Comme l’a remarqué le chercheur Noah Shenker, la relation entre la campagne pour ériger un mémorial de la Shoah et le recueil de témoignages s’observe aussi dans le cas des collectes vidéo du United States Holocaust Memorial Museum (USHMM), cf. Noah Shenker, Reframing Holocaust Testimony, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2015, p. 20.

15 Sybil Milton, In Fitting Memory: The Art and Politics of Holocaust Memorials, Detroit, Wayne State University Press, 1991, chapitre 6.

16 Originaire de New Haven, Laurel Vlock (1926-2000) était journaliste pour la télévision, réalisatrice et productrice. Elle fut l’une des fondatrices du HSFP et participa à 817 sessions d’enregistrements. Parmi ses nombreuses réalisations, le documentaire Forever Yesterday (1980), basé sur des témoignages de la Fortunoff Video Archive, remporta un Emmy Award.

17 Dori Laub (1937-2018) était originaire de la ville de Czernovitz en Roumanie (actuellement située en Ukraine). À l’âge de cinq ans, il fut déporté dans un camp de Transnistrie puis transféré dans le ghetto d’Obodovka. Arrivé en Israël en 1950, il y obtint un master de psychologie clinique et servit dans l’armée, avant d’entamer une formation psychanalytique aux États-Unis où il fit aussi des études de médecine à l’université Yale. Il s’établit à New Haven en tant que psychiatre tout en enseignant dans le département de psychiatrie de Yale. En 1973, il s’occupa de soldats israéliens traumatisés par leur expérience de la Guerre de Kippour, les plus touchés d’entre eux étant selon lui des enfants de rescapés de la Shoah. En 1977, il décida de recueillir des témoignages de rescapés puis rejoignit en 1979 le HSFP, dont il fut l’un des co-directeurs aux côtés de Geoffrey Hartman, Laurel Vlock et Malcolm C. Webber. Il mena par la suite des entretiens auprès de rescapés de la Shoah suivis à l’hôpital psychiatrique Beer Yaakov en Israël.

18 Les identifiants de ces entretiens sont : mssa.hvt.0001, mssa.hvt.0002, mssa.hvt.0003 et mssa.hvt.0050. Nous avons choisi de nous conformer à la politique de non-divulgation des patronymes des témoins adoptée par la Fortunoff Video Archive.

19 Geoffrey Hartman, The Longest Shadow: In the Aftermath of the Holocaust, Bloomington, Indiana University Press, 1996, p. 143; A. Wieviorka, L'Ère du témoin, op. cit., p. 129; idem, L’Heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage. Entretiens avec Séverine Nikel, Paris, Albin Michel, « Collection Itinéraires du savoir », 2011, p. 160 ; Françoise Davoine, « Entretien avec Dori Laub », Le Coq-héron, 214, 2013, p. 145.

20 Elie Wiesel, … Et la mer n’est pas remplie, Paris, Seuil, 1996, p. 161-165, cité par A. Wieviorka, L'Ère du témoin, op. cit., p. 131.

21 F. Davoine, « Entretien avec Dori Laub », art. cité, p. 145. Le Chagrin et la Pitié est sorti au cinéma en France en 1969. Ce film, basé sur la parole de témoins, remet en cause la vision de la France résistante face aux nazis sans toutefois traiter de la participation du régime de Vichy aux persécutions et déportations des Juifs de France. Selon l’historienne Florence Descamps, Le Chagrin et la Pitié a « popularis[é] la figure du témoin ‘parlant’, jusque-là restée sans visage », cf. Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019, p. 54.

22 F. Davoine, « Entretien avec Dori Laub », art. cité, p. 145.

23 J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 2.

24 Né en Pologne, William Rosenberg (1929-1996) immigra aux Etats-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Il fut l’un des fondateurs et des constants soutiens du HSFP puis de la Fortunoff Video Archive.

25 J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 2.

26 Il s’agit du futur USHMM, ouvert en 1993.

27 F. Davoine, « Entretien avec Dori Laub », art. cité, p. 145.

28 J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 2-4. Le plus grand nombre d’entretiens a été réalisé entre 1989 et 1996 (2 659 sur les 4 447 à ce jour), l’année 1992 enregistrant le total le plus élevé, avec 447 vidéos. Cette année-là, des entretiens ont également été filmés à l’étranger, cf. la page « Visual Search Tool », https://yale-fortunoff.github.io/metadash/.

29 A. Wieviorka, L'Ère du témoin, op. cit., p. 81.

30 Florence Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, « Collection Sources », 2001, chapitre « L’Amérique pionnière : la naissance de ‘l’histoire orale’ et son expansion en Europe au xxe siècle ».

31 A. Wieviorka, L’Ère du témoin, op. cit., p. 128.

32 Newsletter de 1985, p. 1-2.

33 Il ne s’agit toutefois pas de la première collecte de voix de rescapés de la Shoah. Le psychologue américain d’origine lettone David Boder avait durant l’été 1946 recueilli sur magnétophone les paroles de 130 personnes, en majorité des rescapés de la Shoah, en France, Suisse, Italie et Allemagne, cf. Alan Rosen, The Wonder of Their Voices : The 1946 Holocaust Interviews of David Boder, New York, Oxford University Press, 2010.

34 Newsletter de 1985, p. 1.

35 A. Wieviorka, L’Ère du témoin, op. cit., p. 127-180.

36 Né à Francfort, Geoffrey Hartman (1929-2016) fut envoyé en Grande-Bretagne pour échapper aux persécutions nazies alors qu’il était encore un enfant, puis immigra après-guerre aux Etats-Unis grâce à un kindertransport. Il suivit des études littéraires à l’université Yale et devint un spécialiste reconnu de la poésie romantique (plus particulièrement de William Wordsworth), de théorie littéraire, de cultural studies, mais aussi d’études juives, de la mémoire de la Shoah et de la trauma theory. En plus de ses enseignements de littérature anglaise et comparée à l’université Yale, il y co-fonda le département d’études juives et fut l’un des piliers du HSFP puis de la FVA, cf. PVermeulen, « Geoffrey Hartman », Témoigner. Entre histoire et mémoire/Getuigen. Tussen geschiedenis en herinnering, rubrique « Dictionnaire testimonial et mémoriel », 119, 2014, p. 173-174. Parmi ses nombreuses publications se trouvent l’ouvrage de réflexion sur la représentation et la transmission de la Shoah The Longest Shadow…, op. cit. et son autobiographie intellectuelle A Scholar’s Tale : Intellectual Journey of a Displaced Child of Europe, New York, Fordham University Press, 2007.

37 En 1987, le HSFP légua de façon permanente ses enregistrements à la FV A. L’association cessa par la suite d’exister, cf. J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 7.

38 Ibid., p. 2-4 ; Newsletter de 1985, p. 1.

39 L’homme d’affaires Alan A. Fortunoff (1933-2000) reprit l’entreprise parentale de vente à bas prix et se spécialisa dans la bijouterie.

40 Les efforts de levées de fonds privés demeurèrent cependant constants. Un unique financement public nous est connu. Il s’agit d’une subvention du prestigieux National Endowment for the Humanities, obtenue en 2002, cf. la newsletter de 2003, p. 2.

41 Selon l’historienne Hannah Pollin-Galay, la FVA contacta Yad Vashem dès 1979 mais le mémorial israélien déclara alors ne pas être intéressé par la collecte de témoignages vidéo, cf. Ecologies of Witnessing : Language, Place and Holocaust Testimony, New Haven/Londres, Yale University Press, 2018, chapitre 1. En 1989, Yad Vashem commença à collecter des témoignages vidéo en son nom propre.

42 En 1991, la FVA enregistra 470 heures d’entretiens en Israël via un projet coopératif avec l’USHMM et le Massua Institute for Holocaust Research and Commemoration, cf la newsletter de 1992, p. 1.

43 L’historienne Annette Wieviorka a organisé l’entreprise de collecte de témoignages de l’antenne française « Témoignages pour mémoire » et a mené, en tant qu’intervieweuse, quarante-trois entretiens. Elle revient sur cette expérience dans L’Heure d’exactitude…, op. cit., p. 160-165.

44 Newsletters de 2000, p. 1 et 2003, p. 2. Parmi ces derniers se trouvent Saul Friedländer (interviewé en 1991, mssa.hvt.1679), Terrence des Pres (1996, mssa.hvt.8074), Annette Wieviorka (2002, mssa.hvt.4434), Henry Rousso (2002, mssa.hvt.4433) et Aleida Assmann (2003, mssa.hvt.4424).

45 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 144.

46 Michael Rothberg et Jared Stark, « After the Witness: A Report from the Twentieth Anniversary Conference of the Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies at Yale », History & Memory, 15 (1), 2003, p. 89.

47 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 144. Geoffrey Hartman doute à nouveau de la portée thérapeutique des témoignages dans « Le témoignage de l’Holocauste à l’époque des génocides », in Emmanuel Alloa et Stefan Kristensen (dir.), Témoignage et Survivance, Genève, MétisPresses, 2014, p. 48.

48 Le psychiatre et psychanalyste israélien Hillel Klein déclara dans la newsletter de 1980 du HSFP, p. 2, que « la valeur thérapeutique de l’approche en tête-à-tête démontrée dans le projet de New Haven ne peut pas être surévaluée ». Klein avait suivi des rescapés de la Shoah en Israël et travaillé à Yale au début des années 1980. Selon Dori Laub, cette portée thérapeutique pouvait concerner les témoins comme leurs interlocuteurs : « je me demande si ma rencontre avec des témoins réduits au silence ne me soigne pas moi-même du trauma », voir F. Davoine, « Entretien avec Dori Laub », art. cité, p. 146. La responsable de l’antenne française de la FVA, Annette Wieviorka, confirme la finalité thérapeutique de ces entretiens, sur laquelle elle ne se prononce néanmoins pas, voir A. Wieviorka, L’Heure d’exactitude…, op. cit., p. 161 et Henry Greenspan et al., « Engaging Survivors : Assessing ‘Testimony’ and ‘Trauma’ as Foundational Concepts », Dapim : Studies on the Holocaust, 28 (3), 2014, p. 219.

49 Stephen Naron, « Archive, Ethics and Influence: How the Fortunoff Video Archive’s Methodology Shapes its Collection’s Content », in Werner Dreier, Angelika Laumer et Moritz Wein (dir.), Interactions. Explorations of Good Practice in Educational Work with Video Testimonies of Victims of National Socialism, vol. 4, Berlin, Foundation EVZ, 2018, p. 47; G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 133; idem, « Le témoignage de l’Holocauste à l’époque des génocides », art. cité, p. 47.

50 S. Naron, « Archive, Ethics and Influence… », art. cité, p. 47.

51 « Interview Methodology », https://fortunoff.library.yale.edu/about-us/our-story/.

52 Newsletters de 1996, p. 9 et 2000, p. 4; S. Naron, « Archive, Ethics and Influence… », art. cité, p. 46.

53 « Toward an Understanding of Media-Based Testimony », document utilisé dans le cadre des premières formations du HSFP, cité par N. Shenker, Reframing Holocaust Testimony, op. cit., p. 27.

54 Ibid., p. 28; P. Vermeulen, « Geoffrey Hartman », art. cité, p. 173-174.

55 S. Naron, « Archive, Ethics and Influence… », art. cité, p. 48.

56 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 144.

57 Geoffrey Hartman revient à nouveau sur l’« attrait pédagogique du témoignage » dans « Le témoignage de l’Holocauste à l’époque des génocides », art. cité, p. 42-43.

58 Ibid. ; Newsletter de 1990, p. 3.

59 Newsletter de 1980, p. 1, 3.

60 Newsletters de 1981, p. 1 et 1985 p. 6.

61 Newsletters de 1985, p. 2 et 1990, p. 1.

62 Newsletters de 2000, p. 3 et 2003, p. 4.

63 Joanne Rudof, « Shaping Public and Private Memory: Holocaust Testimonies, Interviews and Documentaries », International Journal of the Audio-Visual Testimony, 1, 1998, p. 125, cité dans H. Pollin-Galay, Ecologies of Witnessing…, op. cit., chapitre 1.

64 Cette question a récemment été soulevée par les chercheuses Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, cf. À quoi servent les politiques de mémoire ?, Paris, Les Presses de SciencesPo, 2017.

65 M. Rothberg et J. Stark, « After the Witness… », art. cité, p. 90.

66 Les archives Fortunoff présentent actuellement leurs objectifs dans les termes suivants : « enregistrer, collecter et préserver les témoignages de témoins de la Shoah et rendre cette collection accessible aux chercheurs, éducateurs et au grand public », cf. la page internet « About us, Our Story », consultée le 26 juin 2020, http://fortunoff.library.yale.edu/about-us/our-story/. Cette dimension civique ne semble toutefois pas totalement absente de nos jours. Le 4 juin 2020, alors que le mouvement Black Lives Matter se fait puissamment entendre aux États-Unis, l’historien à l’université Yale et conseiller scientifique de la FVA Timothy Snyder conclut une déclaration dans les termes suivants : « Le devoir de mémoire ne signifie rien si nous oublions nos propres responsabilités dans le mal et le bien. Nous soutenons ceux qui se battent pour la justice, et condamnons le meurtre raciste avec une aversion totale et absolue. C’étaient les nazis qui ordonnèrent à la police et aux soldats d’être des combattants raciaux. Plus jamais », https://fortunoff.library.yale.edu/2020/06/04/a-message-from-faculty-advisor-timothy-snyder/.

67 Page internet « What we do » de USC Shoah Foundation, consultée le 26 juin 2020, https://sfi.usc.edu/what-we-do.

68 Newsletter de 1980, p. 3.

69 Newsletter de 1981, p. 3. Parmi les nombreuses publications de Dori Laub contenant ses analyses d’entretiens vidéo de la FVA, voir Dori Laub et Shoshana Felman, Testimony : Crises of Witnessing in Literature, Psychoanalysis and History, New York, Routledge, 1992. Le psychologue américain David Boder analysa lui aussi les effets psychologiques des persécutions sur les victimes qu’il a interviewées en 1946 (voir note 32). Les bulletins d’information du HSFP puis de la FVA ne font néanmoins pas référence à cette précédente entreprise testimoniale, dont les méthodes d’entretien étaient par ailleurs plus directives que celles de la FVA.

70 Notamment ceux de James Young, Lawrence L. Langer, Geoffrey Hartman et Henry Greenspan.

71 Élevé au sein d’une famille berlinoise juive athée, Peter Gay (né Fröhlich, 1923-2015) fuit l’Allemagne nazie et, après un passage par Cuba, se réfugia aux États-Unis en 1941. Après une thèse soutenue en 1947 sur le socialiste allemand Eduard Bernstein, il se spécialisa dans l’histoire des Lumières et de Voltaire. Il se forma également à la psychanalyse, mena des recherches psycho-historiques sur la classe moyenne victorienne et publia une biographie de Sigmund Freud. Son autobiographie, My German Question : Growing Up in Nazi Berlin, parut en 1998. Il enseigna à l’université Yale de 1969 à 1993.

72 Raul Hilberg a également participé à une conférence organisée par la FVA, sans que celle-ci semble être liée à la question particulière du témoignage, source qu’il n’utilisait par ailleurs pas dans ses travaux. Saul Friedländer a quant à lui été interviewé par la FVA en 1991 (mssa.hvt.1679), voir les newsletters de 1985, p. 2, de 1992, p. 5, de 1996, p. 8, 2000 p. 3 et 2003, p. 2.

73 Toronto/New York, Lyons Press, 1998.

74 Cambridge University Press, 2002.

75 Omer Bartov, « Testimonies as Historical Evidence: Reconstructing the Holocaust from Below », https://fortunoff.library.yale.edu/wp-content/uploads/2018/10/Conference_2007_program.pdf.

76 Newsletter de 1985, p. 1-2.

77 Newsletter de 2000, p. 4.

78 Pour une présentation des discussions historiennes sur les témoignages de rescapés de la Shoah, voir Constance Pâris de Bollardière, « Les historiens face aux témoignages de rescapés de la Shoah », Vingtième Siècle. Revue d’histoire (rubrique « Archives »), 139 (3), 2018, p. 231-241. Face à des témoignages parfois « exceptionnels » mais aussi à d’autres « imprécis et parfois, osons le dire, fantaisistes », Annette Wieviorka elle-même déclara avoir « toujours été ambivalente face à ce travail de collecte », cf. L’Heure d’exactitude…, op. cit., p. 161-162.

79 G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 134-135.

80 Ibid., p. 142.

81 M. Rothberg et J. Stark, « After the Witness… », art. cité, p. 88.

82 Christopher R. Browning, À l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récits des survivants : mémoire et histoire, Paris, Fayard (coll. « Pluriel »), 2013 [2010].

83 Son ouvrage a été publié par Princeton University Press. Les autres principaux fonds vidéo consultés par Finkel sont ceux de Yad Vashem (cinquante-quatre entretiens) et de l’Université hébraïque de Jérusalem (trente-neuf entretiens).

84 Échanges de l’auteur avec Evgeny Finkel, 27 et 28 juin 2020.

85 3 005 en anglais, 433 en hébreu, 343 en français, 164 en slovaque, 108 en allemand, 99 en russe, 82 en serbe, 38 en espagnol, 36 en yiddish, 32 en polonais, 26 en néerlandais, 19 en judéo-espagnol (« ladino »), 17 en tchèque, 14 en hongrois, 11 en plusieurs langues, 9 en langue des signes, 4 en romani, 4 en grec, 2 en roumain et 1 en italien.

86 ; J. Weiner Rudof, « A Yale University and New Haven Community Project… », art. cité, p. 11, 16.

87 Newsletters de 2000, p. 1 et 2003, p. 2 ; https://fortunoff.aviaryplatform.com/.

88 Pages « Glimpses from Testimony », https://fortunoff.library.yale.edu/education/glimpses-from-testimonies/, « Songs from Testimonies », https://fortunoff.library.yale.edu/education/songs-from-testimonies/, « Podcasts », https://fortunoff.library.yale.edu/education/podcasts/, consultées le 10 septembre 2021.

89 En 2018, la FVA a démarré une bourse postdoctorale commune avec le Wiesenthal Institute for Holocaust Studies de Vienne (https://fortunoff.library.yale.edu/2018/08/21/vwi/) ainsi qu’une anthologie de témoignages vidéo, intitulée Let Them Speak, produite conjointement avec l’USHMM et la Visual History Archive (https://dhlab.yale.edu/projects/let-them-speak/).

90 https://fortunoff.library.yale.edu/fellowship/hartman/.

91 Les archives sont à ce jour consultables dans les pays suivants : États-Unis, Canada, Australie, Israël, Brésil, Allemagne Ukraine, Belgique, Italie, France, Suède, Pays-Bas, République tchèque, Grèce, Slovaquie, Pologne, Serbie, Danemark, Royaume-Uni, Espagne, Autriche et Afrique du Sud. Moins de 10 % des témoignages demeurent cependant toujours en accès restreint uniquement sur place à la bibliothèque de l’université Yale.

92 S. Naron, « Archive, Ethics and Influence… », art. cité, p. 48; G. Hartman, The Longest Shadow…, op. cit., p. 144. À ce jour, 400 entretiens en anglais ont été transcrits.

93 https://yale-fortunoff.github.io/metadash/.

94 https://yale-fortunoff.github.io/citationdb/#/.

95 À titre de comparaison, les témoignages vidéo de Yad Vashem (https://yadvashem.org/collections/testimonies.html) et de l’USHMM (https://collections.ushmm.org/search/?f%5Brecord_type_facet%5D%5B%5D=Oral+History) sont disponibles en libre accès en ligne. Échanges de l’auteur avec l’archiviste de la FVA Stephen Naron, 15 octobre 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Pâris de Bollardière, « Du projet d’une « communauté de survivants » à la plateforme Aviary »Bulletin de l'AFAS, 47 | 2021, 124-143.

Référence électronique

Constance Pâris de Bollardière, « Du projet d’une « communauté de survivants » à la plateforme Aviary »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 47 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2021, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/afas/6369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.6369

Haut de page

Auteur

Constance Pâris de Bollardière

Docteure en histoire de l’EHESS et directrice adjointe du George and Irina Schaeffer Center for the Study of Genocide, Human Rights, and Conflict Prevention à The American University of Paris. Ses recherches actuelles portent sur la culture yiddish et les pratiques testimoniales aux États-Unis et en France après la Shoah.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search