Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47PortraitUMAM Documentation & Research par...

Portrait

UMAM Documentation & Research par ses fondateurs, Monika Borgmann et Lokman Slim

Monika Borgmann, Lokman Slim et Véronique Ginouvès
p. 164-186

Résumés

UMAM Documentation and Research est une association créée en 2004 par Lokman Slim et Monika Borgmann à Beyrouth. Elle conserve et met à disposition de tous les publics des documents d’archives dans l’objectif de documenter l’histoire sociale et culturelle du Liban de 1840 à nos jours. Ses collections rassemblent des matériaux multiples – livres, journaux, affiches, magazines, documents officiels, artefacts – dont de nombreux enregistrements sonores issus d’entretiens, des émissions radiophoniques, des films et des rushes, qu’ils ont produits eux-mêmes ou qu’ils ont collectés. Lokman Slim a été assassiné le 3 février 2021, le crime est jusqu’ici resté impuni. L'entretien est archivé à la phonothèque de la MMSH (n° 5572).

Haut de page

Texte intégral

1La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) conserve et valorise plusieurs collections sonores qui ont été constituées au Liban, en Syrie et en Jordanie depuis le milieu des années 1970. Responsable de ce fonds sonore, je me suis rendue en 2018 au Liban dans le cadre d’un financement de mobilité internationale du CNRS, avec l’objectif de mieux contextualiser la production de ces archives. Au cours de ce séjour, j’ai rencontré plusieurs acteurs du monde des archives, des bibliothèques et de la documentation, avec qui j’ai enregistré une série d’entretiens. Dans cette dynamique, un colloque international a été organisé à Beyrouth en mai 2019 sur le thème Nouvelles archives numériques. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie1 qui mettait en lumière nombre de ces acteurs. Le colloque a été également l’occasion de projeter au cinéma Montaigne de l’Institut français de Beyrouth devant une centaine de personnes, le film Tadmor, réalisé par Lokman Slim et Monika Borgmann, les fondateurs d’UMAM Documentation and Research avec qui est mené l’entretien transcrit ici2. Cette association conserve et met à disposition de tous les publics des documents d’archives dans l’objectif de documenter l’histoire sociale et culturelle du Liban de 1840 à nos jours. Ses collections rassemblent des matériaux multiples – livres, journaux, affiches, magazines, documents officiels, artefacts – dont de nombreux enregistrements sonores issus d’entretiens, des émissions radiophoniques, des films et des rushes, qu’ils ont produits eux-mêmes ou qu’ils ont collectés. Depuis cette première rencontre, nous n’avons cessé d’échanger avec UMAM Documentation and Research sur divers sujets de façon fructueuse, jusqu’à ce que, brutalement, Lokman Slim soit assassiné le 3 février 2021.

  • 3 Une bibliographie regroupe une sélection d’articles qui ont été publiés après l’assassinat de Lokma (...)

2Ce crime est resté impuni jusqu’ici. Plusieurs articles en hommage à Lokman Slim ont été publiés depuis le 4 février 2021 où il a été retrouvé criblé de balles dans sa voiture3. La transcription de cet entretien, réalisé chez lui le 7 mai 2018, s’ajoute à ceux-ci comme une façon de mieux faire connaître et partager les missions d’une organisation qui participe à la constitution et à l’accès des archives au Moyen-Orient.

Fig. 1 – Portrait de Lokman Slim, lors de la 25e édition du Salon du livre francophone de Beyrouth, table ronde sur le thème « Le numérique comme outil du patrimoine culturel ».

Fig. 1 – Portrait de Lokman Slim, lors de la 25e édition du Salon du livre francophone de Beyrouth, table ronde sur le thème « Le numérique comme outil du patrimoine culturel ».

Photographie de Leila Doraï, 10 novembre 2018, CC-BY-NC.

Véronique Ginouvès (VG) : Bonjour, merci de m’accueillir à UMAM Documentation and Research. Cette maison est magnifique.

  • 4 La Villa Slim, est située sur Slim Street, dans le quartier de Dahieh Janoubyé, précisément à Hare (...)

Monika Borgmann (MB) : C’est la maison familiale de Lokman4, une des dernières villas avec jardin dans cette partie de Beyrouth.

[Silence du jardin dans la ville, en fond sonore des chants d’oiseaux, le son des tasses qui tintent quand le café est servi]

  • 5 Dahieh Janoubyé est un faubourg au sud de la ville de Beyrouth, situé au nord de l’aéroport interna (...)
  • 6 Le quartier de Badaro, principalement résidentiel, très animé par des restaurants et bars, est appr (...)

Lokman Slim (LS) : Disons qu’il s’agit de la maison d’une famille non nucléaire. Dans quelle mesure cette famille s’est élargie c’est une autre histoire. C’est une maison assez classique à Beyrouth ; enfin, avant les changements sociopolitiques et démographiques de la région. Ici ce n’était pas le centre-ville. Au tournant du xixe-xxsiècle c’était plutôt une zone résidentielle pour les Beyrouthins, ils s’en sont retirés au moment – entre guillemets – de « la guerre ». Mais il ne faut pas oublier que l’aéroport qui est à quelques minutes d’ici, donc les résidences cossues de plusieurs premiers ministres, de l’élite bancaire, se sont ensuite construites, nombre de Beyrouthins se sont installés là pour ne pas habiter en centre-ville. Et aujourd’hui c’est un autre renversement de situation auquel on assiste puisque Dahieh5 est considéré comme la banlieue Sud, la capitale du Hezbollah, la ceinture de pauvreté – soi-disant pauvreté – etc. C’est un retournement de situation continuel qui a eu lieu dans ce quartier, du début du xxsiècle jusqu’à aujourd’hui. Cela se retrouve dans l’identité même de ce quartier et dans sa perception. C’est pour cela d’ailleurs que je vous posais la question de savoir si vous étiez d’accord pour venir jusqu’ici, car je ne savais pas si vous étiez familière de la ville. Souvent, même si – par exemple – nous ne sommes situés qu’à deux kilomètres de Badaro6, beaucoup considèrent que là, c’est Dahieh et qu’ils ne s’y rendent pas. Il y a une sorte de barrière mentale, …

  • 7 Le rond-point de Tayoune est la limite sud du quartier de Badaro mais aussi de Ain el Remmeneh et C (...)

MB : [rire] qui commence quelque part à Tayoune7.

LS : Donc au-delà des Pyrénées cela devient…

VG : Les Basques ! [Rires de tous les trois]

  • 8 Achrafieh est un quartier chrétien de l’est de Beyrouth, limitrophe de celui Badaro.

LS : Et donc, on ne passe pas chez les Basques, bien que géographiquement nous soyons vraiment limitrophes. Et peut-être que c’est une chance. En tout cas pour moi c’est une chance, car je pense que la circulation dans notre vie quotidienne est plus fluide, beaucoup plus que pour beaucoup de gens qui soi-disant sont au centre. J’ai une facilité d’aller n’importe où, que d’autres n’ont pas – et peu importe le moyen de transport. Nous pouvons bouger plus facilement que ceux qui font de longs plans, pendant une heure à Achrafieh8, pour se déplacer, pour venir nous visiter.

VG : Est-ce qu’avec le temps cela ne se modifie pas ? Le Liban n’est-il pas en train de changer ?

LS : Ça se relâche peut-être, mais déjà vous avez pu le remarquer lorsque je vous ai accompagnée, nous sommes passés devant un contrôle de l’armée, cela veut dire que la zone est suspecte…

VG : L’association UMAM est installée ici depuis combien de temps ?

  • 9 Monika Borgmann, Nina Menkes, Lokman Slim et Hermann Theissen, Massaker, Lichtblick Film, 2004 (1h (...)

MB : Massaker9 a été monté ici. Nous sommes là depuis 2004. Bien sûr Lokman a toujours été là, mais nous avons fondé UMAM, l’association, ici. Et comme il n’y a pas beaucoup de maisons comme ça dans Beyrouth, nous voulions que cette maison reste vivante. Aujourd’hui c’est un jour férié, juste après les élections, il n’y a personne dans le bureau. Mais habituellement l’équipe y travaille. Il y a aussi Le Hangar, qui est utilisé comme lieu d’exposition, juste à côté de la villa. C’est volontairement que nous avons voulu y organiser nos activités, nous avons un deuxième bureau à Badaro mais le principal, celui de la vie de l’association est ici, pour que ce lieu reste vivant.

VG : En 2004, quand vous avez créé UMAM, vous aviez déjà collecté des documents ? Comment se sont constituées les collections ?

LS : Ce sont en fait deux histoires de vie différentes qui se sont croisées lorsque nous avons créé UMAM, parce que Monika faisait tout autre chose dans la vie, et moi aussi.

  • 10 À cette période, Monika Borgman réalise un entretien avec Saïd Mekbel, intellectuel et journaliste (...)
  • 11 Sur le processus de création du film Massaker, Monika Borgmann et Lokman Sim, « Un entretien de Mo (...)

MB : Disons que le film Massaker a été certainement un déclencheur. En fait Lokman et sa famille ont toujours collecté des journaux, des livres, des tracts, de la littérature grise, … par intérêt. Moi, j’étais journaliste freelance, basée au Caire auparavant10. En 2001, je suis venue ici et nous avons commencé à travailler sur le film Massaker11 ; voilà pourquoi peut-être le film est le déclencheur. Puisque vous l’avez vu, vous savez que ce film traite d’un sujet sensible de l’histoire libanaise. Normalement, pour le réaliser, nous aurions dû à ce moment-là consulter des archives nationales, car même si nous essayions de dessiner les portraits individuels de six hommes, nous ne pouvions pas nous permettre de commettre des fautes historiques. Or, au Liban, s’il existe bien une archive nationale, elle n’est pas fonctionnelle et personne ne sait ce qu’elle contient. Nous avons fondé UMAM, à l’époque avec deux buts – bon ils ont évolué avec les années – mais au début nous avions d’abord la volonté de fonder ce qu’on appelle en anglais “A kind of citizen archives”, une forme d’archives citoyennes accessibles à tous. Notre deuxième objectif était de sensibiliser le public aux questions de la violence et de la mémoire à travers les arts.

VG : [Question adressée à Lokman Slim] Votre famille était une famille d’érudits ?

MB : Oui…

LS : Pas vraiment des érudits, c’était une famille impliquée dans la chose publique en général, pas seulement politique.

  • 12 Mohsen Slim (1918-2000) était avocat. Il a été vice-président de la Fédération internationale des (...)

MB : Le père de Lokman12 était très actif dans les droits humains et il a été membre du Parlement à certains moments…

LS : …Et donc cela a toujours existé dans cette maison, des livres, des journaux, des… un intérêt pour la chose publique je dirais. Bon, c’était familier finalement ces sortes de choses, d’objets, qui prennent une autre valeur dans le temps ou qui, dans le temps, avaient également une valeur ; tout cela avec beaucoup d’interruptions violentes. Il ne faut pas oublier que dans ce pays, les solutions de continuité se succèdent, qui sont des ruptures finalement. Oui, les choses prennent une valeur, une valeur pour essayer de s’expliquer finalement, expliquer ce qui se passe dans ce pays. Mais comme ce pays s’est contenté d’être un pays pour soi, il a toujours ou bien reflété ou bien influé, alors il est un petit peu plus que les 10 000 km2 qui le constituent. La proximité géographique avec la Syrie, Israël, la présence palestinienne…, finalement tout a contribué à ce que ce pays soit une sorte de plateforme qui force une certaine curiosité je dirais.

VG : [Incompréhension de ma part] Qui force la curiosité ?

LS : Non ! qui impose cette curiosité. Pas « fausser », « forcer ». Enfin, peut-être que cela fausse la curiosité, j’assume le malentendu [rires de tous les trois]

  • 13 L’entretien se déroule le lendemain du 6 mai 2018, jour où s’étaient tenues les élections législati (...)

VG : Et en ce moment vous archivez les élections je suppose13 ?

LS : Entre autres… beaucoup de choses nous arrivent qui vont être rangées ensemble, qu’il s’agisse d’artefacts ou de documents sous toutes leurs formes. Cet ensemble constituera le corpus « Élections 2018 ». Mais bon, cela se passe tout seul finalement aujourd’hui. Nous ne faisons plus d’efforts pour que cette sorte de collecte s’organise, les gens autour de nous, les gens qui travaillent, savent que nous nous y intéressons. ils apportent des documents de toutes sortes. Par exemple, à ta gauche sous ce livre, il y a plusieurs publications relatives à ces élections qui vont être réunies. Cette année nous n’avons pas fait beaucoup d’efforts pour dire la vérité, mais je suis sûr que l’on va recevoir plus que ce que nous attendions : parfois la collecte se fait toute seule… et elle prendra sens quand, je ne sais pas…, ce petit portfolio, sous ton coude, sera archivé et ajouté à un autre portfolio relatif aux élections de 2009 et à un troisième relatif aux élections municipales de 201614 ou à un autre encore relatif aux dernières présidentielles15. Il y a tout un tas de gens qui viennent déposer des documents.

MB : Avant de parler de ça, je voudrais tout de même insister sur ce qui est important pour nous : nous pensons que les archives peuvent jouer un rôle public. Nous avons commencé après la guerre de 2006, de manière systématique, à numériser et à rendre accessible ces archives sur un site Web qui s’appelle Memory At Work16, un site avant tout en arabe. Nous avons commencé par le passé, par exemple avec le sujet des kidnappés, des disparus, des fosses communes. Aujourd’hui chaque fois que nous travaillons sur un nouveau sujet nous ajoutons systématiquement un chapitre sur Memory At Work, c’est-à-dire… c’est un travail permanent.

VG : C’est un travail ouvert aussi ? Est-ce que le public peut enrichir les données ?

  • 17 Until further notice Snapshots of Lebanon’s military court [1945 - 2015], Beyrouth, UMAM Documenta (...)
  • 18 L’exposition « …And Lebanese – In Praise of Lebanese Fusion » a été inaugurée le 13 décembre 2018 a (...)

LS : Est-ce qu’une tierce personne peut ajouter des informations ? Cette possibilité n’est pas disponible directement. Memory At Work est plutôt une sorte de base de données, elle-même basée sur des ressources que nous avons ou que nous essayons d’obtenir et qui fonctionne de façon thématique, je dirais que Memory At Work essaie d’instruire – au sens littéral du terme – certains dossiers sur lesquels on travaille et qui sont relatifs à l’histoire proche de ce pays, j’insiste, à l’histoire proche et non pas à la guerre. En effet, oui bien sûr nous nous sommes d’abord intéressés à des sujets relatifs à la guerre : fosses communes, disparus, voitures piégées, assassinats politiques, attentats… puis, petit à petit, dans une sorte de révision, que nous avons commencé à faire à partir de 2012, nous avons beaucoup plus tendu à traiter, disons… plutôt des sujets d’actualité, dans une perspective historique. Par exemple, on a mené un très long travail sur la cour militaire17, non pas d’un point de vue strictement formel, dans le sens « Quelles sont les violations… ? », nous nous sommes plutôt interrogés en nous posant les questions sur long terme : « Comment se fait-il que cette institution ait pu survivre depuis le début du xxsiècle et jusqu’à aujourd’hui malgré tous les changements ? Qu’est-ce qui a fait que cette institution soit restée tellement forte et tellement ancrée, et qu’elle arrange finalement tous ceux qui arrivent au pouvoir ? » … Donc c’est plutôt une perspective historique qu’une perspective d’Advocacy, c’est-à-dire non pas « Nous allons changer la loi », mais « Nous voulons comprendre pour faire changer la loi », … comprendre comment dans le temps long… Ainsi, si on prend cet exemple de la cour militaire, elle reflète finalement l’état de guerre, ou l’état de conflit que ce pays vit. De même, depuis un an, nous menons un projet sur la durée qui essaie de saisir certains traits du discours libanais relatif aux réfugiés. Et là on ne parle pas seulement des Syriens, on ne parle pas seulement des Palestiniens, on va jusqu’aux Arméniens, on va jusque… tous ! Nous essayons de questionner l’identité nationale18. Comment se fait-il que des Libanais qui se targuent d’être devenus libanais en tant que réfugiés, donc qui ont fui vers ce pays qu’ils considèrent comme une sorte de refuge, qui sont finalement eux-mêmes des réfugiés, pourquoi ces Libanais ont une telle réaction quand il s’agit de la question des réfugiés ?

Fig. 2 – Inauguration de l’exposition le 13 décembre 2018.

Fig. 2 – Inauguration de l’exposition le 13 décembre 2018.

Photographie de Nathalie Rosa Bucher, avril 2021, CC-BY.

L’un des piliers de l’idéologie libanaise - qui est surtout partagée par les maronites, par les chiites, par les Druzes – c’est qu’ils sont arrivés au Liban par vagues successives pour se protéger des oppressions qu’ils subissaient ailleurs ; vraiment c’est l’un des piliers de l’identité nationale. Bien sûr les sunnites ont une autre approche ; parce qu’ils sont considérés comme « les oppresseurs » voilà pourquoi ils ne la partagent pas. Mais cela fait partie d’un débat vraiment très intime, d’une adversité qui n’a pas seulement à voir avec le nombre de Syriens que l’on doit envoyer à l’école ou bien admettre dans les hôpitaux ou bien… ce n’est pas une question seulement quantitative qui va se résoudre en faisant signer quelques chèques par la communauté internationale, ce n’est pas un problème quantitatif. C’est un problème inter et intra libanais qui ne sera pas facilement résolu. Même s’il ne reste qu’un seul réfugié au Liban ! Voilà le type de projet de recherche et en même temps, le type de documents que nous publions sur Memory At Work.

Par ailleurs, depuis quelques mois nous travaillons sur une autre base de données qui, espérons-le, va voir le jour prochainement. Elle fournira une forme de catalogue raisonné de tout ce que nous possédons. Un inventaire exhaustif dans la mesure du possible. Nous essayons de le rendre exhaustif mais ce sera difficile d’atteindre l’exhaustivité. Nous ne pourrons pas catégoriser tous les documents, le travail serait trop important. Il s’agit d’UMAM Biblio19. Le site est déjà en ligne en langue arabe, les autres langues suivront. Tout ce que l’on possède, à commencer par les articles les plus simples, les périodiques, les quotidiens, etc. y sont présentés dans des listes détaillées, tous les livres en langue arabe sur le Liban – je veux dire, les formats livres, jusqu’aux opuscules, disons tout ce qui n’est pas dépliant – sera recensé. Une troisième catégorie permettra de repérer des collections, sous une description plus succincte : les élections, le Hezbollah, les collections de photos, etc.

  • 20 Sur la récupération des archives du Carlton, leur archivage et leur valorisation : Maya Ghandour-H (...)
  • 21 La rue Hamra est une rue du centre-ville de Beyrouth dont le nom, par extension, désigne l’ensemble (...)
  • 22 Grâce à un financement de La contemporaine, quatre autres bobines ont été numérisés en 2019.

MB : Je voudrais aussi ajouter quelques mots sur la façon dont nous collectons. Bien entendu, il y des gens qui nous approchent pour déposer des documents mais notre donateur principal, ce sont les éboueurs. Par exemple, juste pour l’anecdote, jusqu’en 2007-2008, l’hôtel Carlton existait encore20, maintenant il y a le Carlton residencies à sa place. Lokman était en train de revenir de Hamra21, quand il voit soudain un camion rempli de papiers. Il discute avec le chauffeur et il se rend compte qu’il s’agit d’une partie des archives du Carlton qui partait à la poubelle… C’est comme ça que les six derniers camions sont arrivés ici, et on a tout conservé. Depuis lors, nous sommes devenus amis avec les chauffeurs des camions poubelles, et par ce biais nous avons pu sauver un certain nombre d’archives. Désormais, il y a tout un réseau d’éboueurs qui connaissent notre intérêt et qui savent qu’en venant ici, ils seront rémunérés d’une façon ou d’une autre. Ensuite c’est à nous de trouver ce qui a de la valeur dans ce tas de foin… Nous avons ainsi constitué plusieurs petites collections et surtout deux plus importantes. La première est celle sur le Carlton et l’autre – sur laquelle nous avons réalisé une publication –, celle du studio Baalbeck la plus grande production de cinéma à Beyrouth. Nous avons reçu un appel téléphonique qui nous signalait qu’un immeuble allait être détruit et nous avons tout de suite décidé d’acheter le papier et le reste. Il y avait quelque chose comme 400 bobines. Il y a des choses magnifiques ! Nous n’avons pu en numériser qu’une toute petite partie. Trois films exactement22. Mais ce ne sont pas seulement les bobines qui ont une valeur incroyable, les archives papier aussi sont importantes.

  • 23 L’OLP – organisation de libération de la Palestine, ou PLO – Palestine Liberation Organization, a (...)
  • 24 Monika Borgmann et Lokman Slim, Sur les Studios Baalbeck et autres lieux de mémoire au Liban, Beyr (...)

LS : Nous avons trouvé des rushes de films. Nous ne désespérons pas de trouver des choses qui pourraient avoir une valeur assez intéressante comme des publicités audiovisuelles ou bien de la propagande de l’OLP23. Avec le catalogue tu vas comprendre mieux ce que je veux dire (Lokman Slim me tend deux catalogues), ça, c’est le catalogue du Studio Baalbeck que nous avons produit24 et la publication sur la cour militaire.

VG : Sur la question des disparitions, pouvez-vous y revenir ? Cela m’intéresse parce que j’ai suivi la constitution de la base « El tesoro » en Argentine25 qui permet de retrouver des disparus à travers l’ADN des parents. Mais elle est aussi pour les grands-parents l’occasion de s’enregistrer et de témoigner, dresser un portrait de leurs propres enfants pour garder trace, si un des petits-enfants venait à retrouver son lien biologique.

  • 26 Sur la collecte des données pour les disparus en Bosnie-Herzégovine par le Comité international de (...)

MB : En 2008 nous avons monté une très grande exposition sur les disparus qui est en ligne, sur Memory at work, et sur le site d’UMAM. Mais nous avons aussi travaillé sur une base de données développée par la Croix rouge internationale, l’ICRC, basée sur les expériences en Bosnie26, et en Argentine. Au départ, nous ne pouvions pas collecter l’ADN, puis quand il y a trois ou quatre ans la Croix rouge internationale a décidé qu’il était possible de collecter l’ADN ici, nous avons transféré toutes nos données, nos interviews, nos contacts à la Croix Rouge. Nous avons arrêté de collecter les interviews. Nous continuons de documenter, mais nous ne collectons plus d’entretiens, nous n’essayons plus de trouver de nouvelles familles. Nous avons donné tout notre matériel à ICRC, c’est eux qui continuent ce travail.

LS : Ça peut servir quand il y a une volonté politique, pas en l’absence de volonté politique

  • 27 ACT for the Dissapeared est une association libanaise fondée en 2010 dans l’objectif d’éclaircir le (...)
  • 28 La journée internationale des archives, créée sur l’impulsion du Conseil international des archives (...)

Nous n’avons pas cherché à savoir ce que sont devenues les données. D’autres organisations comme ACT27 cherchent à sensibiliser les jeunes avant tout. Nous, on continue avec notre exposition en ligne et dans quelques jours, le 9 juin, nous ouvrirons à nouveau le Hangar avec des archives du Carlton pour l’International Archives Day28.

MB : Malheureusement la question des disparus n’est jamais vraiment devenue un sujet public au Liban, et là il faudrait demander à ACT où tout cela en est. Je voudrais aussi insister sur le fait que la situation ici est différente de celle l’Argentine. Si par exemple en Argentine une mère peut retrouver son petit-fils parce que ses enfants ont été kidnappés par les militaires, ici c’est différent, il n’y avait pas de militaires qui kidnappaient des enfants mais on suppose qu’au minimum 600 personnes libanaises sont dans les prisons syriennes – s’ils sont encore en vie – et peut-être que c’est beaucoup plus.

LS : Ce qui complique la chose encore plus c’est que finalement, de nouveau, on revient à – je ne sais pas – cette damnation ou à ce pays où une partie de ces disparus finalement concerne la Syrie, ou peut concerner Israël : cette question de disparition au Liban ne se passe pas à huis clos, ne se passe pas dans les limites géographiques du Liban.

  • 29 Missing, Beyrouth, UMAM Documentation & Research, 2010, Cote MMSH: Z4-21253
  • 30 Depuis 2000 se tient à Marseille un festival annuel cinématographique non compétitif sous le titre  (...)
  • 31 Monika Borgmann, Lokman Slim, Philippe Avril, Gabriela Bussman, Tadmor [Palmyre], Icarus Films, 20 (...)
  • 32 Lien Facebook du film Tadmor : https://www.facebook.com/TadmorMovie.
  • 33 Depuis 1989 se tient à Marseille le FID - Festival international du documentaire : https://fidmarse (...)
  • 34 Sur ce documentaire, voir Véronique Ginouvès, « Archiver la guerre  : "Sur place, 4 revenants des (...)

MB : Je voudrais aussi ajouter sur cette question, que lorsque nous avons réalisé cette exposition Missing29 il y a 10 ans maintenant, pendant deux ou trois ans, nous avons collaboré avec des hommes qui avaient passé plusieurs années dans les prisons syriennes, et de là est sortie une exposition un peu similaire, Tarik el Cham, le chemin de Damas. C’était un peu comme un essai et je ne sais pas si vous en avez entendu parler : avec ce groupe d’hommes nous sommes venus à Marseille à Aflam30 de nouveau, nous avons fait un deuxième film, Tadmor31. Normalement si tout va bien le film va sortir au cinéma en septembre. Ce film est finalement le résultat de nombreuses années de travail. Il porte sur un groupe d’hommes libanais et palestiniens vivant au Liban, kidnappés pendant la guerre civile, qui ont passé entre 8 ans et 15 ans dans les prisons syriennes, avant tout à Palmyre et qui ont eu aussi avec la révolution syrienne le besoin de témoigner de manière collective. Et comme les mots ne sont pas assez, ils témoignent avec leurs mots mais ils font aussi une sorte de reanactment re living. Je vous enverrai le lien du site32. Auparavant, en 2009, nous étions au FID33 parce qu’après Massaker nous avions continué à collecter des témoignages des bourreaux de la guerre civile. En 2009 Jean-Pierre Rehm, le directeur du FID, est venu à Beyrouth et nous lui avons montré nos travaux. Nous étions très actifs à cette époque sur la question de la justice transitionnelle et nous avions enregistré plusieurs petits – entre guillemets – « témoignages » qui n’étaient pas filmés avec une volonté artistique, des documents plus bruts. Il nous a proposé de réaliser un film court – 38 minutes 46 – à partir de tous ces rushes, il s’agissait d’un autre type de documentaire et nous avons gagné un prix34.

  • 35 Le massacre de Sabra et Chatila a été perpétré du 16 au 18 septembre envers des Palestiniens du qu (...)
  • 36 Les affrontements dits de la « guerre de la montagne » ont eu lieu au Liban dans les montagnes du C (...)
  • 37 Karantina est un quartier au Nord de Beyrouth, à l’est de son port, où un massacre a eu lieu le 18 (...)

Au bout du compte, nous avons constitué une vaste archive audiovisuelle sur la mémoire, la violence, la guerre civile ; oral history si on veut. Il y a aussi les rushes de Massaker, le film dure 100 minutes mais il y a 60 heures de rushes, et ces hommes qui sont dans Massaker, ils n’ont pas seulement participé à Sabra et Chatila35, ils ont aussi participé à la guerre de la montagne36, ils ont aussi participé à Karantina37 et à tout ce qui s’est passé avant et après… et pendant des années nous avons accumulé une archive audiovisuelle, pas seulement sur les bourreaux. Nous avons produit ces archives nous-même. C’est aussi quelque chose que très prochainement nous aimerions bien rendre public.

VG : Mais vous avez des autorisations pour les réutiliser ? Vous faites signer des contrats à vos témoins ?

MB : Évidemment ce n’est pas toujours possible de signer des contrats d’autorisation…

LS : … Écoutez, ce côté légaliste des choses, je n’y crois pas trop. Je préfère bénéficier du doute d’une ignorance voulue, d’une ignorance volontaire. D’autant plus que finalement comme vous le remarquez vous-même, il est possible de convertir certains enregistrements sous d’autres formes pour pouvoir les diffuser. Donc nous ne nous préoccupons pas trop d’histoire de droit. Quand on sera dans un pays de droit, je m’en occuperai. Tant qu’on ne vit pas dans un pays de droit, cela fait partie finalement de notre marge de manœuvre

  • 38 Centre national du cinéma : https://www.cnc.fr.
  • 39 Institut national de l’audiovisuel : https://www.ina.fr.
  • 40 L’Ina a restauré et numérisé une quarantaine d’heures filmées entre 1975 et 1979 (210 boîtes) à la (...)

MB : Nous pourrions donner mille exemples, c’est une histoire très complexe. Pour commencer, pour ces archives du Studio Baalbeck, je me suis rendue en France, deux fois au CNC38 et une fois à l’Ina39. Le responsable de l’archivage du CNC est venu à Beyrouth. ils étaient intéressés parce que la France a numérisé toutes les archives du Cambodge40. Nous avons tout de suite pensé à la France et nous avons eu facilement des portes d’entrée. Ce n’est pas moi qui suis allée les chercher. Mais tout s’est bloqué à cause de la question des droits. Donc oui bien sûr, je suis d’accord il faut que la question des droits soit réglée mais si aujourd’hui on écrit à des productions égyptiennes qui n’existent plus, 100 ans vont partir et il n’y aura plus de VHS ou de bobines, tout aura disparu. Nous n’avons jamais dit que nous étions les « propriétaires » du Studio Baalbeck – nous l’écrivons dans le catalogue –, nous sommes ses gardiens. Pourquoi ne pas numériser et ensuite prendre le temps d’obtenir les droits de diffusion ?

LS : Cette approche hyper légaliste est bloquante. Pour ce qui concerne ces archives, ce que l’on cherche nous, c’est vraiment qu’une institution les adopte, et pour être clair une institution non libanaise. Nous même nous ne voulons pas qu’elles soient déposées chez nous, parce que nous savons que nous n’avons pas les conditions les meilleures pour sauvegarder ces films. Ce que nous voulons au bout du compte c’est que cette portion de l’histoire, qui n’est pas exclusivement libanaise ou régionale, parce que finalement le studio Baalbeck a servi le monde arabe en entier, nous voulons que ces archives soient déposées quelque part, que tous ces films soient numérisés, pour prolonger leur durée de vie et que l’on retrouve petit à petit les ayants droit.

  • 41 À propos de ce film, actuellement diffusé en ligne sur la plateforme Netflix : « Héritages de Phili (...)

MB : Et ces archives sont magnifiques ! Nous avons pu en voir quelques-unes grâce à ce film de Philippe Aractingi, 41. Pour ce film, Heritages, le réalisateur cherchait des archives sur cette période, il a su que nous avions récupéré les archives du studio Baalbeck, nous avons envoyé cinq bobines dans un studio en France. Deux ne pouvaient pas être sauvées trois pouvaient encore l’être. Et c’est juste magnifique.

LS : Elles contiennent des images inédites que l’on ne trouve nulle part ailleurs, et vraiment si c’est perdu c’est perdu pour toujours.

MB : Je vous donne un exemple. Une de ces bobines a été filmée d’un ballon en 1972 et l’on voit Beyrouth, on voit toute la Bekaa… Mais il n’y a aucun indice de la période à laquelle le film a été réalisé et qui a filmé. En 2014, nous avons fait une exposition où l’on projetait ces films numérisés et, en voyant celui-ci, quelqu’un s’est souvenu de ce ballon. Il nous a dit que celui qui le conduisait était allemand, il n’y a pas de preuve bien sûr, mais jusqu’ici on ne savait vraiment rien. Finalement c’est une sorte de puzzle que nous essayons d’assembler et là où devons-nous commencer par des droits, à qui allons-nous demander ?

VG : Ce sont quels types de supports ?

MB : Il s’agit uniquement de rushes, de 16 ou 35 millimètres. Tout est conservé dans le bureau de Badaro, nous pourrons le visiter. Pour chacun des projets, sur ces questions on ne peut pas avoir la même approche. Je voudrais donner un autre exemple avec le film Massaker. À ces six personnes qui témoignent, nous leur avons assuré que nous protégerions leur identité. Et nous l’avons fait. Avant que le film sorte, nous avons même changé leurs tatouages. Si aujourd’hui nous voulions utiliser des témoignages pour Memory At Work nous pourrions techniquement modifier les voix. Plusieurs de ces hommes ont participé au massacre de Karantina, il n’est pas question qu’on les reconnaisse. Nous sommes engagés vis-à-vis d’eux. Est-ce que cela nous plaît ou non ? Ce n’est pas le problème : nous nous sommes engagés à protéger leur identité et nous le ferons jusqu’au bout. Cela ne veut pas dire pour autant, que ces témoignages ne pourront pas être utilisés.

VG : Et comment réussissez-vous à financer vos projets d’archivage et de numérisation ?

LS : – MB : [rires de tous les deux et phrase prononcée en même temps] En fait, nous cherchons sans cesse des financements.

  • 42 La guerre de 2006, appelée aussi la « Guerre des Trente-trois-jours a opposé Israël au Liban à comp (...)

LS : Tout ce travail de collecte et d’archives, est malheureusement difficile à financer. Après la guerre de 200642 nous avons perdu une partie significative de nos archives et c’est là que nous avons commencé à obtenir de l’argent pour la première fois pour numériser de façon systématique. Puis en 2009, ce sont les Danois qui nous ont financé. Ensuite, entre 2011 et 2015 nous n’avons pas réussi à trouver d’argent mais nous avons continué à nous occuper des archives, en passant par d’autres projets, comme une forme de contrebande. Depuis quelque temps nous avons espoir d’obtenir de nouveau un financement par la Suisse. Aujourd’hui, nous disposons d’environ 150 000 pages numérisées. Notre choix en 2006 était de sélectionner les archives les plus fragiles, les plus importantes. Nous espérons pouvoir les mettre en ligne avec UMAM Biblio, les rendre consultables d’une façon ou d’une autre. Le travail de numérisation s’est surtout concentré jusqu’ici sur les archives papier.

VG : Vous avez perdu beaucoup de documents en 2006 ?

LS : En 2006 pendant la guerre plusieurs immeubles autour de nous se sont affaissés. Nous avons pâti de dégâts collatéraux qui ressemblaient bien à des dégâts directs.

MB : Toutes les portes ont été coupées en deux par le souffle, il n’y avait plus rien.

LS : Plus rien n’était à sa place, des murs à l’intérieur ont cédé.

3Le téléphone sonne, Lokman Slim doit se préparer pour une émission télévisée et partir, il propose de faire un tour rapide des archives, la conversation n’est plus statique et peine à être entendue. Nous entrons dans la salle d’archives principale.

LS : Ce qu’il y a là c’est notre boîte à outils en quelque sorte, presque tout ce qui est ici en ce lieu. Notre collection est en fait conservée dans trois lieux différents : ici, à Badaro, et dans un troisième site hors de Beyrouth où se trouvent toutes les archives qui n’ont pas été dépouillées. Il s’agit de quantités énormes. Pour y travailler, nous sommes une demi-douzaine mais nous ne sommes pas concentrés sur les archives à plein-temps, pas du tout. Tout ce qui est là est quasiment dépouillé, catalogué, enfin presque 80 % des archives disons car il y a toujours de nouveaux documents qui arrivent.

VG : Mais si les archives nationales ne sont pas fonctionnelles, n’y a-t-il pas une bibliothèque nationale au Liban ?

  • 43 À propos du projet de la bibliothèque nationale du Liban, voir l’entretien avec Gérard Khatcherian, (...)
  • 44 Site de Beit Beirut : https://www.beitbeirut.org

LS : Comme j’ai vieilli, personnellement, j’ai de moins en moins confiance, dans tout ce qui est institution étatique. Récemment, la bibliothèque nationale a été relancée43, même si elle n’est toujours pas ouverte. Pour le moment il ne s’est encore rien passé. Mais c’est la même chose pour Beit Beirut44 qui devait être un musée de la mémoire. Vous voyez la maison jaune au bout de la rue de Damas ? Les Français y ont mis beaucoup d’argent. Elle devait ouvrir en 2013, nous conservons le projet d’inauguration de 2012 quand l’ouverture était annoncée. À ce moment-là la direction était assurée par un couple. ils ont attendu trois ans d’avoir un contrat, et ils ont décidé de quitter. Maintenant cet espace est devenu un lieu d’événements, d’expositions, bien loin d’un musée. Nous avons archivé ce programme, huit ans sont passés, et rien n’est arrivé.

Fig. 3 – Beit Beirut, 2017.

Fig. 3 – Beit Beirut, 2017.

Photographie de Nathalie Rosa Bucher, avril 2021, CC-BY.

  • 45 Journal créé en 1939 : https://en.wikipedia.org/wiki/Al_Amal_(Lebanon).
  • 46 Le Musée d’art moderne Nicolas Sursock se situe dans le quartier d’Achrafieh. Il possède une biblio (...)
  • 47 Musée Nicolas Sursock, Icônes melkites : exposition organisée par le Musée Nicolas Sursock du 16 m (...)
  • 48 En 2015 des manifestations se multiplient sur tout le territoire libanais, pour protester contre la (...)

Là [nous nous déplaçons] ce sont des journaux qui sont entreposés. Contrairement à ce que l’on imagine, la plupart des titres de presse libanais ne sont pas disponibles au format numérique. Si vous prenez cet exemple, le journal du parti des phalanges libanaises, Al-Hamal45, il y a peut-être deux ou trois collections complètes à travers le monde. Mais il faut garder à l’esprit que même là où le journal se publiait, le lieu n’existe plus. Plusieurs journaux ont été lancés au Liban pendant la guerre et souvent, physiquement, leurs permanences ont été détruites. Impossible d’aller chez Monsieur Google pour les retrouver. [Nous nous déplaçons dans la pièce] Il y a des éphémérides, des documents rares issus de projets qui ont existé sur une courte période de temps. Nous aimons beaucoup les artefacts, et nous constituons des dossiers thématiques. Par exemple ici c’est une boîte sur le Musée Sursock46, il y a des choses plus anciennes, par exemple ici c’est leur catalogue sur les icônes, qui date de 196947. Nous apprécions bien sûr particulièrement tout ce qui est produit par les partis politiques : drapeaux, productions variées. Vous voyez un objet souvenir de la guerre de 2006, nous avons conservé des éclats de la bombe. On ne rechigne pas à conserver ce genre d’objets. En 2015 quand il y a eu les fameuses manifestations contre les ordures48, la police a utilisé des bombes lacrymogènes. Nous avons conservé les capsules car ainsi il est possible de tracer quel est le pays européen qui nous a fait cadeau de ces bombes. Un chercheur l’a utilisé pour tracer la généalogie de ces choses-là. On essaie de récupérer des choses, qui peuvent paraître aujourd’hui anodines et qui demain seront essentielles pour écrire l’histoire. Ici, dans cette pièce, vous trouvez tout ce qui concerne le monde arabe non proche, Golfe, Égypte. Nous déplaçons continuellement les collections pour trouver de la place et là nous n’en avions plus dans la bibliothèque centrale consacrée au Liban. Ici c’est la salle des serveurs qui nous permettent de tout conserver convenablement. Ici c’est la partie dédiée exclusivement au Liban, en langue arabe, ce qui est en langue française est ailleurs. Tout est accessible et consultable sur rendez-vous. C’est notre mission, de ne pas imposer à nos collections les restrictions que d’habitude le monde académique ou les services de sécurité imposent, c’est-à-dire ceux qui sont les grands collecteurs dans le monde. Nous nous inscrivons contre cette limitation.

VG : Est-ce qu’il y a d’autres structures ou des personnes à Beyrouth ou au Liban qui collectent comme vous le faites ?

  • 49 Sur les collections de musique, citons en particulier la fondation Amar – Foundation for arab musi (...)
  • 50 Sur les collections de photographies, citons en particulier à Beyrouth, la FAI – Fondation arabe po (...)

LS : Bien sûr ! Il y a des gens qui s’occupent de la musique49, des photographies50, des cartes postales… ce qui fait la différence entre ce que nous faisons et ce que les autres font, c’est que nous le faisons dans une perspective politique – entre guillemets – « claire ». Il nous faut dans ce pays une politique mémorielle, et elle n’existe pas. Pour l’instant, si elle n’existe pas, ce n’est pas une banqueroute, ce n’est pas un défaut, c’est une volonté. Nous, nous nous élevons contre cette politique d’amnésie qui finalement trouve ses expressions dans la volonté qu’il n’y ait pas de mémoire, il n’y a pas que des belles choses, il y a aussi beaucoup de choses laides qu’il faut montrer, relatives à l’histoire de ce pays, à ce que les Libanais ont fait ou n’ont pas fait, par omission ou par commission. Conserver pour le plaisir de conserver ne nous intéresse pas.

4Lokman Slim s’affaire pour aller enregistrer son émission. Il prend tout de même le temps de partager le visionnage du film du vol du ballon numérisé à partir des bobines du Studio Baalbeck. Le ballon survole des nuages avant d’arriver au-dessus de Beyrouth… « Il n’y a pas de droit à rechercher pour voir les nuages », nous rions tous les trois.

Voilà deux photographies des nouveaux bureaux à Badaro où l’équipe continue de travailler.

Fig. 4 – Nouveaux bureaux d'UMAM à Badaro (4 mai 2021) : archives du Carlton et de Baalbeck Studio.

Fig. 4 – Nouveaux bureaux d'UMAM à Badaro (4 mai 2021) : archives du Carlton et de Baalbeck Studio.

Photographie de Nathalie Rosa Bucher.

Fig. 5 – UMAM : nouveaux bureaux à Badaro.

Fig. 5 – UMAM : nouveaux bureaux à Badaro.

Photographie de Nathalie Rosa Bucher, avril 2021.

Haut de page

Bibliographie

Présentation du film Tadmor http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/47747_1.

Véronique Ginouvès, Frank Mermier, « Les traces infinies de Lokman Slim », Esprit Presse, 4 mars 2021 [consulté le 5 mars 2021] https://esprit.presse.fr/actualites/veronique-ginouves-et-franck-mermier/les-traces-infinies-de-lokman-slim-43265.

Borgmann Monika, Lokman Slim, entretien « La mémoire des conflits libanais », Esprit Presse, 4 mars 2021 [consulté le 5 mars 2021] https://esprit.presse.fr/actualites/monika-borgmann-et-lokman-slim/la-memoire-des-conflits-libanais-43216.

Haut de page

Notes

1 Une synthèse sur ce colloque est accessible ici : https://phonotheque.hypotheses.org/30747 Lokman Slim nous avait fait l’honneur de présider l’une des tables rondes.

2 Il s’agit de l’une des toutes premières structures que j’ai rencontrée à Beyrouth lors de mon périple et je ne savais alors que peu de choses sur l’organisation de la vie libanaise. Si certaines de mes questions sont parfois candides et que l’on perçoit l’amusement chez mes interlocuteurs, leur bienveillance a été constante.

3 Une bibliographie regroupe une sélection d’articles qui ont été publiés après l’assassinat de Lokman Slim [En ligne] : https://www.zotero.org/groups/2799066/pour_lokman_slim.

4 La Villa Slim, est située sur Slim Street, dans le quartier de Dahieh Janoubyé, précisément à Haret Hreik. » Le Hangar », évoqué plus loin, est attenant au jardin de la villa.

5 Dahieh Janoubyé est un faubourg au sud de la ville de Beyrouth, situé au nord de l’aéroport international Rafic-Hariri : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dahieh_Janoubyé UMAM a par ailleurs réalisé différentes collectes sur le quartier, qui ont donné lieu à une exposition au Hangar [En ligne] : https://www.umam-dr.org//event_detail/35/35.

6 Le quartier de Badaro, principalement résidentiel, très animé par des restaurants et bars, est approximativement délimité par la rue de Damas au nord, par l’hippodrome à l’ouest et par l’avenue Sami el Solh (avenue de la Forêt de Pins) au sud-est.

7 Le rond-point de Tayoune est la limite sud du quartier de Badaro mais aussi de Ain el Remmeneh et Chiah.

8 Achrafieh est un quartier chrétien de l’est de Beyrouth, limitrophe de celui Badaro.

9 Monika Borgmann, Nina Menkes, Lokman Slim et Hermann Theissen, Massaker, Lichtblick Film, 2004 (1h 39min), https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41274737n.

10 À cette période, Monika Borgman réalise un entretien avec Saïd Mekbel, intellectuel et journaliste algérien assassiné, à Alger le 3 décembre 1994 qui a été ensuite publié : Saïd Mekbel et Monika Borgmann, Saïd Mekbel : une mort à la lettre, Paris, Beyrouth, Tétraèdre , Dar al-Jadeed, 2008.

11 Sur le processus de création du film Massaker, Monika Borgmann et Lokman Sim, « Un entretien de Monika Borgmann et Lokman Slim à propos de “Massaker. Sabra et Chatila par ses bourreaux” [enr. le 18 juillet 2017 par Sandra Barrère] », Blog de l’iReMMO Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient, 19 mars 2021 [En ligne] : https://iremmo.org/archives-confluences-mediterranee/les-analyses-de-cm/monika-borgmann-et-lokman-slim-a-propos-du-film-massaker-sabra-et-chatila-par-ses-bourreaux.

12 Mohsen Slim (1918-2000) était avocat. Il a été vice-président de la Fédération internationale des droits de l’homme (Le Monde diplomatique, n° 12564, 22 juin 1985) ), il a porté en justice le cas de son ami journaliste et éditeur Kamal Mroueh, assassiné en 1966, il défendait un Liban islamo-chrétien (« Vient de paraître Mohsen Slim ou le combat pour un Liban libanais », L’Orient-Le Jour, 24 juin 1999 [En ligne] https://www.lorientlejour.com/article/288831/Vient_de_paraitre_Mohsen_Slim_ou_le_combat_pour_un_Liban_libanais%2528photo%2529.html).

13 L’entretien se déroule le lendemain du 6 mai 2018, jour où s’étaient tenues les élections législatives libanaises renouvelant les 128 membres de la Chambre des députés pour un mandat de quatre ans.

14 https://en.wikipedia.org/wiki/2016_Beirut_municipal_election.

15 https://fr.wikipedia.org/wiki/Élection_présidentielle_libanaise_de_2014-2016.

16 https://memoryatwork.org.

17 Until further notice Snapshots of Lebanon’s military court [1945 - 2015], Beyrouth, UMAM Documentation & Research, 2019, cote MMSH: Z4-21255.

18 L’exposition « …And Lebanese – In Praise of Lebanese Fusion » a été inaugurée le 13 décembre 2018 au Hangar, Beyrouth: https://www.agendaculturel.com/article/Art_Rencontre_avec_Lokman+Slim_et_Monika_Borgmann.

19 https://www.umambiblio.org/ : le site a été lancé le 16 avril 2019 et continue de se développer.

20 Sur la récupération des archives du Carlton, leur archivage et leur valorisation : Maya Ghandour-Hert, « Il était une fois, le Carlton (1960 - 2008) », L’Orient-Le Jour, 24 septembre 2010, https://www.lorientlejour.com/article/672523/Il_etait_une_fois%252C_le_Carlton_%25281960_-_2008%2529.html.

21 La rue Hamra est une rue du centre-ville de Beyrouth dont le nom, par extension, désigne l’ensemble du quartier environnant, à l’ouest de la ville (district de Ras Beyrouth).

22 Grâce à un financement de La contemporaine, quatre autres bobines ont été numérisés en 2019.

23 L’OLP – organisation de libération de la Palestine, ou PLO – Palestine Liberation Organization, a été créée le 28 mai 1964 à Jérusalem, regroupant plusieurs organisations palestiniennes dont le Fatah, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et le Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP).

24 Monika Borgmann et Lokman Slim, Sur les Studios Baalbeck et autres lieux de mémoire au Liban, Beyrouth, UMAM Documentation & Research, 2013. Cote MMSH : F-20507

25 À propos de la base de données « El Tesoro », voir : https://phonotheque.hypotheses.org/13707.

26 Sur la collecte des données pour les disparus en Bosnie-Herzégovine par le Comité international de la Croix Rouge voir par exemple : https://www.icrc.org/fr/doc/resources/documents/misc/677lw3.htm [consulté le 23 avril 2021]

27 ACT for the Dissapeared est une association libanaise fondée en 2010 dans l’objectif d’éclaircir les faits de disparitions pendant la guerre au Liban : https://www.actforthedisappeared.com.

28 La journée internationale des archives, créée sur l’impulsion du Conseil international des archives, a lieu le 9 juin de chaque année, pour favoriser une meilleure connaissance du rôle des archives et la valorisation du travail des archivistes dans le monde.

29 Missing, Beyrouth, UMAM Documentation & Research, 2010, Cote MMSH: Z4-21253

30 Depuis 2000 se tient à Marseille un festival annuel cinématographique non compétitif sous le titre » Les rencontres internationales des cinémas arabes » : https://www.aflam.fr.

31 Monika Borgmann, Lokman Slim, Philippe Avril, Gabriela Bussman, Tadmor [Palmyre], Icarus Films, 2017, 1h43min.

32 Lien Facebook du film Tadmor : https://www.facebook.com/TadmorMovie.

33 Depuis 1989 se tient à Marseille le FID - Festival international du documentaire : https://fidmarseille.org.

34 Sur ce documentaire, voir Véronique Ginouvès, « Archiver la guerre  : "Sur place, 4 revenants des guerres libanaises"  », Les carnets de la phonothèque, 12 juillet 2009 [En ligne] https://phonotheque.hypotheses.org/1569.

35 Le massacre de Sabra et Chatila a été perpétré du 16 au 18 septembre envers des Palestiniens du quartier de Sabra et du camp de réfugiés palestiniens de Chatila situés à Beyrouth-Ouest : https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Sabra_et_Chatila.

36 Les affrontements dits de la « guerre de la montagne » ont eu lieu au Liban dans les montagnes du Chouf entre 1982 et 1984 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Liban#La_%C2%AB_guerre_de_la_montagne_%C2%BB_(1982-1984)

37 Karantina est un quartier au Nord de Beyrouth, à l’est de son port, où un massacre a eu lieu le 18 janvier 1976 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Karantina.

38 Centre national du cinéma : https://www.cnc.fr.

39 Institut national de l’audiovisuel : https://www.ina.fr.

40 L’Ina a restauré et numérisé une quarantaine d’heures filmées entre 1975 et 1979 (210 boîtes) à la demande de la Direction des Archives du ministère de la Culture et des Beaux-Arts du Royaume du Cambodge : https://www.inamediapro.com/Collections/Collection-Cambodge.

41 À propos de ce film, actuellement diffusé en ligne sur la plateforme Netflix : « Héritages de Philippe Aractingi, ou l’histoire en marche », L’Orient-Le Jour, 24 octobre 2013 [En ligne] https://www.lorientlejour.com/article/838960/-heritages-de-philippe-aractingi-ou-lhistoire-en-marche.html.

42 La guerre de 2006, appelée aussi la « Guerre des Trente-trois-jours a opposé Israël au Liban à compter du 12 juillet 2006. Une trêve correspondant à la résolution 1701 de l’ONU est intervenue le 11 août. Cette guerre est connue en Israël comme la deuxième guerre du Liban, au Liban comme la guerre de juillet.

43 À propos du projet de la bibliothèque nationale du Liban, voir l’entretien avec Gérard Khatcherian, (1940-2020), enquête n° 5576 [En ligne] http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.xhtml?aloId=145681.

44 Site de Beit Beirut : https://www.beitbeirut.org

45 Journal créé en 1939 : https://en.wikipedia.org/wiki/Al_Amal_(Lebanon).

46 Le Musée d’art moderne Nicolas Sursock se situe dans le quartier d’Achrafieh. Il possède une bibliothèque et un centre d’archives propre. Le bâtiment a subi de graves dommages à la suite des explosions du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth.

47 Musée Nicolas Sursock, Icônes melkites : exposition organisée par le Musée Nicolas Sursock du 16 mai au 15 juin 1969, Beyrouth, Liban, Musée Nicolas Sursock, 1969. La médiathèque de la MMSH en possède un exemplaire sous la cote 8-17491.

48 En 2015 des manifestations se multiplient sur tout le territoire libanais, pour protester contre la crise des ordures (appelée également crise des poubelles, et surnommée Tala’at Rihatkum, « Vous puez ») : https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_des_ordures_au_Liban.

49 Sur les collections de musique, citons en particulier la fondation Amar – Foundation for arab music, archiving and research, fondée en 2009 [http://www.amar-foundation.org/] dont l’entretien avec son fondateur, Kamal Kassar, peut être écouté en ligne sur la base de la phonothèque de la MMSH : enquête n° 5875, enregistré le 7 juin 2018 [En ligne] http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.xhtml?page=alo&aloId=13145 [consulté le 23 avril 2021].

50 Sur les collections de photographies, citons en particulier à Beyrouth, la FAI – Fondation arabe pour l’image [http://arabimagefoundation.com], créée en 1997 à Beyrouth qui travaille à la collection et à la conservation du patrimoine photographique du Moyen-Orient.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Portrait de Lokman Slim, lors de la 25e édition du Salon du livre francophone de Beyrouth, table ronde sur le thème « Le numérique comme outil du patrimoine culturel ».
Crédits Photographie de Leila Doraï, 10 novembre 2018, CC-BY-NC.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6404/img-1.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 2 – Inauguration de l’exposition le 13 décembre 2018.
Crédits Photographie de Nathalie Rosa Bucher, avril 2021, CC-BY.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6404/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 3 – Beit Beirut, 2017.
Crédits Photographie de Nathalie Rosa Bucher, avril 2021, CC-BY.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6404/img-3.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Fig. 4 – Nouveaux bureaux d'UMAM à Badaro (4 mai 2021) : archives du Carlton et de Baalbeck Studio.
Crédits Photographie de Nathalie Rosa Bucher.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6404/img-4.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 5 – UMAM : nouveaux bureaux à Badaro.
Crédits Photographie de Nathalie Rosa Bucher, avril 2021.
URL http://journals.openedition.org/afas/docannexe/image/6404/img-5.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Borgmann, Lokman Slim et Véronique Ginouvès, « UMAM Documentation & Research par ses fondateurs, Monika Borgmann et Lokman Slim »Bulletin de l'AFAS, 47 | 2021, 164-186.

Référence électronique

Monika Borgmann, Lokman Slim et Véronique Ginouvès, « UMAM Documentation & Research par ses fondateurs, Monika Borgmann et Lokman Slim »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 47 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2021, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/afas/6404 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.6404

Haut de page

Auteurs

Monika Borgmann

Monika Borgmann, née en Allemagne en 1963, est journaliste et réalisatrice. Après l’assassinat de son mari, elle a pris la direction de l’association UMAM Documentation & Research qu’elle avait cofondée avec lui et a œuvré à la création d’une fondation visant à faire la lumière sur les crimes politiques au Liban. Films réalisés : Massaker, Sur Place, Tadmor.

Lokman Slim

Lokman Mohsen Slim (1962-2021) était un éditeur, activiste politique, commentateur libanais et réalisateur. Il a cofondé, avec Monika Borgmann son épouse, l’association UMAM Documentation & Research. Il a été assassiné le 3 février 2021, retrouvé mort le 4 février dans sa voiture dans le sud du Liban. Films réalisés : Massaker, Sur Place, Tadmor.

Véronique Ginouvès

Archiviste, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence, Véronique Ginouvès, est coauteur de l’ouvrage Buenas prácticas para la preservación digital de grabaciones sonoras en centros de investigación à paraître en 2021, aux éditions de l’UNAM - Universidad nacional autónoma de México.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search